fbpx

Quelques jours en famille dans le Roannais

La Loire, ses lacs, ses paysages, son pat­ri­moine, les ren­con­tres ! Un endroit que j’ai tou­jours autant de plaisir à explor­er avec Petite Oreille, ma fille !

Si vous suiv­ez ce blog depuis longtemps, vous savez que la Loire est un départe­ment où j’ai plaisir à revenir. Après deux week-ends pro­longés dans le Forez, ma curiosité m’a poussée vers le Nord du départe­ment : le Roan­nais.

Si ces lieux ne vous évo­quent rien, voici, pour com­mencer, un petit résumé en images, de ce que j’ai aimé dans le Roan­nais : ses églis­es tra­di­tion­nelles, ses madones qui offrent tou­jours de beaux panora­mas, son fleuve sauvage qui ser­pente des paysages val­lon­nés, ses lacs par­faits pour se baign­er, et la facil­ité à faire des ren­con­tres, tou­jours !

roannais_dessins_1Roanne

img_1125_weekendroannaisenfamille img_1384_weekendroannaisenfamille img_1442_weekendroannaisenfamille img_1278_weekendroannaisenfamilleDans l’ordre : l’église de la Bénis­son Dieu, la madonne qui domine Ambier­le, le lac de Villerest,
la Loire, et quelques paysages pris en cours de route !

Les promenades et randos

Très ori­en­té nature, le Roan­nais se prête très bien à la ran­don­née avec des enfants : val­lon­né mais sans gros dénivelés, avec une grande var­iété dans les paysages per­me­t­tant de grimper sur les hau­teurs pour de jolies vues sur les mon­tagnes, ou de met­tre les pieds dans l’eau fraîche de la Loire !

Le Pêt d’Âne

A Dancé, se trou­ve un coin de prom­e­nade très con­nu : le Pêt d’Âne. La Loire est un fleuve sauvage et tortueux. Ici, elle forme un méan­dre à la forme très par­ti­c­ulière. Depuis le park­ing par­tent plusieurs sen­tiers, tous bal­isés, pour tra­vers­er les bois alen­tour et prof­iter de l’ombre, et de la vue !

img_1378_weekendroannaisenfamille

Les Monts de la Madeleine

Dans le nord du Mas­sif cen­tral, se trou­vent les Monts de la Madeleine. Pourquoi Madeleine ? Tout sim­ple­ment parce qu’une petite chapelle érigée au Moyen Âge porte ce nom. On est ici à la fron­tière de l’Allier (Auvergne), juste au-dessus des Monts du Forez.

img_1007_weekendroannaisenfamille

J’ai choisi une petite ran­don­née qui se fait très bien avec un jeune enfant (Petite Oreille approchait des 2 ans au moment de notre séjour) : les tour­bières du Plateau de la Ver­rerie. Pour pro­téger l’écosystème très par­ti­c­uli­er qui se trou­ve ici, une passerelle en bois a été amé­nagée, ce qui rend la marche à la fois facile et ludique pour les petits. La ran­do con­tin­ue ensuite sur des petits sen­tiers, tou­jours bal­isés.

Il y a en principe quelques trou­peaux, mais je ne les ai mal­heureuse­ment pas aperçus ce jour-là. Par con­tre, on a bien prof­ité de la vue sur la plaine du Roan­nais, depuis le Roc du Vach­er, que Petite Oreille a été ravie d’escalader ! Oui, quand je vous dis­ais que le site plai­sait aux enfants...

Tour­bières du Plateau de la Ver­rerie à St Nico­las des Biefs

img_1020_weekendroannaisenfamille

img_1028
img_1030

img_1045

Le barrage de La Tache
(ou du Chartrain)

A la Renai­son, il y a deux bar­rages : celui du Rouchain et celui du Char­tain. Je décide d’aller jeter un œil au deux­ième, con­nu pour être spec­tac­u­laire. Cerné par les forêts, tout en hau­teur et tout en longueur, entière­ment pié­ton, la bal­lade au bord de l’eau y est très agréable.

Depuis la route, on dis­tingue bien cet endroit où la Loire s’élargit, prise entre deux coteaux boisés. C’est l’un des nom­breux bar­rages qui ponctuent la Loire. Celui-ci est gigan­tesque. On peut se promen­er dessus, et en con­tre­bas il y a car­ré­ment un parc pour se promen­er (vous voyez le petit chemin en lacet sur la deux­ième pho­to ?).

img_1070_weekendroannaisenfamilleimg_1078_weekendroannaisenfamille img_1090_weekendroannaisenfamille

Les jolis villages de caractère

Le départe­ment de la Loire a un très gros pat­ri­moine en matière de petits vil­lages médié­vaux. Du coup, ils ont créé leur label vil­lage de car­ac­tère. En clair, quand on arrive dans un vil­lage de car­ac­tère, on sait qu’on va trou­ver un endroit plein de charme et très bien entretenu, avec générale­ment beau­coup de vieilles pier­res, de beaux bâti­ments, de l’Histoire, et bien sou­vent un cadre très bucol­ique autour du vil­lage.

Alors for­cé­ment, avec de telles promess­es, Petite Oreille et moi en avons vis­ité plusieurs... et on n’a pas été déçues !

Charlieu

Char­lieu a un passé glo­rieux, et reste encore aujourd’hui une ville impor­tante dans la Loire. Au IXème siè­cle, un monastère s’implante à Char­lieu, et la ville prospère au fil du temps, placée sur un car­refour stratégique idéal pour les com­merçants. En 1827, on com­mence à tiss­er de la soie à Char­lieu... et début du XXème siè­cle, il y avait ici plus de 10.000 métiers à tiss­er !

Aujourd’hui, l’industrie tex­tile est tou­jours présente (Les tis­sages de Char­lieu, voyez plus bas !) et il reste un impor­tant pat­ri­moine archi­tec­tur­al et notam­ment une trentaine de maisons datant du XII­Ième siè­cle.

Plus d’infos sur Char­lieu

roannais_dessins_2

img_0806_weekendroannaisenfamille

img_0797_weekendroannaisenfamille

img_0790_weekendroannaisenfamille
Les tis­sages étant une activ­ité impor­tante pour Char­lieu, j’ai emmené Petite Oreille jeter un œil au Musée de la Soierie. On y décou­vre des vieux métiers à tiss­er, et des plus récents, des tis­sus, des bobines, et on apprend com­ment on tisse un vête­ment !

A l’étage, il y a des expo­si­tions tem­po­raires. Au moment de notre pas­sage, c’était Chris­t­ian Vérot qui présen­tait des habits tra­di­tion­nels qu’on retrou­ve notam­ment au Viet­nam. Autant dire que ça a beau­coup amusé Petite Oreille !

Musée de la Soierie
9 Bd Général Leclerc
En savoir plus

img_0793_weekendroannaisenfamille

Dans le même bati­ment que le Musée de la Soierie, on trou­ve égale­ment le Musée hos­pi­tal­ier qui rend hom­mage au passé dudit bâti­ment, l’ancien Hôtel-Dieu. Le par­ti pris est assez orig­i­nal et super effi­cace : au-delà de la recon­sti­tu­tion de nom­breuses pièces, ils ont tra­vail­lé à recréer les odeurs ! Ain­si, la grand salle des malades ne sent pas comme la lin­gerie ni comme l’apothicairerie ! Dif­fi­cile de vous décrire cela, mais c’est très bien fait. Et ça rend la vis­ite plus ludique avec des enfants !

Musée Hos­pi­tal­ier
9 Bd Général Leclerc
En savoir plus
img_0795_weekendroannaisenfamille
img_0789_weekendroannaisenfamille

Nous ter­mi­nons notre vis­ite de l’abbaye béné­dic­tine, l’un des imman­quables du Roan­nais. Le lieu est grand, beau, et Petite Oreille court partout, bien sûr. On passe donc sous le por­tail du XIIè siè­cle, très bien con­servé, fierté locale. Puis on décou­vre les dif­férentes archi­tec­tures avant de savour­er l’air frais du cloître...

Abbaye de Char­lieu
Place de l’Abbaye
En savoir plus
img_0804_weekendroannaisenfamille
img_0811_weekendroannaisenfamille

img_0813_1_weekendroannaisenfamille

Saint Haon le Châtel

La pre­mière chose qui me mar­que en arrivant à Saint Haon le Châ­tel, c’est à quel point le vil­lage est vert. Vignes, lier­res, glycines, chèvrefeuilles, grimpent partout. C’est un matin, il est tôt, le vil­lage est encore calme. Enfin, jusqu’à notre arrivée, Petite Oreille s’étant trou­vée une copine de jeu au pas­sage !

Elles galopent dans les rues en toute lib­erté, c’est le plaisir des petits vil­lages. Saint Haon est le bourg Moyen-Âgeux par excel­lence. Juché sur une colline, cerné par des tours et des rem­parts. Toutes les maisons sem­blent sor­ties de cette époque (même si quelques-unes datent de la Renais­sance). Comme en plus, le vil­lage est très petit (plus petite com­mune de la Loire !), tout y est très con­den­sé, ce qui rajoute à l’effet « wow ».

img_0879_weekendroannaisenfamille
img_0897_weekendroannaisenfamille

img_0887_weekendroannaisenfamille

Après avoir bien cou­ru jusqu’au promon­toire, admiré la vue, re-cou­ru dans les ruelles, nous avons fait une petite pause (bien méritée, si, si) au jardin médié­val de la ville. Un de ces petits havres de paix si agréables. Des fleurs, les oiseaux, le calme. Quelques jours plus tôt, se tenait ici-même un marathon de lec­ture. Pen­dant 24h, 96 pas­sion­nés se relayaient pour lire Chateaubriand, pen­dant que d’autres pas­sion­nés et quelques curieux pou­vaient venir écouter... Le défi a lieu tous les ans, avec un auteur dif­férent !

img_0918_weekendroannaisenfamilleimg_6756

roannais_dessins_3

Ambierle

L’arrivée à Ambier­le se fait sur fond orageux, mais ce n’est pas pour me déplaire. La lumière fait d’autant plus ressor­tir le vil­lage, sur sa petite colline, cerné par les vignes et les bois. Le soleil fait briller les tuiles vernissées de son église du XVème siè­cle, ces toits mul­ti­col­ores qui nous rap­pel­lent que nous sommes aus­si à la fron­tière avec la Bour­gogne.

img_6758

A Ambier­le, nous faisons deux ren­con­tres. La pre­mière est le Golem Gran­it. C’est un petit per­son­nage que les enfants ont plaisir à retrou­ver au fil des sites touris­tiques. Petite Oreille était un peu trop jeune, mais un livre per­met d’embarquer la famille dans les dif­férents mys­tères qui peu­plent la région (le Gri­moire des Mys­tères des Monts de la Madeleine, qui est disponible dans toutes les struc­tures touris­tiques).

Ci-dessous, voici donc Petite Oreille en train de faire un sham­po­ing au Golem Gran­it...

img_0976_1_weekendroannaisenfamille

Notre deux­ième ren­con­tre est Mme Didil­lon. Ambier­le est un vil­lage du livre. On y trou­ve 3 bouquin­istes pour 1800 habi­tants (oui, c’est énorme !) et, cinq fois par an, ils organ­isent de grands marchés thé­ma­tiques : la bande dess­inée, les car­nets de voy­age, ... Des gens vien­nent de la France entière pour far­fouiller dans les étagères et dénich­er des petits tré­sors en papi­er.

img_0967

Saint Jean Saint Maurice sur Loire

J’ai adoré tous les vil­lages que nous avons tra­ver­sés, mais celui-ci est sans doute mon coup de cœur ! Il est con­stru­it à flanc de coteau, dans un méan­dre de la Loire. Un don­jon domine l’ensemble, et lui con­fère un air très ciné­matographique. Il faut en plus imag­in­er que le niveau de la Loire est con­sid­érable­ment remon­té (de plusieurs dizaines de mètres) avec la con­struc­tion du bar­rage de Villerest, juste à côté.

roannais_dessins_4

img_1350

img_1157_weekendroannaisenfamille

img_1199_weekendroannaisenfamille

img_1180_weekendroannaisenfamille

On s’est longue­ment promenées dans le vil­lage, dans les petites ruelles, toutes plus mignonnes que les autres. Puis on est mon­tées dans le don­jon, bien sûr, pour une vue panoramique sur les alen­tours. Les escaliers en col­i­maçon de la tour furent évide­ment un grand jeu... Le genre qui fait rire les enfants à gorge déployée pen­dant que les par­ents se dis­ent ô mon dieu, mais per­son­ne n’est tombé, ouf !

img_1184

Au détour d’une ruelle, nous ren­con­trons François Alli­er. Il est instal­lé dans le vil­lage depuis des années, et il nous invite à venir vis­iter son ate­lier, les bijoux de l’oppidum. Il crée des orne­ments en or, en bronze, en pier­res pré­cieuses, et se pas­sionne égale­ment pour l’archéologie (Oppidum, sou­venez-vous de vos cours de latin !) en faisant des repro­duc­tions de petits objets). Il a la par­tic­u­lar­ité d’avoir sa pro­pre fonderie, voi­sine de son ate­lier.

St Jean St Mau­rice est con­nu pour sa vie artis­tique. Le vil­lage a beau être petit, il est très vivant, avec toute une sai­son cul­turelle organ­isée par La Cure : con­certs, théâtre, expo­si­tions... La Cure per­met non seule­ment d’amener des ani­ma­tions mais aus­si d’entretenir un vivi­er d’artistes et d’artisans dans le vil­lage.
Ain­si, La Cure a mis en place une Pépinière dédiée Métiers d’Art qui per­met d’avoir accès à un ate­lier, et d’être accom­pa­g­né dans tout le par­cours qu’est le lance­ment dans une telle activ­ité.

Les ate­liers de la pépinière se trou­vent sur le site même de La Cure. C’est là que je ren­con­tre Émi­lie Mous­sière. Émi­lie tra­vail­lait déjà dans l’univers tex­tile, à Lyon. Elle est venue s’installer à St Jean St Mau­rice avec sa famille, et a ouvert Les Fils d’Émilie. Elle y fait de la pein­ture sur soie, du tis­sage, et ani­me égale­ment des ate­liers avec les enfants. Elle m’explique qu’outre le cadre par­fait du petit vil­lage agréable, il y a aus­si un vrai plaisir à côtoy­er d’autres arti­sans au quo­ti­di­en. Ils échangent beau­coup entre eux, créent une véri­ta­ble ému­la­tion.

Après un temps passé dans la Pépinière, les arti­sans volent de leurs pro­pres ailes. Nathanaël Toxé et Mor­gane Préaux ont choisi de rester dans le vil­lage. Ils ont créé leur activ­ité de céramistes ici (Poterie de la cure), s’y sont sen­tis bien, et sont restés ! Et vu la jolie mai­son-ate­lier qu’ils ont trou­vé, ils ont bien fait !

La Cure
Place du 19 mars 1962
42155 Saint-Jean-Saint-Mau­rice-sur-Loire
Le site web

img_1190_weekendroannaisenfamille
img_1201_weekendroannaisenfamille

img_1209-weekendroannaisenfamille
img_1206-weekendroannaisenfamille

Pommiers en Forez

Bon, tech­nique­ment, Pom­miers en Forez ne fait pas par­tie des vil­lages de car­ac­tère, mais ça reste un endroit très joli où on a appré­cié se promen­er !

roannais_dessins_5

Pom­miers en Forez, est con­nu pour son château-prieuré. Des moines béné­dictins s’installent ici au IXème siè­cle et, mille ans plus tard, voici un lieu gigan­tesque dont une grande par­tie est classée « Mon­u­ment His­torique ». La vis­ite per­met de pass­er d’une époque à l’autre, et de com­pren­dre com­ment tout s’est con­stru­it et agran­di au fil du temps.

img_1491_weekendroannaisenfamille img_1500_weekendroannaisenfamille img_1476_weekendroannaisenfamille

Les activités

Le Château de la Roche

A Saint-Priest-la-Roche se trou­ve un étrange château aux faux airs d’Eilean Donan Cas­tle. Con­stru­ite sur un rocher au milieu du fleuve, on se demande bien qui a pu avoir l’idée saugrenue de s’installer dans un endroit aus­si improb­a­ble.

Pour le com­pren­dre, il faut pass­er le pont et ren­tr­er dans le château. Nous sommes accueil­lies par le fan­tôme de Marie-Paul-Emile Rous­tan, l’un des derniers pro­prié­taires devenu guide touris­tique, pour le plus grand plaisir des vis­i­teurs. L’acteur est par­fait dans le rôle : il rebon­dit, impro­vise, dis­cute avec les autres fan­tômes qui appa­rais­sent sur les murs de temps à autres. Petite Oreille est cap­tivée, nous n’avons pas le temps de nous ennuy­er, le fan­tôme vire­volte d’une pièce à l’autre.

Il nous explique que le château est là depuis le XII­Ième siè­cle, époque des comtes du Forez (et, à l’époque, soit bien avant le bar­rage, la Loire se trou­vait 40m plus bas !). Et pourquoi ? Il ser­vait de point de sur­veil­lance puis de péage sur la Loire, tout sim­ple­ment. Le fleuve a la répu­ta­tion d’être sauvage, et l’histoire du Château de la Roche est mar­quée par les crues et les change­ments de pro­prié­taire. Notre fan­tôme-guide en fait l’acquisition au début du XXème siè­cle et s’attache à le restau­r­er. Il déplore les goûts déco­rat­ifs de cer­tains anciens occu­pants...

img_1422-weekendroannaisenfamille

Un temps racheté par EDF, le Château appar­tient aujourd’hui à la mairie de Saint Priest la Roche, et est géré par l’Association des Amis du Château de la Roche.

img_1390_weekendroannaisenfamille

Le lac de Villerest

Avec la con­struc­tion du bar­rage de Villerest, le niveau de la Loire est mon­té, et est né le lac de Villerest. C’est un endroit agréable. On peut y venir le soir pour un pique-nique, l’après-midi pour se baign­er... La zone de plai­sance est grande, avec des jeux pour les enfants et de la petite restau­ra­tion, et la plage toute en sable est idéale pour laiss­er les enfants patauger.

Je me laisse ten­ter par une petite prom­e­nade en bateau dans les Gorges de la Loire. Au départ du port de la Caille, nous allons jusqu’à St Jean St Mau­rice, l’occasion de revoir le vil­lage sous d’autres per­spec­tives !

img_1298_weekendroannaisenfamille
img_1320_weekendroannaisenfamille

img_1337_weekendroannaisenfamille

Le Château des Cornes d’Urfé

Imag­inez l’un des plus beaux panora­mas de la Loire. Une colline au milieu de la Forêt d’où vous voyez toutes les mon­tagnes alen­tour, les Monts de la Madeleine, le Mas­sif des Bois Noirs. Et puis imag­inez qu’au Moyen Âge, on a con­stru­it un château qui domine tout cela.

Château des Cornes d’Urfé
42430 Cham­poly
Plus d’infos.

img_1524_weekendroannaisenfamille img_1512-weekendroannaisenfamille img_1517_weekendroannaisenfamille

Le Port de Briennon

Bri­en­non est un petit vil­lage bor­dé par le canal qui relie Roanne à Digoin. Jadis, plus de 3000 pénich­es pas­saient ici chaque année ! Aujourd’hui, le canal accueille beau­coup de plai­sanciers, et Frédéric Rameau, à la barre de l’Infatigable, se plaît à garder vivant et agréable. Je n’ai pas eu le temps de faire un tour sur son bateau, mais la petite croisière est sans doute très agréable.

Marins d’Eau Douce
Port de Plai­sance
42720 Bri­en­non
Télé­phone : 04 77 69 92 92
Leur site

img_0834_weekendroannaisenfamilleimg_0845_weekendroannaisenfamille

 

Les bonnes adresses : où manger

Il faut savoir qu’on mange bien dans le Roan­nais. Très bien, même. Il y a une véri­ta­ble tra­di­tion culi­naire qui fait que le nom­bre de bons restau­rants est très élevé, mais que la note ne l’est jamais, elle. Par­ti­c­ulière­ment le midi, le rap­port qual­ité-prix est vrai­ment très intéres­sant.

Char­lieu : Le Relais de l’Abbaye
415 Route du Beau­jo­lais
42190 Char­lieu
Télé­phone : 04 77 60 00 88
Leur site

Le restau­rant est situé à côté d’un garage et d’un super­marché. Sur le moment, ça peut sur­pren­dre, mais ne vous lais­sez pas décon­te­nancer, la ter­rasse (qui devient une véran­da en hiv­er) donne sur une jolie vue de Char­lieu !

La pho­to du dessert vous lais­sera devin­er que Petite Oreille s’est régalée pen­dant tout le repas (et ne me deman­dez pas ce qu’était ce dessert, elle ne m’a rien lais­sé...).

img_0732_weekendroannaisenfamille
img_0849_weekendroannaisenfamille
St Forgeux Lespinasse : L’Assiette Roan­naise
Place de Ver­dun
42640 Saint-Forgeux-Lespinasse
Télé­phone : 04 77 65 65 99
Leur site

Ce petit restau­rant réus­si le pari d’être à la fois gas­tronomique et famil­ial, avec des assi­ettes soignées, une carte entière­ment fait mai­son (jusqu’au pain et aux bon­bons !) et une cui­sine basée sur les bons pro­duits. La char­mante ter­rasse a en plus per­mis à Petite Oreille de jouer avec sa nou­velle copine entre deux plats !

 

St Alban les Eaux : Le Petit Prince
28 Rue des Mar­ronniers
42370 Saint-Alban-les-Eaux
Télé­phone : 04 77 65 87 13
Leur site

La ter­rasse ombragée, les volets bleus, le soleil.... Il y avait plus que jamais un air de vacances ce midi-là ! Au Petit Prince, j’ai pris un menu gas­tronomique à moins de 25€, déli­cieux for­cé­ment.

Si vous avez l’occasion, deman­dez au patron, Jean-François Reure (mais que tout le monde appelle Max, rap­port à un foot­balleur belge), de vous mon­tr­er la cave, il a fait un tra­vail superbe pour don­ner du cachet à l’endroit !

img_1243-weekendroannaisenfamille

img_1245_weekendroannaisenfamille

 

Pinay : l’Auberge de Pinay
Le Bourg
42590 Pinay
Télé­phone : 04 77 63 75 61

Steve Pon­cet et sa femme tien­nent un bistrot de pays. Dans les bistrots de pays, on sert à manger, bien sûr, avec des tar­ifs per­me­t­tant à tous d’y manger, mais c’est plus que ça. Non seule­ment ce sont les derniers com­merces dans le vil­lage (et ils pro­posent à ce titre de nom­breux petits ser­vices en plus de la restau­ra­tion) mais ils créent aus­si du lien social, offrant le dernier lieu pub­lic où on peut crois­er du monde, et ce toute l’année.

La cui­sine y est sim­ple, avec un plat unique, et l’ambiance est chaleureuse !

img_1452-weekendroannaisenfamille

 

img_0992_weekendroannaisenfamille

Même si les restau­rants roan­nais sont abor­d­ables, vous aurez aus­si sans doute envie de pique-niquer de temps en temps. Un bon pain, un fro­mage local...

La Mai­son de Pays d’Ambierle pro­pose un ensem­ble de pro­duits locaux. Des livres, de l’artisanat, mais aus­si un gros ray­on gas­tronomique : on y a fait tout notre repas !

Ambier­le : la Mai­son de Pays
Le Prieuré
42820 Ambier­le
Leur site

Et pour le goûter, il vous fau­dra absol­u­ment tester la pralu­line, créa­tion des célèbres choco­latiers de Roanne, la famille Pralus (la bou­tique a été ouverte par le père, Auguste, et est main­tenant tenue par le fils, François. Oui, ici, c’est sou­vent des his­toires de famille !). Il a des bou­tiques partout en France, jusqu’à Paris, mais la pralu­line avait quand même une autre saveur lorsqu’elle était dégustée dans les Monts de la Madeleine !

Roanne : Pralus
8 rue Charles de Gaulle
42300 Roanne

img_0988_weekendroannaisenfamilleimg_1106_weekendroannaisenfamilleLa fameuse pralu­line, une brioche aux pra­lines

Les bonnes adresses : où dormir

A cha­cun de mes voy­ages dans la Loire, j’ai tou­jours priv­ilégié les cham­bres d’hôtes (ou les héberge­ments de type « inso­lite», per­me­t­tant de prof­iter d’un cadre excep­tion­nel). Non seule­ment on y dort générale­ment très bien, mais en plus on ren­con­tre des gens tou­jours amoureux de leur région. Et lais­sez-moi vous dire que les ligériens sont vrai­ment des gens adorables, tou­jours aux petits soins avec ma fille !

Cham­bre d’hôtes Le Clos des Cistèles
14 route des Cours,
42720 La Bénis­son-Dieu
Télé­phone : 06 42 04 74 70
Leur site web
Chris­t­ian et Dany Bas ont eu le coup de foudre pour une anci­enne longère, au milieu des champs, au calme. Quelques travaux plus tard, voilà deux cham­bres d’hôtes superbes (une spa­cieuse cham­bre pour cou­ple et une suite famil­iale), une piscine avec vue, un solar­i­um, et un très beau jardin ! Et comme partout dans la Loire, le rap­port qual­ité-prix est imbat­table (détail auquel je suis sen­si­ble : le lit bébé est gra­tu­it, par exem­ple !).
Autant dire qu’on serait bien restées...
img_0867_weekendroannaisenfamille

 

img_1143_weekendroannaisenfamille
Tente Lodge au Camp­ing de l’Orée du Lac
Camp­ing l’Orée du Lac
68 route du bar­rage
42300 Villerest
tel : 04 77 69 60 88
Leur site web

Lau­re et Patrick Vio­let ont repris le camp­ing de Villerest récem­ment, avec l’ambition d’en faire un lieu famil­ial et chaleureux. On peut bien sûr venir avec sa tente ou sa car­a­vane, comme dans tout camp­ing, mais ils ont instal­lé deux belles tentes lodge. L’intérieur est spa­cieux, avec deux cham­bres et un coin cui­sine.

Le camp­ing se trou­ve juste à côté du lac de Villerest. C’est par­fait pour aller prof­iter de la fin de journée au bord de l’eau. Pour manger, le camp­ing pro­pose un petit snack. Sinon, juste à côté, se trou­ve un petit restau­rant.

Restau­rant l’Oberge du Bar­rage
Aire de Loisirs du Bar­rage
42300 Villerest

La ter­rasse est sym­pa­thique, avec vue sur le lac. Ils ser­vent de la cui­sine locale, sim­ple et sans pré­ten­tion. Et le week-end, le restau­rant devient cabaret trans­formiste !

img_1149_weekendroannaisenfamille

img_1113_weekendroannaisenfamille

Cham­bre et table d’hôtes : L’Eau du Puits
Odenet
42155 Saint Jean Saint Mau­rice
Télé­phone : 04 77 65 33 64
Leur site web

Nathalie et Dominique Brette ont une mai­son superbe, par­faite pour venir en famille. Petite Oreille a ain­si passé la soirée à observ­er les ânes et les mou­tons, à prof­iter du tobog­gan et de la bal­ançoire, puis à jouer sur la ter­rasse pen­dant que les adultes pre­naient le tra­di­tion­nel apéro et enchaî­naient sur un très bon repas fait mai­son !

img_1360-weekendroannaisenfamille

img_1367_weekendroannaisenfamille
La vue depuis L’Eau du Puits au petit matin...

Les rencontres

Cha­cun de mes séjours dans la Loire a tou­jours été l’occasion de belles ren­con­tres. Et cette fois-ci, dans le Ron­nais, n’a pas dérogé à la règle !

Manufacture Létol

Je vous le dis­ais plus haut, Char­lieu est con­nu pour ses tis­sages. C’est donc au milieu des métiers à tiss­er que je ren­con­tre Sophie Badot, à l’origine de Létol. Létol, c’est une petite mar­que (30km d’écharpes chaque année, une goutte d’eau dans la pro­duc­tion totale des Tis­sages de Char­lieu !) pleine de per­son­nal­ité. La mar­que se veut éco­lo, citoyenne, et engagée. Les fils sont en coton bio, et tout est fait locale­ment, en pol­lu­ant le moins pos­si­ble.

img_0742_weekendroannaisenfamille

Sophie s’amuse beau­coup en créant les étoles. Elle joue de créa­tiv­ité, pioche dans les archives, ose des asso­ci­a­tions. Chaque mod­èle a un nom, et une his­toire. Cet automne, on trou­vera donc Hort­ense, Janis, Denise ou Claire, autant de couleurs et de motifs qui per­me­t­tent de trou­ver l’étole par­faite pour chaque ambiance, hommes, femmes, et même enfants !

Pen­dant que Petite Oreille s’amuse à se cacher dans les tis­sus, Sophie me fait vis­iter l’usine. Elle me racon­te la nais­sance de la mar­que, com­ment la société des Tis­sages de Char­lieu a lancé un label éco-respon­s­able dans le tex­tile, et voulu aller plus loin en créant la mar­que made in France qui porterait ses valeurs.

Plus d’infos sur le site de Létol

img_0753_weekendroannaisenfamille img_0785_weekendroannaisenfamille img_0756_1_weekendroannaisenfamille

Le Tunnel de la Collonge
(la cave de la fromagerie Mons)

Ici, il ne faut pas être claus­tro­phobe ! La famille Mons, depuis longtemps dans le fro­mage, a eu l’idée saugrenue et géniale de recon­ver­tir un ancien tun­nel fer­rovi­aire en cave d’affinage !

Au début du XXème siè­cle, un petit train tra­ver­sait les Monts de la Madeleine. Avec le développe­ment de l’automobile, il n’a pas longtemps été en fonc­tion­nement... Mais depuis 2007, le voilà trans­for­mé, voy­ant défil­er des fro­mages de la France entière pour des mois de soins inten­sifs : bross­er, retourn­er, laver...

Lau­rent Mons m’emmène dans le tun­nel. Pen­dant plus de 150m, c’est un aligne­ment de fro­mages, minu­tieuse­ment organ­isé. Tout est con­trôlé : tem­péra­ture, humid­ité, et tracé. Le tun­nel, fer­mé, frais, se prête par­faite­ment à l’affinage des fro­mages !

Le Tun­nel de la Col­longe
Lieu dit la Col­longe
42820 Ambier­le
Télé­phone : 04 77 64 40 79
Vis­ites sur ren­dez-vous
Leur site

img_0941_weekendroannaisenfamille

Domaine de la Rochette

Pre­mière infor­ma­tion : la Loire compte de nom­breux vitic­ul­teurs.
Deux­ième infor­ma­tion : le Côte-roan­naise est AOC.
Troisième infor­ma­tion : le lien entre la Loire et la Vin remonte à l’époque gal­lo-romaine.

Bref, il faut au moins aller vis­iter un vig­no­ble !

Et si vous pensez que déguster des vins, au milieu des vignes, n’est pas une activ­ité famil­iale, j’ai une astuce pour vous : prévoir une bouteille de jus de fruits. Ain­si, quand l’enfant voudra vous arracher votre verre en dis­ant « et moi, et moi !» hé bien vous n’aurez qu’à lui pro­pos­er son pro­pre verre !

C’est ain­si que Petite Oreille s’est retrou­vée à courir dans les vignes du Domaine de la Rochette. Ici, c’est une his­toire de famille. Antoine Néron tra­vaille avec son père et son oncle, qui ont pris la suc­ces­sion de leur père, qui avait lui-même repris l’exploitation du grand-père. Avant cela, le domaine apparte­nait à une autre famille, mais il existe depuis le XVI­Ième siè­cle !

La qua­si-total­ité du vig­no­ble est en agri­cul­ture biologique, et ils priv­ilégient la vente directe. Le cadre est mag­nifique, le vin très bon (j’y con­nais rien, je sais juste si j’aime ou pas ! Mais je sais qu’ils ont une très bonne répu­ta­tion !) et la dis­cus­sion est très agréable tant ils sont pas­sion­nés !

Domaine De La Rochette
42155 Ville­mon­tais
Télé­phone : 04 77 63 10 62
Leur site.

img_1216-weekendroannaisenfamille img_1224_weekendroannaisenfamille


Mon matériel photo sur ce voyage

LoireForez2016_001
Appareil reflex Canon 5d mark II // Objec­tif Canon 16–35 II


Plus d’articles sur la Loire

Ce voy­age est le fruit d’une col­lab­o­ra­tion entre Loire Tourisme et le Col­lec­tif des Blogueurs Voy­age. Néan­moins, je garde toute lib­erté quant à mon con­tenu édi­to­r­i­al.

25 Commentaires

  1. Encore une fois, un beau reportage. J’aime par­ti­c­ulière­ment les pho­tos de l’abbaye et du château ain­si que celle de la petite fille qui fait un sham­po­ing. 🙂
    Je ne con­nais­sais pas cette région mais cela donne envie vrai­ment de s’y per­dre pen­dant quelques jours. Mer­ci pour le partage et pour les pré­cieux con­seils. A bien­tôt pour de nou­velles aven­tures.

  2. Bon­jour Madame Oreille,
    Mer­ci pour ce très bel arti­cle, qui je suis sûre va don­ner envie aux gens de venir décou­vrir notre belle région !
    Mer­ci égale­ment d’être passée nous voir chez Létol, vos pho­tos sont mag­nifiques !

    Bien Létole­ment,

  3. Superbe reportage. Je suis de la région et je dois avouer que je m’y trou­ve très bien. Par con­tre, lorsque vous êtes passée par Ambier­le, vous avez un mag­nifique musée de France sur la vie quo­ti­di­enne de 1840 à 1950. Il s’agit du musée Alice Tav­erne, du nom de sa créa­trice, Ouvert en 1951. Il est situé rue de la Grye à Ambier­le, juste der­rière la boulan­gerie. La vie d’autrefois y est très bien représen­tée par une riche col­lec­tion fort bien mise en valeur dans une demeure d’époque. 2000 mètres car­ré d’exposition. Peut-être aurez-vous l’occasion de repass­er pour le vis­iter, vous ne serez pas déçue. Con­vient égale­ment pour les enfants. Bonne con­tin­u­a­tion sur ces reportages de très bonnes qual­ités.

  4. Mag­nifique reportage qui met bien en valeur tant par la qual­ité des images que par la per­ti­nence des com­men­taires la région roan­naise en général et celle de Char­lieu en par­ti­c­uli­er.

  5. Ouf, enfin un réc­it de voy­age qui dépasse le car­ac­tère pédant de beau­coup d’entre eux et le cadre de ces dépli­ants touris­tiques stéréo­typés sans âme. L’association de « Petite Oreille » lui rend un charme fou et une telle fraicheur!! L’écriture sim­ple réus­sit à nous entrain­er dans ce par­cours, nous devenons un com­pagnon « fan­tôme», mais cap­tivé par l’œil, la verve de la nar­ra­trice.
    Je me per­me­ts trois pré­ci­sions (on ne peut pas tout voir bien évidem­ment): le petit vil­lage médié­val du Crozet.
    A Ambier­le le musée Alice Tav­erne (vie fin XIX début du XX siè­cle). Ce musée dépourvu de moyens financiers pour met­tre en valeur avec les tech­niques actuelles une col­lec­tion excep­tion­nelle de la vie de cette époque, mérite une vis­ite pour le soutenir. N’oublions pas que nous sommes tous issus de ce monde rur­al et que pour com­pren­dre notre époque et appréhen­der notre avenir, la con­nais­sance de nos racines sont indis­pens­ables.
    En cours de réal­i­sa­tion pour le grand pub­lic (non vis­i­ble actuelle­ment, par­fois quelques jours de décou­vertes) à St Romain la Motte, Pierre Marte­lanche un vigneron illet­tré entre 1900 et 1923 façonne, cuit, des stat­uettes sous le regard moqueur de l’entourage. Dans ses œuvres, il imag­ine une société humaine, une libéra­tion des femmes par l’instruction, un épanouisse­ment de l’être humain. Très rare dans la cul­ture pop­u­laire ce type de réal­i­sa­tion (Voir son nom sur inter­net et vidéo de cette décou­verte récente, la parole doit circuler......penser à la méth­ode bouche à oreilles!!!!!!

  6. mer­ci madame pour met­tre en valeur ma région roan­naise , je suis dans le côté le plus mécon­nu à l ouest direc­tion Beau­jo­lais .. à voir quand vous y revien­drez

  7. Félic­i­ta­tions chère madame. Notre roan­nais mérite bien ce beau reportage.
    Comme vous j’ai beau­coup voy­agé j’aime les paysages et les gens. Actuelle­ment à la retraite dans les Hautes Pyrénées. C’est beau !
    Né à Mably en 1944, étudié à Char­lieu, tra­vail­lé à Chervé Per­reux et vécu à Ambier­le où j’ai apporté ma pierre au renou­veau du Prieuré et à la réan­i­ma­tion du musée Alice Tav­erne jusque dans les années 1990 !
    Vous com­pren­drez que ce reportage m’a beau­coup touché surtout avec la présence d’une petite Oreille qui laisse présager un bel avenir
    Bon voy­age et de belles pho­tos

  8. Salut à vous belle voyageuse.
    Mag­nifique reportage, très bel échan­til­lon­nage de cette belle région, vous don­nez envie d’y aller et je vois que vous avez appré­cié son accueil chaleureux.
    Je suis orig­i­naire de St Jean St Mau­rice et vous avez très bien ven­du ce petit coin de France à l’écart des grands cir­cuits touris­tiques, car pour moi, la Loire com­mence au Mt Ger­bier de Jonc (sa source), elle dis­parait après St Éti­enne (on en par­le plus) pour réap­pa­raitre après Neu­ver jusqu’à son embouchure et là, vous met­tez une belle lumière sur cette région don j’étudie la flo­re sauvage depuis une quin­zaine d’année.

    Mer­ci et con­tin­uez à nous ravir de vos reportages.

  9. Ces belles pho­tos me con­fir­ment, s’il en était besoin, que j’ai eu rai­son de revenir vivre dans cette région..
    A not­er pour ceux qui en douteraient que les couleurs sont d’origine !
    Mer­ci pour ce tra­vail.

  10. Mon mari et moi sommes nat­ifs de la ville de Roanne que nous avons quit­tée en 1972 pour rai­son pro­fes­sion­nelle. Pen­dant des années nous y sommes retournés lors des con­gés sco­laires. J’adore per­son­nelle­ment les bor­ds de Loire où j’allais à la pêche avec mes par­ents, au château de la Roche par exem­ple, aux piles de St Mau­rice. Cette région est mag­nifique, très ver­doy­ante, et mal­gré que je l’a quit­tée à 25 ans, j’en ai main­tenant 70 je me sens tou­jours de la bas. J’habite main­tenant dans le sud de la France, mais mon coeur est tou­jours sur les bor­ds de cette belle Loire. Mer­ci pour ce mag­nifique reportage que je vais con­serv­er . Gisèle Jacquy

  11. Très belle pho­tos de nos vil­lages qui méri­tent d’être encore plus con­nus, il faut saluer égale­ment les com­merçants de tout ces vil­lages qui essaient de les faire vivre et éla­bor­er des cuisines locales avec des pro­duits locaux, tout cela méri­tent d’être rap­pelé lors d’un prochain reportage je l’espére

  12. mer­ci pour ce beau reportage ‚je suis native de Roanne ‚et j’ai con­nue les 3/4 des endroits que vous avez mon­tré ‚ça m’a remué le coeur,je vis depuis 33 ans à bor­deaux et viens tous les ans voir mes cousins et amis d’enfance de roanne,perreux ‚pouil­ly-les- nonains...bravo à vous

  13. Pour Jacquy Gisèle : (en espérant qu’elle lira le mes­sage)
    Votre mari était-il Pro­fesseur Tech­nique ? Sor­tait-il de l’Arsenal de Roanne
    L’âge et le départ de Roanne sem­ble bien cor­re­spon­dre

    POUR LE REPORTAGE « BRAVO», il y aurait eu un petit pas­sage sur Saint Bon­net des Quarts sur ses paysages et son Auberge de Béca­ja ça m’aurait fait plaisir (j’y suis né)

  14. J » ADORE LA LOIRE, sa ver­dure, ses collines, son art de vivre, le bien manger, ses hommes de la terre, etc..

    MERCI POUR VOS BELLES PHOTOS ET VOS CONSEILS DE VISITES, DE DECOUVERTES.

  15. Tout sem­ble si beau à tra­vers votre regard...
    Bel ouvrage, le Roan­nais est sub­limé. Quelle fab­uleuse ambas­sadrice vous êtes. Mer­ci.
    Une habi­tante du Roan­nais

  16. Native de Roanne et émi­grée dans le Forez, mer­ci de met­tre en valeur mes deux coins de Par­adis. Cette région est mécon­nue et ses habi­tants ne savent mal­heureuse­ment pas la « ven­dre »... par con­tre, petite pré­ci­sion, ce n’est la Loire qui passe aux bar­rages du Rouchain et du Char­train... Mais peut-être ai-je mal lu... A bien­tot a tous sur nos mag­nifiques ter­res

  17. J’ai décou­vert le blog il y a quelques heures en cher­chant des bonnes adress­es sur Brux­elles, et depuis je me balade, je n’arrive pas à m’arrêter. Sauf que là, je suis oblig­ée de m’arrêter : WOUAH cet arti­cle ! Je suis orig­i­naire de cette région, et wouah wouah wouah, les pho­tos sont mag­nifiques, les vis­ites bien choisies, les textes justes, j’ai presque les larmes aux yeux de voir tout ça depuis mon apparte­ment parisien 😉 Mer­ci pour toutes ces émo­tions, et un grand bra­vo pour le tra­vail qui se cache sous tout ça ! Vive­ment le prochain wk chez mes par­ents !

  18. Bon­jour, j’aimerai utilis­er une de vos pho­tos pour un arti­cle de blog. Est-ce pos­si­ble ? Je vous cite bien enten­du. Dites moi si cela vous pose prob­lème et je la sup­primerai tout de suite.
    Au pas­sage j’adore votre blog et je vous remer­cie pour le partage de vos voy­ages et vos pho­tos. Tout est superbe !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest