Bonnes adresses pour des vacances en famille dans la Forêt-Noire

En sep­tem­bre, je pas­sai une semaine dans la Forêt-Noire avec ma fille et ma sœur. L’été se ter­mi­nait douce­ment, nous offrant de belles journées chaudes, par­faites pour les baig­nades dans les lacs et riv­ières de la région.

Com­mençons par un petit résumé en vidéo :

La Forêt-Noire (Schwarzwald), c’est en Alle­magne, dans le Bade-Wurtem­berg. Ma sœur et moi avions déjà vis­ité quelques villes de la région, et mou­ri­ons d’envie d’aller explor­er ces mon­tagnes et cette forêt qui nous toi­saient ain­si lors de nos précé­dents séjours, aux portes de Stuttgart ou de Friburg.

Nous avons pris le train depuis Paris pour pass­er la fron­tière et, quelques min­utes plus tard, nous retrou­ver à Karl­sruhe, point de départ de notre voy­age. C’était par­ti pour une semaine de prom­e­nades, baig­nades et ren­con­tres dans la Forêt-Noire !

Arrêt baig­nade pour Petite Oreille, pen­dant l’une de nos ran­don­nées !

 

Autour de Bad Wildbad

Le Baumwipfelp­fad Steiger­wald est prob­a­ble­ment l’un des sites touris­tiques les plus con­nus de la région. Un petit funic­u­laire nous emmène de Bad Wild­bad vers la mon­tagne Som­mer­berg, d’où part le Sen­tier de la canopée de la Forêt Noire. Une grande passerelle en bois, totale­ment sécurisée (et acces­si­ble pour les pous­settes et fau­teuils), per­met de marcher au milieu des cimes. La prom­e­nade est jalon­née de jeux per­me­t­tant de tester son équili­bre et son ver­tige, avant de nous men­er au clou du spec­ta­cle...

La passerelle se ter­mine sur une grande spi­rale, en haut de laque­lle on domine la Forêt-Noire. La struc­ture est vrai­ment impres­sion­nante et on admire autant la con­struc­tion que le panora­ma !

Baumwipfelp­fad, le sen­tier de la canopée de la Forêt-Noire
Pren­dre le Som­mer­berg­bahn (le funic­u­laire) :
Uhland­platz 5
75323 Bad Wild­bad
Plus d’infos sur le site inter­net.

Au cen­tre, un gigan­tesque tobog­gan, lui aus­si en spi­rale, per­met de redescen­dre, mais atten­tion, non seule­ment c’est payant, mais en plus il faut avoir min­i­mum 6 ans pour pou­voir l’emprunter !
J’ai vu quelques enfants pleur­er à cause de cela : les par­ents promet­tent un tour si l’enfant marche jusqu’en haut, et décou­vrent le pan­neau pré­cisant l’âge min­i­mum... Heureuse­ment, Petite Oreille avait totale­ment oublié l’idée du tobog­gan, ouf !

Le retour se fait par des sen­tiers de ran­don­née, et peut per­me­t­tre de pass­er ain­si toute la journée sur la mon­tagne (en sur­veil­lant l’heure du dernier funic­u­laire pour le retour).

 

Juste à la sor­tie du Baumwipfelp­fad Steiger­wald, avant d’entamer le retour par les sen­tiers, se trou­ve un gros chalet-auberge : la Gasthaus Ski­hütte-Som­mer­berg. Le bâti­ment est très joli mais était en pleine réfec­tion lors de notre pas­sage ; vous n’en aurez donc aucune image, il fau­dra aller voir par vous-même !

Où manger : Gasthaus Ski­hütte-Som­mer­berg

C’est un restau­rant famil­ial où l’on com­mande au comp­toir avant d’aller s’assoir en ter­rasse pour admir­er la vue. Le pro­prié­taire s’est plié en qua­tre pour qu’on essaie de se com­pren­dre avec mes bribes d’allemand et son anglais rouil­lé, et on a bien mangé (sim­ple, avec des prix raisonnables).

Où dormir à Bad Wild­bad : Kleinen­zhof
Kleinen­zhof Har­ter KG
Kleinen­zhof 1
75323 Bad Wild­bad
Leur site web

Le Kleinen­zhof est un fam­i­ly resort, le genre d’endroit où j’aurais adoré venir quand j’étais gosse !

D’un côté, un grand camp­ing, de l’autre, des apparte­ments (et au milieu quelques cham­bres). En bas, une riv­ière (avec des radeaux à dis­po­si­tion !), puis la forêt. En haut, des cerfs, des chevaux et des chèvres (avec un enc­los en libre accès). Une piscine extérieure, et une intérieure. Et partout des jeux : pel­leteuse dans le sable, tram­po­line, baby-foot [...] et une dînette dans le restau­rant, pour occu­per les enfants pen­dant que les adultes man­gent ! Il y a même une salle de jeux intérieure, pour s’occuper en cas de mau­vais temps, ou le soir. J’ai rarement vu un lieu avec autant de choses disponibles pour les enfants.

Bref, un bel endroit pour s’installer quelques jours et prof­iter des infra­struc­tures entre deux ran­don­nées !

Le bar­rage Schwarzen­bach, à For­bach, a créé un grand lac arti­fi­ciel à l’eau cristalline. Les voitures sont inter­dites sur le bar­rage lui-même, ce qui en fait un chou­ette lieu de prom­e­nade pour les gens du coin et les touristes ! Une fois le bar­rage tra­ver­sé, on trou­ve des sen­tiers de prom­e­nade et des petites plages. Prévoyez des chaus­sures médus­es pour vous baign­er !

Sur le lac, il est égale­ment pos­si­ble de louer un bateau à l’heure. Nous avons opté pour le péda­lo. C’était plutôt agréable mais il est à retenir qu’une enfant de 2 ans n’est pas for­cé­ment capa­ble de com­pren­dre qu’elle ne peut pas sauter dans tous les sens ni plonger dans le lac toute seule !

Autour de Baiersbron

La route vers Baiers­bron était superbe, surtout en fin de journée. Le soleil jouait avec les branch­es et la vue sur les mon­tages était mag­nifique dès que nous sor­tions de la forêt.

Où dormir à Baiers­bronn : hôtel Schlif­fkopf
Schwarzwald­hochstraße 1
72270 Schlif­fkopf (Baiers­bronn)
Leur site web

Situé au som­met d’une colline, c’est le seul hôtel du parc nation­al de la Forêt-Noire. La vue est très sym­pa (mal­heureuse­ment la météo n’était pas d’accord pour que je fasse des pho­tos ce matin-là), le restau­rant est très bon, et les enfants y sont telle­ment bien reçus qu’ils repar­tent avec un petit ours en peluche, mas­cotte de l’hôtel !

Il est pos­si­ble de ran­don­ner libre­ment dans le parc nation­al. Nous avons fait une boucle au départ du cen­tre d’information de See­bach, en suiv­ant le fléchage. Nous avons marché dans la forêt, ramassé des bâtons et des pommes de pin (beau­coup !), mangé des mûres (encore plus !), admiré la vue sur un petit lac... puis fini devant des tartes aux pommes dans le petit chalet-restau­rant qui se trou­ve à la croisée de plusieurs chemins !

Le parc pieds nus de Dorn­stet­ten-Hall­wan­gen est un de mes gros coups de cœur du voy­age, et en plus, c’est gra­tu­it ! Pho­tographique­ment, ce n’est pas très intéres­sant : pas de paysage incroy­able, pas de vue dégagée... mais qu’est-ce qu’on a rigolé ! Et finale­ment, c’est le plus impor­tant quand on voy­age avec ses enfants, non ?

On com­mence par enlever ses chaus­sures (on peut les laiss­er dans un casi­er), on remonte son pan­talon, et c’est par­ti pour 2,4km de décou­vertes sen­sorielles et autres jeux d’équilibre qui met­tent les pieds à rude épreuve !

On marche dans de l’eau, sur du bois, des pier­res, de l’herbe, des écorces, de la paille, un grand tram­po­line mais aus­si des clous et du verre pilé ! Petite Oreille était comme une folle, on aurait pu refaire le par­cours trois fois !

Le parc pieds nus de Dorn­stet­ten-Hall­wan­gen
Sil­ber­wald­straße
72280 Dorn­stet­ten-Hall­wan­gen
Le parc est gra­tu­it, seul le park­ing est payant. 

La fin du par­cours nous ramène au début, devant les casiers... et les robi­nets pour se laver les pieds !
Pensez à pren­dre une servi­ette pour vous séch­er les pieds après les avoir lavés.

 

Autour de Pfalzgrafen-Edelweiler

Autre gros coup de cœur du voy­age, la ferme-auberge de Dorothée. Des ani­maux, des jeux partout, et des gens adorables, que deman­der de plus ?

Où dormir : 
Ferien­hof Hirschfeld
Teich­weg 2
72285 Pfalz­grafen-Edel­weil­er
Leur site web.

Le mari de Dorothée est agricul­teur (tous les pro­duits laitiers servis seront donc fait mai­son !), et c’est donc tout naturelle­ment qu’ils pro­posent des apparte­ments (à la semaine) et deux roulottes au milieu des champs et des ani­maux. En écrivant ces lignes, je me sou­viens du sourire de Dorothée lorsqu’au matin, elle a emmené Petite Oreille vis­iter la ferme, don­ner à manger aux veaux, grat­touiller les cochons, caress­er la chèvre et le mou­ton.

Dorothée soigne ses invités comme peu de per­son­nes savent le faire. Ain­si, chaque jour, une activ­ité est pro­posée, gra­tu­ite­ment, et elle dis­tribue un petit pro­gramme avec des idées de vis­ites adap­tées à la météo !
Nous avons diné autour du feu avec les autres vacanciers séjour­nant chez Dorothée, en faisant cuire du pain, des pommes de terre et du fro­mage dans les brais­es : toutes les familles étaient ravies de leur séjour !

Je vous con­seille vive­ment de pass­er la semaine dans l’un des apparte­ments, et de ter­min­er par une nuit en roulotte.

Et Petite Oreille est repar­tie avec un autre nounours aux couleurs de la ferme !

 

A vélo sur la Kinzigtalradweg

En Alle­magne, il y a des pistes cyclables partout, et la cul­ture vélo est vrai­ment très présente. Nous avons donc fait une chose que j’aime beau­coup : pren­dre des vélos de loca­tion, se promen­er et ren­tr­er par le train !

L’itinéraire que nous avons choisi nous menait de Loss­burg à la jolie ville de Wol­fach, en tra­ver­sant la forêt et de mignons petits vil­lages. Vous trou­verez le tracé ici, mais c’est glob­ale­ment fléché. Nous avons été opti­mistes en pen­sant faire le tra­jet aller dans la mat­inée, et je vous con­seille vrai­ment d’y con­sacr­er la journée : c’était très frus­trant de ne pas pou­voir s’arrêter partout où on le voulait, et notam­ment dans les vil­lages.

Le Zweitälerland et le mont Kandel

La région du Zweitäler­land est dom­inée par le mont Kan­del (1241m), la plus haute mon­tagne de la Moyenne Forêt-Noire. Au som­met, le panora­ma est aus­si beau au couch­er qu’au lever du soleil avec une vue incom­pa­ra­ble sur les hau­teurs de la Forêt Noire et la plaine du Rhin. Bref, c’est un des incon­tourn­ables pour tout voy­age en Forêt-Noire !

Pour pou­voir y être tôt (et/ou) tard, le mieux c’est encore de dormir sur place !

Où dormir au som­met du Mont Kan­del : l’hôtel Berggasthaus Kan­del­hof
79271 St. Peter/ Kan­del
Tél. : +49 7660 250 00 00 (réser­va­tion impéra­tive : ils ser­vent les dîn­ers à 17h et fer­ment tôt !)

Seul héberge­ment à prox­im­ité du som­met, c’est une petite auberge famil­iale très plébisc­itée par les cyclistes car par­faite­ment située ! Le pro­prié­taire est telle­ment timide qu’on pour­rait le croire impoli : il ne faut pas s’en offus­quer, c’est avant tout une petite pen­sion sans pré­ten­tion !

Depuis l’hôtel, il suf­fit de tra­vers­er la route et de marcher pen­dant quelques min­utes pour accéder au som­met. Nous sommes sor­ties alors qu’il fai­sait encore nuit noire, pour aller nous installer face à l’est. Et quel spec­ta­cle !


Juste à côté de l’hôtel, une petite chapelle, et ce jardin qui a beau­coup amusé Petite Oreille...

Wald­kirch est une petite ville cernée par les mon­tagnes. Sur les hau­teurs, au milieu des arbres, on trou­ve un petit parc qui plaira à tous les âges, le Baumkro­nen­weg.

Parc Naturel d’aventures Wald­kirch : Baumkro­nen­weg
Are­al Stad­train­park
79183 Wald­kirch
Leur site web (en français !)

Le con­cept est assez sim­ple : mélanger l’activité sportive (par­cours dans les cimes) et la sen­si­bil­i­sa­tion à la nature avec de l’observation et petits jeux.

Il fal­lait voir la fierté de Petite Oreille à avancer ain­si dans les ponts sus­pendus ! Il y a quelques ponts sur lesquels on a dû la pren­dre dans les bras, mais glob­ale­ment elle pou­vait tout faire seule (le parc est con­seil­lé à par­tir de 4 ans, mais on peut venir avant et super­vis­er l’avancée de l’enfant).

Les petits jeux per­me­t­tent aux enfants de com­pren­dre la bio­di­ver­sité de la Forêt-Noire : oiseaux, écureuils, insectes, etc. C’est assez ludique, faisant appel aux sens : touch­er, écouter... Et à la fin, on peut grimper dans une cabane en forme d’écureuil !

 

Cra­pahuter dans les arbres ouvre l’appétit, voici l’un des restau­rants préférés des gens du coin !

Où manger : Märchen­café Nieder­bruck
An der Nieder­bruck 18
79263 Simon­wald

Pre­mière chose : on y mange bien (surtout si on aime les desserts !)
Deux­ième chose : les pro­prié­taires ont une lubie un peu bar­rée qui plaira à tous les enfants. A côté de la ter­rasse, ils ont con­stru­it un jardin féérique inspiré des con­tes. On y trou­ve des châteaux minia­tures, des per­son­nages, et tout un décor à explor­er. (J’ai eu un mal fou à con­va­in­cre Petite Oreille de par­tir...)

 

Autour du Feldberg

Le Feld­berg était la rai­son pour laque­lle je voulais revenir dans le Bade-Wurtem­berg. En 2015, j’avais été souf­flée par la beauté du lieu. A l’époque, je m’étais échap­pée de Fri­bourg pour une journée dans les mon­tagnes, et je m’étais promis de revenir ran­don­ner dans le coin.

Mal­heureuse­ment, ce matin-là, alors que j’étais enchan­tée de remon­ter au som­met du Feld­berg, le brouil­lard était ter­ri­ble­ment épais, et n’avait pas prévu de se lever...

Nous sommes quand même allées jusqu’au Feld­berg, pour ten­ter notre chance... C’est le plus haut som­met de la Forêt-Noire, nous espéri­ons secrète­ment qu’il dépasse des nuages.

En bas, à côté des park­ings, vous trou­verez la Mai­son de la Nature, avec des infor­ma­tions mais aus­si des activ­ités amu­santes pour les enfants afin d’en appren­dre plus sur la bio­di­ver­sité très par­ti­c­ulière à cet endroit pré­cis de la Forêt-Noire. Petite Oreille s’y est bien amusée et ça nous a per­mis d’attendre au chaud que la météo évolue (même si ça n’a servi à rien).

Tou­jours en bas, vous trou­verez égale­ment des restau­rants (nous avons mangé au Sin­er Zit, un ital­ien avec des jeux pour enfants) et des vendeurs de man­teaux et bon­nets !

Au som­met, après avoir pris les télé­cab­ines (ou marché, au choix), vous trou­verez une plate­forme ain­si qu’une tour d’observation.

On est finale­ment mon­té, espérant tou­jours que le brouil­lard se lève, mais ce fut un échec... On ne voy­ait pas à 10m.

Pour info, sans brouil­lard, ça ressem­ble à ça :



Pho­tos pris­es lors de mon pre­mier pas­sage au Feld­berg

Juste à côté du Mont Feld­berg, le lac Titisee per­met de faire de jolies virées en bateau. Je pen­sais louer un fam­i­ly donut, parce que le con­cept est très amu­sant, mais la météo ne per­me­t­tait pas de se baign­er. Nous nous sommes rabattues sur une prom­e­nade dans un beau bateau en bois, pour admir­er les rives du lac.

Titisee est une ville très touris­tique, où la qua­si-total­ité du cen­tre est dédiée à des bou­tiques de sou­venirs. Le soir, les cars repar­tent, la ville se vide, et les abor­ds du lac devi­en­nent très agréables.

Nous avons dor­mi dans une pen­sion un petit peu à l’écart de la ville, très agréable.

Où dormir à Titisee : Zum Löwen Unteres Wirtshaus
Lan­gen­nord­nach 4
79822 Titisee-Neustadt
Leur site web

En arrivant, Petit Oreille a tout de suite repéré le tram­po­line et les jeux, bien sûr...

Le restau­rant de l’hôtel est réputé, et bien rem­pli ! Ambiance boisée, clients qui fêtent un anniver­saire en fond sonore, Petite Oreille occupée par les colo­riages remis à chaque enfant... nous y avons passé une très bonne soirée !

Au bord du Schluchsee

Le Schluchsee est le lac que j’ai préféré de tout le voy­age, mais la météo aura sans doute aidé.Il était par­fait. Tout en longueur, calme, cerné par les mon­tagnes.

Nous dormions à côté du camp­ing, à quelques mètres du lac, à un endroit où il est un peu sauvage. La route est loin, seul un chemin de prom­e­nade mène ici depuis la ville. Alors ce soir-là, pen­dant que les campeurs alle­mands pré­paraient déjà leur din­er (et que nous digéri­ons encore le goûter), nous avons prof­ité du lac, presque seules.

Il n’y avait que cette rameuse qui se lais­sait porter au milieu de l’eau, prof­i­tant sans doute elle aus­si d’un instant de quié­tude.

L’eau était encore chaude, l’air aus­si. Alors on a enlevé les chaus­sures, mis les pieds dans l’eau (et plus si affinités con­cer­nant Petite Oreille, bien sûr), et on a regardé le soleil se couch­er der­rière les mon­tagnes.

C’est pour ces instants que j’aime le voy­age en famille. Enten­dre ma fille rire à gorge déployée parce qu’elle a éclaboussé sa tante, regarder ma sœur essay­er de lui appren­dre à faire des ric­o­chets dans l’eau... Savoir que c’est un instant sim­ple, totale­ment gra­tu­it, mais qui restera sans doute gravé dans nos mémoires.

Où dormir à Schluchsee : Chez Alfons
Gewann Zelt­platz 2 79859 Schluchsee
Tél. : +49 7624 980 460
Atten­tion, il n’y a per­son­ne sur le camp le soir, il faut impéra­tive­ment réserv­er et arriv­er tôt !

Chez Alfons, ce sont des héberge­ments inso­lites façon glamp­ing, au milieu des arbres. Nous avons opté pour le tipi, plutôt spa­cieux et agréable. Le site était calme, et nous a per­mis de pass­er une jolie soirée toutes les trois autour du feu de camp, à faire griller des légumes et du fro­mage !

Notez tout de même que : il vous faut amen­er votre sac de couchage (il y a des vrais lits et des mate­las mais pas de linge) et ne pas oubli­er votre lampe de poche (il n’y a que des petites bou­gies à l’intérieur mais pas d’électricité) car le chemin jusqu’aux san­i­taires n’est pas éclairé. Notez égale­ment que les san­i­taires sont en fait ceux du gros camp­ing famil­ial voisin, qu’il vous fau­dra tra­vers­er pour pass­er sous la voie de chemin de fer et rejoin­dre le lac. L’expérience est donc amu­sante, mais le lieu manque un petit peu d’infrastructures et de charme.

Petite Oreille était ravie de m’aider à couper du bois et à pré­par­er le feu. Et je ne par­le pas du moment où elle a inau­guré sa lampe frontale pour aller se laver les dents, des éclats de rire pen­dant tout le tra­jet !

Je ter­mine ce bil­let comme je l’ai com­mencé, avec une vidéo !


Ce pro­jet est le fruit d’une col­lab­o­ra­tion avec l’Office Nation­al Alle­mand du Tourisme. Je reste libre dans mes choix édi­to­ri­aux.

10 Commentaires

  1. Petite Oreille est déjà bien par­tie pour devenir une sacré aven­turière ! et la frontale va vite devenir l’objet fétiche... (ma 12 ans l’a tou­jours à côté du lit, sait-on jamais 😉 ! ) Tes pho­tos sont mag­nifiques, comme tou­jours ! ces paysages me sont très fam­i­liers, orig­i­naire d’Alsace de nom­breuses escapades passent par la forêt noire et j’y retourne tous les ans lors de notre pas­sage en métro­pole, mais je con­tin­ue à décou­vrir des lieux en te lisant, et j’ai main­tenant très très très envie d’aller dormir et manger au coin du feu près de la roulotte ! mer­ci pour cette prom­e­nade 😉 et une belle année avec toute la douceur de vivre espérée pour l’accompagner...

  2. J’ai décou­vert votre blog hier soir. Quelle aubaine ! J’en ai presque pas dor­mi de la nuit, tout impa­tiente que j’étais de pou­voir m’y plonger dedans ce matin pen­dant la sieste de bébé.
    J’adore votre style ! Mer­ci de ce partage. Et puis, j’avais pas pen­sé à la forêt noire comme des­ti­na­tion de vacances, mais vous m’avez don­né envie. Ça a l’air juste par­fait pour par­tir avec des enfants !
    Bon, je pour­su­is ma vis­ite sur votre site !

  3. Quelle star cette Petite Oreille !
    Tu par­les, c’est sur, les enfants adorent ce genre de par­cours pieds-nu, c’est très « Montes­sorien » comme approche !

  4. Han j’avais adoré la 1ere vidéo. Mer­ci pour l’article et toutes ces adress­es ! J-avais hâte d’en savoir plus. Com­ment avez vous fait pour aller d’un point à l’autre ? Loca­tion de voiture ? C’est très ten­tant même l’hiver !
    Y êtes vous allés l’été ? Pour com­bi­en de temps ? Mer­ci en tout cas c’est mag­nifique ces paysages !

  5. Super arti­cle !! Ca fait longtemps que je veux y aller (même si j’ai lu des thrillers dessus qui font froid dans le dos haha).
    Mer­ci pour ces belles images !

  6. Bon­jour, mer­ci pour vos très bon réc­its. Vous utilisez tou­jours le Canon 5D Mark III pour vos pho­tos et vidéos ?

      1. Ah oui et j’ai vu dans votre dernier arti­cle sur l’Ecosse (top égale­ment !) que vous l’utilisiez égale­ment. Qu’est ce qui jus­ti­fie ce choix de pass­er du 5d au 6d ?

  7. Me ha encan­ta­do leer este artícu­lo. La pequeña es una deli­cia, una niña fan­tás­ti­ca, adorable. En real­i­dad, todos vue­stros artícu­los son fasci­nantes. Me gus­tan muchísi­mo vues­tras fotos y tra­to de apren­der de ella. Es una suerte haber encon­tra­do vue­stro blog, el cual sigo des­de hace mucho tiem­po.
    Muchas gra­cias por vues­tras pal­abras y por tan bel­las imá­genes.

    Salu­dos.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest