fbpx

Visiter Malte et Gozo : plages, falaises et soleil

Guide pra­tique pour vis­iter l’archipel Malte et Gozo. Com­ment se déplac­er ? Que voir et que faire à Malte ? Où dormir ?

Malte est en un archipel au milieu de la Méditer­rané. Il est com­posé de 8 îles, dont seule­ment 4 sont habitées. Les deux îles prin­ci­pales de l’archipel sont Malte et Gozo.
Si une par­tie de l’his­toire de Malte est liée à la France, l’archipel est surtout une anci­enne colonie bri­tan­nique. Ce qui explique qu’on trou­ve très facile­ment des gens par­lant bien anglais partout à Malte et Gozo.

Quand aller à Malte ?

À Malte, il pleut un peu plus en jan­vi­er qu’en juil­let, mais on peut facile­ment vis­iter les îles toute l’an­née. Si vous voulez vous baign­er, c’est pos­si­ble à par­tir d’avril, et jusqu’en novem­bre. En juil­let et août, il peut faire très chaud : adaptez votre itinéraire pour être en frais pen­dant les heures les plus chaudes de la journée (surtout si vous voy­agez avec des enfants).

Que mettre dans sa valise ?

Vous pour­rez trou­ver tout ce qu’il faut sur place, mais prenez votre mail­lot de bain et surtout de la crème solaire, ain­si qu’un cha­peau et des lunettes de soleil : ça cogne !

Guide pratique en bref : visiter Malte (et Gozo)

Voici quelques infor­ma­tions pra­tiques pour vous aider à pré­par­er votre séjour à Malte.

Comment aller à Malte

Pour vous ren­dre à Malte, le plus sim­ple est de pren­dre l’avion. Vous trou­verez des vols directs avec Air Mal­ta au départ de Paris, Lyon, Mar­seille, Nice ou encore Toulouse. Depuis Nantes, c’est Transavia qui per­met des vols directs.

Cliquez ici pour com­par­er les prix sur vos dates de séjour.

Il est égale­ment pos­si­ble de rejoin­dre Malte en fer­ry depuis la Sicile.

Comment aller à Gozo

Le meilleur moyen pour se ren­dre à Gozo depuis Malte, c’est bien sûr le fer­ry. Il y a des liaisons régulières entre Cirkewwa (Malte) et Mgarr (Gozo). C’est étrange, mais on paye au retour.

Comment se déplacer sur Malte

Louer une voiture

Louer une voiture est prob­a­ble­ment le moyen le plus sim­ple de se déplac­er à Malte. Je vous con­seille de réserv­er votre voiture directe­ment à l’aéro­port (agence de l’aéro­port) afin de pou­voir en béné­fici­er pen­dant toute la durée de votre séjour.

Atten­tion, ici, on roule à gauche !

Se déplac­er en bus

Si l’idée de con­duire à gauche ne vous enchante pas, vous pou­vez envis­ager de vous déplac­er en trans­ports en com­mun. Malte pos­sède un bon réseau de bus, et c’est le moyen le plus économique de décou­vrir l’archipel. Les bus fonc­tion­nent entre 5h et 23h, mais cer­tains ne passent qu’une fois par heure. De plus, sachez que les lignes de bus for­ment un réseau en étoile, que ce soit sur l’île prin­ci­pale de Malte ou sur Gozo.
Si vous voulez vous déplac­er en bus, il vau­dra donc mieux loger à La Val­lette ou dans les villes bal­néaires voisines : Sile­ma et Saint Julian’s.

Louer un vélo

Louer un vélo peut être ten­tant : sur une carte, l’île sem­ble petite. Mais c’est sans compter sur deux choses : les mal­tais roulent très mal (ils sont peu habitués aux cyclistes et vous frô­lent à toute vitesse...) et surtout, Malte et Gozo sont deux îles très val­lon­nées !

Bref, à ten­ter si vous êtes sportif ou voulez ray­on­ner autour de votre héberge­ment, mais claire­ment pas adap­té pour décou­vrir Malte, mal­heureuse­ment.

Louer un scoot­er

Louer un scoot­er est une option intéres­sante : moins encom­brant qu’une voiture, vous gag­nez en lib­erté de déplace­ment. Vous trou­verez facile­ment des agences de loca­tion sur place.
Atten­tion, le per­mis est oblig­a­toire pour pou­voir louer un scoot­er à Malte.

Ne pas pren­dre le shut­tle à l’aéro­port

À l’aéro­port, vous trou­verez des propo­si­tions de navettes qui vous déposent directe­ment à votre hôtel. Ces ser­vices frisent l’ar­naque. J’ai per­son­nelle­ment mis plus d’1h30 à quit­ter l’aéro­port et 3h à attein­dre mon hôtel...

Je vous con­seille donc vive­ment d’opter pour un taxi ou de pren­dre le bus (ça ne coûte vrai­ment pas cher à Malte !). Le bus X1 relie l’aéro­port à Ċirkewwa (embar­cadère pour les fer­ries à Des­ti­na­tion de Gozo). Le X2 dessert Msi­da, St Julians, Sliema, Gzi­ra. Le X3 rejoint Bugib­ba. Les X4, X5 et X7 vont à La Valette.

Où dormir à Malte

Si vous vis­itez l’île en bus, je vous con­seille vive­ment d’opter pour un héberge­ment à La Val­lette, Saint Julian ou Sliema afin de pou­voir vous déplac­er facile­ment.
Si vous souhaitez vis­iter Gozo, sachez que c’est fais­able dans une journée, quitte à par­tir tôt et ren­tr­er tard. Il n’est donc pas indis­pens­able de dormir sur Gozo pour vis­iter l’île. Cela peut, cepen­dant, être une option intéres­sante pour prof­iter du calme.

La Valette : grand luxe à la Casa Ellul
Casa Ellul
Un (très) bel hôtel situé en plein cœur de la cap­i­tale, La Valette. Idéal pour flân­er à pied dans la ville.

Réserv­er directe­ment.

Sliema : auberge de charme
Two Pil­lows Bou­tique Hos­tel
Un coup de cœur pour les voyageurs à petit bud­get ! L’auberge est très bien amé­nagée, dans une belle mai­son typ­ique. Ils ont des cham­bres dou­bles ain­si que des dor­toirs (mixtes ou féminin, max­i­mum 6 per­son­nes). Grande cui­sine à dis­po­si­tion.

Réserv­er directe­ment.

Sliema : grande piscine et cock­tails en ter­rasse
AX the palace
Piscine à débor­de­ment sur le toit ter­rasse de l’hô­tel, avec vue sur la mer.

Réserv­er directe­ment.

Saint Julian : vue panoramique sur la baie dans un char­mant bou­tique-hôtel
Hôtel Juliani
Jolie vue sur la baie, hôtel éle­gant avec piscine. Bien situé.

Réserv­er directe­ment.

Qawra : un apparte­ment pour être indépen­dant
Park Lane Bou­tique Apartho­tel
Pour avoir sa pro­pre cui­sine et prof­iter de la piscine sur le toit !

Réserv­er directe­ment.

Gozo : le B&B alliant charme et authen­tic­ité
Mood Farm­house B&B
Le plus bel héberge­ment du Gozo : un cou­ple vous reçoit dans une superbe mai­son typ­ique en pierre. C’est lumineux, bien décoré, avec un super petit déje­uner et une petite piscine agréable le soir.

Réserv­er directe­ment.

Que voir et visiter à Malte et Gozo

Pour vis­iter Malte et Gozo, je vous con­seille de pos­er vos valis­es dans un seul lieu, puis de ray­on­ner à par­tir de celui-ci, l’archipel étant rel­a­tive­ment petit.
Idées d’it­inéraire pour 4 jours à Malte :

Cul­ture & ran­dos

  • J1 : vis­ite de La Val­lette le matin, excur­sion sur l’île de Comi­no pour l’après-midi
  • J2 : prom­e­nade à Marsaxlokk, ran­don­née sur les falais­es de Dingli
  • J3 : journée sur l’île de Gozo
  • J4 : Mdi­na le matin, pénin­sule de Mar­fa l’après-midi

Plage & repos

  • J1 : Mdi­na le matin,
  • J2 : excur­sion à Comi­no, dîn­er et vis­ite de La Val­lette en soirée
  • J3 : vis­ite de Gozo le matin, plage à Mar­fa en soirée
  • J4 : Marsaxlokk le matin, après-midi baig­nade dans la Gold­en Bay

Malte : La valette

La cap­i­tale de Malte est une jolie ville, calme. On la vis­ite très facile­ment la pied en une demi-journée, en prenant son temps.

La Valette, Malte

La Valette, Malte

Malte : Mdina et Rabat

Mdi­na et Rabat sont deux villes voisines. On voit la ville for­ti­fiée de Mdi­na de loin, mais pour y accéder, il faut pass­er par Rabat. Si Mdi­na a plus de charme que sa voi­sine, vis­itez quand même Rabat au pas­sage !

L’am­biance de Mdi­na est très par­ti­c­ulière. De petites ruelles ser­pen­tent entre de vieux bâti­ments. Et si l’en­droit vous sem­ble fam­i­li­er, c’est que Mdi­na a servi de décor à Game Of Thrones !

Pour prof­iter de la ville, venez tôt : surnom­mée « la cité silen­cieuse », Mdi­na se savoure quand elle est déserte. Avec ses maisons fleuries, ses allées calmes.

Mdina, Malte

Mdina, Malte

Mdina, Malte

Malte : la péninsule de Marfa

Si vous cherchez les plages et baies sauvages de Malte, c’est ici qu’il faut venir ! Les paysages y sont jolis. Il y a quelques petits vil­lages, et pra­tique­ment per­son­ne ! La pénin­sule a des airs de bout du monde...
Au bout du bout vous trou­verez le Coral Lagoon, une piscine naturelle creusée dans les falais­es, non loin de la Pointe d’Ahrax.

Péninsule de Marfa, Malte
Péninsule de Marfa, Malte
Péninsule de Marfa, Malte
Péninsule de Marfa, Malte

Malte : Marsaxlokk

Si vous voulez voir les fameux luz­zus, les bateaux de pêche tra­di­tion­nels col­orées, c’est au port de Marsaxlokk qu’il faut vous ren­dre. C’est le prin­ci­pal port de Malte. Vous y ver­rez des dizaines de bateaux mal­tais typ­iques, avec leurs rayures et leurs yeux !

Malte : falaises de Dingli

Les falais­es de Dingli bor­dent la côte ouest-sud et représen­tent le point cul­mi­nant de Malte. Ici, il est pos­si­ble de faire quelques ran­don­nées pour décou­vrir le Malte rur­al.

Si vous avez peur des ser­pents, sachez qu’il est prob­a­ble que vous en croisiez. Toute­fois, ils sont inof­fen­sifs, d’après les habi­tants.

Gozo : la baie de Dwejra

On vis­i­tait prin­ci­pale­ment la baie de Dwer­ja pour l’Azur Win­dow, une arche créée par les vagues. Toute­fois, celle-ci s’est effon­drée en 2017. Le lieu reste cepen­dant très joli, même sans l’Azur Win­dow.

Gozo : la baie de Dwejra, l'Azur Window

Gozo : la baie de Dwejra

Gozo : Victoria (Rabat)

La ville prin­ci­pale de Gozo pos­sède une citadelle, quelques jolies rues et églis­es. Ce n’est pas aus­si joli que Mdi­na, mais la prom­e­nade vaut le coup.

l'île de Gozo à Malte

Comino et son Blue Lagoon

Comi­no est la plus petite des 3 îles prin­ci­pales (8 îles au total) de l’archipel mal­tais. Elle se trou­ve entre Gozo et Malte. Comi­no est con­nu pour son lagon à l’eau par­ti­c­ulière­ment trans­par­ente. La couleur du bleu est en effet sai­sis­sante.
Pour vis­iter Comi­no, le plus sim­ple est de réserv­er une excur­sion à la journée (ou de quelques heures). Plusieurs com­pag­nies pro­posent ces tours, avec plusieurs bateaux par jours, vous pou­vez donc adapter les horaires selon le temps que vous souhaitez con­sacr­er à Comi­no. La plu­part de ces bateaux vous emmèneront égale­ment voir les quelques grottes creusées par l’eau dans les falais­es de Comi­no.

***

Mon séjour à Malte

J’imag­i­nais une île un peu nature, par­faite pour la ran­don­née, la prom­e­nade, et le repos dont j’au­rais bien besoin après dix jours de cav­ale en Europe.
Mais tout a mal com­mencé, et même si les jours suiv­ants furent un peu plus sym­pas, c’est l’une des rares des­ti­na­tions que je n’ai pas envie de con­seiller. Ou tout du moins, pas à tout le monde.

Je suis arrivée à l’aéro­port très fatiguée, je l’avoue. Du coup, quand une dame m’a abor­dée au retrait des bagages pour me pro­pos­er un ser­vice de shut­tle vers mon hôtel, j’ai sauté sur l’oc­ca­sion. Ce n’est pas une arnaque, a pri­ori, puisqu’elle avait son bureau à l’in­térieur de la zone à bagages, un endroit inter­dit au pub­lic. J’ai payé, reçu mon bil­let, pris mon sac, et me suis ren­due au comp­toir de la com­pag­nie de shut­tle, à l’ex­térieur. Le papi­er indi­quait qu’un chauf­feur viendrait me chercher en 20 min­utes, max­i­mum 30. Et au bout d’une heure d’at­tente, avec pour seule réponse « wait, wait », j’ai pété les plombs. For­cé­ment, impos­si­ble de se faire rem­bours­er puisque le bureau n’est pas acces­si­ble (zone des bagages oblige), et impos­si­ble d’obtenir la moin­dre réponse. Le chauf­feur, infect, est finale­ment venu 1h30 après, et j’ai com­pris l’as­tuce : c’est comme au Mali, on ne part que quand c’est rem­pli ! Bref, j’ai mis plus de trois heures à rejoin­dre mon hôtel, et je vous décon­seille vive­ment d’u­tilis­er ces ser­vices de shut­tle : j’au­rai mis moins de temps en bus.

Mon hôtel était à Bugib­ba, sur St Paul’s Bay, un des endroits les plus abor­d­ables de l’île. Sur­prise agréable, c’est un hôtel de vieux, ça veut dire que c’est glob­ale­ment calme. Sur­prise moins agréable, il y a des con­certs de repris­es de Sina­tra (etc.) tous les soirs, et j’ai la cham­bre la mieux placée pour en prof­iter. Pour ne rien gâch­er, tout est payant : WiFi, servi­ette pour la piscine, et même carte de la ville... Carte de la ville qui est d’ailleurs deux fois moins chère en ville...
Bug­gi­ba est une ville sans intérêt. Quelques restau­rants ser­vent de la nour­ri­t­ure rapi­de (je ne me suis pas remise du serveur qui ren­verse la moitié de mon assi­ette sur la table et con­sid­ère que c’est pas bien grave, je n’ai qu’à ramass­er...), et tout est fait de béton. En clair, ça n’a aucun charme. Mais c’est pas grave, je voulais un endroit pas cher d’où explor­er le reste de l’île.

malte01 malte37

En arrivant avec le shut­tle, j’ai remar­qué que Malte est loin d’être plate. Mon pre­mier réflexe est donc de ten­ter de louer un scoot­er. Manque de bol, il est oblig­a­toire d’avoir un per­mis de con­duire... Du coup, je me rabats sur un vélo. Et là, je vais pass­er une journée hor­ri­ble. J’ai pédalé pen­dant douze heures, pra­tique­ment sans pause... et j’ai fait moins de soix­ante kilo­mètres. Voilà. Pour­tant, je suis plutôt une bonne cycliste (j’ai survécu à l’Islande, à la Roumanie, et acces­soire­ment, j’en fait tous les jours !) et mon vélo de loca­tion était tout à fait cor­rect. Sim­ple­ment, c’est une série de côtes, de détours, de méga-mon­tées et de trucs que « tu com­prends même pas pourquoi ils ont fait pass­er la route par là ». Ain­si, si vous allez de l’autre côté de la colline, vous pou­vez être sûr que vous passerez par son som­met, parce que ça serait quand même dom­mage de con­tin­uer dans la val­lée... Et je ne par­le même pas des sens inter­dits et des culs-de-sac : genre descen­dre sur 200m puis remon­ter sur 200m pour revenir pra­tique­ment au point de départ parce qu’en­tre les deux, il y avait une rue de 5m en sens unique...
En bref, j’en ai chié. Con­duire à gauche est dif­fi­cile mais on finit par s’habituer (j’ai juste eu un mini acci­dent et pris un rond point à l’en­vers... mau­vais réflex­es !), et les mal­tais roulent incroy­able­ment mal.

malte23

Heureuse­ment, j’ai vu quelques jolies choses sur le chemin !
J’ai com­mencé par explor­er la pénin­sule de Mar­fa, dans le nord de Malte. Tout au bout, on trou­ve le camp­ing, une petite église, et le long de l’eau, quelques plages pour le moins sym­pa­thiques, ambiance « sable par­fait et eau trans­par­ente ».

malte08 malte07 malte06 malte05 malte04 malte03
malte02

Les vil­lages qui entourent les plages sont par con­tre quelque peu déserts : rési­dences sec­ondaires for­cé­ment vides en ce mois de Mai.
J’ai con­tin­ué à pédaler, ini­tiale­ment pour aller voir les horaires du fer­ry pour Gozo, pen­sant m’y ren­dre le lende­main. Sauf que quand je suis arrivée, un mec m’a dit « mon­tez, vite », et que ça a fait « pourquoi pas », dans ma tête. De toute façon, vu les côtes que je venais déjà d’enchaîner, je ne me voy­ais pas refaire ça le lende­main...
On paye au retour. Je stres­sais un peu, ne sachant pas trop com­bi­en ça allait me coûter mais la beauté du court tra­jet m’a fait oubli­er tout ça.

malte09 malte11

malte10

On vous dira que Malte et Gozo n’ont rien à voir. Ce n’est ni vrai, ni faux. L’ar­chi­tec­ture est légère­ment dif­férente, les paysages pas tant que ça, juste un peu plus naturels. Les maisons sont assez improb­a­bles, avec des sculp­tures incroy­able­ment kitsch sur leurs devan­tures. Et glob­ale­ment, même si les mal­tais sont très gen­tils, j’ai trou­vé les gozo­lais plus acces­si­bles. Car il faut pré­cis­er un point posi­tif ici : tout le monde est anglo­phone. Et mine de rien, pou­voir deman­der son chemin à n’im­porte qui, dis­cuter facile­ment avec toutes les class­es sociales, tous les âges, hé bien c’est très agréable.

malte12 malte17 malte16 malte15 malte14

malte13

Je me suis donc bal­adée sur Gozo, de Rabat à Gharb, en pas­sant par San Lawrenz et d’autres petits vil­lages, sou­vent mignons, même si tout sem­ble désert, sur­veil­lant l’heure pour ne pas ren­tr­er de nuit (bon, j’ai pas réus­si...), cher­chant surtout à rejoin­dre un lieu pré­cis : les falais­es de Dwer­ja. Dwer­ja, c’est prob­a­ble­ment le coin le plus touris­tique de Gozo, un genre d’Etre­tat avec du ciel bleu. Et comme je vous par­le pas mal des lieux de tour­nage de Game of Thrones en ce moment, je me devais d’y pass­er. Mais je vous en repar­lerai plus en détails dans un arti­cle dédié !

malte19 malte22 malte21 malte20

malte18

Et puis il a fal­lu ren­tr­er vers Bugib­ba, même si je serais bien restée sur Gozo. A deux détails près : il y a autant de ser­pents sur Gozo que sur Malte et, en plus, il y a de nom­breux chiens. Et ça, quand on est en vélo, et qu’en plus ça monte, hé bien c’est pas super méga fun. Genre même pas du tout fun.

malte24

Résul­tat, lorsque je suis allée vis­iter La Valette, la cap­i­tale, j’ai décidé de tester le réseau de bus. Et lais­sez-moi vous dire que ce n’est pas bril­lant. En fait, pour se déplac­er en bus sur Malte, il faut être situé au bon endroit. Dans l’ab­solu, les bus ne sont pas si mal fichus. C’est juste que quand il y a un bus par heure pour aller à un endroit qui est à une heure de là, voire que vous avez oblig­a­tion de pren­dre une cor­re­spon­dance, hé bien c’est pas ter­ri­ble. Surtout qu’ils sont vite bondés sur cer­tains tra­jets (et là, on com­prend que les locaux n’ai­ment pas trop les touristes). Je ne suis pas du genre à prôn­er la loca­tion de voiture mais si vous tenez vrai­ment à aller à Malte, ça peut être bien de l’en­vis­ager pour un peu d’indépen­dance et moins de perte de temps.

La Valette, c’est plutôt mignon, il y a peu de voitures et pas mal de vieux bâti­ments avec un cer­tain charme (cette phrase est haute­ment con­struc­tive, hein ?).

malte25 malte26

malte27 malte29 malte28

malte30 malte31 malte33 malte36

malte29 malte32 malte35

malte34

50 Commentaires

  1. Je crois que tu n’as vrai­ment pas de chance sur ce voy­age. Aller courage tu appréciera le retour. En tous cas mer­ci de nous faire partager tes aven­tures.

    1. Oh, c’é­tait surtout sur cette journée là, au final, si on oublie la cham­bre pour­rie d’Is­tan­bul ! La journée poisse, y’en a tou­jours une dans un voy­age...

  2. Héhé, excel­lent cet arti­cle, j’ai bien ri ! Tu as bien joué de malchance pour cette 1e journée...Tu pour­ras aus­si racon­ter com­ment 2 Français t’ont fait atten­dre sur une place pen­dant 1h le 2e jour , pen­dant qu’ils se per­daient dans Bugib­ba... :-p

    1. J’avais 5 jours, dont 3 jours pleins. Je crois que c’est une île où on peut rester une semaine sans avoir l’im­pres­sion qu’il reste quelque chose à voir, et trois semaines en ayant l’im­pres­sion qu’on pour­rait encore y rester. Tu vois ce que je veux dire ?

  3. Bon­jour,
    J’ai suivi votre périple Cigale Vs Four­mi via le blog ou les réseaux soci­aux.
    De façon générale, j’ai trou­vé que le fait d’avoir voy­agé seule se ressent énor­mé­ment sur vos réc­its (com­paré au réc­it que vous avez pu faire du Kenya ou bien l’Is­lande pour citer les plus récents).
    Est-ce qu’il en sera de même pour les pho­tos, ou juste­ment avez-vous eu plus de temps pour par­faire les prise de vue, com­po­si­tion ? etc... j’at­tends les vraies pho­tos, avec impa­tience.
    Dans tous les cas, cela con­forte un peu mon idée que les voy­ages sont bien plus agréable et enrichissant quand ils sont partagés avec des per­son­nes que l’on appré­cie.
    Céline.

      1. En fait, j’avais déjà un peu voy­agé sans mon com­pagnon, toute seule, dans les Balka­ns, et j’en garde un bon sou­venir (mais j’adore vrai­ment cette région)
        Avec ou sans lui, j’ai tou­jours mon lot de mau­vais­es aven­tures, comme tout le monde.
        Après, c’est vrai que là, j’ai joué de malchance plus que d’habi­tude, et comme je m’é­tais arrangée pour avoir du wifi partout, hé bien je me suis défoulée sur les réseaux soci­aux 😀

  4. Hé bien dis-donc que de mésaven­tures que tu as vécu là. Mais bon, c’est sou­vent dans les mau­vais moments qu’on con­stru­it ses mau­vais sou­venirs non ? Quoi que les mon­tées, descentes et routes improb­a­bles en vélo ça ne doit pas être top. Mais bon tu arrives tou­jours à nous sor­tir d’aus­si belles pho­tos ^^

  5. Nous avons aus­si eu pas mal de mésaven­tures à Malte, mais en nous déplaçant en bus depuis Sliema, nous n’avons pas trop été embêtés :)!

  6. Bon­jour !
    Quelles jolies pho­tos, et quelle secher­esse, inimag­in­able la ou je vis.....
    Les bal­cons fer­mes sur la facade sont tres inter­es­sants.
    Je ne con­nais­sais pas ce blog de voy­ages !

  7. Bon, c’est pas glo­rieux pour la répu­ta­tion du tourisme à Malte, mais les pho­tos par con­tre sont top. Si on s’at­tarde unique­ment sur ce point de ton arti­cle, ça donne envie.
    Au pas­sage, j’aime beau­coup celle avec le n°34 !

  8. OH que tu n’as pas eu de chance ce coup là.

    Les pho­tos que tu nous mon­tre, ressem­ble beau­coup (couleur du sol, de la végé­ta­tion etc.) à celle que je suis entrain de dévelop­per de mon voy­age au Maroc la semaine passé.

  9. Ça a du être dif­fi­cile comme expéri­ence...
    Les pho­tos sont épous­tou­flantes je trou­ve, ça se voit que c’est du tra­vail de pro !
    On a l’im­pres­sion de voy­ager avec vous grâce aux pho­tos !
    Mer­ci d’avoir partagé cette expéri­ence avec nous en tout cas!!

  10. J’ai déjà enten­du les mêmes mésaven­tures avec ce ser­vice de Shut­tle et claire­ment les pre­mières impres­sions sur un pays sont déter­mi­nantes. Je pense que tu as vrai­ment joué de malchance, d’abord pour Burggi­ba qui est évide­ment la place la moins chère mais c’est aus­si un peu la ville sac­ri­fiée de l’île, les mal­tais l’ont en hor­reur. Je suis mar­iée à un mal­tais et j’ai été super éton­née de lire que tu avais croisé des ser­pents, je n’en ai jamais vu ni sur Malte ni sur Gozo (je préfère égale­ment cette dernière, beau­coup plus calme) par con­tre, ques­tion cafards ils bat­tent des records 😉
    SI tu as remon­té la côte à vélo en revenant de Djew­ra, tu as toute mon admi­ra­tion XD

    P.S.: Sur Gozo, ce sont des Goz­i­tains 😉

    1. Pour la mon­tée de Djew­ra, je me suis mise dans la roue d’autres cyclistes, on se moti­vait entre nous... puis ils ont lâché à quelques mètres de l’ar­rivée, et j’ai pas eu la moti­va­tion pour aller jusqu’au bout ^^

  11. Cet arti­cle me rap­pelle des sou­venirs... :-p

    Même expéri­ence que toi pour les bus, comme tu le sais...Et du coup déci­sion de louer une voiture, ce que je fais très rarement aus­si, mais qui s’est révélé la bonne solu­tion pour Malte !

    Je pense qu’on en a du coup davan­tage prof­ité : cela nous a per­mis de nous éloign­er de la côte qui est par­fois trop béton­née à mon goût pour aller nous balad­er dans des zones (pas facile­ment acces­si­bles en bus!) sur la côte Ouest.

    Et il y a quand même de sacré­ment beaux paysages à voir une fois qu’on a trou­vé com­ment y accéder!... 🙂

    1. Oui, c’est vrai­ment ce que je retiens : louer une voiture aurait sans doute pas mal changé les choses, parce que l’île n’est pas adap­tée pour le voyageur à pieds, sauf s’il veut rester à la plage...

  12. Games of thrones tourné à Malte ! comme quoi l’île a de l’im­por­tance. En tout cas mer­ci pour cet arti­cle. Cela mon­tre bien que l’île n’est pas bien adap­té pour les routes donc il faudrait priv­ilégié des moyens motorisés. Et mer­ci pour tes pho­tos, elles sont mag­nifiques, cela nous fait « voy­ager ».

  13. Comme je te plains, déjà que c’est pas si fun que ça de cir­culer en vélo en ville, être oblig­ée de pren­dre ce moyen de trans­port pour vis­iter une île avec ses hauts et ses bas, cha­peau ! Moi, j’y suis allée une fois et je me sou­viens très bien de ces ser­vices de shut­tle. J’en ai bavé je t’assure et ça m’a dégoûté du voy­age là-bas !

  14. Splen­dides pho­tos ! J’avais déjà enten­du par­ler du béton fort présent sur cette île mais égale­ment de la beauté des édi­fices religieux. On m’a dit que leurs églis­es étaient superbe­ment con­servées et pleines de richess­es. As-tu pu t’en faire une idée ?

  15. nous avions aus­si loué une voiture, c’est bien mais pas si évi­dent que ça car la sig­nal­i­sa­tion routière est pas au top ... même avec une carte on était par­fois un peu per­dus ... heureuse­ment l’île n’est pas grande ! j’ai hâte de voir la suite de ton réc­it ! (quelques bil­lets sur Malte chez moi aus­si, et d’autres à venir ...)

  16. Hé bien cela ne donne pas vrai­ment envie d’y aller pour les mésaven­tures que tu y as con­nues mais les paysages restent mag­nifiques et peut-être qu’une voiture per­me­t­tra d’éviter cer­tains de ces désagré­ments. En atten­dant je me réjouis de lire la suite de cette his­toire 🙂

  17. Quel manque de chance ! D’abord le navette arlesi­enne puis le velo. En effet le coin est plein de cotes et les itin­eraires pleins de detours. Moi j’ai loue une voiture et c’e­tait superbe. J’y suis allee en fevri­er avec mes deux filles (7 et 9 ans) et elles ne revent que d’y revenir. Quelle cote mag­nifique ! On a fait des ran­don­nees superbes sur Gozo et avons vis­ite des fer­mes et des grottes.

  18. Je voulais me ren­dre à Malte en sep­tem­bre mais là vu ta descrip­tion et ton expéri­ence, je dois avouer que ça m’a un peu découragé. Sinon les pho­tos pris­es sont très belles.

  19. Je ne savais pas qu’il y a des plages de sable fin à Malte, je pen­sais bête­ment qu’il n’y avait que des plages de galets. Donc c’est un bon point si on rajoute la beauté des paysages ! Mais d’un autre côté tes mésaven­tures refroidis­sent un tan­ti­net, donc pour l’in­stant je laisse Malte de côté pour priv­ilégi­er un autre endroit pour un prochain voy­age pas trop loin de la France.

  20. Y a quand même beau­coup de posi­tif dans ton réc­it 😉 Et puis les falais­es sont superbes je trou­ve (d’après tes pho­tos). Moi, je ne con­nais que La Valette et j’avais trou­vé ça mignon.

  21. Coucou !
    Tu m’as fait bien rire avec ton his­toire de vélo. J’y vais en juin à Malte. Si je prends un scoot­er c’est suff­isant ou tu con­seilles vrai­ment la voiture ? Puis c’est quoi ces his­toires de ser­pents là ?
    Je serai du côté de Sliema. C’est cool ?

  22. Après moult hési­ta­tion on a peu être jeté notre dévolu sur Malte pour nos prochaines vacances, on cher­chait un coin au soleil pas trop loin de France où en 2 semaines on puisse ray­on­ner un peu sans se press­er (bébé oblige). Le seul truc qui nous fait peur (mais pas le choix) c’est que ce sera en Aout !!! Affaire à suiv­re. Mer­ci pour ce réc­it, on se méfiera des shut­tles ...

  23. Wow j’ai rarement vu quelqu’un ayant autant la poisse à Malte ! Per­son­nelle­ment j’y suis restée 6 mois (pour un stage) et il ne m’est pas arrivé autant de mésaven­tures (enfin pas tout en même temps puisqu’il m’en est arrivé quelques unes quand même...)
    C’est un pays très petit mais la con­cen­tra­tion de pat­ri­moine est incroy­able, il y a des tem­ples plus vieux que les pyra­mides, des for­ti­fi­ca­tions sur l’ensem­ble du pays, des églis­es encore plus riche­ment décorées qu’en Ital­ie et des petits villes au charme fou.
    Alors oui le vélo n’est peut-être pas l’idéal pour se déplac­er à Malte, d’ailleurs je m’é­tais faite la réflex­ion qu’assez de per­son­ne en pra­tiquent là-bas. Finale­ment l’idéal c’est encore le scoot­er (sans vouloir retourn­er le couteau dans la plaie). Pen­dant toute la durée de mon séjour j’ai util­isé le réseau de bus et je m’en suis sor­tie.

    En tout cas je recom­mande Malte comme des­ti­na­tion c’est mag­nifique, on peut se faire des prom­e­nades, vis­iter des lieux très dif­férents (plongée dans l’his­toire garantie), se baign­er dans des eaux trans­par­entes et très bien manger pour des prix raisonnables. Le plus cher reste encore le loge­ment je pense.
    Par con­tre, je décon­seille d’y aller en juillet/août, la chaleur est insouten­able. Favorisez avril/mai ou début juin.

  24. Pas vu une seule queue de ser­pent à Malte, ni à Gozo, heureuse­ment car je n’aime pas ça. Con­cer­nant l’ac­cueil des « auber­gistes » j’ai la même opin­ion que toi, nul de chez nul....
    J’ai appré­cié Gozo pour son calme et ses paysages lunaires qui per­me­t­tent de la réal­i­sa­tion de belles images.
    Bref, ce n’est pas une des­ti­na­tion ou je retourn­erai...

    1. J’ai fait un séjour à Malte cette année . Ce je con­sid­ère comme indis­pens­able c’est de louer une voiture et surtout de par­tir avec un bon GPS . La sig­nal­i­sa­tion routière est com­plète­ment incom­préhen­si­ble pour un français . En par­ti­c­uli­er vous ne ver­rez jamais , ou presque de pan­neau d’en­trée ou de sor­tie d’ag­gloméra­tion . Dans cer­taines zones vous passez d’une ville à l’autre sans le savoir . En dehors de çà Malte a beau­coup d’atouts . Nous y retournons en 2018 , c’est déjà réservé . Côté hôtel il faut bien choisir mais le notre était vrai­ment au top pour un prix plus qu’abor­d­able , plage privée , piscines intérieure et extérieure , servi­ettes gra­tu­ites , WiFi gra­tu­it , park­ing privé .......Les restos sont plutôt sym­pas et les prix sem­blables aux nôtres . Nous avons été vic­times d’une tem­pête qui a gâché notre séjour mais çà c’est pas de la faute des Mal­tais .

  25. Bon­jour
    Arti­cle super intéres­sant, je te remer­cie.
    As tu trou­vé Malte surpe­u­plée comme on pour­rait le crain­dre ? Et pas un peu petite pour plus qu’une semaine ?
    Mer­ci

  26. Coucou Mme Oreille 🙂
    Je me ren­seignais sur Malte et je suis tombée sur ton arti­cle, même si tes pho­tos sont superbes comme tou­jours j’avoue que cer­taines choses m’ont un peu refroi­die... Alors Malte, un jour peut-être mais dans l’im­mé­di­at j’ai plutôt envie de me tourn­er vers d’autres des­ti­na­tions 🙂
    A bien­tôt !
    Pssst : En ce moment je suis avec atten­tion ton séjour indonésien au plus près des pop­u­la­tions avec ta petite oreille, et j’ai super hâte de décou­vrir tes arti­cles à ce sujet !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest