fbpx

Une petite astuce pour des portraits posés moins figés

Si vous lisez ce blog régulière­ment, vous le savez déjà : j’adore les por­traits. C’est un moment priv­ilégié pour ren­con­tr­er des gens, et j’utilise sou­vent mon appareil comme pre­mier con­tact. J’aime les grands sourires vers l’objectif, et les « regards caméra », où le mod­èle devient com­plice, où l’on sent qu’il y a eu une ren­con­tre sym­pa der­rière l’image. Mais dans cer­tains pays, les gens aiment paraître sérieux sur les pho­tos, même s’ils riaient deux sec­on­des avant, et exploseront de rire juste après.

Pour éviter l’effet figé, il y a une petite astuce toute sim­ple : pren­dre plusieurs pho­tos.
Un exem­ple : en Inde, le par­adis des por­traitistes, nous nous promenons, Mon­sieur Oreille, des amis et moi, dans la rue. Naturelle­ment, plusieurs per­son­nes nous sol­lici­tent pour des pho­tos.

 

 

Ce gamin a une bouille adorable. Mais dès que je passe l’œil der­rière le viseur, il cesse de sourire. Je prends donc la pho­to, mais au lieu de retourn­er directe­ment vers lui, j’attends quelques sec­on­des  pour en pren­dre une deux­ième :

 

 

Et voilà, il retrou­ve son regard mali­cieux !
C’est une astuce toute sim­ple, mais sou­vent, le « mod­èle » sera beau­coup plus déten­du au deux­ième déclenche­ment et retrou­vera un peu de naturel.

17 Commentaires

  1. J’ai une ques­tion : tu as déjà payé pour une pho­to dans la rue ? J’ai vécu ça et ça m’a mis telle­ment mal à l’aise que je n’ai pas pris la pho­to... Je sais que par­fois, cer­tains le font juste­ment pour avoir un petit sup­plé­ment à la fin du mois, mais je sens l’arnaque aus­si et ça m’agace... Je préfère et de loin, les moments pho­tos spon­tanés, surtout pour les por­traits.
    Remar­que, c’est peut-être plus facile avec les enfants. Quoi que, cer­tains voyageurs utilisent le principe des bon­bons pour avoir une pho­to d’enfant et ça aus­si, ça m’agace beau­coup.

  2. Arnaud : fourbe, fourbe, tout de suite les grands mots ! C’est pas faux, mais jusqu’à présent, ils ont tous été con­tents du résul­tat ! 😀 Franche­ment, il est quand même bien plus en valeur avec son joli sourire..

    Mar­tine : J’ai payé une fois, mais dans un cadre très par­ti­c­uli­er : un sad­dhu. Il avait été sym­pa avec nous la veille et les indi­ens lui don­naient tous quelque chose. Le lende­main, on le recroise et il me pro­pose une pho­to. Quand il a ensuite ten­du la main, j’ai don­né.
    Mais pour les enfants, je ne le ferai jamais (j’en ai un peu par­lé ici si ça t’intéresse), et surtout pas avec des bon­bons. Pour moi, le por­trait, c’est aus­si ren­con­tr­er les gens. Si on ren­tre dans des échanges mon­nayés, ça détru­it un peu le truc...
    Par con­tre, je laisse sou­vent un tirage avec la pogo, et c’est très appré­cié. (mais il n’intervient qu’après, ce n’est pas une mon­naie d’échange)

    L’homme québe­cois est très classe, ma foi ! 😀

  3. Par­fois, je souris ou fait le mar­i­ole juste avant, cela peut suf­fire à défiger le temps de pren­dre la pho­to.

    Ou alors en prenant la pho­to avec une main, de l’autre, je fait un signe en pointant une autre direc­tion ou je fait un V, ou un autre.

    Bon, ca marche pas tout le temps,mais c’est bien effi­cace par­fois.

  4. Le plus dif­fi­cile dans les por­traits, mais aus­si dans la pho­to de voy­age c’est l’arrière plan un fond peu pho­togénique un ami qui passe, etc.

  5. Fab­rice : ah, pour ma part, je souris de bout en bout, ne serait-ce que pour mon­tr­er qu’ils peu­vent avoir con­fi­ance. C’est vrai qu’avec les enfants, les gri­maces ça marche bien, aus­si.

    Bacri : tu sous-entends que mes amis à l’arrière plan sont moches ? 😉 Je suis bien d’accord avec toi, mais c’était l’exemple le plus par­lant que j’ai trou­vé (où j’ai gardé la pre­mière pho­to...)

  6. Je te com­prends tres bien. J’adore moi-meme faire les por­traits (avec mon 50mm adore) et c’est un vrai bon­heur quand on se retrou­ve dans un pays ou les gens aiment se faire pho­togra­phi­er. Par exem­ple, je reviens de 10jours a Java en Indone­sie, et c’etait le par­adis pour ca. Des sourires avenants, une facilite de con­tact : un signe de tete suff­i­sait sou­vent pour obtenir l’accord du « sujet » et realis­er un chou­ette por­trait !

  7. Sym­pa comme petite astuce, et qui doit bien marcher... Encore fal­lait-il y penser !

    Pour les Sad­hus indi­ens, je me suis ren­due compte à Bénarès qu’il y avait des « faux » Sad­hus, qui fai­saient le tour de la ville à la recherche de touristes pour se laiss­er pren­dre en pho­to et ten­dre la main. Du coup, cette fois-là, j’ai raté de beaux por­traits mais ai évité de soutenir ce sys­tème... C’était dans quelle ville dans ton cas ?

  8. J’avoue ne jamais m’être con­fron­té à ce prob­lème étant don­né que mes pro­jets se font exclu­sive­ment avec des amies, donc c’est tou­jours bonne enfant et très déten­du ! 😛
    Cepen­dant, je ne note l’astuce qui je suis sur me sera utile au moment oppor­tun... 🙂

    Je t’invite à par­courir mon blog et à te don­ner ton avis sur mon tra­vail pho­tographique, si tu en as l’envie et le temps bien sûr 😉

  9. liloulivi : oui ! où quand l’appareil pho­to facilite le con­tact ! C’est assez agréable de ne pas avoir à se faire vio­lence pour oser deman­der une per­mis­sion.

    Ye Lili : j’avais lu l’histoire des faux Sad­hus, mais je me suis dit que ça ne devait pas être le cas, puisque les indi­ens lui don­naient aus­si. Mais ça reste quelque chose que je n’aime pas trop... C’était à Udaïpur, au Rajasthan, une très jolie ville. Je com­prends que tu ne sois pas ren­trée dans leur jeu. Une belle pho­to sans sou­venir der­rière, c’est juste bon à épa­ter les amis...

    Bacri : non non mais je suis bien d’accord, je regrette de ne pas avoir bougé pour les cacher !

    Math­eew : c’est vrai­ment une astuce des­tinée aux voy­ages. En séance por­trait entre amis, on peut vrai­ment diriger son mod­èle et lui faire jouer un rôle, chang­er de pose, etc.
    (je suis passée sur ton blog, mais c’est vrai que je n’ai pas pris le temps de laiss­er un com­men­taire, je reviendrais 😉 )

  10. Cette astuce est bien con­nu de tous les par­ents. 😉
    Pour avoir une pho­to potable de mes 2 mon­stres, il ne me faut pas 2 mais 12 pris­es de vue suc­ces­sives, voir 24 si je veux les avoir tous les 2 sur la pho­to.

  11. Je ne me suis jamais essayée au por­trait « d’inconnus », que dans le cadre de la famille. Mon astuce c’est surtout de pren­dre des pho­tos lorsque per­son­ne ne s’y attend : j’adore le côté naturel des expres­sions du coup.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest