fbpx

Le Grand-Bornand en famille

Le Grand-Bor­nand c’est 2000 habi­tants et autant de vach­es, dans un petit coin de Haute-Savoie. C’est aus­si un chou­ette endroit pour une échap­pée esti­vale à la mon­tagne, en famille !

Début juil­let, Petite Oreille et moi décou­vri­ons le Grand-Bor­nand, cette petite sta­tion des Alpes qui a la par­tic­u­lar­ité d’avoir gardé nom­bre de ses vieux chalets en bois (et qui a donc un charme fou).

Note préal­able : toutes ces activ­ités ont été faites sur plusieurs jours, et ne sont réu­nies sur un seul jour que pour les besoins de l’article ! Ne repro­duisez pas cela chez vous et prenez le temps de savour­er les lieux !

🕖 7h : petit déjeuner

Grand-Bornand

Regarder le soleil se lever sur la chaîne des Aravis est un joli spec­ta­cle pour le petit déje­uner. Nous man­geons sur la ter­rasse du chalet. Un verre de lait chaud, une part de gâteau de Savoie pour Petite Oreille, une part de tarte aux myr­tilles pour moi. On est bien, là !

On étend les cloches des vach­es au loin. Nous sommes au début de l’été et les bovidés ont rejoint les alpages. Plus tard, nous irons les voir de près.

Marie-Chris­tine, la pro­prié­taire, nous racon­te l’histoire du lieu. Le chalet, vieux de plus de 300 ans, apparte­nait à sa belle-famille. Lorsqu’est venue l’idée de trans­former l’ancienne ferme en hôtel, Marie-Chris­tine et son con­joint ont choisi de con­serv­er l’âme mon­tag­narde. Les 9 cham­bres sont donc toutes dif­férentes et por­tent cha­cune le nom d’un vieil out­il : la râssé, la barat­te, la trosse, la gar­rire, le croëzet...

Ces usten­siles don­nent égale­ment le ton de la déco­ra­tion de chaque cham­bre. Ain­si, nous dormions dans la cham­bre nom­mée la râssé et une grande scie à bois, d’époque, trô­nais à côté de mon lit (râssé désig­nant cette scie, en patois). De quoi plonger directe­ment dans l’ambiance.

L’hôtel est plein de charme et vous don­nerait presque l’impression d’être en cham­bre d’hôtes avec son ambiance famil­iale. Il se trou­ve un peu à l’écart du cen­tre ville, au calme (c’est le chalet de gauche sur la pho­to ci-dessous).

Où dormir au Grand Bor­nand : le Chalet-hôtel

Les Fer­mes de Pierre & Anna
4681 Route de la Val­lée du Bouchet
74450 Le Grand-Bor­nand
Plus d’infos
Réserv­er

Comptez entre 100 et 150€ la nuit pour 2 per­son­nes avec petit déje­uner selon les dates.

 

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

 

🕗 8h : le marché

Après une petite marche autour de l’hôtel à admir­er les chalets et les toi­tures tout en bois (les fameux tavail­lons et ancelles, les tuiles typ­iques locales), nous rejoignons le cen­tre-ville. Tous les mer­cre­dis, c’est le marché, et c’est l’occasion pour nous de faire les pro­vi­sions pour le pique-nique du midi !

Ici, on trou­ve tous les pro­duits tra­di­tion­nels et beau­coup de pro­duc­teurs locaux, bien sûr. Nous optons pour de la tomme de Savoie à déguster avec du pain frais.

Grand-Bornand

Grand-Bornand

 

🕘 9h : randonnée en famille

Le Grand-Bor­nand, c’est for­cé­ment le par­adis pour les ran­don­neurs : des lacs, des cols, des som­mets, et des petits sen­tiers qui sil­lon­nent les alpages pour accéder aux plus beaux points de vue.

Grand-Bornand

C’est Jean-Marc qui nous accom­pa­gne. Guide de mon­tagne, il emmène des ran­don­neurs partout dans le monde mais réside au Grand-Bor­nand et con­naît le coin comme sa poche.

Bien que pren­dre un guide ne soit pas néces­saire sur les sen­tiers que l’ont trou­ve ici, surtout pour une prom­e­nade en famille, c’est intéres­sant de chem­iner avec quelqu’un qui partage des anec­dotes sur le coin, explique tout, con­naît les fleurs et repère la faune.

Jean-Marc nous emmène du Chi­nail­lon (un joli quarti­er du Grand-Bor­nand) au pied de l’Aiguille Verte. Un joli dénivelé posi­tif de plus de 500m pour Petite Oreille, qui nous per­me­t­tra d’observer des mar­mottes, des bou­quetins, des chamois, et le Mont Blanc ! (si vous regardez bien, vous le ver­rez sur les pho­tos, cou­vert de neige, der­rière la chaîne des Aravis)

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

J’étais assez sur­prise de voir les mar­mottes, et surtout de les voir d’aussi près. (Si vous regardez bien la pho­to ci-dessous, vous voyez à quel point Petite Oreille est proche de la mar­motte, petit point beige en haut à gauche !) Les mar­mottes sont des ani­maux assez crain­tifs, et il est tou­jours com­pliqué de les approcher. Jean-Marc m’a con­fié que la den­sité en ani­maux sauvages autour du Grand-Bor­nand, et la facil­ité à les observ­er, le sur­prend tou­jours aus­si. Il voit des chamois ou des bou­quetins à chaque ran­don­née !

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

🕐 13h : visite de la ferme du Jalouvre

Notre ran­don­née se ter­mine au pied du Jalou­vre, une grosse mon­tagne cou­verte de voies d’escalades. C’est ici que nous ren­con­trons Karine, qui pro­duit en famille le seul reblo­chon bio de la région. Son mari s’occupe des vach­es, son fils donne un coup de main pen­dant les vacances, et elle s’occupe de la fab­ri­ca­tion des fro­mages.

Vis­iter la ferme du Jalou­vre
Michel et Karine Fournier-Bidoz
240 chemin du Saugy
74450 Le Grand-Bor­nand
Télé­phone : 06 70 20 68 69 ou 06 23 60 57 62 (les prévenir avant !)

Grand-Bornand

Au Grand-Bor­nand comme partout en Haute-Savoie, les éleveurs et pro­duc­teurs-fer­miers ont deux exploita­tions : une proche des alpages pour l’été, et une plus basse pour l’hiver afin de ne pas être ensevelis sous la neige. Il est vis­i­ble­ment tout à fait courant qu’il y ait de la neige jusqu’au toit des fer­mes d’alpages, les ren­dant inac­ces­si­bles pen­dant plus de la moitié de l’année ! Karine et sa famille démé­na­gent donc deux fois par an.

Grand-Bornand

Karine présente ses vach­es préférées à Petite Oreille, tou­jours heureuse de caress­er un ani­mal. Elle a deux races de vach­es : des Abon­dances et des Mont­béliardes. Et deux fois par jour,  toutes passent à la traite. À par­tir du lait cru ain­si obtenu, Karine pré­pare les fro­mages qu’il fau­dra ensuite affin­er sur les planch­es en bois tra­di­tion­nelles.

Le saviez-vous : la tar­ti­flette n’a rien de tra­di­tion­nelle !

La tar­ti­flette, qu’on imag­ine comme le plat de référence dans les mon­tagnes savo­yardes, est en réal­ité une inven­tion récente : une idée ingénieuse trou­vée dans les années 1980 pour pop­u­laris­er le reblo­chon et en aug­menter les ventes. Le con­cept est telle­ment bien pen­sé que la tar­ti­flette s’est rapi­de­ment imposée comme un plat authen­tique et tra­di­tion­nel, pro­posé dans tous les restau­rants de Savoie.

La tar­ti­flette s’inspire tout de même d’un plat local nom­mé péla, du nom patois de la poêle dans laque­lle on le pré­pare. On y retrou­ve les pommes de terre, les oignons et le fro­mage fon­du.

Au Grand-Bor­nand et dans quelques autres com­munes de la région vous trou­verez égale­ment la croz­i­flette, une vari­ante de la tar­ti­flette où les crozets, des petites pâtes car­rées, rem­pla­cent les pommes de terre.

Grand-Bornand

🕑 14h repos à la piscine

La piscine, ce n’est pas for­cé­ment mon activ­ité favorite lorsque je séjourne à la mon­tagne. Pour­tant, celle du Grand-Bor­nand vaut le détour (et je vous con­seille d’y pass­er la journée).

La pre­mière rai­son d’aller à la piscine du Grand-Bor­nand, c’est le cadre : les bassins se trou­vent en extérieur, en cen­tre-ville, avec vue sur les mon­tagnes. C’est donc bougre­ment agréable !

La deux­ième rai­son, c’est qu’elle est adap­tée aux familles : on y trou­ve trois bassins dif­férents ain­si qu’un grand tob­bo­gan. Les tout-petits ont accès à une grande patau­geoire avec des jeux. Les nageurs qui veu­lent s’entraîner ont pour eux un bassin dédié avec des lignes réservées à la nata­tion. Et au milieu un grand bassin ludique, dont la pro­fondeur est pro­gres­sive, est par­fait pour les enfants et ceux qui veu­lent juste prof­iter de l’eau.
Enfin, un grand tobog­gan offre quelques sen­sa­tions fortes avant d’atterrir dans un mini bassin, en toute sécu­rité. Petite Oreille a fait plusieurs tours (sur mes genoux), riant à gorge déployée pen­dant toute la descente !

La troisième rai­son, c’est qu’ici tout est fait pour qu’on puisse rester toute la journée : la piscine a un petit restau­rant (snack) et de nom­breux espaces verts sur lesquels pique-niquer. Il y a égale­ment des para­sols sous lesquels se pro­téger pour quelques min­utes de repos.

 

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Ci-dessus : la patau­geoire à gauche, puis deux vues du bassin loisirs dans lequel Petite Oreille a passé tout son temps !

Piscine du Grand-Bor­nand

189 route du Borne
74450 Le Grand-Bor­nand

La piscine n’est ouverte qu’en été (fin mai / début sep­tem­bre).

Entrée adulte : 5.60 €
Entrée enfant : 4.50 €
Gra­tu­it pour les enfants de moins de 5 ans.
Réduc­tion pour les déten­teurs de la carte d’hôte (qu’on vous donne dès que vous logez dans un des héberge­ments de la ville) : adulte 4.60 €, enfant 3.90 €

 

🕒 15h : montée au mont Lachat

Le Mont Lachat, plan­té au milieu de la val­lée, domine le Grand-Bor­nand du haut de ses 2050m. Au som­met, on prof­ite de jolies vue sur les Aravis. On peut y mon­ter à pied si on a le temps et la moti­va­tion, ou emprunter les télé-cab­ines du Rosay. Celles-ci ont une petite par­tic­u­lar­ité : elles sont toutes dif­férentes et racon­tent l’histoire de la sta­tion. À par­tir d’archives pho­tos, Pierre Amoudry, aidé de son col­lec­tif d’artistes, Doka Pro­duc­tions, a décoré les cab­ines en noir et blanc. On y voit des skieurs, bien sûr, des mou­tons, des scènes de la vie quo­ti­di­ennes depuis les années 50 ou 60.

Ce même col­lec­tif d’artistes est aus­si à l’origine des fresques de vach­es qu’on aperçoit partout dans le cen­tre ville, don­nant au Grand-Bor­nand des airs mod­ernes entre deux chalets en bois bicen­te­naires. Tous ont gran­di ici, dans les mon­tagnes, et y vivent aujourd’hui encore, amenant une dose de dynamisme et d’originalité dans la région.

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Après les cab­ines, il faut pour­suiv­re l’ascension en télésiège. Les pieds dans le vide, plusieurs mètre au-dessus du sol, c’est for­cé­ment impres­sion­nant. Très rigo­lo pour Petite Oreille, très stres­sant pour moi. Mais on est récom­pen­sé, au som­met, par la vue à 360° sur les Aravis et le mas­sif des Bornes. On tend l’oreille pour écouter les cloches des vach­es. On observe les rapaces qui tournoient au dessus des mon­tagnes.

Grand-Bornand

🕔 17h : promenade en ville

Grand-Bornand

En ville, nous mar­chons de pein­ture de vache en sculp­ture de vache (pro­curez-vous la carte du par­cours de l’Art Vache à l’Office de Tourisme !) jusqu’à la bou­tique de Didi­er Per­ril­lat, maître arti­san bour­re­li­er. Ici, Michelle, qui tra­vaille avec lui, nous explique com­ment elle tra­vaille le cuir pour fab­ri­quer les célèbres col­liers à cloche des vach­es. Dans l’atelier, on ne trou­ve que des out­ils d’époque et du cuir français : tout est fait dans la tra­di­tion.
Michelle était secré­taire médi­cale, elle avait envie de se recon­ver­tir. Un peu par hasard, Didi­er cher­chait a embauch­er, et l’idée de devenir bour­re­lière a ger­mé. Elle en par­le avec des étoiles dans les yeux. Son geste est minu­tieux, pré­cis. En quelques sec­on­des, elle fixe les riv­ets au futur col­lier de Philippe le tau­reau (ne me deman­dez pas qui appelle son tau­reau Philippe). Le col­lier est fini, décoré.

Petite Oreille s’amuse à tester les cloches de toutes les tailles. Je lui en achète, une, bien sûr (je dois être un peu maso). Le son typ­ique donne instan­ta­né­ment l’impression d’être dans les mon­tagnes.

Grand-Bornand

Grand-Bornand

🕕 18h Cours de golf

Je n’aurais jamais cru que Petite Oreille s’amuse autant en faisant du golf. L’hôtel don­nait sur le golf du Grand-Bor­nand, un petit golf de 9 trous assez con­nu qui doit sans doute son suc­cès au cadre : entouré par les mon­tagnes, avec vue sur la Pointe Per­cée, des espaces verts ménagés autour et la riv­ière qui coule au fond. L’hiver, le golf se trans­forme en piste de ski de fond.
Jim­my, l’un des profs de golf, lui donne une petite ini­ti­a­tion : quelques trous pour com­pren­dre le principe, appren­dre à se plac­er, puis une longue ses­sion avec un put­ter spé­cial enfant pour essay­er d’envoyer la balle le plus loin pos­si­ble, parce que taper et enten­dre le poc, c’est quand même trop cool.

Golf du Grand Bor­nand
Le Rocher Blanc
4538 route de la val­lée du Bouchet
74450 Le Grand-Bor­nand
Autour de nous, voyageurs-golfeurs et habitués des lieux encour­a­gent Petite Oreille, plaisan­tent, lui souri­ent, ce qui rend l’activité très con­viviale !

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

🕖 19h : apéro à l»&

L’Esperluette c’est une par­en­thèse. Le bistrot éphémère s’installe sur les pistes en hiv­er et opte pour une ambiance cham­pêtre au bord de la riv­ière, en été. Des plats sim­ples et goû­teux, un petit chalet-cui­sine, quelques tables, une jolie vue, l’Esperluette est un con­cept dévelop­pé par un col­lec­tif de jeunes artistes locaux : les mêmes qui sont à l’origine de nom­breuses fresques de street art dans le cen­tre ville ou des déco­ra­tions des cab­ines !

Où manger au Grand-Bor­nand : l’Esperluette

Pour des infor­ma­tions en temps réels, regardez leur page Face­book.

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

🕗 20h : dîner au col des Annes

Au restau­rant la Chem­inée, on mange les grands clas­siques savo­yards, et notam­ment les beignets de pomme de terre, et l’indétrônable tar­ti­flette.

Où manger au Grand-Bor­nand : la Chem­inée

6870, Route du Col des Annes
74450 Le Grand-Bor­nand

La nour­ri­t­ure est très bonne, certes, mais on vient surtout ici pour la vue qui est sans con­teste par­mi les plus belle de la région.

Pen­dant qu’on entame le repas, les vach­es ren­trent à l’étable. Con­cer­to pour clar­ines en sol majeur. L’harmonie dif­fère d’un trou­peau à l’autre, selon la forme des cloches, leur taille.

Au loin, j’observe la petite chapelle de la Duche, par­ti­c­ulière­ment pho­togénique. C’est la plus anci­enne du Grand-Bor­nand. Le couch­er de soleil nous offre un panora­ma sai­sis­sant. La lumière ras­ante fait ressor­tir les reliefs bruts des Aravis. Le spec­ta­cle est mag­ique.

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand


Grand-Bornand

Grand-Bornand

Grand-Bornand

 

Ce séjour a été réal­isé en parte­nar­i­at avec l’Office de Tourisme du Grand-Bor­nand.

20 Commentaires

  1. Pho­tos et arti­cles tou­jours excel­lents et inspi­rants ! Je suis plus que fan 🙂

    Tu ne nous dis plus quel matériel tu utilis­es à la fin de tes arti­cles ?

    1. Mer­ci beau­coup Jor­dan ! C’est vrai que je ne prends plus le temps de pren­dre mon sac en pho­to à chaque séjour. Mais si ça vous intéresse, je peux recom­mencer à le faire !

  2. Que c’est joli ! Il faudrait vrai­ment que j’y retourne. J’ai un tas de pho­tos de quand j’étais petite mais peu de sou­venirs. C’est vrai­ment beau en tout cas, et ça je m’en sou­viens 🙂

    Julie

  3. Bon­jour ! J’adore vos arti­cles et vos pho­tos ! C’est vrai­ment très beau!! Mer­ci pour le partage ! Com­bi­en de km fait la ran­don­née que vous avez fais le matin avec Petite Oreille ? Et quel âge a-t-elle déjà ?

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest