[Dossier] Imprimer ses photos de voyage : quels supports, quelles photos, tout comprendre !

Imprimer ses photos de voyage

Imprimer ses sou­venirs de vacances ou ses plus belles pho­tos de voy­age est un réel plaisir, et si vous ne le faîtes pas encore, je vous y encour­age vive­ment !
Petit dossier pour tout com­pren­dre : s’y retrou­ver entre tous les sup­ports, les prestataires, et réus­sir vos impres­sions !

Des pho­tos de voy­age bien imprimées peu­vent être un joli cadeau à offrir, ou sim­ple­ment une manière de décor­er son intérieur. Dans tous les cas, c’est une façon agréable de ren­dre pal­pa­ble ses sou­venirs, car on se rend vite compte qu’on ne regarde pas une pho­to de la même manière quand elle est affichée sur un écran ou imprimée dans le couloir (et en plus, on prend rarement le temps de se rep­longer dans ses albums numériques).

IMG_9634Un tirage sou­venir grand for­mat, sur du Forex, dans la cham­bre de ma fille. (Une de mes pho­tos préférées d’un de ses pre­miers voy­ages)

Choisir la bonne photo à imprimer

En voilà une bonne ques­tion : quelle pho­to imprimer ? Vous ren­trez de voy­age, vous avez trié et traité vos images, et main­tenant il faut n’en choisir qu’une. N’hésitez pas à les regarder, rere­garder, mais fonc­tion­nez au coup de cœur ! Si le tirage est des­tiné à votre déco per­son­nelle, alors prenez la pho­to que vous préférez. Si vous voulez offrir le tirage, alors choi­sis­sez l’image qui est sus­cep­ti­ble de plaire au des­ti­nataire, c’est logique ! (Je n’offre pas les mêmes tirages à ma mère ou à Mon­sieur Oreille...)

En soit, toutes les pho­tos sont imprimables, qu’il s’agisse d’une image ultra léchée prise au reflex, ou d’un truc un peu flou fait au télé­phone portable mais que vous adorez ! Il fau­dra juste choisir le bon sup­port, et la taille adap­tée.

Mais rien ne vous oblige à ne choisir qu’une seule pho­to ! En fonc­tion de votre intérieur, de vos goûts, et de vos pho­tos, vous pou­vez aus­si con­cevoir des dip­tyques, des trip­tyques, ou toute série en -yque, avec des images qui se répon­dent entre elles : des pho­tos qui jouent les con­trastes ou qui ont, au con­traire, un point com­mun, ou même des pho­tos qui vont racon­ter une his­toire. Dans le cas du dyp­tique ou de la série, il fau­dra impéra­tive­ment choisir le même sup­port et la même taille, pour don­ner tout leur impact à vos tirages une fois imprimés.

Imprimer ses photos de voyageUn tirage sur plaque alu pour une pho­to prise dans les rues d’Hanoï

La qualité de la photo pour l’impression

Plus le tirage est grand, moins vous le regarderez de près. Il est donc faux de croire que vous avez néces­saire­ment besoin de beau­coup de mégapix­els pour de grands tirages. Sachez néan­moins que plus l’impression est de qual­ité, plus on voit les défauts de la pho­to : grain, bruit, flou, tout sera bien vis­i­ble !

Lorsque vous exportez votre pho­to pour l’enregistrer sur le site de l’imprimeur, faites-le dans la meilleure qual­ité pos­si­ble, sans agrandir. Ne vous souciez pas des dpi : c’est un ratio, pas une unité de mesure. La plu­part des sites pro­posant des tirages en ligne per­me­t­tent de vous dire si la qual­ité (d’un point de vue tech­nique) est suff­isante pour la taille souhaitée, et si ce n’est pas le cas, vous pou­vez alors choisir une taille inférieure.

Calibrage d’écran, retouche, luminosité

C’est un point essen­tiel : ce que vous voyez sur l’écran n’est pas for­cé­ment ce qui va être imprimé. D’ailleurs, vous avez sure­ment dû remar­quer que vous ne voyez pas les mêmes couleurs d’un écran à l’autre, que votre télé­phone était plus con­trasté, etc. Si vous voulez imprimer des pho­tos et tenez à ce que les couleurs soient fidèles, la pre­mière chose à faire est de cal­i­br­er votre écran.
Per­son­nelle­ment, j’utilise une petite sonde Spy­der. L’idée est de créer un pro­fil pour l’écran sur la carte graphique, ne touchez pas les bou­tons « lumi­nosité » et autres sur votre écran. Ce pro­fil devra être mis à jour régulière­ment (tous les deux mois par exem­ple) et sera garant du respect des couleurs sur votre ordi­na­teur.

Ensuite, pour l’impression, sachez que toutes les couleurs que vous voyez à l’écran ne sont pas imprimables. Les couleurs flu­os, vives à l’extrême, dis­parais­sent sou­vent lors de la con­ver­sion RVB vers CMJN (ces abrévi­a­tions désig­nent les espaces de couleurs dif­férents entre l’image des­tinée à être dif­fusée par voie infor­ma­tique et celle imprimée : vous vous sou­venez de vos cours de physique au lycée ? Les voilà appliqués !).

Vous pour­riez avoir la ten­ta­tion de con­ver­tir vous même vos images en CMJN, mais j’ai envie de vous le décon­seiller, car à l’intérieur même du mode, il existe des espaces de couleurs très dif­férents et plus ou moins restric­tifs (ils fix­ent les taux d’encrages) : il vous faudrait con­naître celui de l’imprimeur. Les (bons) imprimeurs savent faire des con­ver­sions pro­pres qui ne dégradent pas (trop) les couleurs, faite-leur con­fi­ance !

Si vous n’avez pas de sonde, ni envie d’en acheter une, vous pou­vez utilis­er l’histogramme de votre logi­ciel de traite­ment d’image : ce petit out­il analyse l’image et vous dit si elle est som­bre, claire, com­ment sont répar­ties les couleurs. Si vous voyez un his­togramme totale­ment à gauche, c’est que l’image est som­bre, par exem­ple.

Voici les his­togramme de quelques unes de mes pho­tos de Fin­lande :

histogramme

Les qua­tre images sont, pour moi, bonnes, mais vous voyez qua­tre his­togrammes rad­i­cale­ment dif­férents. Ils sont la tra­duc­tion de l’image et des répar­ti­tions des dif­férentes couch­es de couleurs. Ain­si, la pre­mière pho­to est claire, mais vous remar­quez qu’il n’y a rien à l’extrême droite : il n’y a pas de vrai blanc dans l’image. La dernière, par con­tre, à un gros pic à droite : il y a toute une zone blanche à 100%. La deux­ième pho­to est prise de nuit, et donc volon­taire­ment som­bre : ça se traduit par un his­togramme totale­ment à gauche. Quant à la troisième, son his­togramme nous con­firme que le Père Noël aime le rouge !

Note : ces cap­tures sont faites en util­isant le logi­ciel Pho­to­shop, mais l’histogramme est égale­ment disponible sur le logi­ciel gra­tu­it Gimp, tout comme sur Light­room, RawTher­a­py et la qua­si-total­ité des logi­ciel de traite­ment d’image !

Choisir le bon support

C’est générale­ment là qu’on peut se retrou­ver per­du : beau­coup de choix, beau­coup de mots com­pliqués. En fait, c’est assez sim­ple, il y a qua­tre paramètres à pren­dre en compte : la pho­to, l’endroit où vous allez accrocher le tirage, vos goûts et le prix que vous êtes prêt à dépenser.

Les prix

Avant toute chose, sachez qu’à l’heure actuelle, avec tous les sites spé­cial­isés, l’impression pho­to s’est beau­coup démoc­ra­tisée, et n’est plus si cou­teuse. Toute­fois, selon le sup­port, les prix vari­ent énor­mé­ment. Cer­tains sup­ports sont aus­si faits pour dur­er dans le temps et méri­tent qu’on investisse un peu !

Vos goûts

Vos goûts devraient aus­si vous aigu­iller dans le choix. Il y a quelques années, j’aimais les caiss­es améri­caines, la pho­to se détachant du cadre, mais à l’usage je les trou­ve peu pra­tique à net­toy­er (c’est des nids à pous­sière !) et finale­ment un peu ringardes. J’ai aus­si un vrai prob­lème avec les impres­sions sur toile, dont je n’aime vrai­ment jamais le ren­du. A titre per­son­nel, j’aime surtout les pho­tos sans cadre, ça laisse l’image respir­er, et rigide. C’est une affaire de goût !

IMG_9643Un tout petit tirage sur plex­i­glas pour une de mes pho­tos préférées du Kenya

Choisir le bon support pour la bonne photo

C’est là que ça devient donc plus com­pliqué. Per­son­nelle­ment, il y a trois types de tirages que j’aime par­ti­c­ulière­ment, pour la finesse de leur ren­du : le plex­i­glas, l’alu Dibond, et le Forex. A mon sens, ce sont les sup­ports qui sont les plus adap­tés aux amoureux de la belle pho­to qui aiment les tirages rigides et sans cadre.

Le plexiglas

Imprimer ses photos de voyageLe ren­du est celui d’un tableau épais, cou­vert d’une plaque de plex­i­glas. C’est un tirage col­lé sous le plexi. C’est solide et qual­i­tatif mais ce type de tirage a deux défauts : le plex­i­glas est sujet aux rayures et aux reflets (ce qui rend d’autant plus vis­i­ble la moin­dre rayure). Mais une fois accroché au mur, il y a peu de chance que vous réus­sissiez à l’abimer !

Imprimer ses photos de voyage

Ce que j’aime par­ti­c­ulière­ment dans le plex­i­glas, c’est le ren­du hyper lumineux et la pro­fondeur que cela donne aux couleurs. La pho­to que j’ai imprimée ici, avec sa plage et sa mer turquoise, n’est pas la plus belle que j’ai faite en Nou­velle Calé­donie, mais a une valeur sen­ti­men­tale à nos yeux : notre fille décou­vrait les eaux du Paci­fique, et son père devait la retenir pour qu’elle ne se jette pas dans les vagues. Le choix du plexi est donc tout indiqué : faire ressor­tir le bleu, les verts, les con­trastes et donc la joie !

En résumé : le plex­i­glas c’est par­fait pour les pho­tos lumineuses et col­orées !

Prix : pour ce test, c’était un tirage pho­to plexi en 40x60 à 74,95€ chez Pho­to­box

La plaque d’alu Dibond

Imprimer ses photos de voyage
Je ne sais pas si je peux dire que le tirage sur alu est mon préféré, mais c’est en tout cas un sup­port que j’affectionne beau­coup. Très haut de gamme, pour un ren­du fin, des couleurs fidèles et tout en nuances. Je l’ai tou­jours choisi mat, trou­vant ce ren­du plus élé­gant. D’un point de vue fab­ri­ca­tion, c’est un papi­er pho­to haute qual­ité qui est con­trec­ol­lé sur de l’alu Dibond, un matéri­au spé­cial : un sand­wich d’aluminium four­ré au polyéthylène.

Imprimer ses photos de voyage
Pour le tirage de cette pho­to (prise en Fin­lande en jan­vi­er), je voulais un ren­du sobre, qui garde les teintes du ciel sans le sat­ur­er, qui mette en valeur chaque petit détail dans la végé­ta­tion, avec la neige accrochée. Le ren­du alu Dibond était donc le meilleur choix. Le tableau est peu épais (3mm) mais rigide, et de grande qual­ité. J’ai beau réfléchir, je ne trou­ve aucun défaut à ce sup­port ! Il est solide, et selon les options choisies, le tirage peut être recou­vert d’un film UV qui per­met même de l’afficher en extérieur (c’est inoxyd­able et ça ne se déforme pas dans le temps !).

En résumé : l’alu Dibond c’est par­fait pour toutes les pho­tos rich­es en détails !

Prix : pour ce test, c’était un tirage alu mat en 40x60 à 84,95€ chez Pho­to­box

Le Forex

Imprimer ses photos de voyage
Des trois options, c’est la moins chère mais le ren­du n’en est pas moins bon !
Le Forex c’est du PVC expan­sé, le tirage, sur papi­er fine art, est con­tre-col­lé dessus. Le ren­du est fin, riche en détail, mais le tableau est plus léger que l’alu Dibond, et aus­si beau­coup plus frag­ile : il est fait pour être accroché au mur, le moin­dre coup risquant d’abimer les bor­ds du tirage. Comme pour l’alu Dibond, j’ai tou­jours fait mes tirages Forex en mat. De manière générale, c’est plus facile à affich­er (moins de reflets) et je trou­ve le ren­du plus élé­gant que l’ultra-brillance (je réserve cela au plexi !)

Imprimer ses photos de voyage

Le Forex, c’est donc un sup­port adap­té à ceux qui ne changent pas de déco tous les jours, mais veu­lent des tirages de grande qual­ité chez eux. C’est aus­si un sup­port pour lequel il est impératif de choisir un imprimeur de qual­ité qui ne nég­lige pas l’emballage ni la livrai­son.
Atten­tion, l’impression est vrai­ment de haute qual­ité et ça ne par­donne pas sur les grands tirages : par exem­ple, pour la pho­to ci-con­tre, j’ai beau­coup de grain et une net­teté un peu lim­ite, et ça se voit très bien si on regarde la pho­to de près ! Mais à l’inverse, le ren­du sera génial pour une pho­to riche en détails et nette.

En résumé : le Forex c’est par­fait pour ceux qui exi­gent la qual­ité mais ne veu­lent pas dépenser trop cher !

Prix : pour ce test, c’était un tirage Forex en 40x60 à 39,95€ chez Pho­to­box

Choisir le meilleur prestataire pour imprimer ses photos

J’imprime des pho­tos depuis des années, et j’ai eu l’occasion de tester de nom­breux prestataires. Je ne com­mande plus que par inter­net, pour des raisons évi­dentes de sim­plic­ité (et j’ai tou­jours été déçue en bou­tique, aus­si). Je pense avoir fait le tour de qua­si­ment tous les sites d’impression en ligne, et pour des tirages pho­to, Pho­to­box se détache vrai­ment du lot :

  • Embal­lage impec­ca­ble, tout est tou­jours arrivé en par­fait état, très bien pro­tégé
  • Livrai­son rapi­de chez moi ou à la poste la plus proche (c’est pas un détail, j’ai déjà dû aller chercher des tirages Forex dans des points relais très éloignés de mon domi­cile... et ils n’étaient même pas en bon état !)
  • Tous les tableaux pho­to sont livrés avec un sys­tème d’accroche, et selon les sup­ports, il est même sou­vent déjà instal­lé à l’arrière des tirages (c’est un petit détail qui sim­pli­fie l’accrochage, quand même !)
  • La qual­ité des tirages est indé­ni­able : c’est le plus impor­tant !

Code de réduction : -20% chez Photobox pour les lecteurs du blog !

J’ai pas mal dis­cuté avec Pho­to­box en leur dis­ant que, selon moi, c’était eux qui étaient actuelle­ment les meilleurs du marché, et comme ils sont sym­pas, ils m’ont filé un code de réduc­tion pour vous !

Code promo -20% : OREILLE

Val­able jusqu’au mer­cre­di 16 mars sur les tableaux pho­to Plexi, Alu et Forex « grands for­mats » (à par­tir de 40x60cm – hors frais de livrai­son).

Si vous avez des questions sur les tirages photo, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires, je tâcherai d’y répondre et d’enrichir l’article.

Cet arti­cle con­tient un parte­nar­i­at avec Pho­to­box mais je reste libre de mes écrits et opin­ions (et pense vrai­ment que ce sont les meilleurs !).

8 Commentaires

  1. Par­fait, mer­ci pour cette arti­cle. Il est vrai qu’ils sont nom­breux, les imprimeurs, faire le bon choix est pas évi­dent, je testerais pho­to­box quand je ren­tr­erai d’Afrique. Un por­trait de chou­ette en Forex ou en Sinon.

  2. Mer­ci pour tous ces con­seils ! Pour l’instant, j’ai surtout créée des livres pho­tos chez Pho­toweb, dont j’étais sat­is­faite de la qual­ité. Cepen­dant mon niveau d’exigence va croissant,et comme per­son­ne ne les a cité, je me demande quand même si quelqu’un a un avis sur Pho­toweb com­par­a­tive­ment à d’autres développeurs ?
    En tout cas c’est un bon choix de sujet Madame Oreille !
    J’imagine qu’avec tous ses voy­ages, ta mai­son doit être rem­plie de pho­togra­phies. Ce doit être chou­ette de pou­voir tant voy­ager ... Mer­ci de partager cela ! 🙂

  3. Mer­ci pour cet arti­cle. Je n’ai encore jamais testé l’impression de tableau grand for­mat, ça donne envie pour cer­taines belles pho­tos.
    Depuis plus de 8 ans j’utilise Pho­toweb prin­ci­pale­ment pour des livres pho­to et je suis sat­is­faite de la qual­ité et du ren­du des pho­tos. J’utilise tou­jours le papi­er sat­iné 200g/m2 avec option pages vernies, sans utilis­er leur option de retouche automa­tique. Des pro­fils ICC sont même disponibles fonc­tion des sup­ports.
    J’ai aus­si beau­coup fait de cal­en­dri­ers et j’ai tou­jours eu un bon résul­tat et embal­lage pro­tégeant très bien les livres/calendriers.
    En plus il y a très sou­vent des pro­mo­tions qui per­me­t­tent d’avoir un prix tout à fait intéres­sant.
    J’ai peu d’éléments de com­para­i­son avec d’autres imprimeurs web car je reste fidèle tant que la qual­ité est là, mais pour avoir vu des réal­i­sa­tions d’amis avec d’autres sites je vois une sacrée dif­férence ... à voir si c’est unique­ment lié à l’imprimeur ou aus­si suiv­ant la qual­ité des pho­tos fournies.

  4. mer­ci pour ce dossier ! il est tip top...! c’est vrai qu’il n’est pas facile de faire des choix entre les prestataires et les pos­si­bil­ités mul­ti­ples pro­posées par cha­cun... le plexi est vrai­ment très atti­rant, d’autant plus que je vis dans les îles et com­mence à avoir un beau nuanci­er de bleus/turquoises/verts dans mes images... l’alu est très classe et résiste à l’accrochage en extérieur ! suis très ten­tée et vais me lancer en suiv­ant tes pré­cieux con­seils d’une part et en espérant que pho­to­box livre dans les DOM ! Mer­ci pour ces bons tuyaux et bra­vo pour les pho­tos !

  5. Je viens égale­ment de faire imprimer chez Pho­toweb une prise que j’ai réal­isé en Islande en Mai dernier surl’équivalent du Forex : la qual­ité est bien là, par con­tre je suis deçue de la lumi­nosité de la pho­to : en la retouchant sur mon pc elle etait bien, mais la sur cadre elle parait som­bre (surtout con­tre mon mur blanc!). J’aurais du quli­br­er mon pc je pense. Autre defaut impor­tant à sig­naler : j’ai posé le cadre pen­dant une semaine par terre, resul­tat, il est tout gon­do­lé, donc a ne surtout pas faire!! Je ne sais pas si tu a essayé ce prestataire, mais c’est un de meilleur niveau qual­ité et Made in France (Greno­ble 🙂

  6. Je ne peux pas dire ce qu’il en est des cadres pho­tos mais pour ce qui est des for­mats clas­siques d’impression et des livres pho­tos j’utilisais aus­si Pho­to­box et Pho­toweb (de ma région) puis j’ai essayé Saal Dig­i­tal qui a aus­si une superbe qual­ité (mais hélas moins d’offres pro­mo­tion­nelles). Mer­ci pour le con­seil du cal­i­brage de l’écran ! très instruc­tif.

  7. Mer­ci pour ces con­seils ça m’éclaire vrai­ment. Dans le même genre que Pho­to­box, j’ai essayé les pro­duit Saal Dig­i­tal car ils offrent 40€ pour tester leur pro­duit et la qual­ité est vrai­ment au top que ce soit dans la livrai­son ou la qual­ité des tirages.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest