fbpx

Voyage au Kenya IV : que faire à Nairobi ?

Si vous m’aviez demandé de vous dire com­ment j’imag­i­nais Nairo­bi avant de par­tir au Kenya, je n’au­rais sans doute pas su vous répon­dre grand chose. Et main­tenant, je n’en sais guère plus. Je ne vais pas dire que Nairo­bi n’est pas une ville intéres­sante, je n’en sais stricte­ment rien. Mais ça m’a sem­blé être le genre de ville l’où on ne fait que pass­er, entre l’aéro­port et le départ pour un safari. Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire du tout, heureuse­ment.

Il faut savoir qu’il y a une réserve au pied de la ville, et qu’on peut donc voir des ani­maux à quelques cen­taines de mètres des build­ings ! C’est déjà une pre­mière idée de vis­ite. De notre côté, nous nous sommes plutôt ori­en­tées vers des activ­ités touris­tiques très clas­siques mais qu’on ne trou­ve qu’à Nairo­bi.

Le Giraffe Center

Saviez-vous qu’il existe neuf sous-espèces de girafes ? Jusque-là, nous avions surtout vu des rétic­ulées et quelques rares mas­saï. Au Giraffe Cen­ter, nous avons pu approcher des girafes de Roth­schild, une espèce mal­heureuse­ment men­acée puisqu’il en reste moins de 700 en lib­erté.
Le Giraffe Cen­ter, c’est un peu comme la Palmyre (...) : on peut nour­rir les girafes, qui ont l’habi­tude de l’hu­main et vien­nent sans souci faire les gour­man­des. La dif­férence, c’est que là, c’est nous qui mon­tons sur un promon­toire pour nous met­tre à leur hau­teur, au lieu de les forcer à se baiss­er. Et du coup, on les approche de beau­coup plus près, on les caresse... Qui n’a jamais voulu d’une girafe de com­pag­nie dans le jardin ?
Oui, parce qu’en fait, c’est un peu ça : ce sont des girafes domes­tiquées. Le matin, elle vont piquer le petit-déje­uner des clients du Giraffe Manor, un hôtel bien con­nu à Nairo­bi ; et la journée, elle vien­nent se goin­fr­er avec les touristes.
Pour un gamin, c’est vrai­ment top. Mais je recom­mande de le faire à la fin du voy­age : il ne faudrait pas que votre enfant soit frus­tré de ne pas pou­voir approcher d’aus­si près les autres ani­maux qu’il va apercevoir en safari. Celles-ci sont quand même des girafes apprivoisées, ce ne sont pas des ani­maux sauvages.

Plus d’in­fos ici.

Voyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : Nairobi

L’atelier de perles Kazuri

Les per­les Kazuri sont con­nues pour plusieurs choses : c’est un ate­lier estampil­lé « Com­merce Équitable », où ne tra­vail­lent pra­tique­ment que des femmes, et les bijoux sont ensuite exportés dans des mag­a­sins de luxe. Chaque per­le en céramique est entière­ment faite à la main (moulage, pein­ture, émail­lage).
Et comme à chaque fois : on vis­ite l’ate­lier, et on finit dans la bou­tique. C’est appré­cia­ble, d’avoir vu la fab­ri­ca­tion de ce qu’on achète.

Plus d’in­fos ici.

Voyage au Kenya : Nairobi
Voyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : Nairobi

La maison-musée de Karen Blixen

Je ne peux pas vous mon­tr­er l’in­térieur, les pho­tos y étant inter­dites (de toute façon, c’é­tait en travaux) mais ce fut jadis la ferme de Karen Blix­en. Qui est Karen Blix­en ? La dame de Out of Africa, le film culte sur le Kenya d’il y a quelques années. Au début du XXème siè­cle, une jeune danoise débar­que pour épouser un homme déjà expa­trié au Kenya. Le mariage capote, elle choppe la syphilis, le mari s’en va, elle s’éprend d’un autre... Les années passent, l’a­mant la quitte et décède, elle ren­tre au pays et écrit un livre qui racon­te son his­toire : Out of Africa. Et dans les années 80, le livre est adap­té au ciné­ma, avec Robert Red­ford en amant et Meryl Streep dans la peau de Karen Blix­en.
Le film n’a pas été inté­grale­ment tourné dans la mai­son, seule­ment les scènes extérieures (pour l’in­térieur, tout a été fait en stu­dio, c’est plus sim­ple quand les murs sont amovi­bles), et la mai­son est intéres­sante au-delà du lieu de tour­nage : c’est une manière de décou­vrir à quoi ressem­blait la vie des expa­triés (je m’ef­force de ne pas écrire colons) à l’époque.

Plus d’in­fos ici.

Voyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : NairobiVoyage au Kenya : Nairobi

Dans le prochain épisode, nous nous envolons vers Mom­basa pour décou­vrir le Kenya bal­néaire

16 Commentaires

  1. Bon topo, j’ai fait le même cir­cuit lors de mon pas­sage pré-safari et j’en suis venue aux mêmes con­clu­sions que toi. J’y retourn­erais bien voir ce que j’ai raté !

  2. Nairo­bi est « le genre de ville l’où on ne fait que pass­er, entre l’aéroport et le départ pour un safari ». Je ne crois qu’au­cune des grandes villes du monde ne peu­vent être con­sid­érée ain­si, surtout une grande cap­i­tale africaine ! Certes, Nairo­bi est à pre­mière vue une ville sale, pol­lué, bruyante, avec beau­coup de traf­ic... On aime ou on aime pas. Pour ma part, j’y ai vécu plus d’1mois, et Nairo­bi me manque !

    Le cen­tre ville, surtout le « Old Town » est un improb­a­ble mélange de cul­ture swahili, arabe, indi­enne et anglaise. C’est très vivant (prévoyez les boules-quies si vous y dormez à l’hô­tel), les marchés sont immenses, il y a de nom­breux restau­rants, des bars-con­certs, on peut abor­der facile­ment les kenyans... La vie noc­turne est démente (n’empruntez que les grands axes illu­minés si vous ren­trez tard la nuit). Le parc de Nairo­bi est très chou­ette, assez grand, y’a quelques coins d’eau, de belles végé­ta­tion et une superbe vue sur le Busin­ness Cen­ter qui est à vis­iter (faites- atten­tion à ce que les autorités en voient pas votre appareil pho­to). Pour se déplac­er dans le cen­tre-ville, pas besoin de bus ou de taxi, on peut aisé­ment se promen­er à pied, c’est agréable, il fait chaud (mais pas trop) et l’alti­tude dimin­ue forte­ment le nom­bre de mous­tique.

    Dans le cen­tre, je vous con­seille d’aller au peu touris­tique­ment con­nu « Kenyan Nation­al Archives ». Au rez-de-chaussée de ce musée, on trou­ve de très belles pièces d’art kenyan, et à l’é­tage, un peu d’his­toire sur les grands hommes du pays. Très intéres­sant comme musée.

    Et si vous voulez sor­tir (bar, restos, con­cert...), je vous ren­voie vers cet arti­cle :
    Bars et restau­rants de Nairo­bi

    Kwa­heri !

  3. Superbes pho­tos !
    Un nou­v­el endroit à décou­vrir sur ma liste ! Comme d’habi­tude l’ar­ti­cle est excel­lent !
    J’e­spère que vous prof­itez bien de vos voy­ages, que vous avez plein les yeux, vous avez beau­coup de chance !
    Mer­ci pour cet arti­cle !

  4. Il est très intéres­sant et impor­tant de décou­vrir qu’il n’y a pas que les safaris au Kenya. On peut plonger dans lieux chargés de nature, de tra­di­tions et d’his­toire. Il ne faut pas non plus hésiter à aller au con­tact de la pop­u­la­tion locale, c’est la plus belle et enrichissante façon de s’im­prégn­er d’une terre et d’une cul­ture ! Un lieu de diver­sité avec des plages par­a­disi­aques égale­ment.

    1. Tu as tout à fait rai­son. On con­sid­ère sou­vent le Kenya comme une des­ti­na­tion pour faire des safaris. J’y ai voy­agé 3 mois en routard et n’y ai fait aucun safari. Pay­er une for­tune pour rester dans une voiture à regarder des ani­maux, c’est pas mon truc.

      Par con­tre, j’ai fait énor­mé­ment de ren­con­tres, y ai rit beau­coup (je crois que ce fut le voy­age où j’ai le plus ri), je suis allé sur la côte plusieurs semaines où il fait vraiement chaus, fait l’as­cen­sion du Mont Kenya ( je recom­mande forte­ment), vu le Lac de Mag­a­di unique en ce genre, tra­vail­lé dans un orphe­li­nat de la ban­lieue de Nairo­bi, passé des soirées avec des Massäi à dis­cuter et à décon­ner (pas pour les voir danser).

      Il est très facile de voy­ager au Kenya en mode « routard ». Les kenyans sont incroy­able­ment débrouil­lards (tu te sors de toutes les sit­u­a­tions), ils n’u­tilisent qua­si­ment que les trans­ports publiques (les mata­tus), baraguinent en anglias, il y a des hôtels pas chers dans toutes les villes... Mais atten­tion : si vous voy­agez en Afrique en routard, vos voy­ages en Europe, en Amérique latine ou en Asie n’au­ront plus la même saveur 🙂

  5. En lisant le titre, je me fai­sais la même réflex­ion que toi ; Nairo­bi, à part l’ar­rivée pour par­tir en safari, ne m’évoque rien ! Du coup, je suis allée me ren­seign­er. 😉
    Pas trop frus­trée de ce court pas­sage ?

    1. Je vais dire un truc qu’un voyageur ne devrait jamais dire : pas tant frus­trée que ça. En fait, c’est comme dans tous les pays où la nature est très présente, je n’ai qu’une envie : m’éloign­er des villes ! Je sais qu’il doit y avoir des choses à voir à Nairo­bi, à Oslo, à Ulan Bator, mais je suis mieux en cam­pagne 😀

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest