fbpx

Interview chez TravelGirls.ro

Il y a quelques temps, Loredana de TravelGirls.ro m’a pro­posé une inter­view. Trav­el­Girls porte bien son nom : un site sur le voy­age au féminin. Mais comme le site est en roumain, je vous pro­pose le lien de l’interview mais aus­si sa tra­duc­tion, quand même.

Aurélie Amiot, con­nue en tant que Madame Oreille dans la blo­gosphère, est une « french girl » très sym­pa, qui vit à Paris depuis quelques années. Elle est pho­tographe et aime beau­coup voy­ager. Au tra­vers de ses pho­tos, elle saisit des morceaux de vie et nous invite à décou­vrir nous-mêmes ces lieux-là.
Je suis arrivée sur son blog un jour, par hasard, et je suis restée devant mon ordi­na­teur quelques bonnes heures à par­courir ses car­nets de voy­age – des jour­naux de voy­age présen­tés comme des cahiers où l’on garde les sou­venirs, dont je suis tombée amoureuse.
En fait, il n’est pas néces­saire de par­ler français car ces car­nets sont faits de manière à nous trans­porter jusqu’en Mon­golie, en Russie ou bien en Inde.
J’ai voulu en savoir plus sur les balades de Madame Oreille, et sur sa manière de pho­togra­phi­er. J’ai donc inter­rogé Aurélie dans un petit tête-à-tête.

Madame Oreille se balade, mais com­ment ? Sac à dos ? Tente ? Ou hôtels de luxe ?

J’ai testé les 4 étoiles, et ce n’est vrai­ment pas fait pour moi ! Je préfère de loin l’ambiance famil­iale des petites auberges, où on ren­con­tre d’autres voyageurs, où on peut dis­cuter avec les employés, ou tout est sim­ple, sans chichis. C’est vrai­ment beau­coup plus agréable que les grands hôtels !
J’ai fait beau­coup de camp­ing quand j’étais jeune, avec mes par­ents, mais depuis que je voy­age par moi-même, je n’en ai pas encore eu l’occasion. Il faut dire que toutes les des­ti­na­tions ne s’y prê­tent pas. Mais ça vien­dra !
Pour le moment, je me con­tente donc de mes jambes, de mon sac à dos, et des moyens de loco­mo­tions disponibles sur place, que ça soit le bus, le train ou le vélo. Et j’embarque générale­ment mon com­pagnon avec moi !

Une fois ren­trée d’un voy­age, tu pub­lies sur ton site quelques petites œuvres d’art : les car­nets de voy­age. Quelle est leur his­toire ? Ces car­nets exis­tent égale­ment en for­mat papi­er ?

Je ne le fai­sais pas au tout début. Mais, assez vite, j’ai trou­vé ça agréable, de coller ain­si des pho­tos, des textes et des sou­venirs récoltés sur place. J’ai l’impression que ça rend le réc­it plus vivant, et puis je prend plaisir à le faire ! Par facil­ité, je le fais sur ordi­na­teur, en scan­nant ce dont j’ai besoin ; mais j’en vois sou­vent de très beaux faits entière­ment à la main. C’est un bon moyen de pro­longer le voy­age, et de se faire un album sou­venir.
J’en ai fait imprimer un, une fois, en trois exem­plaires, juste pour nous et la famille, et c’est tout ! Pour l’instant, ils n’existent donc qu’en ligne
 ! J’ai plus de lib­erté en les pub­liant ain­si, et puis c’est gra­tu­it, pour moi comme pour le lecteur...

Tu vis depuis quelques années à Paris. Pourquoi-pas un car­net de voy­age regroupant les lieux peu touris­tiques de la cap­i­tale ?

C’est vrai, j’y ai déjà pen­sé. Pour tout te dire, j’ai même une idée dont je repousse la mise en place depuis plusieurs mois, par manque de temps. Il faut dire que c’est tou­jours plus agréable de vis­iter un endroit où on ne vit pas. En arrivant à Paris, j’étais per­suadée que je passerais mes week-ends à enchaîn­er les expos et les oncerts. En réal­ité, le fait de pou­voir aller au Lou­vres tous les jours fait que je n’y ai tou­jours pas mis
les pieds... J’ai honte, mais à chaque fois je trou­ve mieux à faire, et je me dis « le mois prochain » ! Alors qu’en voy­age, le temps est comp­té et on
s’émerveille de tout, puisque rien n’est con­tin­uelle­ment acces­si­ble.

Tu as com­mencé il y a quelques années avec un blog de pho­togra­phie en ayant une très belle idée : chaque jour, à 15h15 tu pre­nais une pho­to ; où pou­vons-nous visu­alis­er ces pho­tos main­tenant ?

Nulle part ! J’ai arrêté ce pro­jet lorsque le serveur du site où je les pub­li­ais a plan­té et tout effacé. Mais entre nous, ce n’est pas une grande perte. C’est le genre de chose qui est amu­sante à faire, mais je n’ai pas vrai­ment fait de pho­tos de qual­ité à ce moment-là !

Tu as par­cou­ru, seule avec ton ami, le tra­jet du Transsi­bérien, en effec­tu­ant, à cette occa­sion, ton pre­mier vol en avion : quel est le meilleur sou­venir de cette expéri­ence ?

Ça m’a for­cé­ment énor­mé­ment mar­quée ! Beau­coup de pre­mières fois en quelques semaines. L’avion, je pour­rais m’en pass­er. Je n’ai pas peur, mais je n’aime
pas par­ti­c­ulière­ment ça non plus. Je préfèr­erai tou­jours le train. Je me dis sou­vent que c’est un voy­age qu’il fau­dra refaire, dans quelques années. Et pourquoi pas avec des enfants. Pass­er plusieurs jours dans le train, avec une cinquan­taine de russ­es, sans un seul anglo­phone, et pour­tant, peu à peu, sym­pa­this­er, était génial. Être per­dus dans les steppes mon­goles égale­ment. Dormir par terre, dans une yourte, avec une famille, après avoir passé la soirée à essay­er de com­pren­dre leur jeu de carte. Et puis ne rien faire de la journée à part regarder le paysage, jouer avec les ani­maux, dis­cuter avec nos hôtes... C’est vrai­ment un pays mag­nifique.

Tu rêves d’un tour du monde. Est-ce que tu as des préjugés en ce qui con­cerne les gens, les cou­tumes des pays où tu aimes voy­ager ?

Je crois qu’on a for­cé­ment une idée pré­conçue d’un pays et d’un peu­ple, sans que ça soit négatif, bien au con­traire. C’est dans notre imag­i­naire. On imag­ine que les ital­iens sont bavards, que les espag­nols sont chaleureux, les améri­cains fiers de leur pays... Sur place, c’est plus nuancé. Pour cer­tains pays, il y a beau­coup de préjugés assez négat­ifs, par con­tre. Mais ceux-là, je préfère ne pas les écouter, car ils vien­nent sou­vent de gens qui n’y sont jamais allé eux-mêmes.
Si un jour je pars en tour du monde, j’aimerais rester longtemps dans un pays, pour avoir le temps de le décou­vrir plus en pro­fondeur, pas juste comme une touriste. Pren­dre un apparte­ment, faire les cours­es, vivre le quo­ti­di­en. C’est en vivant un peu dans un pays qu’on le voit dif­férem­ment, je pense.

Inde – une expéri­ence sûre­ment inou­bli­able dont beau­coup d’entre nous rêvent ; tu y retourn­eras ?

Oui ! L’Inde, c’est gigan­tesque. D’une région à l’autre, on a des cul­tures et des paysages dif­férents. Même en y retour­nant tous les ans, on n’en ferait pas le tour. J’aimerais surtout aller au Lad­dakh, une région mon­tag­neuse du Nord qui a l’air mag­nifique, ou au Ker­ala, tout au Sud...

Par­mi les pays où tu as déjà voy­agé, tu as sen­ti à un moment don­né que ta sécu­rité était faible, dans une ville ou dans un vil­lage ?

Oui, mais pas plus qu’à Paris ! Il peut arriv­er de se per­dre et de se retrou­ver dans le mau­vais quarti­er, mais un peu de bon sens nous fait vite ranger l’appareil pho­to et rebrouss­er chemin ! Je crois que ma plus grosse frayeur, c’était à Sara­je­vo. J’étais allée me promen­er dans la cam­pagne. Il pleu­vait et il y avait du brouil­lard. A un moment, j’ai enten­du un chien grogn­er. Je me suis arrêtée, et j’ai rées­sayé plusieurs fois mais il n’arrêtait pas d’aboyer, et je ne le dis­tin­guais pas dans le brouil­lard. Impos­si­ble de savoir s’il était attaché, s’il était avec son maître, ou s’il allait me sauter dessus dès que je passerais trop près ! Du coup, j’ai fait demi-tour et je suis ren­trée... Mais ça va, si ma plus grande peur c’est un chien à la cam­pagne, c’est que je n’ai jamais vrai­ment été en dan­ger !

Quelles sont les activ­ités que tu aimes faire pen­dant tes vacances ?

Ça dépend des pays, mais j’aime générale­ment louer un vélo quand c’est pos­si­ble ou un petit scoot­er quand c’est néces­saire. On peut ain­si s’éloigner de la ville en toute indépen­dance, s’arrêter où l’on veut, se per­dre. C’est idiot, mais c’est impor­tant de se per­dre, parce qu’on décou­vre des lieux que l’on n’aurait pas vu autrement, et ça fait par­fois les meilleurs sou­venirs, et les ren­con­tres les plus mémorables.
Sinon, je marche beau­coup, sans for­cé­ment savoir où aller, juste pour voir les rues. Et puis je fais beau­coup de pho­tos, bien sûr !

Quel serait le voy­age de tes rêves ?

Hum. C’est pas une ques­tion facile ! Y’a plein de choses qui me font rêver. Des des­ti­na­tions, des modes de voy­age un peu dif­férents. Je crois que le voy­age idéal, pour moi, serait proche de l’expatriation : par­tir sans date de retour, sans impérat­ifs, et aller douce­ment, au gré des envies et des ren­con­tres. Pou­voir s’installer plusieurs mois dans un endroit qui me plaît, en par­tir sur un coup de tête... Ren­con­tr­er des gens, avoir le temps d’échanger longue­ment avec eux, appren­dre le plus pos­si­ble...

Tu m’as dit que pré­pares un voy­age en Roumanie. Que souhaites-tu vis­iter ici et quelle sera la durée de ta vis­ite ?

Pour l’instant, j’ai dans l’idée de venir une semaine et de me con­cen­tr­er sur le Mara­mures. Comme ma vis­ite sera courte, je préfère ne pas courir et revenir plus tard pour une autre région. Je pense aller tout douce­ment, de vil­lage en vil­lage, en vélo. Mais ce n’est qu’au stade de pro­jet, on ver­ra bien ! Dans tous les cas, c’est un pays qui m’attire beau­coup, et depuis longtemps. Il a un petit côté très proche et telle­ment mys­térieux !

Pour les filles qui souhait­ent se balad­er dans le monde, quel est ton con­seil ?

Fon­cez ! Non, vrai­ment, allez-y. On nous dit sou­vent que c’est dan­gereux pour une fille, agres­sions en tout genre, etc. Mais ce n’est pas plus risqué que pour un garçon. Il suf­fit d’avoir un peu de bon sens et un peu de pru­dence, et tout se passera bien. Vous risquez même d’être éton­nées de voir à quel point tout est facile. En Asie, par exem­ple, on trou­ve tou­jours un bus, un camion, pour nous emmen­er quelque part presque au dernier moment, et on trou­ve un hôtel à toute heure (si on n’est pas trop dif­fi­cile sur la pro­preté ni le prix !). Il faut juste se lancer, quitte à par­tir à plusieurs, quitte à com­mencer avec des agences si c’est plus ras­sur­ant.

23 Commentaires

  1. Excel­lent ! J’aime les ques­tions et le ton de l’interview ! Et j’aime qu’elle amène les lecteurs vers tes car­nets ; on a ten­dance par­fois à se lim­iter aux pre­mières pages d’un blog alors que oui, il y a décou­vertes à faire et tes car­nets sont du nom­bre !
    Bonne journée !

  2. Foarte bine !
    Un blog de voy­age roumain, excel­lent. Il doit pas en avoir beau­coup !

    Bonne pré­pa­ra­tion pour ton voy­age dans les Mara­mures, nul doute que tu vas aimer !

  3. Mar­tine : il y a quelques mois, j’utilisais plus le blog comme un « à côté » des car­nets, mais au fur et à mesure, il a pris son impor­tance, et surtout depuis que je lui ai don­né une « vraie » ligne, au point que peu de lecteurs doivent finale­ment con­naître l’existence des car­nets, je pense !

    M : héhé

    Ye Lili : oui, c’est bien mené (et quand les ques­tions sont sym­pas, c’est agréable comme exer­ci­ce !) pour arriv­er à la con­clu­sion !

    Fab­rice : oui, j’ai presque hâte d’y être, même je n’ai rien de prêt, pas même un bil­let d’avion ou une date de con­gés !
    J’ai pas l’impression qu’il y ait beau­coup de blogs roumains sur le voy­age, en effet. Mais en même temps, ça ne m’étonne pas, je n’ai jamais croisé de roumain en voy­age... Le niveau de vie moyen ne doit pas per­me­t­tre à grand monde de voy­ager, j’imagine.

  4. En dehors de l’Europe, je n’en ai pas croisé non plus. Vu le pou­voir d’achat, peut de monde peu­vent le faire.

    Tu y vas com­ment, en avion, en train ?

  5. Oui, c’est val­able pour toute l’Europe de l’Est, d « ailleurs. On en croise quelques uns dans les Balka­ns, mais rarement à Paris ou même en Asie. Mais quand on sait que même pour un français, voy­ager peu être dif­fi­cile, alors pour eux...

    Pour l’instant, je suis par­tie sur l’idée de pren­dre l’avion jusqu’à cluj napoca (y’a un direct), his­toire de vrai­ment avoir le plus de temps pos­si­ble sur place... J’aurais aimé pren­dre un train roumain, mais ce sera pour une autre fois. Je ne veux pas courir, juste me balad­er dans la cam­pagne. 🙂

  6. Ça fait loin Sucea­va pour le Mara­mures, non ?
    Je ne me suis pas encore plongée dans la logis­tique, c’est vrai­ment très vague pour le moment ! Il va fal­loir que je m’y mette si je ne veux pas décou­vrir la carte une fois sur place !

  7. Jolie inter­view !!!
    Les ques­tions étaient intel­li­gentes (je suis sérieuse, c’est pas tou­jours le cas) et intéres­santes. J’en ai appris davan­tage sur toi : c’est cool !
    😀
    Jolie con­clu­sion aus­si ... même si pour ma part je reste un peu frileuse au fait de voy­ager seule ... mais ça n’engage que moi, et suis admi­ra­tive des filles qui voy­a­gent seules.
    😉

  8. Brioche : hé bien si Loredana passe ici, je pense que ça lui fera plaisir 🙂 (je ne dirais pas qui/quand/où mais c’est vrai qu’on m’a déjà filé des ques­tions nazes, où il faut réfléchir trois plombes pour trou­ver quelque chose à répon­dre, où on se demande si la per­son­ne a réelle­ment jeté un oeil à notre tra­vail... Là, c’était un réel plaisir d’y répon­dre !)
    Sur le fait de voy­ager seule, je ne l’ai fait qu’une fois, et par défaut (mon Belge tra­vail­lait et je suis donc allée dans un endroit qui ne l’intéressait pas), mais c’est assez dif­férent de ce qu’on s’imagine quand on a l’habitude de voy­ager en cou­ple. Les pre­mières heures sont assez dures, et puis on s’y fait !

  9. Thank you, Aurélie for the inter­view and for your kind words. We would be delight­ed to have you here in Roma­nia and you can count on our help for accom­mo­da­tion and guid­ance. Bonne journée !

  10. Chou­ette inter­view, j’ai bien aimé le pas­sage où tu par­les de faire les cours­es comme élé­ments d’immersion. C’est vrai qu’acheté des pro­duits du quo­ti­di­en par­ticipe au voy­age 😉

  11. Loredana : j’y tra­vaille, j’y tra­vaille 🙂

    Now­Mad­Now : quand j’y réfléchis, je crois que mes meilleurs sou­venirs sont liés à moment où je me suis per­due (bon, quelques mau­vais aus­si, cela dit 😉 ). C’est un bon moyen de sor­tir de sa zone de con­fort et de décou­vrir des choses surprenantes/intéressantes/ou pas.

    Bruno : oui, je rêve de plus en plus à pou­voir réelle­ment vivre à l’étranger. « Immer­sion » est vrai­ment le mot par­fait pour ça... Décou­vrir le quo­ti­di­en, dans ses aspects négat­ifs comme posi­tifs...

  12. Bruno : je cède, je cède... je n’en ai fait qu’un « vrai » et unique­ment parce que le sujet m’amusait (j’en refuse d’autres régulière­ment, nan mais oh, pour qui tu me prends !). Nomade numérique (;) ) ça ne me fait pas plus rêver que ça, même si mon méti­er pour­rait éventuelle­ment me le per­me­t­tre. Je préfèr­erai avoir un « vrai » boulot à l’étranger : c’est à dire boss­er dans un bureau, avoir des col­lègues, des horaires. Boss­er sur son ordi à l’hôtel, ça peut faire rêver, mais ça ne me tente pas vrai­ment... En plus, en télé­tra­vail, on bosse sou­vent bien plus qu’en ayant un bureau !

  13. Je te com­prends, c’est pas for­cé­ment un choix de vie qui con­vient à tous le monde. Il faut savoir s’entourer ensuite je sup­pose.
    Pas tord pour le télé­tra­vail, c’est ce qui fait que les entre­pris­es com­men­cent à y venir !!!

    PS : et j’ai bien retenu que tu voulais faire tes cours­es à l’étranger 🙂

  14. Je pense qu’on nous vend sou­vent l’image du mec sur son ordi, à la plage, qui envoie deux mails entre la sieste et une soirée fes­tive, mais que c’est assez erroné, quand même... A moins d’être blindé, d’investir dans l’immobilier puis de vivre sur ses rentes, il faut quand même boss­er un peu, et c’est pas plus mal, ça ne donne que plus de valeur au reste !
    Oui, le télé­tra­vail, c’est un vrai piège... Tu com­mences par ramen­er un dossier à la mai­son pour avoir l’impression de ne pas quit­ter le boulot trop tard, puis tu finis pas con­sacr­er ton temps libre à ton boulot !

  15. C’est chou­ette de te décou­vrir un peu plus par une inter­view ! Mer­ci de l’avoir traduite donc !
    Par con­tre, à l’inverse de toi, quand j’habite dans une ville, j’ai ten­dance à la vis­iter en long, en large et en tra­vers... on ne sait jamais quand on va démé­nag­er... 😉

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest