Trilogie galloise, deuxième partie : le charme humide de Beddgelert

Coupons tout de suite tout sus­pens : nous sommes arrivés à Bed­dgel­ert sous la pluie, et nous avons quit­té Bed­dgel­ert sous la pluie. Pour­tant, ça restera un bon sou­venir pour toute la famille. Mon­sieur Oreille est tombé sous le charme des vielles pier­res, notre fille a fait un truc qu’il ne fau­dra pas dire au pédi­a­tre, et moi j’ai appré­cié nos min­is ran­dos, même humides.

Après un Llan­ber­ris pra­tique­ment vide, je suis assez sur­prise de débar­quer dans un Bed­dgel­ert où de nom­breux touristes se promè­nent façon « un petit coin de para­pluie pour un coin de par­adis ». Une riv­ière tra­verse le cen­tre, bor­dée de mag­nifiques maisons en pier­res. La moitié des gens que nous croi­sons sont en train de déguster des cor­nets de glace, détail qui nous paraît rel­a­tive­ment incon­gru pour un après-midi plu­vieux dans le nord du Pays de Galles !

B-snowdonia-01_beddgelert

Bed­dgel­ert doit son grand nom­bre de touristes à un for­mi­da­ble coup mar­ket­ing... réal­isé au XVI­I­Ième siè­cle. Bed­dgel­ert sig­ni­fie « tombe de Gel­ert » et, même si le vil­lage tire son nom d’un Saint, un hôte­lier eut l’idée géniale d’essayer de s’approprier une légende. C’est l’histoire d’un Prince gal­lois du XII­Ième siè­cle qui, ren­trant de la chas­se, ne trou­ve plus son bébé dans son berceau. Du sang cou­vre le sol, et Gel­ert, son chien, est tapis dans un coin, du sang sur les babines. Dans sa colère, le Prince tue immé­di­ate­ment le chien, avant d’entendre un cri d’enfant... Le bam­bin est indemne, plan­qué sous son berceau, juste à côté du cadavre d’un loup. Réal­isant son erreur, le Prince se mor­fond est fait enter­rer Gel­ert en grandes pom­pes funèbres.

Cette légende existe dans de nom­breuses cul­tures, mais l’idée de génie réside dans le fait que le chien Gel­ert a réelle­ment une tombe, au pied d’un arbre, juste der­rière l’église du vil­lage. Laque­lle est vis­itée par tous les touristes, bien sûr, qui ran­don­nent dans les envi­rons, et man­gent des glaces !

Nous atten­dons patiem­ment une accalmie puis ten­tons une pre­mière prom­e­nade : direc­tion le lac de Bed­dgel­ert, à moins d’une heure de marche. Nous enjam­bons les flaques en appré­ciant le petit chemin pié­ton, loin de la route. C’est vrai­ment ce que je retiendrai de Snow­do­nia : le pié­ton est vrai­ment roi et tout est fait pour encour­ager la ran­don­née.

B-snowdonia-02_beddgelert

Le lac devrait être superbe. Tou­jours ces couleurs, ce rouge, ce jaune et ce vert, comme à Llan­ber­ris la veille. Mais la brume avale les mon­tagnes envi­ron­nantes, et cache les paysages. Nous envis­ageons un instant de pour­suiv­re la ran­don­née vers l’un des som­mets, cer­tains marcheurs s’y risquent. Mais nous seri­ons per­dus dans les nuages, sans pour autant pass­er au-dessus. Tant pis pour la prom­e­nade, nous ren­trons enquêter en ville sur ces fameuses glaces !

 

B-snowdonia-03_beddgelert

Certes, quand on marche sous la pluie et qu’on est tout mouil­lés, on pour­rait être ten­tés d’aller plutôt boire un truc chaud au coin du feu. Mais ces glaces m’intriguent. Oui, je fais une fix­a­tion sur ces crèmes glacées. Il doit bien y avoir une expli­ca­tion, non ?[pul­lquote align=right] L’adresse pour de super glaces : Glaslyn Ice Cream, Stryd Gwynant, Bed­dgel­ert
[/pullquote] Bon, 0K, y a pas de supsens non plus : ce sont juste de très très bonnes glaces arti­sanales, qui pour­raient rivalis­er avec de nom­breuses glaces dégustées en Ital­ie (instant con­fes­sion : je ne par­le jamais de nour­ri­t­ure sur ce blog, je suis une très mau­vaise cuisinière, mais j’ai une vraie pas­sion pour les glaces, et passe mes étés à tester tout ce que je peux dans ma machine à glace !).
Le glac­i­er a reçu des dizaines de prix pour de nom­breux par­fums, tout est bien présen­té, et les por­tions sont pour une fois généreuses (pas une mini boule dans un cor­net vide). Et tout le monde s’est régalé, même mon petit mon­stre (qui n’était pas en âge, certes, ne dites rien à per­son­ne).

 

 

3 Commentaires

  1. Promis on ne dira à per­son­ne que ton petit mon­stre aime les glaces 🙂 Il faut absol­u­ment que tu viennes à Berne, il y a les meilleures glaces que j’ai mangé de ma vie et je pense (je suis même sûre) qu’il faut que tu goûtes ces mer­veilles en tant que fan et tes­teuse de glace. J’ai adoré décou­vrir Snow­do­nia dans ton pre­mier arti­cle et j’adore tout autant cet aspect plu­vieux et mag­ique du sec­ond.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest