fbpx

Retour sur Washington et New York

J’écris ce post dans le train pour Nia­gara Falls.

Tout d’abord, revenons sur Wash­ing­ton. Nous n’y sommes pas restés suff­isam­ment longtemps pour pou­voir don­ner de véri­ta­bles con­seils, mais deux trois petits trucs quand même. Nous logions au DaysInn d’Ar­ling­ton. Pas cher pour des cham­bres très bien. Son seul défaut est d’être assez excen­tré, mais dès lors qu’on a com­pris quel bus pren­dre, ça va tout seul.

Les cham­bres sont pro­pres, et pourvues d’un micro-ondes et d’un fri­go, ce qui per­met d’aller acheter de quoi manger au super­marché d’en face plutôt qu’au restau­rant (on a l’embarras du choix dans le voisi­nage immé­di­at).
Les bus ne ren­dent pas la mon­naie. On a donc intérêt à avoir la somme exacte ou en tout cas s’en approchant. Mais c’est tou­jours mieux que ceux de New York, où ils ne pren­nent que les pièces... Pour cette dernière, il vaut donc mieux pren­dre une carte à recharg­er, quitte à ensuite faire l’ap­point sur le dernier tra­jet. Glob­ale­ment, les bus y sont plus lents que les métros, mais sim­ples à pren­dre et agréables.

Pour le loge­ment, New York est pour l’in­stant la ville la plus chère que je con­naisse. Notre pre­mière auberge nous a coûté 70$, et à ce prix là on est à Brook­lyn, dans des lits crasseux. J’en avais par­lé en racon­tant notre arrivée : les deux employées du YMCA de Green­point ne sem­blaient absol­u­ment pas tenir compte des réser­va­tions ni avoir envie de garder le moin­dre client. Elles nous ont envoyés dans une cham­bre pas faite (vieux draps et poubelles sur le sol), puis dans une cham­bre où il man­quait un lit. Et tout ça sans bouger leurs fess­es, elles nous tendaient une clef : « allez voir ». For­cé­ment, y a des escaliers... Nous avons donc fini dans une cham­bre minus­cule avec des lits super­posés (notre réser­va­tion était pour­tant pour un lit dou­ble) et des draps sales. Le som­mi­er supérieur était jonché de cadavres de cafards et de détri­tus des précé­dents occu­pants. Seul point posi­tif, les voisins, des gens qui louent au mois, sont très gen­tils mal­gré leurs allures de repris de jus­tice. Le petit déje­uner est assez ris­i­ble. Il faut aller le chercher deux rues plus loin, un café et un bout de pain. Quand j’ai demandé s’ils avaient du jus d’o­r­ange ou du lait, la serveuse m’a répon­du que ça n’é­tait pas com­pris. Mais lorsqu’elle a apporté le café du Belge, il était servi avec un petit pot de lait... Allez com­pren­dre...

Nous avons donc passé les nuits suiv­antes au Cen­tral Park Hos­tel, sur la 103ème, à côté du parc éponyme. Pas de petit déje­uner, mais une cui­sine dans la cham­bre, une plus grande pour l’é­tage, et une encore mieux dans la pièce com­mune où tout le monde se retrou­ve pour dis­cuter joyeuse­ment fix­er son ordi­na­teur.
Juste en face, on trou­ve une petite épicerie tenue par un mec sym­pa, et un Whole Food Mar­ket un peu plus loin, le par­adis de celui qui ne veut plus manger dans un fast food.

Pour les vis­ites, on n’a pas fait grand chose. Pren­dre le fer­ry de Stat­en Island (à Bat­tery Park) est un bon plan pour s’ap­procher de la Stat­ue de la Lib­erté, et voir la ville autrement. Il y a en un toute les demi-heures (env­i­ron, selon les heures), c’est gra­tu­it, et sans file d’at­tente !
Le MoMA (ne pas par­tir en vitesse en mélangeant « Muse­um of Art » et « Muse­um of Mod­ern Art » sur le plan !) est gra­tu­it le ven­dre­di, mais for­cé­ment, nous n’y étions pas le bon jour. A 10h30 (ouver­ture), il n’y avait pas une file énorme. C’est sans doute pire quand les beaux jours amè­nent plus de touristes. Quand on est ressor­tis, 4h plus tard, il n’y avait plus du tout de queue.

L’Em­pire State Build­ing est un peu plus chi­ant. On y est allé à la pire heure (couch­er du soleil) et on enchaîne queue sur queue, pour mon­ter, pour pass­er la sécu­rité, pour redescen­dre, pour retourn­er à la sécu­rité chercher mon trépied con­fisqué... C’est égale­ment assez cher (21$, 1 de plus que le MoMA) pour juste un ascenseur, mais la vue est assez spec­tac­u­laire.
Enfin, pour les fans, l’im­meu­ble de Friends est sim­ple à trou­ver (même si tous les habi­tants du quarti­er font sem­blant de ne jamais en avoir enten­du par­ler), c’est en plein Green­wich, au croise­ment entre Grove et Bed­ford. Rien de spec­tac­u­laire, le Cen­tral Perk se trou­ve à quelques mil­liers de kilo­mètres de là, mais ça reste amu­sant.

1 Commentaire

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest