fbpx

Escale à Berlin

From Paris to Berlin. Voilà, vous avez la chan­son dans la tête pour la journée, ne me remer­ciez pas. And every dis­co I get in... Fig­urez-vous que j’ai eu cette musique atroce pen­dant la total­ité de la journée que nous avons passé à Berlin... C’était en Août dernier, une journée d’escale avant d’aller en Islande.

J’aime beau­coup les longues escales. Il n’y a rien de plus frus­trant que les cor­re­spon­dances dans des aéro­ports dont on n’a pas le temps de sor­tir, alors qu’on ne con­naît pas le pays et que depuis l’avion, ça avait quand même l’air chou­ette... Lors de notre tout pre­mier voy­age, c’est en regar­dant les escales oblig­a­toires lors d’un voy­age en Mon­golie qu’on s’était dit « hé, mais si on pre­nait car­ré­ment le transsi­bérien ?». Dès lors, j’essaie le plus sou­vent pos­si­ble de trans­former une escale en vis­ite, parce que tant qu’à atten­dre notre cor­re­spon­dance, autant le faire dehors.

Et puis ça tombait bien, Berlin est une ville qui m’attire depuis longtemps. Je vais gâch­er le sus­pens dès le départ : rien ne s’est passé comme prévu, j’ai incroy­able­ment mal géré cette prom­e­nade berli­noise et je n’ai donc qu’une envie, y retourn­er pour vis­iter la ville plus en pro­fondeur ! (avec un plan et le car­net sur lequel j’avais noté ce que je voulais voir ; car­net que j’ai oublié, par con­tre).  J’irai voir de vieux bâti­ments aban­don­nés, je vis­it­erai des ate­liers d’artistes, j’assisterai à des con­certs, à des expos. C’est bien sim­ple, Berlin est une des dernières villes d’Europe où on peut se per­me­t­tre d’être un artiste. Ils en prof­i­tent bien, et je veux voir tout ça.
Alors pour cette pre­mière approche, nous avons eu très peu de temps, nous étions mal organ­isés, et on s’est donc lim­ité au Berlin touris­tique. Enfin, touris­tique... Ici, on trou­ve peu de beaux vieux bâti­ments et ceux qui tien­nent debout ne sont guère en bon état. De fait, la ville est un éter­nel chantier, et on voit des grues absol­u­ment partout. Mais qu’importe, l’ambiance est là, entre his­toire chargée et désir d’aller de l’avant. Les jeunes chantent sur le trot­toirs, les familles font du vélo, on regarde les mariages défil­er... L’ambiance d’une ville, c’est un peu comme un par­fum, c’est tou­jours dif­fi­cile à décrire tant met­tre des mots est com­pliqué si on veut être un peu plus sub­til que « ça sent bon ». Ici, il flotte dans l’air une cer­taine légèreté. C’est un sen­ti­ment que j’avais déjà eu à Bel­grade, ville au des­tin un petit peu sim­i­laire où la joie de vivre tran­spire mal­gré les murs criblés de balles.

Revenons à Berlin !

Nous com­mençons donc par le tour oblig­a­toire du pan de mur, avec tout ce que ça implique. On regarde les gens qui se font pren­dre en pho­to devant, et on réalise que les alle­mands qui ont notre âge ont con­nu la péri­ode où le mur n’était pas un truc touris­tique... Un peu plus loin, des artistes se sont appro­prié quelques bouts du mur pour pein­dre des choses col­orées.

A 100m, nous tombons face au fameux Check­point Char­lie. Les mil­i­taires en tenue sont juste des jeunes qui deman­dent de l’argent pour des pho­tos, et les touristes passent tour à tour pour le point de vue cen­tral. De l’autre côté, on aperçoit un McDo, et ça sig­ni­fie tout !

On con­tin­ue en marchant dans le Berlin des beaux bâti­ments, puisqu’il y en a quand même quelques uns, entre places, fontaines et sculp­tures. Et tou­jours, on retombe sur un peu de street art, nous rap­pelant que Berlin est une ville vivante.

 

Cette journée s’achève sur un retour vers l’aéroport, et une promesse : cet hiv­er, nous y retournerons ! Dès que l’occasion se présen­tera, j’achèterai deux vols pour Berlin et à nous le reste de la ville, les expos, les con­certs et les balades le long de l’eau !

17 Commentaires

  1. A ne pas rater à Berlin : le Perg­a­mon Muse­um avec sa Porte d’Ishtar et l’Autel de Pergame !

    A not­er que Berlin est acces­si­ble en train de nuit... c’est mieux pour la planète... surtout pour quelqu’un qui veut pren­dre le transsi­bérien (main­tenant, y’a même un train Nice-Moscou direct)

    Train Paris (20h05)-Berlin (08h26)

    Train Nice-Moscou (3 300 km en cinquante heures en train.)
    •le train au départ de nice sont le dimanche – avec une arrivée le mar­di.
    •le train repart de moscou le jeu­di et arrive le same­di à nice

  2. J’étais impa­tiente de lire tes impres­sions sur Berlin ! Et... en bonus, des cro­quis !

    J’aimerais bien y repass­er cet hiv­er : avec son cli­mat con­ti­nen­tal, le ciel est bleu, peu d’humidité et une épaisse couche de neige à faire cra­quer sous ses pas. Un régal de gosse !

    Now­Mad­Now

  3. Berlin, c’est une ville qui a l’air telle­ment vivante ! Je dois y aller absol­u­ment, je rêve de faire une vis­ite cul­turelle : musées/street art/concerts.
    Et mer­ci pour la chan­son, je viens de pren­dre 2 cafés en plus, je peux te dire que je suis à fond dedans haha

  4. J’aime beau­coup Berlin, mais j’ai été per­tur­bée par ces touristes (en l’occurence des ado­les­centes) qui se fai­saient pren­dre en pho­tos dans des pos­es las­cives entre les faux sacs de sable à Check­Point Char­lie. Le Mc Do et les Star­bucks, tout un symp­bole, comme tu le soulignes.

    Il y a aus­si le lieu (près du mémo­r­i­al de la Shoa) où se trou­vait le bunker d’Hitler, démoli, où a été bâti un immeu­ble. Les enfants font du vélo main­tenant à cet emplace­ment. La vie con­tin­ue.

  5. Oui les escales représentes sou­vent une perte de temps mais quand il est pos­si­ble de vis­iter la ville c’est tou­jours ten­tant ! Après il y a beau­coup de fac­teurs qui entrent en compte, comme le pays (besoin d’un visa ou non) ou encore la prox­im­ité de l’aéroport avec le cen­tre ville.

  6. +1 pour le Perg­a­mon muse­um
    Sinon il y a aus­si le Ham­burg­er Bahn­hof muse­um si on aime l’art mod­erne, la porte de Bran­de­bourg, le Reich­stag, le squat Tacheles (mais je crois qu’il a été fer­mé) etc... pas de quoi s’ennuyer 🙂

  7. RDLM : tu l’as pris récem­ment, ce train ? Parce que ça fait des mois que j’essaie, mais c’est tou­jours un échec cuisant, entre trains pleins, prix hal­lu­ci­nants et bus du site de la sncf (tu cliques sur aller à 98€ pour deux, puis sur retour à 98€ et quand tu dois pay­er, c’est passé à 500€.. ). C’est d’ailleurs pour cela que nous n’étions jamais allés à Berlin : je n’envisage pas d’y aller pour un week-end en avion, d’où ma joie de prof­iter d’une escale !

    Now­Mad­Now : ton com­men­taire me rend encore plus frus­trée ! ^^

    Leslie : shah ! Berlin est dans ma tête un peu comme Reyk­javik ou Port­land niveau créa­tiv­ité et activ­ités artis­tiques.

    Lau : Ah, je n’ai pas vu ce genre de pos­es, mais ça ne me sur­prend pas. Les ados n’ont pas con­science de ce qu’il y a der­rière… En Roumanie, j’avais vis­ité une anci­enne prison trans­for­mée en musée, et des ados (roumains) s’amusaient à faire des gestes obscènes avec des sculp­tures représen­tant les vic­times du régime…

    Rey­nal­do : tout à fait ! On ne va pas pay­er 90€ de visa pour sor­tir 5h, c’est sûr ! Notre prochaine escale sera une après-midi et une nuit à Copen­h­ague, aucun papi­er à rem­plir, par­fait !

    PB : je note 🙂

  8. Nan, j’ai pas pris le train pour Berlin, par con­tre ça ressem­ble au prob­lème que j’ai ren­con­tré pour les trains de nuit Venise-Vienne et Budapest-Prague c’est à dire que les sites te for­cent à pren­dre des cab­ines non partagées (cab­ines à 2 places) d’où le prix !

  9. J’ai passé 6 jours à Berlin l’été dernier. Ca vaut le coup d’être vu. Ce n’est sans doute pas la plus belle ville du monde, mais elle est chargée en his­toire et rien que pour ca il faut y aller. Puis c’est mod­erne. Par con­tre, je con­seille vive­ment une balade à Post­dam où a eu lieu la con­férence d’après guerre, se retrou­ver près de la table ou se sont assis Staline et Churchill entre autres, ca fait tout chose !

  10. Nous sommes passés par Berlin pen­dant deux jours.
    On a beau­coup appré­cié l’ambiance artis­tique et le côté his­toire, de la ville.
    Mal­gré le froid pen­dant notre séjour, on a adoré s’y promen­er et regarder ce qu’il s’y passe dans les rues.
    Berlin est une ville super vivante où l’art est présent. C’est ce qu’on a aimé !

    On regrette de ne pas y être restés plus longtemps... Deux jours, court pour voir tout ce qu’il s’y passe. Surtout qu’on est vache­ment frus­trés de ne pas avoir pu voir beau­coup d’art qu’on avait vu en pho­to sur d’autres blogs avant de par­tir. A croire qu’on a mal sélec­tion­né les endroits qu’on voulait voir 😛

    A faire à Berlin : marcher 2h30 pour trou­ver un pho­toau­tomat ;-P

  11. Bon­jour, c’est avec beau­coup de plaisir que j’ai par­cou­ru votre blog et cela m’a don­né envie d’en appren­dre un peu plus sur vos précé­dentes expédi­tions. Je suis une lec­trice assidue bien que je ne laisse que très rarement des com­men­taires.
    Je pense que nous tous ici avons saisi l’essence de cette ville si par­ti­c­ulière au passé très lourd mais en même temps tourné vers l’avenir. Je vous con­seillerais vive­ment de vis­iter Berlin en hiv­er car l’atmosphère y est vrai­ment par­ti­c­ulière.
    A très bien­tôt et bon voy­age !

    Amélie

  12. Je tombe avec plaisir sur cette petite chronique. J’ai passé 6 mois à Berlin, une ville absol­u­ment géniale, dans laque­lle on se sent bien. Tu y es finale­ment retournée depuis ?

  13. Salut, mer­ci beau­coup pour tes quelques con­seils pour vis­iter Berlin, je veux absol­u­ment voir du street-art. J’y vais dans 1 mois pen­dant 4 jours. Le pro­gramme va être chargé ...

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest