fbpx

Des tutoriels en vidéo pour apprendre à développer ses photos

Lais­sez-moi vous don­ner quelques con­seils pour retra­vailler vos pho­tos en post-traite­ment ! Quel logi­ciel choisir ? Com­ment débuter ?

Faut-il post-traiter ses photos ?

On entend sou­vent « retouch­er c’est trich­er » : c’est faux, et idiot. Le but du développe­ment n’est pas de rat­trap­er les erreurs de prise de vue (même si ça peut par­fois être le cas) ni de sauver une pho­to ratée. Le but du développe­ment, c’est de don­ner son âme à l’im­age. De la faire ressor­tir.
En cela, post-traiter est, à mon sens, indis­pens­able : c’est la touche finale de chaque pho­to, le moment où on affine le ren­du. Il ne s’ag­it pas, néces­saire­ment, de repren­dre chaque image dans les moin­dre détails, mais plutôt de sub­limer une pho­to en faisant ressor­tir une ambiance.

Sans développe­ment, vous lais­sez l’ap­pareil pho­to décider du ren­du du votre image. Certes, vous maîtrisez l’ex­po­si­tion, l’ou­ver­ture, le cadrage. Mais c’est votre appareil qui va choisir le con­traste et le ren­du des couleurs. C’est pour cela que les pho­tos pris­es directe­ment au smart­phone peu­vent sem­bler plus flat­teuses que les RAW du reflex : le télé­phone va automa­tique­ment ajouter du con­traste et de la sat­u­ra­tion, tan­dis que les RAW seront très neu­tres, au risque de sem­bler « plats ».

Au sommaire

Le matériel

Tuto vidéo : les con­seils pour dévelop­per ses RAW

Ques­tions liées au post-traite­ment

Les logiciels

Pour vous lancer dans le post-traite­ment, il vous faut, bien sûr, un logi­ciel dédié.

  • Light­room : c’est le logi­ciel dédié au développe­ment chez Adobe. Il est (glob­ale­ment) intu­itif et agréable à utilis­er. Il est payant.
  • Pho­to­shop : Pho­to­shop n’est pas un logi­ciel de développe­ment. Vous passerez donc par Cam­era Raw, le plu­g­in inté­gré à Pho­to­shop, sim­i­laire à Light­room, avec quelques fonc­tions en moins (pas de ges­tion inté­grée de cat­a­logue, pas exem­ple). Le prin­ci­pal intérêt de Pho­to­shop, par rap­port à Light­room, c’est que le logi­ciel vous per­met d’aller plus loin dans la retouche pho­to, et d’ap­pli­quer des réglages sélec­tifs de façon très pré­cise.
  • DXO et Cap­ture One : deux logi­ciels payants (chers) mais poin­tus.
  • Dark­table : un logi­ciel open source, dévelop­pé par des pho­tographe. À mon sens, c’est le seul logi­ciel gra­tu­it qui soit réelle­ment util­is­able. (à télécharg­er ici)
  • RawTher­a­pee : logi­ciel gra­tu­it, je le trou­ve dif­fi­cile à pren­dre en main... (à télécharg­er ici)

L’im­por­tant, c’est avant tout que vous soyez à l’aise sur votre logi­ciel. Dans le fond, vous retrou­verez tou­jours à peu près les mêmes réglages, mais cer­tains logi­ciels vous per­me­t­tront plus de finesse que d’autres. Per­son­nelle­ment, je vous recom­mande Light­room, vrai­ment agréable et com­plet, ou Dark­table si vous voulez rester sur un logi­ciel gra­tu­it.

L’ordinateur

Est-ce que vous avez besoin d’un ordi­na­teur puis­sant pour dévelop­per vos pho­tos ? Pas for­cé­ment. Ça dépend de vous : si vous avez un appareil récent qui sort de très gross­es pho­tos (avec plein de mil­lions de pix­els, où chaque RAW pèse plus de 30Mo) et que vous souhaitez vous lancer dans des retouch­es com­plex­es, alors oui. Si vous souhaitez sim­ple­ment ajuster un peu le con­traste, et savez garder votre calme face aux lenteurs infor­ma­tiques, alors vous pou­vez vous con­tenter d’un ordi­na­teur de moyenne gamme.

Per­son­nelle­ment, je jon­gle entre mon ordi­na­teur de bureau con­fort­able (dou­ble écran, tablette graphique) et mon ordi­na­teur portable pen­dant les voy­ages.

Un ordinateur portable pour voyager

Trou­ver un bon ordi­na­teur pour tra­vailler mes pho­tos pen­dant mes voy­ages n’a pas été chose aisée. J’ai testé des note­books ultra-légers mais trop lents, j’ai testé des ordi puis­sants mais bien trop encom­brants...
Aujour­d’hui, j’u­tilise un Dell Pre­ci­sion 5530 : il fait 15′, soit un écran per­me­t­tant de tra­vailler con­ven­able­ment une pho­to sans être trop encom­brant ; il pèse moins de 2kg ; et comme c’est la gamme pro­fes­sion­nelle de Dell, c’est non seule­ment très fiable, mais aus­si très sim­ple de chang­er une pièce s’il le faut (en bref, je vais pou­voir le garder de nom­breuses années !). En out­re, détail non nég­lige­able, la per­cep­tion du ren­du de l’image ne dif­fère pas selon l’inclinaison de l’écran (parce que ça, c’est le cauchemar de tous les pho­tographes, hein !).

Calibrer son écran

À quoi bon peaufin­er ses réglages si, une fois imprimée ou affichée sur un autre écran, votre pho­to n’a plus rien à voir avec celle que vous avez dévelop­pée ?
Avec le réglage d’u­sine, vous avez sans doute l’im­pres­sion que les couleurs de l’écran sont cor­rectes. Pour­tant, c’est rarement le cas. Votre écran a très cer­taine­ment ten­dance à affich­er des dom­i­nantes rouges, ou jaunes, par exem­ple.
Je ne vais pas, ici, ren­tr­er dans les détails tech­niques. Sachez sim­ple­ment que si vous souhaitez tra­vailler vos pho­tos, il est mieux de le faire sur un écran cal­i­bré.

C’est quelque chose de très sim­ple à faire, mais qui demande un out­il par­ti­c­uli­er : une sonde. Vous trou­verez deux mar­ques de son­des : Dat­a­col­or et X‑rite. Vous remar­querez que c’est très cher, aus­si je con­seille sou­vent d’a­cheter une sonde à plusieurs : vous n’en avez pas besoin au quo­ti­di­en et vous pou­vez ain­si cal­i­br­er cha­cun votre écran tous les mois sans y laiss­er une for­tune.

Introduction aux réglages de base sur Camera Raw et Lightroom

Dans ce pre­mier épisode, je vous par­le des réglages de bases com­muns à Light­room et Cam­era Raw, et je vous explique aus­si quelques petites choses à savoir avant de se lancer dans le post-traite­ment.

Les réglages de base dans Light­room et Cam­era Raw

Ces réglages de base sont com­muns entre Light­room et Cam­era Raw. Ils sont glob­ale­ment assez faciles à utilis­er : si vous avez un doute, poussez le curseur à fond et regardez ce qu’il se passe ! Car oui, le meilleur moyen de débuter sur ces logi­ciels reste bien sûr de les manip­uler. Et n’ayez aucune crainte, aucun de ces réglages ne sera défini­tif. Vous pour­rez tou­jours, à tout moment, remet­tre tous les paramètres à zéro.

La balance des blancs : quelle est la différence entre la teinte et la température ?

La bal­ances des blancs joue un rôle pri­mor­dial dans le ren­du des images. Il faut bien com­pren­dre que chaque source de lumière va avoir une couleur dif­férente, et que votre appareil n’est pas en mesure de bien analyser toutes les sit­u­a­tions.
Per­son­nelle­ment, je laisse donc tou­jours la bal­ance des blancs en automa­tique

Exposition, tons clairs, blancs, ton foncés... ?

Le réglage expo­si­tion influe sur la total­ité de l’im­age : la ren­dre plus claire, ou plus som­bre. Mais vous pou­vez décider de faire des réglages plus fins et sub­tils :

  • Les noirs et les blancs sont les deux extrêmes des réglages tons fon­cés et tons clairs.
  • Vous pou­vez donc de don­ner du con­traste en assom­bris­sant les tons fon­cés et en éclair­cis­sant les tons clairs
  • Vous pou­vez débouch­er (éclair­cir) des tons fon­cés d’une image sous-exposées tout en assom­bris­sant les noirs pour don­ner du con­traste
  • Vous pou­vez redonner de la matière dans des zones trop claires en bais­sant les tons clairs
  • Bref, vous pou­vez décider du ren­du de vos image !

La différence entre saturation et vibrance

Le meilleur moyen de com­pren­dre la dif­férence, est encore de pouss­er le curseur au max­i­mum pour voir le ren­du ! La sat­u­ra­tion va « explos­er » toutes les couleurs tan­dis que la vibrance va ren­dre plus vives cer­taines par­ties du spec­tre. La vibrance influera, par exem­ple, très peu sur les peaux, alors que la sat­u­ra­tion rend très vite les gens oranges.

Différence entre vibrance et saturation

De gauche à droite :
pho­to d’o­rig­ine, vibrance à 100%, sat­u­ra­tion à 100%

Comment avoir de beaux ciels bleus sur Lightroom

Dans cette deux­ième vidéo, je vous donne deux astuces pour tra­vailler vos ciels avec Light­room.

Annexes : questions subsidiaires mais capitales !

C’est quoi le RAW ?

Le RAW, c’est un for­mat de fichi­er qui vous per­met d’en­reg­istr­er (et de mod­i­fi­er) de nom­breuses infor­ma­tions. Le fichi­er s’ap­pellera dif­férem­ment selon les mod­èles d’ap­pareil pho­to (.cr2 chez Canon, .nef chez Nikon, ou encore .dng), car il s’ag­it bien sou­vent de for­mats pro­prié­taires dévelop­pés par chaque con­struc­teur.

Si jamais vous avez une vieille ver­sion de Light­room (par exem­ple) qui ne lit pas votre fichi­er RAW, il se peut que ce soit parce que votre appareil est trop récent. Vous avez alors la pos­si­bil­ité de met­tre à jour votre logi­ciel, bien sûr, mais aus­si de con­ver­tir vos fichiers afin de les ren­dre com­pat­i­bles. Pour cela, Adobe a dévelop­pé le petit logi­ciel DNG Con­vert­er.

De l’importance du tri des photos

Tri­er ses pho­tos fait par­tie inté­grante du tra­vail d’un pho­tographe. C’est là que vous allez choisir les meilleures (et unique­ment les meilleures) et/ou créer une série de pho­tos cohérente.
Lors de cette étape, votre but sera autant de repér­er les images qui vous plaisent que d’analyser ce qui pèche dans les autres : c’est le moment d’es­say­er d’avoir un regard neu­tre sur votre pho­tos afin de pro­gress­er, savoir ce que vous avez raté et pourquoi.

Per­son­nelle­ment, je trie mes pho­tos dans le logi­ciel dédié d’Adobe, Bridge. La barre espace per­met de met­tre la pre­mière image en grand écran, puis, avec les flèch­es, on peut les faire défil­er. À chaque image qui me paraît cor­recte, je mets une étoile (pavé numérique : 1, ou CTRL + 1 sur ordi portable). Si j’ai un coup de coeur, il m’ar­rive de met­tre directe­ment plusieurs étoiles à une pho­to.
Ensuite, Bridge per­met de fil­tr­er les fichiers pour n’af­fich­er que ceux ayant reçu un cer­tain nom­bre d’é­toiles. J’af­fiche donc ma pre­mière sélec­tion, et je refais la même manip­u­la­tion, en met­tant 2 étoiles, pour écrémer encore un peu. Et ain­si de suite.

Idéale­ment, il faudrait faire cette sélec­tion à tête reposée, après le voy­age. En réal­ité, ce n’est pas tou­jours évi­dent, et on a sou­vent envie de s’oc­cu­per des pho­tos directe­ment en ren­trant. C’est à cause de ce tri trop pressé qu’on passe par­fois à côté de belles pho­tos, qu’on redé­cou­vre des mois après...

Pourquoi je n’aime pas les presets

J’ai hor­reur des pre­sets. Ou plutôt, j’ai hor­reur des pre­sets qu’on essaie de ven­dre aux débu­tants en leur faisant croire que ça ren­dra leurs pho­tos comme ci ou ça.
Il faut savoir que les pre­sets sont, avant tout, le fond de com­merce de nom­breux pho­tographes (youtu­bers, inst­grameurs, etc.) : leur unique but est de vous ven­dre des pre­sets (sou­vent bien chers). C’est pour cela que vous ver­rez beau­coup de gens en dire du bien, tout sim­ple­ment.

Un preset, c’est quoi ?

Un pre­set, sur light­room ou tout autre logi­ciel, c’est une série de réglages préen­reg­istrés que vous appliquez de façon automa­tique à une pho­to. Et c’est bien là ce que je reproche à cette util­i­sa­tion des pre­sets : on applique les mêmes réglages à des pho­tos pris­es dans des con­di­tions très dif­férentes, alors que l’in­térêt pre­mier du post-traite­ment est juste­ment d’affin­er les réglages pour sub­limer chaque pho­to.

Voici l’ex­em­ple de qua­tre pre­sets téléchargés et appliqués à une même pho­to, puis la pho­to traitée sans pre­set.

exemples de presets gratuits sur lightroom

Le développe­ment est bien sûr une his­toire de goût, mais sur cette pho­to, j’ai choisi de faire ressor­tir les tons rosés du couch­er de soleil tan­dis que les pre­sets, eux, les ont totale­ment sup­primés pour des ciels au ren­du très cyan.

Un pre­set n’a aucun sen­si­bil­ité : il applique les mêmes réglages quel que soit la pho­to.

De manière générale, il me sem­ble bien plus intéres­sant pour un débu­tant d’ap­pren­dre à utilis­er le logi­ciel afin de réus­sir faire ce qu’il souhaite plutôt que tester des pre­sets qui vont retir­er toute per­son­nal­ité à ses images.

Comment installer un preset sur Lightroom ?

pour importer un preset sur lightroom : clic droit puis importer

Si vous désirez tester par vous même, installer un pre­set sur light­room est très facile.

Dans le pan­neau « paramètres prédéfi­nis », faîtes un clic droit puis « importer ». Vous pou­vez cli­quer sur le + pour ajouter un dossier dans lequel vous ran­gerez vos pre­sets, voire en ajouter plusieurs pour vous organ­is­er et les ranger.

Mais alors, quand utiliser des presets ?

Quand vous serez à l’aise avec le logi­ciel et le post-traite­ment, vous com­mencerez à repér­er quels sont les réglages que vous faîtes à chaque fois à l’i­den­tique : rajouter du con­traste, de la vibrance, du vigne­tage, etc. Vous serez alors en mesure de créer votre pro­pre pre­set (un pour la base, un pour les couch­ers de soleil, un pour les paysages ver­doy­ants, un pour les plages en pleine journée, un pour les por­traits, etc.) puis, surtout, d’affin­er les réglages après chaque appli­ca­tion du pre­set.

Le but d’un pre­set doit être de vous faire gag­n­er du temps, pas d’imiter les ren­dus de quelqu’un d’autre !

2 Commentaires

  1. Bon­jour Aurélie,
    Sym­pa le petit tuto post traite­ment !
    J’u­til­i­sais RawTher­a­pee jusqu’à il y a quelques mois. Sym­pa mais un peu lim­ité et pas très ergonomique.
    Depuis je suis passé sur un logi­ciel que j’ai décou­vert sur youtube : Lumi­nar 3. Il est assez com­plet et per­son­nal­is­able comme logi­ciel pour le prix. Juste un peu gour­mand par con­tre au niveau du pc...
    Con­nais tu ce logi­ciel ?

  2. Très sym­pa de te voir en vidéo. C’est bien que tu aies abor­dé le fil­tre polar­isant dans ce petit tuto. Le polar­isant a un ren­du très naturel. Comme toi je recom­mande le tra­vail sous Light­room, qui est vrai­ment très com­plet, du cat­a­lo­gage à l’ex­por­ta­tion en pas­sant évidem­ment par la case traite­ment... Tuto pour débu­tants sim­ple et effi­cace.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest