fbpx

Les Lofoten en hiver : Å, lacs gelés et morues séchées

Après le résumé en iPhono­gra­phie, place aux « vraies » pho­tos et à un réc­it plus com­plet !

Nous arrivons à Å de nuit. Depuis le fer­ry, nous ne dis­tin­guons que vague­ment les mon­tagnes. Un chauf­feur de taxi nous attend à l’embarcadère de Moskenes. Je sais déjà que cela va nous coûter un bras mais il est n’est pas loin d’une heure du matin, tout est sous la neige et il n’y a plus de bus depuis longtemps.
La voiture file sur la petite route qui tra­verse l’île. Nous sommes col­lés aux vit­res. Il est tou­jours frus­trant d’arriver de nuit, sans rien voir des paysages. Mais quelle magie lorsqu’on a la sur­prise, le matin, de décou­vrir enfin les mon­tagnes que nous devin­ions.

Nous nous lev­ons avant le soleil. Notre ror­bu est face à la mer, plein Est, par­fait pour admir­er le début du jour.
Et avant de vous emmen­er vis­iter les alen­tours, il faut que je vous fasse vis­iter notre ror­bu, juste­ment. Un ror­bu, c’est donc cette petite cabane sur pilo­tis, générale­ment rouge. Nom­bre d’entre elles ont été retapées (cer­taines datent du XVI­I­Iè siè­cle) pour accueil­lir des touristes, et c’est un héberge­ment typ­ique des Lofoten. C’est bien sûr très cher (on est en Norvège, quand même : le SMIC est à 1800€net, tout s’aligne). Pour autant, non seule­ment il y a des réduc­tions en hiv­er, mais en plus ça peut vite devenir intéres­sant : on loue la mai­son entière, et nom­bre d’entre elles sont équipées pour recevoir une dizaine de per­son­ne. De plus, qui dit mai­son entière dit salle de bain pri­v­a­tive mais surtout cui­sine, et donc grosse économie (en même temps, nous n’aurions pas vrai­ment eu le choix, vu que les restau­rants restent fer­més en basse sai­son...).

norvege_lofoten_01_lever_de_soleil

Les ror­buer (pluriel de « ror­bu ») sous tous les angles...
Cliquez pour voir les pho­tos en grand

Norvege et Lofoten en hiverNorvege et Lofoten en hiver

Petite vis­ite guidée du ror­bu que nous avions : Å Ham­na Ror­buer

norvege_lofoten_02_rorbu

Une pièce à vivre avec salon, salle à manger et vraie cui­sine, une salle de bain, une entrée, une cham­bre avec un lit dou­ble, une deux­ième cham­bre avec deux lits super­posés et la pos­si­bil­ité de grimper à l’échelle pour dormir sur les mate­las placés à l’étage : on loge à sept ou huit dans ce ror­bu !

Norvege et Lofoten en hiver Norvege et Lofoten en hiver Norvege et Lofoten en hiver Norvege et Lofoten en hiver
Non seule­ment c’est plus grand que notre appart, mais en plus ça a un charme fou. Ren­tr­er au chaud, dans sa cabane norvégi­en­ne, et se faire des soupes en écoutant les mou­ettes... En amoureux, seuls dans cette ville presque fan­tôme, c’est sacré­ment roman­tique.

norvege_lofoten_03_a
Norvege et Lofoten en hiverNorvege et Lofoten en hiverNorvege et Lofoten en hiverNorvege et Lofoten en hiver

Å, c’est le bout du monde. Bon, pas vrai­ment, mais presque. C’est la dernière ville des Lofoten, tout au sud, et en hiv­er, c’est qua­si vide, de voyageurs comme d’habitants. Décrire l’ambiance est impos­si­ble. Il faut imag­in­er cette lumière dorée et ce soleil ras­ant toute la journée, la neige que nous sommes les pre­miers à piétin­er, les mon­tagnes qui nous encer­clent, le silence assour­dis­sant.
C’est ce silence qui m’a le plus mar­quée je crois. Une chose que je n’avais jamais ressen­tie, jamais expéri­men­tée. Tant que nous restons proches de la mer, il y a tou­jours le clapo­tis des vagues, le cri des mou­ettes. Mais dès qu’on s’éloigne, il n’y a plus un son. Vrai­ment, le silence absolu. Il faut s’arrêter au milieu d’un lac gelé, réalis­er que les mon­tagnes qui nous encer­clent devraient ampli­fi­er le moin­dre bruisse­ment, et pour­tant, ten­dre l’oreille, blo­quer sa res­pi­ra­tion et ne rien enten­dre. Rien !

norvege_lofoten_04_lac_a

Ran­don­née en raque­ttes autour du lac de Å : Ågvat­net (comptez un bon après-midi entier pour faire la dizaine de kilo­mètres)

Norvege et Lofoten en hiver
Pour­tant, dans la neige, on repère les pas de quelques mam­mifères, ou les skis de promeneurs passés avant nous, mais non : pas un bruit.

norvege_lofoten_05_lac_sorvagen
Ran­don­née depuis Sørvå­gen jusqu’au lac de Troll­dals­vat­net (env­i­ron 18km, avortée faute de chemin prat­i­ca­ble pour mon­ter sur les som­mets)

Norvege et Lofoten en hiverNorvege et Lofoten en hiverNorvege et Lofoten en hiver

Il faut aus­si que je vous par­le de morue. Le cabil­laud, c’est l’activité locale dans les Lofoten et, en févri­er, ils com­men­cent à rem­plir les éten­doirs. Ain­si, partout, on voit et on sent des pois­sons morts en train de séch­er. Et, selon les villes, on ver­ra plutôt des corps ou plutôt des têtes. Ain­si, à Å, ils étendaient les corps et lais­saient les têtes dans des bacs. A Reine, la ville où nous avons séjourné pour la deux­ième moitié de cette semaine dans les Lofoten, ils sor­taient les têtes des bacs pour les faire séch­er, en grappes.

norvege_lofoten_06_moruesLes morues séchées de Å et de Reine

Est-ce que ça sent ? Bah oui, c’est quand même du pois­son mort. Mais c’est pas for­cé­ment choquant, et on s’y fait vite !
Norvege et Lofoten en hiver
Norvege et Lofoten en hiver
Norvege et Lofoten en hiver
Norvege et Lofoten en hiver
Pour ceux qui ne veu­lent pas organ­is­er leur voy­age en Norvège seuls, vous pou­vez vous adress­er à David, un français expa­trié dans les Lofotens depuis plusieurs années. Il peut vous accueil­lir dans ses ror­buer à Sørvå­gen et s’avère être égale­ment guide de ran­don­née. Plus d’infos sur son site : Explo­ra­nor.

25 Commentaires

  1. Super pho­tos (par con­tre quand on clique dessus il n’y en a tou­jours qu’une seule qui s’affiche en grand parmis les 2/3/4/5 qu’on voit en petit)

    1. C’est un dia­po­ra­ma, il suf­fit d’utiliser les petites flèch­es pour faire défil­er les pho­tos

  2. C’est toute la nuance entre médi­an et moyen (qu’on mélange sou­vent, c’est vrai). D’après le même site, le salaire moyen en France est de 2572, alors que 50% des français gag­nent moins de 1500€... Du coup, il doit quand même y avoir une par­tie de la pop­u­la­tion qui rame un peu, même si c’est plus choquant pour un français en voy­age, bien sûr.

  3. Hmmm ça me donne envie d’y retourn­er ! J’avais moi aus­si été agréable­ment sur­pris par cette alter­nance entre silence absolu et cri des mouettes/clapotis des vagues, le tout agré­men­té de l’odeur d’iode et de pois­son séché.

    Mer­ci pour le partage ! 🙂

  4. Miam les têtes de pois­sons.
    Les pho­tos sont mag­nifiques. Comme f’hab.
    La cabane est bien ce petit nid douil­let qui nous pro­tège du froid 🙂
    Et cette soli­tude assour­dis­sante... qui ne l’a pas expéri­men­té un jour, au coeur de l’hiver en cam­pagne. Ici, au milieu des mon­tages norvégi­en­nes, cela devait pren­dre une toute autre dimen­sion.

    Ah que je t’envie 🙂

    1. Hé bien fig­ure toi que c’est super dif­fi­cile d’en acheter en hiv­er : tous les mag­a­sins sont fer­més, et les quelques épiceries qu’on a trou­vées ne vendaient que du pois­son pané surgelé 😀

  5. Ayant vu le dernier épisode d’Echappées Belles en Norvège, pas très loin de là ou vous étiez, je com­prends mieux ce que vous avez ressen­ti.
    Cette atmo­sphère mag­ique et un régal pour les pho­tographes comme toi, avec cette lumière « bonne » tout le temps !!

    Pour les intéressés et pour mieux vivre le voy­age, le replay : http://t.co/y1eFrx1b16

  6. Réc­it et pho­tos mag­nifiques... ça donne très envie d’y aller !!
    On pour­rait avoir les Exif ou plus de détails (sur les objec­tifs util­isés, la post-prod, etc.) ? 🙂

    1. A quelques excep­tions près, elles sont toutes pris­es au Canon 16–35, en raw, mais le plus impor­tant c’est la lumière qu’il y a là-bas !

  7. Bra­vo pour cet arti­cle ! Cela est dépaysant pour quelqu’un qui ne va pas voy­ager cet été...
    Tes pho­tos sont superbes, et tes écrits envoû­tants.
    Mer­ci beau­coup de nous faire voy­ager !

  8. Hel­lo,
    Tu par­les dans ton arti­cle, qu’à cette péri­ode (Novem­bre si j’ai bien com­pris?!) il est facile d’avoir une ris­tourne.
    Tu saurais me dire à com­bi­en s’élevait la nuit dans les cabanes à Reine par ex ?
    J’y voy­age le mois prochain..
    Autrement, je me demandais si il valait la peine de réserv­er en avance en cette péri­ode creuse ou aller directe­ment sur place deman­der une cham­bre c’est jouable ?
    Mer­ci de ton retour.
    A bien­tôt

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest