fbpx

La Boîte à Photos : avant de déclencher

par Madame Oreille

Cet article est écrit dans le cadre d’un évé­ne­ment par­ti­cu­lier : la troi­sième édi­tion de « La Boîte à Pho­tos ». C’est quoi ? Hé bien, c’est une dizaine de blogs fran­co­phones trai­tant de la pho­to qui s’associent pour pro­po­ser, tout au long de la semaine, une série d’articles sur un thème com­mun. La pre­mière édi­tion par­lait de créa­ti­vi­té (tous les articles ici), la seconde trai­tait des vacances, et cette fois-ci, nous abor­dons le thème « avant de déclencher ».
Vous pou­vez aus­si suivre l’événement sur Face­book et Twit­ter ! (et on remer­cie au pas­sage Laurent Vais­sade pour le logo !)

Du coup, j’ai envie de res­ter dans le sujet que j’a­borde sur ce blog en ce moment : l’Islande. Parce que oui, c’est bien beau de se dire qu’on va aller cam­per et faire du vélo, mais la pré­pa­ra­tion du maté­riel pho­to et vidéo change du tout au tout pour un voyage comme celui-ci. Alors, avant de déclen­cher en terres islan­daises, j’ai un peu réflé­chi à quelques pro­blé­ma­tiques typiques d’un voyage camping-vélo.

cli­quez pour agrandir

Qui dit cyclotourisme, dit « voyager léger » : adapter la quantité de matériel au type de voyage

C’é­tait la prin­ci­pale pro­blé­ma­tique de ce séjour en Islande : voya­ger léger, vélo oblige. Enfin, on a bien ren­con­tré trois suisses qui avaient trou­vé de la place sur leur porte-bagages pour trans­por­ter une chi­cha... Mais de notre côté, on a quand même essayé de res­ter mini­ma­listes, et ça valait aus­si pour le maté­riel pho­to : seule­ment deux objec­tifs (16 – 35 et 100).

En effet, impos­sible de prendre un sac à dos (c’est une aber­ra­tion de prendre du poids ain­si sur de longues dis­tances à vélo), il fal­lait que le maté­riel loge inté­gra­le­ment dans ma sacoche de cintre.

C’est une ques­tion récur­rente pour les pho­to­graphes voya­geurs : qu’est-ce que je mets dans mon sac pho­to ? En effet, à moins de faire un auto­tour, on va être tiraillé entre impé­ra­tifs : avoir le plus d’ob­jec­tifs pos­sible pour ne rien lou­per, ou ne pas se sur­char­ger, parce que le sac, bah va fal­loir le por­ter. Cer­tains répondent à la ques­tion par le choix d’un objec­tif à tout faire type 18 – 200, mais ces optiques sont glo­ba­le­ment médiocres (à quoi bon avoir un objec­tif à tout faire si on ne peut plus prendre de pho­tos quand la lumi­no­si­té baisse ou quand on est en inté­rieur ?). A titre per­son­nel, je pré­fère donc faire un choix : cibler ses envies et choi­sir ses objec­tifs en fonc­tion de celles-ci. Tant pis pour les pho­tos qu’on lou­pe­ra, elles ne seront pas assez nom­breuses pour jus­ti­fier des regrets.

Qui dit camping, dit « pas facile de charger les batteries » : toujours prévoir de la marge

C’est la deuxième pro­blé­ma­tique. On est dépen­dant de l’élec­tri­ci­té, et la vidéo consomme énor­mé­ment. Du coup, il n’y a pas beau­coup de solu­tions si ce n’est inves­tir dans des bat­te­ries de rechange : j’en ai pris 5 ! Ça res­ser­vi­ra toujours.
L’as­tuce consiste à oser ne pas prendre sa marque : sans ache­ter des noname bizarres sur ebay, vous trou­vez des bat­te­ries moins chères que Cani­kon assez faci­le­ment : en clair, pour le prix d’une bat­te­rie Canon, j’en ai trois chez Phot­tix...

Ce fut plus com­pli­qué pour le reste du maté­riel élec­tro­nique. En effet, nous avions avec nous une GoPro (pour faire une vidéo sur un voyage à vélo, logique !) et un petit com­pact étanche Pentax (je vous en reparlerai).
Pour le com­pact, la seule solu­tion a été de pro­fi­ter de la moindre prise élec­trique (très recher­chées dans les cam­pings !) et d’é­co­no­mi­ser son temps d’u­ti­li­sa­tion mal­gré la pluie conti­nuelle qui le ren­dait qua­si­ment indis­pen­sable. Pour la GoPro, qui se recharge par USB, nous pen­sions avoir eu une excel­lente idée en inves­tis­sant dans un e‑werk : un petit boi­tier qui se branche sur la dyna­mo. Hé bien après 60km, nous n’a­vions que quelques minutes de charge pour la GoPro… Sachant que nous vou­lions l’u­ti­li­ser éga­le­ment pour nos télé­phones por­tables et le Gar­min, ce fut une sacrée déception.

On pré­voit de retour­ner en Islande l’é­té pro­chain, pour une ran­don­née de 5 jours. Nous serons à pieds et je crois qu’on tes­te­ra plu­tôt les char­geurs solaires, du coup.

Qui dit voyager léger sans accès facile à l’électricité, dit « cartes mémoire »

Des bat­te­ries et des cartes mémoire, c’est un peu le com­bo gagnant obli­ga­toire. En effet, poids réduit au mini­mum et accès à l’élec­tri­ci­té limi­té, ça veut dire qu’on ne peut pas dépendre d’un ordi­na­teur ni d’un videur de cartes mémoire.
Le pro­blème, c’est que je sou­haite pou­voir faire une petite vidéo en ren­trant, et il me faut donc fil­mer mais aus­si faire des time-lapses. Notre par­te­naire San­disk nous a donc grâ­cieu­se­ment four­ni deux cartes Com­pact Flash Extreme Pro de 32Go. Elles sont par­faites : un bon débit pour n’a­voir aucune latence (avec des cartes aux débits trop faibles, l’en­re­gis­tre­ment cesse au bout de quelques secondes) ni en fil­mant, ni en pho­to­gra­phiant en rafales (utile pour mitrailler les gey­sers, par exemple !), et la capa­ci­té per­met de ne pas chan­ger de carte toutes les deux minutes. En effet : si, en pho­to, il est bien de mul­ti­plier les cartes de faible capa­ci­té pour ne pas tout perdre d’un coup en cas de pépin, c’est ingé­rable en vidéo : 4Go cor­res­pondent à 10 minutes de film ! Autant dire que ça défile, et qu’on se retrouve sou­vent à devoir chan­ger la carte pile quand il se passe un truc inté­res­sant (la loi de Mur­phy, hein...).
Il fau­dra alors bien gérer ses cartes, pour ne pas mélan­ger les « pleines » et les « vides ».

Sur les time-lapses, j’ai uti­li­sé une option bien sym­pa du 5DII : pou­voir shoo­ter en RAW avec une réso­lu­tion infé­rieure, et donc un poids de fichier minime. Ça évite de rem­plir la carte trop vite (5 secondes de vidéo en time-lapse = 125 pho­tos = plus de 2Go en réso­lu­tion maxi­male !) mais c’est aus­si un bon moyen de se plan­ter : ain­si, à plu­sieurs reprises, j’ai oublié de repas­ser à la réso­lu­tion maxi­male... Une nou­velle erreur à rajou­ter sur la liste !

Poursuivre la lecture vers un autre article..

16 commentaires

Emeline | Photo Synthèse 20 septembre 2012 - 11:41

J’a­vais com­pris autre chose dans « avant de déclen­cher ». Je pen­sais lire une sorte de méthode pour réa­li­ser ses pho­tos, les ima­gi­ner, les préparer.
Mais il est vrai qu » « avant de déclen­cher », c’est aus­si cela. Prévoir.
Les 5 bat­te­ries (que j’ai d’a­bord pris pour une très jolie pho­to de cho­co­lats :D) ont-elles été utiles ? Etait-ce trop ? trop peu ?
Une autre petite ques­tion, que je me pose pour abso­lu­ment tous les pho­to­graphes (ama­teurs comme pros) : com­bien de pho­tos as-tu fait en tout, et com­bien (ou quel pour­cen­tage) étaient selon toi réussies ?

Les pho­tos ici sont magni­fiques, comme d’ha­bi­tude. Les points de vue sont vrai­ment super ! J’a­dore celle qui a été prise au milieu de la route 🙂 Il serait inté­res­sant d’en apprendre plus sur tes façons d’i­ma­gi­ner une pho­to, com­ment tu trouves tou­jours le bon angle de vue, la pho­to originale. 

Eme­line

Répondre
Avant de déclencher | Aymeric Gobert 20 septembre 2012 - 13:52

[...] Avant de déclencher. [...]

Répondre
Oreille 20 septembre 2012 - 14:01

Eme­line : de prime abord, je pen­sais aus­si à ça, la mise en place juste avant la pho­to. Mais je me suis dit que d’autres trai­te­raient le sujet ain­si et qu’il valait mieux pri­vi­lé­gier une approche plus per­son­nelle, et donc j’ai détour­né un peu le sujet, pour « vrai­ment avant de déclencher » ^^. 

Pour te répondre : oui, les cinq bat­te­ries ont été bien utiles ! pile poil je pense, mais j’a­vais quand même sou­vent un oeil des­sus, pour savoir si j’es­sayais de trou­ver une prise pour char­ger ou non. Sur le nombre de pho­tos, c’est très variable, mais ce n’est pas parce que tu n’en uti­lises qu’une sur 100 que les 99 autres sont ratées, c’est juste que tu sélec­tionnes les meilleures !

Répondre
Une Bordelaise à Paris 20 septembre 2012 - 14:11

Cette « boîte à pho­tos », une très belle et très utile ini­tia­tive. Bra­vo pour cet article.

Répondre
Jérémy@Jérémy voyage 20 septembre 2012 - 18:56

5 bat­te­ries, tu n’y as pas été avec le dos de la cuillère 😉 Mais si elles t’ont toutes ser­vies, c’est que c’é­tait suffisant !
Quant aux objos, j’ai opté pour un 17 – 40, un 35f2 et un 50f1.8, mais une longue focale m’a quelques fois man­qué (pas tant que ça au final). Mais le 16 – 35 per­met­trait presque de rem­pla­cer le 17 – 40 et le 35, j’é­tu­die­rais ça. T’en es contente par rap­port à un 17 – 40 (si tu l’as déjà eu?)
Pour rechar­ger pas mal de choses, notam­ment par USB, on m’a offert un « power­tra­vel­ler power­mon­key », qui est un char­geur solaire avec une bat­te­rie et une foule d’a­dap­ta­teurs. Et ça marche plu­tôt bien, je m’en suis beau­coup ser­vi pen­dant mon TDM, notam­ment en Mon­go­lie où les prises de cou­rant ne sont pas légions. Et la petite bat­te­rie aide bien pour accu­mu­ler l’éner­gie solaire durant la journée.
Par contre, fais atten­tion aux per­for­mances des pan­neaux solaires, car le mien rechar­geait beau­coup beau­coup plus vite qu’un autre d’une marque lambda.
Et si jamais tu trouves un char­geur de bat­te­ries Canon en USB, tiens-moi au cou­rant, ça serait super pour allé­ger tous ces char­geurs et être plus nomade !

Répondre
Adil 20 septembre 2012 - 19:27

Moi ce qui m’é­tonne sur­tout, c’est l’u­ti­li­sa­tion du 100mm. C’est utile en dehors de la mac­cro. Pour­quoi ne pas prendre ton 70 – 200 ? Quel sac pho­to as tu uti­li­sé pour ce la ?

Répondre
Françoise 21 septembre 2012 - 7:21

ah je retrouve tou­jours avec plai­sir les articles de la boites à pho­to. celui ci ne fais pas excep­tion à la règle. Le choix des objec­tifs a du etre dif­fi­cile ....mais c’est vrai que lorsque l’on part en Island on s’at­tend à prendre plus de pay­sage et puis peu importe que l’on ai un 100 mm si l’on est près à se déplacer ...

Et puis je vou­drais dire que moi aus­si je suis très contente des cartes 32 Go. c’est vrai­ment une bonne taille !

Répondre
Oreille 21 septembre 2012 - 14:03

Une Bor­de­laise : c’est tou­jours inéte­res­sant de voir les dif­fé­rentes approches du sujet 🙂

Jéré­my : Je n’ai pas eu le 17 – 40, juste tes­té, mais je le trouve trop sombre à mon gout. Le 16 – 35 est génial pour cela : pas besoin d’un deuxième objo lumi­neux en parallèle !
Je ne me suis pas encore ren­sei­gnée sur les char­geurs solaires, mais je garde le tien en mémoire !
(et sinon, non, rien trou­vé pour les bat­te­ries en usb, alors que ça serait bien pratique…)

Adil : le sac, c’é­tait la sacoche de cintre et le 100mm logeait tout pile, ce qui n’au­rait pas été le cas du 70 – 200. En outre, je vou­lais faire pas mal de macro (et gros plans) et n’a­vait pas l’oc­ca­sion de faire beau­coup d’animalier.

Fran­çoise : c’est tou­jours un déchi­re­ment de devoir choisir !

Répondre
Emeline | Photo Synthèse 21 septembre 2012 - 23:03

J’en­tends bien qu’on ne sélec­tionne que les meilleures. Je vou­lais juste avoir un ordre d’i­dées pour ce voyage en par­ti­cu­lier. Simple curiosité 🙂

Répondre
Florence 22 septembre 2012 - 18:10

Bon­jour,

Comme je t’en­vie, quand je vois ces pho­tos magni­fiques. Mal­heu­reu­se­ment pour moi quand j’ai fait le tour de l’Is­lande je ne m’in­té­res­sais pas encore à la pho­to, j’en ai pris des tas mais si je les regar­dais main­te­nant je ne pour­rai qu’être déçue. Je pense qu’au­jourd’­hui, avec sim­ple­ment quelques mois de pra­tique pho­to je sau­rais un peu mieux cap­ter cette lumière sublime, de Strok­kur à Höfn en pas­sant par le Snaefellness.

Répondre
Le_Renard_Polaire 23 septembre 2012 - 10:58

Bon­jour !

Pour les pro­blèmes de réglages oubliés, pour­quoi ne pas essayer les modes cus­tom du 5D mark II (C1, C2 et C3).

Cela per­met d’en­re­gis­trer des para­mètres typiques et de pas­ser rapi­de­ment des uns aux autres.

Rémy

Répondre
Patrick 23 septembre 2012 - 16:24

Sans être du tout pas­séiste, (j’apprécie les qua­li­tés du numé­rique et je pho­to­gra­phie en numé­rique) il faut bien admettre que ce pro­blème de charge est l’é­norme point noir du numé­rique par rap­port à un boi­tier argen­tique 100% mécanique.
Ça va s’a­mé­lio­rer, à n’en pas dou­ter, mais pour cer­tains pro­jets, la solu­tion argen­tique est à consi­dé­rer, même si le choix de pel­li­cules est plus que limité.

Répondre
Avant de déclencher | Aymeric Gobert 18 novembre 2012 - 17:34

[...] Madame Oreille, Auré­lie nous fait part de son expé­rience à tra­vers un voyage en [...]

Répondre
Avant de déclencher | Le tiroir du photographe 29 novembre 2012 - 16:15

[...] Madame Oreille, Auré­lie nous fait part de son expé­rience à tra­vers un voyage en [...]

Répondre
Avant de déclencher | Le tiroir du photographe 25 septembre 2013 - 20:14

[…] Madame Oreille, Auré­lie nous fait part de son expé­rience à tra­vers un voyage en Islande. Auré­lie nous invite […]

Répondre
Erwan Genet 12 novembre 2013 - 15:19

Mer­ci pour tous les conseils que vous nous don­nez sur ce blog. Beau blog 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.