fbpx

Week-end aux Contamines : on fait quoi, à la montagne, en hiver, quand on ne sait pas skier ?

Pour com­mencer 2013 en beauté, j’ai passé le pre­mier week-end de l’année à l’UCPA des Con­t­a­mines. Mon idée était dou­ble : décou­vrir un peu plus la région que j’avais entrap­erçue à l’automne, en étant invitée au Grand Bivouac d’Albertville, et répon­dre à la ques­tion annon­cée en titre ici-même : on s’occupe com­ment, à la mon­tagne, en hiv­er, lorsqu’on ne sait pas ski­er ?

Alors, avant de don­ner quelques élé­ments de réponse (for­cé­ment, en un week-end, cette liste n’est pas exhaus­tive !), il faut que je vous avoue que ce week-end m’a quand même don­né envie d’apprendre à ski­er. Autant descen­dre des pistes ne m’attire pas, autant j’aimerais beau­coup pou­voir faire des ran­don­nées à ski.
En réal­ité, le côté « gross­es sta­tions, remon­tées dans tous les sens, pistes damées toutes les nuits... et pas un brin d’herbe qui repousse en été », m’a tou­jours inter­pelée. Si je vais en mon­tagne, c’est pour la nature, pas pour faire du manège avec les parisiens que je dois déjà sup­port­er à longueur de semaine, oh !
Et c’est là l’avantage des sta­tions comme Les Con­t­a­mines : non seule­ment ça reste famil­ial et à taille humaine (pas de pim­bêch­es attifées d’animaux morts assor­tis à leurs skis Vuit­ton...), mais en plus c’est proche d’une réserve naturelle (ce sera ma frus­tra­tion du week-end : ne pas avoir eu le temps d’y faire un tour en raque­ttes).


L’UCPA, je ne con­nais­sais pas du tout mais c’est une asso­ci­a­tion qui a pour but de faciliter l’accès des jeunes (enfin, des moins de 39 ans, donc les mi-vieux sont admis) à des sports assez éli­tistes. Ils ont des cen­tres un peu partout, avec dif­férentes activ­ités et, aux Con­t­a­mines, on apprend notam­ment... à ski­er. Je vous laisse regarder leur site pour plus d’infos mais ce que j’ai retenu, c’est qu’ils pro­posent des stages pour les débu­tants (les gens qui, comme moi, n’ont jamais chaussé un ski) et que, tout com­pris (loge­ment, loca­tion des skis, for­fait remon­tées mécaniques, moni­teur...) (mais pas trans­port), ça revient à moins de 500€ la semaine (et on peut venir en cou­ple). Du coup, peut-être que l’hiver prochain, je ten­terai le coup...


Mais revenons à l’hiver 2012–13 et à moi, qui ne sais pas ski­er. Fig­urez-vous d’ailleurs que même les skieurs sont de plus en plus deman­deurs d’activités dif­férentes, pour vari­er les plaisirs...

Bouffe et patrimoine

For­cé­ment, la (Haute-)Savoie en hiv­er, c’est le roy­aume des plats pleins de fro­mage : raclette, tar­ti­flette, etc. Puis, il y a les tartes aux myr­tilles, les choco­lats, et les vins chauds. Bref, le par­adis des bons vivants qui enchaîneront les restau­rants entre deux siestes.
Aus­si, il y le côté pat­ri­moine parce que, mine de rien, en France, on a pas mal de chance sur ce plan-là. Ain­si, j’ai vis­ité quelques églis­es typ­iques et une vieille ferme (les vis­ites sont gra­tu­ites, deman­dez à l’Office du Tourisme des Con­t­a­mines) du XVI­I­Ième siè­cle, l’occasion de décou­vrir à quoi pou­vait ressem­bler la vie dans les mon­tagnes il y a quelques siè­cles.






Traîneaux

On pensera naturelle­ment aux traîneaux à chiens. Un mush­er, une meute, et hop, on glisse. Mais per­son­nelle­ment, j’ai plutôt testé le traîneau à cheval. C’est moins sportif (même si quand le cheval a envie de galop­er, il peut aller rel­a­tive­ment vite !) mais idéal pour une famille et, surtout, l’intérêt c’est le « chauf­feur ». Jean­not dirige avec sa femme l’Auberge de Colom­baz (04 50 47 01 50 ou 06 88 45 98 10), sur les hau­teurs. Il vient nous chercher en bas du chemin, et c’est par­ti pour l’ascension. Régulière­ment, il s’arrête, nous racon­te une anec­dote, nous explique ce qu’il faut voir, et nous mon­tre le Mont Blanc quand il appa­raît enfin.




Luge

Une fois arrivés à l’auberge, on peut manger et se réchauf­fer en admi­rant la vue et, en ce pre­mier week-end de l’année, le temps était par­ti­c­ulière­ment clé­ment : grand ciel bleu bien dégagé. Mais du coup, pour redescen­dre, on reprend le cheval ? Non, le con­cept de l’auberge et plus amu­sant : on vous prête une luge. Je n’étais pas for­cé­ment super à l’aise (le chemin n’est pas très large et tout en lacets) mais on retrou­ve vite son âme d’enfant lorsqu’on com­prend com­ment frein­er et tourn­er avec ses pieds !


Comme je le dis­ais en début d’article, cette liste n’est bien sûr pas exhaus­tive : en un week-end, dif­fi­cile de tout tester. Mais l’éventail des activ­ités est large, et on en trou­ve pour tous les goûts.

31 Commentaires

  1. Wahou, cela donne envie!! Surtout le traineau à chien/ cheval ! 🙂

    Il faut que tu essaies le ski quand tu auras l’occasion ! Je n’en avais jamais fait avant l’année dernière à mon arrivée en Suisse, et pen­sais que cela prendrait des siè­cles avant de réus­sir à peu près. Finale­ment, cela va assez vite d’apprendre à ski­er de manière basique et se faire plaisir !

    Je n’ai pas encore essayé le ski de ran­do ni les raque­ttes mais cela me tente bien aus­si !

    Lau­rène

    1. En théorie, à la fin du stage d’une semaine, on est capa­ble de se débrouiller tout seul. On ne fera pas des sauts de fou ni du hors piste, mais ça suf­fi­ra pour se faire plaisir ! Ver­dict à l’hiver prochain !

  2. Les gross­es sta­tions ont aus­si leur pat­ri­moine et cen­tre d’intérêt mais si on veut éviter les gens des villes il faut y aller hors sai­son. Il y a une semaine en jan­vi­er où il n’y a per­son­ne sur les pistes et presqu’autant dans les vil­lages.

    Tout le monde est sym­pa et est disponible,en peri­ode de vacances c’est une autre his­toire.

    Pour le ski ça dépend de ta pra­tique des sports de glisse et de ton sens de l’équilibre.
    Le ski de ran­don­née est un peu plus tech­nique à cause des con­di­tions de neige non pré­parée, mais ca reste acces­si­ble.
    Le ski de fond peut aus­si être une entrée dans le monde la glisse.

    1. Franche­ment, je crois que même vide, j’aurai du mal à aller à Courchev­el (etc.). Là, le vil­lage était vrai­ment mignon, sans gross­es bar­res pour vacanciers. Mais après, c’est vrai que j’ai beau­coup de préjugés, et que ça n’est pas for­cé­ment la réal­ité...

  3. Bel arti­cle et mag­nifiques pho­tos (pour chang­er !). Tout cela donne envie d’aller à la neige...
    Petite ques­tion pra­tique : com­ment fais-tu pour obtenir des pho­tos si équili­brées avec le soleil de face ?

    1. Je shoote en RAW, ce qui me donne la pos­si­bil­ité de rat­trap­er de la matière dans les extrêmes, et surtout, j’utilise la mesure spot, pour gér­er l’exposition (dans ces cas-là, l’appareil n’est pas très intel­li­gent). Fau­dra que je fasse un arti­cle sur le sujet !

  4. Héhé, les con­t­a­mines, c’est claire­ment un chou­ette coin !
    Je partage assez ton avis sur l’industrie du ski alpin qui « détéri­ore » les mon­tagnes, mais tout le monde ne peut pas faire du ski de ran­don­née « alpin » en mon­tant avec des peaux de chamois/phoques et en descen­dant hors-piste avec tous les dan­gers que cela représente...
    Je vais faire du ski alpin dans quelques semaines mais dans mon esprit, c’est la dernière fois. Les grands espaces vierges prof­ita­bles en ski de fond, ski de ran­don­née nordique (du ski de fond mais hors piste ^^), raque­ttes, traineau me sem­blent être un ter­rain de jeux plus « naturel » et incite plus à la con­tem­pla­tion.
    Le ski alpin, pour la plu­part des gens, c’est pour les sen­sa­tions et non pas l’environnement, la mon­tagne.. Il y a donc une grosse nuance à ce sujet 🙂

    Atten­tion aux raque­ttes, der­rière cette pra­tique « facile » excel­lente dans les mas­sifs doux (Jura, Vos­ges, cer­tains coins du Mas­sif cen­tral) ou les plateaux (ver­cors, char­treuse) mais dans les mas­sifs à plus forte porte (alpes, pyrénées) on s’expose aux mêmes dan­gers qu’en ski de ran­do (avalanch­es, glis­sades, etc..), je le sais car j’en ai essuyé les frais récem­ment (une neige bonne puis d’un seul coup, devenu dur et paf, bon­jour la glis­sade)...

    Enfin, pour la réserve naturelle des con­t­a­mines, c’est clair qu’elle est top, si tu peux y aller l’été, je pour­rais te con­seiller quelques balades ^^

    En espérant que tu aies envie d’approfondir les décou­vertes « nordiques » ^^

    1. Je ne con­nais pas encore (enfin, pas du tout !) toutes les sub­til­ités des dif­férents types de ski. Tout ce que je sais, c’est que je veux être en pleine nature et prof­iter des paysages sans chercher la vitesse \o/ C’est de la même manière que je conçois le vélo ou la ran­do d’ailleurs : pas d’exploit sportif, juste aller lente­ment et observ­er.
      Je te poserai prob­a­ble­ment des tonnes de ques­tions bien­tôt, alors !

      1. Effec­tive­ment en lisant les autres com­men­taires, je me suis dit qu’un petit éclair­cisse­ment ne serait pas de refus :
        – le ski alpin : c’est ce qu’on trou­ve dans les grande sta­tions. on te monte en haut par un télés­ki et tu descends une piste damée et « sécurisée ». le plus acces­si­ble pour le plaisir de la « descente », sen­sa­tions et glisse. cela demande de bien savoir schuss­er et de s’arrêter en toute cir­con­stance donc de pren­dre des cours si besoin est.
        – le ski de fond/nordique : là tu avances en pous­sant les skis et garde l’équilibre avec des bâtons sur des pistes damées en boucle (soit sur des rails ou alors en « skat­ing ». quelques cotes, et quelques descentes plutôt douces. c’est plus endurant et « naturel » car le rythme lent te per­met de con­tem­pler le paysage. ne demande presque pas de tech­nique, juste de savoir garder l’équilibre, savoir marcher en pas de canard dans les cotes et d’avoir un peu de souf­fle
        – ski de ran­don­née (alpin): tu montes par tes pro­pres moyens avec des peaux de phoque directe­ment sur la mon­tagne sur des pentes raides, en suiv­ant un itinéraire bal­isé et tu descends en « hors piste » là aus­si sur des pentes raides (alpes, pyrénées). demande une excel­lente con­nais­sance du ter­rain, con­di­tions physiques, une expéri­ence sur les pentes, type de neige, matériel très spé­ci­fique. bref « dan­gereux » si on y va à l’arrache, mais c’est à la mode pour le côté « naturel ». en général, du gros dénivelé.
        – ski de ran­don­née (nordique): comme le ski de fond, tu avances avec les skis, mais sur des faibles dénivelés et à vitesse faible. moins de risques de chutes, glis­sades, avalanch­es en rai­son de reliefs plus doux. cela s’apparente à de la balade hors piste avec con­tem­pla­tion des milieux naturels. con­nais­sance du ter­rain, maîtrise ori­en­ta­tion indis­pens­able. mais pas néces­saire­ment besoin de maîtrise tech­nique. une pul­ka peut être tirée si tu pars sur plusieurs jours.

        en faite, il y a une con­fu­sion sur l’utilisation du terme ski de ran­don­née (que je fai­sais moi-même)..

  5. L’UCPA c’est plutôt sym­pa, j’ai passé une semaine dans un de leurs cen­tres en Guade­loupe pour faire du canoë. Bon, je trou­ve que ça a un peu des allures de clubs de ren­con­tre, mais si tu y vas accom­pa­g­née c’est pas mal ! Et sinon je ne sais pas ski­er alors je partage ton point de vue 😉

    1. Je n’avais pas pen­sé à l’aspect club de ren­con­tre, mais ça ne m’étonne pas... Je sais que pas mal de céli­bataires âgés passent par des agences pour espér­er trou­ver d’autres céli­bataires âgés, alors dans un cen­tre pour jeunes...

  6. Si on a une âme de ran­don­neur, les raque­ttes c’est un moyen sym­pa pour décou­vrir des paysages mag­nifiques.

    On passe par des endroits dif­fi­cile­ment acces­si­bles à ski et on évite la foule...

  7. Quelqu’un qui ne sait pas ski­er, qui décou­vre la mon­tagne en hiv­er et qui d’emblée décide de la vivre au naturel en pas­sant par le ski de ran­do plutôt que par les sta­tions, moi je dis bra­vo, tu as tout com­pris !

    Un petit con­seil de pra­ti­quant assidu, le ski de ran­do s’appelait avant « ski de print­emps » et ce n’est pas pour rien.
    Sécu­rité max­i­male par rap­port aux avalanch­es, clé­mence des tem­péra­tures, lumière print­anière, facil­ité tech­nique du ski sur la neige dégelée en sur­face (que l’on appelle « moquette » dans le milieu). Un con­seil, retournes-y en avril.

    PS : Je t’échange un week end ini­ti­a­tion ski de ran­do con­tre un week end cours de pho­to 😉

  8. Per­so, je sais ski­er et même « snow­board­er » mais pour m’être mise à ces sports trop tard, on ne peut pas dire que je sois très à l’aise. Aus­si, comme ces paysages de mon­tagne enneigés sont trop beaux, je préfère 1000 fois par­tir à leur décou­verte à pied et les ran­don­nées en raque­ttes me comblent. et je n’écarte pas l’idée de me met­tre au ski de fond et/ou au ski de ran­do pour con­tin­uer sur cette voie...

  9. oh cela doit etre amu­sant avec la luge. et cass fugure aus­si ...
    le ciel bleu est superbe. que la neige fait de belles pho­tos je suis frsutrée qu’elle ne tienne pas mieux à Paris ...

  10. J’ai été dans cette région en été 2011. Il y a une superbe balade qui part de l’église Notre Dame de la Gorge (celle que tu as pris en pho­to) et qui va vers le col de la Croix du Bon­homme. En traineau ça doit être génial.
    http://www.flickr.com/photos/le_ffrench/8127239912/in/photostream
    Et c’est vrai qu’il y a plein de choses à faire dans la zone autour de Saint Ger­vais, sans même aller jusqu’à la val­lée de Cha­monix voi­sine.

  11. Je ne con­nais pas cette sta­tion. Par con­tre, l’UCPA c’est top pour débuter un sport à l’âge adulte. J’avais fait un stage de surf avec eux et je réfléchis pour me met­tre au ten­nis !

  12. « pas pour faire du manège avec les parisiens que je dois déjà sup­port­er à longueur de semaine, oh !»
    Tsss, il y a aus­si des russ­es, des ouzbekhs, des anglais, des alle­mands, des arabes, c’est mul­ti­cul­turel 🙂 et puis tu as les hordes de gamins sur les pistes aus­si !

    Là ou tu m’intéresses (presque le plus), c’est au niveau de la bouffe !
    Une bonne raclette ou une pierrade....mmmmh

  13. Ah les églis­es baro­ques de Haute Savoie. J’avais adoré. Je ne sais pas si tu as poussé un peu plus loin que Notre Dame de la gorge, il y a une petite chapelle accrochée à flanc de mon­tagne absol­u­ment déli­cieuse.
    Tou­jours un plaisir de par­courir ton site.

    1. Je n’ai pas eu le temps de pouss­er, mais il est prévu qu’on revi­enne dans la région avant la fonte des neige ! Quel dom­mage que ça soit aus­si mal desservi par la sncf...

  14. Je con­nais que les Con­t­a­mines en été, et c’est vrai que la sta­tion est agréable. J’ai eu la chance de mon­ter jusqu’en haut à pied, c’est haut, mais ca vaut le coup ! Pour ce qui est du ski, à moins d’être un gros fada, il est tout à fait pos­si­ble de prof­iter de la mon­tagne autrement. Le seul souci est de ne pas accéder aux panora­mas les plus grandios­es quand on a que des raque­ttes, mais l’avantage est de pass­er dans des coins de nature et admir­er les pas des ani­maux, un vrai régal.

  15. La luge !!!! Mon activ­ité préférée pen­dant les vacances à la mon­tagne ! Même si j’aime bien ski­er un peu, je fais par­tie de ces per­son­nes qui aiment bien faire autre chose, c’est une belle liste d’idées.... Et au-delà je décou­vre Les Con­t­a­mines, une sta­tion qui a l’air plutôt sym­pa, je note, mer­ci pour ce bel arti­cle, les pho­tos sont superbes !!!

  16. Ce que j’aime au ski ce sont surtout les soirées après le ski et les raclettes :), mais avec le plaisir de la glisse, je com­prend pourquoi beau­coup de per­son­nes vont au ski chaque année. Moi j’ai com­mencé tard mais je ski avec des mini-skis qui sont beau­coup plus mani­ables et on a rapi­de­ment des sen­sa­tions de glisse sym­pa.

  17. Aaaah Les Con­t­a­mines ! J’y ai passé mon enfance chaque hiv­er pen­dant près de 10 ans ! Mer­ci pour m’avoir fait remon­ter quelques sou­venirs 🙂 la luge et cette ambiance raclettes après le ski me manque !

  18. Bon­jour !
    Pre­mière vis­ite sur votre site et déjà ravie ...

    Je ne skie pas non plus et ai tou­jours envié les pho­tos de couché de soleil dans les hau­teurs, les pieds plein de neige, le nez tout rouge et les doigts glacés !
    Ca a l’air d’être un endroit calme, je ne con­nais­sais pas du tout, je me ren­seign­erai !

    Mer­ci du partage ; )

  19. Hmm­mm Les Con­t­a­mines.... Sérieuse­ment, ça me donne envie de faire du chien de traîneaux!! Elle sont vrai­ment belles vos pho­tos ! Que du bon­heur !
    Plus qu’à trou­ver une sous loca­tion dans le coin et hop hop hop vacances !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest