Carnet de voyage sur l’Île de La Réunion : des araignées, des tortues, le cirque de Cilaos, et des bonnes adresses

Retrouvez toutes les adresses à la fin de l’article !

Fin mai 2014, après une nuit en avion qui me semble interminable, nous arrivons enfin à Saint Denis, le point d’entrée pour l’Île de La Réunion. Je ne connais pas du tout ce département. J’ai quelques images en tête, bien sûr, mais c’est une découverte complète pour moi. Il paraît, et je peux le confirmer depuis, que c’est un des meilleurs endroits pour voyager quand on n’a jamais bougé de chez soi : on profite des avantages du territoire français (pas de problème de langue, la carte vitale acceptée, pas d’histoire de monnaie à changer, bref, le confort de la maison !) tout en étant complètement dépaysé !

Ma collègue Adeline récupère la voiture, nous passerons la semaine ensemble, à parcourir les routes de l’île de La Réunion en guise de premier aperçu qu’on devine déjà frustrant tant il y a à voir et à faire ici.

Notre itinéraire nous mène tout d’abord à Saint Leu, une ville de bord de mer d’où l’on voit bien les montagnes. Nous y passerons la nuit, et nous rendons d’abord un peu en hauteur pour visiter le Conservatoire Botanique des Mascarins. La flore de l’île y est concentrée. Nous parcourons les sentiers, contentes de trouver un peu d’ombre et de fraîcheur. Malheureusement, ce n’est pas la meilleure saison de l’année pour les fleurs, et elles sont peu nombreuses à être écloses. Mais on se rattrape en mitraillant un tangue, cet espèce de croisement entre rat et hérisson, qu’on voit partout à La Réunion.
La Reunion
Le tangue n’est certes pas l’animal le plus photogénique qui soit. Il est même plutôt laid, avec ses poils-épines, mais il m’amuse beaucoup, à nous ignorer et à farfouiller dans le sol. Ce n’est pas une espèce spécifique à l’île de La Réunion. Pour autant, il fait partie des rares animaux qu’on peut observer ici, tant la faune y est rare.

Et c’est toujours dans le conservatoire botanique, que nous tombons sur une deuxième espèce très typique de La Réunion : la néphile dorée. Ces grands cactus n’ont l’air de rien comme ça, et nous avançons naïvement au milieu, nous extasiant sur leur taille ou leur forme. Soudain, nous repérons une première araignée, une néphile, avec ses grandes pattes fines. Elle est superbe, elle ne bouge pas d’un poil, attendant sa proie. On avance encore un peu. Une deuxième. Une troisième. On réalise alors que nous sommes en train de passer sous un véritable tunnel de toiles d’araignées.

De gigantesques toiles sont tissées partout autour de nous, et des dizaines d’araignées sont juchées dessus. Je repense à Aragog, dans Harry Potter, mais il n’y a rien à craindre ici : la néphile est inoffensive, et n’a que faire des humains ! Elles sont justes impressionnantes par leur taille (pratiquement aussi grandes que ma main pour certaines !) et leur nombre.
La ReunionLa ReunionLa ReunionLa ReunionLa Reunion
Le parapente était parmi les activités qui me faisaient le plus saliver sur le programme, Saint Leu étant l’un des meilleurs lieux pour un baptême. Manque de bol, pour plusieurs raisons, ce ne sera pas possible. Mais j’ai quand même passé une bonne heure à les regarder atterrir sous l’orage. Les moniteurs avaient beau sourire,on sentait tout de même une certaine tension : ils attendaient trois de leurs collègues, qui ne sortaient pas des nuages. Le vent s’était levé, les nuages étaient bas, et pour les trois touristes en baptême, ce devait être impressionnant. Ils ont fini pas apparaître, atterrissant dans les hauteurs, loin de la plage mais sains et saufs.
LaReunion_A_003_parapenteLa ReunionLa Reunion
Du coup, nous sommes allées passer la matinée à Kelonia, l’observatoire des tortues marines, toujours à Saint Leu. C’est un lieu à l’histoire particulière, et dont la mission l’est tout autant. Lorsqu’on le visite, on s’extasie forcément sur le bassin avec les tortues, qu’on aperçoit d’abord à l’extérieur, avant de voir ce qu’il se passe sous l’eau grâce à une vitre, dans l’espace d’exposition.

Puis on tombe sur une pièce dédiée au travail de l’écaille de tortue. Et on se demande ce que ça fout là. En fait, Kelonia n’existe que depuis 2006. Auparavant, c’était « la ferme corail », un établissement qui produisait ce genre d’artisanat. Ça fait donc partie de l’histoire du lieu… Mais aujourd’hui, Kelonia œuvre surtout, avec des moyens malheureusement limités, à la protection des tortues.

Nous rencontrons Mathieu, responsable de toute la partie « soins des tortues » depuis 2010. Il a, avec lui, six soigneurs pour s’occuper de 70 tortues. Il nous explique qu’il travaille beaucoup avec les pêcheurs. Ceux-ci ramènent les tortues qui se prennent dans leurs hameçons. Parfois, le crochet se sera « juste » planté dans la bouche. D’autres fois, il sera allé jusqu’à l’œsophage… Dans tous les cas, ils feront tout ce qui est possible pour sauver la tortue. Si elle survit, elle restera un temps en observation dans les bassins de Kelonia, avant d’être relâchée, comme une trentaine de ses congénères chaque année.

Ces remises en liberté se font toujours avec les écoles de l’île, dans le but de sensibiliser les enfants à la protection des tortues. Et c’est nécessaire quand on sait que la tortue imbriquée (celle que vous voyez sur le croquis mais aussi dans les bassins) est probablement la tortue marine la plus menacée.

Tout n’est pas fichu pour autant. Depuis 2007, une ou deux femelles viennent pondre sur l’île, chaque année. Ainsi, le bébé tortue que vous voyez ci-dessous (isolé dans une bassine parce qu’autrement, elles se mordent entre elles) est issue des pontes de mars et avril 2013. Les femelles s’y reprenant plusieurs fois pour déposer leurs dizaines d’œufs, ils ont déplacé deux des nids pour les mettre à l’abri, passant alors à un taux d’éclosion de 99%, contre 50% pour le nid resté en place. 180 petites tortues en sont sorties et sont allées rejoindre l’Océan Indien, pendant qu’une vingtaine était un peu plus faible. Celles-ci sont donc choyées par Kelonia, avec du poisson deux fois par jour, et des feuillages régulièrement, en attendant de retourner sur la plage, en pleine santé.
LaReunion_A_004_keloniaLa ReunionLa ReunionLa Reunion
Après cette visite passionnante au milieu des tortues, nous quittons la côte pour l’Entre-Deux, un des plus beaux villages de l’île, où l’on trouve de nombreuses et jolies cases créoles. On y découvre l’évolution des façades des maisons, et même comment la végétation est placée selon une logique, entre aspect pratique et superstition. Moi, je retiens surtout que le village est mignon, et cerné par des montagnes que j’irais bien arpenter. Et ça tombe bien : le lendemain, nous prendrons la route de Cilaos.
LaReunion_A_005_entredeuxLa Reunion
Nous passons une soirée mémorable et une nuit fort agréable dans un gîte superbe : le Grand Pavois. Au milieu de la végétation et des tisserins qui chantent au petit matin, Elourda et Yves nous donnent un véritable cours de cuisine créole, avant de nous servir un repas délicieux et, surtout, de nous parler de leur vie et de leur île jusqu’à nous donner envie de déménager.

Une super rencontre, et une super adresse qui peut servir de base pour rayonner dans l’île. (Toutes les adresses sont récapitulées à la fin de l’article)
LaReunion_A_006_elourdaLa Reunion
Après cette super nuit chez Yves et Elourda, nous prenons la route vers Cilaos. Et la visite sera l’occasion de deux nouvelles belles rencontres, à commencer par Clovis, notre guide pour la journée. Certes, les réunionnais sont quand même globalement tous très accueillants, mais Clovis est le guide parfait : sourire communicatif, enthousiasme tout aussi contagieux, véritable passion pour l’île de La Réunion, et incollable sur à peu près tous les sujets !

 

Cilaos est l’un des trois cirques de l’île de la Réunion. Au tout début, ce sont les esclaves (« marrons ») en fuite qui s’y sont réfugiés, le lieu n’étant pas très accessible. Puis, quelques familles pauvres s’y sont installées pour cultiver les terres qui n’intéressaient personne (et aujourd’hui encore, l’agriculture y est très développée). La route n’a été construite que très tard et, jusque récemment, les gens qui se rendaient aux thermes de Cilaos empruntaient des chaises à porteurs…

 

Clovis nous emmène tout d’abord à la Roche Merveilleuse, le point de vue le plus connu sur le Cirque de Cilaos, avant de nous entraîner sur un sentier botanique dont il connaît chaque plante. Cet arbre ultra toxique dont il ne faut même pas toucher l’écorce, cette feuille contre la fièvre… Je me dis que certaines de ces feuilles se ressemblent quand même beaucoup, et que je ne suis pas prête de me risquer à confondre celle qui donne des nausées et celle qui les apaise !
LaReunion_A_007_cilaos1bLa ReunionLa ReunionLa Reunion
Clovis nous emmène déjeuner sur l’illet à cordes, chez Raymonda, qui fait chambre et table d’hôte. Là, nous sommes au bout de la route de Cilaos, et nous sentons bien le côté bout du monde, avec une vue incroyable sur les alentours, et ce petit trou dans les falaises du cratère qui laisse apercevoir l’océan entre deux nuages.

Ah, et inutile de préciser que Raymonda cuisine divinement bien et que vous retrouvez toutes les infos à la fin de l’article.
LaReunion_A_007_cilaos2-raymondaLa ReunionLa Reunion
Nous passons le reste de la journée à explorer Cilaos, à chercher les points de vue. Je regrette de ne pas avoir le temps de visiter aussi les cirques de Mafate et Salazie, pour comparer, mais je me dis que Cilaos est déjà magnifique.

LaReunion_A_007_cilaos3bLa ReunionLa ReunionLa Reunion

A suivre : dans le prochain article, je vous emmène dans le sud sauvage et au Piton de la Fournaise (entre autres !)

Carnet Pratique

Pour voir les araignées : Conservatoire Botanique des Mascarins, 2 rue du Père Georges, routes des Colimaçons, 97436  Saint Leu. Entrée : 7€

Pour voir les tortues : Kelonia, l’observatoire des tortues marinesRN1 Pointe des Châteaux, Saint-Leu 97436. Entrée : 7€ pour les adultes, 5€ pour les enfants.

Où manger à l’Entre-Deux : l’Arbre à Palabre (29 rue Césaire, au bout de la rue de l’Office de Tourisme)

Où dormir, où manger : le Grand Pavois, chez Elourda et Yves, 50€/nuit, 277 route des Vacoas, le Tévelave, 97425 Les Avirons. Possible de venir juste pour un cours de cuisine créole. Yves joue les guides de temps à autres.

Pour contacter Clovis Etchiandas : passer par l’ARGAT, l’Association Réunionnaise des Guides et Accompagnateurs Touristiques : argat.reunion(at)gmail.com

Où manger, où dormir à Cilaos : le Tapacala, chez Raymonda, Mickaël, et leur fille Eva, 2 chambes haut-de-gamme à 139€/nuit, chemin des Orangers 97413 Cilaos

 

Plus d’infos sur le site de l’Office de Tourisme.

Articles qui pourraient vous plaire

27 Commentaires

Seb 30 juillet 2014 à 9:17

Ah la réunion… je suis jaloux.
Encore une fois ton carnet de voyage donne envie, tes photos sont superbes et les dessins tout autant.

Répondre
Oreille 6 août 2014 à 14:28

merci 🙂

Répondre
Curieuse Voyageuse 30 juillet 2014 à 9:45

+ 1 avec Seb, ça donne super envie et je suis un brin jalouse aussi…
Les couleurs sont très belles et ça donne vraiment envie de faire un tour dans ce lointain coin de France 🙂

Répondre
Oreille 6 août 2014 à 14:29

Le coin de France le plus austral du globe !

Répondre
Peggy Malo 30 juillet 2014 à 8:47

Un rêve …

Répondre
Seb Fngt 30 juillet 2014 à 8:50

moi qui rêve depuis tout gamin d´y aller, voilà que tu ne m´aides pas à patienter !
Un magnifique carnet, bravo et merci !
J´attends avec impatience celui sur le sud sauvage !
(Tu as profité un peu de l´absence de pollution lumineuse pour faire quelques photos d´étoiles ? )

Répondre
Oreille 6 août 2014 à 14:32

J’ai fait la bêtise de partir sans trépied (je pensais faire plus de rando…), mais les nuits étaient de toute façon assez peu dégagées lors de mon voyage. Mais sans les nuages, ça doit effectivement être magnifique, ça te plaira, c’est sûr !

Répondre
Frédérique Henrottin 30 juillet 2014 à 11:02

Superbe ! Je suis allée en Guadeloupe il y a quelques mois et c´était un voyage fantastique qui m´a donné envie de continuer à explorer les territoire d´outre-mer.

Répondre
Floriane Colliou 30 juillet 2014 à 11:09

Bravo c´est magnifique!

Répondre
Williams Nourry 1 août 2014 à 2:17

Super carnet de voyage, mais elle n´est pas complète. Il y aussi le volcan, les nombreux sentiers de randonnée, le sud sauvage et l´est aussi qui est souvent oublié mais qui propose de nombreuse activités en eau vive. Bref, plein de chose à découvrir. Et un conseil de réunionnais : n´hésitez pas a aller dormir chez l´habitant, il existe de nombreux petit gîtes ici et la et ne vous tenez pas uniquement aux activités qui figure sur les cartes touristique.

Bonne visite chez nous ! 🙂

Répondre
Yvan L. 1 août 2014 à 7:28

Très bel article, bravo. J’ai passé deux années à la Réunion, et cet article contribue à me faire regretter d’être revenu 🙁

Répondre
Oreille 6 août 2014 à 14:33

Merci 🙂 Quand l’article plaît à ceux qui connaissent bien le coin, ça fait encore plus plaisir 🙂

Répondre
bdiff 1 août 2014 à 15:24

Je viens de tomber par hasard sur ton blog (car je suis fan de voyage), j’ouvre le premier article et là je deviens super jalouse non seulement de ton périple à la réunion, mais aussi de la beauté des paysages et des photos que tu as prises.
Une amie a moi est aussi partie à la réunion, elle avait fait un atelier tressage de coco, et elle m’a ramenée un petit souvenir de sa création.

en tout cas, ça me donne tellement envie de repartir en vacances très vite 🙂

Répondre
Oreille 6 août 2014 à 14:34

Hé bien bienvenue 😉

Répondre
Thomas 8 août 2014 à 12:07

Super carnet de voyage qui donne envie de partir découvrir la réunion. Et vu les activités que tu racontes il y a de quoi faire sur cette île.

Répondre
Claude 13 août 2014 à 14:19

L’île de la Réunion doit vraiment en valoir le coup, depuis le temps que je veux y aller! Du coup, étant donné que je vois un article sur la Réunion dans ton blog, connais-tu le blog de Ryan (lesacados)? Je crois qu’il y est allé pendant la même période que toi, du moins vos articles sont plutôt proches il me semble! La grande différence se trouve dans tes photographies, qui sont sublimes!
Merci pour ces conseils et tes photographies, et bon courage pour tes prochains voyages.

Répondre
Oreille 19 août 2014 à 12:29

Nous y étions effectivement en même temps, et nous sommes croisés, même si nous ne suivions pas le même itinéraire !

Répondre
QUIN 28 août 2014 à 15:59

On y part le 15 septembre, vraiment tes photos sont magnifiques comment as tu fais pour avoir ce ciel si bleu? et photo face au soleil? vraiment sympa. ton blog est super bravo

Répondre
ella 15 octobre 2014 à 21:11

mon dieu que tes photos sont belles, et ta mise en page superbe ! Je n’y suis pas encore allée, et en tout cas tu donnes bien envie d’y mettre les pieds !

Répondre
LudoBenoit 16 septembre 2015 à 9:58

Merci pour ces photos qui mettent bien en valeur mon île … mon « péi »

Répondre
Fanny 30 septembre 2015 à 21:53

Bonjour
Votre blog est très intéressant pour nous qui allons à la Réunion dans 10 jours.
Petite question, auriez vous les coordonnées de Clovis, votre guide à Cilaos ?
Par avance merci
Fanny

Répondre
Bili 12 novembre 2015 à 8:05

La Réunion est une petite île magnifique, avec de beaux paysages et des gens accueillants.

Répondre
Ophélie G. 24 novembre 2015 à 13:46

Ton article est vraiment chouette ! J’adore la façon dont tu as mélangé photos, croquis et même feuilles ! Avec le texte, le résultat est parfait. xx

Répondre
Mathilde 5 avril 2016 à 10:41

Tes photos donnent vraiment envie d’y être, je serais sur place dans quelques semaines moi aussi. J’ai vraiment hâte de découvrir l’île de la Réunion, tout le monde m’en parle. J’ai tout réserver, logement, location de voiture et quelques activités, plus qu’a attendre maintenant.

Répondre
Jeanne 4 juin 2016 à 13:39

Haha, la vieille dame du cap méchant, tout le monde y est passé ! Réunionnaise, pendant que je prenais des photos du sud-ouest avec mon père, elle nous a posé pleins de questions et quand on lui a dit que on n’était pas intéressés, on a eu droit à une énorme douche à cause d’une vague. Résultat, un téléphone mort (j’ai réussi à sauver l’appareil haha) et une vieille dame qui crit « vous voyez ! C’est le diable ! C’est le diable ! »

Répondre
nico 2 janvier 2017 à 18:36

Une ile magnifique, ça m’a fait du bien de lire tout ton article car nous sommes rentré il y a 4 jours après 3 semaines de congés la bas. Les paysages sont encore tout frais en tête, et j’aimerais en profiter pour te laisser un lien vers mon blog vidéo dédié à notre roadtrip sur l’ile de la Réunion! https://www.youtube.com/watch?v=Zw2QTJn3kAo Bonne découverte 🙂 Et merci encore pour ton récit.

Répondre
LUDOVIC RIVIERE 31 mars 2017 à 6:55

Bonjour,
Je découvre avec plaisir votre article sur mon île et je n’avais pas connaissance de votre périple sur notre petit caillou intense. Cela aurait avec un grand plaisir que j’aurais partagé un café avec vous afin de parler de notre passion commune : la photographie et bien sur de notre île !. Je me présente Ludovic RIVIERE, Photographe professionnel de paysages à l’île de la Réunion depuis 2015. Cela fait plus de 5 ans que je sillonne les différents recoins de l’île pour ramener de belles photos de la Réunion (elles sont visibles sur mon site : http://www.lrphotographies.com).
En tout cas, très bel article encore une fois et cela fait quelques temps que, je suis votre périple à travers le monde ! Continuez à nous faire rêver

Répondre

Laisser un commentaire