fbpx

Voyage au Kenya I : safari en vélo et en bateau !

J’ai réfléchi à plein de façons de vous racon­ter ce voy­age. Un truc thé­ma­tique avec des arti­cles séparant les pho­tos de pachy­der­mes et les pho­tos de félins, un truc par ordre de préférence... Mais non. En fait, il est impos­si­ble de racon­ter ce voy­age autrement que chronologique­ment. Parce que le pro­pre d’un safari, c’est qu’on croise plusieurs types d’animaux en per­ma­nence. On tourne juste la tête pour pass­er d’une girafe à un oiseau, d’un oiseau à un cha­cal, d’un cha­cal à.
Et puis, je ne peux rien class­er : j’ai tout aimé. Mon Belge n’a même pas eu envie de regarder les pho­tos quand je suis ren­trée telle­ment je l’ai gavé, sur Skype, tous les soirs, à lui lis­ter tout ce que j’avais vu et fait. For­cé­ment, c’est un rêve de gosse, les ani­maux d’Afrique. J’ai tou­jours aimé aller au zoo (enfin, pas à celui de Vin­cennes, hein), alors les voir en lib­erté, c’est encore mieux.

Je vous l’annonce dès le début, ce réc­it s’annonce com­pliqué à écrire, parce que je vais avoir envie d’enchaîner les phras­es à ral­longe pour expli­quer à quel point j’ai surk­if­fé. Mon Belge trou­ve que j’utilise trop sou­vent le mot « surk­if­fer », d’ailleurs (et il déteste ce mot). Mais vrai­ment, j’ai surk­if­fé.

Dès le début, ça a été mag­ique. Imag­inez, on vient de pass­er la nuit à Nairo­bi, on n’a encore rien vu en dehors de l’aéroport et de l’hôtel (même s’il y avait déjà beau­coup de bruits étranges dans le jardin de celui-ci), on prend la voiture et quelques min­utes plus tard, qu’est ce qu’on voit ? Nos pre­mières girafes. Sur le côté de la route, à quelques mètres. Nor­mal.

kenya1_01_girafesCliquez pour agrandir

Je dis « on » parce qu’il s’agissait d’un voy­age de presse. J’étais donc avec Sophie, du bureau parisien de l’office du Tourisme kenyan, Col­ine et Tania. Sur place, nous étions pro­tégées par Muriu­ki, lui aus­si de l’Office du Tourisme et James, notre chauf­feur à l’œil aigu­isé.

Reprenons à notre deux­ième jour. Donc. C’est peu fraîche que j’ai enfourché un VTT de bon matin. Oui, un VTT. Parce que le pre­mier safari, hé bien c’était à vélo.

Safari à vélo dans le Hell’s Gate

Kenya, safari, vélo et un parc qui s’appelle « Porte de l’Enfer », y’a pas à dire : ça ne donne pas un ensem­ble de mots très ras­sur­ant. Bon, en vérité, le nom du parc vient des falais­es gigan­tesques qui bor­dent la piste, et c’est juste­ment un endroit où il est facile de faire des safaris à pieds ou à vélo, puisqu’il n’y a que quelques gué­pards et léopards...
Blague à part, c’est génial. On pédale, appareil pho­to en ban­doulière et, tous les deux mètres, on pose le vélo pour admir­er un zèbre, un pha­cochère, un oiseau. Tout ça sans gril­lage, sans bar­rière, sans vit­re. C’est assez grisant, cette sen­sa­tion d’être en pleine nature, au Milieu de la Nature.

kenya1_02_velo
Cliquez pour agrandir et faire défil­er les pho­tos

Kenya
Kenya
Kenya
Kenya

On a ter­miné la mat­inée à pieds, non que nous fûmes exténuées par le vélo mais tout sim­ple­ment pour décou­vrir un peu la flo­re et admir­er un point de vue plutôt sym­pa.

kenya1_03_flore

Kenya

Safari en bateau sur le lac Naivasha

Quel meilleur moyen pour décou­vrir les oiseaux qui vivent là, que le bateau ? Il y avait quelques pêcheurs, dans l’eau, filet à la main, donc j’en déduis que le lac ne doit pas être infesté de rep­tiles humani­vores mais pour autant, j’ai préféré essay­er de ne pas tomber du bateau. Ne serait-ce que pour ne pas noy­er mon super téléob­jec­tif de loca­tion !
Naivasha, c’est un peu l’opposé de ce que l’on image lorsque l’on pense « Safari au Kenya ». D’ailleurs, ce voy­age entier sera l’opposé de ce qu’on imag­ine lorsque l’ont pense « Safari au Kenya ». Point de savane asséchée où quelques brins d’herbe jaune cachent mal des félins. Au con­traire, à Naivasha, la nature est lux­u­ri­ante, et nous nav­iguons entre les cor­morans, mar­tins pêcheurs, aigles...

kenya1_04_bateau_et_oiseauxKenyaKenyaKenyaKenyaKenyaKenyaKenyaKenya
Jusqu’à tomber sur un trou­peau d’hippopotames, broutant tran­quille­ment. Ces petits moments par­faits, où tout le monde mitraille, où l’on se tait pour préserv­er le silence, mais où cha­cune d’entre nous sait que les autres exul­tent intérieure­ment.
kenya1_05_hippos

Dans le prochain épisode : je vous emmèn­erai à Naku­ru, voir des singes, des buf­fles, des fla­mands ros­es... et des zèbres !
Kenya Kenya

28 Commentaires

  1. J’ai eu vent de ce voy­age via le blog de Col­ine, et ça sem­ble sur­réal­iste comme expéri­ence...
    Tes pho­tos sont mag­nifiques, et traduisent bien ce que tu décris du voy­age.
    Mer­ci du partage ! 😉

  2. Nota Bene : les dessins sont de Madame Oreille, réal­isés sur des car­nets vierges four­nis par les hôtels. Ce ne sont pas des cartes de vis­ite illus­trées par les hôtels !

    Ça vaut la peine d’être sig­nalé.

    1. une petite pointe de fierté, mon­sieur oreille??????
      super reportage.....merci beau­coup de nous le faire partager....

      1. Fierté non, dans le sens où je n’ai rien à voir avec son tal­ent.

        Mais la prouesse vaut la peine d’être saluée, selon un avis totale­ment objec­tif (évidem­ment) 😉

  3. Les pho­tos sont vrai­ment mag­nifiques. Bra­vo.
    Et comme tu dis c’est à l’opposé de l’idée qu’on peut se faire d’un Safari au Kenya. Moi qui n’étais pas très chaud jusqu’à main­tenant. Le côté on reste dans une voiture à observ­er des ani­maux... tu viens de me faire chang­er d’avis.

    ps : cha­peau bas pour la pho­to de l’aigle !

    1. Dans cer­tains parcs, la voiture est oblig­a­toire (genre si tu veux voir des éléphants, par exem­ple...) par mesure de pré­cau­tion, et c’est pas for­cé­ment si pas­sif que ça (j’imaginais un truc très pépère) mais il y a plein de choses à faire en dehors du safari clas­sique !

  4. Vrai­ment sym­pa ce réc­its et les pho­tos. Mer­ci de me faire quit­ter le bureau et la gri­saille le temps d’un instant.

    Je veux y aller, je veux y aller.

    1. Si ça avait été pos­si­ble, j’aurais adoré qu’il soit là... (ce qui ne nous empêchera pas d’y retourn­er rien que nous deux, un jour ou l’autre !)

  5. Waouh, les pho­tos sont vrai­ment spendides, et cha­peau pour les dessins, j’ai aus­si cru que c’était du tout fait – tu as vrai­ment beau­coup de tal­ents dif­férents !

    Je vais atten­dre le reste des arti­cles avec impa­tience... Quelle expéri­ence ça a du être de vivre tout ça !

  6. Je com­prends que tu aies surk­if­fé, cela avait l’air superbe ! Sinon je suis épatée par tes cro­quis, qui sont vrai­ment réussis...Que de tal­ents!!

    Con­tente que tu dis­es que tu vas par­ler de zèbres...J’ai hâte ! 😉

  7. C’est sym­pa d’avoir chevauché vélo (et d’être grim­pé dans un bateau) pour cette décou­verte. Pho­tos et dessins, ça fait très envie.
    Je n’ai vu des ani­maux d’Afrique que dans la savane sèche, je hâte de voir les zèbres dans la ver­dure. 😉

  8. Les pho­tos sont vrai­ment très belles, les dessins égale­ment!! ce début de voy­age donne vrai­ment envi d’y aller même si on com­prend bien que c’est assez sportif!!! J’attends la suite avec impa­tience...

  9. Très belles pho­tos ! Cette expéri­ence a dû être vrai­ment mer­veilleuse, si jamais j’en ai l’occasion, je n’hésiterai pas non plus à faire un safari au Kenya !

  10. Mag­nifiques pho­tos ! On sent à tra­vers tes mots que tu as effec­tive­ment « surk­if­fé » 😉 Je vais m’empresser d’aller voir la suite main­tenant !

    Petite ques­tion : le ren­du des ciels bleus est obtenu avec un fil­tre, avec de la post-prod (des détails ?), ou les deux ?

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest