fbpx

San Francisco, troisième jour

Pour notre troisième jour, nous avons beau­coup hésité. Vis­iter le reste de la ville ou par­tir en vélo voir des séquoïas. Nous voulions tester le tan­dem depuis longtemps. On a atten­du le matin, et comme le ciel était un peu moins menaçant que les jours précé­dents, nous nous sommes lais­sés ten­ter.

Muir Woods est à une trentaine de kilo­mètres, c’est fais­able dans la journée, il est encore tôt.
Le pre­mier kilo­mètre est un peu com­pliqué, il faut per­dre nos reflex­es et s’habituer au tan­dem. Le deux­ième est un peu plus com­pliqué parce qu’on com­prend qu’être à deux sur un tan­dem ne veut pas dire que nos forces vont s’ajouter, au con­traire, on a l’impression que nos poids sont mul­ti­pliés par qua­tre, tant on peine. Des mon­tées qui auraient été faciles avec nos vélos devi­en­nent des cal­vaires.
Après une pause déje­uner, on décide de ten­ter quand même d’aller jusqu’à Muir Woods. Mais c’était sans compter sur la carte du loueur du vélo : on n’a pas arrêté de se per­dre parce qu’il manque les trois quarts des rues et qu’elle n’est pas à l’échelle ! On réus­sit à rejoin­dre un pre­mier parc, dans lequel on tourne en rond une bonne heure avant de ren­tr­er par Tiburon (et de ter­min­er sur un sprint pour ne pas louper le fer­ry !).

Et dans la foulée, le car­net pra­tique :
Pour se déplac­er dans San Fran­cis­co, on peut acheter des tiquets à la journée, à la semaine, etc. Deux tick­ets pour un jour coû­tent plus cher qu’un bil­let pour trois jours, il faut donc faire le cal­cul. Vu la taille de la ville, il est assez dif­fi­cile de se pass­er com­plète­ment des trans­ports...

Les attrac­tions pour touristes se trou­vent sur les quais (« pier »). Ils sont numérotés. Au pier 39, pra­tique­ment le dernier, c’est LE lieu des restau­rants (testez les soupes de fruits de mer servies dans des boules de pain, qu’ils appel­lent « chow­der », c’est pas cher et déli­cieux !) et des bou­tiques. C’est égale­ment là que squat­tent les lions de mer. Au pier 33, c’est le départ pour Alca­traz. Idéale­ment, il vaut mieux pass­er dans l’après-midi et acheter des bil­lets pour le lende­main, si on veut éviter la queue. Il est égale­ment pos­si­ble de réserv­er sur inter­net. Nous nous sommes d’ailleurs fait avoir : la vis­ite noc­turne était indisponible pour les dix prochains jours. Elle est légère­ment plus chère, mais donne accès à cer­tains zones qui sont fer­mées en journée.

Pour le loge­ment, nous avons trou­vé une cham­bre au « Best West­ern Car­riage Inn » et je ne sais pas trop quoi en penser. C’est bien situé pour accéder au tramway et vis­iter la ville, mais en même temps, le quarti­er n’est pas for­cé­ment ter­ri­ble. Dis­ons qu’il y a quelques attrac­tions « mas­cu­lines », quelques deal­ers et des dizaines de sdf. Cela étant, on a eu l’impression d’en crois­er partout dans la ville... A Cas­tro, on a même ren­con­tré une infir­mière qui venait d’appeler la police parce qu’un sdf était en très mau­vais état.
La cham­bre était cor­recte. On vous laisse accéder à de l’eau chaude toute la journée, ce qui est pra­tique pour se faire des soupes. Par con­tre le petit déje­uner est som­maire, muffins et café.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest