Bonnes adresses pour des vacances en famille dans la Forêt-Noire

En septembre, je passai une semaine dans la Forêt-Noire avec ma fille et ma sœur. L’été se terminait doucement, nous offrant de belles journées chaudes, parfaites pour les baignades dans les lacs et rivières de la région.

Commençons par un petit résumé en vidéo :

La Forêt-Noire (Schwarzwald), c’est en Allemagne, dans le Bade-Wurtemberg. Ma sœur et moi avions déjà visité quelques villes de la région, et mourions d’envie d’aller explorer ces montagnes et cette forêt qui nous toisaient ainsi lors de nos précédents séjours, aux portes de Stuttgart ou de Friburg.

Nous avons pris le train depuis Paris pour passer la frontière et, quelques minutes plus tard, nous retrouver à Karlsruhe, point de départ de notre voyage. C’était parti pour une semaine de promenades, baignades et rencontres dans la Forêt-Noire !

Arrêt baignade pour Petite Oreille, pendant l’une de nos randonnées !

 

Autour de Bad Wildbad

Le Baumwipfelpfad Steigerwald est probablement l’un des sites touristiques les plus connus de la région. Un petit funiculaire nous emmène de Bad Wildbad vers la montagne Sommerberg, d’où part le Sentier de la canopée de la Forêt Noire. Une grande passerelle en bois, totalement sécurisée (et accessible pour les poussettes et fauteuils), permet de marcher au milieu des cimes. La promenade est jalonnée de jeux permettant de tester son équilibre et son vertige, avant de nous mener au clou du spectacle…

La passerelle se termine sur une grande spirale, en haut de laquelle on domine la Forêt-Noire. La structure est vraiment impressionnante et on admire autant la construction que le panorama !

Baumwipfelpfad, le sentier de la canopée de la Forêt-Noire
Prendre le Sommerbergbahn (le funiculaire) :
Uhlandplatz 5
75323 Bad Wildbad
Plus d’infos sur le site internet.

Au centre, un gigantesque toboggan, lui aussi en spirale, permet de redescendre, mais attention, non seulement c’est payant, mais en plus il faut avoir minimum 6 ans pour pouvoir l’emprunter !
J’ai vu quelques enfants pleurer à cause de cela : les parents promettent un tour si l’enfant marche jusqu’en haut, et découvrent le panneau précisant l’âge minimum… Heureusement, Petite Oreille avait totalement oublié l’idée du toboggan, ouf !

Le retour se fait par des sentiers de randonnée, et peut permettre de passer ainsi toute la journée sur la montagne (en surveillant l’heure du dernier funiculaire pour le retour).

 

Juste à la sortie du Baumwipfelpfad Steigerwald, avant d’entamer le retour par les sentiers, se trouve un gros chalet-auberge : la Gasthaus Skihütte-Sommerberg. Le bâtiment est très joli mais était en pleine réfection lors de notre passage ; vous n’en aurez donc aucune image, il faudra aller voir par vous-même !

Où manger : Gasthaus Skihütte-Sommerberg

C’est un restaurant familial où l’on commande au comptoir avant d’aller s’assoir en terrasse pour admirer la vue. Le propriétaire s’est plié en quatre pour qu’on essaie de se comprendre avec mes bribes d’allemand et son anglais rouillé, et on a bien mangé (simple, avec des prix raisonnables).

Où dormir à Bad Wildbad : Kleinenzhof
Kleinenzhof Harter KG
Kleinenzhof 1
75323 Bad Wildbad
Leur site web

Le Kleinenzhof est un family resort, le genre d’endroit où j’aurais adoré venir quand j’étais gosse !

D’un côté, un grand camping, de l’autre, des appartements (et au milieu quelques chambres). En bas, une rivière (avec des radeaux à disposition !), puis la forêt. En haut, des cerfs, des chevaux et des chèvres (avec un enclos en libre accès). Une piscine extérieure, et une intérieure. Et partout des jeux : pelleteuse dans le sable, trampoline, baby-foot […] et une dînette dans le restaurant, pour occuper les enfants pendant que les adultes mangent ! Il y a même une salle de jeux intérieure, pour s’occuper en cas de mauvais temps, ou le soir. J’ai rarement vu un lieu avec autant de choses disponibles pour les enfants.

Bref, un bel endroit pour s’installer quelques jours et profiter des infrastructures entre deux randonnées !

Le barrage Schwarzenbach, à Forbach, a créé un grand lac artificiel à l’eau cristalline. Les voitures sont interdites sur le barrage lui-même, ce qui en fait un chouette lieu de promenade pour les gens du coin et les touristes ! Une fois le barrage traversé, on trouve des sentiers de promenade et des petites plages. Prévoyez des chaussures méduses pour vous baigner !

Sur le lac, il est également possible de louer un bateau à l’heure. Nous avons opté pour le pédalo. C’était plutôt agréable mais il est à retenir qu’une enfant de 2 ans n’est pas forcément capable de comprendre qu’elle ne peut pas sauter dans tous les sens ni plonger dans le lac toute seule !

Autour de Baiersbron

La route vers Baiersbron était superbe, surtout en fin de journée. Le soleil jouait avec les branches et la vue sur les montages était magnifique dès que nous sortions de la forêt.

Où dormir à Baiersbronn : hôtel Schliffkopf
Schwarzwaldhochstraße 1
72270 Schliffkopf (Baiersbronn)
Leur site web

Situé au sommet d’une colline, c’est le seul hôtel du parc national de la Forêt-Noire. La vue est très sympa (malheureusement la météo n’était pas d’accord pour que je fasse des photos ce matin-là), le restaurant est très bon, et les enfants y sont tellement bien reçus qu’ils repartent avec un petit ours en peluche, mascotte de l’hôtel !

Il est possible de randonner librement dans le parc national. Nous avons fait une boucle au départ du centre d’information de Seebach, en suivant le fléchage. Nous avons marché dans la forêt, ramassé des bâtons et des pommes de pin (beaucoup !), mangé des mûres (encore plus !), admiré la vue sur un petit lac… puis fini devant des tartes aux pommes dans le petit chalet-restaurant qui se trouve à la croisée de plusieurs chemins !

Le parc pieds nus de Dornstetten-Hallwangen est un de mes gros coups de cœur du voyage, et en plus, c’est gratuit ! Photographiquement, ce n’est pas très intéressant : pas de paysage incroyable, pas de vue dégagée… mais qu’est-ce qu’on a rigolé ! Et finalement, c’est le plus important quand on voyage avec ses enfants, non ?

On commence par enlever ses chaussures (on peut les laisser dans un casier), on remonte son pantalon, et c’est parti pour 2,4km de découvertes sensorielles et autres jeux d’équilibre qui mettent les pieds à rude épreuve !

On marche dans de l’eau, sur du bois, des pierres, de l’herbe, des écorces, de la paille, un grand trampoline mais aussi des clous et du verre pilé ! Petite Oreille était comme une folle, on aurait pu refaire le parcours trois fois !

Le parc pieds nus de Dornstetten-Hallwangen
Silberwaldstraße
72280 Dornstetten-Hallwangen
Le parc est gratuit, seul le parking est payant.

La fin du parcours nous ramène au début, devant les casiers… et les robinets pour se laver les pieds !
Pensez à prendre une serviette pour vous sécher les pieds après les avoir lavés.

 

Autour de Pfalzgrafen-Edelweiler

Autre gros coup de cœur du voyage, la ferme-auberge de Dorothée. Des animaux, des jeux partout, et des gens adorables, que demander de plus ?

Où dormir :
Ferienhof Hirschfeld
Teichweg 2
72285 Pfalzgrafen-Edelweiler
Leur site web.

Le mari de Dorothée est agriculteur (tous les produits laitiers servis seront donc fait maison !), et c’est donc tout naturellement qu’ils proposent des appartements (à la semaine) et deux roulottes au milieu des champs et des animaux. En écrivant ces lignes, je me souviens du sourire de Dorothée lorsqu’au matin, elle a emmené Petite Oreille visiter la ferme, donner à manger aux veaux, grattouiller les cochons, caresser la chèvre et le mouton.

Dorothée soigne ses invités comme peu de personnes savent le faire. Ainsi, chaque jour, une activité est proposée, gratuitement, et elle distribue un petit programme avec des idées de visites adaptées à la météo !
Nous avons diné autour du feu avec les autres vacanciers séjournant chez Dorothée, en faisant cuire du pain, des pommes de terre et du fromage dans les braises : toutes les familles étaient ravies de leur séjour !

Je vous conseille vivement de passer la semaine dans l’un des appartements, et de terminer par une nuit en roulotte.

Et Petite Oreille est repartie avec un autre nounours aux couleurs de la ferme !

 

A vélo sur la Kinzigtalradweg

En Allemagne, il y a des pistes cyclables partout, et la culture vélo est vraiment très présente. Nous avons donc fait une chose que j’aime beaucoup : prendre des vélos de location, se promener et rentrer par le train !

L’itinéraire que nous avons choisi nous menait de Lossburg à la jolie ville de Wolfach, en traversant la forêt et de mignons petits villages. Vous trouverez le tracé ici, mais c’est globalement fléché. Nous avons été optimistes en pensant faire le trajet aller dans la matinée, et je vous conseille vraiment d’y consacrer la journée : c’était très frustrant de ne pas pouvoir s’arrêter partout où on le voulait, et notamment dans les villages.

Le Zweitälerland et le mont Kandel

La région du Zweitälerland est dominée par le mont Kandel (1241m), la plus haute montagne de la Moyenne Forêt-Noire. Au sommet, le panorama est aussi beau au coucher qu’au lever du soleil avec une vue incomparable sur les hauteurs de la Forêt Noire et la plaine du Rhin. Bref, c’est un des incontournables pour tout voyage en Forêt-Noire !

Pour pouvoir y être tôt (et/ou) tard, le mieux c’est encore de dormir sur place !

Où dormir au sommet du Mont Kandel : l’hôtel Berggasthaus Kandelhof
79271 St. Peter/ Kandel
Tél. : +49 7660 250 00 00 (réservation impérative : ils servent les dîners à 17h et ferment tôt !)

Seul hébergement à proximité du sommet, c’est une petite auberge familiale très plébiscitée par les cyclistes car parfaitement située ! Le propriétaire est tellement timide qu’on pourrait le croire impoli : il ne faut pas s’en offusquer, c’est avant tout une petite pension sans prétention !

Depuis l’hôtel, il suffit de traverser la route et de marcher pendant quelques minutes pour accéder au sommet. Nous sommes sorties alors qu’il faisait encore nuit noire, pour aller nous installer face à l’est. Et quel spectacle !


Juste à côté de l’hôtel, une petite chapelle, et ce jardin qui a beaucoup amusé Petite Oreille…

Waldkirch est une petite ville cernée par les montagnes. Sur les hauteurs, au milieu des arbres, on trouve un petit parc qui plaira à tous les âges, le Baumkronenweg.

Parc Naturel d’aventures Waldkirch : Baumkronenweg
Areal Stadtrainpark
79183 Waldkirch
Leur site web (en français !)

Le concept est assez simple : mélanger l’activité sportive (parcours dans les cimes) et la sensibilisation à la nature avec de l’observation et petits jeux.

Il fallait voir la fierté de Petite Oreille à avancer ainsi dans les ponts suspendus ! Il y a quelques ponts sur lesquels on a dû la prendre dans les bras, mais globalement elle pouvait tout faire seule (le parc est conseillé à partir de 4 ans, mais on peut venir avant et superviser l’avancée de l’enfant).

Les petits jeux permettent aux enfants de comprendre la biodiversité de la Forêt-Noire : oiseaux, écureuils, insectes, etc. C’est assez ludique, faisant appel aux sens : toucher, écouter… Et à la fin, on peut grimper dans une cabane en forme d’écureuil !

 

Crapahuter dans les arbres ouvre l’appétit, voici l’un des restaurants préférés des gens du coin !

Où manger : Märchencafé Niederbruck
An der Niederbruck 18
79263 Simonwald

Première chose : on y mange bien (surtout si on aime les desserts !)
Deuxième chose : les propriétaires ont une lubie un peu barrée qui plaira à tous les enfants. A côté de la terrasse, ils ont construit un jardin féérique inspiré des contes. On y trouve des châteaux miniatures, des personnages, et tout un décor à explorer. (J’ai eu un mal fou à convaincre Petite Oreille de partir…)

 

Autour du Feldberg

Le Feldberg était la raison pour laquelle je voulais revenir dans le Bade-Wurtemberg. En 2015, j’avais été soufflée par la beauté du lieu. A l’époque, je m’étais échappée de Fribourg pour une journée dans les montagnes, et je m’étais promis de revenir randonner dans le coin.

Malheureusement, ce matin-là, alors que j’étais enchantée de remonter au sommet du Feldberg, le brouillard était terriblement épais, et n’avait pas prévu de se lever…

Nous sommes quand même allées jusqu’au Feldberg, pour tenter notre chance… C’est le plus haut sommet de la Forêt-Noire, nous espérions secrètement qu’il dépasse des nuages.

En bas, à côté des parkings, vous trouverez la Maison de la Nature, avec des informations mais aussi des activités amusantes pour les enfants afin d’en apprendre plus sur la biodiversité très particulière à cet endroit précis de la Forêt-Noire. Petite Oreille s’y est bien amusée et ça nous a permis d’attendre au chaud que la météo évolue (même si ça n’a servi à rien).

Toujours en bas, vous trouverez également des restaurants (nous avons mangé au Siner Zit, un italien avec des jeux pour enfants) et des vendeurs de manteaux et bonnets !

Au sommet, après avoir pris les télécabines (ou marché, au choix), vous trouverez une plateforme ainsi qu’une tour d’observation.

On est finalement monté, espérant toujours que le brouillard se lève, mais ce fut un échec… On ne voyait pas à 10m.

Pour info, sans brouillard, ça ressemble à ça :



Photos prises lors de mon premier passage au Feldberg

Juste à côté du Mont Feldberg, le lac Titisee permet de faire de jolies virées en bateau. Je pensais louer un family donut, parce que le concept est très amusant, mais la météo ne permettait pas de se baigner. Nous nous sommes rabattues sur une promenade dans un beau bateau en bois, pour admirer les rives du lac.

Titisee est une ville très touristique, où la quasi-totalité du centre est dédiée à des boutiques de souvenirs. Le soir, les cars repartent, la ville se vide, et les abords du lac deviennent très agréables.

Nous avons dormi dans une pension un petit peu à l’écart de la ville, très agréable.

Où dormir à Titisee : Zum Löwen Unteres Wirtshaus
Langennordnach 4
79822 Titisee-Neustadt
Leur site web

En arrivant, Petit Oreille a tout de suite repéré le trampoline et les jeux, bien sûr…

Le restaurant de l’hôtel est réputé, et bien rempli ! Ambiance boisée, clients qui fêtent un anniversaire en fond sonore, Petite Oreille occupée par les coloriages remis à chaque enfant… nous y avons passé une très bonne soirée !

Au bord du Schluchsee

Le Schluchsee est le lac que j’ai préféré de tout le voyage, mais la météo aura sans doute aidé.Il était parfait. Tout en longueur, calme, cerné par les montagnes.

Nous dormions à côté du camping, à quelques mètres du lac, à un endroit où il est un peu sauvage. La route est loin, seul un chemin de promenade mène ici depuis la ville. Alors ce soir-là, pendant que les campeurs allemands préparaient déjà leur diner (et que nous digérions encore le goûter), nous avons profité du lac, presque seules.

Il n’y avait que cette rameuse qui se laissait porter au milieu de l’eau, profitant sans doute elle aussi d’un instant de quiétude.

L’eau était encore chaude, l’air aussi. Alors on a enlevé les chaussures, mis les pieds dans l’eau (et plus si affinités concernant Petite Oreille, bien sûr), et on a regardé le soleil se coucher derrière les montagnes.

C’est pour ces instants que j’aime le voyage en famille. Entendre ma fille rire à gorge déployée parce qu’elle a éclaboussé sa tante, regarder ma sœur essayer de lui apprendre à faire des ricochets dans l’eau… Savoir que c’est un instant simple, totalement gratuit, mais qui restera sans doute gravé dans nos mémoires.

Où dormir à Schluchsee : Chez Alfons
Gewann Zeltplatz 2 79859 Schluchsee
Tél. : +49 7624 980 460
Attention, il n’y a personne sur le camp le soir, il faut impérativement réserver et arriver tôt !

Chez Alfons, ce sont des hébergements insolites façon glamping, au milieu des arbres. Nous avons opté pour le tipi, plutôt spacieux et agréable. Le site était calme, et nous a permis de passer une jolie soirée toutes les trois autour du feu de camp, à faire griller des légumes et du fromage !

Notez tout de même que : il vous faut amener votre sac de couchage (il y a des vrais lits et des matelas mais pas de linge) et ne pas oublier votre lampe de poche (il n’y a que des petites bougies à l’intérieur mais pas d’électricité) car le chemin jusqu’aux sanitaires n’est pas éclairé. Notez également que les sanitaires sont en fait ceux du gros camping familial voisin, qu’il vous faudra traverser pour passer sous la voie de chemin de fer et rejoindre le lac. L’expérience est donc amusante, mais le lieu manque un petit peu d’infrastructures et de charme.

Petite Oreille était ravie de m’aider à couper du bois et à préparer le feu. Et je ne parle pas du moment où elle a inauguré sa lampe frontale pour aller se laver les dents, des éclats de rire pendant tout le trajet !

Je termine ce billet comme je l’ai commencé, avec une vidéo !


Ce projet est le fruit d’une collaboration avec l’Office National Allemand du Tourisme. Je reste libre dans mes choix éditoriaux.

Articles qui pourraient vous plaire

10 Commentaires

carla 11 janvier 2017 à 19:49

Petite Oreille est déjà bien partie pour devenir une sacré aventurière! et la frontale va vite devenir l’objet fétiche… (ma 12 ans l’a toujours à côté du lit, sait-on jamais 😉 ! ) Tes photos sont magnifiques, comme toujours! ces paysages me sont très familiers, originaire d’Alsace de nombreuses escapades passent par la forêt noire et j’y retourne tous les ans lors de notre passage en métropole, mais je continue à découvrir des lieux en te lisant, et j’ai maintenant très très très envie d’aller dormir et manger au coin du feu près de la roulotte ! merci pour cette promenade 😉 et une belle année avec toute la douceur de vivre espérée pour l’accompagner…

Répondre
Alex 12 janvier 2017 à 12:08

J’ai découvert votre blog hier soir. Quelle aubaine! J’en ai presque pas dormi de la nuit, tout impatiente que j’étais de pouvoir m’y plonger dedans ce matin pendant la sieste de bébé.
J’adore votre style! Merci de ce partage. Et puis, j’avais pas pensé à la forêt noire comme destination de vacances, mais vous m’avez donné envie. Ça a l’air juste parfait pour partir avec des enfants!
Bon, je poursuis ma visite sur votre site!

Répondre
Anne 12 janvier 2017 à 13:31

Quelle star cette Petite Oreille!
Tu parles, c’est sur, les enfants adorent ce genre de parcours pieds-nu, c’est très « Montessorien » comme approche!

Répondre
Soph 12 janvier 2017 à 22:48

Han j’avais adoré la 1ere vidéo. Merci pour l’article et toutes ces adresses! J-avais hâte d’en savoir plus. Comment avez vous fait pour aller d’un point à l’autre? Location de voiture? C’est très tentant même l’hiver !
Y êtes vous allés l’été? Pour combien de temps? Merci en tout cas c’est magnifique ces paysages!

Répondre
Julia LT 15 janvier 2017 à 14:22

Super article !! Ca fait longtemps que je veux y aller (même si j’ai lu des thrillers dessus qui font froid dans le dos haha).
Merci pour ces belles images!

Répondre
Christophe 15 janvier 2017 à 16:01

Bonjour, merci pour vos très bon récits. Vous utilisez toujours le Canon 5D Mark III pour vos photos et vidéos ?

Répondre
Madame Oreille 16 janvier 2017 à 13:18

En l’occurrence, c’est le 6d !

Répondre
Christophe 20 janvier 2017 à 13:36

Ah oui et j’ai vu dans votre dernier article sur l’Ecosse (top également !) que vous l’utilisiez également. Qu’est ce qui justifie ce choix de passer du 5d au 6d ?

Répondre
Mari Carmen 19 janvier 2017 à 12:27

Me ha encantado leer este artículo. La pequeña es una delicia, una niña fantástica, adorable. En realidad, todos vuestros artículos son fascinantes. Me gustan muchísimo vuestras fotos y trato de aprender de ella. Es una suerte haber encontrado vuestro blog, el cual sigo desde hace mucho tiempo.
Muchas gracias por vuestras palabras y por tan bellas imágenes.

Saludos.

Répondre
Romain 24 janvier 2017 à 7:22

Très jolie, ça donne envie de se promener en forêt 🙂

Répondre

Laisser un commentaire