fbpx

Semaine bavaroise : Ratisbonne

Coincée à la mai­son pour des raisons que je vous expli­quais dans cet arti­cle, j’ai don­né mes bil­lets de train à ma petite sœur, avec pour mis­sion de décou­vrir l’Allemagne à ma place, mais aus­si de venir racon­ter ses voy­ages ici-même. Cet arti­cle est donc entière­ment l’œuvre de Gaëlle : ses impres­sions, ses mots, ses pho­tos, ses cro­quis (anci­enne étu­di­ante en archi­tec­ture !). 

Il y a un mois, quand j’entendais « Bav­ière », je pen­sais à Munich, au foot et à la bière. Loin d’être mes cen­tres d’intérêts prin­ci­paux, je dois vous avouer que cette région de l’Allemagne ne m’avait réelle­ment intéressée. Grossière erreur ! Alors oui, la bière est omniprésente (deman­dez une petite bière, on vous servi­ra une pinte), les por­tions de nour­ri­t­ure sont démesurées (finir son assi­ette devient un défi per­son­nel)… Mais je suis par­tie à la décou­verte de char­mantes villes bien loin de l’agitation de Munich et chargées d’histoire.

Balade dans le centre ville médiéval

Mon voy­age com­mence par la décou­verte de Ratis­bonne (ou Regens­burg en Alle­mand). Classé au pat­ri­moine mon­di­al de l’UNESCO, son cen­tre-ville médié­val est le plus grand et le mieux con­servé de toute l’Allemagne mais reste bien loin de l’image d’une ville musée ultra-touris­tique.

Les ruelles pavées pié­tonnes aux façades col­orées font tout le charme de la ville et j’ai eu beau­coup de plaisir à m’y promen­er. Mal­gré un cen­tre-ville plutôt petit, j’ai eu l’impression de sans cesse voir de nou­velles choses. Impos­si­ble de se lass­er !

Ratisbonne 1RatisbonneRatisbonne

Prendre un peu de hauteur

Dans chaque endroit que je vis­ite, je recherche tou­jours le point le plus haut. Une colline, un château, une église, par­fois même un café. Tout est bon pour s’élever et appréci­er la ville vue d’en haut. On voit le relief (quand il y en a…), les toits, les clochers, et on décou­vre même des détails que l’on ne soupçon­nait pas. On sent sou­vent la ville grouiller tout en ayant l’impression que le temps s’arrête. Alors, certes, Ratis­bonne n’est pas com­pa­ra­ble à New York et son Église de la Trinité n’est pas l’empire State Build­ing. Mais mon­ter en haut de sa tour en vaut quand même le coup ! Elle est la plus grande de la ville avec ses 50 mètres de hau­teur, et offre donc une vue panoramique imbat­table.

Je me rends alors compte que la ville est beau­coup plus dense que ce que je pen­sais, et que beau­coup d’habitants optent pour des exten­sions pour le moins arti­sanales : de nom­breuses ter­rass­es fleuris­sent sur les toits, plus ou moins pen­tus. Entre les transats et les plantes vertes, j’aurais bien envie d’y faire un tour ! N’ayant pas la chance d’y avoir accès, je me con­tenterai d’escalader la fenêtre de ma cham­bre d’hôtel pour appréci­er le lever du soleil.

Ratisbonne 2Ratisbonne

Le fameux pont de pierre

Ratis­bonne est prin­ci­pale­ment célèbre pour son pont de pierre his­torique qui enjambe le Danube depuis le 12ème siè­cle . C’est devenu le sym­bole de la ville, et le mon­u­ment le plus con­nu et pho­tographié. Il est sur toutes les cartes postales. Mais, comme je suis extrême­ment chanceuse, le pont était en travaux au moment de ma vis­ite.

Mai­gre com­pen­sa­tion, j’ai pu marcher dessus, sur quelques mètres, avant de rapi­de­ment me retrou­ver sur une passerelle métallique, à longer des bâch­es et des échafaudages. Ça ne ressem­ble défini­tive­ment pas à la carte postale...

Lorsque les travaux seront finis, dans 3 ans tout de même, les promeneurs pour­ront à nou­veau admir­er le couch­er de soleil aux couleurs très kitsch dont on m’a par­lé sur place.

Ratisbonne 3
Depuis ce fameux pont en pierre, j’ai tout de même pu prof­iter de la mag­nifique lumière qui éclaire la ville. Aujourd’hui, le fleuve sert aus­si bien aux indus­tries qu’aux nom­breuses croisières de touristes.
C’est la qua­trième fois que je le vois. Alors, oui, il n’est pas aus­si impres­sion­nant qu’à Budapest ou à Bel­grade mais, je ne sais pas pourquoi, ça me fait tou­jours un petit quelque chose. Pour moi, ce n’est défini­tive­ment pas un fleuve comme les autres. Son his­toire, les villes qu’il tra­verse, lui don­nent ce petit quelque chose en plus.
Ratisbonne 4RatisbonneRatisbonne

Un temple au milieu de la Bavière

De Ratis­bonne, le Danube per­met, entre autres, de se ren­dre au tem­ple de Wal­hal­la. Le tra­jet dure à peu près 45 min­utes et per­met de voir quelques petits vil­lages (au risque d’être un peu frus­tré de ne pas pou­voir s’y arrêter). Mais l’arrivée en bateau en vaut claire­ment la chan­delle ! Il est juché sur sa colline, comme per­du dans la végé­ta­tion. Il ne s’agit bien sûr pas d’un tem­ple grec mais plutôt d’une imi­ta­tion du 19ème siè­cle. Ça fait quand même son petit effet !

Ratisbonne 5RatisbonneRatisbonne

Le tem­ple est en fait une sorte de pan­théon alle­mand. Ou plutôt un Hall of Fame. 129 bustes de per­son­nal­ités ger­manophones se côtoient, de Beethoven à Ein­stein, en pas­sant par Ade­nauer ou Coper­nic. L’intérieur du tem­ple en lui-même n’est pas spec­tac­u­laire et la vis­ite se fait en 10 min­utes. C’est plutôt l’extérieur, qui vaut le coup. Que ce soit la vue depuis l’esplanade, ou la prom­e­nade entre les colonnes, l’endroit est plein de charme ! J’y aurais bien amené mon pique-nique !

Ratisbonne 6RatisbonneRatisbonne

Carnet Pratique :

Com­ment aller à Ratis­bonne : pren­dre le train entre Paris et Munich, puis pos­si­bil­ité de louer une voiture pour prof­iter facile­ment des autres petites villes de la région, ou de ter­min­er le voy­age en train jusqu’à Ratis­bonne.

Goûter la gas­tronomie bavaroise : 2 restau­rants typ­iques :
– Le restau­rant Heuport, plutôt chic, situé dans une anci­enne mai­son bour­geoise.
– Le restau­rant Weißbräuhaus, plus « rus­tique » et tout aus­si bon avec une très bonne ambiance !

Où dormir : à l’Hotel Orphée, très belles cham­bres, spa­cieuses, con­fort­a­bles, et pleines de charme.

Plus d’infos sur les sites de l’Office Nation­al Alle­mand du Tourisme, l’Office du Tourisme de Bav­ière et celui de Ratis­bonne.

Le pro­jet #Jaime­LAlle­magne est le fruit d’une col­lab­o­ra­tion entre le Col­lec­tif des blogueurs voy­age et l’Office Nation­al Alle­mand du Tourisme. Tous les choix édi­to­ri­aux des bil­lets pro­duits suite à ce voy­age me revi­en­nent.

9 Commentaires

  1. Je rejoins les autres, le tal­ent de pho­tographe fait vrai­ment par­ti de la famille.
    Les cro­quis sont vrai­ment géni­aux eux-aus­si !
    Superbe vis­ite depuis l’autre coté de mon écran.

    Cédric @ Pix­els du bout du monde.

  2. Comme toi, j’avais un peu ce cliché de la grosse pinte de bière et de la nour­ri­t­ure bien grasse. Mais là, tu m’as don­né envie d’aller y faire un saut ! Superbe.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest