fbpx

Laos : Vang Vieng

Devinette : où peut-on manger de la piz­za en étant allongé devant Friends, après avoir passé l’après-midi à boire de la bière, assis dans une bouée, en se lais­sant porter par le courant de la riv­ière ?

Indice : c’est au Laos.

Réponse : c’est le titre de cet arti­cle.

Depuis Luang Pra­bang, nous prenons un mini-bus pour Vang Vieng. C’est un mode de trans­port assez par­ti­c­uli­er : on a une heure de départ mais il faut atten­dre que TOUTES les places soient occupées. Une place vide nous a valu 45 min­utes d’attente jusqu’à ce qu’une touriste per­due vienne enfin nous rejoin­dre. Et, lorsque nous par­tons enfin, c’est pour mieux atten­dre que le chauf­feur fasse la paperasse puis le plein d’essence. Mal­heureuse­ment, il va alors chercher à rat­trap­er son retard en roulant n’importe com­ment sur la route.

cliquez pour agrandir

Nous sommes au fond, bal­lot­tés de tous les côtés, et la moin­dre pause est appré­ciée ; même si c’est dans des « vil­lages pipi ». Je vous vois ricaner, mais c’est vrai­ment étrange comme endroits. Cinq ou six mini-bus effec­tu­ant le même tra­jet s’y arrê­tent en même temps, et on se retrou­ve devant trois cahutes ven­dant des chips hors de prix, et pro­posant surtout d’utiliser des toi­lettes. En fait de toi­lettes imag­inez plutôt qua­tre murs sans toit, un trou et un bout de tôle en guise de porte. Et tout ça pour deux ou trois fois plus cher qu’ailleurs, mono­pole oblige. Le fait d’avoir le choix pour­rait faire jouer la con­cur­rence, mais il y a entente sur les prix...

Arrivés à Vang Vieng, nous choi­sis­sons un petit hôtel à l’écart du cen­tre, et à l’écart du bruit. Vang Vieng est le haut-lieu de la fête au Laos, et toute la ville a été conçue pour s’adapter aux goûts des occi­den­taux présents en masse. Ils sont améri­cains, anglais, aus­traliens, se dépla­cent en bande, ont moins de 25 ans, et beau­coup d’argent à dépenser. Et pour leur plaire, les restau­rant pro­posent donc des plats occi­den­taux, servis sur des mate­las dans lesquels on peut se vautr­er pour regarder la télé. His­toire de ne pas être per­dus, aucun pro­gramme asi­a­tique n’est pro­posé : on pas­sage en boucle des DVD de Friends et du dessin ani­mé Amer­i­can Dad, quel que soit le restau­rant.

Pour les occu­per la journée, il y a le tub­ing. Dans l’absolu, c’est un con­cept plutôt sym­pa : on loue une cham­bre à air de camion, on se fait dépos­er en amont, et on passe la journée à se laiss­er porter par l’eau pour revenir vers la ville. Le prob­lème, c’est que sur le chemin, se sont instal­lés des bars, et que le but du jeu est donc d’attraper les cordes ten­dues pour s’acheter de l’alcool tout le long du tra­jet. Sauf qu’il fait chaud, qu’il n’y a pas d’ombre, et que cer­tains n’ont aucune lim­ite.

Vous allez me deman­der ce qu’on a bien pu aller faire là-bas. A dire vrai, sur le dernier itinéraire pré­paré en France, la ville n’apparaissait pas. Mais ça serait dom­mage de ne pas y aller pour quelques anglo-sax­ons (qui même bour­rés restent glob­ale­ment sym­pa­thiques, et puis, un mois plus tard, nous par­tions pour les États-Unis, ça met dans le bain !) car, si la ville n’a aucun intérêt, les alen­tours sont par con­tre mag­nifiques.Le matin après avoir joué avec un énième chiot adorable (tant qu’ils sont petits, j’aime bien, et ici, on en trou­ve partout !), nous louons des vélos, pour par­tir un peu au hasard des chemins. On décou­vre des grottes, des « lagons » (sur la pan­car­te tout du moins), mais mal­heureuse­ment, tout est payant. Oh, trois fois rien, mais c’est vite rageant. Un mec a posé une table sur le côté du chemin, et à chaque per­son­ne qui passe, il dit qu’il faut pay­er. Et ce, sans réelle­ment savoir ce qu’il y a de l’autre côté du chemin.

Nous allons jusqu’au « Blue Lagoon », où se trou­ve un coin « baig­nade » pour les améri­caines en biki­ni (et les con­duc­teurs de tuk-tuk qui matent béate­ment...), mais surtout une grotte impres­sion­nante. Elle est gigan­tesque, tant en hau­teur qu’en pro­fondeur, et un petit autel se tient en son cen­tre. Toutes les parois sont humides, et on glisse au moin­dre faux pas. J’utilise la tech­nique très élé­gante et même super sexy dite du « tobog­gan », qui con­siste à se déplac­er en ayant déjà les fess­es sur le sol, his­toire de lim­iter la hau­teur de la chute. Et je fais bien car, alors que nous remon­tons douce­ment pour ressor­tir, nous enten­dons un voyageur faire une lourde chute. Nous ne sommes que tous les trois dans la grotte, et il y a plus de 10 min­utes de marche pour rejoin­dre des gens sus­cep­ti­bles d’appeler du sec­ours. Heureuse­ment, notre mal­heureux com­pagnon nous con­firme ne pas s’être fait trop mal, un vilain bleu tout au plus.

26 Commentaires

  1. Ça donne envie d’aller faire un tour par là-bas ! les pho­tos de paysages sont mag­nifiques !
    C’est amu­sant l’anecdote du mini-van qui doit se rem­plir. J’ai déjà vécu ça en Chine (un mec restait à la porte du van et inter­pel­lait des gens pour les faire mon­ter), et en Indonésie. Faut pas être pressé....

  2. 0hhh, le mignon petit chien... s’il n’y en a que des petits, c’est peut être parce que plus grand ils passent à la casse­role ?

    (oui, je sais, je suis un mon­stre)

  3. Superbes pho­tos 🙂 et ton réc­it nous embar­que vrai­ment.
    Ton voy­age donne envie, ça a l’air mag­nifique et vrai­ment dépaysant !
    Ps : bien sur je n’ai pas oublié d’ajouter mon vote...

  4. Liloulivi : On nous avait prévenus pour les mini-vans, mais je ne m’attendais pas à ça... Enfin, rester les uns sur les autres pen­dant que le chauf­feur regarde le foot dans la gare.. Et puis quand on est enfin com­plet, ce n’est que pour mieux s’arrêter ! Enfin, Lao PDR veut dire « Please don’t rush », il parait 😉 (Lao People’s Demo­c­ra­t­ic Repub­lic en vrai, mais on a vu cette expres­sion sur quelques menus, entre autres !)
    Là c’était pour l’essence, mais sur un autre tra­jet, le chausseur a car­ré­ment fait descen­dre tout le monde pour aller chang­er un pneu... Genre il ne peut pas le faire avant de venir nous chercher...

    Tewoz : Oh, tu n’es pas un mon­stre, on y a pas mal pen­sé aus­si ! Et notre guide pour le trek nous l’a con­fir­mé, même si ça reste rare, d’après lui. Mais c’est sur que peu sem­blaient être de véri­ta­bles ani­maux de com­pag­nie !

    Flo : 🙂 Mer­ci ! Le Laos sera sur votre itinéraire ?

  5. Ca a l’air superbe là-bas ! (sont mignons les chiots!) Vous allez pass­er com­bi­en de temps au Laos ? Les ang­los sax­ons sont apparem­ment portés sur la bois­son quelque soit l’endroit où ils vont (pas tous bien sûr!) J’avais une coloc polon­aise en Roumanie, ses par­ents tenaient un chalet dans la mon­tagne quelque part en Pologne, ils ont finit par refuser les anglo-sax­ons en général à cause des dégâts engen­drés par les cuites à répéti­tion 🙁

  6. Fal­lais emmen­er un chiot !

    Je con­nais ce principe de devoir tout pay­er. La somme n’est pas dérangeante mais c’est vrai­ment par principe que ça l’est plus 🙁

  7. Lucie : On est par­tis trois semaines en tout.
    Je peux com­pren­dre qu’on se méfie d’un groupe de jeunes qui va beau­coup boire, mais je ne sais pas si c’est vrai­ment lié à cer­taines nation­al­ités. Cela étant, c’est vrai qu’à chaque fois que j’ai croisé des jeunes améri­cains, des anglais ou des aus­traliens, en voy­age, ils étaient très portés sur la bois­son :/ Mais c’est vrai que ce genre de lieux, comme cer­taines plages en Thaï­lande j’imagine, dés­in­hibe un peu, avec l’effet de groupe, la musique, l’exotisme, l’impression d’être libre...

    Adil : ah y’en a quelques uns que j’aurais bien gardés ! Mais je crois qu’on ne nous aurait pas lais­sé pass­er à l’aéroport.. et il parait que ça ne survit pas en soute !
    Et oui, fil­er 50 cen­times ou 1€ c’est pas grave, mais quand c’est toute la journée, juste pour pass­er sur un chemin, on se sent un peu pigeon !
    Un peu plus loin, dans les 4000iles, ils fai­saient pay­er le fait de pass­er sous un pont pour sor­tir de la ville. On a fait demi tour pour pren­dre une autre rue et pass­er nor­male­ment. Au retour, le poste était fer­mé, et le lende­main ils ne nous ont rien demandé...

  8. Oreille t’a rai­son. Il vaut mieux tou­jours éviter ce genre de com­merce. Per­so je préfère don­ner mon argent à des per­son­nes qui vendent des fruits ou de l’eau sur les routes plu­tot que ceux qui essaye de prof­iter des autres. Enfin je me doute qu’il faut vivre mais bon... Ton exem­ple est édi­fi­ant il ne faut juste pas se laiss­er tomber dans le piège.

  9. Bacri : si pay­er per­me­t­tait d’avoir accès à un truc pro­pre...

    Adil : Je ne sais plus si j’en avais par­lé ici, mais y’a un mec qui avait ten­té de faire pay­er l’entrée du Père Lachaise... Après tout, dans tous les lieux touris­tiques et gra­tu­its, il est facile de se pos­er à l’entrée pour ven­dre des tick­ets... C’est moche, mais ça cor­re­spond aus­si à une cer­taine pau­vreté :/ Enfin, on se fait tou­jours plus ou moins avoir à un moment ou à un autre, dans chaque voy­age. Le tout est que ça ne nous le gâche pas !

  10. Oui, chang­er le pneu apres avoir roule quelques kilo­me­tres, c’est un peu comme s’arreter faire le plein d’essence peu de temps apres avoir demarre. Ca se sait quand meme avant de par­tir, si le reser­voir est vide ! enfin... c’est le charme du voy­age !

  11. liloulivi : en fait, je crois que l’argent du tra­jet per­met de pay­er l’essence, et qu’ils n’engagent jamais aucune dépense tant que leur véhicule n’est pas rem­pli ! D’ailleurs, je ne sais pas quel statut ils peu­vent avoir... S’il s’agit de salariés, d’indépendants, ou de mecs payés à la journées..
    Enfin, oui, comme tu dis, ça fait par­tie du charme ! Oubli­er le stresse et l’envie d’aller tou­jours plus vite !

  12. J’ai pas réus­si à dépass­er mon appréhen­sion des quelques Anglo-Sax­ons bour­rés. Et une des pre­mières routardes ren­con­trées dans mon trip asi­a­tique m’a dit que son amie avait reçu un coup de coude sur la tête en cet endroit, la semaine passée et qu’elle avait fini à l’hosto, le crâne ouvert... Glauque et triste inci­dent qui a fini de me rebuter. Mes les alen­tours avaient l’air très beau en effet 🙂

  13. Curieuse Voyageuse : Je com­prends totale­ment que le lieu puisse rebuter. On a vrai­ment hésité à y aller tant sa répu­ta­tion n’est pas engageante, puis on a voulu se faire notre pro­pre avis. Je crois que le choix de l’hôtel va être pri­mor­dial : un truc loin du bruit ! D’ailleurs, dans le notre, nous n’avons croisé que des « vieux » !
    Et il y a mal­heureuse­ment sou­vent des blessés... C’était dans quelles cir­con­stances ?

  14. Quel désas­tre qu’est devenu ce site mer­veilleux depuis une dizaine d’années ... la Nam Song qui « char­rie » des esquifs faits de cham­bres d’air, trans­portant des per­son­nes affalées, buvant bière sur bière, et qui s’imaginent le soir avoir ressus­cité l’esprit de Kat­man­dou en fumant un joint, couchés à table devant une piz­za ... et pour­tant, qu’est-ce que le coin est beau !

  15. La per­son­ne en ques­tion fai­sait trem­pette et une per­son­ne imbibée d’alcool est tombé d’une liane le coude en avant... La copine s’en est remise sans trop de dom­mage mais bon...

  16. daosadett : bien­v­enue ici ! J’aime bien l’image « ressus­citer l’esprit de Kat­man­dou » ! Cela dit, ceux que j’ai croisé était plutôt à sautiller sur de la musique élec­tron­ique (ils avaient leurs pro­pres cd à don­ner aux bars !), mais on croise des néo-hip­pies partout en Asie... En plus, il parait que les deal­ers de Vang Vieng sont assez com­plices avec la police : je vends, je préviens, le touriste est arrêté, et je touche une com­mis­sion.

    Curieuse Voyageuse : un peu trau­ma­ti­sant, je com­prends. Il y a aus­si des acci­dents où la per­son­ne saute de la liane dans un endroit où il n’y a pas assez d’eau...

  17. Moi, il me flanque un peu le bour­don cet arti­cle... Je pen­sais que le Laos était préservé de ce genre de tourisme !

    Par con­tre, félic­i­ta­tions ! J’ai vu que tu étais dans le top des votes pour le GBA ! ;D

  18. Mélis­sa : oh je ne sais pas s’il existe encore beau­coup de pays « préservés »... Mais le point posi­tif, c’est qu’il est ultra local­isé. Cer­tains sem­blent faire une full moon en Thaï­lande, enchaîn­er sur Vang Vieng, puis éventuelle­ment repar­tir vers les 4000 iles, mais glob­ale­ment, on ne les croise que là-bas, et en s’y arrê­tant, on sait à quoi s’attendre ! (même si, à mon sens, ça vaut le coup d’y pass­er pour les paysages)
    (et mer­ci pour les GBa, plus qu’à crois­er les doigts !)

  19. C’est vrai que les paysages « pains de sucre » aux alen­tours sont fab­uleux ! Mais voir des jeunes ados en biki­ni aux cotés de lao­tiens pudiques qui n’osent même pas met­tre un short est assez rebu­tant. Pas mon meilleur sou­venir en Asie...

    Dom­mage que ce vil­lage soit sur la route Luang Pra­bang – Vien­tiane. Je ne con­nais pas le reste du pays mais je suis sûr que ça vaut beau­coup mieux ! Très bon blog et très bien écrit !

    Charles

  20. Charles : mer­ci ! Je pense qu’il faut réus­sir à s’éloigner de tout ça pour prof­iter du séjour, c’est sûr. Cela dit, j’ai vu quelques vieux lao­tiens qui sem­blaient appréci­er le spec­ta­cle des améri­caines en biki­nis... Hum.
    Tu n’as été qu’à Vang Vieng et pas du tout dans le reste du Laos ?

  21. Si à Luang Pra­bang et à Vien­tiane juste­ment. On m’avait con­seil­lé d’éviter Viang Vieng mais bon... curiosité quand tu nous tiens !

    J’ai bien aimé le côté « petite ville de province » de Vien­tiane. Et il y a un chou­ette marché qui sent très mau­vais ! J’aurai bien voulu pouss­er davan­tage vers le sud comme toi mais je me garde ça pour une prochaine fois. En tout cas ça donne envie.

    Cheers !

  22. En quelques phras­es tu as par­faite­ment décrit Vang Vieng, même si c’est vrai que la ville en elle-même ne casse pas trois pates à un canard, ça vaut vrai­ment le détour pour les mag­nifiques paysages qui l’entourent ! Superbes pho­tos au pas­sage 🙂

  23. Super pho­tos ! J’y étais , et bon, on voit le tal­ent que tu as..lorsqu’on regarde mes pho­tos ! ^^
    Je sais pas toi, mais moi je trou­ve ça insup­port­able, de met­tre Friends en boucle toute la journée !
    C’est quoi ces gens qui vien­nent au Laos et qui regarde Friends !? Ils sont sérieux ??!
    Moi ça m’énerve ! ^^ Bref, sym­pa l’article, super pho­tos !
    Je vais aus­si faire un arti­cle sur Vang Vieng bien­tôt, sur mon site qui est tout neuf. Je t’invite à y jeter un oeil d’ailleurs. 🙂
    À bien­tôt, Simon, du blog voy­age, Un Voy­age Sans Nom

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest