Prendre l’avion avec son matériel photo, partie 2 : bah, l’avion

Vous avez le sac par­fait, la carte de libre cir­cu­la­tion pour pass­er la douane, et très envie de par­tir à l’autre bout du monde. Il reste le prob­lème de l’avion. Je ne sais pas pour vous, mais à chaque fois que je me retrou­ve dans la file d’attente de l’aéroport, à atten­dre qu’on inspecte mes affaires, je stresse un peu. Je repasse dans ma tête tout ce qu’il y a dans mon sac, véri­fi­ant, même si c’est trop tard, ce que j’aurais pu y oubli­er.

Per­son­ne n’a envie de devoir laiss­er à terre un objet inter­dit, que ce soient les ciseaux qu’on avait lais­sé dans la trousse (spé­ciale dédi­cace, tavu), une crème hydratante, ou un trépied. D’ailleurs, oui, le trépied, on en fait quoi ?

Le trépied, il va en soute. Si vous cherchez sur le net ou deman­dez autour de vous, vous trou­verez des tas de gens qui ont fait ci ou ça et n’ont pas eu de prob­lème. C’est for­mi­da­ble, mais ça ne veut pas dire que vous n’en aurez pas quand ce sera votre tour. A titre d’exemple, la douane indi­enne a tenu à vider inté­grale­ment mon sac et à tout fouiller pen­dant qu’un ami pas­sait tran­quille­ment à côté avec une seringue dans le sien, sans qu’on ne lui en demande l’ordonnance. Selon les des­ti­na­tions, les com­pag­nies, et gens que vous aurez en face de vous, ça peut vari­er énor­mé­ment. Ne prenez pas de risques, la copine du cousin de la voi­sine est peut-être passée avec son trépied, mais ça ne vous garan­ti pas qu’il en sera de même pour vous.

Par con­tre, tout ce qui a de la valeur, et/ou est frag­ile, reste avec vous. C’est une évi­dence, mais j’entends régulière­ment des his­toires de gens ayant lais­sé leur beau 7D tout neuf en soute. Quand bien même il n’y aurait aucun risque de vol... Vous avez vu l’état des valis­es à l’arrivée ? On dira qu’on sent qu’elles ont « vécu » ! Vrai­ment, rien de frag­ile.
Per­son­nelle­ment, je prends même avec moi les chargeurs de bat­ter­ies et les câbles. Ils retourneront dans mon « gros sac » une fois sur place, mais je n’ai pas envie de les retrou­ver explosés, tor­dus, mor­dus, etc.

Mais le prob­lème, c’est le poids. je pour­rais vous dire que per­son­ne n’a jamais pesé mon bagage à main, mais nuançons en reprenant mon pre­mier point : per­son­ne n’a ENCORE pesé mon bagage, et ça m’arrivera peut-être la prochaine fois. Donc, ren­seignez-vous auprès de la com­pag­nie quant au poids et à la taille des sacs admis en cab­ine et n’abusez pas : si vous voulez être sûrs de pou­voir garder votre matériel avec vous, évitez la grosse valise de 30kg ; préférez le sac à dos nor­mal. Si vous êtes au-dessus du poids, virez ce qui peut l’être : l’énorme Lone­ly Plan­et devrait sur­vivre en soute, par exem­ple (ou dans une poubelle pro­fonde...).
Si vous êtes accom­pa­g­nés, passez en pre­mier, vous pour­rez laiss­er un objec­tif à un ami en cas de prob­lème. Vous pou­vez égale­ment pass­er votre appareil autour de votre cou ; tant qu’on ne pèsera que les bagages et pas le pas­sager + ses valis­es, ça marchera !

Cepen­dant, si on vous dit que vous ne pou­vez pas pren­dre votre sac, que faire ? Restez cor­dial et présen­tez ce qu’il con­tient à votre inter­locu­teur. Il y a de fortes chances que la com­pag­nie ne prenne pas le risque de met­tre du matériel coû­teux en soute, ils n’ont pas envie d’en pren­dre la respon­s­abil­ité ! Si vrai­ment ça ne suf­fit pas, hé bien sortez ce que vous pou­vez du sac pour le garder avec vous : appareil autour du cou, objec­tif le plus lourd vis­sé dessus. Là encore, si vous êtes accom­pa­g­né, deman­dez à plac­er un objec­tif dans le sac d’un de vos amis, le temps de pass­er le con­trôle.

Pour le pas­sage de la sécu­rité, ça sera dif­férent à chaque fois. Lisez les instruc­tions (on peut vous deman­der d’ouvrir le sac, de le vider, etc.), ne ten­tez pas l’humour, et n’ayez pas peur pour vos cartes mémoires, elles ne risquent rien. Néan­moins, vous avez le droit de deman­der à ce que leur véri­fi­ca­tion soit faite à la main, par un agent.

Voilà, tout devrait bien se pass­er ! Des anec­dotes à partager ?

 

12 Commentaires

  1. Il est arrivé que mon sac soit trop lourd (pas ques­tion de met­tre le 7D ou les objec­tifs en soute !) en général c’est 7Kg max, le mien fait 9... Alors si on me con­trôle, je mets l’appareil en ban­doulière et un objec­tif dans la poche, et ça passe à chaque fois, c’est plus le sac qui est lourd, c’est moi 😉

    P.S : L’article sur la vidéo de Las Vegas affiche erreur 404...

  2. Oui, tant qu’on ne pèsera pas les pas­sagers, ça passera ! 😀

    (mer­ci pour le lien mort, je répare ça. J’ai bougé/réparé/installé pleins de trucs ces temps-ci, mais j’ai oublié le plu­g­in pour les liens cassés !)

  3. Quelle idée de pren­dre un 1d, aus­si :p

    Ton nom me dis­ait quelque chose, et je ne trou­vais pas pourquoi. Mais en regar­dant ton site, j’ai com­pris : Bouts du Monde ! Félic­i­ta­tions !

  4. Car­ré­ment ! deux ! ahah

    Oui, je lis cette revue depuis quelques numéros. J’avais même pos­tulé, mais je n’ai jamais eu de réponse... :/

  5. Pas de soucis pour mon sac, mais je ne trans­porte pas les chargeurs et le con­tenant est très léger comme je le dis­ais dans l’article sur les sacs. Alors je sup­pose que ça y fait...

  6. J’ai eu quelques frayeurs quant au trépied récem­ment mais finale­ment il est passé comme bagage à main, à l’aller comme au retour. Ouf. Je veux bien croire que ça soit selon l’humeur du douanier. Ce n’est donc pas une légende urbaine 😉

  7. Lau­rence : oui, ça peut pass­er à l’aller.. et pas au retour ! Ou marcher pour une des­ti­na­tion et pas une autre... C’est assez aléa­toire. Per­son­nelle­ment, mon trépied ayant des pointes métalliques pour se fix­er dans le sol, je sais que ça n’est pas la peine d’essayer, par con­tre (et ça me ferait mal de devoir laiss­er quoi que ce soit à l’aéroport)

  8. D’accord avec toi ! ça me fait penser au Népal qd j’ai repris l’avion depuis Kat­man­dou pour Del­hi !
    IL y a eu des dizaines de con­trôles, on nous a fouil­lé, con­fisqué cer­taines épices et j’en passe ! Le must ? Tout ca sans que j’enlève une seule fois ma cas­quette ! 🙂 j’aurais pu cacher n’importe quoi dedans on ne m’a rien demandé ! alalala
    m’enfin c’est pas le cas je suis une fille sage bien sur !

  9. Hel­lo !
    Ca fait un petit bout de temps que je ne suis pas passé par ici, et bien des voy­ages plus tard, j’ai pleins d«histoire de bagages pho­tographiques !
    Main­tenant que je bosse de plus en plus à la com­mande je ren­con­tre de moins en moins de prob­lème, prin­ci­pale­ment grâce à des ordres de mis­sion human­i­taire. Mais ce que je lis ici reste vrai. Les trucs frag­iles en cab­ine, le reste en soute en faisant atten­tion à bien fer­mer les sacs et à pro­téger quand meme le matériel. Quand je mets du matos frag­ile en soute, c’est dans une pel­i­case, fer­mé avec deux gros cade­nas. Je suis fre­quem­ment appelé par les con­troles de sécu­rité de la soute pour ouvrir la valise et qu’ils puis­sent faire un con­t­role visuel. Jamais d’agressivité, ils font cor­recte­ment leur boulot pour la sécu­rité de tous, et c’est bien le prin­ci­pal !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest