fbpx

Cinq erreurs de débutant qui vous empêcheront de réussir vos photos de voyage

Par­fois, on se met des bâtons dans les roues soi-même. On a enten­du un col­lègue dire un truc, on a vu une pub­lic­ité... Il y a plein de raisons pour acquérir de mau­vais réflex­es, ou ne pas avoir les bons. Et sou­vent, ce sont des choses toute sim­ples qui nous font rater nos pho­tos !
Avec le temps et l’expérience, on cor­rige nos défauts, mais lorsqu’on ne refera pas ce voy­age de sitôt, c’est tout de même très rageant de regarder ses pho­tos en ren­trant et de se dire « et si »...

Alors voici une petite liste, non exhaus­tive, de choses enten­dues ou vécues qui peu­vent frein­er.

Se dire que son matériel n’est pas assez bon

Ce sem­ble être un leit­mo­tiv à l’inaction de cer­tains. « C’est pas de ma faute si c’est raté, mon appareil est mau­vais ». Un boîti­er hors de prix sera utile en con­cert, ou dans cer­taines con­di­tions par­ti­c­ulières, mais en voy­age, on peut large­ment s’en pass­er. Si vous voulez un reflex, met­tez votre bud­get dans les optiques plutôt que dans le boîti­er. Si vous avez un com­pact, ne vous dites pas que ça ne suf­fit pas : la pho­to de voy­age, c’est la ren­con­tre entre un sujet et un cadrage (hori­zon droit, jeu avec les plans, com­po­si­tion soignée, etc.), saupoudrée d’un soupçon de bonne lumière.
Choi­sis­sez un appareil qui vous con­vient (si c’est pour le laiss­er à l’hôtel parce qu’il est trop lourd...), apprenez à vous en servir pour que son util­i­sa­tion ne vous freine pas, et éclatez-vous !

D’ailleurs, si je dois être totale­ment hon­nête, de toutes mes pho­tos, une de celles que j’aime le plus a été prise avec un bridge, il y a cinq ans, en tra­vail­lant avec de la lumière naturelle et les moyens du bord (c’est le Belge tout nu donc je ne la mon­tre pas (ni éro­tique ni pornographique, mais bon))...

Ne pas vérifier son matériel avant de partir

Je vous en par­lais la semaine dernière, je suis par­tie en week-end à Munich en oubliant le sabot de mon trépied, ce qui rendait celui-ci inutil­is­able. J’ai eu la chance d’être dans une ville où je pou­vais acheter une nou­velle rotule facile­ment, mais ce ne sera pas tou­jours le cas.
Ce n’est qu’un exem­ple par­mi tant d’autres. Cer­tains appareils per­me­t­tent par exem­ple, sauf indi­ca­tion con­traire dans le menu, de déclencher sans carte mémoire... Si vous ne véri­fiez pas, vous pou­vez pass­er la journée sans enreg­istr­er la moin­dre pho­to !
De même, jetez un œil à vos bat­ter­ies régulière­ment, pour ne pas vous retrou­ver dépourvu au mau­vais moment.

Penser qu’on peut rattraper une erreur en post-production

Vous le savez, j’accorde une grande impor­tance au post-traite­ment, qui fait pour moi par­tie inté­grante du tra­vail pho­tographique. Pour autant, les logi­ciels ne sont pas des solu­tions mir­a­cles : vous ne rat­trap­erez pas une com­po­si­tion inex­is­tante, ne revien­drez pas sur une expo­si­tion vrai­ment loupée.
J’entends sou­vent des gens dire « on rat­trapera ça avec Pho­to­shop », alors qu’il s’agit de petits détails qui n’auraient nécés­sité que quelques sec­on­des sur place. C’est donc une grosse con­ner­ie, tant pour le temps que ça demande (5 sec­on­des pour vir­er la can­nette de bière, 5 min­utes pour l’effacer...) que pour la qual­ité même de la pho­to. Shoot­er en raw, tra­vailler sur logi­ciel, est fait pour sub­limer une image, pour aller plus loin, mais en aucun cas pour lim­iter les dégâts. En voy­age, c’est d’autant plus idiot qu’on n’aura pas de suite l’occasion de revenir sur place.

Se contenter des lieux touristiques

Vous faites ce que vous voulez de vos voy­ages, bien sûr. Cer­tains aiment enchaîn­er les lieux célèbres. Néan­moins, une bonne pho­to de voy­age représente rarement un lieu célèbre. Tout d’abord parce qu’il est dif­fi­cile de faire quelque chose de vrai­ment bon quand des mil­liers d’autres pho­tographes sont déjà passés par là, que le mon­u­ment est sur toutes les cartes postales, mais aus­si parce que ça manque d’originalité.

Alors bien sûr, on prend tous les lieux célèbres, parce qu’on est d’abord là pour se faire plaisir, mais ce ne doit pas déter­min­er vos pho­tos, au con­traire. Cherchez des ambiances, sortez des lieux tra­di­tion­nelle­ment pho­togéniques, allez là où déam­bu­lent d’autres per­son­nes que des vendeurs de sou­venirs. Nous y revien­drons dans un arti­cle plus com­plet, mais essayez de don­ner une vision glob­a­ble du lieu, et pas seule­ment de ce qui est référencé dans le Routard.

Supprimer une photo

Récem­ment, j’ai fait un arti­cle sur les pho­tos pen­dant les voy­ages en train. Un des points men­tion­nait la pos­si­bil­ité de voir un arbre jail­lir dans le cadre et tout gâch­er. Hé bien j’ai été con­tente d’avoir une pho­to ratée en exem­ple !
Autre exem­ple, j’ai repris il y a quelques mois mes vieilles pho­tos d’Ams­ter­dam (alors que je venais juste d’acheter mon appareil !) pour en faire un car­net. A l’époque, j’en avais selec­tion­né quelques unes pour les traiter et les poster ici. Avec le recul, j’ai trou­vé cer­tains de mes choix com­plète­ment aber­rants, préférant des pho­tos délais­sées à l’époque et, à l’inverse, trou­vant nulles cer­taines que j’avais pour­tant choisies à l’époque.
Bref, vous voyez où je veux en venir : on ne sait jamais ce qu’il peut se pass­er, quelles oppor­tu­nités vont se présen­ter, quelles idées vous allez avoir. Donc ne sup­primez vos pho­tos que si c’est indis­pens­able (genre la pho­to avec le cache de l’objectif...)

16 Commentaires

  1. Bon­jour,

    très bon arti­cle et je suis tout à fait d’accord avec toi....

    Pour ma part je pos­sède un Canon 500D avec 2 objec­tifs (18–55 et 55–250)... J’ai prévu l’acquisition d’un wide angle (12–24), d’un fish eye et d’un lens­ba­by....

    Mais déjà avec ce que j’ai je m’amuse à faire des pho­tos orig­i­nales, décalées, amu­santes,... Par exem­ple, lors de ma vis­ite à Alca­traz à San Fran­cis­co, avec mes amis on a fait des pho­tos fan­tômes (temps de pris­es de 15 sec­on­des, on se déplacçaient toutes les 7 sec­on­des) et au final on a des pho­tos orig­i­nales dans un endroit plus que touris­tiques...

    Alors oui on peut avoir du matériel « bas de gamme » mais on peut se faire plaisir en jouant sur les angles de pris­es des pho­tos, sur la lumière, sur le focus, sur beau­coup d’autres choses encore...

    Et oui le ne faut en aucun cas oubli­er ses bat­ter­ies ou sa carte mémoire. La carte mémoire ça m’est arrivé une fois (en Nou­velle Zélande lorsque je vis­i­tais l’Aquarium de Auck­land pour y plonger au milieu des requins) et j’étais très déçu....

    Par con­tre il y à une chose qui est très impor­tante (du moins 2) et que tu ne cite pas :

    - vider régulière­ment vos pho­tos sur votre ordi­na­teur ou disque dur et faites-en des copies parce que vous ne savez pas ce qui peut arriv­er à vos appareils

    - Faites atten­tion à votre appareil en per­ma­nence, ne le perdez pas des yeux, parce que si vous vous les faites vol­er (ce qui est arrivé à un ami en Aus­tralie) c’est assez embê­tant. ET oui l’appareil se rem­place mais pas les pho­tos qu’ils y avaient dedans....

    VIDEZ VOS APPAREILS c’est mon con­seil

    Sur ce je dis encore une fois très bon arti­cle

  2. Chou­ette arti­cle, comme tou­jours !
    Le dernier point est pour moi dif­fi­cile : j’ai l’art de faire plusieurs pho­tos d’une même chose et de les effac­er au fur et à mesure sur la carte, alors que tu as sans doute rai­son, il y a peut-être (par­fois) de bonnes choses à récupér­er dessus...

  3. tuni­maal : bien­v­enue sur le blog et mer­ci pour ce com­men­taire très intéres­sant ! On peut voir tes pho­tos d’Alcatraz quelque part ? C’est une super idée, et vous avez du bien vous amuser en effet !

    Et c’est vrai pour la sauve­g­arde des pho­tos. J’aurais pu le men­tion­ner. En out­re, on n’est pas non plus à l’abri d’une fausse manip : j’ai croisé une voyageuse qui avait déjà for­maté sa carte mémoire en voulant effac­er une pho­to loupée... :/ La carte con­te­nait toutes les pho­tos du voy­age !

    Curieuse Voyageuse : c’est un truc que je fai­sais aus­si beau­coup avant, et puis je me suis ren­due compte qu’on n’est pas tou­jours bon juge sur le moment, et surtout sur un petit écran. On n’aura pas vu qu’on coupe un coin, ou on trou­vera finale­ment que le mec qui passe dans le champs est super intéres­sant...

    tewoz : je ne me moquerai pas, je ne me moquerai pas... 😀 J’avoue, c’est rageant !

  4. Oreille : mer­ci pour l’accueil.... Pour les pho­tos d’Alcatraz, elles seront pub­liées sur mon prochain blog dans quelques mois. Pour le moment j’essaye de (re)lancer mon blog sur le Japon. Par con­tre les pho­tos, jusqu’à présente, je les aient shootée en JPEG lol :D.... Mais là c’est décidé je bas­cule en RAW et je me pro­cure Pho­to­shop... Je vais essay­er de suiv­re les con­seils sur ce blog qui est très bien fait....Si tu veux je peux t’envoyer les pho­tos d’Alcatraz par e-mail pour avoir un aperçu....

  5. Suis d’accord pour dire que la pho­to réussie tient davan­tage de l’oeil de celui (ou celle !) qui la prend que de l’objectif ou du boîti­er choisi... même si ça aide « un peu ».
    je décou­vre ce blog avec plaisir... et con­state que nous parta­geons la pas­sion de la pho­to et du voy­age...
    à bien­tôt !
    Mar­tine, la Pèler­ine

  6. tuni­maal : ah le jpeg... on le regrette dès qu’on décou­vre le raw, mal­heureuse­ment. (même sans pho­to­shop, y’a le logi­ciel fourni avec le boiti­er, ou même des gra­tu­its !)
    Tu ne veux pas en met­tre juste une sur http://imageshack.us et en faire prof­iter tout le monde ?

    Mar­tine : je crois que l’aide, dans bien des sit­u­a­tions, reste toute rel­a­tive. Pour un paysage de jour, avoir un gros boiti­er ou un petit ne ser­ra finale­ment pas très impor­tant... En tout cas, moins que la com­po­si­tion !
    Sois égale­ment la bien­v­enue ici !

  7. Oui c’est clair que l’on regrette vite, mais bon on s’y fait. Il faut bien com­mencer un jour ou l’autre.... D’ailleurs de jeu­di à Same­di il y à le Comiket (Com­ic Mar­ket = plus grand événe­ment Otaku et cos­play du monde) à Tokyo... Je vais aller y faire un tour pour shoot­er quelques cen­taines de cos­play­er... J’y étais aller en Août et il y à moyen de bien se faire plaisir en terme de pho­tos. Les cos­play­ers sont jeunes mais très très bon au niveau des cos­tumes et pour les pos­es...

    Sinon je viens de vous poster 3 des pho­tos fan­tômes. Elles ne sont pas par­faite car l’éclairage et le nom­bre impor­tant de vis­i­teurs ne nous per­me­t­tait pas vrai­ment mieux, mais je trou­ve l’effet plutôt orig­i­nal pour le lieu : http://imageshack.us/homepage/?user=tmwt

  8. Je suis bien d’accord avec toi !

    Le matériel est bien sec­ondaire. Les grands pho­tographes du temps de l’argentique arrivaient bien à faire de mag­nifiques pho­tos avec du matériel moins per­for­mants que des boitiers numériques d’entrée de gamme. Et selon moi, cela s’applique aus­si aux objec­tifs. Si les images ne sont pas assez « sharp » c’est qu’il y a beau­coup de chances que ca vient du pho­tographe et non du matériel.

    Autrement, je dirais que pour faire des bonnes pho­tos de voy­age, il faut savoir faire des bonnes pho­tos chez nous. J’ai con­nu cela en revenant de voy­age, trou­ver tout innin­téres­sant pho­tographique­ment par­lant. Mais il reste que la pho­to de voy­age, c’est tous les types de pho­tos (sauf stu­dio et encore) mais à l’étranger. Donc c’est pas parce que quelqu’un est à l’étranger qu’il arrivera à faire des pho­tos qu’il n’arrive pas à faire chez lui.

    Joyeux noël !

  9. tuni­maal : pour mon pre­mier grand voy­age, j’avais telle­ment peur de ne pas avoir assez de cartes mémoires (pour le coup, je n’étais pas dans un lieu où on peut en racheter) que je n’ai pra­tique­ment fait que du jpeg. Et je crois que je le regret­terai pen­dant encore longtemps !

    C’est vrai­ment rigo­lo l’idée du fan­tôme ! Sim­ple et orig­i­nal ! Et j’espère que tu t’amuseras bien au comiket (ça doit être impres­sion­nant !)

    Adil : mine de rien, les « grandes pho­togra­phies » sont sou­vent fait par les « gens du cru ». Il est rare qu’un touriste présent 3 jours puisse faire la pho­to du siè­cle ! Alors que quelqu’un qui se balade tous les jours dans les petites rues aura un net avan­tage !
    Cela dit, je ne pho­togra­phie pra­tique­ment plus Paris. Ça m’a intéressée en arrivant, mais on finit par ne plus s’émerveiller, tout devient banal. C’est tout de même dra­ma­tique !
    J’entends régulière­ment « je com­mence à me sen­tir lim­ité », et je me demande sou­vent qu’est ce qu’il peut réelle­ment y avoir der­rière... Sou­vent, ça vient de gens qui ne con­nais­sent pas leur matériel, ou ont des objec­tifs pour­ris (le genre vrai­ment pour­ri, som­bre et mou). Je me sou­viens d’un mec dont on regar­dait les tirages. Il me dit « ah c’est vrai­ment mieux avec un 5D ». Je lui demande ce qu’il avait avant. Un « 450d ». Ses pho­tos étaient aus­si pour­ries avant qu’après, mais je n’ai pas osé lui dire ; je me suis con­tentée de lui expli­quer qu’il ne pou­vait pas com­par­er un 450d avec un 18–55 et un 5D avec un 24–70 L...

    Frédéric : Hé bien mer­ci 😀

  10. Très bon arti­cle, pour ma part, le con­seil que je devrais plus appli­quer est le 4ème, j’ai encore du mal à pren­dre des pho­tos per­me­t­tant de capter l’ambiance d’un lieu plutôt que sa superbe.
    Sinon, je trou­ve aus­si avoir de meilleurs résul­tats depuis que j’ai arrêté de « mitrailler » pour pass­er à une prise de vue plus réfléchie...

  11. le stock­age des pho­tos ... cela m’a tou­jours posé prob­lème... par­tielle­ment résolu : j’ai plusieurs cartes SD dans mes bagages... avant je trans­po­sais les pho­tos sur un « Arcos » mais il ne prend pas les pho­tos en RAW ! puis j’ai trans­porté un ordi­na­teur portable mais il était trop lourd (en avion on est à l’affut du moin­dre gramme) alors je me demande si la meilleurs solu­tion ne serait pas d’avoir plusieurs cartes... et reporter à plus tard le tri etc...

    je ne me lasse pas et je suis à l’affut de cha­cun de tes arti­cles... bra­vo et mer­ci... et félic­i­ta­tions au belge pour sa patience de cobaye ! :-)))

  12. il faut jouer la sécu­rité
    per­son­nelle­ment j’ai deux dis­ques durs externes ‚l’un dans le sac à dos l « autre dans le sac pho­to.
    ce qui per­met de faire l « édit­ing prin­ci­pal tran­quille­ment à froid une fois ren­tré

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest