On a fait les folles à Lübeck

Début août, j’emmenais ma fille dans le nord de l’Allemagne, juste au bord de la mer Bal­tique, dans une petite cité médié­vale nom­mée Lübeck. A chaque voy­age en Alle­magne, j’ai tou­jours eu l’impression que les enfants y étaient très bien accueil­lis, c’était donc l’occasion de le véri­fi­er, et puis de s’amuser, aus­si, toutes les deux enfin sans papa !

Tout com­mence un jeu­di matin dans la ban­lieue parisi­enne. Je m’engouffre dans un taxi, un bébé endor­mi blot­ti con­tre moi. Nous prenons l’avion rien que toutes les deux pour la pre­mière fois, direc­tion Ham­bourg. De là, un métro nous dépose directe­ment à la gare où je saute dans le train. Tout s’enchaîne par­faite­ment, nous arrivons à Lübeck en début d’après-midi, par une chaude journée d’été.
Le cen­tre-ville de Lübeck se trou­ve sur une espèce de petite île for­mée par le croise­ment de deux riv­ières, ce qui ajoute au côté préservé de la petite cité où jadis toutes les maisons étaient en briques rouges, faute de pier­res disponibles dans la région. Grande plaque tour­nante du com­merce du sel, Lübeck se divise en plusieurs quartiers : marins, arti­sans, marchands, ... Cha­cun avec son église, et tout ça sur seule­ment une dizaine de km² !
Alors, pen­dant trois jours, on s’est bien promenées, entre les ruelles, les églis­es, les musées, et la mer juste à côté !

On a fait du vélo

Bon, l’intérieur du cen­tre-ville, c’est essen­tielle­ment des pavés et des côtes. Mais les cyclistes sont omniprésents en Alle­magne, et les réseaux de pistes cyclables sont tou­jours bien faits. Même lorsqu’il s’agit de rouler en ville, on se sent en sécu­rité, l’occasion de prom­e­nades sym­pas pour nous.

IMG_4572

On a fait du bateau

Qui dit canaux, dit bateaux. Le grand port com­mer­cial n’est plus, mais les balades touris­tiques pul­lu­lent. Bon, très hon­nête­ment, c’est loin d’être ce que j’ai préféré : c’est assez cher, 100% en alle­mand (autant dire que je n’ai stricte­ment rien com­pris aux anec­dotes qui fai­saient mar­rer le reste des pas­sagers, et on ne voit pas grand chose de plus que ce qu’on voit déjà à pied. A réserv­er à ceux qui n’ont pas plus d’une journée pour vis­iter Lübeck.
Mais le petit mon­stre a eu l’air d’aimer...

Lubeck_pola5

On a parcouru les rues, cherché les passages secrets, et exploré les ruelles et courettes

Car oui, Lübeck, c’est cette longue rue prin­ci­pale très belle, les places aux mon­u­ments mag­nifiques, mais aus­si des petits pas­sages qui mènent dans des endroits cachés, au charme insoupçon­né. Comme cette cour qui, autre­fois, accueil­lait des veuves de marchands : l’un d’eux avait con­sacré son héritage à bâtir un lieu où celles qui, se retrou­vant sans rien à la mort de leur mari, pour­raient prof­iter gra­tu­ite­ment d’une petite habi­ta­tion. La mai­son des Babaya­gas avant l’heure !

IMG_4194 IMG_4241 IMG_4253IMG_4182

IMG_4177 IMG_4187

On a couru dans les musées

Vous avez vu ce film de Godard, où ils courent dans le Lou­vre ? 9 min­utes pour tout tra­vers­er, qu’ils met­tent. Enchaîn­er les musées à Lübeck tient plus du marathon que du 100m, mais on s’est amusées : un tick­et « speed dat­ing  » à 6€ pour 4 musées, et 15 min­utes dans chaque ! C’est par­ti !

Lubeck_pola4

IMG_4392 IMG_4400 IMG_4411 IMG_4420

Notre tick­et nous a per­mis de vis­iter, dans l’ordre des pho­tos : le musée Willy Brandt, la mai­son Gün­ter Grass, le Muse­um Behn­haus Dräger­haus, et la mai­son Bud­den­brook (notez que la pre­mière se vis­ite aus­si gra­tu­ite­ment). On passe d’un univers à l’autre pour décou­vrir tour à tour la vie d’un grand homme poli­tique alle­mand (chance­li­er et prix Nobel de le Paix), puis un écrivain (si toi aus­si tu as été trau­ma­tisé quand « Le Tam­bour » est passé à la télé...), un musée d’art regroupant entre autres des tableaux d’Edvard Munch et de Cas­par David Friedrich, et enfin d’un autre écrivain très impor­tant pour Lübeck, Thomas Mann (prix nobel de Lit­téra­ture, lui).

On a crié dans les églises

Après avoir moitié déchiré la Bible de l’hôtel, ma fille n’était plus à ça près... C’est bien sim­ple, dès qu’on est dans un lieu qui résonne, il faut qu’elle s’amuse : et « bababa­ba », « ha ! », « ha ! », et que je tends l’oreille pour écouter ma voix, et que je rigole parce que c’est rigo­lo, et encore plus si maman dit « chut ». Nous voilà pour­tant dans des lieux très sérieux.

Lübeck compte plusieurs églis­es (atten­tion, les vis­iter n’est mal­heureuse­ment pas tou­jours gra­tu­it). J’ai une nette préférence pour Sainte-Marie (Marien), avec sa con­struc­tion en briques (la plus haute nef au monde... pour une église en briques !) et son his­toire touchante. Dans un coin, vous ver­rez deux énormes cloches enfon­cées dans le sol : ce sont celles du clocher, que per­son­ne n’a touché depuis qu’elle sont tombées. C’était en 1942, quand la ville fut bom­bardée et en par­tie détru­ite.

Lubeck_pola1 IMG_4162

Cette cène m’amuse beau­coup. Quelque part est cachée une souris porte-bon­heur (pas com­pliquée à trou­ver, tous les vis­i­teurs la touchent, elle est main­tenant toute noire). C’est un hom­mage à Rose­mary, la souris qui aurait jadis prévenu Lübeck d’une attaque prochaine en faisant son nid dans les racines d’un rosier.

On a mangé du marzipan

[pul­lquote align=right] Cafe Niedereg­ger
89 rue Bre­ite
[/pullquote]

Parce qu’on n’allait pas se laiss­er affamer, ni com­mencer à manger saine­ment en vacances, on est allées au fameux café Niedereg­ger. Out­re un rez-de-chaussée rem­plis de sculp­tures en pâte d’amande, il y a aus­si un étage (et une ter­rasse sur la place voi­sine) pour déguster des gâteaux. Et la moitié des gâteaux sont juste­ment à la pâte d’amandes, le marzi­pan étant la spé­cial­ité locale. Autant vous dire que ça cale bien, mais que c’est bougre­ment bon et que la pédi­a­tre ne doit jamais rien savoir. (Oh, ça va, y avait des fruits sur le dessus de cer­tains !)

IMG_4312 IMG_4267 IMG_4284

 

On a été studieuses au musée de la hanse

Le musée est tout neuf et très bien fait, acces­si­ble en plusieurs langues, très immer­sif. On par­court 600 ans d’Histoire, entre gloire, com­merce pro­lifique, et peste.
Pour ceux à qui la Hanse ne par­le pas, je vous ren­voie sur Wikipé­dia, qui l’explique mieux moi !

Lubeck_pola2 IMG_4347_1

On a visité Travemünde

A quelques kilo­mètres de Lübeck, voici Travemünde, son pen­chant bal­néaire. Depuis le cen­tre de Lübeck, c’est très acces­si­ble, avec de nom­breux bus et trains.

IMG_4529 IMG_4533

On est allées à la plage

Et quitte à aller à Travemünde, on va met­tre les pieds dans l’eau de la mer Bal­tique ! J’ai retrou­vé les strand­ko­rb décou­verts à Sylt l’an passé, et on a marché lente­ment sur la prom­e­nade qui longe la plage...

(Une dame déguisée en strand­ko­rb essaie de se cacher dans l’image qui suit.)

IMG_4446 IMG_4464 IMG_4517

On a mangé une glace aux spaghetti

Non, pas une glace au goût de spaghet­ti, mais une glace en trompe l’œil qui fait la joie des petits alle­mands, la kinder spaghet­ti eis : glace à la vanille en forme de spaghet­ti, nap­page à la fraise, et sous-poudrage de choco­lat blanc. Ok, c’est für kinder, mais je ne pou­vais pas la laiss­er manger toute seule, ce n’est pas respon­s­able, et puis il fal­lait que je me plie aux tra­di­tions locales même si elles ne sont plus de mon âge, non ?

Lubeck_pola3

On est montées en haut de Saint Pietri

Pour 3€, un ascenseur vous dépose sur une plate­forme d’observation, vue à 360° su toute la ville garantie ! Le meilleur endroit pour admir­er le couch­er de soleil et ter­min­er en beauté un séjour à Lübeck.

IMG_4215 IMG_4205

Carnet Pratique

Com­ment aller à Lübeck : rien de plus sim­ple ! L’aéroport le plus proche est Ham­bourg, et il est desservi par le métro qui vous mène directe­ment à la gare, d’où des trains par­tent toutes les heures pour Lübeck. En bref, ça se fait très bien pour un week-end pro­longé ! (à not­er que les bil­lets de trains per­me­t­tent de pren­dre le métro, il suf­fit de dire que vous allez de l’aéroport jusqu’à Lübeck puis de Lübeck jusqu’à l’aéroport).

Où dormir : je suis restée à l’hôtel Lin­den­hof, qui a l’avantage non nég­lige­able d’être juste à côté de la gare.

Où manger : le Schif­fer­ge­sellschaft (Bre­ite Str. 2) est l’adresse clas­sique pour les touristes, mais très appré­ciée des locaux. C’est le restau­rant tra­di­tion­nel par excel­lence, avec le cadre mag­nifique, les prix raisonnables, et de bons plats (par con­tre, réservez avant !)

Plus d’infos sur le site de l’Office de Tourisme de Lübeck.

Le pro­jet #Jaime­LAlle­magne est le fruit d’une col­lab­o­ra­tion entre le Col­lec­tif des blogueurs voy­age et l’Office Nation­al Alle­mand du Tourisme. Tous les choix édi­to­ri­aux des bil­lets pro­duits suite à ce voy­age me revi­en­nent.

25 Commentaires

  1. J’ai adoré Lübeck et j’aimerais bien y retourn­er une fois pour la voir d’un nou­v­el œil. J’y étais en voy­age d’étude à mes 18 ans et ça com­mence à dater sérieuse­ment (je me fais vieille...!). Le Cafe Niedereg­ger, quel bon­heur ! Vous avez mangé beau­coup de gâteaux en étant que deux 😛 Je ne peux pas vous en vouloir 🙂

  2. Elle a l’air très sym­pa cette petite ville, j’adore les rues pavées des rues qui n’ont pas per­du leur atmo­sphère d’antan. L’Allemagne est un pays mer­veilleux, très agréable à vivre !

  3. Quel bel arti­cle et mag­nifiques pho­tos.

    Je l’ai lu avec grand plaisir, d’autant plus que Lübeck et moi c’est une longue his­toire... même si je suis inca­pable de me rap­pel­er si oui ou non j’ai vis­ité cette ville. Je m’explique : au col­lège, je fai­sais Alle­mand LV1 et les per­son­nages de mon manuel habitaient Lübeck.
    Dans une des pre­mières leçons, ils man­gent une kinder spaghet­ti eis. 

    Je suis allée trois fois en voy­age sco­laire en Alle­magne, mais impos­si­ble de me rap­pel­er dans quelle ville (les voy­ages lin­guis­tiques, c’est pas des bons sou­venirs pour moi). Je me sou­viens juste que c’était très joli et qu’on est allé à Travemünde. Et que j’y ai mangé une kinder spaghet­ti eis à mon tour. 

    Du coup, tes pho­tos me don­nent envie d’y retourn­er

    1. Tu as dû aller à Lübeck, c’est vrai­ment juste à côté (je crois qu’administrativement c’est même lié) et une guide m’a dit que beau­coup de col­légiens / lycéens français venaient ici.
      Je pense que ça te plairait (mais fau­dra pas pren­dre la carte speed dat­ing !)

    1. Dis­ons qu’avec la glace en train de fon­dre et la petite sur les genoux pressée de tout enfourn­er, c’était pas ter­ri­ble comme pho­to ^^

  4. Je ne con­nais­sais pas du tout Lubeck, mais ça à l’air mag­nifique ! J’aime beau­coup ce type d’architecture qu’on retrou­ve aus­si du côté de la Bel­gique.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest