Une journée à Pforzheim : 3 idées de visite

Com­ment ça se prononce, Pforzheim ? Comme ça : pfɔʁʦhaɪ̯m. Sinon : Pffort’zayme, à peu près. Mais je crois qu’ils ne nous en voudront pas de ne pas savoir.

Avant de se lancer à l’assaut de Pfozheim, il faut savoir une chose : cette petite ville du Bade-Wurtem­berg a presque été inté­grale­ment détru­ite pen­dant la guerre, puis recon­stru­ite dans les années 50. Le faste et le pit­toresque du passé de Pforzheim ont fait place a une archi­tec­ture sim­ple et effi­cace : loger des gens, vite. De petits ves­tiges se cachent tout même ça et là, pour rap­pel­er la grandeur de la ville...

pforzheim

Ci-dessus et ci-dessous, l’Evan­ge­lis­che Stadtkirche de Pforzheim, con­stru­ite à la fin des années 60. Vis­i­ble depuis à peu près n’importe quel endroit du cen­tre ville, c’est un bon point de repère pour retrou­ver son chemin !

Le Bade-Wurtem­berg a par­mi ses spé­cial­ités les Maultaschen, des ravi­o­li four­rés. On les trou­ve un peu partout, générale­ment à la viande mais l’option végé­tari­enne est presque sys­té­ma­tique­ment disponible. Et à côté, sur le car­net, j’ai cro­qué « Die Claque », une des qua­tre sculp­tures de Gui­do Mess­er (un argentin qui a étudié l’orfèvrerie à Pforzheim, avant d’aller faire les Beaux-Arts à Stuttgart), représen­tant des hommes en train d’applaudir. On trou­ve des œuvres d’art un peu partout dans Pforzheim, une façon de se réap­pro­prier la ville, sans doute.

Où boire une bière et manger : Schloßkeller
Bahn­hof­pl. 3
75175 Pforzheim

Au Schloßkeller, il y a les habitués. Vous me direz que tous les bars ont des habitués, c’est ce qui fait leur chiffre d’affaire. Certes. Mais ici, les habitués lais­sent leur chope à demeure, dans un casi­er ! Ain­si, quand ils arrivent, ils peu­vent aller chercher leur pro­pre récip­i­ent pour le faire rem­plir. Ce serait dom­mage de boire sa bière dans la même pinte que tout le monde !

 

Première chose à voir à Pforzheim :
le Gazomètre

Définir le Gazomètre n’est pas chose aisée : trans­former un réser­voir à gaz en machine à remon­ter le temps.

C’est une anci­enne réserve de gaz, le bati­ment est en cela déjà intéres­sant. Jusque dans les années 2000, le gaz qui ali­men­tait la ville y était stocké. Puis ils se sont dit que c’était un peu dan­gereux, quand même ! Mais plutôt que de le détru­ire, le bati­ment a été dédié à des expo­si­tions mon­u­men­tales de l’artiste Yade­gar Asisi : des panora­mas à 360°.

Gas­om­e­ter
Hohwiesen­weg 6
75175 Pforzheim
Assez facile à trou­ver, un petit chemin per­met une jolie prom­e­nade le long de la riv­ière, entre le cen­tre ville et le Gazomètre

Lors de ma vis­ite, le panora­ma à 360° plongeait les vis­i­teurs dans la Rome de l’an 312. Le con­cept de Yade­gar Asisi est de dérouler un gigan­tesque mon­tage pho­to, imprimé sur des toiles ten­dues tout autour d’une tour d’observation (faut pas regarder de trop près...). On peut alors se déplac­er pour observ­er tous les détails, à la manière d’un Où est Char­lie. Les jeux de lumière et les bruitages ren­dent le tableau vivant : les coqs sur la lumière dorée, la vie bouil­lon­nante au zénith, le calme appar­ent de la nuit bleutée.

Asisi expose ses panora­mas dans plusieurs villes (on en trou­ve à Leipzig, Dres­de, Berlin, et même à Rouen !) et les change régulière­ment. L’idée est tou­jours de représen­ter un lieu dans un moment de son his­toire. En l’occurrence, à Pforzheim, c’est donc Rome en l’an 312, le jour où l’empereur Con­stan­tin prend pos­ses­sion de la ville.

Une expo­si­tion com­plète le panora­ma, à l’entrée du bati­ment, afin de com­pren­dre tous les détails.

Deuxième chose à voir à Pforzheim :
Schmuckmuseum, le musée de la bijouterie

Pforzheim a un passé pres­tigieux. Elle fut l’une des cap­i­tales de l’orfèvrerie. Sur les 400 arti­sans et entre­pris­es qui étaient étab­lis ici au 18ème siè­cle, il n’en reste que très peu mais la ville con­serve une école réputée et un musée du bijou.

Schmuck­mu­se­um
Jahn­str. 42
75173 Pforzheim, 

Le musée pro­pose de retrac­er plusieurs mil­lé­naires de bijouterie, pas­sant de l’Antiquité aux bijoux africains, de la mon­tre à gous­set aux créa­tions con­tem­po­raines, et ce à tra­vers plus de 2000 pièces...

Le musée pro­pose aus­si des expo­si­tions tem­po­raires et un petit café-restau­rant.

Si vous êtes en famille, ou si vous vous sen­tez l’âme créa­tive, le musée pro­pose des ate­liers de fab­ri­ca­tion de  bijoux. On vous donne un morceau de cuiv­re ou d’argent, et on vous accom­pa­gne dans toutes les étapes pour utilis­er chaque out­il.

C’est plutôt amu­sant et ça ravi­ra cer­taine­ment les plus jeunes (enfin, pas trop jeunes non plus, hein, on se com­prend !). C’est unique­ment en alle­mand, mais je n’en par­le pas un mot et tout s’est bien passé (un peu d’anglais, quelques mimes, on arrive tou­jours à se com­pren­dre !).

 

Troisième chose à voir à Pforzheim :
la Forêt-Noire depuis la Hohe Warte

Si vous venez à Pforzheim, il y a de grandes chances que ce soit pour la Forêt-Noire (et vous avez bien rai­son !). Mais si vous n’êtes que de pas­sage et voulez tout de même un petit aperçu, ren­dez-vous à la Hohe Warte, une tour qui offre un joli panora­ma sur la forêt depuis ses 40m de haut.

La tour est à côté d’, dans la ban­lieue de Pforzheim. Vous la trou­verez facile­ment sur google maps. Pour s’y ren­dre, il suf­fit de pren­dre le bus (le ter­mi­nal est à côté de la gare fer­rovi­aire) pen­dant une quin­zaine de min­utes puis de marcher un peu. Éventuelle­ment, faites-vous indi­quer le chemin à l’Office de Tourisme (à côté de la gare) avant d’y aller !


Plus d’articles sur le Bade-Wurtem­berg !


Mon matériel photo sur ce voyage

20160611_165612
Appareil reflex Canon 5d mark II // Objec­tif Canon 16–35 II // Objec­tif Canon 50 1.4


Le pro­jet #Jaime­LAlle­magne est le fruit d’une col­lab­o­ra­tion entre le Col­lec­tif des blogueurs voy­age et l’Office Nation­al Alle­mand du Tourisme. Tous les choix édi­to­ri­aux des bil­lets pro­duits suite à ce voy­age me revi­en­nent.

9 Commentaires

  1. j’ai du mal à tranch­er : Meilleure en cro­quis ou en pho­to ?? J’arrive pas...mais si ca con­tin­ue comme ça, ça va finir par pencher côté dessin....durdur...photopicy.com (Pforzheim c’est près de ma ville natale...Strasbourg, super aus­si)

  2. Très sym­pa. Je suis passée dans cette région cet été mais n’ai pas fait cette ville. La tour est un point de vue intéres­sant, la région est très belle.
    J’adore le con­cept des chopes per­son­nelles, à importer d’urgence ! 🙂
    Tu arrives tou­jours à te faire com­pren­dre sans par­ler alle­mand, même dans les trans­ports en com­mun où sou­vent ils ne par­lent pas ou très peu anglais ?

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest