Carnet de voyage sur l’Île de La Réunion : des araignées, des tortues, le cirque de Cilaos, et des bonnes adresses

Retrou­vez toutes les adress­es à la fin de l’article !

Fin mai 2014, après une nuit en avion qui me sem­ble inter­minable, nous arrivons enfin à Saint Denis, le point d’entrée pour l’Île de La Réu­nion. Je ne con­nais pas du tout ce départe­ment. J’ai quelques images en tête, bien sûr, mais c’est une décou­verte com­plète pour moi. Il paraît, et je peux le con­firmer depuis, que c’est un des meilleurs endroits pour voy­ager quand on n’a jamais bougé de chez soi : on prof­ite des avan­tages du ter­ri­toire français (pas de prob­lème de langue, la carte vitale accep­tée, pas d’histoire de mon­naie à chang­er, bref, le con­fort de la mai­son !) tout en étant com­plète­ment dépaysé !

Ma col­lègue Ade­line récupère la voiture, nous passerons la semaine ensem­ble, à par­courir les routes de l’île de La Réu­nion en guise de pre­mier aperçu qu’on devine déjà frus­trant tant il y a à voir et à faire ici.

Notre itinéraire nous mène tout d’abord à Saint Leu, une ville de bord de mer d’où l’on voit bien les mon­tagnes. Nous y passerons la nuit, et nous ren­dons d’abord un peu en hau­teur pour vis­iter le Con­ser­va­toire Botanique des Mas­carins. La flo­re de l’île y est con­cen­trée. Nous par­courons les sen­tiers, con­tentes de trou­ver un peu d’ombre et de fraîcheur. Mal­heureuse­ment, ce n’est pas la meilleure sai­son de l’année pour les fleurs, et elles sont peu nom­breuses à être éclos­es. Mais on se rat­trape en mitrail­lant un tangue, cet espèce de croise­ment entre rat et héris­son, qu’on voit partout à La Réu­nion.
La Reunion
Le tangue n’est certes pas l’animal le plus pho­togénique qui soit. Il est même plutôt laid, avec ses poils-épines, mais il m’amuse beau­coup, à nous ignor­er et à far­fouiller dans le sol. Ce n’est pas une espèce spé­ci­fique à l’île de La Réu­nion. Pour autant, il fait par­tie des rares ani­maux qu’on peut observ­er ici, tant la faune y est rare.

Et c’est tou­jours dans le con­ser­va­toire botanique, que nous tombons sur une deux­ième espèce très typ­ique de La Réu­nion : la néphile dorée. Ces grands cac­tus n’ont l’air de rien comme ça, et nous avançons naïve­ment au milieu, nous extasiant sur leur taille ou leur forme. Soudain, nous repérons une pre­mière araignée, une néphile, avec ses grandes pattes fines. Elle est superbe, elle ne bouge pas d’un poil, atten­dant sa proie. On avance encore un peu. Une deux­ième. Une troisième. On réalise alors que nous sommes en train de pass­er sous un véri­ta­ble tun­nel de toiles d’araignées.

De gigan­tesques toiles sont tis­sées partout autour de nous, et des dizaines d’araignées sont juchées dessus. Je repense à Ara­gog, dans Har­ry Pot­ter, mais il n’y a rien à crain­dre ici : la néphile est inof­fen­sive, et n’a que faire des humains ! Elles sont justes impres­sion­nantes par leur taille (pra­tique­ment aus­si grandes que ma main pour cer­taines !) et leur nom­bre.
La ReunionLa ReunionLa ReunionLa ReunionLa Reunion
Le para­pente était par­mi les activ­ités qui me fai­saient le plus saliv­er sur le pro­gramme, Saint Leu étant l’un des meilleurs lieux pour un bap­tême. Manque de bol, pour plusieurs raisons, ce ne sera pas pos­si­ble. Mais j’ai quand même passé une bonne heure à les regarder atter­rir sous l’orage. Les moni­teurs avaient beau sourire,on sen­tait tout de même une cer­taine ten­sion : ils attendaient trois de leurs col­lègues, qui ne sor­taient pas des nuages. Le vent s’était levé, les nuages étaient bas, et pour les trois touristes en bap­tême, ce devait être impres­sion­nant. Ils ont fini pas appa­raître, atter­ris­sant dans les hau­teurs, loin de la plage mais sains et saufs.
LaReunion_A_003_parapenteLa ReunionLa Reunion
Du coup, nous sommes allées pass­er la mat­inée à Kelo­nia, l’observatoire des tortues marines, tou­jours à Saint Leu. C’est un lieu à l’histoire par­ti­c­ulière, et dont la mis­sion l’est tout autant. Lorsqu’on le vis­ite, on s’extasie for­cé­ment sur le bassin avec les tortues, qu’on aperçoit d’abord à l’extérieur, avant de voir ce qu’il se passe sous l’eau grâce à une vit­re, dans l’espace d’exposition.

Puis on tombe sur une pièce dédiée au tra­vail de l’écaille de tortue. Et on se demande ce que ça fout là. En fait, Kelo­nia n’existe que depuis 2006. Aupar­a­vant, c’était « la ferme corail », un étab­lisse­ment qui pro­dui­sait ce genre d’artisanat. Ça fait donc par­tie de l’histoire du lieu... Mais aujourd’hui, Kelo­nia œuvre surtout, avec des moyens mal­heureuse­ment lim­ités, à la pro­tec­tion des tortues.

Nous ren­con­trons Math­ieu, respon­s­able de toute la par­tie « soins des tortues » depuis 2010. Il a, avec lui, six soigneurs pour s’occuper de 70 tortues. Il nous explique qu’il tra­vaille beau­coup avec les pêcheurs. Ceux-ci ramè­nent les tortues qui se pren­nent dans leurs hameçons. Par­fois, le cro­chet se sera « juste » plan­té dans la bouche. D’autres fois, il sera allé jusqu’à l’œsophage... Dans tous les cas, ils fer­ont tout ce qui est pos­si­ble pour sauver la tortue. Si elle survit, elle restera un temps en obser­va­tion dans les bassins de Kelo­nia, avant d’être relâchée, comme une trentaine de ses con­génères chaque année.

Ces remis­es en lib­erté se font tou­jours avec les écoles de l’île, dans le but de sen­si­bilis­er les enfants à la pro­tec­tion des tortues. Et c’est néces­saire quand on sait que la tortue imbriquée (celle que vous voyez sur le cro­quis mais aus­si dans les bassins) est prob­a­ble­ment la tortue marine la plus men­acée.

Tout n’est pas fichu pour autant. Depuis 2007, une ou deux femelles vien­nent pon­dre sur l’île, chaque année. Ain­si, le bébé tortue que vous voyez ci-dessous (isolé dans une bas­sine parce qu’autrement, elles se mor­dent entre elles) est issue des pontes de mars et avril 2013. Les femelles s’y reprenant plusieurs fois pour dépos­er leurs dizaines d’œufs, ils ont déplacé deux des nids pour les met­tre à l’abri, pas­sant alors à un taux d’éclosion de 99%, con­tre 50% pour le nid resté en place. 180 petites tortues en sont sor­ties et sont allées rejoin­dre l’Océan Indi­en, pen­dant qu’une ving­taine était un peu plus faible. Celles-ci sont donc choyées par Kelo­nia, avec du pois­son deux fois par jour, et des feuil­lages régulière­ment, en atten­dant de retourn­er sur la plage, en pleine san­té.
LaReunion_A_004_keloniaLa ReunionLa ReunionLa Reunion
Après cette vis­ite pas­sion­nante au milieu des tortues, nous quit­tons la côte pour l’Entre-Deux, un des plus beaux vil­lages de l’île, où l’on trou­ve de nom­breuses et jolies cas­es créoles. On y décou­vre l’évolution des façades des maisons, et même com­ment la végé­ta­tion est placée selon une logique, entre aspect pra­tique et super­sti­tion. Moi, je retiens surtout que le vil­lage est mignon, et cerné par des mon­tagnes que j’irais bien arpen­ter. Et ça tombe bien : le lende­main, nous pren­drons la route de Cilaos.
LaReunion_A_005_entredeuxLa Reunion
Nous pas­sons une soirée mémorable et une nuit fort agréable dans un gîte superbe : le Grand Pavois. Au milieu de la végé­ta­tion et des tis­serins qui chantent au petit matin, Elour­da et Yves nous don­nent un véri­ta­ble cours de cui­sine créole, avant de nous servir un repas déli­cieux et, surtout, de nous par­ler de leur vie et de leur île jusqu’à nous don­ner envie de démé­nag­er.

Une super ren­con­tre, et une super adresse qui peut servir de base pour ray­on­ner dans l’île. (Toutes les adress­es sont réca­pit­ulées à la fin de l’article)
LaReunion_A_006_elourdaLa Reunion
Après cette super nuit chez Yves et Elour­da, nous prenons la route vers Cilaos. Et la vis­ite sera l’occasion de deux nou­velles belles ren­con­tres, à com­mencer par Clo­vis, notre guide pour la journée. Certes, les réu­nion­nais sont quand même glob­ale­ment tous très accueil­lants, mais Clo­vis est le guide par­fait : sourire com­mu­ni­catif, ent­hou­si­asme tout aus­si con­tagieux, véri­ta­ble pas­sion pour l’île de La Réu­nion, et incol­lable sur à peu près tous les sujets !

 

Cilaos est l’un des trois cirques de l’île de la Réu­nion. Au tout début, ce sont les esclaves (« mar­rons ») en fuite qui s’y sont réfugiés, le lieu n’étant pas très acces­si­ble. Puis, quelques familles pau­vres s’y sont instal­lées pour cul­tiv­er les ter­res qui n’intéressaient per­son­ne (et aujourd’hui encore, l’agriculture y est très dévelop­pée). La route n’a été con­stru­ite que très tard et, jusque récem­ment, les gens qui se rendaient aux ther­mes de Cilaos emprun­taient des chais­es à por­teurs...

 

Clo­vis nous emmène tout d’abord à la Roche Mer­veilleuse, le point de vue le plus con­nu sur le Cirque de Cilaos, avant de nous entraîn­er sur un sen­tier botanique dont il con­naît chaque plante. Cet arbre ultra tox­ique dont il ne faut même pas touch­er l’écorce, cette feuille con­tre la fièvre... Je me dis que cer­taines de ces feuilles se ressem­blent quand même beau­coup, et que je ne suis pas prête de me ris­quer à con­fon­dre celle qui donne des nausées et celle qui les apaise !
LaReunion_A_007_cilaos1bLa ReunionLa ReunionLa Reunion
Clo­vis nous emmène déje­uner sur l’illet à cordes, chez Ray­mon­da, qui fait cham­bre et table d’hôte. Là, nous sommes au bout de la route de Cilaos, et nous sen­tons bien le côté bout du monde, avec une vue incroy­able sur les alen­tours, et ce petit trou dans les falais­es du cratère qui laisse apercevoir l’océan entre deux nuages.

Ah, et inutile de pré­cis­er que Ray­mon­da cui­sine divine­ment bien et que vous retrou­vez toutes les infos à la fin de l’article.
LaReunion_A_007_cilaos2-raymondaLa ReunionLa Reunion
Nous pas­sons le reste de la journée à explor­er Cilaos, à chercher les points de vue. Je regrette de ne pas avoir le temps de vis­iter aus­si les cirques de Mafate et Salazie, pour com­par­er, mais je me dis que Cilaos est déjà mag­nifique.

LaReunion_A_007_cilaos3bLa ReunionLa ReunionLa Reunion

A suiv­re : dans le prochain arti­cle, je vous emmène dans le sud sauvage et au Piton de la Four­naise (entre autres !)

Carnet Pratique

Pour voir les araignées : Con­ser­va­toire Botanique des Mas­carins, 2 rue du Père Georges, routes des Col­i­maçons, 97436  Saint Leu. Entrée : 7€

Pour voir les tortues : Kelo­nia, l’observatoire des tortues marinesRN1 Pointe des Châteaux, Saint-Leu 97436. Entrée : 7€ pour les adultes, 5€ pour les enfants.

Où manger à l’Entre-Deux : l’Arbre à Pal­abre (29 rue Césaire, au bout de la rue de l’Office de Tourisme)

Où dormir, où manger : le Grand Pavois, chez Elour­da et Yves, 50€/nuit, 277 route des Vacoas, le Tévelave, 97425 Les Avi­rons. Pos­si­ble de venir juste pour un cours de cui­sine créole. Yves joue les guides de temps à autres.

Pour con­tac­ter Clo­vis Etchi­an­das : pass­er par l’ARGAT, l’Association Réu­nion­naise des Guides et Accom­pa­g­na­teurs Touris­tiques : argat.reunion(at)gmail.com

Où manger, où dormir à Cilaos : le Tapacala, chez Ray­mon­da, Mick­aël, et leur fille Eva, 2 chambes haut-de-gamme à 139€/nuit, chemin des Orangers 97413 Cilaos

 

Plus d’infos sur le site de l’Office de Tourisme.

29 Commentaires

  1. Ah la réu­nion... je suis jaloux.
    Encore une fois ton car­net de voy­age donne envie, tes pho­tos sont superbes et les dessins tout autant.

  2. moi qui rêve depuis tout gamin d´y aller, voilà que tu ne m´aides pas à patien­ter !
    Un mag­nifique car­net, bra­vo et mer­ci !
    J´attends avec impa­tience celui sur le sud sauvage !
    (Tu as prof­ité un peu de l´absence de pol­lu­tion lumineuse pour faire quelques pho­tos d´étoiles ? )

    1. J’ai fait la bêtise de par­tir sans trépied (je pen­sais faire plus de ran­do...), mais les nuits étaient de toute façon assez peu dégagées lors de mon voy­age. Mais sans les nuages, ça doit effec­tive­ment être mag­nifique, ça te plaira, c’est sûr !

  3. Super car­net de voy­age, mais elle n´est pas com­plète. Il y aus­si le vol­can, les nom­breux sen­tiers de ran­don­née, le sud sauvage et l´est aus­si qui est sou­vent oublié mais qui pro­pose de nom­breuse activ­ités en eau vive. Bref, plein de chose à décou­vrir. Et un con­seil de réu­nion­nais : n´hésitez pas a aller dormir chez l´habitant, il existe de nom­breux petit gîtes ici et la et ne vous tenez pas unique­ment aux activ­ités qui fig­ure sur les cartes touris­tique.

    Bonne vis­ite chez nous ! 🙂

  4. Très bel arti­cle, bra­vo. J’ai passé deux années à la Réu­nion, et cet arti­cle con­tribue à me faire regret­ter d’être revenu 🙁

  5. Je viens de tomber par hasard sur ton blog (car je suis fan de voy­age), j’ouvre le pre­mier arti­cle et là je deviens super jalouse non seule­ment de ton périple à la réu­nion, mais aus­si de la beauté des paysages et des pho­tos que tu as pris­es.
    Une amie a moi est aus­si par­tie à la réu­nion, elle avait fait un ate­lier tres­sage de coco, et elle m’a ramenée un petit sou­venir de sa créa­tion.

    en tout cas, ça me donne telle­ment envie de repar­tir en vacances très vite 🙂

  6. Super car­net de voy­age qui donne envie de par­tir décou­vrir la réu­nion. Et vu les activ­ités que tu racon­tes il y a de quoi faire sur cette île.

  7. L’île de la Réu­nion doit vrai­ment en val­oir le coup, depuis le temps que je veux y aller ! Du coup, étant don­né que je vois un arti­cle sur la Réu­nion dans ton blog, con­nais-tu le blog de Ryan (lesaca­dos)? Je crois qu’il y est allé pen­dant la même péri­ode que toi, du moins vos arti­cles sont plutôt proches il me sem­ble ! La grande dif­férence se trou­ve dans tes pho­togra­phies, qui sont sub­limes !
    Mer­ci pour ces con­seils et tes pho­togra­phies, et bon courage pour tes prochains voy­ages.

  8. On y part le 15 sep­tem­bre, vrai­ment tes pho­tos sont mag­nifiques com­ment as tu fais pour avoir ce ciel si bleu ? et pho­to face au soleil ? vrai­ment sym­pa. ton blog est super bra­vo

  9. mon dieu que tes pho­tos sont belles, et ta mise en page superbe ! Je n’y suis pas encore allée, et en tout cas tu donnes bien envie d’y met­tre les pieds !

  10. Bon­jour
    Votre blog est très intéres­sant pour nous qui allons à la Réu­nion dans 10 jours.
    Petite ques­tion, auriez vous les coor­don­nées de Clo­vis, votre guide à Cilaos ?
    Par avance mer­ci
    Fan­ny

  11. Tes pho­tos don­nent vrai­ment envie d’y être, je serais sur place dans quelques semaines moi aus­si. J’ai vrai­ment hâte de décou­vrir l’île de la Réu­nion, tout le monde m’en par­le. J’ai tout réserv­er, loge­ment, loca­tion de voiture et quelques activ­ités, plus qu’a atten­dre main­tenant.

  12. Haha, la vieille dame du cap méchant, tout le monde y est passé ! Réu­nion­naise, pen­dant que je pre­nais des pho­tos du sud-ouest avec mon père, elle nous a posé pleins de ques­tions et quand on lui a dit que on n’était pas intéressés, on a eu droit à une énorme douche à cause d’une vague. Résul­tat, un télé­phone mort (j’ai réus­si à sauver l’appareil haha) et une vieille dame qui crit « vous voyez ! C’est le dia­ble ! C’est le dia­ble ! »

  13. Une ile mag­nifique, ça m’a fait du bien de lire tout ton arti­cle car nous sommes ren­tré il y a 4 jours après 3 semaines de con­gés la bas. Les paysages sont encore tout frais en tête, et j’aimerais en prof­iter pour te laiss­er un lien vers mon blog vidéo dédié à notre road­trip sur l’ile de la Réu­nion ! https://www.youtube.com/watch?v=Zw2QTJn3kAo Bonne décou­verte 🙂 Et mer­ci encore pour ton réc­it.

  14. Bon­jour,
    Je décou­vre avec plaisir votre arti­cle sur mon île et je n’avais pas con­nais­sance de votre périple sur notre petit cail­lou intense. Cela aurait avec un grand plaisir que j’aurais partagé un café avec vous afin de par­ler de notre pas­sion com­mune : la pho­togra­phie et bien sur de notre île !. Je me présente Ludovic RIVIERE, Pho­tographe pro­fes­sion­nel de paysages à l’île de la Réu­nion depuis 2015. Cela fait plus de 5 ans que je sil­lonne les dif­férents recoins de l’île pour ramen­er de belles pho­tos de la Réu­nion (elles sont vis­i­bles sur mon site : http://www.lrphotographies.com).
    En tout cas, très bel arti­cle encore une fois et cela fait quelques temps que, je suis votre périple à tra­vers le monde ! Con­tin­uez à nous faire rêver

  15. Bra­vo.
    Ta présen­ta­tion est super sym­pa. Très belles pho­tos
    Je suis allée trois fois à la Réu­nion, et il y a encore tant de chose à faire, à vis­iter. Et ton arti­cle le prou­ve... j’y retourn­erais !
    Tu peux vis­iter mon site : mdr45.fr
    Mer­ci

  16. Nous venons tous juste de ren­trée de vacances mais pré­parons déjà les prochaines ... L’île de la Réu­nion !
    Les araignées me font un peu peur, mais tous le reste me donne telle­ment envie.

    Mer­ci pour ces pré­cieuses infor­ma­tions et bonnes adress­es 🙂 Nous en fer­ons bon usage !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest