Se prendre en photo en voyage

Allez, avouons-le, nous sommes tous un peu nar­cis­siques : de temps à autres, on se prend nous-mêmes en pho­to. Il y a plein de bonnes raisons pour le faire, comme l’envie d’un sou­venir, ou tout sim­ple­ment l’utiliser comme « preuve ».
Par exem­ple, lorsqu’on aura fait un cer­tain effort physique pour rejoin­dre un lieu, on sera heureux de se dire « je l’ai fait », et d’immortaliser cela.

 

Mais commençons par nous demander quand est-ce qu’il faut se prendre en photo.

En effet, dans de nom­breuses des sit­u­a­tions, ça ne don­nera rien de bien intéres­sant, tout au plus une pho­to de touriste minable : lorsqu’on est devant un mon­u­ment, ou toute curiosité mag­nifique. Pour illus­tr­er ce point, je sors une pho­to des archives, et je vous deman­derai de ne pas vous moquer !

Vous recon­naîtrez Mon­sieur Oreille, le Taj Mahal, et votre servi­teuse. Le con­duc­teur du tuk-tuk qui nous ame­nait là a insisté pour faire une pho­to de nous deux... Au-delà du fait qu’on se tient n’importe com­ment, qu’on est crevés, et qu’on a des fringues usées, cette pho­to a un gros défaut : elle a deux sujets, et ni l’un ni l’autre n’est réelle­ment en valeur. Ce sera le cas de pra­tique­ment toutes les pho­tos pris­es sur des sites touris­tiques. En fait, le fond est tout sim­ple­ment trop intéres­sant pour détach­er le sujet « humain ». Un bon por­trait a sou­vent un fond neu­tre, ou un envi­ron­nement en cor­re­spon­dance.

Alors, je ne dis pas qu’il ne faut jamais se pren­dre en pho­to devant un mon­u­ment, mais qu’il faut être con­scient du fait que met­tre en com­péti­tion la Tour Eif­fel et votre copine sur la même image ne don­nera rien de bon. L’œil humain a besoin d’être dirigé dans l’image, il doit savoir ce qu’il est impor­tant de regarder en pre­mier.
 

Du coup, on fait quoi ?

Hé bien on peut ten­ter les mis­es en scène : utilis­er le mod­èle humain pour don­ner une échelle et un pre­mier plan (j’en par­lais un peu ici). L’avantage, c’est que ça donne une dimen­sion sup­plé­men­taire au paysage.

Mais vous allez me dire que de dos, c’est quand même pas ter­ri­ble. Alors, si on souhaite vrai­ment se met­tre en valeur, on pour­ra essay­er de prof­iter de cer­taines scènes pour racon­ter une his­toire, aller au-delà de « M. Oreille est en voy­age », mais qu’on puisse y lire une activ­ité. Ne pas regarder l’objectif est ici, à mon avis, une bonne idée : on place le spec­ta­teur en voyeur, c’est comme s’il était là, dans l’action (ou dans l’absence d’action, ces exem­ples ayant finale­ment été pris au repos !)


 

La question de l’auto-portrait

Et là, vous allez me deman­der com­ment on fait com­ment on fait quand on n’a pas de super copine comme moi pour vous pho­togra­phi­er, ou com­ment on fait pour se pho­togra­phi­er ensem­ble.

La pre­mière tech­nique, éprou­vée, con­siste à tenir l’appareil à bout de bras et à faire une gri­mace his­toire d’assumer le fait qu’on a l’air idiot en faisant ça. On risque alors de recon­tr­er plusieurs soucis dont le cadrage et la net­teté. Je vous con­seillerais d’éviter les trop petites ouver­tures (celles qui font que les oreilles et le bout du nez sont flous quand les yeux sont nets sont dif­fi­ciles à gér­er sans le viseur).


Et comme le prou­ve la mag­nifique pho­to ci-dessus, il fau­dra quelques essais pour réus­sir un cadrage cor­rect ! N’hésitez pas à recom­mencer plusieurs fois jusqu’à obtenir un résul­tat sat­is­faisant. A titre per­son­nel, je pense que ce genre de pho­tos n’a pas grand intérêt mais peut être amu­sante si on ne le prend pas sérieuse­ment.

Deux­ième tech­nique, faire appel à un autre voyageur. Je ne vais pas vous faire un laïus sur les risques de vol, essayez surtout de repér­er quelqu’un qui aurait un appareil pho­to, his­toire d’avoir une chance qu’elle ne soit pas trop loupée. Si vous utilisez un reflex, passez la mise au point en automa­tique (idem pour la sélec­tion du col­li­ma­teur) et faites les réglages avant, sous peine de vous retrou­ver avec un truc com­plé­ment flou.
 

Et si vous êtes au milieu de nulle part, seul ?

Hé bien trois petites choses vont vous devenir famil­ières : le trépied, la télé­com­mande, et le retar­da­teur.

Com­mençons par le retar­da­teur. On en trou­ve sur presque tous les appareils, et ce qui est bien, c’est que ça ne sup­pose donc aucun investisse­ment ni matériel à trans­porter !

Les pho­tos ci-dessus ont été respec­tive­ment pris­es en Roumanie et en Ser­bie. Au milieu d’un champ, je voulais m’amuser à pos­er à côté de mon vélo, fière de mon petit défi per­son­nel (on revient au fait que, même si ce ne sont pas de « grandes » pho­tos, on a quand même envie de les pren­dre, d’abord pour soi). J’ai donc calé l’appareil tant bien que mal sur mon casque, essayant de tir­er par­ti du côté « dans l’herbe ». Ici, le vélo me ser­vait de point de repère pour le cadrage et la net­teté, même si ce n’est pas une franche réus­site !
Sur l’autre image, je suis dans le train et j’ai sim­ple­ment posé l’appareil sur le siège d’en face. Dans les deux cas, il s’agit d’utilis­er notre envi­ron­nement pour coin­cer l’appareil quelque part : un mur, un sac à dos... Et à chaque fois, on enclenche la minu­t­erie et on court se met­tre en posi­tion ! (sans faire tomber l’appareil et sans se cass­er la fig­ure).

Vous aurez en général une dizaine de sec­on­des avec le retar­da­teur. Si ça vous paraît trop juste, vous pou­vez alors utilis­er en plus une télé­com­mande infrarouge (exem­ple chez Canon). Ces petites télé­com­man­des per­me­t­tent de déclencher l’appareil à dis­tance lorsque vous vous trou­vez en face de lui. En cou­plant télé­com­mande et retar­da­teur, on peut alors aller se met­tre au bon endroit, et avoir ensuite le temps de plan­quer le petit bout de plas­tique pour pren­dre la pause.

Et pour finir, le trépied est un très bon acces­soire, for­cé­ment. Il vous per­met de réelle­ment cadr­er comme vous le souhaitez. Si vous ne souhaitez pas en pren­dre un grand, le Goril­la Pod peut être un bon investisse­ment. Par exem­ple, sur la pho­to ci-dessous, je n’avais nulle part où pos­er l’appareil pour faire ce que je voulais. Le Goril­la Pod m’a alors per­mis d’accrocher le boîti­er au dossier d’une chaise. Un coup de minu­t­erie et hop !

 

20 Commentaires

  1. Bon­jour,

    bien vu comme arti­cle, c’est une prob­lé­ma­tique récur­rent. De notre côté, nous avons un trépied de quelques cen­taines de grammes peut encom­brant, léger et sta­ble. Out­re les por­traits, il est égale­ment utile dans cer­taines sit­u­a­tions (faible lumi­nosité notam­ment). Je ne con­nais­sais pas le Goril­la Pod, ça a l’air super pra­tique ! Quel poids fait-il ?

    Arnaud

  2. Le goril­la pod est un chou­ette acces­soire. Il s’accroche à peu près partout : le dos d’une chaise, une barre en met­al, les racines d’un arbre, au vélo... ça rend la pho­to plus ludique (oui oui je m’amuse comme je peux) ! 🙂
    Je fais très peu de pho­tos de nous, quelque unes, en gri­maçant, his­toire d’avoir un sou­venir, parce qu’effectivement, je ne souhaite pas être le sujet. Et comme tu l’exposes ici, l’art de l’autoportrait n’est vrai­ment pas facile.
    J’aime beau­coup le Taj Mahal avec la blouse vio­lette de M. Oreille... Presque har­monieux... Héhé

  3. Ah ! L’occasion par­faite pour te don­ner mon retour sur la rotule Ball­head X 😀
    Enfin, pour com­mencer, voilà encore un sujet intéres­sant... Et tes pho­tos de ce type sont vrai­ment super, elles racon­tent vrai­ment une his­toire, on sent qu’il y a plus qu’une sim­ple pho­to-sou­venir, il y a une démarche artis­tique der­rière... Je ne parviens pas à obtenir ce genre de résul­tat, pour plusieurs raisons : d’abord, je n’ai pas ton imag­i­na­tion, ni ton expéri­ence 😀 Je pense aus­si que je ne pense pas assez mes images en amont, je me dis « il y a une pho­to à faire », et je prends tout de suite l’appareil, alors que je me demande si, finale­ment, il ne vaudrait pas mieux que je m’impose – au moins au début – un « sas » de réflex­ion : « qu’est-ce qui m’intéresse ici ? quelle image voudrais-je en don­ner ? plus pra­tique­ment, que dois-je deman­der à mon/mes modèle(s) pour obtenir ce résul­tat ? ». Ca m’amène à ma 3è rai­son : la patience des mod­èles 😀 Elle n’est pas bien grande chez mes mod­èles favorites, et je dois dire que ça me coupe un peu dans mon élan créa­teur 😀 Bon, je par­le plus du mode « balade », là, car en vacances elles sont plus con­ciliantes, mais c’est vrai que ça reste un paramètre impor­tant et pas tou­jours facile à gér­er, d’autant que je ne suis pas non plus un as des réglages pour le moment :/
    Pour ce qui est de la rotule ball­head X de Joby, elle est excel­lente ! Bon, je n’ai pas d’autre exem­ple de rotule, mais celle-ci me con­vient très bien : réglage lon­gi­tu­di­nal, rotule avec « fente » pour plac­er l’appareil en por­trait, plateau rapi­de, le tout réglé avec des molettes robustes, sou­ples mais bien fer­mes quand on serre la vis... Le touch­er est vrai­ment pro­fes­sion­nel, il inspire toute con­fi­ance. Au final, le plus gros prob­lème que j’ai, c’est son poids, assez impor­tant je trou­ve, surtout que j’ai voulu faire l’économie du pod « expert », et que j’ai donc, pour aller avec, le pod « 3kgs ». Je dois donc faire atten­tion à la répar­ti­tion des mass­es sur les pattes de la bête, surtout avec mon 70–300 tout neuf qui pèse plus de 750­gr... avec mon petit D3100, on est encore loin des 3kgs, donc le pod résiste, mais il faut tout de même réfléchir un peu avant d’obtenir la posi­tion souhaitée avec une sta­bil­ité opti­male.
    Bref, la rotule est nick­el, pour met­tre sur un pod « slr-zoom », ça passe très bien, mais je pense que sur un « focus » (~100€ quand même :p), c’est par­fait.

  4. Ouh là, com­ment j’ai pour­ri les com­men­taires, avec mon gros post, là :-p
    Sinon effec­tive­ment, j’adore le pola du Taj Mahal, qui a un charme incroy­able : ultra-kitsch, cadrage approx­i­matif, pose improb­a­ble, air coincé, tout pour pass­er à la poubelle ! Mais pour­tant, elle attire l’oeil, elle per­met au cerveau et à l’oeil de se rafraichir, de se déten­dre un peu au milieu de pho­tos plus « exigeantes »... 😉

  5. « Je vous con­seillerais d’éviter les trop petites ouver­tures (celles qui font que les oreilles et le bout du nez sont flous quand les yeux sont nets sont dif­fi­ciles à gér­er sans le viseur). » 

    Tu ne voulais pas une grande ouver­ture ? 😛

    Autrement, j’aime beau­coup ta pho­to dans le train mais aus­si celle de vous deux devant le TajMa­hal. Meme si elle est loupée tech­nique­ment, je trou­ve que juste­ment ca lui donne un charme.

  6. Arnaud : je te don­nerai un poids pré­cis ce soir, si tu veux, mais c’est vrai­ment léger et petit. Sur des séjours longs, quand embar­quer un trépied est con­traig­nant, c’est vrai­ment pra­tique. Il faut juste se dire que ça ne rem­place pas non plus totale­ment le trépied, puisque dans cer­taines sit­u­a­tions il ne sera pas facile à accrocher où que ce soit...

    Estelle : j’avais essayé de filmer en accrochant le goril­la pod au vélo. Résul­tat assez médiocre 😀 Mais quand ça bouge pas, ça marche très bien, et ça peut sug­gér­er des angles qu’on n’aurait pas osé ten­ter, c’est vrai !
    On doit avoir un peu les mêmes manies, parce que je n’ai pra­tique­ment pas de pho­tos de moi où je ne fais pas l’idiote... Ces touristes qui se pren­nent en pho­tos entre eux devant tout et n’importe quoi, très sérieuse­ment, m’intriguent tou­jours !

    Mina­mi-o : c’est top d’avoir des retours 😀 Fau­dra que je teste ça, alors !
    Con­cer­nant tes mod­èles, j’en palais ici il y a quelque semaines. C’était sous l’angle cou­ple, mais il doit y avoir moyen d’élargir ! Donc si tu veux y apporter un autre (gros) com­men­taire, c’est avec plaisir ! ^^

    Adil : (effec­tive­ment, petite coquille, je cor­rige, mer­ci !)
    Bon, hon­nête­ment, je ne déteste pas totale­ment cette pho­to, elle me rap­pelle de bons sou­venirs, mais bon... et j’ai quand même choisi un exem­ple qui ne me mochise pas trop non plus, j’avais bien pire ! 😀 (j’ai ma dig­nité !)

  7. @Oreille
    Allez, j’ai aus­si mis un pavé dans cet arti­cle, puisque tu es deman­deuse :p

    @Arnaud
    Je t’avouerais que je ne l’ai pas pesé non plus, mais j’ai vu sur le net qu’il (le mod­èle SLR-zoom, qui tient jusqu’à 3kgs) pesait un peu moins de 250­gr. Ca me sem­ble beau­coup, mais comme j’ai la rotule fixée en per­ma­nence, ça fausse un peu mon ressen­ti... En tous cas, dans un sac ou même à la main, c’est nég­lige­able, et le trans­port n’est pas non plus un prob­lème, puisque tu peux le tor­dre à loisir : je l’ai déjà fixé sur mon avant-bras, sur la ban­doulière de mon sac, etc. A 30€ env­i­ron, c’est un investisse­ment léger pour le bud­get et qui sait se ren­dre utile, sans être gênant.

  8. J’ai lais­sé tomber depuis longtemps l’idée de me faire pren­dre en pho­to devant un mon­u­ment, cet air crisqué ne s’en va pas ! J’ai tou­jours trou­vé les pho­tos « par sur­prise » meilleure. Vu que la per­son­ne ne sait pas qu’on la cible, elle est com­plète­ment naturelle. Et on évite le « mais tu souris ou quoi!! »

  9. Très bon arti­cle (comme tou­jours, hein) !

    À tou­jours voyageur seul je n’ai aucune pho­to de moi et je n’arrive pas encore a me faire a l’idée de « l’autophotographie »

    Par con­tre, si je peux rajouter quelque chose : si les gens pou­vaient éviter les pho­tos d’eux ten­ant les pyra­mides, met­tant les doigts dans les yeux du sphinx ou ten­ant la tour de Pise... c’est nul 🙂

  10. Rgs_ : rah, j’ai tou­jours les V4, moi ! Sinon, le retar­da­teur de chez canon est effec­tive­ment super mal pen­sé... Et ça leur coûterait si cher que ça d’intégrer un inter­val­lomètre, franche­ment ?!?

    Mina­mi-O : j’ai l’impression qu’il fait le même poids que mon télé­phone portable, et à choisir entre les deux.. ^^ C’est quand même un bon rap­port qualité/prix/encombrement !

    Lucie : tu ne prends jamais de pho­tos de toi ? ou tu récupères celles que les autres ont pris­es ?

    Gas­pard : ah, les grands clas­siques... et les pseu­dos effets de per­spec­tives au salar de Uyu­ni aus­si ! Au Taj Mahal, c’était dingue : il y avait des gens qui payaient les pho­tographes locaux pour être pris tous dans la même posi­tion : attra­pant la pointe du bâti­ment... Enfin, comme s’il n’y avait rien d’autres à faire là-bas !

  11. J’en prends jamais, j’ai essayé mais j’aime pas du tout le résul­tat du coup j’ai lais­sé tombé. Mon copain en prend de moi et je les récupère. Il se débrouille pas mal d’ailleurs pour les pho­tos. Ca me met très mal à l’aise d’être devant un objec­tif en général.

  12. Un arti­cle sym­pa­thique et orig­i­nale, qui ne s’est jamais retrou­vé à deman­der de pren­dre une pho­to ! La plu­part du temps, les pho­tos sont mal pris­es ! La meilleur solu­tion est le trépied, reste à savoir com­ment le régler rapi­de­ment !

  13. Lucie : je com­prends 🙂

    Cra­betan : le prob­lème du trépied, c’est qu’il faut le trim­baller, et que tout le monde n’en a pas envie... 

    Livre-pho­to : mer­ci !

  14. Je déteste aus­si les pho­tos très touris­tiques devant les mon­u­ments. Mes préférées sont sou­vent les auto-por­traits avec un paysage mag­nifique en arrière plan.

  15. Je viens de décou­vrir cet arti­cle qui me sera bien utile prochainement.En revanche, ques­tion idiote mais avec le trépied vous n’avez pas peur de vous faire vol­er votre appareil alors que vous prenez la pause 😀 (la stressée de ser­vice je sais).

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest