fbpx

Voyage fluvial autour de Gdansk

Un des gros avan­tages lorsqu’on va louer un bateau en Pologne, c’est qu’on peut faire une boucle. C’est-à-dire par­tir et revenir au point de départ sans jamais rebrouss­er chemin.
Du coup, nous avons coupé la semaine en deux : une pre­mière moitié con­sacrée à cette boucle, et une deux­ième pour un aller-retour jusqu’à Gdan­sk.

Infos pratiques : tourisme fluvial à Gdansk

Louer une péniche sans permis en Pologne ?

Oui, je n’ai même pas le per­mis de con­duire pour voiture, alors... Que ce soit en France ou à l’é­tranger, vous passerez un moment avec un employé de la base à faire le tour du bateau (com­ment fonc­tion­nent les toi­lettes, où se trou­ve ci ou ça) et à appren­dre à le faire nav­iguer. Mais ras­surez-vous, c’est très sim­ple.
Vous lais­serez une cau­tion et souscrirez prob­a­ble­ment une assur­ance, au cas où.

Où se trouve le port de Rybina ?

C’est une petite ville à 1h de Gdan­sk et c’est là que ce trou­ve la base d’où nous sommes par­tis. Un taxi vous coûtera entre 100 zl et 200 zl. N’hésitez pas à con­tac­ter le respon­s­able et con­tact local, il vous réservera un véhicule.

Combien ça coûte ?

Le prix du bateau peut vari­er selon les mois, une réser­va­tion à l’a­vance, un tarif famille... et le bateau en lui-même, bien sûr. Nous en avons testé deux, et je vous décon­seille vive­ment le Week­end 820 Delux, même s’il n’est vrai­ment pas cher (moins de 600€ la semaine en hiv­er pour max­i­mum 6 per­son­nes à bord). Ce bateau cumule un cer­tain nom­bre d’in­con­vénients, out­re le manque d’in­tim­ité et l’ab­sence de douche, qui font que je ne le con­seillerais qu’à ceux qui veu­lent vrai­ment rogn­er sur le bud­get : les per­son­nes de plus d’1m70 ne peu­vent se tenir debout à l’in­térieur, il n’y a ni rideau (le soleil se lève à 4h, là-bas, en juin !), ni élec­tric­ité, ni bar­rière de sécu­rité à l’ar­rière du bateau. En out­re, on était régulière­ment réveil­lés par des gouttes qui nous tombaient sur le vis­age : la con­den­sa­tion rend tout l’intérieur très humide.
Préférez les deux mod­èles au-dessus..
A côté de ça, le pays est glob­ale­ment peu cher.

Faut-il parler anglais ?

Voilà le prin­ci­pal prob­lème. Vous allez être sou­vent con­fron­tés à des per­son­nages âgées qui ne par­lent ni anglais, ni français. Du coup, ça peut se révéler par­ti­c­ulière­ment com­pliqué (j’imag­ine la dis­cus­sion avec l’é­clusi­er qui refu­sait de nous laiss­er pass­er si nous n’avions pas eu deux polon­ais avec nous...). A cela, une parade : Łukasz, le respon­s­able FPP local, par­le très bien anglais. On peut donc l’ap­pel­er pour qu’il appelle lui-même les éclusiers (mais prenez un télé­phone polon­ais avec vous dans ce cas, sinon bon­jour la fac­ture !)

L’itinéraire

Nous n’avons pas eu vrai­ment le temps de vis­iter grand chose, les défauts d’or­gan­i­sa­tion nous ayant con­traints à un itinéraire un peu trop rapi­de sur cette pre­mière moitié, mais on a prof­ité de toutes les joies du tourisme flu­vial : voy­ager lente­ment, au fil de l’eau, saluer les pêcheurs, décou­vrir la gas­tronomie locale ou cuisin­er à bord, voire impro­vis­er des bar­be­cues sur des petites îles après un amar­rage sauvage ! Bref, la lib­erté !

Mais on a bien prof­ité des activ­ités qu’on peut faire en dehors du bateau : vélo pour aller voir la plage (mais on n’a pas testé la baig­nade...), bar­be­cues, ten­ta­tives de pêche (juste pour le geste)...

Notre séjour sur une péniche autour de Gdansk

Notre tim­ing était un peu ser­ré, du coup nous n’avons pas autant vis­ité que nous l’au­ri­ons voulu, mais on a quand même pu se faire une idée, et décou­vrir la gas­tronomie locale !

Le Belge et moi avons donc atter­ri à Gdan­sk. Piotr nous avait prévenu du mau­vais temps, mais heureuse­ment, le ciel fut clair toute la soirée, le temps de vis­iter le vieux cen­tre. Je m’at­tendais à une ville indus­trielle, sans charme, mais le cen­tre est plutôt mignon, avec un ensem­ble de rues pié­tonnes et de jolis bâti­ments (gâchés par des ban­nières de foo­teux, car oui, l’Eu­ro 2012 allait com­mencer...).

cliquez pour voir les « pas polas » en grand

Nous devions les retrou­ver, lui (Piotr) et Mag­da, sa com­pagne, le lende­main matin. Après la décou­verte de la télé polon­aise (le même mec super­pose sa voix sur tous les acteurs, hommes, femmes et enfants, avec un ton mono­corde très drôle), nous avons essayé de dormir. Mais c’é­tait sans compter sur un détail : en juin, il fait jour à 4h ! Je me suis réveil­lée en sur­saut, per­suadée d’avoir loupé le ren­dez-vous, me deman­dant s’il n’y avait pas un décalage horaire... Mais non !

La base de France Pas­sion Plai­sance se trou­ve à Rybi­na, à une heure de route de Gdan­sk (enfin, 1h si on roule à la française mais en Pologne, on roule aisé­ment à 130km/h sur les départe­men­tales et les voitures qu’on dou­ble roulent même dans la bande d’ar­rêt d’ur­gence pour laiss­er pass­er). De là, nous sommes par­tis tous les qua­tre à bord d’un bateau très agréable. Deux cab­ines dis­tinctes, une petite cui­sine, une salle de bain et une bâche qui coupe un peu le vent et pro­tège de la pluie celui qui con­duit. Par­fait !

La pre­mière nuit, nous avons rejoint une ville sans grand charme : Elblag. Heureuse­ment, le chemin est sym­pa. Les paysages sont assez sim­i­laires à ceux qu’on pour­ra voir en France, certes, mais on nav­igue ici sur des cours d’eau sauvages, et notam­ment la Vis­tule, au lieu de canaux arti­fi­ciels, et ça, c’est tout de suite plus agréable (notam­ment pour le nom­bre réduit d’é­clus­es à pass­er).

On suit le car­net de route scrupuleuse­ment, même si c’est glob­ale­ment tout droit. Celui-ci, comme nous l’avions déjà vu en France, men­tionne les éclus­es, mari­nas, spé­ci­ficités...

On croise assez peu de gros bateaux (la pos­si­bil­ité de con­duire des bateaux sans per­mis est très récente en Pologne), mais beau­coup de pêcheurs et, comble du luxe, on en prof­ite pour s’ar­rêter sur les berges et impro­vis­er des feux de camp avec les sauciss­es polon­ais­es apparem­ment très bonnes (la viande, c’est pas trop mon truc, je ne peux pas dire).

Le ciel reste menaçant mais il ne pleu­vra que sur la fin du par­cours. Pour autant, et même si le bateau ne va pas très vite (on ne le met pas à pleine puis­sance, le but c’est de prof­iter !), il ne fait pas très chaud.

Et en guise de récon­fort, je décou­vre les pier­o­gis. A Mal­bork, où nous pas­sons la deux­ième nuit, nous testons un restau­rant où l’on peut amar­rer son bateau. Il donne sur le château. Les pier­o­gis, on en avait déjà mangé en Russie, mais il n’é­tait pas aus­si bon (et pour­tant, les polon­ais pro­posent aus­si des pier­o­gis « à la russe » !). C’est un espèce de gros ravi­o­li, qu’on trou­ve sou­vent salé (four­ré à la viande, à la pomme de terre...) mais aus­si par­fois sucré, avec des fruits à l’in­térieur. C’est servi chaud, idéale­ment avec un petit pot de crème. Et c’est à la fois déli­cieux et copieux.

Des dizaines de cars plein de touristes vien­nent voir le château. Il s’ag­it en fait de la forter­esse teu­tonique de Marien­bourg, lieu his­torique impor­tant et plus grand château d’Eu­rope... En briques rouges.
Faute de temps, nous ne l’avons pas vis­ité (il faut une bonne demi-journée) mais en faire le tour laisse entrevoir sa taille impres­sion­nante !

Pour la troisième nuit, avant de remon­ter la Vis­tule jusqu’à Rybi­na, nous nous amar­rons à Tczew, célèbre pour son pont. La mari­na n’a pas de charme mais offre quelques facil­ités, qu’on retrou­vera glob­ale­ment partout : toi­lettes, accès à l’électricité moyen­nant sup­plé­ment, douch­es (par­fois payantes) et wifi (il y en a deux dans lesquelles on n’en aura pas, de mémoire). Les prix sont très vari­ables, du gra­tu­it au « très cher » (10~12€ la nuit).

Mine de rien, c’est aus­si ras­sur­ant de s’in­staller dans une mari­na pour la nuit. La plu­part sont sur­veil­lées, et même si les risques sont min­imes, on dort mieux au milieu d’autres bateaux plus gros que le nôtre !

Après notre petite boucle, nous retournons à Rybi­na, la base de France Pas­sion Plai­sance, l’en­tre­prise qui loue les bateaux. En fait, théorique­ment, nous auri­ons dû garder la même embar­ca­tion toute la semaine, et faire le cir­cuit d’une traite. Mais à cause d’un défaut d’or­gan­i­sa­tion, nous devions chang­er de bateau au milieu du séjour et, donc, retourn­er à la base.

Nous allons con­sacr­er le reste du séjour à un aller-retour à Gdan­sk, en nous arrê­tant un peu en chemin !

Nous embar­quons notam­ment des vélos et, même si on ne les utilis­era pas autant que prévu, on s’of­fre quand même une petite balade pour aller voir la mer. Je l’avais aperçue depuis l’avion, et nous étions très près, il aurait été dom­mage de ne pas aller y trem­per quelques doigts. Nous nous sommes donc arrêtés dans une belle mari­na pleine de gros bateaux russ­es (qui s’est avérée bien chère, avec un ser­vice très lim­ité et peu qual­i­tatif en regard du prix) pour aller y jeter un oeil.

Bien sûr, elle était glacée. Quelques per­son­nes y met­taient les pieds, mais on n’a pas pas essayé... Voilà, on aura vu la mer Bal­tique !

Le ven­dre­di soir, nous nous sommes arrêtés à Gdan­sk, en plein cen­tre ville. La ville m’a autant plu qu’à la pre­mière vis­ite. Le vieux cen­tre est plein de bâti­ments col­orés, les rues pavées ont un charme fou.

Et le ven­dre­di, c’é­tait juste­ment l’ou­ver­ture de l’Eu­ro 2012... Pour tout vous dire, je ne dois pas être capa­ble de citer plus de trois joueurs de l’équipe de France (et il n’est pas dit que je les recon­naisse en pho­to), je n’ai prob­a­ble­ment jamais vu un seul match en entier, et je ne com­prends tou­jours pas quand est-ce qu’on est hors-jeu (sur le sujet, je suis une fille de base, quoi). Mais là, j’ai pris plaisir à suiv­re le début du match opposant la Pologne à la Grèce, au milieu de polon­ais ent­hou­si­astes et déguisés.
Ain­si, toute la journée, nous avons croisé des habi­tants habil­lés en rouge et blanc, aux couleurs du dra­peau polon­ais, arbo­rant per­ruques, écharpes, et autres acces­soires. Et le soir, nous avons rejoint un bar en plein air pour nous plonger un peu dans l’am­biance. But polon­ais dans les vingt pre­mières min­utes, je vous laisse imag­in­er l’am­biance !

Il faut pré­cis­er que même s’il est par­fois bour­ré, le sup­port­er polon­ais est sym­pa­thique et glob­ale­ment plutôt calme. A l’in­verse de l’es­pag­nol (l’équipe espag­nole joue ses matchs à Gdan­sk), qui est habitué à se couch­er tard, et à faire du bruit. Ain­si, l’es­pag­nol peut chanter « e viva España » trente fois par heure jusqu’à 3h du mat », entre deux « España, España » et des coups de vuvuzela (ça n’a pas encore été pro­hibé, ces merdes), alors même que l’Es­pagne n’a pas encore joué le moin­dre match.
En apprenant que l’Es­pagne avait mar­qué 4 buts face à l’Ir­lande, j’ai plus plaint les habi­tants du cen­tre ville de Gdan­sk que les irlandais, d’ailleurs...

Oui, trois pho­tos pris­es presque au même endroit, à quelques heures de décalage : le point de vue de la mari­na sur le cen­tre-ville. Au milieu, un îlot avec quelques ruines ni détru­ites ni recon­stru­ites, où les jeunes vien­nent fes­toy­er ! (ou tourn­er des films d’hor­reur)

Same­di matin, le beau temps est là ! Enfin, pour quelques heures seule­ment. Nous quit­tons Gdan­sk sous le soleil, mais le temps d’en­fil­er un t‑shirt pour la pre­mière fois de la semaine, et les nuages arrivent déjà.

Notre retour vers Rybi­na va être com­pliqué. Ça com­mence par beau­coup de pluie (le bateau n’é­tant pas équipé d’une pro­tec­tion, le pilote s’en prend plein !), et ça con­tin­ue avec une direc­tion qui lâche.

Imag­inez, vous êtes au milieu de la riv­ière, et d’un coup, la barre ne répond plus... Notre chance fut d’être à prox­im­ité d’une mari­na où nous accrocher. Mais c’est aus­si là qu’on peut véri­fi­er la qual­ité du ser­vice : un coup de fil, une heure d’at­tente, et un mécani­cien débar­que avec le patron de la base pour démon­ter le moteur et tout répar­er pour qu’on puisse repar­tir le lende­main matin, ouf !

Mais vous savez aus­si que le lende­main matin fut égale­ment com­pliqué !
Ce que j’en retiens : ren­seignez-vous sur les horaires du Johannes Brahms, un énorme bateau de croisière pour vieux qui bloque totale­ment les éclus­es le jour de son pas­sage. C’est à cause de lui que nous avons fail­li ne pas pou­voir pass­er, Piotr et Mag­da négo­ciant longue­ment avec l’é­clusi­er par­ti­c­ulière­ment exécrable (alors même que nous avions plus de trois heures d’a­vance sur le gros bateau et que notre pas­sage ne gênait en rien d’au­tant que l’é­cluse était déjà ouverte dans notre sens et pas dans l’autre !).

A propos de l'auteur

Je suis photographe et j'ai la chance de voyager partout dans le monde. Sur ce blog, vous trouverez à la fois des récits de voyages (seule ou avec Petite Oreille, ma fille, que j'essaie d'emmener partout depuis qu'elle est bébé !) et des conseils pour réussir vos propres photos de voyage.

Archives de l'auteur

65 Commentaires

  1. J’ado­rais mon trou en effet, un joli trou tran­quille... si ce n’est les quelques effluves d’essence qui m’empoisonnaient de temps en temps et le sen­ti­ment de claus­tro­pho­bie qui pour­rait un peu altér­er le calme de ma grotte !

  2. Sym­pa la vidéo en 360°. Dom­mage que la qual­ité soit si basse par con­tre 🙁

    très drôle le sec­ond bateau 😀

  3. Piotr : c’est vrai qu’avec tout ça, j’avais zap­pé l’odeur d’essence ! Une petite bougie qui sent bon pour atténuer tout ça ? ^^

    Flo­nou : en fait, en intérieur, surtout avec les vit­res tein­tées, ça rend assez mal. Je ne sais pas si ça vient de l’ac­ces­soire ou de l’i­Phone en lui même. En extérieur par beau temps, ça passe mieux, heureuse­ment ! (cela dit, vu le prix du jou­et, je ne peux pas non plus trop lui en deman­der !)

  4. Et ben, que de tuiles ! Vous avez cumulé pour les 3 prochains voy­ages!!!
    En tout cas, les pre­mières pho­tos don­nent envie de voir le reste !

  5. J’aime comme tu as su rester juste et objec­tive mal­gré les tuiles et le con­fort dis­ons, relatif (mais bon, pas comme si vous n’étiez pas habitués, je pense).

    Et bien­v­enue dans le monde meeeeeeeeer­veilleux d’In­sta­gram. Ca devient vite une drogue. 😉

  6. Quelles péripéties ^^
    On peut dire ce qu’on veut, tant que ce n’est pas « grave » comme inci­dent, ça fait de très beaux sou­venirs !
    Par con­tre, la pluie et pas d’eau chaude en ren­trant à Paris : ça fait chi­er 😉

    Manon de Lib­er­trip

  7. Don­lope : je crois que chaque voy­age a sa tuile, c’est inévitable, mais là j’avoue avoir eu l’im­pres­sion qu’à chaque prob­lème résolu, on se trou­vait avoir un nou­veau bâton dans les roues !

    Mélis­sa : Franche­ment, le pre­mier bateau était top. C’est celui qu’on con­seillera à tous ceux qui voudront y aller. Pour le deux­ième, c’est vrai­ment trop ori­en­té bud­get ser­ré pour qu’on le sup­porte une semaine com­plète...

    Manon : l’eau chaude, c’é­tait la goutte d’eau... (oui, vanne de merde, j’as­sume !)

  8. Effec­tive­ment on pour­rait croire que quelqu’un vous un veut. un enne­mi oublié quelque part ? Mais quand on lit se bil­let on a tout de même une impres­sion de bonne humeur et de plein de sou­venirs.... et puis la lumière polon­aise est telle­ment belle à 4heures du matin (j’y étais il y a trois semaines)...

  9. Que de galères

    mer­ci pour ce retour et surtout sur les commentaires/avis des bateaux, ca mon­tre l’im­por­tance de bien choisir son prestataire et son matériel ...

  10. Françoise : hon­nête­ment, à 4h, je n’avais pas le courage... Mais je veux bien te croire, car à 7h le soleil est déjà bien haut !

    Pyrros : c’est bien pour ça que je vous fais ce petit retour, parce que le bateau en Pologne c’est génial, mais c’est encore mieux avec un bon bateau ! 😀

  11. Elles sont superbes vos pho­tos ! Je décou­vre le blog et j’y reviendrai. Mer­ci de nous faire voy­ager comme ça ! Au top ! En favoris !

  12. C’est vrai que la bouffe a l’air bonne !
    La pho­to avec la fontaine en con­tre jour est superbe. Celle avec le pont aus­si donne bien une idée de l’im­men­sité du paysage !
    Du HDR sur ces pho­tos ?

  13. Super ton réc­it, j’ai eu l’oc­ca­sion de gouter aux joies de la nav­i­ga­tion de plai­sance mais sur les canaux français et j’ai trou­vé ça un peu trop lent...

    Sinon peux-tu nous expli­quer com­ment tu fais pour avoir des pho­tos (les « pas pola ») aus­si con­trastées (don­nées exif et post traite­ment).
    Mer­ci.

  14. Don­lope : j’ai trou­vé un restau­rant polon­ais à Paris... qui est 4 fois plus cher que les restau­rants à touristes qu’on a fait là-bas !
    Je ne fais jamais de HDR (enfin, j’ai essayé, jadis, mais sans con­vic­tion), mais il faut dire que, pho­tographique­ment, un temps pour­ri et plus intéres­sant : les ciels plom­bés, les lumières d’or­ages...

    LadyMi­longuera : tout à fait !

    Dens : je trou­ve juste­ment que tout le plaisir est dans la lenteur ! Pren­dre le temps de regarder les paysages, les oiseaux, mais cha­cun son truc !
    Pour les pho­tos, les exifs ne seront jamais d’une grande aide, puisqu’ils n’ont rien à voir d’une pho­to à l’autre et cor­re­spon­dent à des sit­u­a­tions pré­cis­es. Le meilleur con­seil que je puisse te don­ner, c’est de shoot­er en raw pour pou­voir maitris­er le ren­du au développe­ment (tu trou­veras quelques con­seils sur ce point dans la rubrique « post-traite­ment »).

  15. Bon­jour Madame Oreille,

    Pour un blog qui par­le de pho­to, je dois dire que les pho­tos me plaisent vrai­ment ! Mer­ci de les partager 😉

    Christophe

  16. Les pier­o­gis me font envie...il y a peut-etre un resto a Lon­dres ou on peut trou­ver ca...Ca a du etre sym­pa votre sejour, les pho­tos don­nent envie...Ca marche com­ment du coup pour les bateaux sans per­mis ? Tu donnes juste ton passe­port et ca suf­fit ? Tu as le pro­pri­etaire du bateau avec toi ? Ou c’est un peu comme une loca­tion de voiture, tu l’as pour quelques jours et tu fais ce que tu veux avec ?

  17. encore de bien belles pho­tos, j’en prends plein les yeux !
    ca a du etre vrai­ment sym­pa. Mer­ci de nous faire voy­ager avec toi !

  18. haha en te lisant je me remé­more mon séjour. la télévi­sion polon­aise est effec­tive­ment un choc mais ras­sure toi le ciné­ma est pareil ....

    J n’ai jamais pu m’habituer non plus au soleil se lev­ant à 4h et une par­tie de la pop­u­la­tion avec...

    quand aux pier­o­gis mon estom­ac se man­i­feste rien qu’à leur evo­ca­tion. mais tu as du etre un peu mal­heureuse là bas si tu ne mange pas de viande ...

  19. Christophe, Ella : mer­ci, c’est gen­til !

    Lucie : je sais qu’il y a des restos à Paris (fort chers, bien sûr), ça doit aus­si se trou­ver à Lon­dres facile­ment !
    Pour louer le bateau, tu laiss­es une cau­tion (on peut envoy­er un chèque à la société française qui gère ça si on ne veut pas s’embêter avec des espèces lorsqu’on loue à l’é­tranger). Le respon­s­able de la base prend le temps de tout d’ex­pli­quer, on fait quelques manœu­vres ensem­ble, et ensuite tu vogues seule ! Mais c’est sim­ple, je te ras­sure ! Du coup, oui, tu fais exacte­ment ce que tu veux, comme tu veux, en respec­tant le « code des canaux », quand même, et les horaires des éclus­es. Tu es hyper libre, c’est vrai­ment agréable !

    Françoise : ah, on se demandait juste­ment com­ment c’é­tait au ciné­ma ! (en fait, je mange un peu de viande, dans les pier­o­gis ça me va très bien ! je ne suis juste pas fan de steaks saig­nants, entrecôtes et gross­es sauciss­es !)

  20. Ta dernière pho­to me plaît par­ti­c­ulière­ment, et le traite­ment est par­fait.

    Pren­dre le bateau pour décou­vrir un pays, je le fais de temps à autre, mais sur une ou deux journées. Par­tir plus longtemps doit con­fér­er une atmo­sphère toute spé­ciale au voy­age.

    Et puis, les imprévus sur un bateau... on s’en sou­vient ! Il y a deux jours, j’ai dû écop­er un bateau à qua­tre du mat ».

    Now­Mad­Now

  21. Pyrros : moi j’en envie de voir le reste du pays, main­tenant...

    Now­Mad­Now : la dernière, c’est ma préférée de toute la semaine \o/
    Ecop­er en pleine nuit, heureuse­ment, on y a échap­pé ! (Piotr a bien essayé de nous couler, mais il a échoué, ouf) Ce que j’aime bien, c’est voir les choses depuis la riv­ière et non depuis la route, et puis voy­ager tout douce­ment, en obser­vant les paysages. Un peu comme le train, mais avec plus de lib­erté ! (et moins de ren­con­tres, for­cé­ment)
    Du coup, sur ton bateau, vous avez passé la nuit à essay­er de ne pas couler ?

  22. Très belles pho­tos de Gdan­sk, ça donne vrai­ment envie d’aller voir la ville.
    Et celle du voili­er face à l’or­age est égale­ment superbe...

  23. Don­lope : hon­nête­ment, dès qu’on sort du vieux cen­tre, c’est vache­ment moins beau, mais celui-ci est quand même super sym­pa avec ses couleurs !

    Car­net de voy­age : en fait, ma venue n’avait rien à voir avec l’Eu­ro, hein. On a décou­vert le jour de notre arrivée qu’on tombait pile la mau­vaise semaine, c’est dire !

  24. Des jolies pho­tos... C’est vrai que la dernière est sym­pa, mais bon, des jolies pho­tos, il y en a un peu partout chez madame Oreille 😉
    Vous venez de me faire pass­er un joli moment. Et voila que je suis en retard...

  25. Ce temps mi-figue. mi-raisin est une béné­dic­tion pho­tographique, quels ciels et quelle belle lumière sur ces pho­tos ! Un chou­ette périple qui donne envie de décou­vrir ce pays.

  26. Superbe vidéo, tou­jours de belles images, on dirait une pub­lic­ité pro­mo­tion­nelle. Mais bizarrement, la fin me donne plus envie de pass­er mes vacances d’été à La Rochelle avec l’ef­fet soleil ébloui, le ton de la musique et le port. Par con­tre, le light paint­ing, j’adore ça, je sais le pra­ti­quer, mais je me demande com­ment le met­tre en vidéo. Faut-il faire plusieurs pho­tos et les met­tre comme un time­lapse ? Ça me rap­pel cette vidéo (dont je n’ai jamais com­pris le principe) mais ce n’est pas exacte­ment pareil je crois : http://www.youtube.com/watch?v=mdwdXEvYtBs&feature=player_embedded#!

  27. Une Belge Un Français : en fait, sur le 550d, je peux choisir entre filmer en 24 images par sec­onde, 25, 30, 60 (50 sur les mod­èles français). Quand on filme à soixante/cinquante, on peut ensuite repass­er les images à 25 et obtenir des ralen­tis flu­ides. Sur le 5DII, c’est 25i/s et c’est tout !

    Axel : en fait, on a eu la poisse ! Il a fait 30° la semaine avant notre arrivée, et la semaine après ! Mais nous on a eu 15° et la pluie !
    Pour ton exem­ple, je n’ai aucun idée de com­ment c’est fait, mais ça claque ! Dans mon cas, c’est comme un time­lapse, avec un découpage pour garder les let­tres affichées.

  28. Superbe vidéo, de très jolies séquences.
    Je suis fan du light paint­ing à la fin, et des scènes à vélo 🙂
    Et une petite séquence bien sym­pa avec la pluie.
    En tout cas, c’est bien mon­té et ça colle vrai­ment à la musique ! bra­vo

  29. Don­lope : mer­ci 🙂 En fait, c’é­tait un peu un « test » pour prévoir ce que nous allons faire dans deux mois. Je voudrais garder la même ambi­ence (ce sera d’ailleurs le même musi­cien) pour la vidéo qui retrac­era notre séjour en Islande (on sera en vélo et pas en bateau, mais y’a beau­coup de points com­muns dans « l’ap­proche filmique » !)

  30. Mag­nifique vidéo, le mon­tage est très bien réus­si tout comme les time­laps­es et il finit en beauté par ce light paint­ing !
    Les plans sont très var­iés et on voit que vous avez vrai­ment pris votre pied pen­dant ce séjour ! 😉

  31. Vrai­ment sym­pa la vidéo qui dévoile une ambiance « zen » au fil de l’eau.
    Les time­laps­es sont supers.
    Même ques­tion qur Adil : Quel est ton sen­ti­ment sur l’u­til­i­sa­tion de ton nou­veau rail ? En embar­quer un sur ce type de voy­age me sem­ble assez per­ti­nent au vue du résul­tat.

    Je ren­tre d’Is­lande. C’est le par­adis des yeux et des objec­tifs !! Un voy­age inou­bli­able. A voir ce que je vais pou­voir faire à par­tir de mes vidéos. Mais je ne rat­erai pas le tien !

  32. Ben­jamin : en fait, j’ai acheté des télé­com­man­des pour les time­laps­es, his­toire d’au­toma­tis­er tout ça (jusqu’à présent je comp­tais dans ma tête...) et c’est, du coup, beau­coup plus facile d’en faire \o/ (on pose, on lance et on ne s’en préoc­cupe plus !)

    Adil : pour un voy­age comme celui-ci, deux boitiers c’est hyper pra­tique (j’ai dédié le 550d aux time­laps­es) et pas encom­brant : le sac pho­to est dans la cab­ine, à aucun moment il ne faut le porter ^^ C’est un peu comme pour un voy­age en camp­ing car ou en auto­tour, on n’a pas besoin de se pos­er de ques­tion sur le poids !

    Voy­age Pérou : ils ont d’autres des­ti­na­tions en Europe et en France, si ça te tente 😉

    Romain : Je n’ai pas util­isé beau­coup de plans faits avec le rail, mais il doit y en avoir 4 ou 5 quand même, et j’en suis plutôt con­tente : il ren­tre dans le sac à dos, et s’in­stalle rel­a­tive­ment facile­ment, même si je manque d’en­traine­ment ! Par con­tre, c’est clair que pour un voy­age plus clas­sique, où on marche beau­coup et où on porte son sac, je ne le prendrai prob­a­ble­ment pas.
    On com­mence juste à pré­par­er le voy­age en Islande (on a équipé les vélos ce week-end !) mais j’ai hâte d’y être. En juin, tu as eu une belle lumière, en plus, non ?

  33. Au final, une bonne option donc ce rail pour un tour avec véhicule.

    En effet, jolie lumière dans des décors de rêve. D’ailleurs au retour à Paris, nos yeux nous jouaient des tours ! L’im­pres­sion d’un voile blan­cha­tre (presque jaune en extérieur ! )Trés étrange !
    Sinon 15 jours sans pluie, et pra­tique­ment sans nuit ! Pas la meilleure péri­ode pour voir des étoiles ni les aurores bore­ales (pas la sai­son, mais tu auras plus de chances que nous en sep­tem­bre).

    On a croisé pas mal de cyclistes sur la route, et notam­ment des tandems. et même un gars qui tirait une petite remorque à pied, au milieu de la piste !

  34. Olivi­er : 😀 Sérieuse­ment, voir le moteur et son hélice der­rière nous... faut vrai­ment pas tomber à l’eau !

    Voy­age au Viet­nam : mer­ci 🙂

    Spir­u­line : oui, vive le mau­vais temps... tant qu’il ne pleut pas ! j’aime beau­coup les ciels dens­es, pho­tographique­ment par­lant, mais sur le moment, pou­voir être en t‑shirt ne m’au­rait pas déplu !

  35. Romain : ce voile, je le sens sou­vent en ren­trant égale­ment ! On dira que c’est la pol­lu­tion, ou le manque de couleurs... Nous par­ton en Aout, donc je pense qu’on ne ver­ra pas non plus d’au­rores boréales, mais je croise les doigts quand même ! Réponse dans quelques semaines !

  36. J’adore vrai­ment tes vidéos!! J’imag­ine que tu film au for­mat .MOV comme la plu­part des appareils pho­to.
    Com­ment fais-tu pour faire des mon­tages d’aus­si bonne qual­ité car pour ma part j’u­tilise Pin­na­cle qui n’ac­cepte que les for­mats .AVI et quand je trans­forme mes fichiers .MOV en .AVI la qual­ité des vidéos est con­sid­érable­ment dégradée. Quel logi­ciel utilis­es-tu ?

  37. Wow quel tal­ent pour la video aus­si désor­mais.
    Bon je songe sérieuse­ment à acheter le pdf de ton livre c’est l’un de mes objec­tifs de l’an­née que de m’amélior­er en pho­togra­phie.
    Ca ne serait pas Piotr dans la video ?

  38. L’Hari­cot, David : mer­cy à vous. Tout est mon­té sur Adobe Pre­mière, puis je cor­rige un peu les couleurs sur After Effects.

    Pierre : achète-le, il est bien 😀 Blague à part, oui, c’est bien Piotr, qui s’est joint à nous avec sa copine !

  39. salut super la video comme d’hab !
    nous par­tons bien­tot pour 5 jours de GTV (grande tra­ver­sée du Vercors)avec une cam­era ! mais comme toi j’aimerais realis­er quelques Time­laps­es ! Mon amie vient avec son reflex CAnon EOS 600D mais apparem­ment elle ne pos­sède pas d’in­ter­val­lomètre intégré.Y a til une solu­tion a ca.? il est inté­gré le tient ?
    En tout k bra­vo pour les pho­tos du glac­i­er en suisse, les effets sont magnfiques..j’aimerais me met­tre au reflex aus­si ! mais ca m’a l’air d’e­tre du boulot:)

    a bien­tot

  40. lily­no­made : il n’y a pas d’in­ter­val­lomètre inté­gré chez canon. Per­son­nelle­ment, j’ai longtemps util­isé une sim­ple télé­com­mande filaire, en comp­tant dans ma tête et en déclen­chant manuelle­ment. Là, j’ai investi sur une télé­com­mande spé­ciale chez Phot­tix, c’est pas très cher mais encom­brant.

  41. Bon­soir ! Je viens de décou­vrir ton très beau blog, et je dois dire qu’il me plaît beau­coup : des voy­ages, des pho­tos et des pho­tos de voyage...eh bien tout ce que j’aime !! (sauf que je suis cent fois moins douée hein!). Je viens d’ac­quérir un Nikon D5100 et j’aimerais faire des vidéos, mais je ne sais pas vers quel logi­ciel vidéo me tourn­er?? J’ai enten­du par­ler de Vir­tu­al Dub. De quel logi­ciel te sers-tu ? Ou peux-tu m’en con­seiller un facile d’u­til­i­sa­tion ? Mer­ci beau­coup 🙂

  42. Bra­vo Madame Oreille pour ces mag­nifiques pho­tos !

    La Pologne est un superbe pays. J’y étais moi-même en Mars / Avril dernier (notam­ment à Gdan­sk et aux envi­rons). Votre virée en bateau à l’air très sym­pa ! C’est vrai­ment dom­mage que vous n’ayez pas pu vis­iter Mal­bork car c’est grandiose. En même temps, je pense qu’il vaut mieux ne pas le faire plutôt que de le vis­iter en coup de vent. J’y ai passé un peu plus de 3h et encore, je n’ai pas tout vu de ce qui se vis­ite !!

    Bonne con­tin­u­a­tion.
    Signé « une grande ama­trice de piér­o­gis » 😉

  43. Bon­jour !
    Je viens à l’in­stant de décou­vrir ce blog, vos expéri­ences sont très enrichissantes !
    Je suis pas­sion­né de bateau et j’aime bien décou­vrir les expéri­ences de débu­tant dans le domaine de la nav­i­ga­tion sur mer.
    Votre vidéo est bien faite, je l’aime beau­coup.
    Mer­ci !

  44. Bon­jour ! je décou­vre votre site et beau­coup de pho­tos sur cette page m’ont tout de suite attiré l’oeil. Les ciels chargés sont mag­nifiques et j’aime les pris­es de vue qui cro­quent un moment de vie, bra­vo ! Bonne journée !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest