fbpx

Le secret d’une bonne photo de voyage ?

Quel sont les ingré­di­ents d’une pho­to réussie ? Qu’est ce qui pro­duit un « wow effect » ? Com­ment pren­dre la pho­to par­faite ?

Ce sont les ques­tions que nous nous posons tous. Et il faudrait plus qu’un sim­ple arti­cle sur ce blog y répon­dre. Si on décom­pose ce qu’il faut pour réus­sir une pho­to, il y a un ensem­ble d’éléments : la techique, le matériel, le temps, le savoir-faire, le sujet [...] et la chance. Et bien sou­vent, c’est ce dernier paramètre qui va dis­tinguer une pho­to « réussie » d’une pho­to « wow ». Oui, il faut aus­si être con­scient de ça, il y a quand même un petit fac­teur chance, cette chose qu’on ne peut pas maitris­er, mais qu’on peu tout de même essay­er de provo­quer.

Le matériel

Avoir un appareil pho­to est oblig­a­toire pour pren­dre des pho­tos, for­cé­ment. Ceux qui vous dis­ent qu’un bon pho­tographe peut réus­sir ses pho­tos avec n’importe quel appareil bas de gamme vous mentent un petit peu. Oui, il y a de bonnes pho­tos pris­es avec des appareils pour­ris, mais un matériel de bonne qual­ité per­met quand même un peu plus de flex­i­bil­ité, et on met plus de chances de son côté ain­si.
Mais qu’est-ce qu’on appareil pho­to de bonne qual­ité ? Dois-on avoir le dernier reflex hors de prix ? Heureuse­ment non. Si je ne devais don­ner qu’un seul con­seil pour acheter du matériel pho­to, ce serait : soyez à l’aise avec et investis­sez dans les objec­tifs si vous voulez un reflex ! (bon, ok, ça fait deux con­seils).
Dites-vous que nous n’avons pas tous le même critère quant à la qual­ité de la pho­to, que vous avez le droit d’aimer le ren­du flou des toy cam­eras, de ne pas vouloir une net­teté de fou... Le but, c’est que vos pho­tos vous plaisent, et que votre matériel vous per­me­tte de les pren­dre comme vous le souhaitez.
On crois sou­vent que, pour faire de la pho­to de voy­age, il faut du matériel poly­va­lent. Mais c’est une erreur : il vaut mieux un matériel bon sur cer­tains points qu’un matériel moyen partout. Deman­dez-vous ce que vous aimez, ce que vous avez envie de pho­togra­phi­er. Au début, ce sera un peu vague, mais avec les années, vos envies évolueront et se pré­cis­eront. Et pour tous les voy­ages excep­tion­nels vous pour­rez tou­jours louer du matériel (c’est ce que j’ai fait récem­ment pour mon safari au Kenya).

La technique

La tech­nique pho­tographique, c’est ce qui vous per­met d’être réac­t­if. On entend régulière­ment des dis­cours un peu bidons sur la tech­nique qui brid­erait la créa­tiv­ité, mais c’est une âner­ie : con­naître son matériel, savoir cadr­er, choisir ses réglages, c’est le meilleur moyen de réus­sir à pass­er out­re : quand une sit­u­a­tion se présen­tera, vous ne serez pas en train de réfléchir au mode à choisir, au réglage à utilis­er, tout cela devien­dra presque instinc­tif et vous pour­rez vous con­cen­tr­er sur le prin­ci­pal : met­tre votre tech­nique au ser­vice de votre sujet.

amiot_lofoten17

Ci-dessus, une aurore boréale en Norvège : typ­ique­ment, il faut être assez réac­t­if pour trou­ver rapi­de­ment les bons réglages. Ce serait dom­mage de louper la pho­to à cause de ça...

Le sujet

Par­lons-en, juste­ment, du sujet. C’est une chose extrême­ment injuste, mais les spec­ta­teurs fer­ont plus sou­vent « wow » devant une mau­vaise pho­to d’un beau sujet que devant une belle pho­to d’un sujet plus clas­sique. C’est par­ti­c­ulière­ment vrai en voy­age, où l’exotisme de la des­ti­na­tion jouera presque plus que votre tech­nique. C’est dom­mage, c’est frus­trant, mais vous pour­rez tou­jours vous appli­quer autant que vous voudrez, une pho­to d’une plage par­a­disi­aque, aus­si clas­sique soit-elle, même avec un hori­zon pas droit, aura sou­vent plus de suc­cès qu’un paysage du Poitou-Char­entes, même si c’est une belle région.
Pour autant, devez-vous céder à la facil­ité ? Devez-vous par­tir en voy­age en fonc­tion de ce que penseront les autres ? Partez là où vous voulez, et éclatez-vous, et tant pis si les pho­tos mal cadrées de votre cou­sine par­tie aux baléares ont plus de suc­cès !

kenya13

Ci-dessus, on sur­plombe le Lac Naku­ru, au Kenya. Objec­tive­ment, la pho­to n’a rien d’exceptionnel : cadrage clas­sique, pas de pre­mier plan, traite­ment tout aus­si clas­sique. Je n’avais pas plus prêté atten­tion à cette image que ça, jusqu’à ce que je décou­vre qu’elle mar­chait super bien sur les réseaux soci­aux (l’Office du Tourisme du Kenya, qui m’a envoyée là-bas, utilise ces pho­tos pour sa pro­mo­tion). Typ­ique­ment, le sujet est ici plus impor­tant que la com­pé­tence du pho­tographe (c’est comme pho­togra­phi­er un bon mod­èle, si la fille est jolie, la pho­to sera jolie !)

La chance

La chance, c’est le petit plus qui va faire « wow », c’est l’oiseau qui va se pos­er au bon moment, le pas­sant qui pren­dra la pose par­faite. Il fau­dra être atten­tif et réac­t­if. C’est à dire qu’il faut savoir regarder ce qu’il se passe autour de vous, repér­er la sit­u­a­tion au moment où elle s’apprête à devenir intéres­sante, et déclencher. Par exem­ple, la pho­to ci-dessous, est typ­ique­ment un coup de chance. Qu’est ce qui fait qu’elle est bien ? La lumière et la posi­tion des rhinocéros, deux élé­ments que je ne maîtrise absol­u­ment pas : mon seul mérite, c’est d’avoir déclenché.

kenya16

C’est for­cé­ment frus­trant, parce qu’il y aura des voy­ages entiers sans chance. Vous aurez 10 jours non stop de temps gris, ce temps pour­ri sans lumière ni nuage, qui rend plats même les paysages les plus pho­togéniques. Vous atten­drez des heures sans que rien ne se passe. Et ce manque de chance, c’est un peu une spi­rale infer­nale : vous allez vous focalis­er sur ce qui ne se passe pas au lieu de rester atten­tif à ce que vous pour­riez faire, et quand vous aurez réal­isé que vous loupez quand même des pho­tos, vous enragerez encore plus, et ce sera encore pire ! Dans ces moments-là, lâchez l’appareil, prof­itez du voy­age, reposez-vous un peu, et atten­dez que l’humeur revi­enne.

Provoquer la chance

Je dis­tingue tech­nique et savoir-faire, parce que je veux mar­quer une petite nuance : on peut maitris­er son boiti­er sans être à l’aise avec la pho­to de voy­age. Le savoir-faire, c’est l’expérience, savoir anticiper. Recon­naître une sit­u­a­tion pour en tir­er le meilleur, et provo­quer la chance.

Le prob­lème prin­ci­pal du voyageur, c’est le temps. On pour­ra rarement rester trois jours sur place à atten­dre, et pour­tant, c’est ce qu’il faudrait : repér­er le lieu par­fait, et y retourn­er jusqu’à ce que tous les élè­ments s’accordent pour la pho­to par­faite. Mais c’est dif­fi­cile pour le sim­ple voyageur, qui n’a que quelques jours ou quelques semaines.
Pour autant, il faut savoir se don­ner une heure, se lever tôt pour espér­er une belle lumière même s’il pleut depuis dix jours, être con­stam­ment sur le qui-vive.

IMG_0648

Je vais pren­dre deux dernières pho­tos en exem­ples. Sur la pre­mière, ci-dessus, je suis sur un bateau, en Pologne. Je ne maîtrise donc absol­u­ment pas ma posi­tion. Par con­tre, je regarde à 360°, en per­ma­nence. Je repère le nuage qui nous rat­trape alors qu’on essaie de fil­er pour éviter la pluie, avec cette lumière par­ti­c­ulière. La scène est déjà belle en elle-même, mais la chance, c’est d’avoir un bateau qui arrive à ce moment-là, pour venir s’insérer dans mon cadre. J’ai quelques sec­on­des pour bien me plac­er et déclencher. C’est un coup de bol, le petit plus qui donne de la vie à la pho­to.

Dans le deux­ième exem­ple, ci-dessous, je maîtrise tout. Je suis en Islande avec mon Belge. Nous sommes à vélo et dor­mons dans le camp­ing qui donne sur les gey­sers. Du coup, j’ai du temps devant moi, je peux me per­me­t­tre de rester tard devant le geyser (et y revenir tôt le matin), à atten­dre, à faire plusieurs essais, à peaufin­er mon cadrage pour avoir exacte­ment ce que je veux, alors que les cars de touristes sont bien loin. Et la chance, c’est qu’enfin, à ce moment, le ciel se den­si­fie un peu, avec une jolie lumière der­rière les nuages. J’ai eu des ciels inin­téres­sants pen­dant tout le voy­age, sauf à quelques rares excep­tions, et l’instant où j’ai pris cette pho­to en fait par­tie. Il fal­lait per­sévér­er, et atten­dre au bon endroit.
Islande_25

35 Commentaires

  1. Très inter­es­sant !
    Je pense à peu près pareil, sans vouloir com­par­er mes pho­tos aux tiennes, mais je note : effec­tive­ment, le regard des autres est impor­tant et sou­vent dif­férent. Ma copine aime les pho­tos clas­siques, car­rées, por­traits, naturels, alors que j’aime bien chercher un angle, me met­tre à terre, trou­ver un flou, un truc...et elle n’aime pas, trou­vant moche mes pho­tos que j’aime !!! un peu frus­trant de temps en temps, heureuse­ment le net aide à partager et recevoir des Wow !!!
    Sinon, un autre paramètre, frus­trant quand on ne l’a pas, est le temps. J’ai dû pren­dre &00 ou 200 pho­tos de mon lac Sil­jan (en bas du jardin de ma stu­ga), et j’ai vu une dif­férence entre les pho­tos des pre­miers jours et la suite. Tu apprends le paysage, alors effec­tive­ment il peut y avoir une lumière, des nuages qui ne seront là qu’une fois, mais si ils arrivent en fin de semaine tu con­naitras mieux le lac, les couleurs, et tu pour­ras faire de plus belles pho­tos !
    Après, c’est dif­férent sur un instant que tu peux cap­tur­er...

  2. Il y a un truc que tu dis que je trou­ve très impor­tant, et qui est rarement dit : il y a une dif­férence entre une belle pho­to et un beau sujet. Thier­ry Ser­ay sur le blog Ten­dance Bleue avait fait un arti­cle a ce pro­pos mais je n’ai pas réus­si a le retrou­ver. Un corol­laire que tu soulignes est que l’adage « un bon pho­tographe n’a pas besoin d’un bon appareil pho­to » est assez rapi­de­ment mis en défaut des qu’il s’agit de pho­togra­phi­er un beau sujet (genre paysage) : un smart­phone avec 12MPx ne don­nera pas le même ren­du qu’un reflex full-frame avec autant de pix­els (et équipé d’un bon objec­tif). Heureuse­ment, il existe de très bons appareils abor­d­ables de nos jours.

    1. +1 sur la sub­jec­tiv­ité d’une belle pho­to !

      On est sou­vent sur­pris par la réac­tion des gens, qui peu­vent appréci­er des pho­tos moyennes d’un sujet ou lieux exo­tiques et à l’inverse se déin­stéress­er d’une belle pho­to mais d’un sujet banal...

  3. Com­ment ça tu ne maitris­es pas la posi­tion des rhi­nos ? T’as pas appris à par­ler rhi­no avant de par­tir au Kenya ? C’est un min­i­mum pour­tant non 😉
    Blague à part, con­tent de lire quelque chose où je suis assez d’accord quant au matériel. Trop de per­son­nes « se cachent » der­rière du matériel très haut de gamme sans savoir s’en servir. Le fias­co assuré !!

  4. Bon arti­cle !
    Il est vrai que la chance est un paramètre indé­ni­able. C’est par­fois frus­trant !

  5. En effet le temps est ce qui manque le plus aux non pro ! Atten­dre que les autres touristes soient par­tis, atten­dre que le soleil soit de l’autre côté/levé/couché... bref, tout le temps atten­dre et pen­dant ce temps là, on ne vis­ite pas...
    En ce qui con­cerne le fait qu’un bon appareil est néces­saire, je ne saurais trop vous con­seiller les « cheap cam­era, pro pho­tog­ra­ph­er » de dig­i­tal revtv : http://www.youtube.com/playlist?list=PL7ECB90D96DF59DE5

  6. Mer­ci pour tous ces con­seils et pour ces beaux lichés.
    J’ai sou­vent con­staté que des pho­tographe ama­teurs moyens recher­chaient en per­ma­nence la pho­to « carte postale », sans avoir les moyens tech­niques de la réalis­er p.
    Pourquoi vouloir éviter absol­u­ment tous les « élé­ments per­tur­ba­teurs » pour réalis­er une pho­to « carte postale » : des pas­sants, un bus...
    ce sont sou­vent ces élé­ments qui fer­ont que la pho­to est per­son­nelle, orig­i­nale, et représen­ta­tive de l’endroit pho­tographiée.

  7. Très bel arti­cle, tu as rai­son sur tous les points. Ta pho­to avec le voili­er et le gros nuage qui arrive est mag­nifique, j’en reste émer­veil­lé !!!
    Mer­ci pour tes expli­ca­tions et tes jolies pho­tos.

  8. Excel­lent bil­let.
    Il y a des dizaines de paramètres.
    Par­mi ceux que tu cites ici pour moi un des plus impor­tants est le temps/chance/patience.

    Pour avoir une belle scène de rue, ça peut être long par exem­ple !

    Après bien évidem­ment, le matériel et la tech­nique sont des pré-req­uis ...

  9. encore bil­let intéres­sant, car un excel­lent départ de dis­cus­sion comme sou­vent
    car si cer­taines pho­tos ont Whaou comme but d autre recherche le moment
    ex les pho­tos ou les sujets oublient com­plète­ment le pho­tographe

  10. Tes arti­cles me donnes vrai­ment envie d’arriver à ton niveau. Mag­nifiques pho­tos. N’hésites pas à me con­tac­ter si tu pass­es en Aus­tralie 😉

  11. Je pars dans 3 semaines en Islande et je partage cette philoso­phie qui est que ce n’est pas l’appareil qui fait la pho­to mais la per­son­ne. Et tant que la pho­to nous plait....
    Reste à choisir le matériel que je vais emmen­er...???
    Mer­ci pour ces con­seils.

  12. Coucou Aurélie,

    Je com­mence aus­si à m’intéresser vrai­ment à la pho­to et je dois dire que ton site m’aide beau­coup... Mer­ci beau­coup !

    Con­tin­ue à nous éblouir avec tes pho­tos ! 😉

    Vin­cent.

  13. La pho­to de l’aurore boréale WAOUH ! Je suis d’accord avec tout ce que tu dis ! Je crois que l’on a du bon matériel pour des « débu­tants » (canon 600D), il nous manque de la tech­nique je pense ! C’est pour ça que je lis tous tes con­seils 🙂 Mer­ci

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest