fbpx

Quelques pas sur le GR20

Je rêvais du GR20, une ran­don­née mythique tra­ver­sant la Corse, une ran­don­née aus­si con­nue pour sa dif­fi­culté que pour ses paysages. En sep­tem­bre, l’oc­ca­sion m’a été don­née de rejoin­dre un groupe en Haute-Corse pour quelques jours sur le sen­tier rouge et blanc. Et j’ai sauté dans un train !

Le voy­age com­mence à Toulon, en une chaude fin de journée. J’ai quit­té la gri­saille parisi­enne, et me voilà à la ter­rasse d’un petit bar, dans le port. Je regarde le soleil déclin­er en atten­dant de rejoin­dre mon bateau. Ce soir j’embarque sur Cor­si­ca Fer­ries, pour une tra­ver­sée de nuit jusqu’à Bas­tia.

IMG_5388
A peine mes affaires déposées dans ma cab­ine, je rejoins le cap­i­taine. Petite chance et grand priv­ilège, je vais pou­voir assis­ter au départ depuis cet endroit stratégique qu’est le poste de com­mande. Pour ne pas éblouir l’équipage, les lumières sont éteintes. Chaque mou­ve­ment est mil­limétré, le navire est immense et il ne faut pas heurter le pont.
Lors d’un voy­age en car­go, il y a quelques années, j’avais appris que les entrées et sor­ties de port n’é­taient pas effec­tuée par les cap­i­taines mais par des pilotes employés dans chaque port. Ce sont eux qui con­nais­sent ain­si par­faite­ment les lieux et per­me­t­tent une manœu­vre flu­ide.

Le cap­i­taine de mon Cor­si­ca Fer­ry ne sem­ble pas stressé pour un sou. Il est silen­cieux, con­cen­tré mais sûr de lui, comme tout le monde dans la pièce.

IMG_5406 IMG_5411 IMG_5421

Ce départ tout en douceur est le prélude à une nuit elle aus­si sans remou, bercée par les flots. J’émerge tran­quille­ment alors que nous accos­tons à Bas­tia. Le soleil com­mence à peine à se lever. Pas le temps de vis­iter la ville, je grimpe dans un bus.

Calasi­ma. Le bus nous laisse sur un petit bout de park­ing, au bord d’une route sin­ueuse qui ser­pente les mon­tagnes et la val­lée de Niolu. Le vil­lage est con­stru­it à flan de colline, un peu loin de tout. On y croise quelques cochons et deux chiens.

Je ressers mes bretelles, san­gle mon sac, et fixe le col au loin : ce soir, je dormi­rai de l’autre côté.

IMG_5431

C’est une longue ascen­sion qui m’at­tend. Il nous faut rejoin­dre le GR20, et pour cela emprunter des chemins de tra­verse au milieu des pins lar­i­cio. Je me retourne, régulière­ment, avec ces mon­tagnes sub­limes qui sem­blent
me nar­guer. On les appelle les Cinque Frati, les cinq moines. Et les ecclési­as­tiques nous fix­ent, pas­sant de rocher en rocher, alors que le sen­tier est de plus en plus à pic.Certains pas­sages virent franche­ment à l’escalade. Je me retourne, ils n’ont pas bougé, satanés pitons.

IMG_5482
IMG_5498 IMG_5513

Au loin, au fond de la val­lée, je con­tem­ple le lac de Calacuc­cia, bien asséché. Il n’a pas plu ici depuis longtemps. A tel point que nous ne savons pas s’il sera pos­si­ble d’avoir une douche au refuge !

Enfin, nous atteignons le col de Fog­giale. Fini l’escalade dans les cail­loux, je suis un sen­tier tout doux jusqu’au refuge de Ciot­tulu di i Mori, le plus haut refuge du GR20 qui domine toute la val­lée. On peut y dormir en dor­toir, planter sa pro­pre tente ou en louer une. L’op­tion tente de loca­tion me plait bien, per­me­t­tant d’e­spér­er une nuit un peu plus calme, sans les ron­fleurs, les par­leurs, les péteurs, les couch­es tard, les lève tôt et autres joyeux drilles qu’on côtoie dans les dor­toirs des refuges.
Je me déleste de mon sac avec plaisir, mais la journée ne s’ar­rête pas pour autant. Je marche un petit peu jusque sur les hau­teurs pour admir­er le couch­er de soleil sur le golfe de Por­to.

IMG_5558 IMG_5563IMG_5587 IMG_5597

La nuit est courte et le réveil sai­sis­sant par ses lumières et couleurs. Dif­fi­ciles d’en ren­dre compte en pho­to, il aurait fal­lu filmer ces rayons de soleil dessi­nant les cimes des mon­tagnes cors­es, façon­nant les reliefs à coup d’om­bres portées, don­nant vie au moin­dre cail­lou. En bas, je dis­tingue les pre­miers ran­don­neurs déjà par­tis. Ce sont ceux qui dou­blent ou triplent les étapes, marchant jusqu’à la nuit tombée, s’écroulant et recom­mençant le lende­main. Si je com­prends le défi sportif et la sat­is­fac­tion d’aller au bout, je n’en suis pas moins très bien sur mon rocher, à con­tem­pler le lever du soleil.

IMG_5612IMG_5613

Je reprends la marche après le petit-déje­uner, quand le soleil est déjà bien levé. Depuis la val­lée, la vue est impren­able sur le Paglia Orba, au pied duquel je dor­mais. En cher­chant bien, on aperçoit le refuge, minus­cule, lové entre le Paglia Orba et son petit voisin, le Capu Tafu­natu.
Nous suiv­ons un petit cours d’eau... qui est en fait le Golo, le plus grand fleuve de Corse.

IMG_5646 IMG_5697 IMG_5705

L’é­tape Ciot­tulu – Man­ganu est la plus longue du GR20. Nous lon­geons longtemps le Golo, pas­sons à côté de la berg­erie de Rad­ule, et des cas­cades voisines, mar­chons quelques heures dans la forêt. La végé­ta­tion change au fil des kilo­mètres et de l’attitude. Les pins font place aux hêtres et aux belles couleurs chaudes de l’au­tomne.
Au col Saint-Pierre, je fais une pause, stupé­faite par la beauté du panora­ma qui s’of­fre à moi de chaque côté, et par ces arbres sculp­tés par le vent qui souf­fle en per­ma­nence. Le sen­tier se pour­suit sur les crêtes. Les nuages envelop­pent peu à peu les som­mets et ce GR20 revêt alors des allures mys­tiques.

IMG_5714 IMG_5723 IMG_5728 IMG_5739 IMG_5755

L’ar­rivée au lac de Nino en fin d’après-midi mar­que la dernière ligne droite. Nous mar­chons enfin sur un ter­rain plat, sans cail­loux, sans devoir fix­er les chaus­sures pour ne pas trébuch­er. Le nez en l’air je prof­ite des derniers instants de lumière, nous ter­minerons le chemin de nuit.

IMG_5774 IMG_5781

Nous dor­mons dans une berg­erie, non loin du refuge de Man­ganu. L’am­biance est à la fête. Ça chante (corse), ça boit (corse), et tout le monde est entassé dans une pièce minus­cule, à la fois cui­sine, salle à manger, bureau, épicerie...
Grand luxe, ce soir je béné­fi­cie d’une douce chaude. Un petit cabanon avec un chauffe-eau à gaz et oooh, mon dieu que ça fait du bien. Car oui, en pleine journée, il fait beau, mais une fois la nuit tombée, les tem­péra­tures l’ac­com­pa­g­nent, et ça descend.... Vrai­ment. Beau­coup. J’ai choisi mon duvet le plus com­pact, qui s’avère être aus­si celui qui sup­porte des tem­péra­tures néga­tives, et finale­ment ce n’est pas du luxe. Au petit matin, il fera 3°C !

IMG_5800 IMG_5817

L’herbe est cou­verte de givre quand je pousse la porte ce matin-là, et c’est blot­tie dans ma polaire que je com­mence la marche du jour. Nous bifurquons pour quit­ter le GR20. Direc­tion le superbe (mais froid) lac de Goria.

IMG_5845

Non, au dessus, c’est pas lui le lac de Goria. Ça c’est juste un petit trou d’eau. Le lac de Goria, il est un peu plus grand... et il est con­nu pour per­me­t­tre facile­ment la baig­nade. A 1852m d’alti­tude, l’eau est rarement à 30°C, mais aujour­d’hui, on est plus tra­mon­tane que siroc­co, et ce sont les tem­péra­tures qui tombent et non ma veste.

IMG_5862 IMG_5883 IMG_5909

Le lac de Goria est sub­lime. Alors que j’a­vance entre dalles et rochers, je ne me lasse pas de regarder sa couleur vive chang­er au gré des nuages. Tan­tôt limpi­de, tan­tôt fon­cée, verte, bleue, métallisée... Nous mon­tons juqu’au col de Chiostru. Et si jusqu’à présent j’avais trou­vé le par­cours « abor­d­able », là, je me demande franche­ment où pass­er. Plus de bal­is­age, il faut essay­er de suiv­re les petits cairns pour de fray­er un chemin dans ce qui ne me sem­ble être qu’un immense éboulis à pic. Les genoux souf­frent, je pèse cha­cun de mes pas, prenant sou­vent les bâtons dans une main pour me tenir à la paroi. Ne pas gliss­er.

Val­lée de la Reston­i­ca. Le chemin se fait moins caill­ou­teux, plus plat, ressem­ble de plus en plus à un sen­tier. Ça y est la descente est finie. Au fond, un park­ing et une petite échoppe. J’au­rais presque envie de finir en courant, pour sen­tir à nou­veau mes jambes, me défouler, me déten­dre, et mérit­er ce verre de Pietra !

Dans le bus qui me ramène au port d’Ajaccio, je me prends à rêver de revenir en Corse, finir le GR20. 15 jours, une étape par jour, douce­ment, en prenant le temps d’ad­mir­er les val­lées, de met­tre ses pieds dans les riv­ières, de regarder les mon­tagnes. Car pen­dant trois jours j’en ai pris plein les yeux. Des paysages incroy­ables, var­iés, mag­nifiques.

Je me laisse tomber sur mon lit pen­dant que le fer­ry quitte douce­ment la Corse.

IMG_5913 IMG_5918 IMG_5919 IMG_5920

Je suis réveil­lée par le soleil alors que j’ar­rive à Toulon. Il y a quelque chose d’un peu mag­ique aux trans­ports en bateau, l’im­pres­sion de pro­longer un petit peu le voy­age de quelques heures, le temps d’ar­riv­er sur le con­ti­nent.

Infos Pratiques

Peut-on emmen­er des enfants sur le GR20 ? Plusieurs per­son­nes m’ont demandé si j’al­lais emmen­er ma fille avec moi. La réponse est claire­ment non. Il y a des ran­don­nées en Corse qui sont pos­si­bles pour les familles, mais le GR20 n’en fait pas du tout par­tie.

Le GR20 c’est dif­fi­cile ? Oui et non. Ce ne sont pas beaux sen­tiers, il faut imag­in­er des cail­loux partout. Et un peu d’escalade. D’où l’im­pos­si­bil­ité d’emmener des enfants ! Il faut un min­i­mum de con­di­tion physique. Mais ça fai­sait un bout de temps que je n’avais pas fait de sport et j’ai survécu sans cour­ba­ture ni douleurs (je ne l’ai pas fait en entier, mais sur des ran­dos longues, le plus dur est tou­jours la « mise en route » des pre­miers jours). Cer­tains dou­bleront les étapes, d’autres tripleront. L’im­por­tant c’est de le faire à son rythme. La ver­sion clas­sique, avec une étape par jour pen­dant quinze jours est, me sem­ble-t-il, acces­si­ble à qui aime marcher.

Le GR20 c’est dan­gereux ? La mon­tagne est un univers par­ti­c­uli­er, qui demande un peu d’hu­mil­ité et de pré­cau­tion. Ne pas hésiter à deman­der dans les refuges les prévi­sions météo, et ne pas se sures­timer. Il vaut mieux per­dre une journée que de se retrou­ver pris dans un orage à devoir escalad­er des pier­res dev­enues glis­santes.

Com­ment sont les refuges ? Rus­tiques ! Les refuges n’ont pas vrai­ment changé depuis la mise en place du GR. Donc les toi­lettes, ben, faut choisir son cail­lou ou son bosquet, et puis la douche, bah, elle ne sera pas tou­jours chaude. Par con­tre, il est main­tenant pos­si­ble de louer une tente dans chaque refuge, ce qui évite d’en porter une tout en fuyant la promis­cuité des dor­toirs. On peut égale­ment béné­fici­er de la demi-pen­sion dans les refuges ou y cuisin­er (les repas pro­posés me sem­blent par con­tre très chers).

Pourquoi pren­dre le bateau pour aller en Corse ? Finan­cière­ment, ça peut être intéres­sant en s’y prenant à l’a­vance et il faut savoir que les prix vari­ent selon que vous venez avec une voiture, en tant que pié­ton, que vous prenez une cab­ine, un siège, ou que vous dormez sur un bout de ban­quette (oui, c’est pos­si­ble, si on veut vrai­ment économiser). La cab­ine est quand même un petit con­fort agréable, avec des lits con­fort­a­bles et une salle de bain (une bonne vraie douche après la marche !).
Cor­si­ca Fer­ries pro­pose plusieurs con­nex­ions au départ de Toulon ou Nice et à des­ti­na­tion de Bas­tia, Ajac­cio, ou Calvi.

Com­ment pré­par­er sa ran­don­née sur le GR20 ? Le sen­tier que j’ai emprun­té m’a sem­blé très bien bal­isé, mais je vous con­seille d’in­ve­stir dans une carte ou un topo guide, ne serait-ce que pour savoir chaque matin à quoi vous atten­dre. Vous trou­verez de nom­breuses ressources utiles sur inter­net avec des descrip­tifs détail­lés des tronçons et des infos pour organ­is­er vos trans­ferts depuis les ports ou aéro­ports.

Mon matériel photo sur ce voyage

matos_photo_rando-5d-16-35Sac Man­frot­to Off Road – Appareil reflex Canon 5d mark II – Objec­tif Canon 16–35 II

29 Commentaires

  1. Bra­vo Aurélie, encore un reportage mag­nifique avec de jolies pho­tos ! Cela me con­forte dans mon idée de réalis­er le GR20 en entier dans la pre­mière quin­zaine de Juin 2016.

    ps : ne tient pas compte de mon 1er commentaire...parti trop vite

  2. Sub­lime ... Je prends note de quelques infos intéres­santes pour mon aven­ture de l’an­née prochaine 🙂 c’est pas mal l’idée de louer la tente. Je pen­sais en acheter une bien plus légère que celle que j’ai actuelle­ment mais finale­ment je pense que je vais opter pour une loca­tion.

    1. Si le mate­las est fourni avec la tente ... La c’est top !! quelle est la moyenne de prix pour une loca­tion ? Je viens de regarder avec ma tente et mon mate­las, je suis actuelle­ment à 2,7 kg + 620gr. cela peut faire un joli gain de poids ^^

  3. Ouah, mais com­ment faites-vous pour faire d’aus­si belles pris­es de vue ? J’ai lu récem­ment que vous util­isiez un polar­isant ? Quoiqu’il en soit c’est sub­lime, je vous suis avec beau­coup d’at­ten­tions et vous m’avez don­né l’idée de ma prochaine ran­don­née à deux ! Mer­ci !!! Et belle con­tin­u­a­tion

  4. Salut Madame Oreille, une ques­tion, je m’é­tais abon­née à la newslet­ter, et je n’ai pas reçu de mail pour ce dernier arti­cle. Je suis allée sur ton site pour rem­plir le champ tout en bas à droite à l’abon­nement à la newslet­ter, mais il m’a indiqué que mon adresse était déjà inscrite. Aurais-tu une solu­tion à ce souci ? Mer­ci à toi ! 🙂

  5. Mag­nifiques pho­tos ! J’aimerais beau­coup faire cette ran­don­née, ça fait déjà un moment que j’y pense. Mais je ne pense pas être en assez bonne con­di­tion physique pour le moment. Après un peu d’en­traine­ment peut-être 🙂

  6. J’avais hâte de lire ce réc­it après avoir eu un aperçu de tes pho­tos sur Insta­gram (je suis moi-même fin­ish­er de ce sacré GR20 en 12 jours en autonomie) et je ne suis pas déçue, tes pho­tos sont encore une fois grandiose ! Cette grande ran­don­née était pour nous un rêve et un chal­lenge, j’ai tran­spiré à gross­es gouttes, j’ai eu envie d’ar­rêter, j’ai ver­sé quelques larmes mais j’ai ter­miné et c’est une expéri­ence que per­son­ne ne pour­ra jamais m’en­lever. Je tenais à pré­cis­er que le GR20 reste une ran­don­née qui n’est pas acces­si­ble à tout le monde car elle est dif­fi­cile et là je per­siste et je signe, car trop de monde se lance à l’as­saut des mon­tagnes sans avoir aucune idée de ce qui les attend.
    Aurélie, n’hésite pas une sec­onde à le par­courir en entier, je suis sûre que tu vas ador­er et si j’ose un con­seil, la ver­sion Nord-Sud est la meilleure, même si elle demande un peu plus de con­di­tion physique...

  7. Superbes pho­tos, bra­vo. Pour avoir fait le GR20 dans son inté­gral­ité il y a 10 ans, je peux dire que les 3 pre­miers jours ne sont pas for­cé­ment les plus durs, une cer­taine las­si­tude peut s’in­staller au bout d’une dizaine de jours, même si les paysages restent mag­nifiques. En tout cas, un des plus beaux GR que j’ai pu faire.

  8. Des paysages à couper le souf­fle ! As-tu util­isé un fil­tre polar­isant pour avoir d’aus­si belles couleurs ou tu es passée de manière pri­or­i­taire par la post-pro­duc­tion ?
    En tout cas, ça me donne bien envie d’aller faire un tour sur ce sen­tier, je suis pas une grande sportive mais j’ai fait une petite ran­do de 5–6h en mon­tagne à Gênes il n’y a pas longtemps et c’é­tait très sym­pa... et quelle vue ! 🙂

  9. Salut Aurélie. Quelque ques­tion sur ton ciel étoilé :
    ‑utilise tu ton fil­tre polar­isant pour les pho­to de nuit ?
    ‑te rap­pelle tu du réglage ISO ? (j’ai pour pro­jet l’acquisition d’un 5D mark II et aimerai savoir j’usqu’ou on peut pouss­er la bête dans ce genre de con­di­tion).
    ‑en quoi la télé­com­mande est-elle utile ? Vue la net­teté des étoile j’imag­ine que tu ouvre bien moins de 30sec, et si c’est pour le mou­ve­ment du doigt sur le déclencheur, n’y a‑t-il pas un retar­da­teur ?

    Mer­ci pour le réc­it, j’espère fouler se sen­tier moi même un de ces qua­tre.

  10. Bon­jour,
    C’est avec plaisir que j’ai décou­vert votre reportage sur le GR 20 Corse.
    Je l’ai effec­tué en 1990 avec des amis con­nus lors de trekkings en France.
    Etant lecteur de la revue belge des sen­tiers de grande ran­don­née, je pense que votre arti­cle pour­rait intéress­er les lecteurs belges si vous le jugez utile.
    C’est la seule revue fran­coph­o­ne par­lant de ran­dos, de sen­tiers GR et trekkings.
    Site http://www.grsentiers.org puis rubrique revues où l’on décou­vre les dif­férents reportages de ran­do.
    Con­tact rédac­tion : communications@grsentiers.org.
    Mer­ci pour les lecteurs belges.
    Jean-Pierre

  11. Mer­ci pour cet arti­cle ! Moi j’ai une ques­tion con­cer­nant ton duvet, tu dis qu’il était bien com­pact, est ce que tu pour­rais me don­ner la mar­que ? Je me pré­pare à faire le GR20 en entier du sud au nord sans dou­bler d’é­tape, à mon rythme avec la tente et mon copain (acces­soire­ment :). Je cherche à m’équiper pour avoir du bon matériel mais aus­si et surtout faire atten­tion au poids de chaque élé­ment du sac. Tous les con­seils sont donc les bien­venus ! mer­ci

  12. Bon­jour, nous souhai­te­ri­ons aus­si com­mencer au même endroit, nous venons de Bel­gique et arriverons demain à Bas­tia. Nous ne trou­vons pas ce bus. Qui va jusqu’à calasi­ma. Pou­vez vous nous ren­seign­er ? Mer­ci
    Priscil­la

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest