fbpx

Quelques pistes pour prendre un portrait dans des conditions difficiles

Il y a quelques temps, je vous par­lais des gold­en hours, ces deux moments dans la journée où la lumière est la plus belle. C’est surtout vrai pour les paysages, mais une mau­vaise lumière peut aus­si gâch­er un por­trait : ombres trop présentes et trop dures, arrière plan trop lumineux, etc. Cepen­dant, en voy­age, on a par­fois envie de pren­dre des pho­tos à n’im­porte quelle heure, on ne choisit pas quand va se pro­duire une super ren­con­tre. Je vais donc essay­er de vous don­ner quelques idées pour met­tre toutes les chances de votre côté à la prise de vue.

Pour cela, l’ar­ti­cle d’au­jour­d’hui va se dérouler autour de « la fontaine aux morts », un char­mant lavoir à côté de chez mes par­ents (oui, je suis car­ré­ment par­tie en week-end afin de trou­ver le lieu idéal pour abor­der ce sujet !). Nous sommes début juin, il n’y a pra­tique­ment pas de nuages, et il est midi : on ne peut pas franche­ment dire que les con­di­tions soient opti­males ! Les pho­tos ont été pris­es avec Mon­sieur Oreille(r) pour l’ar­ti­cle, à titre d’il­lus­tra­tion (sans pré­ten­tion artis­tique (oui, j’aime les par­en­thès­es (et alors ?))).

Pour vous présen­ter le lieu, nous avons donc une zone en plein soleil, claire (1), et une zone dans l’om­bre (2) :

Je n’ai volon­taire­ment pas retouché la pho­to pour bien mon­tr­er les dif­férences de lumi­nosité entre les zones.
La pre­mière ten­ta­tion pour­rait être de met­tre le sujet au soleil : en zone 1. Après tout, la lumière est pri­mor­diale en pho­togra­phie. Voici ce que ça donne selon que, placé au même endroit, le mod­èle pose son regard vers le soleil ou non (créant ain­si une zone d’om­bre sur son vis­age). Vous pou­vez cli­quer dessus pour les agrandir, comme sur chaque image.

On ne peut pas dire qu’il soit vrai­ment à son avan­tage (out­re le fait qu’il se soit fait couper les cheveux vrai­ment trop court le matin-même). Soit son vis­age est com­plète­ment dans l’om­bre, soit le soleil de midi crée des ombres très dures, peu esthé­tiques.

Deux­ième solu­tion, le met­tre à l’om­bre : zone 2.

On n’a fait que quelques pas mais la dif­férence est plus que notable : lorsqu’on est à l’om­bre, on ne perd pas seule­ment en lumi­nosité, on gagne aus­si en douceur. La lumière est naturelle­ment dif­fusée. Là où ses yeux étaient com­plète­ment per­dus dans de gross­es ombres dures, ils sont ici beau­coup plus en valeur. On n’y pense pas for­cé­ment spon­tané­ment, mais à midi, il vaut mieux faire une pho­to à l’om­bre !

Vous remar­querez qu’il y a trois numéros sur la pre­mière pho­to et qu’on n’a pour l’in­stant par­lé que des deux pre­mières : le plein soleil et l’om­bre. La troisième zone peut pour­tant être intéres­sante à exploiter. Il vous fau­dra regarder autour de vous et voir ce que vous pou­vez tir­er du lieu où vous vous trou­vez. Quelle est la par­tic­u­lar­ité de la zone trois ? Elle est à l’om­bre, mais proche du mur de pier­res ensoleil­lé.


La lumière, c’est comme le bil­lard (ou le son...) : ça rebon­dit. Un mur blanc en plein soleil agit comme une deux­ième source de lumière. J’in­siste bien sur le blanc du mur ; le noir absorberait la lumière tan­dis qu’un mur col­oré, lui, aurait par con­tre ren­voyé une lumière col­orée (de son teint) ! Ce qui peut être joli, mais à vous de voir selon ce que vous voulez faire (et selon le mur à dis­po­si­tion...).

Le lavoir était le lieu par­fait pour cette démon­stra­tion, mais que faire si on n’a vrai­ment pas le choix ? Aucune zone ombragée, aucun réflecteur naturel ? Hé bien on peut jouer du flash.
Je vous entends déjà dire que le flash c’est moche, que les peaux ressem­blent à du fro­mage blanc, que les mod­èles ont des airs de lap­ins pris dans des phares de bag­nole avec des gross­es ombres bien laides. Oui, mais le flash, ça se règle.
On appelle ça du fill-in. Il s’ag­it d’u­tilis­er le flash, en bais­sant sa puis­sance, pour rajouter un peu de lumière dans les zones trop bouchées.

Le flash va agir comme lumière d’ap­point pour des ombres un peu moins présentes. Les deux cou­ples de pho­tos ont été pris­es avec les mêmes réglages, à une sec­onde de décalage en util­isant sim­ple­ment le flash inté­gré de mon reflex (sur celles de droite).

L’im­por­tant, c’est de ne pas bal­ancer le flash à pleine puis­sance, sous peine d’avoir un ren­du pas très naturel. Dans le menu de votre appareil, cherchez le réglage de votre flash inté­gré et bais­sez-le. Prenez ensuite votre pho­to nor­male­ment avec le flash ouvert.
Si votre appareil ne per­met pas de régler le flash, foutez-le aux chiottes essayez de le dif­fuser en plaçant du papi­er blanc devant. N’ayez pas peur, le flash est puis­sant mais court : il ne chauffe pas, ça ne pren­dra pas feu !

Pré­ci­sion : il s’ag­it bien ici de l’u­til­i­sa­tion du flash dans le cadre d’un por­trait ; si vous l’u­tilisez pour pren­dre un paysage, vous avez juste l’air ridicule.

23 Commentaires

  1. Mer­ci pour ce post et tes posts en général, qui sont très utiles pour les débu­tants ! J’es­saye d’ab­sorber pour savoir quoi faire au bon moment !

    1. Hé bien mer­ci Lucie ! C’est Lili (http://www.vuesdechine.com/) qui m’a don­né l’idée de et arti­cle en me deman­dant quelque chose sur la lumière en por­trait. Si tu as des sujets que tu aimerais voir abor­der, n’hésite pas !

  2. Accroc aux par­en­thès­es, tu nous fais une par­en­thèse puis­sance 4 la prochaine fois 😉
    En pas­sant, moi j’aime bien avec les ombres mais c’est per­so... sans, je trou­ve cela trop net :/

  3. Mer­ci de l’in­fo !
    Dans mon pre­mier cours de pho­to­jour­nal­isme, la pre­mière chose que mon prof m’a dite c’est « tu vois le flash ? » oui. « Ne pense même pas à t’en servir ».

    Comme quoi, y a tou­jours des excep­tions !

  4. Piotr : oui, j’aime les par­en­thès­es ! C’est par­fait pour les pré­ci­sions (ou les con­ner­ies) ! 🙂
    Amu­sant que tu préfères les gross­es ombres... Ça cache vache­ment les yeux quand même. Autant j’aime les lumières dures et les ombres pronon­cées en stu­dio, autant en extérieur, j’aime la douceur. M’en­fin, après, la pho­to, c’est aus­si met­tre un ensem­ble de tech­niques au ser­vice de ses goûts !

    Annabelle : ça ne me sur­prend pas ! Je vais dire un truc méchant, mais je crois que les « anti-quelque chose » sont surtout des gens qui ne con­nais­sent pas la chose en ques­tion ! Comme les « pho­to­shop c’est pas de la pho­to », qui vien­nent surtout de paresseux qui ne veu­lent pas se plonger dedans ! 🙂
    Util­isé avec parci­monie, le flash est quand même un out­il intéres­sant, même si ce sera tou­jours mieux d’avoir une belle lumière naturelle...

  5. Pré­ci­sion : il s’agit bien ici de l’utilisation du flash dans le cadre d’un por­trait ; si vous l’utilisez pour pren­dre un paysage, vous avez juste l’air ridicule.

    C’est bien de le rap­pel­er 😀 Et je ne par­le pas des flashs dans les stades 😉
    Tu m’as bien fait rire.

    Sinon, je pense au fill-in, mais même à faible puis­sance le ren­du n’est pas naturel. Je n’avais pas pen­sé à sim­ple­ment pho­togra­phi­er à l’om­bre. Il y a quelques jours j’ai fait déplac­er des enfants au soleil, les pau­vres ils avaient la lumière dans les yeux mais on a bien rigolé 😀

  6. Dans les stades ou les con­certs, ça peut être utile pour bien dis­tinguer le crane du spec­ta­teur de devant 😀

    Tu utilis­es un cobra ou le flash inté­gré ? ça fait « col­lage » ?

  7. Merci­i­i­ii
    Tu as fait une heureuse !
    J’y penserai pour mes prochaines pho­tos, ca va bien m’aider. Et mer­ci a vous deux d’avoir fait des travaux pra­tiques pour moi 🙂

  8. Ye Lili : 🙂 j’e­spère que ça va cor­re­spond à ce que tu voulais et que ça t’aidera ! (et puis, c’est bien de ne pas avoir à réfléchir pour trou­ver des idées d’ar­ti­cles, je ne vais pas me plain­dre !)

  9. Arti­cle bien intéres­sant ! Il faudrait que je prenne des cours de pho­to, cela m’ap­prendrait plein de choses.

    Mer­ci 😉

    Now­Mad­Now

  10. Encore une fois mer­ci pour ces bons con­seils pho­tos. Je n’au­rais pas pen­sé immé­di­ate­ment à plac­er le sujet à l’om­bre pour réalis­er le por­trait. Après 3 ou 4 pho­tos ratées en plein soleil, je l’au­rai sure­ment déplacé vers l’om­bre pour tester sans pour autant être sur de mon coup. Main­tenant je sais !

  11. Bon­jour Madame Oreille !

    juste un petit mot pour te dire que je viens de te rajouter dans mes blogs favoris sur mon blog 🙂

    J’ai eu l’oc­ca­sion de lire quelques arti­cles que tu as écrit... bra­vo, du beau boulot !!!

    A bien­tôt par blogs inter­posés 😉

  12. Now­Mad­Now, Alex­is, Thib, je fais un tir groupé : mer­ci !

    Alex­is, c’est vrai que c’est pas dans nos réflex­es naturels, on cherche tou­jours la lumière...

  13. On peut aus­si faire rebondir la lumière en plaçant un car­ton fond blanc à quelques mètres du mod­èle et oblig­er le soleil à débouch­er les ombres sur le vis­age. Comme un gamin qui joue à vous bal­ancer les rayons du soleil dans les yeux avec son couteau à table... Pra­tique, mais il faut avoir sous la main un fond de car­ton blanc (à emporter dans le sac à dos, con­tre l’or­di), ou un plat en inox, ou une assi­ette bien blanche, bref tout ce qui fait réfléchir la lumière.

    Les pros empor­tent un réflecteur, pli­ant, rond, tout léger. A acheter sur le net, pas cher.

    Et je suis d’ac­cord avec toi : sur un por­trait il faut absol­u­ment capter le regard du sujet...

    😉

  14. Marie-Ange, là, tu me gâch­es un prochain bil­let ! ^^ (je fais beau­coup de stu­dio, mais j’ai mieux que le car­ton 😉 ) Mais je pense que les gens sus­cep­ti­bles d’u­tilis­er cet arti­cle utilis­eront plutôt l’en­vi­ron­nement où ils se trou­vent (ici je pro­po­sais le mur blanc) qu’un réflecteur, puisque ça fait encore un truc en plus à trim­baller, et surtout, ça demande sou­vent un assis­tant.

  15. encore un arti­cle qui me plait bien, mer­ci pour tous les con­seils que tu donnes. Pour les débu­tants comme moi qui aiment appren­dre, c’est vrai­ment tres bien !

  16. Pour ceux qui trou­vent que l’u­til­i­sa­tion du flash en fill-in fait per­dre les couleurs et tex­tures de la peau, il faut penser qu’il existe aus­si des dif­fuseurs qui s’adaptent sur les têtes de flash cobra et col­orés (jaune, bleu, rouge...) à utilis­er selon les besoins.

  17. Pour rebondir sur ce que dit Muz, j’ai aus­si découpé deux petites balles de ping pong, une blanche et une orange que je peux met­tre sur mon flash. J’en suis aux essais ! si ça marche ça va être génial car encom­bre­ment : zéro !

  18. Waow génial ! De très bons con­seils, et surtout très bien expliqués pour les new­bies comme moi !
    Mon pre­mier réflexe pour les por­trait est certes de met­tre le sujet au soleil. Comme quoi, cer­taines choses qui parais­sent évi­dente sont en fait com­plète­ment erronées !
    J’aime beau­coup ton style d’écri­t­ure, c’est léger, frais, diver­tis­sant, facile a lire !
    Bra­vo, je cours sur les autres posts !

  19. C’est décidé je me lance dans la lec­ture de (presque) tous tes arti­cles con­seils pho­tos (moi aus­si j’aime bien les par­en­thès­es).
    Ps tu m’as bien fait rire en plus de m’ap­pren­dre des choses ! 🙂

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest