fbpx

Retour d’expérience : Mon Cours Photo.fr

Same­di matin, j’ai suivi une ini­ti­a­tion à la pho­to en stu­dio. Bon, j’ai un stu­dio stro­bist à la mai­son depuis deux ans, et je fais pas mal de pack­shots au boulot, mais je n’avais jamais mis les pieds dans un vrai grand stu­dio pho­to. Et il faut le dire, le lieu où avait lieu le cours est assez génial : Le Petit Oiseau Va Sor­tir offre plusieurs plateaux, très spa­cieux, et très hauts.

Le con­cept de Mon Cours Pho­to est sim­ple : des cours dans toute la France, don­nés par des pro­fes­sion­nels (qui vivent de la pho­to, c’est impor­tant parce que ça n’est pas le cas dans toutes les boîtes), sur dif­férents thèmes, à des prix abor­d­ables. Vous pou­vez ain­si com­mencer par une demi-journée autour de la décou­verte de votre réflex, puis pren­dre d’autres cours spé­cial­isés selon les sujets qui vous intéressent. Ils ont par exem­ple un cours sur la pho­to avec un iPhone, et je trou­ve l’idée plutôt amu­sante. Dans mon cas, j’ai donc opté pour l’initiation au stu­dio.

Le cours s’est déroulé en plusieurs par­ties : présen­ta­tion du matériel, instal­la­tion de trois sets dif­férents et pho­tos, puis petit debrief rapi­de. Le pho­tographe qui fait la démon­stra­tion est Fabi­en Cam­pov­erde et il a avec lui une mod­èle (ici, Céline S.) et un (voire deux) assistant(s). On ne touche pas le matériel (frag­ile et hors de prix) mais on pho­togra­phie et Fabi­en explique les dif­férences entre tous les acces­soires pour mod­el­er la lumière, fait évoluer les sché­mas.

On teste ain­si, dans les mêmes locaux, un sché­ma avec un fond gris puis un fond noir et enfin une ambiance fond blanc (le tout avec la lumière, sans utilis­er de papi­er ni tis­sus).

Le but du stage est de se faire plaisir en dirigeant la mod­èle, mais je vous avouerai que, là-dessus, je coince un peu. Je ne suis pas à l’aise quand il s’agit de quelqu’un que je ne con­nais pas du tout, que je n’ai rien pré­paré, et donc sans his­toire à racon­ter. Du coup, je me suis con­tentée de quelques pho­tos en me dis­ant que je pour­rais m’en inspir­er pour les prochaines ses­sions à la mai­son. Mais c’est aus­si le défaut de ce cours : à l’inverse des autres, le but est plus de faire des images, puisqu’on ne pour­ra pas refaire les exer­ci­ces. Tout du moins pas dans les mêmes con­di­tions. Fabi­en n’aime pas le stro­bism, mais je per­siste à penser que c’est la seule solu­tion et ouver­ture pos­si­ble pour un ama­teur qui voudrait faire des pho­tos avec un petit bud­get et un petit appart !

Et si le stu­dio ne vous intéresse pas ? Hé bien ça tombe bien, il y a quelques cours qui pour­raient vous intéress­er quand même : ges­tion de la lumière naturelle, pho­to de nuit, por­traits sur le vif... Il y en a pour tous les goûts ! C’est la grande force de Mon Cours Pho­to, on n’est pas engagé sur des sommes folles pour des dizaines de cours. Ici, c’est un peu à la carte, selon ce qui vous intéresse, ce sur quoi vous voulez pro­gress­er, ou tout sim­ple­ment, comme moi, ce que vous voulez décou­vrir. Je pense que ça peut vrai­ment val­oir le coup de s’offrir quelques heures pour se sen­tir plus à l’aise avec les notions de base et votre matériel. Ain­si, vous serez en con­fi­ance et plus à même de réus­sir vos images.

 

16 Commentaires

  1. Flo­nou : tu me diras si tu testes !

    Tuni­maal : eux, pour le coup, je ne les trou­ve pas chers. Il y a deux ans, j’avais suivi un cours sur un week-end, et c’était 250€ pour un groupe de la même taille (la for­ma­tion stro­bist de « Jean Riv­ière » à l’époque où il se fai­sait appel­er Jean-François Schmit et ne vivait pas encore du web­mar­ket­ing...)

    Fabi­en : juste­ment, ils pro­posent des cours dans plusieurs gross­es villes, et pas qu’à Paris 😉 (Paris, Mar­seille, Bor­deaux, Lyon, Toulouse, Lille, Nice, Tours, Nantes, Stras­bourg)

  2. Per­so j’ai suivi les cours de « je veux être pho­tographe » il y a quelques années, un des précurseurs des cours pho­to grand pub­lic avec pho­tographe pro­fes­sion­nel (la fille qui a créé la boite est une copine), et j’avais trou­vé ça très bien fait, assez ludique, pra­tique et j’en étais ressor­ti avec une meilleure maîtrise de mon reflex. Par con­tre c’était les cours « de base », à savoir le cou­ple ouverture/vitesse, la lumière, ... je n’ai pas ten­té les cours en stu­dio

  3. Il y en a un sur Nice, paysages urbains, qui me tente bien. S’ils en refont un pen­dant mes con­gés, je pense aller le faire celui-là. Ca peut être bien utile pour les voy­ages urbains.

  4. Un cours de pho­to dans un vrai stu­dio, cela doit être sym­pa ! Ils ont des bonnes idées, j’aimerai bien voir ce que donne un cours de pho­to avec un iphone !!

  5. Pour le cours sur iphone, ça m’a intriguée aus­si, mais en fait, c’est plutôt une bonne idée : choisir les appli­ca­tions selon les besoins et les sit­u­a­tions, appren­dre quelques bases de cadrage, etc. puisque de plus en plus de gens utilisent leur iphone, au moins comme appareil d’appoint, et que c’est pas facile d’en tir­er le meilleur.

  6. Pour le cours sur iPhone, c’est effec­tive­ment intéres­sant car nom­breuses sont les per­son­nes à pren­dre des pho­tos avec, plutôt que d’utiliser un com­pact. Quand on voit même les pho­tographes pros dirent qu’ils adorent leur iPhone pour le côté « bloc-notes », je pense que le marché est effec­tive­ment là 😉

    Par con­tre, je serais curieux de savoir ce que tu as vrai­ment appris au final (vu que tu es une ini­tiée du stro­bism)? Car si c’est pour « voir » la dif­férence entre un para­pluie ou une soft­box, un grid ou un snoot, etc, il y a pas mal de sites qui l’illustrent et quelques très bons bouquins sur le sujet (soit sur la lumière, soit sur l’utilisation des flashs expliqués par les pros).
    En plus, tu ne peux pas manip­uler, donc ça lim­ite un peu l’intérêt je trou­ve, mais ça se com­prend quand on con­nait le prix du matos, et les « trucs » qu’il ne faut pas oubli­er (comme com­ment ser­rer un C-stand, etc.).

    Je te rejoins sur le fait que la « méth­ode stro­bist » est pas mal pour les petits bud­gets, surtout avec une touche de bricolage/fait mai­son

    Par con­tre, si on envis­age d’acheter du matos « qui dure », l’approche stro­bist peut s’avérer tout de même assez chère : entre le prix des flashs (plus tout jeunes générale­ment), les jeux de « vraies » piles, le chargeur, les radios, les dif­férents dif­fuseurs et pieds de qual­ité, etc.
    Et donc là une ini­ti­a­tion stu­dio peut être intéres­sante pour voir la dif­férence avec le stro­bism si on peut manip­uler le matos juste­ment. Et voir si ça vaut le coup de se « lancer » dans le stro­bism ou s’équiper directe­ment en flashs de stu­dio (certes plus chers) selon l’usage prévu.
    Je rebondis sur le sujet car j’ai com­mencé à acheter des flashs cobra pour faire du stro­bism, mais suis par­ti en TDM entre temps ^^. Et après pas mal de lec­tures de forums, les flashs de stu­dios sont pas si chers que ça niveau rap­port qualité/prix/puissance (voir par exem­ple les kits Elinchrom).

  7. Jere­my : très hon­nête­ment, je n’ai pas appris grand chose, mais j’ai pris plaisir à regarder un pro tra­vailler. En fait, par­al­lèle­ment au stro­bism, j’utilise des flashs Elinchrom dans mon boulot (je fais régulière­ment du pack­shot), et ça me fait encore plus aimer le stro­bism, juste­ment ! Ça prend une telle place, c’est telle­ment pas mani­able (pou­voir régler la puis­sance est bien, mais je préfère pou­voir met­tre mes lumières où je veux, sans câble qui traine, etc. Pou­voir scotch­er mon flash au mur, le met­tre dans le fri­go, der­rière la télé, etc. !)

    Curieuse Voyageuse : oui, à part ce cours-là, tous les autres sont plutôt des­tinés aux débu­tants !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest