fbpx

Décomposition d’une photo n°2

par Madame Oreille

Cet arti­cle a été écrit à l’avance et pro­gram­mé. Je me trou­ve actuelle­ment quelque part au Mali.
Pour chaque semaine d’absence, j’ai sélec­tion­né une pho­to que je vais « démon­ter » devant vous, en vous par­lant des con­di­tions de prise de vue, de mes inten­tions, de mes erreurs, du post-traitement.

Cette fois-ci, direc­tion la Mayenne. C’est quoi ? C’est où ? Hé bien c’est tout sim­ple­ment un départe­ment français assez mécon­nu mais qui mérite quand même qu’on s’y attarde. Nous sommes allés y faire du bateau pen­dant un week-end à la fin de l’été. De l’eau, des arbres, le calme ; bref, le paradis !

Il doit être 7h quand je sors du bateau. Il fait froid mais le soleil com­mence à point­er son nez. La scène qui s’of­fre à moi est mag­nifique, entre lever du soleil, brume à la sur­face de l’eau et pêcheur mati­nal. Ni une ni deux, je retourne chercher mon appareil.

Si j’ai choi­sis cette image pour cette deux­ième décom­po­si­tion, c’est qu’elle ressem­ble sur beau­coup de points à la pre­mière, tout en béné­fi­ciant d’un traite­ment très dif­férent. J’ai util­isé le même matériel (un Canon 550D, avec un Sig­ma 10–20 et un fil­tre polar­isant) mais j’avais égale­ment les mêmes inten­tions dans la com­po­si­tion : utilis­er un cadrage symétrique pour met­tre en valeur les reflets et le calme, inspir­er l’har­monie et la sérénité. Vous noterez que même si la ligne d’hori­zon se trou­ve au milieu, j’ai placé le point de fuite sur l’un des tiers de l’im­age, de sorte à créer un min­i­mum de dynamique : à l’in­verse de la pho­to du Laos, il y a ici de la vie, même si elle dort encore un peu !

Pour rap­pel, si vous n’êtes pas fam­i­li­er avec le vocab­u­laire pho­tographique, vous pou­vez trou­ver le glos­saire, mais égale­ment deux arti­cles expli­quant les bases de la pho­togra­phie (1 et 2).

Là où les deux images vont dif­fér­er, c’est dans le traite­ment que je vais apporter, et c’est en cela qu’il me sem­blait intéres­sant de vous mon­tr­er les deux.

Voici donc l’im­age brute, sor­tie de l’appareil :


J’ai shooté en RAW, bien sûr, et la pre­mière étape va donc con­sis­ter à dévelop­per mon fichi­er. Je trou­ve la ver­sion brute très éloignée de ce que j’ai vu ce matin-là. C’est froid, on ne dis­tingue pas la brume, ni le pêcheur. J’au­rais bien sûr pu sur­ex­pos­er légère­ment pour gag­n­er du détail dans les zones som­bres, mais je n’au­rais alors pas vu les nuages. Quant à la bal­ance des blancs, je la laisse en automa­tique, parce que c’est rarement très éloigné, et que de toute façon j’aime la mod­i­fi­er légère­ment grâce au RAW : il vaut mieux se con­cen­tr­er sur autre chose !

Ici, en plus du com­bo vignettage-clarté-con­traste-vibrance, je vais donc réchauf­fer l’im­age grâce à la bal­ance des blancs, et éclair­er un peu les zones sombres.
 

 
C’est déjà plus proche de ce que mes yeux m’in­ven­tent in situ, mais il reste quelques détails à soign­er sous Pho­to­shop (sinon c’est pas drôle !).
Grâce à l’out­il « tons fon­cés / tons clairs » (image > réglages), je reprends un peu de détails dans les blancs sur la droite (il faut dup­pli­quer le calque puis appli­quer un masque pour ne tra­vailler que sur les zones qui le nécessitent).

Ensuite, j’ai créé une série de masques de réglages pour, d’une part, faire ressor­tir la brume, et d’autre part, ren­forcer le côté mati­nal.
Il y a ain­si un calque de niveau sur lequel je suis venue « pein­dre » pour blanchir cette fichue brume mais égale­ment un deux­ième calque qui, lui, m’a per­mis de fon­cer le reflet des arbres, pour forcer ain­si le con­traste et faire davan­tage ressor­tir la « fumée ».
Pour l’aspect mati­nal, j’u­tilise sou­vent le calque de réglage « fil­tre pho­to ». Lui aus­si prend tout son intérêt si on ne l’ap­plique pas sur la glob­al­ité de l’im­age mais qu’on vient pein­dre les zones con­cernées. Ici il y a un pre­mier fil­tre réchauf­fant qui bor­de les arbres puis un fil­tre magen­ta qui vient épouser le pour­tour de l’autre. Un lever ou un couch­er de soleil est tou­jours fait d’une mul­ti­tude de couleurs, il ne faut pas hésiter à mul­ti­pli­er les calques.

Et voici donc ce que ça donne à la fin (note : j’ai mis plus de temps à écrire cet arti­cle qu’à faire la retouche, c’est plus sim­ple qu’il n’y paraît !)
 

Poursuivre la lecture vers un autre article..

11 commentaires

Marie 17 janvier 2012 - 10:18

Bluffant ! Je me serais arrêtée avant l’é­tape Pho­to­shop, mais le ren­du est extra ! C’est tou­jours super intéres­sant de com­pren­dre l’in­ten­tion du photographe^^

Répondre
Simon 17 janvier 2012 - 10:43

Belle démon­stra­tion Aurélie. Et super cliché qui plus est.
Tu as un fil­tre gris n’est-ce pas 😉 Mer­ci pour l’idée des fil­tres que je n’u­tilise jamais.

Répondre
tewoz 17 janvier 2012 - 11:08

Mer­ci, très instruc­tif, comme d’hab 😉

Répondre
Minami-o 17 janvier 2012 - 11:21

Mer­ci Oreille, je me serais aus­si arrêté au traite­ment du raw, parce que je ne saurais pas com­ment ni dans quelle mesure utilis­er des out­ils tels que Pho­to­shop ou Gimp (je suis lin­ux­ien) pour fig­nol­er l’im­age comme tu le fais...
Mer­ci pour le partage de tes connaissances !

Répondre
tunimaal 17 janvier 2012 - 11:47

Ouais alors là c’est super les effets que tu donnes. Petite ques­tion (même si je sais que tu ne dois pas trop avoir le temps vu que tu es au Mali) est-ce que tout cela est pos­si­ble juste avec Light­room, parce que je t’avoue que Toto­shop bah je l’ai pas encore LOL... Light­room c’est super je trou­ve, mais je ne vois pas les « calques » dessus...

Répondre
NowMadNow 17 janvier 2012 - 13:40

Le change­ment est très impres­sion­nant, tu arrives à une tex­ture com­plète­ment dif­férente, presque à une matière picturale. 

L’aspect tech­nique de la pho­to m’at­tire de plus en plus, je suis en train de penser à faire l’ac­qui­si­tion d’un meilleur appareil. Mais au milieu de la pam­pa péru­vi­enne, ce n’est pas les mag­a­sins spé­cial­isés qui pullulent. 

Bon voy­age loin, loin 😉

Now­Mad­Now

Répondre
Yo 17 janvier 2012 - 13:54

@tunimaal la fonc­tion de calque n’est pas disponible d’o­rig­ine dans Light­room, il faut pass­er par un plu­g­in qui se nomme Per­fect Lay­ers de chez on one software .

Répondre
Adil 17 janvier 2012 - 20:16

J’aime beau­coup. La retouche ne déna­ture pas la pho­to et ca la garde naturelle. Bravo !

Répondre
Donlope 18 janvier 2012 - 8:07

Le Post traite­ment est vrai­ment intéres­sant sur celle là en par­ti­c­uli­er pour faire ressor­tir le reflet des arbres et la brume...c’est vrai qu’a­vant, ils passent un peu inaperçus !
Bra­vo en tout cas !

Répondre
Pyrros 18 janvier 2012 - 18:31

que de change­ments entre la PDV et la pho­to finale qui donne une vrai force a cette pho­to. Comme quoi le post-traite­ment est un vrai plus pour les photos

Répondre
francoise 19 janvier 2012 - 9:51

J’aime decide­ment beau­coup ces arti­cles. ils sont une mine d’in­for­ma­tion et d’apprentissage. 

je suis aus­si admi­ra­tive devant la maniere dont tu manies photoshop...

la pho­to est superbe et son traite­ment par­fait. J’aime cette brume blanche qui envahit l’image.

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.