Recette pour un week-end en famille réussi dans le Berry

Par­fois on a envie de fraîcheur. Un truc sim­ple, sain, avec des goûts naturels. Ça peut être un smooth­ie, ou un week-end loin de la ville. Un week-end loin de tout. Loin du bruit et des oblig­a­tions.
Hors de ques­tion de boire du jus de con­com­bre pen­dant trois jours, mais la détox numérique est peut-être le zeste qui trans­forme le cock­tail « week-end sym­pa » en « super sou­venir » ?

Les ingré­di­ents de base de la recette sont un papa, une maman, coucou Frigide des par­ents heureux et une petite fille pleine de vie. On les cueille au réveil pour les faire revenir dans un train, direc­tion le parc naturel région­al de la Brenne, dans le Berry.

Choisissez un coin dépaysant

Le choix de l’emplacement est cru­cial. Un endroit où l’on ne con­naît per­son­ne mais où tout le monde est chaleureux. Un endroit où l’on se sent bien, pas trop loin pour ne pas pass­er des heures dans les trans­ports, mais pas trop près pour avoir l’impression qu’on s’est éloigné de la mai­son. Nous nous sommes donc retrou­vés dans le Parc Naturel Région­al de la Brenne.

Parc naturel régional de la Brenne

Coupez les portables

De toute façon, y’a pas de réseau. Et c’est ce qu’on est venu chercher, une coupure. Se recen­tr­er sur nous, résis­ter à l’envie d’allumer Twit­ter. Bref, un week-end à trois, rien qu’à trois, sans clients qui appel­lent à 19h pour deman­der la HD d’une pho­to, sans noti­fi­ca­tion face­book, sans check­er ses mails.

Ajoutez deux vélos et une carriole

Parce que c’est un peu la déf­i­ni­tion du bon­heur, pour moi. Se promen­er lente­ment, s’arrêter où on veut, ne pas faire de bruit, enten­dre la nature, écouter les oiseaux.

IMG_4736

Mélangez le tout et pédalez !

Hop, le bébé dans la car­riole, et c’est par­ti pour une décou­verte de la Brenne, de ses paysages et de sa faune.

Parc naturel régional de la Brenne

Maison du Parc
Le Bouchet - 36300 Rosnay

Tout com­mence à la Mai­son du Parc. Une vieille longère berri­chonne avec ses pier­res appar­entes bicol­ores. Il y a peu de bâti­ments dans le parc, mais tous sont de ce style typ­ique.

Nous par­courons les éta­lages de pro­duits régionaux, décou­vrons la bio­di­ver­sité du parc ain­si que tous les cir­cuits acces­si­bles aux cyclo-touristes dans les alen­tours. La Brenne regorge de pistes cyclables, et ne com­porte qua­si­ment aucune mon­tée (juste beau­coup de faux-plats !). Le temps de tester les frittes de carpe, et nous grim­pons sur nos destri­ers : une boucle qui va nous men­er d’étang en étang pen­dant deux jours.

Parc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la Brenne
Le Pays des mille étangs porte bien son nom, ils sont ici très nom­breux (on en compterait 4000 !). Ils ont tous été crées par l’homme (oui, les 4000 !) à par­tir du Moyen-Age, péri­ode à laque­lle on a com­mencé à faire de la pis­ci­cul­ture sur ces ter­res impos­si­bles à cul­tiv­er (et c’est comme ça qu’on retrou­ve la fameuse carpe que nous man­gions avant de par­tir).

Les étangs sont en vase com­mu­ni­cant : tous liés entre eux. Ain­si, des mécan­ismes (ce que vous voyez à gauche sur la pho­to ci-dessus) per­me­t­tent de les vider de temps à autres, pour les assainir. La plu­part sont aujourd’hui encore privés, tou­jours util­isés pour le pois­son, d’autres sont main­tenant publics, et on peut aller y nag­er, faire du bateau ou du péda­lo !

Parc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la Brenne

Nous pédalons tran­quille­ment toute l’après-midi, tan­tôt sur le bitume, tan­tôt sur des chemins. Il fait chaud, c’est un bon pré­texte pour des paus­es régulières. On prend un verre et une glace à l’Auberge des But­tons, on se détend le long de l’étang de Belle­bouche, on s’arrête pour regarder les chevaux, les vach­es ou les oiseaux. La journée passe vite quand on est ain­si décon­nec­tés de tout !

Nous rejoignons notre héberge­ment pour la nuit, une petite cham­bre d’hôtes dans le nord du parc. Elle est tenue par un cou­ple, Sylvie et Patrick Luneau, tous deux pas­sion­nés par les ani­maux. Cinéaste ani­malier, il accom­pa­gne sou­vent ses hôtes pour une soirée au bord des étangs envi­ron­nants.
Nous mar­chons un peu. Il nous mon­tre les hérons bihore­aux, les aigrettes. Peu à peu les oiseaux s’endorment, les étangs sem­blent calmes. Nous nous instal­lons au bord d’un étang vide pour le pique-nique. Patrick monte sa longue-vue. Le soleil décline douce­ment et nous scru­tons l’horizon. Soudain, le voilà ! Un cerf ! Nous sommes chanceux, il tra­verse douce­ment avant de dis­paraître dans les herbes...

Parc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la Brenne

Parc naturel régional de la Brenne

Chez Sylvie et Patrick Luneau
luneau4@wanadoo.fr
Les loges de Cousin nord 
36290 Mézières en Brenne

Nous regagnons la mai­son alors que la nuit est tombée. Nous mar­chons dans le noir au bruit des oiseaux noc­turnes et autres batra­ciens. Patrick partage ses astuces pour l’observation avec nous. Plus que jamais, la Brenne sem­ble être géniale pour qui aime les ani­maux, et ça nous donne envie de revenir à une sai­son plus prop­ice. A deux semaines près, nous auri­ons peut-être pu enten­dre le brame du cerf, ou voir les tortues en pleine péri­ode de repro­duc­tion !

Parc naturel régional de la Brenne

Parc naturel régional de la Brenne

La mai­son de Sylvie et Patrick est mag­nifique, pleine de charme et de goût. Nous dor­mons comme des loirs et c’est à regret que nous par­tons, tôt, après le petit déje­uner. Non que nous ayons beau­coup de route, mais je veux prof­iter des lumières mati­nales, et retourn­er aux étangs observ­er les oiseaux.

Parc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la Brenne

Des dizaines de cygnes ont passé la nuit là. Ils s’éloignent alors que nous nous appro­chons. Le temps s’arrête un instant alors que nous nous instal­lons au bord, dans l’herbe encore humide. On regarde la brume se dis­siper, les ragondins nag­er tran­quille­ment et le soleil le lever pour une nou­velle belle journée en per­spec­tive.

Parc naturel régional de la Brenne

Nous prenons tran­quille­ment la route avant que le soleil soit trop haut. C’est un dimanche matin. On ne croise pas grand monde, juste quelques clubs de cyclistes dans leur sor­tie heb­do­madaire.

Parc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la Brenne

Maison de la Nature et de la 
réserve naturelle de Chérine
Toutes les infos sur leur site

Nous nous ren­dons dans la réserve naturelle de Chérine. Après une vis­ite de la jolie expo­si­tion qui se tient à l’intérieur de l’accueil (un car­net de voy­age géant, mêlant pho­tos et dessins, je ne pou­vais qu’aimer !), direc­tion les obser­va­toires. Un pon­ton, puis un petit chemin, mène à deux petites cabanes en bois d’où on peut observ­er la bio­di­ver­sité en toute dis­cré­tion. On regarde les grenouilles, par dizaines autour de nous, on aperçoit quelques têtes de tortues qui plon­gent rapi­de­ment dans l’eau...

brenne_10Parc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la BrenneParc naturel régional de la Brenne

J’aime beau­coup ce genre d’endroit. Au calme du lieu se mêle l’hyperactivité de la vie ani­male. On peut aus­si bien s’assoir et prof­iter du silence apaisant, que ten­dre l’oreille et regarder partout pour repér­er des ani­maux par dizaines. Nous y restons un long moment puis nous met­tons en route : nous avons ren­dez-vous avec un autre type d’animal...

Dep'âne 
10, le Temple - 36300 ROSNAY

Un âne ! Ça fait quelques temps que j’ai envie de tester la ran­don­née avec un âne, et nous prof­i­tons de ce séjour pour faire quelques pas aux côtés de Car­o­line. Nous avons lais­sé vélos et car­riole à l’étable, mis quelques vivres dans les sacoches, et hop, c’est par­ti pour un petit tour dans la forêt.

Car­o­line a son car­ac­tère, et un goût pronon­cé pour les poires et l’herbe fraîche, mais l’expérience est amu­sante. Elle marche avec nous, por­tant nos affaires, et notre petit mon­stre est fascinée par cet âne.
Finale­ment, out­re le fait que marcher avec un âne amuse for­cé­ment les enfants, j’y vois deux avan­tages : pas de sac à dos, et surtout, une oblig­a­tion à la lenteur. Impos­si­ble de faire le tra­jet au pas de course. On se règle sur le rythme de Car­o­line et on prof­ite !

brenne_11

Car­o­line n’était pas d’accord pour porter nos vélos jusqu’à notre point de retour, alors on l’a ren­due à ses pro­prié­taires et on a recom­mencé à pédaler.

brenne_12

Et le séjour s’achève où il avait com­mencé, à la Mai­son du Parc. Nous ren­dons les vélos et nous instal­lons pour quelques bois­sons à l’ombre. Mon­sieur Oreille sirote une bière locale, le petit mon­stre a droit à une glace et je prof­ite des derniers instants pour jouer sur le bord de l’étang avec les grenouilles habituées aux vis­i­teurs.

brenne_13Parc naturel régional de la Brenne

Infos pratiques

Quand y aller : nous y étions le dernier week-end d’août et il y avait quand même pas mal d’animaux à observ­er, mais c’est haute­ment plus impres­sion­nant dans des péri­odes plus prop­ices. Ain­si à par­tir de mi-sep­tem­bre vous pou­vez enten­dre le brame du cerf, et observ­er les tortues en pleine péri­ode de repro­duc­tion.
Cer­tains oiseaux hiver­nent en Brenne (les grues notam­ment), par­fois en grand nom­bre, mais la meilleure péri­ode reste bien sûr le print­emps avec les migra­tions.

Où dormir : Chez Sylvie et Patrick Luneau (luneau4@wanadoo.fr / Les loges de Cousin nord – 36290 Méz­ières en Brenne), cham­bre d’hôtes vrai­ment sym­pa, par­faite pour un cou­ple avec un jeune enfant (ou sans, hein). 

Où manger :

  • La Mai­son du Parc, Le Bouchet, 36300 Ros­nay : ce n’est pas un restau­rant à pro­pre­ment par­ler, mais ils ser­vent des repas le midi (frittes de carpes, tartines...) et des crêpes pour le gouter. Avec une ter­rasse ombragée et agréable, c’est par­fait !
  • Auberge des but­tons, Le Rian­vert, 36300 Ros­nay : petite ferme auberge, nous nous y sommes arrêtés par hasard pour un rafraichisse­ment... et sommes restés pour manger un morceau. Les pro­prié­taires étaient adorables.
  • Auberge de La Gabrière, 36220 Linge : adresse bien con­nue, il vaut mieux réserv­er tant la ter­rasse se rem­plit vite. Nous y avons très bien mangé !

 

Plus d’informations sur le site de l’Office de Tourisme.

Ce séjour est le fruit d’une col­lab­o­ra­tion entre le Col­lec­tif des blogueurs voy­age et Berry Province. Je reste libre de mes choix édi­to­ri­aux !

13 Commentaires

  1. Ayant de la famille à Château­roux j’ai fait une ran­do autour des étangs mais les jours précé­dents il avait telle­ment plu que je n’en garde pas une impres­sion aus­si bucol­ique. .. ton bil­let m’incite à renou­vel­er la ran­do... du coup je vais ré regarder mes pho­tos du coin. Mer­ci pour ton partage.

  2. Elle bien belle notre région et elle mérite bien d’être con­nu. Si vous voulez vous décon­necter totale­ment de nos vies stessées c’est le bon endroit.

  3. Quelle jolie balade... Juste, com­ment avez-vous fait pour reli­er la gare (de Château­roux ?) au Parc ? J’ai envoyé un mail au ser­vice de tourisme du parc et ils me recom­man­dent de louer une voiture 🙁 Ce qui n’est pas du tout le trip de départ, tu t’en doutes !!

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest