fbpx

Allez photographier l’Inde !

J’écris cet arti­cle depuis... mon canapé. En effet, le restau­rant de ce midi n’est pas franche­ment très bien passé. Je n’au­rais pas cru pos­si­ble d’avoir une mini-tourista à Paris, mais c’est finale­ment assez logique : nous avons mangé indi­en, com­man­dant exclu­sive­ment des choses... qui n’é­taient déjà pas très bien passées là-bas ! Mais ras­surez-vous, ce n’est pas de ça dont je vais vous par­ler aujour­d’hui. Non, j’ai juste envie de vous par­ler de mon expéri­ence pho­tographique en Inde.

En ce petit moment de nos­tal­gie, je n’ar­rête pas de penser que c’est un des meilleurs endroits pour les pho­tographes ama­teurs (ou pas, ce n’est pas un hasard si Steve McCur­ry y est passé, out­re les jeux de mots sur son nom). C’é­tait il y a un an et demi, et depuis nous évo­quons sou­vent le fait d’y retourn­er pour décou­vrir une autre région... le Ladakh, le Ker­ala, Varanasi, Dar­jeel­ing... C’est un vrai par­adis pour qui aime les images, et quel meilleur moyen pour pro­gress­er que de pra­ti­quer ?

Payer pour son appareil photo dans les lieux touristiques

C’est pra­tique­ment sys­té­ma­tique. Même dans les lieux gra­tu­its, vous payez une taxe pour votre appareil pho­to. Et par­fois, ils essaient de vous faire cas­quer pour votre télé­phone portable, aus­si. Vous allez me dire, en quoi ça peut nous aider à faire des pho­tos ? Hé bien plus j’y pense, plus je me dis que ça force à réfléchir. Vous avez quelques sec­on­des à l’en­trée pour décider si vous voulez pay­er ou laiss­er votre appareil. Et quand vous payez, vous vous dites qu’il va fal­loir « rentabilis­er » la chose en pho­tographi­ant. Du coup, vous vous forcez à trou­ver des angles, là où vous vous seriez peut-être lim­ité à des clichés plus clas­siques. C’est finale­ment un bon exer­ci­ce que d’être « con­traint » !

Et ensuite, il ne reste plus qu’à l’ap­pli­quer partout en se sou­venant d’une règle sim­ple : prof­iter de chaque belle lumière, de chaque lieu mag­nifique (cf. arti­cle sur la logique de la série)

Des couleurs, des contrastes

C’est ce qui est si par­ti­c­uli­er en Inde, l’im­pres­sion d’être con­stam­ment en train de pass­er d’un para­doxe à l’autre. Et rien que pour ça, c’est un pays incroy­able­ment visuel, où tout peut devenir le sujet d’une pho­to. Résul­tat, c’est le moment par­fait pour aigu­is­er son œil et chas­s­er chaque scène pho­tographi­able !

Là encore, c’est un très bon exer­ci­ce pour pro­gress­er, qu’on met­tra en appli­ca­tion dans les des­ti­na­tions suiv­antes. Être alerte à tout ce qui est typ­ique du pays mais telle­ment incon­gru pour nos petits yeux, tous ces détails représen­tat­ifs, et puis tout ce qui est beau, tout sim­ple­ment.

Une impressionnante facilité pour faire des portraits

Et c’est ce que j’ai le plus aimé ! Je n’ai pas retrou­vé depuis un pays où faire des por­traits était aus­si sim­ple, d’ailleurs. Ça m’a beau­coup aidée, parce que c’est un bon endroit pour s’en­traîn­er à tir­er des por­traits dans absol­u­ment toutes les con­di­tions. Les gens se pro­posent d’eux-mêmes comme mod­èles, et dis­ent presque sys­té­ma­tique­ment oui quand vous deman­dez. C’est l’oc­ca­sion de tester dif­férentes tech­niques, d’ob­serv­er les dif­férences de lumières, et finale­ment d’être con­fron­té à de nou­velles con­traintes chaque jour.

Out­re le pro­grès tech­nique, c’est aus­si l’oc­ca­sion de se décou­vrir soi-même. Devant l’abon­dance de mod­èles et de sujets, il faut aus­si faire des choix, et on affine ain­si for­cé­ment nos envies pho­tographiques. Par exem­ple, per­son­nelle­ment, c’est là que j’ai pris goût au « regard caméra », quand le mod­èle plonge ses yeux dans ceux du spec­ta­teur...

28 Commentaires

  1. En faites si je com­prends bien tu nous présente le par­adis des pho­tographes. Les paysages mag­nifiques, les mod­èles qui dis­ent oui... Mais il faut pay­er 🙂 ... Ils auront au moins trou­vé la bonne solu­tion pour gag­n­er un peu plus d’ar­gent. D’ailleurs com­bi­en cela coû­tait il env­i­ron ?

  2. @tunimaal : Selon les mon­u­ments, per­son­nelle­ment ça vari­ait entre 50 et 250 roupies le pass pho­to env­i­ron (soit 1 à 4€, grossière­ment).

    Sinon, j’en reviens à peine, mais je sais que j’y retourn­erai. J’y suis pour­tant resté 2 mois et demi (quand même !), mais c’est loin d’être suff­isant pour décou­vrir l’Inde.
    Varanasi est un endroit extra­or­di­naire, ma ville préférée en Inde pour le moment. C’est à mon sens réelle­ment un incon­tourn­able, mais il faut y pren­dre son temps pour réelle­ment l’ap­préci­er. Je ne suis pas sûr qu’on revi­enne à Varanasi si on y est resté 2 jours (les grands rues sont vrai­ment éprou­vantes), mais quand on y est resté ne serait-ce qu’une semaine et qu’on s’y est sen­ti chez soi, on y revient.

    J’aime égale­ment beau­coup Dar­jeel­ing, mais il faut absol­u­ment y aller à la bonne péri­ode pour la météo (soit octobre/novembre, voire mars/avril). J’y suis passé en févri­er, et le temps n’é­tait pas nuageux non. Dar­jeel­ing était dans les nuages 😛
    J’ai quand même fini par voir les mag­nifiques mon­tagnes le dernier jour, en repar­tant pren­dre la jeep ><
    Mal­gré tout je con­seille vrai­ment cet endroit, c’est très par­ti­c­uli­er, une sorte de melt­ing pot cul­turel entre népalais et tibé­tains, et finale­ment l’am­biance brumeuse est presque séduisante (presque parce que 10°C et 99% d’hu­mid­ité, c’est quand même pas super :P).

    Je n’ai pas mis les pieds au Ker­ala ni au Ladakh, mais j’en ai enten­du telle­ment bien de la part de dizaines de voyageurs que j’i­rai la prochaine fois.

  3. Le par­adis des pho­tographes... c’est un peu partout lorsque l’on a un peu d’imag­i­na­tion et beau­coup d’au­dace.
    Tes pho­tos, franche­ments, sont vrai­ment superbes. J’ai été en Inde moi aus­si et n’ait pas réus­si à avoir d’aus­si belles images. Félic­i­ta­tions 🙂

  4. Tuni­maal : tu ne paies que pour les vis­ites, la rue reste gra­tu­ite, quand même ! C’est au peu une manière de tax­er les blancs, out­re le prix d’en­trée déjà plus élevé.

    Julie : vous avez choisi une région, ça y est ?

    Lau­rent : c’est telle­ment dif­férent d’une région à l’autre, qu’on pour­rait aisé­ment y rester une année com­plète sans tourn­er en rond, je pense. Ini­tiale­ment, nous devions aller au Ladakh, puis nous avons changé avant le départ pour le clas­sique Rajasthan. Et c’est pas plus mal, car c’est pile cette année là que la mous­son a fait de gros dégâts au Pak­istan et au Ladakh :/
    C’est mar­rant pour Dar­jeel­ing, j’au­rais cru que c’é­tait plus res­pirable à cette péri­ode, mais vis­i­ble­ment, le cli­mat indi­en n’est jamais très sym­pa avec les occi­den­taux !

    Footix : c’est impos­si­ble de ne pas revenir avec de belles images ! En fait, bien sûr qu’on peut faire des choses intéres­santes partout, mais il y a des pays qui sont plus « faciles » de d’autres, surtout quand on débute. Faire des por­traits en Russie, par exem­ple, sera extrême­ment dif­fi­cile, là où en Inde il suf­fit de sor­tir dans la rue ! Et puis, il y a le fac­teur exo­tisme, choc cul­turel, aus­si, qui fait qu’en regar­dant une pho­to d’Asie on ressent bien l’ap­pel au voy­age... Bref, pour s’en­train­er, pro­gress­er, c’est le par­adis \o/

  5. Ama­teur éch­e­lon zéro, je compte bien amélior­er ma tech­nique sur place quand j’y serais début Mai. Un arti­cle qui donne encore plus envie d’y aller rien qu’a voir les quelques clichés affichés. Une seule envie, prof­iter de ces regards intens­es et émo­tions que seul l’Inde sem­ble délivr­er.

  6. Superbes pho­tos. Franche­ment, dans le cadre de ma pas­sion pour le ciné, je m’y con­nais un peu en cadrage et en image et tu as une vraie pat­te. Les couleurs et les lumières de tes pho­tos sont vrai­ment superbes !

  7. Tu prou­ves par l’in­ter­mé­di­aire de tes pho­tos que c’est effec­tive­ment le par­adis ton tu caus­es. Je trou­ve que c’est parmis ta meilleure série. Je note pour le futur 🙂

  8. Le long voy­age de Lau­rent m’a déjà beau­coup don­né envie d’aller faire un tour en Inde, mais alors là ... c’est large­ment pire ! Les pho­tos sont vrai­ment vrai­ment mag­nifiques. Mal­heureuse­ment, ma moitié n’en a rien du tout à faire de la pho­togra­phie (je me balade tou­jours avec mon appareil sur moi, et n’ai jamais réus­si à le pren­dre en pho­to, c’est vous dire), alors si je l’embarque en Inde pour un séjour pho­tographique, je vais énor­mé­ment le saouler :/ Il faut que je com­mence à pré­par­er le ter­rain ... comme ça, quand on aura les moyens, on pour­ra y aller. J’ai 10 ans pour le con­va­in­cre ! (les dix ans avant d’avoir les moyens :P).

    Blague à part, il y a des des­ti­na­tions comme ça qui sont pho­tographique­ment mag­iques. Mon tout pre­mier séjour en Fin­lande, accom­pa­g­née de mon tout pre­mier reflex, un mod­este Nikon D40, a été un véri­ta­ble enchante­ment à ce niveau là. J’ai fait des tas de très belles pho­tos sans rien piger à la pho­togra­phie ! (Je débu­tais à peine). Du coup, en décou­vrant un peu com­ment tout ça fonc­tionne, c’est encore plus plaisant de s’en­train­er. C’est moti­vant de savoir qu’on a peu de chances de louper une pho­to, et on peut beau­coup plus jouer sur l’ef­fet qu’on veut don­ner.

    Tous en Inde !

  9. Eme­line, je ne sais pas ce que tu con­sid­ères comme cher, mais sache que tu peux trou­ver un bil­let A/R pour env­i­ron 500€ aisé­ment, et que la vie là-bas est très peu chère (tu manges pour 1 à 3€, et tu peux te loger pour 3 à 5€ la nuit, si tu te débrouilles bien). Prévois un peu de marge, mais c’est moins cher qu’on ne le pense 😉

  10. Nico­las : si en plus tu as la chance d’y rester longtemps, ça devrait être une expéri­ence géniale. Tu par­les un peu indi­en ? Ou tu vas appren­dre ?

    Blogueur ciné­ma : hé bien c’est très gen­til ! Mer­ci !

    Bruno : il fau­dra bien pren­dre des vacances, un fois que vous aurez repris le tra­vail !

    Eme­line, Lau­rent : oui, je crois que c’est un des pays les moins chers du globe. Le coût de la vie sur place est ridicule, à for­tiori en cou­ple. La cham­bre la plus chère que nous ayons payée était à 8€ (pour deux, et unique­ment parce que c’é­tait pen­dant un fes­ti­val...), ça tour­nait plutôt à 2 ou 3€ en général... Et on se déplace très bien en trans­port en com­mun, quitte à faire appel à un chauf­feur de temps en temps, où à louer une moto. Bref, une fois qu’on a payé le bil­let, on a sor­ti 80% du bud­get !

  11. Mag­nifiques pho­tos ! J’aimerais bien avoir les con­nais­sances en pho­to et les appareils pour avoir de beaux résul­tats, surtout lors de mes voy­ages en Inde, en Chine, au Pérou, en Turquie... mais bon, pour le moment mon petit appareil suf­fit à mes besoins 🙂

  12. Récem­ment j’ai fait un petit séjour à Prague. Hé bien là-bas aus­si, la plu­part des mon­u­ments imposent une « taxe pho­to », et par­fois même une « taxe camescope ». Ma femme et moi étions scan­dal­isés ! Mais à bien y réfléchir, les lieux touris­tiques s’ef­for­cent de rentabilis­er tou­jours plus, et tan­dis que cer­tains inter­dis­ent pure­ment et sim­ple­ment la prise de pho­tos (à n’en pas douter, la bou­tique sou­venirs clô­tur­era la vis­ite), d’autres se con­tentent peut-être plus de dis­suad­er par le biais d’une taxe...

  13. Voy­age Pérou : ce blog est là pour ça 😉

    Benoît : c’est quand même sacré­ment stu­pide : un touriste heureux dépense plus ! Il y a des endroits où on a vrai­ment l’im­pres­sion que tout est bon pour nous faire pay­er. Je me sou­viens d’un mon­u­ment où non seule­ment on payait déjà cher pour l’en­trée et les appareils, mais en plus ils nous avaient for­cé à porter des chemis­es (alors que j’avais déjà les bras cou­vert par ma pro­pre chemise..) pour nous expli­quer en sor­tant qu’elles étaient à louer. De la même manière, on te fait retir­er tes chaus­sures (et tu peux louer des chaus­settes...) et si tu veux être sûr de les retrou­ver, il faut pay­er le sur­veil­lant... :/ (mais on est radin : on les a mis­es dans nos sacs !)

    Julie : pas vrai­ment, mais y’a pas mal de men­dic­ité. Cela dit, la seule fois de ma vie où j’ai payé pour une pho­to, c’é­tait là-bas... (le sad­hu qu’on voit à la fin : il pleu­vait des cordes, il nous a fait signe de venir nous abrit­er à côté de lui. On a dis­cuté un peu, tout le monde venait lui don­ner des fruits, des pièces. Le lende­main, quand on l’a recroisé, il nous a pro­posé de le pren­dre en pho­to, puis a ten­du la main... dif­fi­cile de refuser.)

  14. Je suis tout à fait d’ac­cord avec toi. Et par­ti­c­ulière­ment sur les por­traits. C’est le pays où je me suis sen­tie le plus à l’aise pour pho­togra­phi­er les gens, et en effet pour se faire la main, ça aide 🙂

  15. Oui effec­tive­ment, dif­fi­cile de dire non... Bon mais pas à tous les coins de rues quand même donc.

    Je te rejoins au sujet de l’im­pact posi­tif de la pho­to « payante ». C’est exacte­ment la même chose pour l’ar­gen­tique et a for­tiori le Polaroid : comme chaque déclic te coûte, tu fais beau­coup plus atten­tion au cadrage, et aux réglages ; et tu tries sur le volet tes déclenche­ments !

  16. Oui, l’Inde est un super pays pour la pho­togra­phie. C’est le pays le plus dépaysant qu’il m’a été don­né de vis­iter. Les occa­sions de pren­dre des pho­tos sont mul­ti­pliées a l’in­fi­ni.

    Tout comme Lau­rent, j’ai beau­coup aimé Varanasi. Et le rajah­stan est très beau aus­si. J’aimerais y retourn­er un jour. Comme dit leur slo­gan touris­tique : Incred­i­ble India !

  17. Cet arti­cle me fait repenser a Born into broth­els, un docu mag­nifique sur des enfants du red light dis­trict de kolkata, qui appren­nent à faire des pho­tos. A voir si tu con­nais pas 🙂

  18. LadyMi­longuera : seule­ment pour les mon­u­ments, hein, ouf !

    Curieuse Voyageuse : on se sent en con­fi­ance, c’est très libéra­teur ! Comme on sait qu’on nous dira oui à 90%, on tente plus facile­ment sa chance !

    Julie : c’est sûr qu’au prix du polaroid, tu ne mitrailles pas.. (par con­tre, en argen­tique, je dou­blais toutes mes pris­es !)

    Mario Dubé : rah, faut vrai­ment que j’aille à Varanasi !

    Julien : alors je ne con­nais pas du tout, mais je vais de ce pas regarder si je le trou­ve ! Mer­ci !

  19. Pareil en Indonésie : main­tenant ils font porter des sarongs (une étoffe à nouer à la taille) aux touristes lors des vis­ites des tem­ples, et qu’il faut pay­er en plus, alors que ce n’é­tait pas le cas quelques années aupar­a­vant ! (et va me dire que les cou­tumes mil­lé­naires ont changé)

  20. Salut Rgs_
    Es tu sûr de toi ou n’est ce pas plutôt dépen­dant de la per­son­ne qui garde l’en­trée. Nor­male­ment toute entrée dans l’en­ceinte requiert un sarong. Entre 2008 et 2011 je n’ai pas vu la dif­férence et not » guide nous avait expliqué que c’é­tait la norme.
    A+

  21. Je reviens d’un petit periple au Rajah­stan et j’ai mis quelques unes de mes pho­tos sur flickr.

    Effec­tive­ment les sites ont payant mais ce n’est pas les 50 ou 100 roupies qui font la dif­férence et si ca peut aider tant mieux

  22. Bon­jour,
    Vos pho­tos en Inde sont vrai­ment superbes...Sans indis­cré­tion est-il pos­si­ble de con­naître le mod­èle d’ap­pareil pho­to que vous avez util­isé ? Je trou­ve le ren­du des couleurs mag­nifique.

  23. Bon­jour Madame Oreille,

    Un bien joli blog/site que celui-ci. J’ai pris plaisir à lire votre retour d’ex­péri­ence sur un voy­age en inde.

    Je pars une quin­zaine de jours au Rajasthan en févri­er et je me demande quel matériel pho­to emporter et quelle quan­tité porter.
    La plu­part du temps, je cible le matériel en fonc­tion de ce que je pense voir... mais là l’Inde est un mys­tère.

    Du coup, j’au­rai aimé quelques con­seils en la matière.

    J’ai à ma dis­po­si­tion :
    – 2 reflex­es FF
    – un 14 2.8, un 35 1.4, un 85 1.4
    – un 24–70 2.8, un 70–200 2.8
    – des fil­tres Lee
    – un trépied Git­zo léger et com­pact

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest