fbpx

Visiter Malte et Gozo : plages, falaises et soleil

Guide pra­tique pour vis­iter l’archipel Malte et Gozo. Com­ment se déplac­er ? Que voir et que faire à Malte ? Où dormir ?

Malte est en un archipel au milieu de la Méditer­rané. Il est com­posé de 8 îles, dont seule­ment 4 sont habitées. Les deux îles prin­ci­pales de l’archipel sont Malte et Gozo.
Si une par­tie de l’histoire de Malte est liée à la France, l’archipel est surtout une anci­enne colonie bri­tan­nique. Ce qui explique qu’on trou­ve très facile­ment des gens par­lant bien anglais partout à Malte et Gozo.

Quand aller à Malte ?

À Malte, il pleut un peu plus en jan­vi­er qu’en juil­let, mais on peut facile­ment vis­iter les îles toute l’année. Si vous voulez vous baign­er, c’est pos­si­ble à par­tir d’avril, et jusqu’en novem­bre. En juil­let et août, il peut faire très chaud : adaptez votre itinéraire pour être en frais pen­dant les heures les plus chaudes de la journée (surtout si vous voy­agez avec des enfants).

Que mettre dans sa valise ?

Vous pour­rez trou­ver tout ce qu’il faut sur place, mais prenez votre mail­lot de bain et surtout de la crème solaire, ain­si qu’un cha­peau et des lunettes de soleil : ça cogne !

Guide pratique en bref : visiter Malte (et Gozo)

Voici quelques infor­ma­tions pra­tiques pour vous aider à pré­par­er votre séjour à Malte.

Comment aller à Malte

Pour vous ren­dre à Malte, le plus sim­ple est de pren­dre l’avion. Vous trou­verez des vols directs avec Air Mal­ta au départ de Paris, Lyon, Mar­seille, Nice ou encore Toulouse. Depuis Nantes, c’est Transavia qui per­met des vols directs.

Cliquez ici pour com­par­er les prix sur vos dates de séjour.

Il est égale­ment pos­si­ble de rejoin­dre Malte en fer­ry depuis la Sicile.

Comment aller à Gozo

Le meilleur moyen pour se ren­dre à Gozo depuis Malte, c’est bien sûr le fer­ry. Il y a des liaisons régulières entre Cirkewwa (Malte) et Mgarr (Gozo). C’est étrange, mais on paye au retour.

Comment se déplacer sur Malte

Louer une voiture

Louer une voiture est prob­a­ble­ment le moyen le plus sim­ple de se déplac­er à Malte. Je vous con­seille de réserv­er votre voiture directe­ment à l’aéroport (agence de l’aéroport) afin de pou­voir en béné­fici­er pen­dant toute la durée de votre séjour.

Atten­tion, ici, on roule à gauche !

Se déplac­er en bus

Si l’idée de con­duire à gauche ne vous enchante pas, vous pou­vez envis­ager de vous déplac­er en trans­ports en com­mun. Malte pos­sède un bon réseau de bus, et c’est le moyen le plus économique de décou­vrir l’archipel. Les bus fonc­tion­nent entre 5h et 23h, mais cer­tains ne passent qu’une fois par heure. De plus, sachez que les lignes de bus for­ment un réseau en étoile, que ce soit sur l’île prin­ci­pale de Malte ou sur Gozo.
Si vous voulez vous déplac­er en bus, il vau­dra donc mieux loger à La Val­lette ou dans les villes bal­néaires voisines : Sile­ma et Saint Julian’s.

Louer un vélo

Louer un vélo peut être ten­tant : sur une carte, l’île sem­ble petite. Mais c’est sans compter sur deux choses : les mal­tais roulent très mal (ils sont peu habitués aux cyclistes et vous frô­lent à toute vitesse...) et surtout, Malte et Gozo sont deux îles très val­lon­nées !

Bref, à ten­ter si vous êtes sportif ou voulez ray­on­ner autour de votre héberge­ment, mais claire­ment pas adap­té pour décou­vrir Malte, mal­heureuse­ment.

Louer un scoot­er

Louer un scoot­er est une option intéres­sante : moins encom­brant qu’une voiture, vous gag­nez en lib­erté de déplace­ment. Vous trou­verez facile­ment des agences de loca­tion sur place.
Atten­tion, le per­mis est oblig­a­toire pour pou­voir louer un scoot­er à Malte.

Ne pas pren­dre le shut­tle à l’aéroport

À l’aéroport, vous trou­verez des propo­si­tions de navettes qui vous déposent directe­ment à votre hôtel. Ces ser­vices frisent l’arnaque. J’ai per­son­nelle­ment mis plus d’1h30 à quit­ter l’aéroport et 3h à attein­dre mon hôtel...

Je vous con­seille donc vive­ment d’opter pour un taxi ou de pren­dre le bus (ça ne coûte vrai­ment pas cher à Malte !). Le bus X1 relie l’aéroport à Ċirkewwa (embar­cadère pour les fer­ries à Des­ti­na­tion de Gozo). Le X2 dessert Msi­da, St Julians, Sliema, Gzi­ra. Le X3 rejoint Bugib­ba. Les X4, X5 et X7 vont à La Valette.

Où dormir à Malte

Si vous vis­itez l’île en bus, je vous con­seille vive­ment d’opter pour un héberge­ment à La Val­lette, Saint Julian ou Sliema afin de pou­voir vous déplac­er facile­ment.
Si vous souhaitez vis­iter Gozo, sachez que c’est fais­able dans une journée, quitte à par­tir tôt et ren­tr­er tard. Il n’est donc pas indis­pens­able de dormir sur Gozo pour vis­iter l’île. Cela peut, cepen­dant, être une option intéres­sante pour prof­iter du calme.

La Valette : grand luxe à la Casa Ellul
Casa Ellul
Un (très) bel hôtel situé en plein cœur de la cap­i­tale, La Valette. Idéal pour flân­er à pied dans la ville.

Réserv­er directe­ment.

Sliema : auberge de charme
Two Pil­lows Bou­tique Hos­tel
Un coup de cœur pour les voyageurs à petit bud­get ! L’auberge est très bien amé­nagée, dans une belle mai­son typ­ique. Ils ont des cham­bres dou­bles ain­si que des dor­toirs (mixtes ou féminin, max­i­mum 6 per­son­nes). Grande cui­sine à dis­po­si­tion.

Réserv­er directe­ment.

Sliema : grande piscine et cock­tails en ter­rasse
AX the palace
Piscine à débor­de­ment sur le toit ter­rasse de l’hôtel, avec vue sur la mer.

Réserv­er directe­ment.

Saint Julian : vue panoramique sur la baie dans un char­mant bou­tique-hôtel
Hôtel Juliani
Jolie vue sur la baie, hôtel éle­gant avec piscine. Bien situé.

Réserv­er directe­ment.

Qawra : un apparte­ment pour être indépen­dant
Park Lane Bou­tique Apartho­tel
Pour avoir sa pro­pre cui­sine et prof­iter de la piscine sur le toit !

Réserv­er directe­ment.

Gozo : le B&B alliant charme et authen­tic­ité
Mood Farm­house B&B
Le plus bel héberge­ment du Gozo : un cou­ple vous reçoit dans une superbe mai­son typ­ique en pierre. C’est lumineux, bien décoré, avec un super petit déje­uner et une petite piscine agréable le soir.

Réserv­er directe­ment.

Que voir et visiter à Malte et Gozo

Pour vis­iter Malte et Gozo, je vous con­seille de pos­er vos valis­es dans un seul lieu, puis de ray­on­ner à par­tir de celui-ci, l’archipel étant rel­a­tive­ment petit.
Idées d’itinéraire pour 4 jours à Malte :

Cul­ture & ran­dos

  • J1 : vis­ite de La Val­lette le matin, excur­sion sur l’île de Comi­no pour l’après-midi
  • J2 : prom­e­nade à Marsaxlokk, ran­don­née sur les falais­es de Dingli
  • J3 : journée sur l’île de Gozo
  • J4 : Mdi­na le matin, pénin­sule de Mar­fa l’après-midi

Plage & repos

  • J1 : Mdi­na le matin,
  • J2 : excur­sion à Comi­no, dîn­er et vis­ite de La Val­lette en soirée
  • J3 : vis­ite de Gozo le matin, plage à Mar­fa en soirée
  • J4 : Marsaxlokk le matin, après-midi baig­nade dans la Gold­en Bay

Malte : La valette

La cap­i­tale de Malte est une jolie ville, calme. On la vis­ite très facile­ment la pied en une demi-journée, en prenant son temps.

La Valette, Malte

La Valette, Malte

Malte : Mdina et Rabat

Mdi­na et Rabat sont deux villes voisines. On voit la ville for­ti­fiée de Mdi­na de loin, mais pour y accéder, il faut pass­er par Rabat. Si Mdi­na a plus de charme que sa voi­sine, vis­itez quand même Rabat au pas­sage !

L’ambiance de Mdi­na est très par­ti­c­ulière. De petites ruelles ser­pen­tent entre de vieux bâti­ments. Et si l’endroit vous sem­ble fam­i­li­er, c’est que Mdi­na a servi de décor à Game Of Thrones !

Pour prof­iter de la ville, venez tôt : surnom­mée « la cité silen­cieuse », Mdi­na se savoure quand elle est déserte. Avec ses maisons fleuries, ses allées calmes.

Mdina, Malte

Mdina, Malte

Mdina, Malte

Malte : la péninsule de Marfa

Si vous cherchez les plages et baies sauvages de Malte, c’est ici qu’il faut venir ! Les paysages y sont jolis. Il y a quelques petits vil­lages, et pra­tique­ment per­son­ne ! La pénin­sule a des airs de bout du monde...
Au bout du bout vous trou­verez le Coral Lagoon, une piscine naturelle creusée dans les falais­es, non loin de la Pointe d’Ahrax.

Péninsule de Marfa, Malte
Péninsule de Marfa, Malte
Péninsule de Marfa, Malte
Péninsule de Marfa, Malte

Malte : Marsaxlokk

Si vous voulez voir les fameux luz­zus, les bateaux de pêche tra­di­tion­nels col­orées, c’est au port de Marsaxlokk qu’il faut vous ren­dre. C’est le prin­ci­pal port de Malte. Vous y ver­rez des dizaines de bateaux mal­tais typ­iques, avec leurs rayures et leurs yeux !

Malte : falaises de Dingli

Les falais­es de Dingli bor­dent la côte ouest-sud et représen­tent le point cul­mi­nant de Malte. Ici, il est pos­si­ble de faire quelques ran­don­nées pour décou­vrir le Malte rur­al.

Si vous avez peur des ser­pents, sachez qu’il est prob­a­ble que vous en croisiez. Toute­fois, ils sont inof­fen­sifs, d’après les habi­tants.

Gozo : la baie de Dwejra

On vis­i­tait prin­ci­pale­ment la baie de Dwer­ja pour l’Azur Win­dow, une arche créée par les vagues. Toute­fois, celle-ci s’est effon­drée en 2017. Le lieu reste cepen­dant très joli, même sans l’Azur Win­dow.

Gozo : la baie de Dwejra, l'Azur Window

Gozo : la baie de Dwejra

Gozo : Victoria (Rabat)

La ville prin­ci­pale de Gozo pos­sède une citadelle, quelques jolies rues et églis­es. Ce n’est pas aus­si joli que Mdi­na, mais la prom­e­nade vaut le coup.

l'île de Gozo à Malte

Comino et son Blue Lagoon

Comi­no est la plus petite des 3 îles prin­ci­pales (8 îles au total) de l’archipel mal­tais. Elle se trou­ve entre Gozo et Malte. Comi­no est con­nu pour son lagon à l’eau par­ti­c­ulière­ment trans­par­ente. La couleur du bleu est en effet sai­sis­sante.
Pour vis­iter Comi­no, le plus sim­ple est de réserv­er une excur­sion à la journée (ou de quelques heures). Plusieurs com­pag­nies pro­posent ces tours, avec plusieurs bateaux par jours, vous pou­vez donc adapter les horaires selon le temps que vous souhaitez con­sacr­er à Comi­no. La plu­part de ces bateaux vous emmèneront égale­ment voir les quelques grottes creusées par l’eau dans les falais­es de Comi­no.

***

Mon séjour à Malte

J’imaginais une île un peu nature, par­faite pour la ran­don­née, la prom­e­nade, et le repos dont j’aurais bien besoin après dix jours de cav­ale en Europe.
Mais tout a mal com­mencé, et même si les jours suiv­ants furent un peu plus sym­pas, c’est l’une des rares des­ti­na­tions que je n’ai pas envie de con­seiller. Ou tout du moins, pas à tout le monde.

Je suis arrivée à l’aéroport très fatiguée, je l’avoue. Du coup, quand une dame m’a abor­dée au retrait des bagages pour me pro­pos­er un ser­vice de shut­tle vers mon hôtel, j’ai sauté sur l’occasion. Ce n’est pas une arnaque, a pri­ori, puisqu’elle avait son bureau à l’intérieur de la zone à bagages, un endroit inter­dit au pub­lic. J’ai payé, reçu mon bil­let, pris mon sac, et me suis ren­due au comp­toir de la com­pag­nie de shut­tle, à l’extérieur. Le papi­er indi­quait qu’un chauf­feur viendrait me chercher en 20 min­utes, max­i­mum 30. Et au bout d’une heure d’attente, avec pour seule réponse « wait, wait », j’ai pété les plombs. For­cé­ment, impos­si­ble de se faire rem­bours­er puisque le bureau n’est pas acces­si­ble (zone des bagages oblige), et impos­si­ble d’obtenir la moin­dre réponse. Le chauf­feur, infect, est finale­ment venu 1h30 après, et j’ai com­pris l’astuce : c’est comme au Mali, on ne part que quand c’est rem­pli ! Bref, j’ai mis plus de trois heures à rejoin­dre mon hôtel, et je vous décon­seille vive­ment d’utiliser ces ser­vices de shut­tle : j’aurai mis moins de temps en bus.

Mon hôtel était à Bugib­ba, sur St Paul’s Bay, un des endroits les plus abor­d­ables de l’île. Sur­prise agréable, c’est un hôtel de vieux, ça veut dire que c’est glob­ale­ment calme. Sur­prise moins agréable, il y a des con­certs de repris­es de Sina­tra (etc.) tous les soirs, et j’ai la cham­bre la mieux placée pour en prof­iter. Pour ne rien gâch­er, tout est payant : WiFi, servi­ette pour la piscine, et même carte de la ville... Carte de la ville qui est d’ailleurs deux fois moins chère en ville...
Bug­gi­ba est une ville sans intérêt. Quelques restau­rants ser­vent de la nour­ri­t­ure rapi­de (je ne me suis pas remise du serveur qui ren­verse la moitié de mon assi­ette sur la table et con­sid­ère que c’est pas bien grave, je n’ai qu’à ramass­er...), et tout est fait de béton. En clair, ça n’a aucun charme. Mais c’est pas grave, je voulais un endroit pas cher d’où explor­er le reste de l’île.

malte01 malte37

En arrivant avec le shut­tle, j’ai remar­qué que Malte est loin d’être plate. Mon pre­mier réflexe est donc de ten­ter de louer un scoot­er. Manque de bol, il est oblig­a­toire d’avoir un per­mis de con­duire... Du coup, je me rabats sur un vélo. Et là, je vais pass­er une journée hor­ri­ble. J’ai pédalé pen­dant douze heures, pra­tique­ment sans pause... et j’ai fait moins de soix­ante kilo­mètres. Voilà. Pour­tant, je suis plutôt une bonne cycliste (j’ai survécu à l’Islande, à la Roumanie, et acces­soire­ment, j’en fait tous les jours !) et mon vélo de loca­tion était tout à fait cor­rect. Sim­ple­ment, c’est une série de côtes, de détours, de méga-mon­tées et de trucs que « tu com­prends même pas pourquoi ils ont fait pass­er la route par là ». Ain­si, si vous allez de l’autre côté de la colline, vous pou­vez être sûr que vous passerez par son som­met, parce que ça serait quand même dom­mage de con­tin­uer dans la val­lée... Et je ne par­le même pas des sens inter­dits et des culs-de-sac : genre descen­dre sur 200m puis remon­ter sur 200m pour revenir pra­tique­ment au point de départ parce qu’entre les deux, il y avait une rue de 5m en sens unique...
En bref, j’en ai chié. Con­duire à gauche est dif­fi­cile mais on finit par s’habituer (j’ai juste eu un mini acci­dent et pris un rond point à l’envers... mau­vais réflex­es !), et les mal­tais roulent incroy­able­ment mal.

malte23

Heureuse­ment, j’ai vu quelques jolies choses sur le chemin !
J’ai com­mencé par explor­er la pénin­sule de Mar­fa, dans le nord de Malte. Tout au bout, on trou­ve le camp­ing, une petite église, et le long de l’eau, quelques plages pour le moins sym­pa­thiques, ambiance « sable par­fait et eau trans­par­ente ».

malte08 malte07 malte06 malte05 malte04 malte03
malte02

Les vil­lages qui entourent les plages sont par con­tre quelque peu déserts : rési­dences sec­ondaires for­cé­ment vides en ce mois de Mai.
J’ai con­tin­ué à pédaler, ini­tiale­ment pour aller voir les horaires du fer­ry pour Gozo, pen­sant m’y ren­dre le lende­main. Sauf que quand je suis arrivée, un mec m’a dit « mon­tez, vite », et que ça a fait « pourquoi pas », dans ma tête. De toute façon, vu les côtes que je venais déjà d’enchaîner, je ne me voy­ais pas refaire ça le lende­main...
On paye au retour. Je stres­sais un peu, ne sachant pas trop com­bi­en ça allait me coûter mais la beauté du court tra­jet m’a fait oubli­er tout ça.

malte09 malte11

malte10

On vous dira que Malte et Gozo n’ont rien à voir. Ce n’est ni vrai, ni faux. L’architecture est légère­ment dif­férente, les paysages pas tant que ça, juste un peu plus naturels. Les maisons sont assez improb­a­bles, avec des sculp­tures incroy­able­ment kitsch sur leurs devan­tures. Et glob­ale­ment, même si les mal­tais sont très gen­tils, j’ai trou­vé les gozo­lais plus acces­si­bles. Car il faut pré­cis­er un point posi­tif ici : tout le monde est anglo­phone. Et mine de rien, pou­voir deman­der son chemin à n’importe qui, dis­cuter facile­ment avec toutes les class­es sociales, tous les âges, hé bien c’est très agréable.

malte12 malte17 malte16 malte15 malte14

malte13

Je me suis donc bal­adée sur Gozo, de Rabat à Gharb, en pas­sant par San Lawrenz et d’autres petits vil­lages, sou­vent mignons, même si tout sem­ble désert, sur­veil­lant l’heure pour ne pas ren­tr­er de nuit (bon, j’ai pas réus­si...), cher­chant surtout à rejoin­dre un lieu pré­cis : les falais­es de Dwer­ja. Dwer­ja, c’est prob­a­ble­ment le coin le plus touris­tique de Gozo, un genre d’Etre­tat avec du ciel bleu. Et comme je vous par­le pas mal des lieux de tour­nage de Game of Thrones en ce moment, je me devais d’y pass­er. Mais je vous en repar­lerai plus en détails dans un arti­cle dédié !

malte19 malte22 malte21 malte20

malte18

Et puis il a fal­lu ren­tr­er vers Bugib­ba, même si je serais bien restée sur Gozo. A deux détails près : il y a autant de ser­pents sur Gozo que sur Malte et, en plus, il y a de nom­breux chiens. Et ça, quand on est en vélo, et qu’en plus ça monte, hé bien c’est pas super méga fun. Genre même pas du tout fun.

malte24

Résul­tat, lorsque je suis allée vis­iter La Valette, la cap­i­tale, j’ai décidé de tester le réseau de bus. Et lais­sez-moi vous dire que ce n’est pas bril­lant. En fait, pour se déplac­er en bus sur Malte, il faut être situé au bon endroit. Dans l’absolu, les bus ne sont pas si mal fichus. C’est juste que quand il y a un bus par heure pour aller à un endroit qui est à une heure de là, voire que vous avez oblig­a­tion de pren­dre une cor­re­spon­dance, hé bien c’est pas ter­ri­ble. Surtout qu’ils sont vite bondés sur cer­tains tra­jets (et là, on com­prend que les locaux n’aiment pas trop les touristes). Je ne suis pas du genre à prôn­er la loca­tion de voiture mais si vous tenez vrai­ment à aller à Malte, ça peut être bien de l’envisager pour un peu d’indépendance et moins de perte de temps.

La Valette, c’est plutôt mignon, il y a peu de voitures et pas mal de vieux bâti­ments avec un cer­tain charme (cette phrase est haute­ment con­struc­tive, hein ?).

malte25 malte26

malte27 malte29 malte28

malte30 malte31 malte33 malte36

malte29 malte32 malte35

malte34

50 Commentaires

  1. Je crois que tu n’as vrai­ment pas de chance sur ce voy­age. Aller courage tu appréciera le retour. En tous cas mer­ci de nous faire partager tes aven­tures.

    1. Oh, c’était surtout sur cette journée là, au final, si on oublie la cham­bre pour­rie d’Istanbul ! La journée poisse, y’en a tou­jours une dans un voy­age...

  2. Héhé, excel­lent cet arti­cle, j’ai bien ri ! Tu as bien joué de malchance pour cette 1e journée...Tu pour­ras aus­si racon­ter com­ment 2 Français t’ont fait atten­dre sur une place pen­dant 1h le 2e jour , pen­dant qu’ils se per­daient dans Bugib­ba... :-p

    1. J’avais 5 jours, dont 3 jours pleins. Je crois que c’est une île où on peut rester une semaine sans avoir l’impression qu’il reste quelque chose à voir, et trois semaines en ayant l’impression qu’on pour­rait encore y rester. Tu vois ce que je veux dire ?

  3. Bon­jour,
    J’ai suivi votre périple Cigale Vs Four­mi via le blog ou les réseaux soci­aux.
    De façon générale, j’ai trou­vé que le fait d’avoir voy­agé seule se ressent énor­mé­ment sur vos réc­its (com­paré au réc­it que vous avez pu faire du Kenya ou bien l’Islande pour citer les plus récents).
    Est-ce qu’il en sera de même pour les pho­tos, ou juste­ment avez-vous eu plus de temps pour par­faire les prise de vue, com­po­si­tion ? etc... j’attends les vraies pho­tos, avec impa­tience.
    Dans tous les cas, cela con­forte un peu mon idée que les voy­ages sont bien plus agréable et enrichissant quand ils sont partagés avec des per­son­nes que l’on appré­cie.
    Céline.

      1. En fait, j’avais déjà un peu voy­agé sans mon com­pagnon, toute seule, dans les Balka­ns, et j’en garde un bon sou­venir (mais j’adore vrai­ment cette région)
        Avec ou sans lui, j’ai tou­jours mon lot de mau­vais­es aven­tures, comme tout le monde.
        Après, c’est vrai que là, j’ai joué de malchance plus que d’habitude, et comme je m’étais arrangée pour avoir du wifi partout, hé bien je me suis défoulée sur les réseaux soci­aux 😀

  4. Hé bien dis-donc que de mésaven­tures que tu as vécu là. Mais bon, c’est sou­vent dans les mau­vais moments qu’on con­stru­it ses mau­vais sou­venirs non ? Quoi que les mon­tées, descentes et routes improb­a­bles en vélo ça ne doit pas être top. Mais bon tu arrives tou­jours à nous sor­tir d’aussi belles pho­tos ^^

  5. Nous avons aus­si eu pas mal de mésaven­tures à Malte, mais en nous déplaçant en bus depuis Sliema, nous n’avons pas trop été embêtés :)!

  6. Bon­jour !
    Quelles jolies pho­tos, et quelle secher­esse, inimag­in­able la ou je vis.....
    Les bal­cons fer­mes sur la facade sont tres inter­es­sants.
    Je ne con­nais­sais pas ce blog de voy­ages !

  7. Bon, c’est pas glo­rieux pour la répu­ta­tion du tourisme à Malte, mais les pho­tos par con­tre sont top. Si on s’attarde unique­ment sur ce point de ton arti­cle, ça donne envie.
    Au pas­sage, j’aime beau­coup celle avec le n°34 !

  8. OH que tu n’as pas eu de chance ce coup là.

    Les pho­tos que tu nous mon­tre, ressem­ble beau­coup (couleur du sol, de la végé­ta­tion etc.) à celle que je suis entrain de dévelop­per de mon voy­age au Maroc la semaine passé.

  9. Ça a du être dif­fi­cile comme expéri­ence...
    Les pho­tos sont épous­tou­flantes je trou­ve, ça se voit que c’est du tra­vail de pro !
    On a l’impression de voy­ager avec vous grâce aux pho­tos !
    Mer­ci d’avoir partagé cette expéri­ence avec nous en tout cas!!

  10. J’ai déjà enten­du les mêmes mésaven­tures avec ce ser­vice de Shut­tle et claire­ment les pre­mières impres­sions sur un pays sont déter­mi­nantes. Je pense que tu as vrai­ment joué de malchance, d’abord pour Burggi­ba qui est évide­ment la place la moins chère mais c’est aus­si un peu la ville sac­ri­fiée de l’île, les mal­tais l’ont en hor­reur. Je suis mar­iée à un mal­tais et j’ai été super éton­née de lire que tu avais croisé des ser­pents, je n’en ai jamais vu ni sur Malte ni sur Gozo (je préfère égale­ment cette dernière, beau­coup plus calme) par con­tre, ques­tion cafards ils bat­tent des records 😉
    SI tu as remon­té la côte à vélo en revenant de Djew­ra, tu as toute mon admi­ra­tion XD

    P.S.: Sur Gozo, ce sont des Goz­i­tains 😉

    1. Pour la mon­tée de Djew­ra, je me suis mise dans la roue d’autres cyclistes, on se moti­vait entre nous... puis ils ont lâché à quelques mètres de l’arrivée, et j’ai pas eu la moti­va­tion pour aller jusqu’au bout ^^

  11. Cet arti­cle me rap­pelle des sou­venirs... :-p

    Même expéri­ence que toi pour les bus, comme tu le sais...Et du coup déci­sion de louer une voiture, ce que je fais très rarement aus­si, mais qui s’est révélé la bonne solu­tion pour Malte !

    Je pense qu’on en a du coup davan­tage prof­ité : cela nous a per­mis de nous éloign­er de la côte qui est par­fois trop béton­née à mon goût pour aller nous balad­er dans des zones (pas facile­ment acces­si­bles en bus!) sur la côte Ouest.

    Et il y a quand même de sacré­ment beaux paysages à voir une fois qu’on a trou­vé com­ment y accéder!... 🙂

    1. Oui, c’est vrai­ment ce que je retiens : louer une voiture aurait sans doute pas mal changé les choses, parce que l’île n’est pas adap­tée pour le voyageur à pieds, sauf s’il veut rester à la plage...

  12. Games of thrones tourné à Malte ! comme quoi l’île a de l’importance. En tout cas mer­ci pour cet arti­cle. Cela mon­tre bien que l’île n’est pas bien adap­té pour les routes donc il faudrait priv­ilégié des moyens motorisés. Et mer­ci pour tes pho­tos, elles sont mag­nifiques, cela nous fait « voy­ager ».

  13. Comme je te plains, déjà que c’est pas si fun que ça de cir­culer en vélo en ville, être oblig­ée de pren­dre ce moyen de trans­port pour vis­iter une île avec ses hauts et ses bas, cha­peau ! Moi, j’y suis allée une fois et je me sou­viens très bien de ces ser­vices de shut­tle. J’en ai bavé je t’assure et ça m’a dégoûté du voy­age là-bas !

  14. Splen­dides pho­tos ! J’avais déjà enten­du par­ler du béton fort présent sur cette île mais égale­ment de la beauté des édi­fices religieux. On m’a dit que leurs églis­es étaient superbe­ment con­servées et pleines de richess­es. As-tu pu t’en faire une idée ?

  15. nous avions aus­si loué une voiture, c’est bien mais pas si évi­dent que ça car la sig­nal­i­sa­tion routière est pas au top ... même avec une carte on était par­fois un peu per­dus ... heureuse­ment l’île n’est pas grande ! j’ai hâte de voir la suite de ton réc­it ! (quelques bil­lets sur Malte chez moi aus­si, et d’autres à venir ...)

  16. Hé bien cela ne donne pas vrai­ment envie d’y aller pour les mésaven­tures que tu y as con­nues mais les paysages restent mag­nifiques et peut-être qu’une voiture per­me­t­tra d’éviter cer­tains de ces désagré­ments. En atten­dant je me réjouis de lire la suite de cette his­toire 🙂

  17. Quel manque de chance ! D’abord le navette arlesi­enne puis le velo. En effet le coin est plein de cotes et les itin­eraires pleins de detours. Moi j’ai loue une voiture et c’etait superbe. J’y suis allee en fevri­er avec mes deux filles (7 et 9 ans) et elles ne revent que d’y revenir. Quelle cote mag­nifique ! On a fait des ran­don­nees superbes sur Gozo et avons vis­ite des fer­mes et des grottes.

  18. Je voulais me ren­dre à Malte en sep­tem­bre mais là vu ta descrip­tion et ton expéri­ence, je dois avouer que ça m’a un peu découragé. Sinon les pho­tos pris­es sont très belles.

  19. Je ne savais pas qu’il y a des plages de sable fin à Malte, je pen­sais bête­ment qu’il n’y avait que des plages de galets. Donc c’est un bon point si on rajoute la beauté des paysages ! Mais d’un autre côté tes mésaven­tures refroidis­sent un tan­ti­net, donc pour l’instant je laisse Malte de côté pour priv­ilégi­er un autre endroit pour un prochain voy­age pas trop loin de la France.

  20. Y a quand même beau­coup de posi­tif dans ton réc­it 😉 Et puis les falais­es sont superbes je trou­ve (d’après tes pho­tos). Moi, je ne con­nais que La Valette et j’avais trou­vé ça mignon.

  21. Coucou !
    Tu m’as fait bien rire avec ton his­toire de vélo. J’y vais en juin à Malte. Si je prends un scoot­er c’est suff­isant ou tu con­seilles vrai­ment la voiture ? Puis c’est quoi ces his­toires de ser­pents là ?
    Je serai du côté de Sliema. C’est cool ?

  22. Après moult hési­ta­tion on a peu être jeté notre dévolu sur Malte pour nos prochaines vacances, on cher­chait un coin au soleil pas trop loin de France où en 2 semaines on puisse ray­on­ner un peu sans se press­er (bébé oblige). Le seul truc qui nous fait peur (mais pas le choix) c’est que ce sera en Aout !!! Affaire à suiv­re. Mer­ci pour ce réc­it, on se méfiera des shut­tles ...

  23. Wow j’ai rarement vu quelqu’un ayant autant la poisse à Malte ! Per­son­nelle­ment j’y suis restée 6 mois (pour un stage) et il ne m’est pas arrivé autant de mésaven­tures (enfin pas tout en même temps puisqu’il m’en est arrivé quelques unes quand même...)
    C’est un pays très petit mais la con­cen­tra­tion de pat­ri­moine est incroy­able, il y a des tem­ples plus vieux que les pyra­mides, des for­ti­fi­ca­tions sur l’ensemble du pays, des églis­es encore plus riche­ment décorées qu’en Ital­ie et des petits villes au charme fou.
    Alors oui le vélo n’est peut-être pas l’idéal pour se déplac­er à Malte, d’ailleurs je m’étais faite la réflex­ion qu’assez de per­son­ne en pra­tiquent là-bas. Finale­ment l’idéal c’est encore le scoot­er (sans vouloir retourn­er le couteau dans la plaie). Pen­dant toute la durée de mon séjour j’ai util­isé le réseau de bus et je m’en suis sor­tie.

    En tout cas je recom­mande Malte comme des­ti­na­tion c’est mag­nifique, on peut se faire des prom­e­nades, vis­iter des lieux très dif­férents (plongée dans l’histoire garantie), se baign­er dans des eaux trans­par­entes et très bien manger pour des prix raisonnables. Le plus cher reste encore le loge­ment je pense.
    Par con­tre, je décon­seille d’y aller en juillet/août, la chaleur est insouten­able. Favorisez avril/mai ou début juin.

  24. Pas vu une seule queue de ser­pent à Malte, ni à Gozo, heureuse­ment car je n’aime pas ça. Con­cer­nant l’accueil des « auber­gistes » j’ai la même opin­ion que toi, nul de chez nul....
    J’ai appré­cié Gozo pour son calme et ses paysages lunaires qui per­me­t­tent de la réal­i­sa­tion de belles images.
    Bref, ce n’est pas une des­ti­na­tion ou je retourn­erai...

    1. J’ai fait un séjour à Malte cette année . Ce je con­sid­ère comme indis­pens­able c’est de louer une voiture et surtout de par­tir avec un bon GPS . La sig­nal­i­sa­tion routière est com­plète­ment incom­préhen­si­ble pour un français . En par­ti­c­uli­er vous ne ver­rez jamais , ou presque de pan­neau d’entrée ou de sor­tie d’agglomération . Dans cer­taines zones vous passez d’une ville à l’autre sans le savoir . En dehors de çà Malte a beau­coup d’atouts . Nous y retournons en 2018 , c’est déjà réservé . Côté hôtel il faut bien choisir mais le notre était vrai­ment au top pour un prix plus qu’abordable , plage privée , piscines intérieure et extérieure , servi­ettes gra­tu­ites , WiFi gra­tu­it , park­ing privé .......Les restos sont plutôt sym­pas et les prix sem­blables aux nôtres . Nous avons été vic­times d’une tem­pête qui a gâché notre séjour mais çà c’est pas de la faute des Mal­tais .

  25. Bon­jour
    Arti­cle super intéres­sant, je te remer­cie.
    As tu trou­vé Malte surpe­u­plée comme on pour­rait le crain­dre ? Et pas un peu petite pour plus qu’une semaine ?
    Mer­ci

  26. Coucou Mme Oreille 🙂
    Je me ren­seignais sur Malte et je suis tombée sur ton arti­cle, même si tes pho­tos sont superbes comme tou­jours j’avoue que cer­taines choses m’ont un peu refroi­die... Alors Malte, un jour peut-être mais dans l’immédiat j’ai plutôt envie de me tourn­er vers d’autres des­ti­na­tions 🙂
    A bien­tôt !
    Pssst : En ce moment je suis avec atten­tion ton séjour indonésien au plus près des pop­u­la­tions avec ta petite oreille, et j’ai super hâte de décou­vrir tes arti­cles à ce sujet !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest