Heure bleue et noir et blanc

En pho­togra­phie, que l’on soit en voy­age ou non, la lumière est cap­i­tale. C’est une évi­dence : c’est elle qui don­nera toute l’ambiance de l’image. Je vous ai déjà par­lé des gold­en hours, ces heures où le soleil vient de se lever ou s’apprête à se couch­er, où les ombres s’étirent, où la lumière est douce et chaude, créant par­fois des ambiances extra­or­di­naires pour les pho­tographes.
Mais je ne vous ai encore jamais par­lé de l’heure bleue. Pourquoi ? Hé bien parce que je ne l’aime pas. Typ­ique­ment, je vais ranger mon appareil deux fois dans la journée : entre midi et 14h parce que la lumière zénithale ne met rien en valeur, et pen­dant l’heure bleue (mais si j’y con­sacre un arti­cle aujourd’hui, c’est que ce n’est pas vrai à 100%, hein !).

Qu’est-ce que l’heure bleue ?

C’est le moment qui suit le couch­er du soleil. Pen­dant une courte péri­ode, le ciel va rester d’un bleu encore clair pen­dant que les lumières des villes vont s’allumer. Entre chien et loup, c’est juste­ment ce que je n’aime pas : ni une pho­to de jour, ni une pho­to de nuit, et le tout avec des teintes qui sem­blent peu naturelles sur le résul­tat final.

heure_bleue_noir_et_blanc_01_deauville

Ci-dessus, voici une pho­to (brute) de Deauville. Out­re le fait qu’elle soit cadrée avec les pieds, je la trou­ve par­ti­c­ulière­ment moche : le ciel est trop clair pour met­tre en valeur les illu­mi­na­tions, et ce bleu n’est vrai­ment pas à mon goût.

Pour­tant, par­fois, j’aime bien pho­togra­phi­er pen­dant l’heure bleue. Et tou­jours avec une petite idée der­rière la tête.

Photographier à l’heure bleue

Qu’est ce que j’aime quand je pho­togra­phie de jour ? Les ciels char­bon­neux, bien chargés.
Qu’est ce que j’aime quand je pho­togra­phie de nuit ? Les jeux d’ombres et de lumières.
Vous voyez où je veux en venir ?

La nuit, les ciels sont générale­ment totale­ment noirs (en ville, tout du moins), ne for­mant qu’un large aplat. Pour­tant, pen­dant l’heure bleue, il devient pos­si­ble de com­bin­er l’ambiance d’une ville qui plonge dans la nuit et celle des ciels nuageux.

L’inconvénient de l’heure bleue, c’est que même si on y voit encore bien, c’est un peu moins le cas du boîti­er, et on arrive vite dans les con­traintes tech­niques de la pho­to de nuit. Autrement dit, il va fal­loir sor­tir le trépied, ou mon­ter en ISO si le boîti­er le per­met.

Dans le cas de la pho­to que j’ai envie de « décrypter » pour vous ici, je n’avais pas de trépied (nous fai­sions du vélo entre Deauville et Hon­fleur, je n’avais pas prévu de pho­togra­phi­er après le couch­er du soleil), mais j’ai la chance d’avoir du matériel qui me per­met de m’en pass­er de temps en temps : j’ai choisi le mode pri­or­ité à la vitesse, me suis mise à 1/60 pour ne pas avoir de flou de bougé, l’appareil a choisi une ouver­ture à 2.8 (le max de l’objectif, un Canon 16–35) et je suis mon­tée en ISO (à 2000, sur le 5DII, c’est tout à fait accept­able). De plus, je savais que je ferais ensuite quelque chose de som­bre ; je pou­vais donc m’autoriser une légère sous-expo­si­tion.

Si votre appareil ne vous per­met pas de vrai­ment mon­ter en ISO, ou que votre objec­tif n’est pas lumineux, n’hésitez pas à essay­er de trou­ver quelque chose sur quoi pos­er l’appareil : poubelle, toit d’une voiture... Utilisez le mobili­er urbain !

Ain­si, j’obtiens cette image :

heure_bleue_noir_et_blanc_02_honfleur

Je n’aime vrai­ment pas ce genre de ren­dus, mais tout va se jouer en post-pro­duc­tion. Là où j’apprécie l’heure bleue, c’est quand je la traite en noir et blanc. Il n’y a plus d’histoire de bleu pas naturel, de bal­ances des blancs dif­férentes entre la ville et le ciel, juste des nuances de gris et des jeux de con­traste. Et voici ce que ça donne :

heure_bleue_noir_et_blanc_03_noiretblanc_desat

Mais le petit secret, c’est en fait de ne surtout pas faire une désat­u­ra­tion. Il faut plutôt utilis­er des noirs et blancs paramé­tra­bles : sur Pho­to­shop, ce sera le calque de réglage Noir & Blanc ; sur d’autres logi­ciels, il s’agira de couch­es (cette fonc­tion existe même sur Snapseed, d’ailleurs !). L’idée est sim­ple, vous allez décider de ce que chaque couleur va devenir : les rouges pour­ront être des tons fon­cés, les jaunes presque blancs, etc. Mais là, je vous ren­voie sur le tuto com­plet que j’avais con­sacré au noir et blanc sur Pho­to­shop !

Voici ce que ça donne, à la fin, après des ajouts mas­sifs de con­traste !

 

heure_bleue_noir_et_blanc_04_final_honfleur

Et juste pour le plaisir, un deux­ième exem­ple, tou­jours en Nor­mandie, à Etre­tat (où je suis allée tourn­er ma pre­mière vidéo sur la pho­to de voy­age) :

heure_bleue_etretat01

Ici, on voit bien le bleu « flashy » typ­ique de l’heure bleue (la lumière par­ti­c­ulière vient d’un spot sur­puis­sant que la ville allume la nuit). Une heure plus tard, je n’aurais plus eu le moin­dre nuage, juste un fond noir.

21 Commentaires

  1. Per­so, je ne suis pas dérangé par l’heure bleue, je trou­ve tou­jours ça plus sym­pa que d’avoir une grande éten­due de ciel noir.
    Après ton util­i­sa­tion en Noir et blanc est vrai­ment maline !

  2. Encore une décou­verte pour moi, un futur nou­v­el exer­ci­ce ! Mer­ci !

    Per­son­nelle­ment j’aime bien ces pho­tos en couleur bleu, asso­cie aux lumières de nuit. Mais c’est vrai que ça devient intéres­sant en noir et blanc, plus de con­traste dans le ciels. 

    J’ai bien aimé ton arti­cle et en plus, ça me per­met de décou­vrir ton tuto noir et blanc sur pho­to­shop ! (Tu n’utilise pas light­room ?)

    Mer­ci !

  3. Moi je suis lim­itée en ISO et je ne pense pas tou­jours au trépied... cela donne des pho­tos bof bof.

    J’aime bien la pho­to couleur moi 🙂

  4. Pour­tant, j’ai tou­jours lu que les meilleures pho­tos de nuit se font à ce moment-là, juste­ment ! De plus je trou­ve ta ver­sion couleur tout à fait accept­able, et il y a tou­jours moyen de désa­t­ur­er le bleu et/ou l’orange en jouant sur les curseurs, pour rétablir un équili­bre plus naturel. Et puis, orange/bleu, ce sont bien des couleurs com­plé­men­taires, non ? Mais bon, ça ne se com­mande pas, tu n’aimes pas le bleu, tu n’aimes pas le bleu, point 😉

  5. Mer­ci pour les con­seils. Pour­tant l’effet heure bleu ne manque pas de charme non plus. J’aime bien celle d’Honfleur.
    PAr con­tre c’est vrai qu’en noir et blanc les con­trastes sont pro­fonds.

  6. Je pref­eres bien plus la pre­mier pho­to en couleur per­so. Pour la sec­onde, je suis entiere­ment d’accord que le N&B fonc­tionne mieux. 

    aus­si pour tes set­tings tu pou­vais sans prob­leme descen­dre à 1/20s voir meme 1/10s vu la focale. Mais bon c’etait pas force­ment nec­es­saire non plus.

  7. Je trou­ve que le résul­tat est encore plus remar­quable sur la pho­to prise à Etre­tat, notam­ment au niveau des jeux de miroir en sur­face de la mer.
    Moi j’aime beau­coup l’heure bleue, c’est un moment déli­cat pour pren­dre des pho­tos, par­fois le résul­tat pro­pose un ciel si clair qu’il ne reflète en rien l’image qu’avait perçu nos yeux, mais c’est comme évoluer sur un fil, appren­dre à accorder les couleurs de la ville qui s’assombrit, le ciel encore pâle, les éclairages de ville qui s’illuminent.. je n’avais jamais pen­sé à trans­former tout cela en une palette de gris, mer­ci pour la chou­ette leçon !

  8. Mer­ci encore pour cet arti­cle qui explique bien ce qu’est l’heure bleue. Pour ma part je l’apprécie beau­coup quand j’ai la chance de la capter. Bon ensuite il faut aus­si dire c’est plus pour de la pho­to de por­trait, sur les vis­ages la lumière douce atténue les zones d’ombres.

  9. Je te trou­ve un peu dure avec l’heure bleue, les pho­tos brutes que tu mon­tres dans l’article sont superbes !
    En tout cas, mer­ci pour tes con­seils, je pars dans trente min­utes sur une île pour l’après-midi et j’avais besoin d’inspiration côté pho­to. Et comme d’habitude, c’est sûr ton blog que je l’ai trou­vée 🙂

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest