fbpx

Voyage au Costa Rica : Episode 1, San Gerardo de Dota

Je rentre tout juste du Costa Rica, ma première incursion (trop rapide) en Amérique Centrale. Au programme : des oiseaux, des baleines, des activités sportives en tout genre. Du coup, je vous rapporte trois articles, avec chacun une vidéo, et on commence par la région de San Gerardo de Dota, dans les montagnes.

Je ren­tre tout juste du Cos­ta Rica, ma pre­mière incur­sion (trop rapi­de) en Amérique Cen­trale. Au pro­gramme : des oiseaux, des baleines, des activ­ités sportives en tout genre. Du coup, je vous rap­porte trois arti­cles, avec cha­cun une vidéo, et on com­mence par la région de San Ger­ar­do de Dota, dans les mon­tagnes.

Je vous laisse regarder la vidéo ; dans la suite de l’article, je développe quelques points et vous mon­tre les pho­tos !

La capitale spirituelle du Costa Rica : Cartago

Enfin, avant d’aller à San Ger­ar­do, il faut d’abord que je vous par­le d’un petit arrêt qu’on a fait sur la route, Carta­go. Je ne vous apprends rien, au Cos­ta Rica, la pro­por­tion de catholiques pra­ti­quants est très impor­tante. Et pour eux, le point cen­tral est Carta­go, qui fut la cap­i­tale du pays jusqu’au début du XIXème siè­cle (c’est main­tenant San José, suite à une som­bre his­toire avec le Mex­ique).
La Basilique Nues­tra Seño­ra de los Ánge­les date de 1639. Rien de vrai­ment impres­sion­nant pour un européen, mais l’intérêt n’est pas réelle­ment dans l’architecture. Il faut voir les fidèles arriv­er à genoux, quo­ti­di­en­nement, à toute heure, et les mil­liers de petites pièces de métal offertes par des malades après leurs rémis­sions grâce aux prières et pèleri­nages. Même sans être croy­ant, on ne peut qu’être hap­pé par tant de Foi.
CostaRica_001_IMG_0011

CostaRica_003_IMG_0016 copie

Ci-dessus, je vous laisse recon­naître les par­ties du corps représen­tées par ces offran­des...

CostaRica_002_IMG_0014 copie

En Août, le pèleri­nage annuel attire près de 2.5 mil­lions de catholiques (sachant qu’il y a 4.6 mil­lions d’habitants au Cos­ta Rica...), venus de toute l’Amérique Cen­trale.  Au final, la basilique est un lieu qui dépasse la reli­gion : elle réu­nit les peu­ples autour de la Negri­ta, cette petite stat­ue représen­tant la Vierge, apparue à une jeune fille au XVI­Ième siè­cle. A chaque fois que la jeune paysanne ten­tait de ramen­er la stat­ue de pierre noire chez elle ou au prêtre de la ville, la Negri­ta retour­nait d’elle-même sur le rocher où elle était apparue. Comme à l’époque, ils essayaient de con­stru­ire une église mais qu’elle était sans cesse détru­ite, ils ont pris cela comme un signe et ont déplacé le lieu de con­struc­tion à l’emplacement où était apparue la Negri­ta... qui se trou­ve doré­na­vant en bonne place dans la basilique (bon, en vrai, c’est une repro­duc­tion, bien sûr).

San Gerardo de Dota

Je me suis instal­lée pour quelques nuits au Tro­gon Lodge, un hôtel très sym­pa situé en plein cœur d’une val­lée. Au calme. En temps nor­mal, le site doit être mag­nifique. Manque de bol, il a plu sans cesse... mais ça n’en reste pas moins un bel endroit !

 

CostaRica_013_IMG_0217

Ci-dessus, la vue depuis la val­lée // Ci-dessous, la vue depuis les hau­teurs (sans les nuages, il paraît qu’il y a un beau panora­ma !)

CostaRica_041_IMG_0676 copie

 

CostaRica_036_IMG_0617 copie

Dans toutes les régions un peu isolées, on trou­ve ce genre de petits com­merces : les pulpe­rias, qui désig­nent aus­si, en argot, les filles bien fichues parce que « y’a tout comme il faut, comme dans une pulpe­ria ». Et, si je ne me pronon­cerai pas quant à l’utilisation d’une telle expres­sion (il paraît que c’est pas méchant ni dégradant pour une cos­ta-rici­enne), force est de con­stater que notre épici­er, à la manière d’un « rebeu » parisien, per­met aux locaux d’accéder à tout ce qui peut dépan­ner sur de très grandes plages horaires. Nour­ri­t­ure, médica­ments, cig­a­rettes...

CostaRica_009_IMG_0106 copie

CostaRica_012_IMG_0184 copie

Le Cos­ta Rica est un véri­ta­ble par­adis pour quiconque s’intéresse à l’ornithologie, et San Ger­ar­do de Dota est en cela une région très intéres­sante. Il faut savoir que, même si le pays est petit, la mul­ti­tude de cli­mats (entre les mon­tagnes, les val­lées, la côte caribéenne, et la côte paci­fique, les vol­cans, ...) per­met une très grande richesse et une incroy­able var­iété d’espèces, faune et flo­re con­fon­dues, que l’on va ren­con­tr­er. En quelques kilo­mètres, on chang­era de paysage et de bio­di­ver­sité !

A  la recherche du quetzal

Quet­zal, quésaco ? Hé bien c’est un oiseau très con­nu, et par­ti­c­ulière­ment recher­ché en Amérique Cen­trale, et donc for­cé­ment au Cos­ta Rica. Le mâle, en péri­ode de repro­duc­tion, a de longues plumes bien recon­naiss­ables, même si sa couleur verte n’aide pas à le dis­tinguer au milieu des feuilles. Pour le trou­ver, se faire accom­pa­g­n­er par un guide expéri­men­té est une bonne idée (les hôtels pro­posent des excur­sions au petit matin), car il faut avoir l’œil : trou­ver le bon arbre, et guet­ter les mou­ve­ments. Ils se nour­ris­sent de petits avo­cats, qu’ils met­tent du temps à digér­er.
Et si le nom « quet­zal » vous dit quelque chose, c’est aus­si parce que c’est la forme qu’emprunte de temps en temps un célèbre dieu méso-améri­cain, Quet­zal­coatl (ser­pent à plumes de quet­zal). Ceci explique cer­taine­ment le suc­cès de l’oiseau...

CostaRica_037_IMG_0621 copie

CostaRica_038_IMG_0631 copie

CostaRica_039_IMG_0651 copie

Il m’a fal­lu deux mat­inées pour les voir cor­recte­ment, la météo n’aidant pas (prof­itez bien de la vidéo !) et ce que je retiens, c’est que ça ressem­ble à un pigeon vert et que je préfère net­te­ment les col­ib­ris !

Les colibris de San Gerardo de Dota

Au Cos­ta Rica, il existe une quar­an­taine d’espèces de col­ib­ris. Et, pour ne rien gâch­er, les hôtels instal­lent des petites man­geoires (avec de l’eau sucrée) pour les attir­er. Ce qui facilite sacré­ment la tâche pour les observ­er ! Ils sont de tailles vari­ables (du sim­ple au triple !) mais aucun ne devait dépass­er les 10 cm de long. C’est un bal­ais inces­sant, ils vire­voltent dans tous les sens, ne s’arrêtent jamais. Leurs couleurs changent selon leur posi­tion et la lumière, c’est tout sim­ple­ment superbe !

CostaRica_007_IMG_0054 copie
CostaRica_015_IMG_0335 copie

CostaRica_018_IMG_0364 copie

CostaRica_020_IMG_0388 copie

CostaRica_025_IMG_0419 copie

CostaRica_026_IMG_0444 copie
CostaRica_035_IMG_0598 copie

Pour les pho­togra­phi­er, il n’y a pas de secret, il fau­dra pren­dre son temps. Mais c’est plutôt aisé avec les man­geoires instal­lées à l’hôtel : on fait quelques tests et réglages (vitesse la plus élevée pos­si­ble, ils bougent très vite !) lorsqu’ils man­gent, puis on repère les branch­es sur lesquelles ils retour­nent sans cesse. Et il suf­fit ensuite d’attendre... Si on ne bouge pas, ils font comme si nous n’étions pas là !

 

Randonnée dans la jungle

For­cé­ment, tant qu’à être au milieu des mon­tagnes, il faut aller marcher un peu pour enten­dre les bruits de la forêt, les singes, les oiseaux...

CostaRica_030_IMG_0551

CostaRica_031_IMG_0561 copie

CostaRica_033_IMG_0581 copie

CostaRica_034_IMG_0590 copie

 

Dans le prochain épisode : je vous emmène voir les baleines !

CostaRica_042_IMG_0683_1 copie

 

15 Commentaires

  1. Moi pour le moment je n’ai vu que la vidéo sans le son (je suis au tra­vail et l’ordi n’a pas de son, ah ah). C’est mar­rant de te voir par­ler sans t’entendre. Bref.

  2. ho ouii trop hâte d’y être en mars prochain, j’espère que le cli­mat sera meilleur. Même s’il pleut sur ta vidéo, on voit que c’est un pays à la nature lux­u­ri­ante. Com­bi­en de temps y es-tu resté ? Est-il pos­si­ble de faire un grand tour du pays en seule­ment deux semaines ? Et niveau bud­get, c’est cher ? Ma famille vient nous ren­dre vis­ite là-bas et je voudrais leur organ­is­er un super voy­age.

    1. Alors, je ne suis restée que 8 jours sur place, et on s’est con­tenté de trois sites (en plus de San José) pour ne pas pass­er trop de temps dans la voiture. Sur deux semaines, tu peux voir pas mal de choses, mais je te con­seille de ne pas essay­er de tout voir : tu peux choisir un coin sur la côte paci­fique, un dans les mon­tagnes, un à côté des vol­cans et un sur la côté caraïbes, pas exem­ple.
      Et sinon, c’est glob­ale­ment assez cher (plus cher que les pays frontal­iers, par exem­ple) : légère­ment moins cher qu’en France.

  3. Au pana­ma, j’avais aus­si fait une ran­don­née obser­va­tion des oiseaux à une cinquan­taine de km du la fron­tière costar­i­caine... Et aus­si sous la pluie... Pas une pluie de cho­chotte, comme on a chez nous hein...
    Du coup, on avait pas vu beau­coup d’espèce.
    Mais effec­tive­ment les hôtels aiment bien attir­er les col­ib­ris. Ils sont vrai­ment très beau.

  4. Je suis vrai­ment fan des pho­tos que tu as fait dans la jun­gle. Bra­vo pour l’oiseau aus­si :P. C’est un truc de dingue la faune qu’il y a là bas !

  5. Mag­nifique voy­age, mag­nifiques pho­tos. Celles du col­ib­ri sont juste superbes. J’ai hâte de voir la vidéo, dont je n’ai, pour l’instant, que le son !
    Vive­ment le prochain épisode !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest