Photographier ses randonnées

Ran­don­ner, c’est appréci­er d’avancer lente­ment sur un chemin pour ressen­tir chaque kilo­mètre et savour­er les paysages. C’est donc une activ­ité qui pour­rait être par­faite pour de nom­breux pho­tographes. Immor­talis­er les change­ments du paysage depuis un sen­tier est très grisant, même s’il n’est pas rare, au retour, en regar­dant ses images, de réalis­er qu’on n’a que des pho­tos qui se ressem­blent !

Pour­tant, ran­don­née et pho­togra­phie ne font pas tou­jours bon ménage, et c’est même l’occasion de gros dilemnes pour de nom­breux marcheurs pho­tographes.

J’avais une fois écrit un arti­cle sur la dif­férence entre faire des pho­tos pen­dant ses voy­ages, et voy­ager pour faire des pho­tos. La con­clu­sion est aus­si vraie pour la ran­don­née : les com­pro­mis ne seront pas les mêmes selon que la pri­or­ité est don­née à la qual­ité des pho­togra­phies, ou au plaisir de la marche en pleine nature. Et l’emplacement du curseur entre ran­don­née pho­to et pho­tos de ran­do reste une chose très per­son­nelle.

Je vais donc essay­er de vous aigu­iller dans les ques­tions à vous pos­er pour ramen­er des pho­tos de vos ran­don­nées : quel matériel (pho­tographique) choisir, quel sac pour trans­porter la tente et l’appareil, quels acces­soires.

islande_laugavegur_15Pen­dant le trek du Lau­gave­g­ur, en Islande

Quel appareil photo choisir ?

Ah. La grande ques­tion.
Réponse : ça dépend.
Voilà. Hop. Ques­tion suiv­ante !

Bon, en vrai, on peut faire des bonnes pho­tos avec tous les appareils, pas besoin d’un gros reflex. Selon moi, le meilleur appareil est celui avec lequel vous vous sen­tez bien.

Mais il faut penser à deux détails : le poids et l’autonomie.
Si votre sac sem­ble assez léger en le sous-pesant, il faut imag­in­er ce qu’il don­nera sur vos épaules pen­dant plusieurs heures, avec la gourde rem­plie et les pro­vi­sions. Et le sac qui sem­blait si léger à l’aéroport devient bien lourd à la fin de la pre­mière journée de trek !
Il faut aus­si être sûr que la bat­terie de l’appareil tien­dra pour toute la durée de la ran­don­née, surtout dans le cas des treks en autonomie sur plusieurs jours. N’oubliez jamais que les bat­ter­ies se déchar­gent beau­coup plus vite par temps glacial !

Il faut donc adapter le matériel en fonc­tion de plusieurs fac­teurs, dont vous seul êtes maître (ça sonne bien ça, hein ?).

Choisir un appareil photo

A titre per­son­nel, je reste une adepte du reflex full frame car quand on y a goûté, il est dif­fi­cile de s’en pass­er. Générale­ment, je l’équipe du 16–35, mon objec­tif favori. La pho­to reste pri­mor­diale pour moi, et j’aime telle­ment la pro­fondeur d’un grand cap­teur...

Pour autant, ce n’est pas for­cé­ment ce que je con­seillerais à tout le monde. Ain­si, après avoir testé plusieurs fois des hybrides sur mes voy­ages (notam­ment celui-ci), je pense que ça y est, ils ont révo­lu­tion­né le monde de la pho­to et sont main­tenant une réelle alter­na­tive aux reflexs pour ceux qui veu­lent de la qual­ité en voy­ageant léger.
Le défaut prin­ci­pal de l’hybride en ran­don­née reste la faible autonomie. Comme l’appareil est très gour­mand en bat­terie, il est néces­saire de le recharg­er très sou­vent. Pour le coup, c’est aus­si ce que j’aime dans mon reflex : je peux canarder une semaine entière sur la même bat­terie.

IMG_7505Ran­do en raque­ttes dans les mon­tagnes du Jura

Choisir son objectif

Je dis bien « son » au sin­guli­er, car j’ai ten­dance à alléger au max­i­mum en ran­don­née. Bien sûr, si on part en ran­do dans le but d’aller observ­er la faune ou d’immortaliser les fleurs des mon­tagnes, l’équipement sera dif­férent. C’est tou­jours la règle en pho­to : choisir l’objectif qui cor­re­spond à ce qu’on espère pho­togra­phi­er. Dès qu’on voy­age, on apprend à restrein­dre ses envies, et encore plus en ran­do où on se mor­dra vite les doigts d’avoir pris le téléob­jec­tif de 3kg pour rien (c’est quand on ne le prend pas qu’on voit des ani­maux, non ?)

Donc, j’ai envie de vous con­seiller de vous con­tenter d’un seul objec­tif qui cor­re­sponde à vos envies pho­tographiques. Pour ma part, c’est donc un grand-angle pour les paysages ! (mais qui me per­met quelques por­traits à 35mm !)

Les accessoires indispensables

En ran­do, il n’y a pas grand chose d’inspensable à la pho­to puisqu’on va juste­ment essay­er de s’allèger dras­tique­ment. Mais il y a des acces­soires que je garde quand même et dont je ne me sépare jamais :

  • la bat­terie (ou les bat­ter­ies selon la durée du voy­age) de rechange chargée à bloc : parce qu’on n’est jamais à l’abri d’une bat­terie vide et qu’il n’y a rien de plus frus­trant !
  • le fil­tre polar­isant et le pare-soleil : c’est bien sim­ple, ils sont vis­sés en per­ma­nence sur mon appareil. Out­re les avan­tages qu’ils offrent pour faire de meilleures pho­tos, ils me per­me­t­tent aus­si de pro­téger mon objec­tif. Je change d’ailleurs mon polar­isant tous les ans, tant il se raye, mais mon optique est comme neuve !
  • housse en caoutchouc pour mon boiti­er et pro­tec­tions lenscoat pour mon objec­tif : bien sûr, ça ne le sauvera pas en cas de chute de 10m, mais ça pro­tège de tous les petits chocs et rayures.

Choisir un sac photo pour la rando

La ques­tion épineuse du sac pho­to. J’ai un peu tout testé au fil des années : le sac d’épaule en ban­doulière pour l’accès rapi­de mais qui devient encom­brant dès qu’on doit un peu escalad­er, l’appareil dans le sac de ran­do pro­tégé par un pull... A l’heure actuelle il existe pour moi deux pos­si­bil­ités :

Le sac Off-Road de Manfrotto

Je l’ai embar­qué récem­ment sur un bout de GR20 en Corse. Le com­par­ti­ment pho­to se trou­ve dans la par­tie inférieure du sac, où je logeais mon appareil, une bat­terie de rechange, quelques fil­tres. Dans la par­tie supérieure, j’avais mon duvet, des vête­ments, les affaires de toi­lette et un peu de nour­ri­t­ure pour la journée. Il a vrai­ment bien tenu le coup. J’ai notam­ment appré­cié la petite san­gle qui per­met de pla­quer l’appareil con­tre soit lorsqu’on passe en mode escalade de rocher !

IMG_6867Le sac Off-Road pen­dant mon dernier voy­age en Slovénie

Je lui avais con­sacré un arti­cle entier ici, et je pense que ce sac rem­pli bien sa tache pour les ran­don­nées où on n’est pas trop chargés.

Les sacs F-Stop

Le con­cept des sacs F-Stop est sim­ple, tout est mod­u­la­ble : on choisit la taille du sac puis la taille du com­par­ti­ment pho­to qu’on met à l’intérieur. Tout un tas d’accessoires per­me­t­tent ensuite de venir fix­er une tente en bas, un mate­las en haut, etc. Le défaut c’est qu’il est très cher et introu­vable en France sans pass­er par la vente par cor­re­spon­dance. Per­son­nelle­ment, j’ai le mod­èle Satori, je l’ai bien traîné partout et il est tou­jours vrai­ment résis­tant. Je lui avais con­sacré un arti­cle ici après un mois de vadrouille au Viet­nam (avec for­cé­ment, du trek dans le nord du pays).

IMG_7716Le F-Stop dans le parc de Snow­do­nia, Pays de Galles

La question du trépied

Faut-il emmen­er un trépied en ran­don­née ?
A quoi sert un trépied : prin­ci­pale­ment à pren­dre des pho­tos quand on ne peut pas tenir l’appareil ou à pren­dre des pos­es longues. Est-ce qu’une de ces deux util­i­sa­tions vous con­cerne ? Si oui, prenez un trépied, sinon, hé bien, allégez votre sac et préservez votre dos !

Un soir, dans le plus haut refuge du GR20, j’étais con­tente de me coltin­er un (micro)trépied :

IMG_5587

Que photographier pendant ses randonnées ?

Assez par­lé matériel, par­lons pho­to ! Car oui, un fois l’appareil choisi et le sac rem­pli, on va enfin pou­voir s’amuser. Marcher, s’émerveiller et déclencher !

Prendre des photos tous les dix mètres

C’est le prob­lème en ran­do : on avance lente­ment, et du coup, on ne se rend pas tou­jours compte qu’on va pren­dre des pho­tos sim­i­laires pen­dant quelques kilo­mètres. C’est par­ti­c­ulière­ment vrai lorsqu’on grimpe sur une mon­tagne. On se retourne, on se dit wow, on déclenche, mais finale­ment, il n’y aura pas de grandes dif­férences entre chaque image.

IMG_5482 IMG_5498 IMG_5513

Par exem­ple, ci-dessus, j’ai trois fois le même cadre, avec des détails qui changent. J’ai aus­si la ver­sion avec un ran­don­neur en petit sur un sen­tier, avec un arbre rigo­lo, avec les pier­res pein­turlurées aux couleurs du GR20... Bref, il y a du tri à faire. Mais pour­tant, j’ai prise toutes ces pho­tos en con­nais­sance de cause. Je préfère faire du tri au retour et devoir choisir entre deux pho­tos cor­rectes que de m’interdire d’en faire sur place et le regret­ter ensuite. Sur le moment, je ne suis jamais capa­ble de véri­ta­ble­ment juger de la qual­ité d’une pho­to ou de sa com­po­si­tion. Donc, même si j’ai l’impression de refaire plusieurs fois la même image, hé bien je déclenche autant de fois que ça me sem­ble néces­saire. Par con­tre, je me force à essay­er de trou­ver des vari­a­tions : chercher le pre­mier plan, la lumière, le détail que je n’avais pas dans la pho­to précé­dente. Le but étant bien sûr de faire le plus pos­si­ble de bonnes pho­tos pour ensuite choisir la meilleure.

Les paysages

Pho­togra­phi­er les paysages est finale­ment un exer­ci­ce dif­fi­cile. Cela sem­ble aisé, au pre­mier abord. On pour­rait croire qu’il suf­fit de s’arrêter, clic-clac et hop c’est repar­ti. Mais non. Si on ne veut pas être déçu de ses pho­tos au retour, il va fal­loir soign­er sa com­po­si­tion, essay­er de trou­ver des « astuces » qui met­tent en valeur le cadre et dynamisent les pho­tos.

Vous trou­verez sur le blog de nom­breux con­seils sur le cadrage (règle des tiers, etc.), je vais juste vous don­ner deux con­seils très spé­ci­fiques à la ran­don­nées (mais applic­a­bles quand même ailleurs).

Sortir des sentiers

On peut ran­don­ner en restant sur le chemin, prof­iter des paysages, les immor­talis­er pour le sou­venir et être heureux ain­si. Mais si on veut rap­porter de belles images, il fau­dra chercher le beau cadrage. Dans le respect des lieux où vous vous trou­vez, bien sûr, mais il ne faut pas hésiter à mon­ter un peu plus haut par exem­ple, ou à s’approcher d’une riv­ière, tourn­er autour d’un arbre. Repérez les endroits qui vous offriront une plus belle vue, ou les élé­ments intéres­sants à inté­gr­er dans vos images.

Prédire les belles lumières

Parce que la pho­to c’est avant tout la lumière, il faut essay­er d’avoir tou­jours un oeil sur le par­cours et l’autre sur les nuages, et ne pas hésiter à atten­dre quelques min­utes si vous êtes à l’endroit par­fait mais que le soleil va envoy­er sous peu un ray­on qui va tout sub­limer.

IMG_5817

Les autres marcheurs

C’est un con­seil que j’ai sou­vent don­né ici, mais inté­gr­er des humains dans ses pho­tos est sou­vent un bon moyen de les dynamiser, mais aus­si de don­ner une échelle aux paysages (y’a un arti­cle qui en par­le ici).

IMG_1373 copieRan­don­née en Suisse

21 Commentaires

  1. Bon­jour Madame Oreille, en troisième option vous devriez tester (si c’est pas déjà fait ) le petit sac ven­tral 🙂 très sym­pa pour la ran­do.
    Votre pho­to de la voie lac­tée est très réus­si.

  2. Hel­lo Aurélie !
    Moi qui passe mes journées le sac sur le dos et l’appareil sur l’épaule, ton arti­cle m’a for­cé­ment inter­pelé !
    Pour ma pra­tique, le plus impor­tant, c’est d’avoir l’appareil tou­jours à dis­po­si­tion. Je n’ai pas trou­vé d’autre solu­tion que de le porter à l’épaule en per­ma­nence (du coup, j’ai de la corne entre le pouce et l’index à force de pen­dre ma main à la san­gle 😉
    C’est sym­pa les com­par­ti­ments dans le sac, mais je trou­ve que pos­er le sac (18 kg pour ma part...) pour chop­er le matos à chaque fois, c’est pas viv­able. Je n’ai pas trou­vé de sac qui sat­is­fasse mes besoins. Mais je ne con­nais­sais pas les fstop, mer­ci pour la décou­verte, ils ont l’air bien fou­tus !
    Du coup le com­pro­mis que j’ai trou­vé c’est un sac ran­do vrai­ment tail­lé pour la ran­do avec des poches solides sur la cein­ture ven­trale où je range mes deux petites focales fix­es (leur intérêt, juste­ment, c’est d’être petites et légères). Ain­si j’ai tou­jours tout sous la main !
    Je préfère me trim­baller trois optiques top moumoute (21mm, 35mm et 110mm, j’avais juste­ment choisi Pen­tax pour la com­pac­ité) plutôt qu’un gros zoom qui fait tout pas trop bien pour un poids et un encom­bre­ment trop impor­tants (je sais le débat ne date pas d’hier...). Avec ça, je suis équipé pour presque tout. Certes, pour mes pho­tos d’animaux, une large par­tie du cadre est réservée... au paysage !

  3. Je me réjouis­sais de lire cet arti­cle quand j’ai vu le poste sur Face­book l’autre jour et je ne suis pas déçue. Pour notre part, nous avons choisi de faire l’acquisition d’un hybride à cause de notre amour pour la ran­don­née et je suis heureuse de notre choix. On emmène tou­jours notre 16–55mm et notre 55–200mm pour si jamais, c’est rageant de voir des ani­maux et de ne pas pou­voir les pren­dre en pho­to. Pour palier à la bat­terie qui se vide rapi­de­ment, j’ai un Xtorm Power­bank qui me per­met de recharg­er plusieurs fois la bat­terie et c’est vrai­ment un super com­pro­mis. Nous pou­vons par­tir une semaine en ran­don­née sans aucun prob­lème si on n’oublie pas de le charg­er of course 🙂 Pour le sac, j’ai un sac Bach (50+5 litres) de ran­do com­plète­ment nor­mal et j’ai une petite housse que je croche à la cein­ture de celui-ci, encore un avan­tage de l’hybride, on peut le met­tre à la cein­ture. Pour l’instant nous n’avons pas encore de trépied alors on s’organise avec les moyens du bord et on pose l’appareil sur une veste, un sac ou cail­lou et on met le déclencheur à deux sec­on­des pour éviter de bouger.

  4. Le gros prob­lème de la pho­to en ran­do pour moi, c’est mon com­pagnon qui n’est pas du tout patient avec mes arrêts intem­pes­tifs ! Mon­sieur Oreille est peut-être plus com­préhen­sif ?

  5. « il va fal­loir soign­er sa com­po­si­tion », tu résumes bien le prob­lème (enfin, mon prob­lème pour être exacte) ! 9 fois sur 10, je reviens de ran­do enchan­té par les paysages tra­ver­sés, la tout va bien, lim­ite je crie à la terre entière « mais c’était génial », et puis j’enchaîne sur « tu vas voir les pho­tos », et là, bah ça tourne au drame 🙁 Je n’aime pas m’arrêter sans arrêt quand je marche. Je suis tout sauf un stakhanoviste de la ran­do, mais j’aime trou­ver un rythme qui me va et le tenir. Du coup, pour soign­er les com­pos, c’est raté, le drame de ma vie quoi 😉

  6. C’est la pho­to qui m’a poussé à appréci­er la ran­don­née. Avancer lente­ment, pren­dre une pho­to, admir­er le paysage, con­tin­uer... Bref c’est vrai­ment une activ­ité plaisante.
    Mer­ci pour ces con­seils, c’est vrai que le fil­tre polar­isant est un excel­lent acces­soire. Je pense m’en pro­cur­er un. Tu en a un à me con­seiller d’ailleurs ? 🙂

  7. En voilà un arti­cle intéres­sant !
    Je partage ton avis, notam­ment sur le fait d’intégrer des gens aux pho­tos. Sinon il m’arrive fréquem­ment de pren­dre des pho­tos tout en marchant, quand je suis au milieu d’autres marcheurs juste­ment, pour ne pas per­turber le rythme, et le résul­tat est par­fois très sym­pa.
    Bonne con­tin­u­a­tion !

  8. Très bon arti­cle. Pour la ques­tion d’un trépied en ran­don­née, moi je pense bien qu’il faut alléger son sac sauf si on a un trépied petit et léger et qui peut devenir longue. Mais si on est bien par­ti pour une ran­don­née, il faut bien s’équiper avec un trépied pro­fes­sion­nel, car on ne sait jamais ce qu’on peut trou­ver a pho­tographié.

  9. Petit ajout : quand vous emportez une ou plusieurs bat­ter­ies de rechange par temps froid, placez-les dans la poche de poitrine de votre chemise. Ain­si elles res­teront au chaud et donc mieux chargées.

  10. Bon­jour, super arti­cle
    j’utilise un sac ven­tral LOWEPRO Etui Toploader Zoom 55 AW II Noir avec le har­nais Topload Chest Har­ness­des acheté sur ama­zon. L’appareil reste à portée de main et est pro­tégé

  11. Bon­jour Aurélie, 

    Mer­ci pour tous tes con­seils. J’ai egale­ment testé le sac Man­frot­to et il est pas mal. Il y a peu de sacs qui per­me­t­tent autant de mod­u­lar­ité. En plus, c’est plus dis­cret en voy­age car cela fait moins sac pho­tos et plus sac de voy­age. Pas mal pour cer­tains voy­age.

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest