fbpx

Une journée à Rotterdam avant d’embarquer pour notre premier voyage en cargo

C’est tôt le dimanche matin que nous grim­pons dans le Thalys. Le soir-même, nous dormirons à bord du plus gros navire au monde, un car­go plein de con­teneurs : le Mar­co Polo de la CMA CGM. Mais avant, nous avons prévu quelques heures pour vis­iter Rot­ter­dam, une ville por­tu­aire des Pays-Bas dont nous ignorons tout.

Après le Pro­jet Brel, nous voilà dans une ville chan­tée par Fer­ré. Il n’en restait plus qu’un, et c’é­tait celui-là. Un port du Nord ça plaît, surtout quand on n’y est pas. Ça fait qu’on voudrait y être, ça fait qu’on ne sait pas bien s’il faut s’ta­per l’poète ou s’ta­per la putain... d’Rot­ter­dam.

Rot­ter­dam ne béné­fi­cie pas vrai­ment d’une répu­ta­tion reluisante : ville un peu sale, un peu mouil­lée, avec des marins en rut et des pros­ti­tuées. Mais une fois sur place, rien de tout ça, finale­ment. Enfin, si : c’est mouil­lé, for­cé­ment. Mais aucune pros­ti­tuée harcelée par des bar­bus tatoués. Au con­traire, des familles, des fan­fares qui repren­nent des chants de Noël, et des retraités qui promè­nent leurs chiens. Et puis cette archi­tec­ture hol­landaise avec ses larges fenêtres et ses toits typ­iques.

Ceci n’est pas un exem­ple d’ar­chi­tec­ture typ­ique

Avec ses vélos, ses canaux, ses jardins, ses maisons et leurs jar­dinets, la ville donne finale­ment l’im­age d’un lieu plutôt famil­ial. Et en tant que cyclistes, on se prend à rêver que Paris ressem­ble un jour à Rot­ter­dam : pistes cyclables partout (des vraies pistes, séparées de la route !), omniprésence de park­ings à vélos, garages partout et bien­veil­lance glob­ale. On remar­que aus­si que (presque) tous les vélos sont de vieux biclous, les nuits dehors sous l’hu­mid­ité ne doivent pas don­ner envie d’in­ve­stir dans de belles bécanes.

Les rues sont un peu désertes, dimanche d’hiv­er oblige. Mais ça ne nous empêche pas de nous promen­er jusqu’au port pour observ­er un peu les bateaux.

A 17h, nous avons ren­dez-vous « devant le Star­bucks de la gare cen­trale » avec un chauf­feur de taxi privé. C’est lui qui doit nous con­duire jusqu’au car­go, et heureuse­ment qu’il est là pour nous intro­duire dans cet univers de paperasse. Jusque-là, nous ne con­nais­sions que les petits bateaux sans per­mis que nous avions con­duits sur les canaux de France et de Pologne. L’u­nivers des car­gos est bien loin de nos petites pénich­es de plai­sance. On ne ren­tre pas dans un port de marchan­dis­es à pied. Et même en voiture, cela sup­pose quelques for­mal­ités admin­is­tra­tives. Les raisons sont cer­taine­ment entre la sécu­rité (il y a quand même des con­teneurs qui volent au-dessus de nos têtes, portés par des grues gigan­tesques) et la pro­tec­tion des porte-con­teneurs (notam­ment en terme de clan­des­tinité de voyageurs).
Le chauf­feur nous con­duit d’abord au bureau de l’im­mi­gra­tion. Nous par­tons par les voies mar­itimes, ce n’est plus l’e­space Schen­gen ! Inspec­tion des passe­ports et nous filons ensuite vers le port. Le chauf­feur emprunte une autoroute pen­dant un long moment (plusieurs dizaines de min­utes), et lorsque nous pénétrons dans le port, nous n’avons pas fait la moitié du tra­jet. Il fait nuit. Il y a des lumières sur toutes les grues, c’est à la fois beau et très étrange, on pour­rait se croire dans un film de sci­ence-fic­tion.
Il nous faut encore pass­er le bureau de sécu­rité pour pénétr­er au-delà des grilles. Le taxi roule au milieu des con­teneurs. Nous sommes comme des gamins, à essay­er d’apercevoir le bateau. C’est le plus grand au monde, on devrait le voir de loin ! Le port sem­ble s’étir­er sur des dizaines de kilo­mètres. Et soudain, la voilà : la proue mon­strueuse sur laque­lle s’af­fiche « CMA CGM MARCO POLO » ! En let­tres blanch­es.

Pho­to prise quelques jours plus tard, dans le port du Havre, en quit­tant le navire

Le taxi nous laisse en bas d’un étroit mais long escalier. Nous inscrivons nos noms, et nous voilà par­tis pour notre pre­mier voy­age en car­go !

On décou­vre notre cham­bre, immense, à l’im­age des pro­por­tions du bateau, et nous pas­sons la soirée le nez col­lé aux sabor­ds, à regarder les grues qui s’af­fairent et les con­teneurs qui s’empilent sur le car­go et passent à quelques mètres de nous.

La pho­to de notre cham­bre n’a, bien sûr, pas été prise cette nuit-là non plus, mais le lende­main matin.

20 Commentaires

  1. ouha super réc­its j’ai déjà envie de met­tre mes botes et mon­ter sur le ports. Com­ment avez vous fait pour avoir le droits de mon­ter à bor­ds ? J’ai tou­jours eu envie de mon­ter quelques jours sur un car­go, mais je n’ai pas encore pris le temps de m’y attel­er.

    Encore mer­ci pour ce recits

  2. Retour du Monde : il y aura un arti­cle avec toutes les infos pra­tiques bien­tôt ! Mais celui-ci passe notam­ment par Malte et la Malaisie avant de rejoin­dre Shang­hai.

    Cyril : en fait, nous étions invités par CMA CGM, mais, dans tous les car­gos, il y a des cab­ines pas­sagers pour embar­quer des voyageurs, sur des des­ti­na­tions plus ou moins loin­taines. (si nous n’avions pas été invités, nous auri­ons choisi un tronçon plus « exo­tique » que Rot­ter­dam-Le Havre ^^, même si ça reste intéres­sant à voir). Comme je le dis­ais ci-dessus, je ter­min­erai ce réc­it avec des infos pra­tiques 🙂 Si tu as des ques­tions, prof­ites-en !

  3. Vive­ment la suite. Et si mon bud­get ne le per­met pas, même Rot­ter­dam-le Havre serait déjà un début de rêve pour moi.
    Une ques­tion pour le dernier bil­let de la série : c’est crédi­ble à faire avec un bébé / une petite fille (d’i­ci à ce qu’on se lance, je sup­pose qu’elle ne sera plus un bébé).

  4. C’est roy­al comme voy­age blog !

    Je croy­ais que les voy­ages en car­go c’é­tait seule­ment pour les très longues dis­tances, du coup Rot­ter­dam-Le Havre est juste idéal !

  5. Coucou !
    J’ai hâte de lire l’ar­ti­cle con­tenant les infos pra­tiques ! Habi­tant au Havre, je suis plutôt bien placée pour ce type de voy­age !
    Où se ren­seign­er ? Com­pag­nies mar­itimes ? etc... J’imag­ine les longues listes d’at­tente...
    Vu que ce n’est plus l’espace Schen­gen, passe­port oblig­a­toire ?
    Coût bien évidem­ment
    Manger à bord ? On prend notre pique-nique ou on peut manger à la can­tine avec les marins ? Voire à la table du cap­i­taine ?
    Fumer ? Un pont fumeur à dis­po­si­tion ?
    Salle de ciné­ma ? pour les longs voy­ages...
    Pos­si­bil­ité d’ac­cès sur les ponts pour pren­dre l’air ?
    Pos­si­bil­ité de vis­iter le car­go ?
    Si tu as des durées de voy­age (en heure/jour) ça m’in­téresse aus­si...
    Mer­ci d’a­vance pour tes répons­es et ton futur arti­cle !

  6. Je ne savais même pas qu’on pou­vait dis­pos­er d’une telle cham­bre dans un car­go ! J’ai l’im­age un peu glauque des gens pau­vres qui voy­a­gent entassés dans les car­gos.

    Je lirai la sec­onde par­tie avec intérêt !

    1. Ce ne sont sou­vent pas des gens pau­vres… Le voy­age en car­go coûte env­i­ron 100 € par jour, et un tra­jet transat­lan­tique prends un dizaine de jours… Donc Le Havre-Mon­tréal coute au moins 1000 € aller-sim­ple. À ce prix-là, les gens pau­vres qui le peu­vent pren­dront l’avion. 😉

  7. Ca fait quelques temps que je pense à faire un voy­age de ce type. Je suis curieux d avoir les détails de la pré­pa­ra­tion et du coût car il paraît que c est rel­a­tive­ment élevé. Com­bi­en de pas­sagers « touris­tiques » êtes vous ?

  8. Wow qu’est ce que les pho­tos sont belles.
    En même temps les opin­ions néga­tives, il faut surtout pas écouter !
    Il faut se faire son pro­pre opin­ion, ça c’est mieux.

  9. Réponse col­lec­tive (désolée !) : les pre­mières répons­es à vos inter­ro­ga­tions arriveront mer­cre­di, avec le réc­it « vie à bord du Mar­co-Polo », et le car­net pra­tique suiv­ra la semaine suiv­ante !

  10. Moi non plus je savais pas, et vu la taille de la cham­bre, cà fait presque envie. Bon a bord, ca doit man­quer un peu d’an­i­ma­tion je sup­pose ?

  11. allo jaimerai bien savoire se quil faut faire pour trou­ver un gar­go qui enbar­que les per­son­ne mer­ci davance pour les infor­ma­tion denis

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest