fbpx

Rassurer sa mère pendant qu’on voyage

Dans quelques heures, je m’envolerai pour Budapest, d’où je rejoindrai le Nord de la Roumanie pour quelques jours en solo, et en vélo. Ce n’est pas la pre­mière fois que je pars seule. Et for­cé­ment, ma mère s’inquiète.
Cet arti­cle n’est qu’un bil­let d’humeur, je n’ai tou­jours pas trou­vé la recette pour qu’elle ne s’inquiète pas.

Dédrama­tis­er ne sert à rien.
J’ai tra­ver­sé Paris en pleine nuit des dizaines de fois, j’ai pris des pre­miers et derniers métros, je lui dis sans cesse que c’est bien plus dan­gereux. Mais rien à faire, l’ailleurs c’est l’inconnu, et c’est tou­jours pire que le dan­ger qu’on con­naît (et c’est plus loin). Je me sen­tais plus en sécu­rité à errer dans Sara­je­vo que lorsque je ren­tre du boulot un peu tard, et je n’habite pas dans un quarti­er mal­famé.
Cela fait deux ans que je com­mence à voy­ager hors de France et, sans tenir le compte des pays où je suis allée, on pour­rait croire que le nom­bre com­mencerait à la ras­sur­er... Mais non. J’ai même l’impression que c’est pire.
En arrivant sur Paris, j’ai prof­ité de quelques week-ends à Brux­elles et autres villes belges sim­ples à rejoin­dre en train. Je par­tais seule, mais je ne me sou­viens pas qu’elle ait pu flip­per. Tout du moins, pas comme main­tenant.

Quand les touristes meurent à l’étranger.
Vous n’avez pas pu y échap­per : l’actualité de la semaine passée, c’était deux français­es assas­s­inées en Argen­tine. Ce ne sont ni les pre­mières, ni les dernières, mais le crime est assez bru­tal ; entre viol et exé­cu­tion. Elles avaient pra­tique­ment mon âge, et habitaient en Île-de-France ; j’imagine qu’elles avaient dû aus­si dire à leurs mères qu’il n’y avait rien à crain­dre, que faire de la ran­don­née en Argen­tine était plus sécu­ri­taire que pren­dre le métro à 22h, blablabla.
Et quand une nou­velle comme ça tombe, toutes les mamans de voyageurs pensent à la même chose. Impos­si­ble de leur en vouloir. On peut aimer croire qu’on sera dif­férent avec nos pro­pres enfants, mais j’en doute fort. Ce n’est pas une ques­tion de con­fi­ance, juste la crainte qu’on nous arrache un enfant. Mais voilà, en plus, c’est la mau­vaise semaine. J’avais déjà par­lé de mon pro­jet d’aller en Roumanie avec ma mère. Ça lui avait forte­ment déplu, bien sûr, mais elle espérait secrète­ment que j’abandonne, que je trou­ve un cama­rade pour la route, ou qu’au moins, je ne prenne pas le vélo.

Parce que oui, chose étrange, c’est le vélo qui la gêne plus que tout. Je ne suis jamais par­tie avec, mais j’en ai quelques fois loué sur place. Et puis je survis quo­ti­di­en­nement à Paris, mal­gré les por­tières, les gens qui tour­nent n’importe com­ment, les scoot­ers qui nous frô­lent, et les taxis qui essaient de nous coin­cer (je pense qu’ils font un con­cours). Il ne se passe pas une semaine sans qu’un acci­dent se joue à quelques sec­on­des près. Mais pour l’instant, rien de bien grave. Quelques gamelles quand il a neigé cet hiv­er, quelques freinages très brusques, régulière­ment des bleus...
Par­tir avec un vélo, c’est une manière de m’offrir un peu de lib­erté et d’indépendance vis-à-vis des trans­ports en com­mun qui risquent d’être com­pliqués dans cer­tains lieux. Pour ma mère, ça veut surtout dire aug­men­ta­tion du risque d’accident(s). J’ai beau lui expli­quer qu’on s’enfuit plus vite à vélo, qu’on est moins vul­nérable qu’un pié­ton citadin quand on va rouler à la cam­pagne, rien n’y fait : elle bloque sur le dan­ger, mal­gré mon mag­nifique casque blanc à fleurs ros­es pâles.

Faut-il appel­er sa mère ?
C’est une ques­tion sérieuse. Est-ce que j’explose mon for­fait pour la ras­sur­er ? Est-ce que je lui dis de sur­veiller les infos et que « pas de nou­velles, bonnes nou­velles » ?
J’ai une stratégie sur ce point. Ça con­siste à lui dire que je ne pour­rai pas l’appeler et qu’il n’y aura pas Inter­net. Comme ça, elle ne s’inquiète pas si elle n’a pas de nou­velles. Mais je lui envoie des SMS ou des e-mails réguliers, comme ça elle est ras­surée (je pars avec un Archos 5 IT, super pra­tique).

Pour­tant, je ne pars qu’une semaine, c’est très court. Ma petite sœur ren­tre juste d’une année en Eras­mus, et ma mère a elle-même vécu quelques années à l’étranger. Mais je crois que c’est là le plus gros point noir : s’expatrier, ça veut dire avoir un appart, con­naître une ville, avoir des amis. Par­tir une semaine, c’est bouger, et donc n’avoir per­son­ne qui puisse me venir en aide, véri­fi­er que je sois en vie.

Enfin, nous ver­rons la semaine prochaine si ce bil­let ne m’a pas porté la poisse ! Je laisse le blog sous la sur­veil­lance de Mon­sieur Oreille et je ne répondrai aux com­men­taires qu’à mon retour. Je vous laisse quelques arti­cles écrits à l’avance. Bonne semaine !

17 Commentaires

  1. C’est vrai que l’inquiétude des mères on n’y peut pas grand chose. La mienne était très très inquiéte durant la pré­pa­ra­tion de mon tour du monde, mais depuis que je suis par­ti, et qu’elle voit que sa me plait elle a mis d e coté une par­tie de son inquié­tude.

    Je rajouterais, en tout cas pour mon cas, que sa peut gâch­er une par­tie du voy­age de voir ces proches s’inquiété, parceque je me sens oblig­er de don­ner des nou­velles régulière­ment juste pour dire que tout vas bien et sa pése un peu sur la con­science.

    En tout cas, bon voy­age et raménes nous de belles pho­tos et un bel arti­cle sur la roumanie !

  2. Très sym­pa cet arti­cle et je pense que de toutes façons, si l’on pense con­stam­ment aux risques que l’on encoure : on ne vit tout sim­ple­ment plus.

    On t’attend alors, mer­ci pour les arti­cles qui nous fer­ont patien­ter jusqu’à ton retour ! 😛

  3. Je crois que c’est Almod­ovar qui dis­ait qu’une femme arrête de dormir lorsqu’elle devient mère (je con­seille son film tout sur ma mère, todo sobre mi madre)

  4. Un truc que je con­nais bien !
    Au fil des années, elle c’est un peu calmé quand même.
    Sinon, je dis pas tout sur les des­ti­na­tions où je vais ni sur les trucs négat­ifs qui peu­vent m’arriver.
    Et pour le tele­phone, bon c’est le min­i­mum.
    Drum bun !

  5. Je com­prends le pb. Ma mere se retient de mon­tr­er son inqui­etude pour ne pas me deranger mais lors de mon voy­age au Liban en fev 2007, elle a eu du mal a se retenir. Total, j’ai passe mon temps a lui don­ner des nou­velles (mails, sms, etc) aux­quels elle ne repondait pas. A la fin c’est moi qui m’inquietais ! Bon­jour l’ironie ! 🙂
    Bref, c’est nor­mal que les mamans s’inquietent, mais heureuse­ment que tu pars en vadrouille mal­gre tout ! J’attends le compte ren­du avec impa­tience. Enjoy !

  6. @One the Road­side : Au final, on finit par s’inquiéter de l’inquiétude des par­ents... Ça tourne en rond et per­son­ne n’avance ! Sans tran­si­tion, il faut absol­u­ment que je prenne le temps de lire tes arti­cles sur le transsi­bérien : c’est resté un voy­age très pro­fondé­ment ancré en moi avec d’excellents sou­venirs de partage et de décou­verte (4 nuits et 3 jours en 3è classe, com­par­ti­ment dor­toir avec 54 russ­es de tous âges, le pied).

    @Matheew Lau­ren : Mer­ci pour elle, l’angle pris sur les arti­cles de son aven­ture roumaine devrait être par­ti­c­ulière­ment atyp­ique à mon avis 🙂 Ne serait-ce que parce qu’elle y est à vélo, déjà !

    @Stéphane : Exact ; au final, nous ne sommes que des ani­maux avec nos instincts de survie et de pro­tec­tion post-pro­créa­trice.

    @Astrid on the road : Chiche ! Fau­dra nous y faire penser, Madame Oreille est par­tie avec (encore heureux) donc j’aurai du mal à faire une avant-pre­mière :p

    Per­son­nelle­ment, ça doit faire ... Oh, entre 6 mois et 2 ans que je n’ai pas appelé ma mère (elle ne m’appelle pas non plus, d’ailleurs, sauf fêtes et anniver­saires, ques­tion de politesse) ; donc quant à s’inquiéter de mon cas quand je suis en voy­age... Pour elle, je suis « en vadrouille » depuis au moins 20 ans ! Haha, je suis assez tran­quille sur ce plan !

    Ami­cale­ment,

    Mon­sieur Oreille.

  7. Les mamans seront tou­jours nos mamans nous regar­dant comme si on avait par­fois encore, nos couch­es culottes... 😉
    et puis une fille, c’est si frag­ile ^^

  8. Ah ah ah ! Per­son­nelle­ment avec ma mère, j’utilise la méth­ode du silence et du men­songe par­tiel.
    Je pré­cise aus­si que c’est une fidèle téléspec­ta­trice de TF1 (ouais je sais moi aus­si j’ai vomi ! 🙂 )

    Pour en revenir à ma méth­ode

    - pre­mier élé­ment : atten­dre le plus tard pos­si­ble pour lui dire que je pars
    – deux­ième élé­ment : ne pas lui dire où je pars (du moins juste en par­tie)

    par exem­ple la pre­mière fois que je suis par­ti dans la cam­pagne serbe j’ai juste dut que je repar­tais à Budapest (ce qui n’était pas com­plète­ment faux puisque j’ai fait une semaine en Ser­bie et une semaine en Hon­grie).

    Ma prochaine des­ti­na­tion est l’Iran, je vous laisse donc imag­in­er sa tête si je lui dit ! Pour l’instant j’ai sule­ment dit que j’irais sure­ment à Istan­bul, ce qui reste en par­tie vrai, mais elle ne sait pas que c’est pour récupér­er le Trans Asia Express jusqu’à Téhéran ! 🙂

    Sinon pen­dant mon séjour j’envoie juste un sms de temps en temps avec unique­ment le nom de la ville ou je me trou­ve (et éventuelle­ment la posi­tion dans le pays car du coup elle va sur inter­net voir ou cela se situe)

    En tout cas bon séjour en Roumanie !

  9. Ow, là je peux dire que j’ai flashé sur le titre de ton arti­cle ! J’ai été hap­pé, c’est tout.

    Tu mets le doigts sur une sacrée ques­tion et je me retrou­ve dans chaque ligne. D’autant que le pro­jet d’escapade au long cours sur un vélo ne m’est pas étranger...

    Mer­ci pour ce joli arti­cle qui met en mots des choses que je vis depuis des mois.

    Aline

  10. Cécile : j’avais bien aimé ce film 🙂 J’espère qu’elle dort de temps en temps, quand même !

    Fab­rice : cer­tains pays d’Amérique centrale/du Sud feraient flip­per plus d’une maman... Là encore, on lit telle­ment d’histoires, com­ment ne pas s’inquiéter ! (j’imagine le jour où tu as chopé le pal­lu...)

    liloulivi : Aha­hah ! Et pourquoi elle ne répondait pas ? La mienne a fait le même coup, ne pas répon­dre « pour que ça ne te coûte rien » ! grml !
    Oui, je pense qu’on n’est pas si mal loties que ça. On pour­rait avoir des mères qui s’en foutent, ou des familles telle­ment pos­ses­sives qu’il leur serait impens­able qu’on parte sans elle, ne serait-ce que pour aller boss­er dans une autre région... Il y a beau­coup de jeunes qui ne font pas les études de leur choix parce que ça imposerait un inter­nat ou un démé­nage­ment par exem­ple... Alors par­tir en voy­age...

    Peg280 : Mer­ci. Je regarderai votre site.

    Piotr : frag­ile, frag­ile, pff. Je vais te mon­tr­er si je suis frag­ile, pff.

    Brioche : on est bien d’accord ! Tiens, une semaine qua­si sans soucis sur la route. Et ce matin, sur le temps de mon tra­jet au tra­vail, dan­ger pub­lic sur dan­ger pub­lic ! Comme quoi, chiens mis à part, j’étais bien plus en sécu­rité la bas ! (d’ailleurs, les quelques voitures qui mont fait peur... avaient des plaques français­es !)

    MK : l’Iran, là, tu fais fort pour hérit­er en avance ! J’espère que tu lui enver­ras une carte postale pour la prévenir ! Ne don­ner qu’une par­tie des lieux prévus est une bonne idée par con­tre... ne pas men­tir, juste rester vague... Je crois que je te la piquerai la prochaine fois !

    Aline : Fille seule en tour du monde, j’imagine bien que ça n’a pas du ras­sur­er tout le monde ! (le vélo, ça m’a don­né envie d’en faire plus, plus longtemps, c’est vrai­ment très agréable, même si je n’étais pas en ver­sion cyclo­touriste, mais unique­ment en vélo d’appoint. Ce qui donne un peu plus de lib­erté puisque j’ai pris des mini-bus et des trains sans prob­lème. Enfin, j’espère que tu ten­teras l’expérience 🙂 )

  11. Bon­jour,

    Face à la drama­ti­sa­tion de ma mère con­cer­nant mon pro­jet de voy­age seule en Equa­teur pen­dant 3 semaines (pro­jet de très longue date que je peux enfin con­cré­tis­er ! ), je me pose beau­coup de ques­tions.

    Elle gardera mon fils de 4 ans et me fait cul­pa­bilis­er en dis­ant qu’étant mère céli­bataire (père absent), j’ai une respon­s­abil­ité en plus et que je ne peux pas me per­me­t­tre de pren­dre ce risque car s’il m’arrivait quelque chose mon fils serait tout seul...(Je voulais par­tir avec lui au départ en organ­isant mon voy­age dif­fére­ment, mais elle en était encore plus malade..)

    Qu’en pensez vous ?

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest