Photographier des aurores boréales... à Paris !

Le mois dernier, « on » m’a fait une propo­si­tion assez géniale. En ren­trant de Norvège, j’avais posté une vidéo sur com­ment pho­togra­phi­er des aurores boréales, et ça a attiré l’attention de quelques per­son­nes... Les­dites per­son­nes m’ont alors con­tac­tée pour tester un pro­to­type de fil­tre sur lequel elles tra­vail­lent. Dans la mesure où le fil­tre n’est pas encore com­mer­cial­isé (mais sous brevet, ils ne sont pas fous !), ils m’ont demandé ne pas les citer ici mais vous pou­vez être sûrs que vous aurez tous les détails dans quelques mois !

Revenons à notre pro­to­type. « Ils » m’ont con­tac­té en me pro­posant de pho­togra­phi­er des aurores boréales à Paris. Dans un pre­mier temps, ça m’a bien sûr sem­blé absurde. En effet, quiconque vit ici sait qu’on ne voit même pas les étoiles, le ciel reste tou­jours d’un gris clair un peu orangé. Or, le pre­mier impératif pour voir des aurores, c’est bien de voir le ciel, sans trop de pol­lu­tion (ce n’est pas unique­ment la pol­lu­tion liée aux voitures etc. c’est aus­si et surtout la pol­lu­tion lumineuse). Dans l’absolu, on peut voir des aurores jusque dans le Sud de la France (lien avec des pho­tos de la dernière grosse aurore observée en France, en 2003). Il faut com­pren­dre qu’on voit prin­ci­pale­ment des aurores boréales dans les régions proches des pôles (on dira aurores aus­trales dans l’hémisphère Sud). C’est une his­toire de vent polaire et de par­tic­ules chargées. Plus l’activité mag­né­tique est intense, plus on peut les voir dans des lat­i­tudes proches de chez nous. Le seul souci, c’est qu’à l’heure actuelle nos villes sont bien trop éclairées pour que l’on puisse observ­er quoi que ce soit...

L’idée du fil­tre est en fait de pass­er out­re cette pol­lu­tion lumineuse. En gros, de la même manière qu’on isole les infra-rouges, on isole la lumière verte des aurores, et on peut donc ren­dre le fil­tre sen­si­ble aux aurores. Bon, ça c’est la théorie. J’ai passé les dernières semaines à sur­veiller les pré­dic­tions et à par­courir Paris... Et c’est franche­ment super com­pliqué à met­tre en pra­tique !

Les faibles aurores étaient déjà assez peu vis­i­bles en Norvège, mais à Paris c’est pire : on ne voit stricte­ment rien dans le viseur ! Il faut donc déclencher à l’aveugle, faire des essais de réglages, et surtout, beau­coup retra­vailler l’image (RAW oblig­a­toire). J’ai pris des cen­taines d’images, la plu­part inutil­is­ables, mais voici les qua­tre que j’ai gardées, qui se détachent un peu et mon­trent vrai­ment les pos­si­bil­ités du fil­tre :

Photographier des aurores boréales à Paris

cliquez pour agrandir et faire défil­er les pho­tos
Photographier des aurores boréales à ParisPhotographier des aurores boréales à Paris
Photographier des aurores boréales à Paris

En Norvège, je pas­sais l’appareil en manuel, et j’utilisais des vitesse assez lentes (autour de 15 sec­on­des) en ouvrant beau­coup et avec des ISO qui restaient rel­a­tive­ment élevés. Ici, pour mon pre­mier test (la pre­mière nuit où les pré­dic­tions d’aurores étaient bonnes), j’ai voulu repren­dre les mêmes réglages, et ça a bien évidem­ment été un fias­co. J’ai passé 10 min­utes à essay­er tout et n’importe quoi sans résul­tat sur l’image. Il m’a fal­lu quelques sor­ties pour réus­sir à apercevoir un petit voile vert : avec le fil­tre, il faut mon­ter en ISO mais fer­mer un peu, sous peine d’avoir tou­jours des images trop claires pour qu’on dis­tingue quoi que ce soit. Et der­rière, il faut beau­coup retouch­er, pour rétablir des couleurs nor­males sur le reste de la pho­to. C’est sur ce dernier point qu’ils con­tin­u­ent de tra­vailler...

A suiv­re dans les mois à venir ! Dès que le fil­tre est disponible, je vous en repar­le !

Edit du 2 Avril : cet article était un poisson d’Avril ! Les photos sont des montages 🙂

poissondavril

31 Commentaires

  1. Alors ça c’est incroy­able ! J’ai vrai­ment galéré en Norvège il y a 15 jours avec ces fichues aurores et ne suis pas par­v­enue à avoir des pho­tos d’un niveau com­pa­ra­ble à ce que tu nous mon­tres ici. J’ai vrai­ment hâte d’en savoir plus sur ce fil­tre mir­a­cle.

  2. Tu pens­es que ça va fonc­tion­ner ce genre de fil­tres si l’on se trou­ve plus au sud ... genre Toulouse ou Mar­seille. J’habite en plus à coté de l’observatoire de Toulouse et pas loin de la cité de l’espace ça serait l’occasion de prof­iter de l’endroit en sor­tant de l’ordinaire.

    J’imagine toute­fois que ce genre de matériel ne doit pas être don­né, peut être pour­rons nous le co-acheter 😉 

    Il me tarde d’en savoir plus ...

  3. Sauf erreur les fil­tres sont recou­verts d’huile de sar­dine séchée scan­di­naves. A force de subir le ray­on­nement des aurores, l’huile ne laisse finale­ment pass­er que ces rayons.

  4. Bon­jour, les pho­tos sont d’une très belle qual­ité. Mer­ci pour le partage !
    J’attend vite des nou­velles de ce « fil­tre mag­ique » !

  5. Dom­mage qu’on soit le 1er Avril... 😀 celle du pont des arts est assez con­va­in­cante ! J’applaudis ce pois­son du plus bel effet, et la créa­tiv­ité ! Joli tra­vail !

  6. C’est incroy­able ! Et c’est bizarre que cela ne se voit pas tant à l’oeil nu, parce que sur les pho­tos, on pour­rait presque dis­tinguer les pois­sons de la Seine ! Bien joué !

  7. Joli pois­son flot­tant sur les cieux ver­doy­ants... Je suis touchée par cette déli­cate et poé­tique mise en scène qui met de la grâce dans notre pre­mier avril parisien ! Bra­vo !

  8. Et moi qui pen­sais, comme beau­coup, que les aurores boréales étaient réservées aux Pôles... Mal­heureuse­ment, ce n’est pas demain que le sim­ple quidam aura le plaisir de pou­voir en pho­togra­phi­er sous nos lat­i­tudes, si j’en crois la tech­nic­ité de l’usage de ce fil­tre...

  9. Cet arti­cle était un petit pois­son d’Avril ! Bra­vo à ceux qui l’avaient dev­iné, et mer­ci à ceux qui ont joué le jeu. A l’année prochaine 😉

  10. Bra­vo, c’est le seul pois­son qui m’a pris dans ses filets !
    Bon faut dire que lire ses flux RSS plusieurs jours après.. mais quand bien même ! Tu m’as ven­du du rêve (et le réveil est bru­tal, j’ai teeeeelle­ment envie de retourn­er au nord...)

  11. J’y ai cru au début aha­ha !
    T’as bien réus­si ton coup, c’est vrai que ça pour­rait être une bonne idée un appareil pho­to pour les aurores boréales !

  12. Ahah en lisant cet arti­cle en plein mois de décem­bre, je me suis dit que c’était sacré­ment ouf et qu’en même temps, ça n’avait pas grand intérêt de pho­togra­phi­er un truc que tu ne peux même pas voir en vrai. La con­clu­sion de l’article m’a ras­surée ^^

  13. J’y ai telle­ment cru à fond ! J’adore 🙂 Bra­vo.
    Ah et mer­ci pour ton arti­cle sur l’objectif à acheter pour un pre­mier voy­age. C’est exacte­ment ce que je cher­chais et je crois que je vais suiv­re tes con­seils, surtout pour le Sig­ma 10–20.

    Bonne journée, bonne con­tin­u­a­tion !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest