vignette_photographier_aurores_boreales

La photo de voyage en vidéo, épisode 2 : les aurores boréales

Le mois dernier, je vous présentais mon nouveau projet, le petit truc que je veux développer cette année sur ce blog : des vidéos qui parlent de photo de voyage. Tous les mois, je vous emmènerai sur une nouvelle destination pour traiter d’un nouveau sujet. Ainsi, le premier épisode se tenait à Etretat, en Normandie, et avait pour sujet les filtres dégradés. Et pour le deuxième épisode ? Hé bien, vous le devinerez aisément si vous avez vu les derniers articles (et si vous avez lu le titre de cet article…), suivi Facebook ou Instagram : je vous emmène en Norvège !
Et avant de chasser les aurores boréales, je vous parle un peu de quelques précautions à prendre pour protéger son appareil photo lorsqu’on voyage dans le froid (n’en déplaise aux grincheux dilettantes).

Je vais revenir en détails sur la marche à suivre pour photographier une aurore mais avant cela, il faut que je vous dise la vérité sur les aurores boréales. Il y en a beaucoup. De plusieurs sortes. Presque toutes les nuits. Pour autant, les grosses explosions de vert que vous voyez dans les photos à la fin de la vidéo restent rares, alors que les petits filets, comme celles du time-lapse, sont très communes et presque invisibles à l’oeil nu (du moins quand on ne connaît pas). Les deux sont des aurores boréales, la différence réside dans leur intensité.
En effet, les petites sont bien visibles sur l’appareil, mais demandent un minimum d’attention à l’œil nu : ça ressemble à un nuage gris vaguement vert si on plisse les yeux mais rien d’éblouissant. Ainsi, il faudra repérer ses trainées blanches et déclencher pour bien vérifier qu’il s’agit d’aurores boréales ! Au départ, je croyais avoir affaire à de la pollution lumineuse émanant des lampadaires situés derrière nous sur le pont…

Par contre, quand une vraie, grosse aurore apparaît, c’est magique et il n’y a aucun doute, c’est bien visible à l’œil nu et illumine le ciel dans son entièreté. Le vert emplit le ciel, et on ouvre la bouche, bêtement, en laissant exprimer ses émotions. C’est relativement indescriptible mais les photos sont fidèles, c’est presque mystique et, l’espace d’un instant, on pourrait croire aux trolls et autres elfes.

Matériel nécessaire pour photographier une aurore boréale

Basiquement, si vous n’arrivez pas à faire des photos correctes de nuit avec votre appareil, vous pouvez oublier l’idée de photographier les aurores boréales. Dans les faits, il faut absolument un appareil qui permette de gérer le temps de pose, donc plutôt de type reflex ou hybride.
Ensuite, un trépied est indispensable puisque, qui dit pose longue, dit appareil qui ne doit pas bouger d’un poil pendant de longues secondes.
Enfin, comme dit dans la vidéo, une télécommande ou un déclencheur filaire reste un gros plus, même si on peut utiliser le retardateur : le but étant de ne pas faire bouger l’appareil en déclenchant.

Où photographier une aurore boréale

Forcément, il vaut mieux être dans le Cercle Polaire, ou en tout cas dans des contrées nordiques, et plutôt en hiver (février est un très bon mois : on a assez de lumière pour profiter de la journée un minimum, et il y a encore de nombreuses aurores boréales bien visibles dans la nuit noire). Ensuite, il faudra trouver un endroit propice aux photos, donc loin des mégalopoles (qui n’existent pas dans nos cercles polaires mais vous avez compris l’idée), et tourné vers le Nord (on ne dit pas « nothern lights » pour rien) à moins d’être déjà au Pôle ou d’avoir choisi l’antarctique (mais on parlerait d’aurore australe plutôt que d’aurore boréale).
Il faudra bien sûr que la météo soit de la partie, un nuage épais pouvant obscurcir le ciel et ne pas permettre de voir l’aurore.
Pour savoir s’il faut aller poireauter de longues heures dehors, il y a donc quelques sites et applications donnant des prédictions :

Et pleins d’autres… Mais la magie d’une aurore boréale réside aussi dans la longue attente, dans le « wouah » qui sort naturellement quand enfin elle apparaît et qu’on oublie que nos orteils sont congelés.

Comment photographier un aurore boréale

Rentrons donc dans le vif du sujet. Comme dit dans la vidéo, il faut repérer un lieu sympa, poser son trépied, faire un cadrage qui nous plaît (laissant une grande place au ciel, à moins de vouloir jouer sur les reflets dans l’eau, les gros plans…), tester quelques réglages et ensuite, attendre et croiser les doigts (et là, on apprécie les habits chauds, hein ? et les rasades de gnôle qui tient au corps quand on aime ça).

Pour la mise au point, deux options : la faire sur un élément savamment placé en amorce dans votre cadrage, ou la faire sur l’infini.
Pour les réglages, je vous conseille de passer en mode manuel et d’éviter les vitesses trop lentes : entre 10 et 15 secondes on fige le mouvement de l’aurore sans trop le dénaturer. Il faudra donc ajuster les ISO et l’ouverture en fonction de cela : le but, c’est de voir les étoiles (évitez de monter trop haut en ISO, sous peine d’image bruitée). Faites quelques tests jusqu’à satisfaction. Et surtout, quand l’aurore arrive, regardez bien le résultat sur l’écran avant de mitrailler, il faudra peut-être affiner les réglages et parfaire le cadrage.

Si vous êtes proche d’une ville, les filtres dégradés dont je vous parlais dans le premier épisode pourraient vous être très utiles. Alors, ne faites pas comme ce touriste étasunien que j’ai vu mettre le filtre à l’envers de sorte à assombrir le ciel ! Non, le but c’est justement l’inverse ! Les villes, même petites comme dans les Lofoten, peuvent devenir des pollutions lumineuses peu esthétique : en gros, on va cramer les zones trop éclairées pour réussir à photographier le ciel, et il est même probable que ça occasionne des halos lumineux parasites.
Du coup, le filtre dégradé permettra d’assombrir la ville et autorisera des vitesses plus lentes pour faire ressortir le ciel et l’aurore boréale. C’est surtout valable pour les aurores de faible intensité, bien sûr.

photographier_une_aurore_boreale_avec_filtre_degrade

Un dernier conseil : je ne le dirai jamais assez, travaillez en RAW !

Attendre

Hé bien oui. Voir une aurore boréale, c’est un peu d’informations glanées sur les sites de prédictions, un peu de chance, et beaucoup de patience. Ainsi, un soir, nous avons rejoint un groupe de touristes sur un pont. Ils étaient là bien avant 18h, avant même le coucher du soleil et participaient à une de ces excursions conçues pour voir les aurores : on monte à dix dans un van, accessoirement on remplit 3 vans ainsi, un photographe est là pour donner des conseils (…), on vous dépose à un spot intéressant, et on ne vous rend pas votre argent si vous ne voyez rien ! Ce peut être une bonne option pour certaines personnes ; pour autant, nos voisins sur le pont sont partis à 20h, frigorifiés et affamés, sans avoir rien vu.
Et à 21h30, alors que nous finissions notre paquet de chips (et Le Belge son « sauciflard » avec ses « litrons de bibine »), appréciant le silence retrouvé (nous n’avons croisé que peu de gens durant la semaine, et ce fut le seul groupe), nous avons pu profiter du début des aurores…

photographier_une_aurore_boreale_norvege_lofotencliquez pour agrandir
IMG_9173 copie
IMG_9159_2 copie

  51 comments

  1. Marie   •  

    Moi qui rêve de voir des aurores boréales pour de vrai… Merci pour ce magnifique article, ça ne fait que renforcer mon souhait. De très belles photos, merci beaucoup pour ce partage…

  2. frogita   •  

    ah ben le voilà l’article que j’aurais du avoir avant de partir.
    Clairement les seul cliché potable de mes aurores c’était d’avoir un truc en premier plan.
    j’ai mis des temps de pose trop long et la mise au point à l’infini a un peu rater (juste pas fait quoi) et quand il y a eu la belle grosse aurore visible à l’oeil nu, ma foi j’ai préféré l’admirer :-)
    Et très très bien ta vidéo!

  3. Retour du Monde   •  

    Sinon la chapka sur le boitier en attendant les Aurores c’est pas mal non plus quand on a pas de housse en néoprène ! :) Par contre petit doute sur le fait qu’elles viennent toujours du Nord, ils nous est arrivés plusieurs soirs d’avoir des départs depuis 3 des 4 points cardinaux.

  4. Ch Lev via Facebook   •  

    un régal ! merci :-)

  5. Laetitia   •  

    rien à voir avec la pauvre aurore boréale que j’ai pu photographier en septembre…
    Vous me donnez envie de repartir en suivant tous vos précieux conseils ;)

    merci

  6. Sophie   •  

    Très bien illustré, le coup de la condensation ! Pour le truc en néoprène, ta vidéo m’a plus convaincue que ton précédent article.
    Sinon je rejoins Retour du monde, les aurores boréales ne viennent pas que du Nord, mais peuvent arriver de l’Est ou de l’Ouest aussi. Si tu es même bien au-delà du cercle polaire (comme à Tromsø par exemple), tu peux les voir au Sud.

    • Oreille   •     La blogueuse

      C’est vrai, mon raccourci et mon explication sont un peu simplistes sur ce point :)

      • sophie   •  

        Enfin c’est pas bien grave non plus :) (jsuis un peu monomaniaque sur le sujet des fois, désolée)
        La vidéo est vraiment chouette, pro et rigolote à la fois. Un indice sur la prochaine destination ou toujours pas ?

  7. Vincent Gaudin via Facebook   •  

    C’est top

  8. Laponico   •  

    Très interessant cet article, et super vivant d’avoir une video pour illustrer !
    Je pense que personnellement, je l’admirerais, car je ne pense pas maîtriser assez mon APN pour « gâcher » du temps à faire une photo qui sera moins bien que les tiennes par exemple…Je galère déjà pour des photos de neige… :-(
    A quand un tuto neige d’ailleurs?

    • Oreille   •     La blogueuse

      C’est vrai que tu laches assez vite l’appareil pour regarder :) Après, j’ai une super télécommande intervalomètre : tu prends une photo, tu checkes sa gueule, et la télécommande mitraille à ta place ^^

      Je penserai à parler de neige !

  9. Piotr   •  

    C’est beauuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !

  10. Le Fil de Lau   •  

    Magnifique !
    La patience, en effet, il n’y a que cela de vrai pour traquer les aurores boréales !

  11. RomainLMQT   •  

    Bravo ! De bonnes explications (le coup de la condensation !…j’ai pas de lunettes, je comprends mieux maintenant !).
    Belle destination en tout cas que le grand Nord !

  12. michèle   •  

    c’est vraiment super intéressant….condensé mais on apprend plein de choses!!! j’espère que tu vas continuer sur ta lancée et que tu vas encore nous apporter plein de belles choses intéressantes aux apprentis photographes que nous sommes (enfin je parle pour moi!!!)

    • Oreille   •     La blogueuse

      Bien sûr, le but c’est de faire une vidéo par mois :)
      La prochaine sera tournée dans deux semaines et orientée très débutant, pour le coup (mais je n’en dis pas plus !)

  13. Vivre la Photo   •  

    Un très joli article sur un phénomène qui fait rêver la plupart d’entre nous, moi la première ! Et toujours une super vidéo, ça rend super bien, bon boulot :) !

  14. Adil   •  

    Excellent article ! Je suis vraiment trop fan de l’introduction de ta rebrique. Rien a re-dire sur la video en tant que telle (peut etre le moment ou tu te teleporte haha).

    Autrement pour la proctection contre le froid je suis un peu spetique de l’efficacité du matos et encore plus par rapport a l’eau vu que ce n’est pas completement etanche. Surtout avec tes Lentilles L et ton boitier tropicalisé. J’ai été amené à prendre des photos pour un festival sous la neige par moins 20 et je n’ai eu aucun probleme. Alors apres c’est clair que la condensation c’est vraiment le gros danger. Je trouve que ces protections semble plus utiles contre les chocs que contre les liquides.

    Autrement pour les aurores boréales, cela donne vraiment envie. Comment as tu trouvé ce lieu etc?

    Ah oui et aussi quel sac utilise tu? Je vois que c’est un Lowepro. Je cherche un sac en ce moment qui n<est pas chez Vanguard (tu sais pourquoi …).

    • Zapo   •  

      Pareil, mon vieux 450D a passé plusieurs heures l’année dernière par -40°c, sans constater une énorme baisse de batterie, comme quoi parfois ça peut fonctionner ! (Bon après faut pas non plus en abuser et faire ça tout les jours, on est d’accord)

      • Oreille   •     La blogueuse

        Le truc, c’est que t’as pas de problème jusqu’au jour où. Franchement, jusqu’à ce matin à New York, j’étais persuadée que c’était solide, un appareil photo. Mais quand le tien ne s’allume plus à cause d’un simple crachin, hé bien tu te dis que tu peux bien lacher quelques euros pour le protéger…

        (le 5DII n’est pas tropicalisé).

        Je préfère un matériel trop protégé qui me permet d’avoir l’esprit tranquille, tout simplement.

      • Adil   •  

        Le truc c’est que dans ce cas autant acheter une rain cover qui coutera 5 fois moins cher et protègera bien mieux ton sac contre l’eau. Parce que le problème de la protection que tu utilises est que ça n’empêche pas vraiment l’eau de rentrer: j’aurais même tendance à dire que l’eau va venir stagner entre l’appareil et la protection plutot que de juste glisser. Et par ailleurs, ca ne va pas non plus l’éviter d’avoir de la condensation après étant donné qu’il va malgré tout se refroidir.

        Autrement pour le sac? :).

  15. Spiruline   •  

    Et bien avec tous ces conseils je devrais m’en sortir! J’espère réussir d’aussi belles photos que les tiennes. Merci pour les tuyaux :-) et très chouette vidéo

    • Oreille   •     La blogueuse

      Bon voyage à toi :)

    • Oreille   •     La blogueuse

      Moins cher, bien sûr, mais plus efficace et plus pratique, euh…

  16. Emile25   •  

    Très bonne explication sur les précautions à respecter pour bien prendre en photo une aurore boréale, dont c’est la bonne période. Reste savoir ou aller pour voir ces aurores. Je pense que la Laponie reste une meilleure option. Bon courage et bonne chance.

  17. Mélissa   •  

    Merci pour ces précieux conseils! Je crois que j’ai intérêt à bookmarker cet article pour le jour où je ferai enfin l’Islande en hiver! J’aurai trop les boules de louper mes clichés par manque de préparation.
    Par contre, pour les climats pluvieux/venteux quelle protection préconises-tu pour l’appareil?

    • Oreille   •     La blogueuse

      Si il pleut, tu peux bricoler avec des sacs plastiques et des élastiques, ou sinon il existe des espèces de pochons dans lequel on glisse l’appareil (qu’on peut aussi fabriquer si on sait coudre avec une vieille manche de manteau imperméable).
      Mais pour mon appareil tragiquement décédé aux USA, j’avais des sacs plastiques… qui se sont déchirés au fil de la journée. Faut être précautionneux, quand même, quand on bidouille.

  18. carla   •  

    superbe!!! les images, le contenu, le ton, le rythme.. tout y est! bravo et merci

  19. Laura   •  

    Vraiment beau, voilà un spectacle que j’aimerais voir!

  20. Pingback: La photo de voyage en vidéo, épisode 2 : les aurores boréales | Voyages en terres polaires | Scoop.it

  21. Owistiti   •  

    Les images sont à tomber O_O
    Encore bravo car vos articles nous donne toujours l’impression de voyager avec vous.

    Amicalement

  22. Denis   •  

    Superbe. Tu pourrais aussi donner des cours de vidéo car elles sont vraiment bien réalisées.

  23. Em'   •  

    C’est magnifique! Merci pour ces précieux conseils et ces superbes clichés!

  24. Pitch   •  

    Comment c’est juste beau une aurore boréale
    j’aime pas le froid mais rien que pour en voir en vrai je pourrai attendre.
    Bien sympa cette 2 eme vidéo, bonne idée que tu as eue en 2013 de te lancé la dedans.

  25. Aitutaki   •  

    Je découvre ton article à mon retour d’Islande où j’ai eu la chance de voir des aurores boréales…..le time-lapes, reste je trouve la meilleurs manière de partager ce phénomène car c’est un mouvement, un précipité.
    Comme tu le dis elles sont parfois presque invisibles à l’oeil nu mais certaine explosent et dansent.
    Merci encore pour ce blog qui donne envie de voyager et de prendre de belles photos (deux grands plaisirs de la vie)
    Juste une question : connais-tu un support gratuit qui permettent de partager un album photo numérique dans le même style que ton portfolio (un bandeau qui défile) je m’inspire de tes bonnes idées ….je pense que ton hébergeur est payant ?
    Merci encore pour tout tes conseils et tes magnifiques photos.

    • Oreille   •     La blogueuse

      Pour mon portfolio, c’est un thème wordpress payant hébergé sur un serveur privé, mais tu peux trouver des équivalents gratuits dans les thèmes dédiés aux photographes :)

  26. Pingback: Les liens pour le cerveau - Février 2013 | sfphotos.fr

  27. Julien   •  

    C’est vraiment magnifique sa donne envie de voir sa en vrai.

  28. Jérémy   •  

    Ne serait-ce pas Svolvaer sur ces photos ?!!
    J’ai pris des photos au même endroit cet hiver. :) Mais elles ne sont pas aussi sublimes que celles-ci. ;)

  29. Pingback: La photo de voyage en vidéo, épisode 2 : les aurores boréales | Carnet d'escapades | Scoop.it

  30. Ella   •  

    tes photos sont juste sublimes. Je suis sous le charme !

  31. alize   •  

    Ouaw, magnifique! Les photos étaient déjà vrmt belles mais tu es aussi très douée pour les vidéos. Merci pour toutes ces bonnes infos.

  32. voyager   •  

    très belle photo, je ne réussirais jamais à en faire aussi belle mais je vais essayer, merci pour cet article

  33. Pingback: Les Lofoten en hiver: neige et aurores boréales - VOYAGES | Manfrotto Imagine More

  34. Pingback: Les liens pour le cerveau - Février 2013 | sfphotos.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>