Saqqaq, une semaine dans un village groenlandais

Partager la vie d’un petit vil­lage de pêcheurs groen­landais pen­dant une semaine. À quoi ressem­ble une mai­son ? Com­ment s’organise-t-on pour avoir de l’eau ? La vie quo­ti­di­enne au Groen­land.

Notre séjour à Saqqaq com­mence par un voy­age en bateau. Un petit fer­ry ral­lie le vil­lage une fois par semaine depuis Ilulis­sat. Saqqaq est le ter­mi­nus. Pen­dant plusieurs heures nous nav­iguons au milieu des ice­bergs, ces mon­stres de glace impas­si­bles.

Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland

Le bateau fait quelques arrêts au fil du chemin, les pas­sagers descen­dent au fur et à mesure. Saqqaq est le ter­mi­nus. Le fer­ry arrive en milieu d’après-midi, et repart quelques min­utes plus tard pour le voy­age retour vers Ilulisat. Il n’en vient qu’un par semaine, qui dépose quelques col­is et le cour­ri­er au pas­sage.

Pour vous faire une idée, voici une carte :

Note : Google écrit Sar­qaq car c’est ain­si que cela se prononce. Le vil­lage a beau être petit, il est disponible en street view ! Les habi­tants se sou­vi­en­nent encore du jour où l’hélicoptère s’est posé et où ils sont venus faire les pris­es de vue avec leurs engins étranges. (Je pense que quelqu’un chez Google avait envie de s’offrir un voy­age au Groen­land... Je ne vois pas d’autre expli­ca­tion pour qu’un si petit vil­lage soit disponible avec une telle pré­ci­sion !)

Saqqaq est à la fois un vil­lage typ­ique et mod­erne où être isolé ne veut pas dire être coupé du monde. Le mythe de l’inuit qui mange son phoque cru dans son igloo ne pour­rait pas être plus erroné ! Pour la renom­mée du vil­lage, les habi­tants sont fiers de deux choses : Han­ni­bal Fenck­er et Qiv­i­toq.
Fenck­er est un homme con­nu pen­dant la péri­ode colo­niale. Il avait la par­tic­u­lar­ité d’avoir vécu toute sa vie au Groen­land et d’en maîtris­er la langue. Il a vécu à Saqqaq : sa mai­son est tou­jours là, et il y est enter­ré.
Quant à Qiv­i­toq, pen­dant une semaine, tout le monde va m’en par­ler ! C’est un film danois tourné à Saqqaq au milieu des années 50 et qui avait été nom­iné aux Oscars et à Cannes, à l’époque.

Saqqaq, voyage au Groenland

Aujourd’hui, Saqqaq c’est un petit vil­lage de 159 habi­tants répar­tis dans une cinquan­taine de maisons. L’ouverture d’une con­server­ie a changé la vie locale : la pêche fait vivre qua­si­ment tout le monde !

Ici, on pêche le flé­tan à la palan­gre. Le cours du flé­tan fait qu’à l’heure actuelle, pêcheur est un méti­er très rémunéra­teur, mal­gré des con­di­tions de tra­vail très dif­fi­ciles. Ils par­tent tôt le matin sur de petites embar­ca­tions, et ren­trent le soir avec quelques dizaines de kilos de pois­son qui par­tiront directe­ment à l’usine. Pour l’instant, ils ont la chance de voir leurs emplois pro­tégés par des lois qui inter­dis­ent aux gros cha­lu­tiers d’approcher mais le flé­tan est men­acé par la sur­pêche dans les eaux inter­na­tionales.

Bienvenue à Saqqaq, Groenland

Nous descen­dons du bateau, Petite Oreille dans les bras et sacs sur le dos, sans trop savoir où aller. Nous devons dormir dans la mai­son de Palle Petersen, un écrivain danois qui vient pass­er ses étés ici. Je le cherche un peu dans la foule (foule à l’échelle de Saqqaq, hein !) mais c’est lui qui me trou­ve en pre­mier. Il n’a pas le bon prénom, mais il y a telle­ment d’intermédiaires entre nous, que je le par­donne.
Il m’explique rapi­de­ment où se trou­ve sa petite mai­son rouge, avant de grimper dans le bateau. Il ren­tre à Copen­h­ague, et nous, nous décou­vrons l’endroit où nous allons pass­er la semaine. Il n’y a pas de route ici,  juste quelques chemins pous­siéreux, et aucune voiture, seule­ment quelques quads. Le vil­lage sem­ble calme, pais­i­ble. Je sens que nous y serons bien.

Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland

La mai­son de Palle est une petite bicoque rouge, toute sim­ple. Il écrit beau­coup sur le Groen­land et vient y puis­er son inspi­ra­tion. Les voisins nous don­nent les clefs, et nous décou­vrons notre mai­son pour la semaine qui vient...

Saqqaq, voyage au Groenland

On est immé­di­ate­ment sub­jugué par la vue. Deux grandes vit­res offrent un panora­ma splen­dide sur les ice­bergs. Pen­dant les jours suiv­ants, je passerai des heures entières à les regarder, et je peux com­pren­dre que Palle ait voulu s’installer là !

Saqqaq, voyage au Groenland

Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland

Saqqaq, voyage au Groenland

Notre maison pour la semaine

La mai­son n’est pas représen­ta­tive des autres maisons du vil­lage par ses équipements (très som­maires) et sa déco­ra­tion (faite de sou­venirs, de cartes et de pein­tures évo­quant le Groen­land et des inu­its). N’allez pas imag­in­er que tous les habi­tants utilisent une vertèbre de baleine comme tabouret !

Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland

Peu importe le degré de moder­nité, il y a des choses que tous les habi­tants ont en com­mun, et qu’on retrou­vera dans la plu­part des petits vil­lages du Groen­land, à com­mencer par les toi­lettes et l’eau.

Les toilettes et l’eau

Ici, toutes les maisons sont posées sur la roche. Il est donc impos­si­ble d’avoir une fos­se sep­tique, ou de creuser pour installer des canal­i­sa­tions. Un sys­tème de sacs en plas­tique a donc été mis en place. C’est assez sim­i­laire à des toi­lettes sèch­es (dans un pays sans arbres, il était égale­ment impos­si­ble, bien sûr, d’utiliser de la sci­ure).

Le sac en plas­tique est donc instal­lé dans les toi­lettes. Une fois par semaine, un employé munic­i­pal passe col­lecter les sacs rem­plis déposés dans les boîtes instal­lées à l’extérieur de chaque mai­son, et dis­tribue les nou­veaux sacs en plas­tique. Ces sacs, tout comme les poubelles, seront emmenés à la déchet­terie pour être inc­inérés.

Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland

Quant à l’eau, ce n’est pas quelque chose qui manque ici. Néan­moins, encore faut-il l’emmener jusqu’à la mai­son...

A Saqqaq, il y avait deux façons de faire. Cer­tains habi­tants descendaient sur la plage avec une bas­sine ou des seaux, pour récupér­er des morceaux d’icebergs. Une fois la glace fon­due, on obtient une eau tout à fait potable mais très faible­ment minéral­isée.

Il y avait égale­ment des pom­pes, instal­lées à plusieurs endroits dans le vil­lage, qui dis­tribuent de l’eau provenant d’un lac, situé au-dessus de Saqqaq.

Ain­si, nous avions une col­lec­tion de bidons que nous allions rem­plir (sur la pho­to c’est juste une petite bouteille). Et nous util­i­sions une bouil­loire pour pou­voir faire la vais­selle avec de l’eau chaude.

Quant à l’évacuation, toutes les eaux usées ressor­taient directe­ment der­rière la mai­son par un tuyau. La con­som­ma­tion étant très faible, cela ne posait aucun prob­lème. Nous fai­sions toute­fois atten­tion aux pro­duits que nous util­i­sions (ne serait-ce que vis-à-vis des chiots qui se promè­nent en lib­erté dans le vil­lage).

 

Saqqaq, voyage au Groenland

Le village

J’ai ren­con­tré Markus et Louisa lors d’un kaf­femik, une fête où tout le vil­lage est invité à venir manger et boire à la mai­son. Markus célébrait son anniver­saire, 21 ans. Les gens défi­lent ain­si toute la journée pour féliciter l’hôte et manger.

Markus est pêcheur, fils de pêcheur, et pos­sède prob­a­ble­ment l’une des plus belles maisons de la ville.

Saqqaq, voyage au Groenland

Le rez-de-chaussée per­met notam­ment de ranger le quad, petit luxe appré­cia­ble. La mai­son est inté­grale­ment chauf­fée et très mod­erne, avec une belle cui­sine améri­caine ouverte sur un très grand séjour et une salle télé/salle de jeux pour la petite fille de Markus et Louisa. Un sys­tème de cuve leur per­met d’avoir l’eau « courante » (tout du moins au robi­net) et une salle de bain avec de l’eau chaude.  Signe extérieur de richesse, le sas où l’on se déchausse est lui aus­si gigan­tesque. Vous ne ver­rez pas de pho­tos de l’intérieur, mais même s’il s’agit d’un foy­er très aisé, cette mai­son est bien plus représen­ta­tive du Groen­land actuel.

Les courses

Et com­ment fait-on les cours­es dans un vil­lage de 159 habi­tants ?Eh bien, éton­nam­ment très facile­ment ! Trois mag­a­sins arrangent leurs horaires pour qu’on puisse presque tout le temps aller acheter quelque chose. Il y a ain­si la petite bou­tique avec quelques vête­ments et des babi­oles, le super­marché Pil­er­su­isoq (la grosse chaîne groen­landaise) avec une salle dédiée au brico­lage et matériel, puis le Kadi Kiosk, une petite épicerie ouverte surtout le soir.

Bien sûr, ces mag­a­sins sont sub­ven­tion­nés pour pou­voir exis­ter et garder un min­i­mum de ser­vices dans le vil­lage.

Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland

Les infrastructures

Il n’y a pas de maire, mais l’administration se trou­ve dans le bâti­ment de la com­mune, où l’on trou­ve aus­si la salle des fêtes, des machines à laver et de grands éten­doirs, ain­si que des toi­lettes et douch­es publiques. Pour quelques cen­times, on peut se laver avec de l’eau chaude ! En effet, seules les maisons récentes sont équipées de salles de bain.

Saqqaq, voyage au Groenland

La ville compte 2 policiers à mi-temps, qui sont plus là pour ren­dre des ser­vices que pour arrêter qui que ce soit : il n’y a jamais de con­flits.

Quant à l’église, elle trône tou­jours au cen­tre du vil­lage, mais n’est guère fréquen­tée.

Saqqaq est un vil­lage tran­quille et pais­i­ble, tout sim­ple­ment.

Saqqaq, voyage au Groenland Saqqaq, voyage au Groenland

Les chiens

Pais­i­ble et tran­quille, mais pas silen­cieux : il y a au moins autant de chiens que d’habitants ! L’hiver, les chas­seurs attel­lent leurs meutes pour par­tir chas­s­er en traineau. Et tous les soirs, c’est un véri­ta­ble con­cert au moment où les meutes sont nour­ries... Les chiens voient arriv­er leurs pro­prié­taires de loin, se met­tent à hurler, et ne s’arrêtent qu’une fois servis. Ils auront des restes de la pêche ou de la chas­se (en été, ils auront du phoque, par exem­ple).

Saqqaq, voyage au Groenland

Les chiens adultes sont tous attachés. Les petits sont lais­sés en lib­erté mais s’éloignent rarement de leur mère. Ils sont curieux, joueurs, et peu­vent être envahissants. On a donc essayé de ne pas trop les caress­er, mais c’était quand même sacré­ment ten­tant pour Petite Oreille !

Saqqaq, voyage au Groenland

À aucun moment nous ne les avons vus agres­sifs, mais le bon sens veut qu’on ne passe jamais au milieu. Entr­er sur leur ter­ri­toire pour­rait s’avérer dan­gereux... Nous avons donc tou­jours gardé nos dis­tances avec les chiens adultes !

Saqqaq, voyage au GroenlandSaqqaq, voyage au Groenland

Mais en tant que voyageur,
que fait-on dans un village comme Saqqaq ?

Eh bien on savoure le calme, on appré­cie cette vie au ralen­ti. On observe les paysages aus­si, et les ice­bergs, fasci­nants, qui se brisent, chavirent, craque­nt, se retour­nent.

Saqqaq, voyage au Groenland Saqqaq, voyage au Groenland Saqqaq, voyage au Groenland Saqqaq, voyage au Groenland

Saqqaq, voyage au Groenland

Petite Oreille a passé quelques heures aux jeux pour enfants, car même dans un si petit vil­lage, il y a de super instal­la­tions. Elle y a ren­con­tré d’autres enfants, avec qui elle a ramassé les cail­loux sur la plage du port...

Quelques photos de plus !

Saqqaq, voyage au Groenland Saqqaq, voyage au Groenland Saqqaq, voyage au Groenland Saqqaq, voyage au Groenland Saqqaq, voyage au Groenland

Saqqaq, voyage au Groenland

Saqqaq, voyage au Groenland
Saqqaq, voyage au Groenland

 

Mon matériel photo et vidéo sur ce voyage

Matériel photoPour ce voy­age un peu par­ti­c­uli­er (tour­nage de mon pre­mier doc­u­men­taire), j’étais plus chargée que d’habitude !
Appareil reflex Canon 5d mark II // Appareil reflex Canon 6d
Objec­tif Canon 16–35 II // Objec­tif Sig­ma 20mm 1.4 // Objec­tif Canon 70–200
Inter­val­lomètre Phot­tix
// beau­coup de bat­ter­ies ! // Trépied Man­frot­to Befree car­bone
Sac Man­frot­to Bum­ble­bee et Avi­a­tor D1 pour drone
J’ai aus­si de temps à autre piqué le Sig­ma 105mm 2.8 de mon père pour quelques plans.


Partenaires

Ce pro­jet a pu se réalis­er grâce à la com­plic­ité de l’Office de Tourisme du Groen­land et à l’aide pré­cieuse de Grand Nord Grand Large.

26 Commentaires

  1. Tu m’étonnes avec leur bouille d’amour que ta fille n’ait pu résis­ter à leur faire des câlins à ces chiots !
    Les pho­tos sont très belles et épurées. Beau­coup de nuances de couleur au final dans ce paysage très minéral !

  2. Je suis com­plète­ment envoûtée par ce reportage – mer­ci pour ton réc­it qui me laisse rêveuse. J’ai déjà adoré l’Islande, où nous avons fait deux échanges de mai­son mais j’espère pou­voir un jour mon­ter encore plus au nord pour rejoin­dre le Groen­land.

    Mer­ci de nous prou­ver qu’on peut faire ce genre de voy­age en famille.

  3. Trop adorables les toutou !!! <3
    Je suis amoureuse des ice­bergs !! Depuis que j’en ai vu en Islande, je n’attends qu’une nou­velle occa­sion d’en admir­er. Tes pho­tos sont sub­limes, comme d’habitude, on ne s’en lasse pas.

    1. Pour avoir aus­si été en Islande je peux même te dire que c’est ici com­plète­ment autre chose : ils sont BEAUCOUP plus gros, et on se sent vrai­ment dans le roy­aume des glaces !

  4. Les paysages sont mag­nifiques ! J’aurai jamais pen­sé à par­tir là bas en vacances mais après tout pourquoi pas ! Pour y trou­ver du calme et s’éloigner un temps de la civil­i­sa­tion. Je la mets sur ma liste de voy­age 😉

  5. c’est absol­u­ment fasci­nant... ce petit vil­lage, ces vues, ces maisons qui sem­blent posée là juste pour per­me­t­tre aux habi­tants de con­tem­pler cette extra­or­di­naire nature... je suis sub­juguée par le réc­it et les pho­tos qui ren­dent un très bel hom­mage à ce vil­lage ...

  6. Exacte­ment le genre d’endroit où je rêverais d’aller juste his­toire de laiss­er fil­er le temps pen­dant des heures en obser­vant cette nature qui nous rend bien hum­ble. Superbe !

  7. Vrai­ment un bil­let mag­nifique. J’avais vu Qiv­i­toq il y a très longtemps et je ne pen­sais pas relire ce nom un jour. Je crois que j’irai braver le froid un de ces qua­tre.

  8. Vrai­ment fasci­nant ! Comme d’habitude tes pho­tos sont mag­nifiques ! Je suis tou­jours impres­sionnes par les gens qui arrivent à vivre dans des endroits si reculés et par l’ingéniosité qu’ils doivent met­tre en œuvre pour le quo­ti­di­en ! Les maisons ont quand même l’air très con­fort­able !
    Du coup je me pose aus­si des ques­tions sur le chauffage et l’électricien.. Quelle énergie est util­isée pour un si petit vil­lage ? Pas de bois, le soleil c’est bien l’été mais l’hiver... du fioul ?

  9. Bon­jour,
    Tout d’abord bra­vo pour votre blog !
    Je suis pro­fesseur de français et doc­u­men­tal­iste dans un cam­pus pri­maire-col­lège à Istan­bul.
    Je voulais vous informer que dans le cadre d’un pro­jet de rédac­tion de cartes postales imag­i­naires, les élèves turcs de 4 class­es tra­vail­lent sur votre blog et plus par­ti­c­ulière­ment sur ce séjour au Groen­land.
    Si vous le souhaitez, je pour­rai, une fois le pro­jet ter­miné, vous envoy­er leurs cartes postales scan­nées.
    N’hésitez pas à échang­er avec nous, ça leur ferait très plaisir !

  10. Superbe ! Nous adorons les des­ti­na­tions atyp­iques qui sor­tent de l’ordinaire, peu de touristes s’y ren­dent et nous espérons que nous recevrons des deman­des de la part de nos clients. Toute­fois nous avons remar­qué un regain d’intérêt pour l’Europe de Nord, et avec de telles pho­tos on ne peut que cra­quer

  11. Ah, c’est un arti­cle que je trou­ve génial. Cette des­ti­na­tion doit être excep­tion­nelle, j’espère pou­voir vis­iter cette par­tie du monde un jour même s’il y fait très froid. Les chiens sont mag­nifiques !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest