fbpx

Se prendre en photo en voyage

Allez, avouons-le, nous sommes tous un peu nar­cis­siques : de temps à autres, on se prend nous-mêmes en pho­to. Il y a plein de bonnes raisons pour le faire, comme l’en­vie d’un sou­venir, ou tout sim­ple­ment l’u­tilis­er comme « preuve ».
Par exem­ple, lorsqu’on aura fait un cer­tain effort physique pour rejoin­dre un lieu, on sera heureux de se dire « je l’ai fait », et d’im­mor­talis­er cela.

Mais commençons par nous demander quand est-ce qu’il faut se prendre en photo.

En effet, dans de nom­breuses des sit­u­a­tions, ça ne don­nera rien de bien intéres­sant, tout au plus une pho­to de touriste minable : lorsqu’on est devant un mon­u­ment, ou toute curiosité mag­nifique. Pour illus­tr­er ce point, je sors une pho­to des archives, et je vous deman­derai de ne pas vous moquer !

Vous recon­naîtrez Mon­sieur Oreille, le Taj Mahal, et votre servi­teuse. Le con­duc­teur du tuk-tuk qui nous ame­nait là a insisté pour faire une pho­to de nous deux... Au-delà du fait qu’on se tient n’im­porte com­ment, qu’on est crevés, et qu’on a des fringues usées, cette pho­to a un gros défaut : elle a deux sujets, et ni l’un ni l’autre n’est réelle­ment en valeur. Ce sera le cas de pra­tique­ment toutes les pho­tos pris­es sur des sites touris­tiques. En fait, le fond est tout sim­ple­ment trop intéres­sant pour détach­er le sujet « humain ». Un bon por­trait a sou­vent un fond neu­tre, ou un envi­ron­nement en cor­re­spon­dance.

Alors, je ne dis pas qu’il ne faut jamais se pren­dre en pho­to devant un mon­u­ment, mais qu’il faut être con­scient du fait que met­tre en com­péti­tion la Tour Eif­fel et votre copine sur la même image ne don­nera rien de bon. L’œil humain a besoin d’être dirigé dans l’im­age, il doit savoir ce qu’il est impor­tant de regarder en pre­mier.
 

Du coup, on fait quoi ?

Hé bien on peut ten­ter les mis­es en scène : utilis­er le mod­èle humain pour don­ner une échelle et un pre­mier plan (j’en par­lais un peu ici). L’a­van­tage, c’est que ça donne une dimen­sion sup­plé­men­taire au paysage.

Mais vous allez me dire que de dos, c’est quand même pas ter­ri­ble. Alors, si on souhaite vrai­ment se met­tre en valeur, on pour­ra essay­er de prof­iter de cer­taines scènes pour racon­ter une his­toire, aller au-delà de « M. Oreille est en voy­age », mais qu’on puisse y lire une activ­ité. Ne pas regarder l’ob­jec­tif est ici, à mon avis, une bonne idée : on place le spec­ta­teur en voyeur, c’est comme s’il était là, dans l’ac­tion (ou dans l’ab­sence d’ac­tion, ces exem­ples ayant finale­ment été pris au repos !)


La question de l’auto-portrait

Et là, vous allez me deman­der com­ment on fait com­ment on fait quand on n’a pas de super copine comme moi pour vous pho­togra­phi­er, ou com­ment on fait pour se pho­togra­phi­er ensem­ble.

La pre­mière tech­nique, éprou­vée, con­siste à tenir l’ap­pareil à bout de bras et à faire une gri­mace his­toire d’as­sumer le fait qu’on a l’air idiot en faisant ça. On risque alors de recon­tr­er plusieurs soucis dont le cadrage et la net­teté. Je vous con­seillerais d’éviter les trop petites ouver­tures (celles qui font que les oreilles et le bout du nez sont flous quand les yeux sont nets sont dif­fi­ciles à gér­er sans le viseur).


Et comme le prou­ve la mag­nifique pho­to ci-dessus, il fau­dra quelques essais pour réus­sir un cadrage cor­rect ! N’hésitez pas à recom­mencer plusieurs fois jusqu’à obtenir un résul­tat sat­is­faisant. A titre per­son­nel, je pense que ce genre de pho­tos n’a pas grand intérêt mais peut être amu­sante si on ne le prend pas sérieuse­ment.

Deux­ième tech­nique, faire appel à un autre voyageur. Je ne vais pas vous faire un laïus sur les risques de vol, essayez surtout de repér­er quelqu’un qui aurait un appareil pho­to, his­toire d’avoir une chance qu’elle ne soit pas trop loupée. Si vous utilisez un reflex, passez la mise au point en automa­tique (idem pour la sélec­tion du col­li­ma­teur) et faites les réglages avant, sous peine de vous retrou­ver avec un truc com­plé­ment flou.
 

Et si vous êtes au milieu de nulle part, seul ?

Hé bien trois petites choses vont vous devenir famil­ières : le trépied, la télé­com­mande, et le retar­da­teur.

Com­mençons par le retar­da­teur. On en trou­ve sur presque tous les appareils, et ce qui est bien, c’est que ça ne sup­pose donc aucun investisse­ment ni matériel à trans­porter !

Les pho­tos ci-dessus ont été respec­tive­ment pris­es en Roumanie et en Ser­bie. Au milieu d’un champ, je voulais m’a­muser à pos­er à côté de mon vélo, fière de mon petit défi per­son­nel (on revient au fait que, même si ce ne sont pas de « grandes » pho­tos, on a quand même envie de les pren­dre, d’abord pour soi). J’ai donc calé l’ap­pareil tant bien que mal sur mon casque, essayant de tir­er par­ti du côté « dans l’herbe ». Ici, le vélo me ser­vait de point de repère pour le cadrage et la net­teté, même si ce n’est pas une franche réus­site !
Sur l’autre image, je suis dans le train et j’ai sim­ple­ment posé l’ap­pareil sur le siège d’en face. Dans les deux cas, il s’ag­it d’utilis­er notre envi­ron­nement pour coin­cer l’ap­pareil quelque part : un mur, un sac à dos... Et à chaque fois, on enclenche la minu­t­erie et on court se met­tre en posi­tion ! (sans faire tomber l’ap­pareil et sans se cass­er la fig­ure).

Vous aurez en général une dizaine de sec­on­des avec le retar­da­teur. Si ça vous paraît trop juste, vous pou­vez alors utilis­er en plus une télé­com­mande infrarouge (exem­ple chez Canon). Ces petites télé­com­man­des per­me­t­tent de déclencher l’ap­pareil à dis­tance lorsque vous vous trou­vez en face de lui. En cou­plant télé­com­mande et retar­da­teur, on peut alors aller se met­tre au bon endroit, et avoir ensuite le temps de plan­quer le petit bout de plas­tique pour pren­dre la pause.

Et pour finir, le trépied est un très bon acces­soire, for­cé­ment. Il vous per­met de réelle­ment cadr­er comme vous le souhaitez. Si vous ne souhaitez pas en pren­dre un grand, le Goril­la Pod peut être un bon investisse­ment. Par exem­ple, sur la pho­to ci-dessous, je n’avais nulle part où pos­er l’ap­pareil pour faire ce que je voulais. Le Goril­la Pod m’a alors per­mis d’ac­crocher le boîti­er au dossier d’une chaise. Un coup de minu­t­erie et hop !

20 Commentaires

  1. Bon­jour,

    bien vu comme arti­cle, c’est une prob­lé­ma­tique récur­rent. De notre côté, nous avons un trépied de quelques cen­taines de grammes peut encom­brant, léger et sta­ble. Out­re les por­traits, il est égale­ment utile dans cer­taines sit­u­a­tions (faible lumi­nosité notam­ment). Je ne con­nais­sais pas le Goril­la Pod, ça a l’air super pra­tique ! Quel poids fait-il ?

    Arnaud

  2. Le goril­la pod est un chou­ette acces­soire. Il s’ac­croche à peu près partout : le dos d’une chaise, une barre en met­al, les racines d’un arbre, au vélo... ça rend la pho­to plus ludique (oui oui je m’a­muse comme je peux) ! 🙂
    Je fais très peu de pho­tos de nous, quelque unes, en gri­maçant, his­toire d’avoir un sou­venir, parce qu’­ef­fec­tive­ment, je ne souhaite pas être le sujet. Et comme tu l’ex­pos­es ici, l’art de l’au­to­por­trait n’est vrai­ment pas facile.
    J’aime beau­coup le Taj Mahal avec la blouse vio­lette de M. Oreille... Presque har­monieux... Héhé

  3. Ah ! L’oc­ca­sion par­faite pour te don­ner mon retour sur la rotule Ball­head X 😀
    Enfin, pour com­mencer, voilà encore un sujet intéres­sant... Et tes pho­tos de ce type sont vrai­ment super, elles racon­tent vrai­ment une his­toire, on sent qu’il y a plus qu’une sim­ple pho­to-sou­venir, il y a une démarche artis­tique der­rière... Je ne parviens pas à obtenir ce genre de résul­tat, pour plusieurs raisons : d’abord, je n’ai pas ton imag­i­na­tion, ni ton expéri­ence 😀 Je pense aus­si que je ne pense pas assez mes images en amont, je me dis « il y a une pho­to à faire », et je prends tout de suite l’ap­pareil, alors que je me demande si, finale­ment, il ne vaudrait pas mieux que je m’im­pose – au moins au début – un « sas » de réflex­ion : « qu’est-ce qui m’in­téresse ici ? quelle image voudrais-je en don­ner ? plus pra­tique­ment, que dois-je deman­der à mon/mes modèle(s) pour obtenir ce résul­tat ? ». Ca m’amène à ma 3è rai­son : la patience des mod­èles 😀 Elle n’est pas bien grande chez mes mod­èles favorites, et je dois dire que ça me coupe un peu dans mon élan créa­teur 😀 Bon, je par­le plus du mode « balade », là, car en vacances elles sont plus con­ciliantes, mais c’est vrai que ça reste un paramètre impor­tant et pas tou­jours facile à gér­er, d’au­tant que je ne suis pas non plus un as des réglages pour le moment :/
    Pour ce qui est de la rotule ball­head X de Joby, elle est excel­lente ! Bon, je n’ai pas d’autre exem­ple de rotule, mais celle-ci me con­vient très bien : réglage lon­gi­tu­di­nal, rotule avec « fente » pour plac­er l’ap­pareil en por­trait, plateau rapi­de, le tout réglé avec des molettes robustes, sou­ples mais bien fer­mes quand on serre la vis... Le touch­er est vrai­ment pro­fes­sion­nel, il inspire toute con­fi­ance. Au final, le plus gros prob­lème que j’ai, c’est son poids, assez impor­tant je trou­ve, surtout que j’ai voulu faire l’é­conomie du pod « expert », et que j’ai donc, pour aller avec, le pod « 3kgs ». Je dois donc faire atten­tion à la répar­ti­tion des mass­es sur les pattes de la bête, surtout avec mon 70–300 tout neuf qui pèse plus de 750gr... avec mon petit D3100, on est encore loin des 3kgs, donc le pod résiste, mais il faut tout de même réfléchir un peu avant d’obtenir la posi­tion souhaitée avec une sta­bil­ité opti­male.
    Bref, la rotule est nick­el, pour met­tre sur un pod « slr-zoom », ça passe très bien, mais je pense que sur un « focus » (~100€ quand même :p), c’est par­fait.

  4. Ouh là, com­ment j’ai pour­ri les com­men­taires, avec mon gros post, là :-p
    Sinon effec­tive­ment, j’adore le pola du Taj Mahal, qui a un charme incroy­able : ultra-kitsch, cadrage approx­i­matif, pose improb­a­ble, air coincé, tout pour pass­er à la poubelle ! Mais pour­tant, elle attire l’oeil, elle per­met au cerveau et à l’oeil de se rafraichir, de se déten­dre un peu au milieu de pho­tos plus « exigeantes »... 😉

  5. « Je vous con­seillerais d’éviter les trop petites ouver­tures (celles qui font que les oreilles et le bout du nez sont flous quand les yeux sont nets sont dif­fi­ciles à gér­er sans le viseur). »

    Tu ne voulais pas une grande ouver­ture ? 😛

    Autrement, j’aime beau­coup ta pho­to dans le train mais aus­si celle de vous deux devant le TajMa­hal. Meme si elle est loupée tech­nique­ment, je trou­ve que juste­ment ca lui donne un charme.

  6. Arnaud : je te don­nerai un poids pré­cis ce soir, si tu veux, mais c’est vrai­ment léger et petit. Sur des séjours longs, quand embar­quer un trépied est con­traig­nant, c’est vrai­ment pra­tique. Il faut juste se dire que ça ne rem­place pas non plus totale­ment le trépied, puisque dans cer­taines sit­u­a­tions il ne sera pas facile à accrocher où que ce soit...

    Estelle : j’avais essayé de filmer en accrochant le goril­la pod au vélo. Résul­tat assez médiocre 😀 Mais quand ça bouge pas, ça marche très bien, et ça peut sug­gér­er des angles qu’on n’au­rait pas osé ten­ter, c’est vrai !
    On doit avoir un peu les mêmes manies, parce que je n’ai pra­tique­ment pas de pho­tos de moi où je ne fais pas l’id­iote... Ces touristes qui se pren­nent en pho­tos entre eux devant tout et n’im­porte quoi, très sérieuse­ment, m’in­triguent tou­jours !

    Minami‑o : c’est top d’avoir des retours 😀 Fau­dra que je teste ça, alors !
    Con­cer­nant tes mod­èles, j’en palais ici il y a quelque semaines. C’é­tait sous l’an­gle cou­ple, mais il doit y avoir moyen d’élargir ! Donc si tu veux y apporter un autre (gros) com­men­taire, c’est avec plaisir ! ^^

    Adil : (effec­tive­ment, petite coquille, je cor­rige, mer­ci !)
    Bon, hon­nête­ment, je ne déteste pas totale­ment cette pho­to, elle me rap­pelle de bons sou­venirs, mais bon... et j’ai quand même choisi un exem­ple qui ne me mochise pas trop non plus, j’avais bien pire ! 😀 (j’ai ma dig­nité !)

  7. @Oreille
    Allez, j’ai aus­si mis un pavé dans cet arti­cle, puisque tu es deman­deuse :p

    @Arnaud
    Je t’avouerais que je ne l’ai pas pesé non plus, mais j’ai vu sur le net qu’il (le mod­èle SLR-zoom, qui tient jusqu’à 3kgs) pesait un peu moins de 250gr. Ca me sem­ble beau­coup, mais comme j’ai la rotule fixée en per­ma­nence, ça fausse un peu mon ressen­ti... En tous cas, dans un sac ou même à la main, c’est nég­lige­able, et le trans­port n’est pas non plus un prob­lème, puisque tu peux le tor­dre à loisir : je l’ai déjà fixé sur mon avant-bras, sur la ban­doulière de mon sac, etc. A 30€ env­i­ron, c’est un investisse­ment léger pour le bud­get et qui sait se ren­dre utile, sans être gênant.

  8. J’ai lais­sé tomber depuis longtemps l’idée de me faire pren­dre en pho­to devant un mon­u­ment, cet air crisqué ne s’en va pas ! J’ai tou­jours trou­vé les pho­tos « par sur­prise » meilleure. Vu que la per­son­ne ne sait pas qu’on la cible, elle est com­plète­ment naturelle. Et on évite le « mais tu souris ou quoi!! »

  9. Très bon arti­cle (comme tou­jours, hein) !

    À tou­jours voyageur seul je n’ai aucune pho­to de moi et je n’ar­rive pas encore a me faire a l’idée de « l’au­topho­togra­phie »

    Par con­tre, si je peux rajouter quelque chose : si les gens pou­vaient éviter les pho­tos d’eux ten­ant les pyra­mides, met­tant les doigts dans les yeux du sphinx ou ten­ant la tour de Pise... c’est nul 🙂

  10. Rgs_ : rah, j’ai tou­jours les V4, moi ! Sinon, le retar­da­teur de chez canon est effec­tive­ment super mal pen­sé... Et ça leur coûterait si cher que ça d’in­té­gr­er un inter­val­lomètre, franche­ment ?!?

    Minami‑O : j’ai l’im­pres­sion qu’il fait le même poids que mon télé­phone portable, et à choisir entre les deux.. ^^ C’est quand même un bon rap­port qualité/prix/encombrement !

    Lucie : tu ne prends jamais de pho­tos de toi ? ou tu récupères celles que les autres ont pris­es ?

    Gas­pard : ah, les grands clas­siques... et les pseu­dos effets de per­spec­tives au salar de Uyu­ni aus­si ! Au Taj Mahal, c’é­tait dingue : il y avait des gens qui payaient les pho­tographes locaux pour être pris tous dans la même posi­tion : attra­pant la pointe du bâti­ment... Enfin, comme s’il n’y avait rien d’autres à faire là-bas !

  11. J’en prends jamais, j’ai essayé mais j’aime pas du tout le résul­tat du coup j’ai lais­sé tombé. Mon copain en prend de moi et je les récupère. Il se débrouille pas mal d’ailleurs pour les pho­tos. Ca me met très mal à l’aise d’être devant un objec­tif en général.

  12. Un arti­cle sym­pa­thique et orig­i­nale, qui ne s’est jamais retrou­vé à deman­der de pren­dre une pho­to ! La plu­part du temps, les pho­tos sont mal pris­es ! La meilleur solu­tion est le trépied, reste à savoir com­ment le régler rapi­de­ment !

  13. Lucie : je com­prends 🙂

    Cra­betan : le prob­lème du trépied, c’est qu’il faut le trim­baller, et que tout le monde n’en a pas envie...

    Livre-pho­to : mer­ci !

  14. Je déteste aus­si les pho­tos très touris­tiques devant les mon­u­ments. Mes préférées sont sou­vent les auto-por­traits avec un paysage mag­nifique en arrière plan.

  15. Je viens de décou­vrir cet arti­cle qui me sera bien utile prochainement.En revanche, ques­tion idiote mais avec le trépied vous n’avez pas peur de vous faire vol­er votre appareil alors que vous prenez la pause 😀 (la stressée de ser­vice je sais).

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest