Voyager enceinte : mon expérience

Tu ne devrais pas faire ça dans ton état.
C’est à cause de cette phrase que j’écris cet arti­cle. Enfin, ce bil­let d’humeur. Je déroge un petit peu à ma ligne édi­to­ri­ale mais je pense que partager mon expéri­ence autour du voy­age enceinte pour­ra être utile à d’autres femmes et, surtout, de façon beau­coup plus égoïste, j’ai envie de crier ma frus­tra­tion des derniers mois. En effet, tout ce que j’ai pu vous racon­ter sur ce blog depuis jan­vi­er 2014, je l’ai vécu en étant enceinte. Et j’ai choisi de con­tin­uer à pren­dre l’avion,même enceinte, et ne pas trop mod­i­fi­er mes voy­ages, même si, bien sûr, j’ai dû faire quelques con­ces­sions sur la fin. Pour autant, ce qui m’a le plus agacée, c’est cette petite phrase, dite par des gens qui ne pensent pas for­cé­ment à mal mais qu’on a envie d’envoyer balad­er parce que, non, ce n’est pas parce qu’on est enceinte qu’on doit s’enfermer chez soi. Tu devrais te repos­er, tu devrais éviter telle activ­ité, tu ne devrais pas pren­dre l’avion, tu ne devrais pas voy­ager, tu devrais... Des gens qui con­nais­sent mieux votre corps que vous et pour qui « voy­age enceinte » sig­ni­fie « grand dan­ger pour le bébé » ! Et, dans mon cas, le plus agaçant, c’est que ça finis­sait par stress­er le papa.

Préambule

Avant toute chose, il me paraît utile de pré­cis­er qu’au moment où je suis tombée enceinte, j’avais 27 ans. J’étais en bonne san­té (et je le suis tou­jours), sportive et pas stressée. Ma grossesse s’est très bien déroulée et mon mon­stre est en par­faite san­té. Je n’ai pas l’intention de généralis­er ma sit­u­a­tion. Pour de nom­breuses femmes, il ne sera bien sûr pas pos­si­ble de bouger autant.
Et, dans tous les cas, il faut essay­er de tou­jours avoir avec soi quelques infor­ma­tions médi­cales (dernières pris­es de sang, dernier bilan d’échographie...) au cas où.

Ici, j’ai juste envie de partager mon expéri­ence : ce qui a été com­pliqué, ce qui s’est mal passé, ce que j’ai pu faire ou non, et com­ment j’ai con­tin­ué à voy­ager.

Premier trimestre : nausées au Vietnam

Je com­mençais l’année par voy­age d’un mois au Viet­nam. Et ce sera le pire voy­age de ma grossesse. Je n’ai vomi à aucun moment, mais ce fut sou­vent lim­ite... Parce que, qui dit Viet­nam, dit nour­ri­t­ure épicée (ou tout du moins dif­férente), odeurs très fortes. Pra­tique­ment tous mes kilos, je les ai pris là-bas, à manger des Oréo pour cou­vrir les mau­vais goûts qui me soule­vaient l’estomac en per­ma­nence. Ça ne m’a pas empêchée de par­tir marcher 4 jours dans les mon­tagnes de nord, du faire du vélo dans Hanoï, ou même de prof­iter du voy­age, tout sim­ple­ment. Mais les décou­vertes culi­naires ont été lim­itées (alors que j’adore la nour­ri­t­ure asi­a­tique en temps nor­mal...). Bon, j’ai quand même testé le duri­an ; enfin, un bis­cuit au duri­an, et... ça reste la pire expéri­ence gus­ta­tive de ma vie, avec un sale goût qui ne dis­paraît pas mal­gré les Oréo, les Tic Tac, les litres de jus de fruit, et les lavages de dents.

Ce que je retiens de ce voy­age, c’est que le pre­mier trimestre fut le moins prop­ice aux voy­ages, même si mes capac­ités physiques n’étaient pas altérées.

Deuxième trimestre : la méga patate

Non, la méga patate, c’est pas moi, je n’ai pas pris tant de poids que ça. Mais j’avais une pèche d’enfer. C’est durant cette péri­ode que j’ai le plus voy­agé : Bel­gique, Cat­a­logne, Sar­daigne, Suisse, Réu­nion, Mayenne... Le ven­tre com­mençait à se voir mais je ne préve­nais pas néces­saire­ment les gens qui étaient avec moi, tout du moins au début. J’ai donc con­tin­ué comme si de rien n’était : via fer­ra­ta, balade équestre, vélo, ran­don­née légère... Par con­tre, j’ai redou­blé d’attention : une chute aurait été cat­a­strophique. Et c’est pour cette rai­son que j’ai dû renon­cer au para­pente sur l’Île de La Réu­nion. A titre per­son­nel, ça ne me choquait pas du tout de m’y essay­er, le seul risque étant de se vautr­er à plat ven­tre à l’atterrissage, et ce risque étant min­ime ; mais les moni­teurs ont refusé. Ce que je peux com­pren­dre.

A la fin du deux­ième trimestre, deux « détails » ont quand même un petit peu impacté mes voy­ages : mes jambes, et ma vessie. Pour cette deux­ième, je ne vous apprends rien : avec le ven­tre qui pèse dessus, elle devient sen­si­ble. Rien d’insurmontable, ça veut juste dire qu’il fau­dra trou­ver deux fois plus de coins pipi pen­dant les ran­dos (et ne pas boire le soir quand on dort dans un hôtel glauque avec toi­lettes com­munes éloignées de la cham­bre). Quant aux jambes, c’est un peu plus pénible : elles devi­en­nent lour­des en fin de journée, sup­por­t­ent mal de rester immo­biles au restau­rant ou, pire, dans l’avion. Con­tre cela, il y a les bas de con­tention (et je n’ai pas trou­vé ça hyper effi­cace, puis ça grat­te). Le fait de marcher reste encore le meilleur remède. Alors, pour les longs tra­jets aériens, il ne sera pas for­cé­ment génial de se lever toutes les heures alors qu’on voudrait juste dormir, et il fau­dra deman­der les places côté couloir...

Troisième trimestre : ne pas tirer sur la corde

J’avais prévu de m’arrêter pile deux mois avant mon accouche­ment (enfin, la date théorique, parce qu’en vrai le mon­stre aura dix jours d’avance). Et, même si, jusqu’à la veille, je me sen­tais très bien, mar­chais certes plus lente­ment mais sans prob­lème, je ne voulais pas ten­ter le dia­ble non plus. J’ai donc filé mes bil­lets pour la Bav­ière et le Bade-Wurtem­berg à ma petite sœur (et elle vien­dra racon­ter ses voy­ages ici, du coup ! Sans népo­tisme strict, et vous pour­rez aisé­ment en juger par la qual­ité du tra­vail ren­du !) et amé­nagé les pro­grammes de mes derniers voy­ages : la mer des Wad­den en Alle­magne puis le Nou­veau Brunswick et le Yukon au Cana­da. J’ai renon­cé aux activ­ités sportives pou­vant provo­quer des chocs (équi­tation, notam­ment) et me suis for­cée à faire des nuits à peu près com­plètes.

Le choix des destinations

Je n’ai finale­ment annulé qu’un seul voy­age : le Kirghizis­tan. J’avais des bil­lets pour y aller pen­dant mon cinquième mois et, jusqu’au dernier moment, j’ai hésité. Je comp­tais par­tir faire un trek en autonomie, en solo. Mais finale­ment, j’ai décidé d’être raisonnable et de me don­ner quelques règles : ne pas aller dans des endroits où trou­ver un médecin est com­pliqué, ne pas par­tir seule, prévenir les gens qui m’accompagnent. Et après, il n’y a aucune rai­son que ça ne se passe pas bien ! Je dois aus­si pré­cis­er à ce sujet que le super papa ne pou­vant pas m’accompagner, il m’a priée de lui laiss­er l’opportunité de me voir m’arrondir sans s’inquiéter...

IMG_4895
Pho­to de nos mains par Mon­sieur Oreille

83 Commentaires

  1. Mer­ci pour ce témoignage qui tombe pour moi à pic car ma copine est nou­velle­ment enceinte et a quelques appréhen­sions à voy­ager dans cet « état ». Je lui trans­fert donc ton arti­cle 😉

    1. Après, il ne faut pas non plus que ce soit une source de stress pour elle. Si elle ne le sent pas, elle ne prof­it­era pas du voy­age et passera son temps à avoir peur. Mais si mon expéri­ence peut la ras­sur­er, alors je vous souhaite de beaux voy­ages !

  2. Félic­i­ta­tions à vous deux (trois!) !
    Ce bébé aura été atten­du sans rogn­er sur une belle pas­sion. C’est une belle manière de com­mencer la vie ! (et il en aura des choses à racon­ter : « ma maman est une aven­turière, elle a vu 1001 lieux fab­uleux !  » ).

  3. Oui, effec­tive­ment, le voy­age en solo, en autonomie au Kirghizis­tan c’était peut-être plac­er la barre un peu haut. Pas trop dif­fi­cile de faire une croix sur un voy­age comme celui-là ? En même temps tu avais une bonne rai­son !

    1. Un vrai déchire­ment, parce que j’en rêvais depuis des années, et j’annule pile quand je me décide à acheter des bil­lets. Mais ce n’est que par­tie remise. Après tout, les mon­tagnes kirghizes seront tou­jours là l’année prochaine.. Et peut-être que je par­ti­rai avec elle, en faisant un truc plus acces­si­ble mais qui sera cer­taine­ment très sym­pa !

  4. ras­sure nous dès main­tenant : tu ne vas pas nous faire un arti­cle du genre « l´allaitement en voy­age » « moeurs et cou­tumes de l´allaitement dans les pays », etc... (sinon félic­i­ta­tion bis , encore une fois 🙂 )

  5. Félic­i­ta­tions ! 🙂
    J’avoues, j’aurai été la pre­mière à être inquiète, même si comme toi, l’envie de voy­ager et de con­tin­uer à voir du paysage deviendrait sûre­ment très frus­trante.
    Mer­ci pour ces con­seils et ce témoignage qui je pense m’aidera quand mon tour vien­dra 🙂

  6. Mer­ci pour cet arti­cle plein de vérités. De notre côté bébé n°1 était en Grèce durant le pre­mier trimestre de grossesse et bébé n°2 était quant à lui en Egypte aus­si lors du 1er trimestre...Pour moi (le Papa) pas de soucis, pour la Maman ce fut beau­coup plus dur (dont une grande fatigue), mais ça tu l’as vécu...Plein de bon­heur à vous 3. 🙂

  7. C’est la pre­mière fois que je lis un arti­cle sur ce sujet. Mer­ci de nous partager ton expéri­ence !
    Je me demandais pourquoi ta petite sœur avait pris ta place sur ces voy­ages, mais finale­ment c’était pour une bien belle rai­son. Toutes mes félic­i­ta­tions 🙂

  8. Arti­cle très intéres­sant, et bien sur Félic­i­ta­tions pour le petit mon­stre 🙂 tu as eu rai­son de faire cet arti­cle, beau­coup de per­son­nes doivent être dans ton cas. Mer­ci encore !

  9. Tout d’abord félic­i­ta­tions !! Quelle belle nou­velle.
    Moi aus­si, j’ai eu la chance de vivre une super grossesse et j’ai fait pas mal de trucs. Par con­tre, je n’aurais pas ten­té le Kirghis­tan en solo en autonomie... même si ce pays m’attire beau­coup depuis un chantier de jeunes que je devais faire là bas annulé quelques mois avant (décidé­ment...)
    Bref, j’ai tout de même été moins casse-cou que toi : enceinte de 3 mois et demi, nous avons échangé nos vacances aux skis pour la Guade­loupe. Cela me ras­sur­ait quand même d’être en France plutôt qu’au fin fond de l’Asie.
    Et ensuite l’essentiel de nos escapades se sont faites en France.
    Pour la suite : le voy­age avec un enfant est assez dif­férent du voy­age seul ou en amoureux, mais il apporte pleins de choses dif­férentes : pour soi, pour l’enfant et tout un tas de ren­con­tres 🙂
    Vir­ginie

    1. Oui, je suis per­suadée que par­tir avec un enfant est génial. On adapte le pro­gramme, bien sûr, mais voir une des­ti­na­tion à tra­vers ses yeux doit être fab­uleux, sans par­ler des ren­con­tres qu’on fait..

  10. C’est une jolie façon de nous faire partager cette grossesse, et surtout cette nais­sance... Très beau témoignage qui, j’espère, don­nera du courage aux femmes enceintes qui hési­tent encore à par­courir leurs envies. Et surtout, je te souhaite plein de bon­heur et de jolies choses à vivre dans cette vie à trois. 🙂

  11. Salut,
    Nous suiv­ons ton blog avec intérêt. Nous n’ajouterons pas à ce que tu as très bien décrit : y’a tjs quelqu’un de bien inten­tion­né pour dire de ne pas faire ça ou ça enceinte. Oui, cer­taines doivent se calmer très tôt et non ce n’est pas le cas de tout le monde. Chaque grossesse n’est pas unique mais à moins d’être com­plète­ment décérébrée, chaque femme pos­sède en elle le baromètre qui lui per­met de savoir où s’arrêter au pas. De notre côté, Madame a arrêté la salle de fit­ness au 8 mois et quelques, unique­ment parce qu’elle fai­sait de la réten­tion d’eau. Ça jasait énor­mé­ment dans le ves­ti­aire mais elle savait ce qu’elle fai­sait : rela­tion de cause à effet ou pas, notre fils est super énergique et en par­faite san­té.
    C’est mar­rant com­ment en matière de gross­es, on a l’impression que le monde entier veut l’ouvrir et sait mieux que la mère quoi. A tous ces gens super bine inten­tion­nés, une seule réponse s’impose « Vos gueules, je gère ! ».
    Félic­i­ta­tions pour ton petit bout et con­tin­ue les voy­ages (avec, mais quand ca aurait poussé un peu) 🙂

    1. C’est exacte­ment ça ! Je veux bien qu’on me donne des con­seils, mais être traitée comme si j’étais infirme et incon­sciente, ça fait tout drôle ! On adapte peu à peu nos envies (j’imagine qu’elle ne fai­sait plus exacte­ment les mêmes exer­ci­ces à 8 mois) mais le but c’est quand même qu’on soit bien, et c’est pas en tour­nant en rond à la mai­son...

  12. Oh c’est mag­nifique ! Un bébé déjà voyageur ! Au dia­ble les mau­vais­es langues, il y en aura tou­jours pour te dire quoi faire. Je vous souhaite beau­coup de bon­heur (:

  13. Félic­i­ta­tions ! Pour le duri­an, bra­vo d’avoir essayé (tout le monde n’essaie pas). Et si le goût t’es resté dans la bouche toute la journée, je con­firme que ce n’était aucune­ment lié à la grossesse, ça me fait pareil :D. Et tu as bien eu rai­son de con­tin­uer de voy­ager. Tu es restée pru­dente (ne pas voy­ager seule et jamais trop loin d’un médecin, c’est un excel­lent con­seil, même sans être enceinte, en fait.), et vis­i­ble­ment, ta grossesse était sans com­pli­ca­tion, donc tant que ton corps suit, autant en prof­iter 🙂

    1. Note qu’en fait, le duri­an est décon­seil­lé aux femmes enceintes ! Rien à voir avec cet hor­ri­ble goût, mais ce truc est égale­ment mau­vais pour la san­té ; une his­toire de ten­sion si je me sou­viens bien. (je l’ai appris après, en cher­chant des infos pour faire pass­er le goût...)

  14. Félic­i­ta­tions!!!!!!!!! (Pour le reste, je com­prends : j´ai même fait un bouquin sur le sujet après avoir eu ma fille. Tout le monde se donne le droit de te dire quoi faire quand tu deviens mère, c´est à ren­dre dingue!)

  15. Mer­ci pour ce joli témoignage qui per­met d’ouvrir de jolis hori­zons à ceux qui pensent qu’en étant enceinte on est for­cé­ment infirme. Cha­cun doit pou­voir vivre sa grossesse à sa manière et en sen­tant ses lim­ites (que notre corps sait très bien nous rap­pel­er). Et puis cela fait déjà de chou­ettes sou­venirs pour ce bébé voyageur. J’ai eu la chance moi même de tomber enceinte pen­dant notre long voy­age en Amérique du Sud et prof­iter donc pleine­ment de ces pre­miers mois tout en vis­i­tant de mag­nifiques lieux. 

    La réflex­ion qui m’a le plus agacé n’a pas été mais tu es incon­sciente de voy­ager enceinte (on ne me l’a pas trop faite) mais plu­tot « Ah bah main­tenant que tu es maman tu vas peut être arreter de voy­ager (imag­inez cette réplique avec une into­na­tion un peu sadique à la lim­ite de la jouis­sance) ».

    Eh non, on peut aus­si voy­ager avec des mar­mots, affaire à suiv­re !

    Prof­ites bien de cette expéri­ence de la vie et con­tin­ues à nous racon­ter tous ses voy­ages.

    1. Je ne sais pas pourquoi, beau­coup de gens s’imaginent qu’avoir des enfants veut dire met­tre fin à sa vie, ses loisirs. Bon, je serai peut-être d’accord dans quelques mois, mais pour l’instant j’ai envie d’essayer de leur don­ner tord ! On va faire quelques com­pro­mis, mais il n’y a pas de rai­son de s’arrêter de voy­ager parce qu’on a un bébé...

  16. Toutes mes félic­i­ta­tions ! Je suis tout à fait d’accord avec toi, il faut juste le faire comme on le sent.... et tu vas voir on se pose encore moins de ques­tions à la deux­ièmes grossesse... donc tu n’as pas fini de voy­ager
    Par con­tre moi je suis allée au Viet­nam au deux­ième trimestre et j’avais eut un peu de mal avec la chaleur et comme toi avec la nour­ri­t­ure, les odeurs me dégoutaient alors que pour y être retournée depuis, c’est très bon !
    Une ques­tion un peu indis­crète, com­ment vas tu con­juguer la vie de blagueuse voyageuse pro et de nou­velle maman ? tu vas l’emmener avec toi ?
    Prof­ites bien tes prochains mois !

    1. C’est étrange à quel point nos habi­tudes culi­naires sont mod­i­fiées. Chez moi, ni la nour­ri­t­ure asi­a­tique ni le fro­mage ne pas­saient... Manger des pâtes au ketchup au Viet­nam, ça fait mal, quand même ! Heureuse­ment qu’il y avait leurs excel­lents fruits.

      Je ne sais hon­nête­ment pas encore com­ment tout va se goupiller (le manque de crèch­es en France n’aide pas...), mais ça ne sera qu’une ques­tion d’organisation. Tant que pos­si­ble, je tâcherai de la faire venir avec moi. Sinon son papa fera du télétravail/posera des con­gés pour la garder pen­dant mes déplace­ments.

  17. Félic­i­ta­tions !

    Et comme tu le dis si bien, être enceinte ce n’est pas rester allongée et ne plus rien faire de « soi-dis­ant » dan­gereux. Il faut savoir écouter son corps et respecter avant tout ses besoins.

    Lorsque je suis tombée enceinte, nous viv­ions dans une camion­nette sur les routes d’Europe et du Maroc. Mon bébé a été bercé par le doux (et bruyant) ron­ron­nement du moteur. Et 3 jours avant mon accouche­ment, j’étais encore en train d’animer un ate­lier dans les bois avec les enfants.

    Et ce n’est pas parce qu’on a un enfant, qu’on ne peut plus voy­ager non plus. Et plus ils sont petits, plus c’est facile.

    Je vous souhaite donc encore de nom­breux voy­ages (en famille main­tenant).

  18. Ha trop chou­ette !!!!
    Félic­i­ta­tion !!! 🙂
    C’est tou­jours un grand plaisir de pou­voir te lire et te suiv­re dans tes aven­tures... 🙂

  19. Toutes nos félic­i­ta­tions !
    Très bel arti­cle prou­vant que même enceinte les globe-trot­teuses ne s’arrêtent pas. Pour ma part, j’ai fait New-York, le Québec, la Suisse et la Bre­tagne enceinte, plus quelques allers-retours Picardie/Régon parisi­enne. Et la cra­pule qui est arrivée ne nous arrête pas pour voy­ager. Elle fut de tous depuis bien­tôt 5 ans dont le plus impor­tant : un tour du monde qui a débuté il y a 1 mois !!!! Vive les voy­ages !!!!

  20. Bra­vo et bien­v­enue dans le monde des par­ents voyageurs ! Faut faire ce que l’on sent et on s’adapte petit à petit sans jamais regret­ter les petites con­ces­sions que l’on fait naturelle­ment ! Et voir le monde avec les yeux de nos enfants c’est mag­ique ! En tout cas belle nou­velle aven­ture !

  21. bon­jour Raphaelle, c´est une façon bien orig­i­nale d´annoncer sa grossesse!ton anci­enne col­lègue et col­loque dev­enue laval­loise m´avait don­né de tes nou­velles à son arrivée. je t´embrasse

  22. C’est drôle car moi je n’ai fait que le Kirghizs­tan pen­dant ma grossesse, un mois comme prof volon­taire. Mais cer­taine­ment pas en solo et sans dire à aucun de mes proches que j’étais enceinte.
    Mer­ci de ton bil­let con­tre les idées reçues.

  23. Témoignage super intéres­sant et qui effec­tive­ment ras­sure un peu. Être enceinte ne sig­ni­fie pas devenir une poupée de porce­laine qu’on doit met­tre sous cloche (et puis s’activer enceinte c’est plutôt bon pour le corps aus­si, non ?). 

    Ah telle­ment dom­mage pour le Kirghizis­tan, mais je com­prends car­ré­ment, rap­port l’accès à la san­té. J’ai habité 4 mois en Ouzbék­istan (c’est pas loin x)), et même si mon séjour a été for­mi­da­ble, avec un pays qui mérite le détour, je n’étais pas ras­surée à l’idée de tomber malade, alors enceinte !

  24. Le « Tu ne devrais pas faire ça dans ton état » précède le « Tu ne devrais pas faire ça avec un enfant si jeune » ... Pfff ! Don­nez à vos vies, le sens que vous souhaitez leur voir pren­dre !

  25. En revenant d’un trek où on a pu pho­togra­phi­er des aurores boréales, on a pen­sé à toi et à ton super arti­cle sur le sujet. Et puis hop, on tombe sur cet arti­cle. Quoi ? Madame Oreille est enceinte ???!!!! Et on lit, et en fait non, elle n’est plus enceinte, elle est dev­enue maman ! Toute nos félic­i­ta­tions, c’est une aven­ture de plus à ton act­if, et sans aucun doute la plus belle 🙂

  26. waouh­hh, félic­i­ta­tions ! c’est un mer­veilleux voy­age qui com­mence ! bien­v­enue à bord à ce ptit homme ... et quelle jolie façon de l’annoncer, mais je ne suis pas sur­prise, il y a là encore ta sig­na­ture « madame oreille » ! 😉

  27. Félic­i­ta­tions ! Un bon plan pour les voy­ages en train : avec un bil­let ven­du par la Deutsche Bahn, les enfants voy­a­gent gra­tu­ite­ment jusqu´à leurs 15 ans. Encore mieux : les bébés ne peu­vent pas avoir le mal des trans­ports jusqu´à 2 ans, à vous les tra­ver­sées en fer­ry !

  28. Ça cor­re­spond pas mal à ce que j’avais trou­vé pour la recherche de la BDGV – le deux­ième trimestre est le meilleur moment pour voy­ager. Con­tente que ton expéri­ence se soit bien passée, inspi­rant pour la suite 🙂

  29. Félic­i­ta­tions ! En effet, la grossesse et le voy­age sont loin d’être incom­pat­i­bles, sauf dans cer­tains cas. Pour ma part, pour ma 1ère grossesse, j’ai pu voy­ager en Alle­magne, en Pologne, aux Etats-Unis et Cana­da. J’ai fait atten­tion à ne pas pren­dre l’avion au tout début de ma grossesse et en toute fin, mais c’est tout ! 15 jours avant l’accouchement, je fai­sais du camp­ing en toile de tente ! J’étais en pleine forme 🙂
    Mais c’est vrai qu’il vaut mieux choisir ses des­ti­na­tions, j’ai une amie qui a chopé un virus en Inde au début de sa grossesse et finale­ment, tout s’est bien déroulé mais elle a eu très peur et a du s’arrêter de tra­vailler pour le reste de sa grossesse.
    Quand on peut, c’est aus­si super d’en prof­iter avec bébé dans le ven­tre. Car après, on bouge un peu moins, du moins les pre­miers mois.
    Encore une fois félic­i­ta­tions et plein de voy­ages en per­spec­tive avec ce petit bout d’chou !

  30. oh ! félic­i­ta­tions ! nous sommes par­tis en voy­age de noces en aus­tralie et j’étais à 5 mois de grossesse ... une belle expéri­ence , des ran­dos dans le cen­tre rouge et ensuite détente sur la côte ouest ! bien­v­enue lit­tle girl <3

  31. a part juste la fatigue pour moi au debut mais sinon la grossesse n’est pas une mal­adie, je vois pas pourquoi on ne pour­rait pas voy­ager. je m en suis jamais empêchée. si j avais un doute je demandais au doc­teur. Et puis aus­si voy­ager avec bebe n’est pas non plus super com­pliqué, c’est meme plus facile tant qu’il est tout petit je trou­ve

  32. Coucou Madame Oreille, je viens seule­ment de voir ton bil­let... Félic­i­ta­tions à tous les deux ! Enfin, à tous les trois, finale­ment ! Plus grande, ta petite pour­ra racon­ter qu’elle voy­age depuis « avant sa nais­sance » 😉

  33. Bon­jour,
    Ayant déjà fait un vol interne en Chine étant enceinte, j’avoue que la peur a eu le dessus sur moi, car je voy­ais en moi 2 per­son­nes si tout allait mal.

  34. Voy­ager seul est sou­vent stres­sant pour cer­tains, j’imagine pour une femme enceinte qui non seule­ment doit être stresse par elle même, mais se fera de souci pour son bébé. L’experience ne doit pas etre facile. Je ne l’ai pas encore fait car trop tôt pour moi (17ans,haha).

  35. Mer­ci beau­coup pour cet arti­cle, qui m’a bien encour­agé dans mon choix de main­tenir un voy­age en Thaï­lande au cours de mon 6ème mois de grossesse ! Le dis­cours général sur les voy­ages pen­dant la grossesse est très inquié­tant et cul­pa­bil­isant pour les futures mamans. Pour ma part, je viens de ren­tr­er de ce voy­age de 15 jours en mode « routard » en itinérant, et aucun prob­lème à sig­naler, j’en ai bien prof­ité avec mon com­pagnon et notre futur petit bout ! Petites ran­don­nées et divers moyens de trans­port sont tout à fait pos­si­bles. Bien sûr on a réduit un peu les km par­cou­rus, choisi des cham­bres un peu plus con­fort­a­bles, priv­ilégié plutôt le train au bus lorsque c’était pos­si­ble et on a pris notre temps...

    La vie est de toute manière un risque paraît-il... 😉

  36. Je trou­ve que votre arti­cle con­firme mon raison­nement, être enceinte n’est pas une mal­adie, il faut arrêter de dire qu’il est oblig­a­toire qu’une femme « cesse de vivre » parce qu’elle attend un heureux événe­ment.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest