fbpx

Panama, plongée en pleine nature

Saviez-vous que le Pana­ma a l’une des bio­di­ver­sités les plus grandes et var­iées au monde ? Pour mon deux­ième voy­age au Pana­ma, je me suis con­cen­trée sur les activ­ités nature : observ­er les oiseaux, les singes, les rep­tiles, et j’ai aus­si ren­con­tré une asso­ci­a­tion de pro­tec­tion ani­male et des indi­ens !

Fin avril, je retour­nais donc au Pana­ma, quelques mois après mon précé­dent et pre­mier séjour.

panama_nature-IMG_3905

panama_nature-IMG_4235

La tête en l’air à Chiriqui

Je com­mence mon voy­age dans l’ouest du pays, dans la province de Chiriqui. Ici, c’est le roy­aume des mon­tages, des plan­ta­tions de café et de la forêt trop­i­cale. Au loin trône le Barú, le vol­can endor­mi et plus haut som­met du Pana­ma.

Partout en entend les oiseaux et les singes qui nous entourent. Je rejoins Boquete Tree Trek, une struc­ture qui pro­pose un hôtel, un restau­rant, mais aus­si et surtout des activ­ités autour de la canopée. Une série de ponts sus­pendus per­met de mon­ter dans les mon­tagnes, à la recherche des ani­maux qu’elles abri­tent.

Je scrute les cimes des arbres, à la recherche d’un paresseux, d’un singe d’un oiseau.

panama_nature-IMG_3932panama_nature-IMG_3944

panama_nature-IMG_3920

panama_nature-IMG_3965

panama_nature-IMG_3945

Soudain, Raphaël, le guide, rompu à l’ex­er­ci­ce et pas­sion­né, me fait signe. Il a repéré quelque chose. Il monte, passe der­rière un arbre, escalade un peu et me con­firme d’un hoche­ment de tête. Je cra­pahute à mon tour pour le rejoin­dre. Il pointe un tronc à quelques mètres de nous. Un plumeau d’un bleu vif sort d’un petit trou : c’est un quet­zal !

panama_nature-IMG_3975

Le quet­zal, c’est un oiseau assez mythique, pour ses couleurs, sa rareté, pour le dieu méso-améri­cain Quet­zal­coatl. Le mâle pos­sède une longue « queue », qu’il utilise pour les parades, bien sûr, et qui tombe générale­ment après la nid­i­fi­ca­tion (longue plume verte incroy­able est la tra­duc­tion du mot quet­zal en nahu­atl, une langue aztèque).

Il y a quelques années, j’avais eu la chance d’en voir deux au Cos­ta Rica, mais j’avais finale­ment été assez déçue, préférant large­ment les col­ib­ris pour la var­iété des couleurs. Je préfère tou­jours les col­ib­ris, mais observé sans la pluie et avec la longue queue, ce gros pigeon bleu est quand même sacré­ment beau !

Rapi­de­ment, Raphaël en repère d’autres, dans les alen­tours et même lui est stupé­fait de se trou­ver ain­si face à un autant d’oiseau en une fois. Une douzaine de quet­zals volent d’ar­bres en arbres, autour de nous. Un mâle se pose, nous toisant du regard. Raphaël me fait un clin d’œil et com­mence à sif­fler. A chaque son, le quet­zal remonte sa queue, prêt pour la parade nup­tiale !

panama_nature-IMG_4005

panama_nature-IMG_4018

panama_nature-IMG_4036

panama_nature-IMG_4050

panama_nature-IMG_4075

Pour observer des quetzals au Panama
Hôtel, restau­rant et activ­ités nature à Boquete
Boquete Tree Trek
Palo Alto Boquete
Leur site web
Réserv­er une cham­bre

Les colibris avec Gerardo

A Fin­ca Leri­da, je retrou­ve Ger­ar­do au milieu des grains de café. C’est sa pas­sion, il peut en par­ler pen­dant des heures, expli­quer la dif­férence pour obtenir tel ou tel type de grains. Mais il a une autre pas­sion, et c’est pour cela que je suis rev­enue le voir : les oiseaux.

panama_nature-IMG_4095

Au milieu des plan­ta­tions, des oiseaux se coursent à toute allure, s’ar­rê­tent un temps sur une fleur, repar­tent. Les couleurs de leurs plumes sont vives, ce sont les col­ib­ris. Ils volent dans tous les sens, ne se préoc­cu­pant guère des humains qui les obser­vent.

panama_nature-IMG_4113panama_nature-IMG_4115 panama_nature-IMG_4116 panama_nature-IMG_4128 panama_nature-IMG_4136

Fin d’après-midi, le ciel se cou­vre. Les soirées sont sou­vent humides en cette sai­son. Nous filons nous met­tre à l’abri, ce sont de véri­ta­bles tor­rents de pluie qui s’a­bat­tent. Cer­tains oiseaux sont par­tis se cacher, mais d’autres sem­blent au con­traire appréci­er la douche, comme ce petit col­ib­ri qui en prof­i­tait pour se net­toy­er les plumes !

panama_nature-IMG_4170

Panama City,
la nature aux portes de la ville

Pana­ma City, est une cap­i­tale éton­nante. Ten­tac­u­laire, bien sûr, avec un quarti­er des affaires en pleine exten­sion, des grattes ciel à pro­fu­sion, mais tout de même un cen­tre ville char­mant, entre le marché aux pois­sons, l’ar­chi­tec­ture du Cas­co Viejo et les couleurs d’El Cho­ril­lo. Mais la chose la plus éton­nante, reste la prox­im­ité de la nature. On le devine depuis l’avion, lorsqu’on atter­rit dans la cap­i­tale, mais c’est vrai­ment frap­pant lorsqu’on le véri­fie sur place : il est aisé de par­tir se per­dre dans la jun­gle pour la journée !

Le parc de Soberanía

En moins d’une heure je rejoins Gam­boa, l’en­trée pour le parc de Sober­anía, un endroit que j’avais déjà appré­cié la dernière fois. J’y avais notam­ment emprun­té l’e­spèce de petit funic­u­laire qui per­met de sur­v­ol­er la canopée et de rejoin­dre une tour d’ob­ser­va­tion, pour une vue à 360° sur le canal, le lac Gatun et le rio Cha­gres.

Dans le centre de l’APPC,
l’association panaméricaine de protection animale

L’as­so­ci­a­tion a longtemps tra­vail­lé dans l’om­bre, mais ils vien­nent juste d’ou­vrir un local pour recevoir les vis­i­teurs et échang­er avec eux autour de leurs activ­ités. Nés­tor Cor­rea, le prési­dent de l’as­so­ci­a­tion, fait la vis­ite et explique le tra­vail que quelques bénév­oles et lui s’achar­nent à men­er à bien. Recueil­lir des ani­maux, les soign­er, les élever quand ils sont trop petits, et par­fois, quand ils ont de la chance, les remet­tre en lib­erté.

Cen­tre de sec­ours et de pro­tec­tion de la faune (Cen­tro de vida sil­vestre)
Par­que Nacional Sober­anía, à côté de l’hô­tel Gam­boa Rain­for­est
Réser­va­tion par mail : info@appcpanama.org
Tarif adulte : 7$
Tarif moins de 12 ans : 4$

On devine aisé­ment la moti­va­tion néces­saire pour s’in­ve­stir dans une asso­ci­a­tion comme celle-ci. Adri­ana passe ain­si ses journées à nour­rir les paresseux, four­m­i­liers, porcs-épics, mais aus­si à jouer avec eux, à les ras­sur­er, comme pour­rait le faire leurs mères. Je devine qu’elle s’y attache, ce qui est inévitable quand on s’oc­cupe d’un bébé ani­mal ou même d’un adulte blessé, tout en sachant que le but final restera, à quelques excep­tions près, le retour à l’é­tat sauvage.

panama_nature-IMG_4383 panama_nature-IMG_4359 panama_nature-IMG_4377 panama_nature-IMG_4300 panama_nature-IMG_4342 panama_nature-IMG_4313 panama_nature-IMG_4310

Observer les animaux depuis un bateau

Tou­jours à Gam­boa, j’embarque sur un petit bateau. Le but est d’aller observ­er quelques ani­maux qui vivent autour du lac Gatun. Le pilote part à toute allure, il faut d’abord remon­ter le fleuve, le même qu’empruntent les car­gos qui passent d’un océan à l’autre grâce au Canal. Nous en croi­sons quelques uns, en chemin. On se sent petit à côté !

(Pour en savoir plus sur les car­gos, vous pou­vez relire ces arti­cles sur notre escapade à bord du plus grand car­go du monde)

panama_nature-IMG_4438

Quelques min­utes plus tard, on est au calme. Il n’y a plus qu’à regarder autour de nous. Sur les cimes des arbres, les cor­morans pren­nent le soleil, ailes écartées. Au loin, on entend d’autres oiseaux.

Le guide repère « quelques » bébés croc­o­diles, « quelques » sig­nifi­ant une bonne trentaine. Ils s’éloignent à toute allure lorsque le bateau s’ap­proche d’eux. Nous scru­tons les envi­rons, à la recherche de la mère, qui ne doit pas être très loin. Et effec­tive­ment, on la trou­ve rapi­de­ment, se reposant au soleil.

panama_nature-IMG_4494 panama_nature-IMG_4465 panama_nature-IMG_4461 panama_nature-IMG_4510 panama_nature-IMG_4502

L’ob­ser­va­tion se pour­suit. En me con­cen­trant, j’ar­rive à repér­er quelques lézards « Jésus Chris », cam­ou­flés sur les rochers. J’e­spère en vain le voir bondir dans l’eau. Grâce à une savante his­toire de pres­sion hydro­sta­tique, le basil­ic à plumes est capa­ble de courir sur l’eau, d’où le surnom Jésus. Je l’avais vu faire au Cos­ta Rica, mais il était bien trop rapi­de pour que je puisse met­tre mon téléob­jec­tif et l’im­mor­talis­er. Peut-être qu’à mon prochain voy­age en Amérique Cen­trale j’y arriverai enfin !

En atten­dant, je me délecte en regar­dant les singes. Singes hurleurs, capucins, tamarins, on trou­ve plusieurs espèces, bien cam­ou­flées dans la végé­ta­tion.

panama_nature-IMG_4532 panama_nature-IMG_4535

Observ­er les singes, les croc­o­diles et les oiseaux depuis un bateau
Par­que Nacional Sober­anía
Gam­boa Rain­for­est
Sur réser­va­tion mais plusieurs départs tous les jours (durées vari­ables selon les tours)

Immersion chez les indiens Embera

La voiture nous dépose sur un pont, au milieu de nulle part. Une petite pirogue nous attend en dessous. Nous grim­pons dans l’embarcation. Le vil­lage n’est acces­si­ble que par bateau. Quelques familles se sont instal­lées là il y a quelques années dans l’idée de vivre du tourisme : l’ar­gent apporté par les vis­i­teurs reste dans le vil­lage.

panama_nature-IMG_4681

panama_nature-IMG_4700

panama_nature-IMG_4706

Alors que nous nav­iguons douce­ment, notre guide embera pointe du doigt la cime d’un arbre. Un singe araignée s’ap­proche, curieux. Ce n’est pas n’im­porte quel singe, c’est Fred. Il fut « ani­mal de com­pag­nie » (vous com­pren­drez l’u­til­i­sa­tion des guillemets...) avant d’être aban­don­né puis recueil­li. Notre ami pri­mate grimpe rapi­de­ment sur la pirogue, fait le tour du pro­prié­taire, puis retourne à sa vie dans les arbres pen­dant que nous appro­chons du vil­lage.

panama_nature-IMG_4729panama_nature-IMG_4783 panama_nature-IMG_4746 panama_nature-IMG_4787 panama_nature-IMG_4778

panama_nature-IMG_4756_1

Arrivée au vil­lage, je dis­cute avec Kevin. Comme beau­coup de jeunes, il est étu­di­ant à la ville. Tous les matins, il part aux aurores, en pirogue, pour aller pren­dre le bus. Lui, apprend le français. D’autres se spé­cialisent dans le tourisme. Le vil­lage a une école, mais est bien sûr trop petit pour avoir un lycée.

Mon espag­nol rouil­lé me per­met d’échang­er un peu avec tout le monde. Je décou­vre leur cul­ture, leur arti­sanat, leur gas­tronomie, l’im­por­tance de la musique. On par­le plantes médic­i­nales avec l’her­boriste du vil­lage, ou tatouages avec deux petites filles (les femmes se cou­vrent par­fois de pein­ture).

Je repars en fin d’après-midi, regret­tant de ne pas y rester plus longtemps. Il est pos­si­ble d’y pass­er la nuit, soit dans une petite cabane dédiée à l’ac­cueil des voyageurs, soit sur un mate­las chez le chef du vil­lage. L’ex­péri­ence doit y être incroy­able !

Pour ren­con­tr­er les Embera
Toutes les infos sur le site d’Anne, une améri­caine qui a épousé un indi­en et tra­vaille à pro­mou­voir sa cul­ture d’adop­tion dans le respect des tra­di­tions et des per­son­nes.

A lire :


Mon matériel photo sur ce voyage

matériel photo
Sac Man­frot­to Bum­ble­bee // Appareil reflex Canon 5d mark II // Objec­tif Canon 16–35 II // Objec­tif Tam­ron 150–600 // Objec­tif Canon 50 1.4 // Adap­ta­teur secteur pour l’Amérique Cen­trale


Plus d’articles sur l’Amérique Centrale

Ce voy­age a été réal­isé en parte­nar­i­at avec Vis­it Pana­ma. Néan­moins, je garde toute lib­erté quant à mon con­tenu édi­to­r­i­al.

A propos de l'auteur

Je suis photographe et j'ai la chance de voyager partout dans le monde. Sur ce blog, vous trouverez à la fois des récits de voyages (seule ou avec Petite Oreille, ma fille, que j'essaie d'emmener partout depuis qu'elle est bébé !) et des conseils pour réussir vos propres photos de voyage.

Archives de l'auteur

36 Commentaires

  1. Wow ! C’est dépaysant ! Je passerais bien une nuit dans le vil­lage !
    Tous ces oiseaux, ces couleurs, comme c’est beau !

  2. Pfiou­u­u­uu, quelles pho­tos ! C’est mag­nifique. j’en a encore des étoiles plein les yeux. Je con­nais­sais pas du tout le pays, ça me fait vrai­ment une belle décou­verte. Tous ces ani­maux d’un coup avec autant de couleurs, c’est superbe. Bref, mer­ci pour ce petit moment mag­ique devant mon ordi­na­teur !

  3. Waouh ! Je décou­vre par vos pho­tos le Pana­ma, une des­ti­na­tion que je ne con­nais pas du tout, et claire­ment ça me donne com­plète­ment envie d’y aller ! Je pense que je vais m’y intéress­er de ce pas !
    Mer­ci pour cette belle décou­verte !

  4. Ca donne vraiement envie de par­tir pass­er un séjour la bas, c’est riche pour les yeux de toute une famille et idéal pour les pho­tographes.

  5. Très beaux endroits ! J’aime bien « Fred », il a une bonne petite bouille ! Les oiseaux sont mag­nifiques, les couleurs sont épatantes ! Félic­i­ta­tions à cette asso­ci­a­tion, ça ne doit pas être facile tous les jours !

    1. ça c’est la ques­tion piège 😉
      Je ne sais pas. J’ai envie de dire le Cos­ta Rica parce que l’é­co­tourisme y est plus dévelop­pé, et en même temps ce serait injuste vis à vis du Pana­ma qui mérite qu’on l’aide à par­tir dans cette direc­tion là.
      Après, niveau ani­maux, on trou­ve quand même beau­coup d’e­spèces (baleines, paresseux, oiseaux, singes...) dans les deux pays.

  6. Tes pho­tos m’ont mis chaos ! Je garde aus­si ce sou­venir de nature inépuis­able au Pana­ma notam­ment lors d’une ran­do sur la pipeline road (près de Gam­boa) où nous avons vu pas loin d’une trentaine d’e­spèce d’oiseaux en quelques heures. Ce pays est un par­adis pour les ornitho­logues ama­teurs ! Mal­heureuse­ment je n’ai pas pu les immor­talis­er comme il se doit. En tout cas, je vois que ton 150–600 mm tient toutes ses promess­es.

  7. waouh­hh, les pho­tos sont mag­nifiques ! mais c’est surtout ce périple dans une nature qui est juste « dingue », épous­tou­flante, avec tous ces ani­maux et surtout cette immer­sion chez les indi­ens qui laisse rêveuse... ça doit être en effet incroy­able d’y pass­er une nuit !

  8. Est ce qu’il existe des min­is toi en mini dose que l’on peux emporter dans nos bagages et qui nous fera de si joli pho­to de nos décou­vertes ?? Elles sont AMAIZIIIING, mer­ci de sub­lie partage

  9. Gros gros coup de coeur pour ces pho­tos mer­veilleuses ! Elle me ont toutes rêver, mais celle du paresseux le nez dans la fleur m’a fait éclater de rire, mer­ci d’avoir illu­miné ma journée avec toute cette beauté !

  10. Mag­nifiques pho­tos de la faune et de la flo­re locale ! Cela donne envie d’aller faire un petit périple là bas. Mer­ci pour le partage.

  11. Je suis fan de tes pho­tos. Celles-ci me don­nent des envies d’escapades dans la nature. Tu es très douée. Mer­ci pour ces belles décou­vertes.

  12. Bon­jour,
    Vos pho­tos sont mag­nifiques. Nous aime­ri­ons vis­iter le Pana­ma en févri­er 2019 pour 10 jours. Pour moi le Panam se divise en trois par­ties : la jun­gle, les plages et la ville. Ma ques­tion, si vous voulez bien y répon­dre, est, en 10 jours peut on tout faire ? Si oui, quel est le meilleur moyen de trans­port et quelles sont les dis­tances ?

    Mer­ci pour vos répons­es.

    Cor­diale­ment

    LE GOFF N

  13. Bon­jour,
    Mer­ci pour ces mag­nifiques pho­tos de quet­zals. J’ai beau­coup aimé les pho­tos d’oiseaux et bien d’autres aus­si ! Quelle chance d’avoir un tel appareil !
    Je suis « tombée » par hasard sur votre blog mais je vais y revenir sou­vent !
    Mer­ci de nous faire rêver. Bonne con­tin­u­a­tion
    Cath

  14. Wow ! Vos pho­tos sont splen­dide. J’ai encore plus hâte d’aller décou­vrir la jun­gle de Pana­ma. Je pars dans deux semaines et se sera mon deux­ième voy­age. Mais mon pre­mier toute seule. Je vais me ren­dre dans la plu­part des endroits que vous avez décrit. Excep­té dans l’ouest du Pays. Mais avec les pho­to que vous m’avez mon­té, je vais voir si c’est pos­si­ble d’y aller. 🙂

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest