Maudits touristes – manuel de survie à l’usage du photographe voyageur misanthrope

Le touriste, c’est cet être qui nous gâche nos vacances. On fait 15.000 kilo­mètres pour s’éloigner du boulot, décou­vrir un nou­veau pays. On s’installe tran­quille­ment dans ce si char­mant petit café recom­mandé par le Routard, et bam, voilà qu’on entend par­ler français à la table d’à côté.
Il y a ceux avec qui on va sym­pa­this­er un peu, juste pour partager un taxi. Ceux qui vont rire fort, n’apprendront pas un mot de la langue locale, et nous fer­ont honte. Et puis il y a les touristes pho­tographes. Non, je ne par­le pas de ceux qui vont s’incruster dans ton cadre avec leur satanée perche à self­ie. Non, je par­le de ceux qui essaient de faire des pho­tos.

Trois règles de survie

Parce que l’homicide est générale­ment puni dans la plu­part des pays, et parce que l’énervement n’aide pas à pren­dre de bonnes pho­tos, bien au con­traire, il va fal­loir vous déten­dre. Vous pen­siez être seul dans cet endroit mer­veilleux ? Vous croyiez être l’unique lecteur du Lone­ly Plan­et à avoir surligné « point de vue extra­or­di­naire » ou « vil­lage authen­tique » ? Hé bien non. Mais ras­surez-vous, s’il y a du monde dans les lieux touris­tiques, c’est qu’ils ne sont pas touris­tiques pour rien.

Arrêter de regarder ce que font les autres

C’est la règle de base. Vous essayez de faire des pho­tos, mais vous enten­dez telle­ment d’obturateurs s’activer autour de vous qu’il vous est dif­fi­cile de vous con­cen­tr­er. Vous regardez le cadrage de ce gros russe, là-bas, en pen­sant avec dédain que sa pho­to sera sans doute ratée. Vous repérez la petite japon­aise, au loin, qui a vrai­ment eu une bonne idée en mon­tant sur ce promon­toire. Oh, et ce type en gilet de reporter qui bal­ance son flash à tout va...

Pour qui faites-vous des pho­tos ? Pour vous. Alors pensez à vous. Allongez-vous par terre si ça vous per­met d’avoir le cadrage que vous souhaitez, regardez les lieux sous tous les angles, soyez créat­ifs, et libérez-vous de ce que font les gens autour de vous.

Ne pas hésiter

Cette règle découle de la précé­dente : n’ayez pas peur d’être ridicule. Ce sont vos pho­tos et votre voy­age. Si vous avez envie d’essayer de met­tre le flash ? Vous voulez planter votre trépied ? Faites-le.

Ne pas S’ÉNERVER quand on est suivi

C’est le trait de car­ac­tère le plus agaçant du touriste pho­tographe : lui, il n’a pas encore réus­si à dompter ses chakras pour ignor­er ce qu’il se passe autour. Il erre, boîti­er autour du cou, en se deman­dant quelle pho­to pour­ra impres­sion­ner ses copains. Manque de bol, il n’a pas d’imagination. Et puis voilà qu’il vous repère, vous qui avez un gros boiti­er et sem­blez savoir à peu près l’utiliser. Il vous observe de loin dans un pre­mier temps, essayant de devin­er vos cadrages, puis réalise que ce point de vue n’est pas mau­vais. Le voilà qui emprunte vos pas pour déclencher aux mêmes endroits que vous.
Intérieure­ment, vous vous dites que c’est un crétin, que ça ne sert à rien, mais vous avez quand même cette petite peur secrète qu’un coup de chance lui fasse pren­dre de meilleures pho­tos que vous, alors que ce n’est qu’un vul­gaire copieur.

Vous pour­riez l’ignorer, ou même être flat­té qu’on vous copie. Mais s’il vous agace trop, il existe une astuce de nin­ja : le semer en pho­tographi­ant des trucs pas intéres­sants. C’est sim­ple, il suf­fit de repér­er une grosse pierre, ou un arbre un peu moche, puis de com­mencer à le pho­togra­phi­er sous tout les angles. Cherchez les gros plans sur les petits cail­loux, prenez l’air fasciné. Et patien­tez jusqu’à ce que le mal­otru aban­donne.

Comment prendre des photos sans personne dessus ?

technique 1 : Se lever tôt

 Photographier les geysers 2010_07_26_6824

Ci-dessus, vous voyez un geyser en Islande. Vu comme ça, on ne dirait pas, mais en journée, le lieu est bondé : les touristes descen­dent par dizaines de cars qui font le tour de l’île. L’autre image, c’est tout sim­ple­ment le Taj Mahal, en Inde (et Mon­sieur Oreille). Et là, je pense que je n’ai pas besoin de vous dire qu’on y croise beau­coup de monde !

Le point com­mun de ces deux images ? Je me suis lev­ée tôt.
En Islande, nous cam­pi­ons à côté du site, et avons donc pu le vis­iter à notre aise en dehors des heures où la foule s’y presse (la plu­part des gens ne font que pass­er, en pleine journée). En Inde, nous étions là à l’ouverture du Taj Mahal, pas très frais, mais présents.

Eviter les heures d’affluence est une bonne tech­nique pour échap­per à la foule (oui, c’est logique, en fait.)

technique 2 : Mettre les touristes hors champ

IMG_9118_Afrique-du-Sud_020

Voici une image prise en Afrique du Sud. Le phare de Cape Point, juste à côté du Cap de Bonne Espérance. Je n’avais pas le choix des horaires, j’y étais en pleine journée, et il y avait donc du monde. Alors j’ai joué avec la végé­ta­tion : le groupe qui mon­tait l’escalier au moment où j’ai déclenché est caché par une grosse feuille !

technique 3 : la pose longue

pose_longue_londres

 

Je choi­sis volon­taire­ment une pho­to où l’effet n’est pas abouti mais plus vis­i­ble : c’est à Lon­dres. Avec un fil­tre ND400, j’ai pu laiss­er ouvert pen­dant plusieurs sec­on­des mal­gré la lumière du jour. Ain­si, vous voyez que tout ce qui a bougé pen­dant les quelques sec­on­des en ques­tion, a lais­sé des traînées « fan­tômes ». Si j’avais lais­sé ouvert plus longtemps, ils auraient dis­paru com­plète­ment : n’aurait été vis­i­ble sur la pho­to que ce qui est immo­bile : les bâti­ments.

TECHNIQUE 4 : photoshop

IMG_9080_Afrique-du-Sud_019 IMG_90802

C’est le recours ultime, et peut-être le plus sim­ple, en tout cas sur place. Les touristes fai­saient la queue pour pos­er devant le pan­neau « Cap de Bonne Espérance ». Dif­fi­cile de leur dire « lais­sez-moi deux min­utes, vous gâchez ma pho­to ». Et ils s’enchaînaient trop vite pour pou­voir pren­dre une pho­to entre deux pos­es. Alors du coup, je me suis mise dans un coin, j’ai fait le cadrage que je voulais, puis j’ai déclenché plusieurs fois pen­dant qu’un japon­nais se fai­sait mitrailler.
Ensuite, sur ordi­na­teur, j’ai super­posé deux pho­tos. Avec un coup de gomme (ou les masques de fusion), il suf­fit de mas­quer le per­son­nage pour faire appa­raître le paysage, ou de mas­quer le paysage pour mul­ti­pli­er les japon­ais !

40 Commentaires

    1. C’est l’hôpital qui se fout de la char­ité... Une fois sur deux, vous oubliez de citer vos sources sur Pho­totrend.

  1. Haha­ha­ha, bien vu la tech­nique du cail­lou pour esquiver le fourbe copieur ! 

    Mer­ci pour ces con­seils ! Je vais tach­er d’appliquer ca... Mais sinon, en se moment j’essaye de pren­dre des pho­tos depuis un cheval haha­ha­ha, je sais pas si tu as des trucs pour ca 😀 ?

  2. La patience est aus­si de mise. J´étais à une représen­ta­tion de sol­dats et j´avais mon appareil à la main, sans trépied avec le focus sur les sol­dats en attente du coup de feu des canons pour avoir la fumée dans l´action de ma pho­to. J´ai patien­té de très longues min­utes afin d´être prête exacte­ment au bon moment. Un guide a remar­qué le fait que j´étais en attente prête à déclencher au par­fait moment. Lui-même pho­tographe pas­sion­né, il est venu me par­ler à la fin de la représen­ta­tion et nous a accom­pa­g­né pen­dant près d´une heure autour de la for­ti­fi­ca­tion pour me mon­tr­er ses pris­es de vues préférées!!! Au grand dés­espoire de mon amoureux et de mes enfants!!! Le guide m´a trans­mis quelques secrets des lieux et des chemins à pren­dre dans les envi­rons pour avoir d´autres clichés spec­tac­u­laires et inédits ! J´ai adoré cette expéri­ence ! Le tout sans atten­dre rien en retour !

  3. J’ajouterai aus­si l’attente.
    Quand il n’y a pas beau­coup de touristes et que par­fois au bout de quelques min­utes il peut y avoir per­son­ne.
    Un peu de patience et hop le tour est joué :).

  4. Mer­ci pour ton joli blog très intéres­sant. Je viens de finir ton livre, je crois qu’il va me per­me­t­tre de tra­vailler à amélior­er mes pho­tos petit à petit. Il faut aus­si que j’apprivoise mon appareil pho­to.
    Con­cer­nant les méchants touristes, je suis plutôt du genre à jouer avec la végé­ta­tion et me lever tôt (très tôt). Je crois que c’est parce que mes par­ents m’ont répétés un cer­tain nom­bre de fois que « le monde appar­tient à ceux qui se lèvent tôt » ... Et qu’ils m’ont sou­vent révéil­lées à l’aube étant petite pour par­tir en ran­do 🙂

  5. Dernière idée par­tir dans des coins plus reculés pour être tran­quille ou faire un peu de marche depuis l’endroit super touris­tique pour avoir moins de monde... Pour la pause longue, je le fais très rarement parce qu’il faut avoir le trépied mais je vais essay­er à nou­veau un peu....

  6. Cet arti­cle me rap­pelle telle­ment de sit­u­a­tions 😉
    Per­son­nelle­ment, je fais de la vidéo et les prob­lèmes sont sen­si­ble­ment les mêmes. On trou­ve le bon plan et 2 sec­on­des après avoir débuté l’enregistrement, un indi­vidu vient se met­tre entre l’objectif et votre cible.
    ... Sinon pour les pho­tos, mon meilleur ami c’est pho­to­shop, pas un alle­mand ne lui résiste.

  7. J’aime beau­coup le ton humoris­tique de cet arti­cle.
    Et pourquoi pas inté­gr­er ce fameux touriste sur la pho­to et faire des séries à la Mar­tin Parr ?

  8. Pas mal l’astuce du petit cail­lou inin­téres­sant 😉
    Même si je n’en ai pas besoin car je suis debu­tante donc per­son­ne ne me suit 🙂 mais je ras­sure, je ne suis pas du genre à suiv­re non plus, j’essaie de me faire la main tte seule :p

  9. Soit l’article est à pren­dre au 30ème degré, soit il pue le mépris et la pré­ten­tion. C’est bien dom­mage parce que les astuces sont très intéres­santes.
    Mais cracher sur le touriste quand on en est soi-même un, mépris­er les per­son­nes lamb­das qui pren­nent des pho­tos ( et qui veu­lent en faire des jolies aus­si, en quoi est-ce digne de reproche ? ) , red­outer que ces mêmes per­son­nes en pren­nent des aus­si, voir plus jolies que vous ... c’est d’une tristesse !

  10. Tout à fait d’accord avec ces con­seils, surtout d’arrêter de vouloir pren­dre les même pho­tos que les autres touristes. Car sinon, autant ne pas faire de pho­to et aller piocher sur google images au retour ! 🙂

  11. Bon­jour à tous, très bon arti­cle. Quand une pho­to me tient à cœur « j´utilise » mon mari pour « blo­quer » les touristes 2 sec­on­des le temps de pren­dre ma pho­to, en ayant fait tous les réglages avant bien sur ! Il n´y a rien de plus agaçant que ceux qui ne savent pas se servir de leur gros appareils et quand leur tour vient pour pren­dre la pho­to ils n´ont pas fait leurs réglages!! Mais si on demande aux gens d´attendre 2 sec­on­des ils le font ! Bon évidem­ment pour le Taj Mahal c´est mort ! Bonne journée à tous

  12. J’ai ten­dance à me lever tôt ou à venir plus tard sur les lieux touris­tiques. J’aime pren­dre de la hau­teur ce qui lim­ite aus­si le monde.
    Sinon l’ouverture longue faut se promen­er avec un trepied ce qui est par­fois com­pliqué.

  13. Je sais pas com­ment je me sens par rap­port à Pho­to­shop per­so... Autrement tu as raisons avec les autres con­seils. J’ai aus­si envie de dire : pourquoi ne pas aller dans des lieux moins touris­tiques ?

  14. Le pas­sage sur com­ment semer un pot de colle m’a bien plu. Tu as aus­si ceux qui te col­lent ou qui regarde ce que tu pho­togra­phies avec un air incré­d­ule, genre elle est bar­jo celle là. ça m’est arrivé plusieurs fois soit lorsque je pre­nais de droles de posi­tions pour ten­ter de trou­ver un angle sym­pa ou alors quand je pho­tographi­ais tout à fait autre chose que le point d’intérêt du lieu (par exem­ple des oiseaux en train de faire leur nid dans des ruines en Turquie, y’avais des nuages d’oiseaux et pas un vis­i­teur ne s’arretait pour les regarder, pos­er tran­quille­ment avec mon appareil, des gens s’arretait pour me deman­der ce que je regar­dais alors qu’il y avait des cen­taines d’oiseaux ...). Comme quoi, on ne voit que ce que l’on veut bien voir. Et par­fois à force de trop chercher à faire The belle pho­to, on passe à côté d’autres choses. Mer­ci pour tout ses con­seils. Je pense que je vais tester les fil­tres ND d’ici peu ...

  15. Arti­cle très sym­pa. J’adore que ce soit écrit sur le ton l’humour. On a tous eu la même envie un jour d’en taper un, mais bon on est civil­isé alors... 😉 Plus sérieuse­ment, même si par­fois les touristes peu­vent nous énerv­er, je pense qu’on peut essay­er juste­ment d’en faire un atout sur nos pho­tos .

  16. Alors là, pour le coup, ça sent le vécu. Et je sais trop ce que c’est. Le nom­bre de fois où je m’énerve intérieure­ment... Ah, je ne suis pas la seule... Le pire c’est en vidéo. Quand tu tournes, tu as tou­jours un con qui arrive en retard et qui n’a pas enten­du le début ou qui entre dans le champs de la caméra et qui évidem­ment ne l’avait pas vu. Ahhh, dure, dure, la vie des fois ! Mais bon, on rel­a­tivise vite quand on se rend compte de la chance qu’on a de faire ce qu’on aime.

  17. Pas mal du tout la tech­nique du « je pho­togra­phie n’importe quoi pour faire fuir les copieurs », à tester au plus vite pour ma part !

  18. La pho­to du Taj Mahal est juste sub­lime... Je déteste aus­si lorsqu’il y a des gens sur mes pho­tos lol, mais lorsqu’il y a un mou­ve­ment de foule c’est dif­fi­cile à éviter.... Je suis partagée pour pho­to­shop... D’un côté pourquoi pas, mais de l’autre ça reste de la « triche ».. lol
    Et sinon je con­nais­sais pas du tout la tech­nique que tu as util­isée à Lon­dres, j’aime beau­coup !

  19. Mer­ci pour tous ces con­seils, c’est vrai que par­fois la horde de touristes peut être ultra frus­trante ! On a dû patien­ter de longues min­utes pour pren­dre une pho­to potable du Charg­ing Bull à NYC et encore, il y a un touriste dessus ! On apprend encore à dompter notre tout nou­veau reflex pour le blog et c’est sûr, on va éplucher ton blog ! 🙂

  20. Etant à l’heure actuelle un peu nulle en pho­to, je sais pas trop dans quelle caté­gorie je me place. J’observe beau­coup ce qui se passe autour de moi, mais prin­ci­pale­ment parce que je n’aime pas gên­er les autres, alors je véri­fie que je ne suis dans le champ d’action de per­son­ne ou, à tout, le moins, j’évite de pass­er devant quelqu’un qui prend la pose (c’est le genre de choses qui m’énerve au plus haut point, quand cela m’arrive). Cela dit, j’ai ten­dance à davan­tage pren­dre en pho­to les trucs poten­tielle­ment « inutiles » comme les cail­loux ou les oiseaux dans le ciel mais prin­ci­pale­ment parce que je trou­ve ça chou­ette 🙂

    P.S. : La pho­to du Taj Mahal est mag­nifique !

  21. Bon­jour,
    j’adore ton blog et mille mer­ci pour tous ces con­seils, pour ta générosité.
    J’ai une petite ques­tion, je ne sais pas trop d’ailleurs si c’est le bon endroit pour la pos­er.
    Pour ajouter des pho­tos à un blog pho­to ou un blog de voy­age , quel est le for­mat idéal pour que mon site ne rame pas au charge­ment ?
    mer­ci infin­i­ment

  22. Oh mon dieu comme je suis d’accord ! Surtout les asi­a­tiques qui pren­nent 5–10mn à se pren­dre en pho­to et se retrou­ver avec 15000 pho­tos à tri­er pen­dant que toi tu attends (patiem­ment) qu’ils aient finis !
    Supers con­seils, supers arti­cles et super blog, vrai­ment pleins de bons con­seils ! 🙂

  23. Je décou­vre avec plaisir le blog, et en par­ti­c­uli­er ce bel arti­cle qui exprime bien la frus­tra­tion de chaque pos­sesseur d’appareil pho­to, que ce soit un smart­phone, un reflex, ou le dernier M10

    Très dis­cret par nature et de peur de déranger les autres, j’attends par­fois des plombes, tous les réglages déjà effec­tués, le créneau d’une sec­onde entre deux touristes. Je pense que con­cili­er le plaisir de la pho­togra­phie à celui de la décou­verte de lieux touris­tiques ne peut se faire qu’en dévelop­pant une fameuse dose de philoso­phie. Avec le temps, on apprend aus­si à renon­cer ; on détecte les cas où il est totale­ment inutile d’attendre le bon moment, sous peine de pren­dre racine et de se nour­rir de Maalox et de cal­mants 🙂

    Démo­phobe pris à tord pour un mis­an­thrope, je préfère associ­er la pho­to aux espaces désertés, mais dans les lieux touris­tiques j’ai sou­vent eu de très belles sur­pris­es, de gens qui par cour­toisie atten­dent un instant que l’on prenne la pho­to, ou font atten­tion et passent der­rière pour ne pas gên­er la prise de vue. Un petit clin d’oeil, un mer­ci, un échange de sourires, et tout est fait.
    Par con­tre, il est vrai que j’ai aus­si sou­vent pesté con­tre l’une ou l’autre per­son­ne, qui en ayant pour­tant bien vu que je suis occupé à pren­dre une pho­to, te bous­cu­lent et se plantent ensuite car­ré­ment devant ton objec­tif pour pren­dre leurs pho­tos. Et ce com­porte­ment sans cour­toisie et sans aucun com­plexe n’est pas lim­ité aux « pros » ou au con­traire à ceux qui con­fondent la face avant et la face arrière de leur appareil ; c’est pure­ment dépen­dant de l’individu.

    Nous sommes finale­ment tous des touristes, et on doit bien com­pren­dre que cha­cun désire, peu importe son niveau de maîtrise ou son matériel, en retir­er quelques clichés.

    Mer­ci encore pour le plaisir que m’a procuré cette lec­ture, bonne con­tin­u­a­tion, et je sens que je vais dévor­er les autres arti­cles qui font un peu rêver entre deux voy­ages...

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest