Soignez vos premiers plans

Un beau paysage, même très bien cadré, avec la lumière par­faite, ne se suf­fit pas sou­vent à lui-même. Il n’est pas tou­jours pos­si­ble de ren­dre compte de ce qu’on voit : la pho­to aplatit. On ne réalise pas la hau­teur d’un mon­u­ment ou la pro­fondeur d’un canyon en image. Mais on peut faciliter la lec­ture de la pho­to en tra­vail­lant sur les dif­férents plans.

Une fois n’est pas cou­tume, je vais com­mencer avec deux exem­ples. Pour la géolo­cal­i­sa­tion, nous avons en pre­mier le Taj Mahal, en Inde, et en sec­ond Vang Vieng, au Laos. C’est n’est pas le jeu des 7 dif­férences, il n’y a qu’une chose qui change (tout) :

 

Taj Mahal

Taj Mahal

Vang Vieng, Laos

Vang Vieng, Laos

(ouais, c’est fait comme un cochon)

Vous l’aurez, en théorie (quand même !) remar­qué, vous avez à chaque fois une ver­sion avec un per­son­nage et l’autre sans. Et si vous êtes nor­male­ment con­sti­tués, vous préférez la deux­ième ver­sion. Dans les deux cas, l’humain donne une pro­fondeur et surtout une échelle. Vous, vous l’avez vu, le bâti­ment ou le paysage, et vous savez com­ment tout s’agence dans l’espace, mais ce n’est pas for­cé­ment le cas de la per­son­ne qui regarde la pho­to. On ne vous a jamais demandé « et en vrai, c’est grand » ? Sans référen­tiel, on ne sait pas inter­préter une grande éten­due.

Mais ces per­son­nages ne ser­vent pas qu’à ça : ils per­me­t­tent aus­si de com­mencer à racon­ter une his­toire. Ce n’est plus « un joli paysage», c’est « des pécheurs dans un joli paysage ». Il y a une action, vous stim­ulez l’imaginaire. Il se passe quelque chose. L’action n’a pas besoin d’être très présente, un per­son­nage en con­tem­pla­tion peut aus­si faire l’affaire (si on veut jouer à analyser ce genre de con­struc­tion, on peut dire que c’est une mise en abyme du spec­ta­teur, mais on ne va pas aller si loin). Vous con­nais­sez prob­a­ble­ment, même sans avoir son nom en tête, Cas­par Friedrich. C’est un pein­tre roman­tique alle­mand qui a beau­coup tra­vail­lé sur le paysage :

 

Friedrich


Je ne vais pas me lancer dans une analyse de ses tableaux, vous avez déjà com­pris où je veux en venir : ces présences humaines don­nent une dimen­sion dif­férente à la pho­to. Mais, vous allez me dire, on n’a pas tou­jours un com­pagnon à plac­er ou le temps d’attendre que la bar­que arrive. On peut être com­plète­ment seul, sans un pas­sant. Dans ce cas-là, il suf­fit d’improviser avec ce que vous avez à dis­po­si­tion. Inté­grez un arbre, attirez un ani­mal (ahah), bais­sez-vous pour utilis­er les cail­loux, déplacez-vous pour trou­ver quelque chose ! (et sinon, shootez quand même, quitte à y revenir plus tard, ne lais­sez pas la belle occa­sion vous pass­er sous le nez, ce sera tou­jours un beau paysage !)

 

Death Valley, Lac Baïkal, Mostar, Grand Canyon

17 Commentaires

  1. Très bon arti­cle et quelques très belles pho­tos 🙂
    (c’est quoi la forme au pre­mier plan du build­ing désaf­fec­té ? i.e. la pho­to en bas à gauche de ta dernière image)

  2. En petit, c’est peut-être pas évi­dent : c’est un fau­teuil de bureau ren­ver­sé. (c’est en Bosnie, les snipers se plaçaient dans cet immeu­ble à l’emplacement stratégique.)

  3. J’espère que ça portera ses fruits alors !
    C’est pas une règle absolue, juste un truc qui aide à approcher du « wow effect ».

  4. C’est vrai que pour les pho­tos de cer­tains paysages/monuments, il est tou­jours plus intéres­sant d’avoir un per­son­nage ou quelque chose de recon­naiss­able à qui/quoi on peut se référencer. Récem­ment j’ai vu une pho­to prise au Pôle Nord mais je ne pou­vais pas du tout m’imaginer une seule sec­onde la grandeur du paysage faute de présence humaine ou d’élément de référence.

  5. Tu as pris les pho­tos exprès pour l’article ?! 😉
    Incroy­able l’écureil sur la qua­trième, on a le sen­ti­ment qu’il pose.

  6. Elyes : j’ai pas mal de pho­tos du Lac Baïkal que je garde cachées juste­ment à cause de ça. De grandes éten­dues blanch­es... sauf que s’y on n’y a pas été, on ne se rend pas compte. C’est sauvable si on les mon­tre en série, je pense (ou en car­net !). Le côté accu­mu­la­tion doit ren­forcer l’idée de grandeur.

    Bruno : non, j’ai même du fouiller pour trou­ver des exem­ples « sans humain » ! (c’est très bizarre, mais aux États-Unis, les ani­maux sont beau­coup moins crain­tifs que chez nous. J’ai pu approcher des bernach­es à moins de deux mètres alors qu’en France, il ne faut pas y compter !)

  7. Tres belles pho­tos, moi ce que j’aime, c’est l’histoire der­rière... a pre­mière vue, pour la dernière pho­to. Ok, un bâti­ment désaf­fec­té mais l’histoire lui donne une toute autre dimen­sion, de la pro­fondeur, du corps... comme du vin !

  8. piotr : jette un œil aux pages sur Mostar, dans le car­net des Balka­ns, si ça t’intéresse. Je crois que ce fau­teuil joue juste­ment un grand rôle dans l’histoire, en tout cas pour moi. J’imagine les hommes qui se sont plan­qués der­rière pen­dant la guerre...

  9. Très bon con­seil ! Ca me rap­pelle les quelques cours de pho­togra­phies du DUT 🙂 Pour ren­dre une pho­togra­phie intéres­sante, il faut une com­po­si­tion intéres­sante et grâce des astuces toutes sim­ples (1er plan, règle des 3 tiers) on peut y arriv­er facile­ment. Faut juste les met­tre en oeu­vre.

  10. Cer­tains arrivent à ren­dre intéres­sants des objets du quo­ti­di­en en jouant avec des astuces sim­ples. Des trucs qu’on ne penserait même pas à pho­togra­phi­er, mais qui pren­nent un sens dif­férent avec le cadrage, la lumière. Bon, ce com­men­taire serait plus per­ti­nent avec un exem­ple, mais je n’ai aucun nom qui me revi­enne pour l’instant..

    Sinon, rien à voir et par pure curiosité, c’était quoi comme DUT ?

  11. J’ai fait un DUT SRC (Ser­vices de Réseaux de Com­mu­ni­ca­tion). C’est des études mul­ti­mé­dia, avec une grosse par­tie de la for­ma­tion axée sur le web. Mais on touche à tout, aus­si bien des matières artis­tiques (pho­to, vidéo, info­gra­phie, sémi­olo­gie de l’image etc...) que tech­nique (pro­gram­ma­tion java, php, sql, html, css, réseaux....) ou encore théorique (com­mu­ni­ca­tion, mar­ket­ing...). C’est bien com­plet !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest