fbpx

Carnet d’un Japon hors des sentiers battus : pluie et brouillard

par Madame Oreille

Savez-vous qu’il existe 50 façons dif­férentes de dire pluie en japon­ais ? Cinquante nuances pour définir son inten­sité, sa tem­po­ral­ité, sa saisonnalité.

Dans cet arti­cle, je vous emmène décou­vrir de l’art mod­erne, un vil­lage tra­di­tion­nel, et une grand ville, le tout par mau­vais temps mais c’est beau quand même !

Mais ce n’est pas parce qu’il pleut que le voy­age s’ar­rête, bien au con­traire. Non seule­ment la pluie et le brouil­lard ren­dent cer­tains lieux encore plus pho­togéniques, mais surtout le Japon four­mille de vis­ites en intérieur, cer­taines com­plète­ment insolites.

[pul­lquote aligne=right] Plus d’in­fos sur le musée d’Echi­go Tsumari.
[/pullquote]

Et c’est ain­si que je me retrou­ve dans le musée d’art con­tem­po­rain d’Echi­go Tsumari. La région entière est dédiée à l’art, avec des œuvres répar­ties un peu partout, et un gros fes­ti­val tous les trois ans (la dernière tri­en­nale a eu lieu en 2015). Ce grand musée regorge d’œuvres un peu bar­rées, par­fois très imposantes, inter­ac­tives. La plu­part sont impos­si­bles à pho­togra­phi­er tant ça ne rendrait pas jus­tice à la créa­tion. Ain­si, on tra­verse un long tun­nel en trompe l’œil, on explore un poteau de bar­bi­er géant... Mon coup de cœur va à une œuvre de Ryota Kuwakubo, inti­t­ulée LOST #6 : une pièce plongée dans l’ob­scu­rité avec, pour seule lumière, le phare d’un train élec­trique. Celui-ci suit son tra­jet, et dévoile un jeu d’om­bres sur les murs grâce à des objets dis­posés de part et d’autres des rails. C’est tout sim­ple et très poétique.

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus

Je vis­ite ensuite une œuvre dans laque­lle on peut dormir : House of Light (James Tur­rell). De loin, ça ressem­ble à une mai­son japon­aise tra­di­tion­nelle. En ren­trant, on décou­vre les petits détails : le toit ouvrant, notam­ment (la pre­mière pho­to, ci-dessous). Et de nuit, tout s’illumine !

Je finis ma décou­verte de l’art con­tem­po­rain dans un musée en forme de vais­seau spa­tial, au milieu des champs...

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus

Le cen­tre cul­turel de Mat­su­dai Nohbu­tai abrite lui aus­si bon nom­bre d’œuvres, dont une par­tie est dans le parc qui entoure le site. Son restau­rant est assez réputé, j’en prof­ite pour tester la nour­ri­t­ure de la région. Car oui, au même titre que la France, chaque région du Japon a ses spé­cial­ités, sa gas­tronomie. Ne me deman­dez pas les noms des plats et légumes, je sais juste que tout était très bon ! (Et chaque région vous expli­quera que sa sorte de riz est la meilleure...)

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus
Je ter­mine mon incur­sion à Toka­machi dans le coin le plus con­nu, ses riz­ières. La météo n’est mal­heureuse­ment tou­jours pas avec moi, mais même sans soleil, la prom­e­nade est agréable.

Je quitte la pré­fec­ture de Niiga­ta pour celle de Gifu. Direc­tion Takaya­ma, la ville la plus touris­tique de mon itinéraire (son nom­bre de mon­u­ments his­toriques lui vaut l’ap­pel­la­tion « petite Kyōto »).
Il fait nuit quand j’ar­rive, et il pleut des cordes. Mais je trou­ve la ville assez pho­togénique, ain­si sous la pluie. J’emprunte un para­pluie à l’hô­tel, et je fais le tour du quartier.

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus
Takaya­ma est con­nue pour son fes­ti­val de yatai, des chars décorés défi­lent dans toute la ville. Ils sont gigan­tesques, valent des for­tunes, et sont stock­és dans des petits entre­pôts dédiés, chaque quarti­er ayant le sien, ou exposés à tour de rôle dans le musée qui leur est con­sacré. La vis­ite est donc qua­si-oblig­a­toire, au moins pour se ren­dre compte de la taille des chars et de l’im­por­tance de cette tradition.

En sor­tant du musée, je me promène dans le marché puis dans la vieille ville. Quelques rues ont été con­servées, gar­dant une archi­tec­ture tra­di­tion­nelle. Très prisées par les touristes, les mag­a­sins sont naturelle­ment devenus prin­ci­pale­ment des bou­tiques de sou­venirs. Mais cela n’en­lève rien au charme du lieu.

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus

Un petit peu à l’ex­térieur de Takaya­ma, se trou­ve le vil­lage de Shi­rakawa-gō. Il faut un peu de temps pour s’y ren­dre, mais le détour vaut le coup : dans une petite val­lée tra­ver­sée par une riv­ière, au milieu des mon­tagnes, ce petit vil­lage a con­servé une archi­tec­ture tra­di­tion­nelle. Et c’est bien évide­ment dans la pluie et le brouil­lard que je décou­vre les lieux. Et une fois encore, ça rajoute indé­ni­able­ment « un petit quelque chose ».

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus

Si vous arrivez à déchiffr­er le prospec­tus, sachez que ce restau­rant minus­cule et famil­ial est très bon !

Le vil­lage est inscrit au pat­ri­moine mon­di­al de l’hu­man­ité. Les maisons y sont typ­iques : toit pen­tu pour sur­vivre à la neige, en chaume. Aujour­d’hui encore, les habi­tants du vil­lage s’en­traident pour remet­tre la paille et refaire les toi­tures régulière­ment. Il est pos­si­ble de vis­iter cer­taines habi­ta­tions. Je ren­tre dans la mai­son Wada, et son pro­prié­taire m’en fait faire le tour. Il m’ex­plique l’ex­ploita­tion des vers à soie qui étaient l’ac­tiv­ité prin­ci­pale, le chauffage d’une mai­son aus­si grande, la ven­ti­la­tion indis­pens­able pour pro­téger le toit de l’hu­mid­ité. Il sem­ble fier de per­pétuer la tra­di­tion, rap­pelant avec un sourire mali­cieux que sa mai­son est la plus grande de Shirakawa-gō.

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus
A cet instant de l’ar­ti­cle, je vais faire une tran­si­tion digne des meilleurs présen­ta­teurs de JT. Nous allons pass­er du vil­lage tra­di­tion­nel à l’hô­tel tra­di­tion­nel, le ryokan.

J’ai donc essayé de dormir à la japon­aise quand j’é­tais au Mimat­su à Fukui. C’est assez étrange, quand on n’a pas l’habi­tude. Il faut imag­in­er ren­tr­er dans une pièce vide. Il y avait juste un petit bureau avec une chaise basse, au milieu de la pièce. Pas de table de chevet, de lampe. Et c’est pen­dant que je mangeais, qu’un employé de l’hô­tel est passé installer le mate­las et une cou­ette à‑même le sol (note : c’est moi qui ai placé la tête du mate­las con­tre le mur, à l’o­rig­ine c’é­tait au milieu de la pièce). C’est donc assez étrange par rap­port à ce que l’on peut con­naître, mais je n’ai pas mal dormi !

J’en ai égale­ment prof­ité pour tester un petit onsen pri­vatif (bain ther­mal), placé sur le bal­con de ma cham­bre. Il me sem­ble qu’en­core aujour­d’hui les japon­ais ne sont pas des grands fan de tatouages (voir cet arti­cle par exem­ple), or il faut être nu pour ren­tr­er dans les bains. Du coup, jusque-là, je n’avais pas osé tester ceux de mes hôtels (ni celui au saké dans l’épisode précé­dent, notam­ment !). Au final, surtout en extérieur (avec de l’air frais et la pluie qui tombait en grande quan­tité), c’est plutôt agréable.

17_japon_014_ryokan

Il faut égale­ment que je vous par­le du repas. A plusieurs repris­es, je me suis retrou­vée face à ces petites casseroles dans lesquelles la nour­ri­t­ure cuit à côté de nous, une « petite bougie » placée en-dessous, c’est très mignon. Mais ce qu’il faut que je vous dise, c’est que je n’ai jamais su com­ment manger. Rien à voir avec les baguettes, juste trou­ver l’or­dre des plats, les impairs à ne pas com­met­tre. Ain­si, je savais qu’on ne plante pas ses baguettes dans le riz, mais j’ig­no­rais qu’il ne fal­lait pas mélanger les plats (pren­dre un bout dans l’assi­ette de viande et le pos­er dans le bol de riz, par exem­ple, ne se fait pas). Il y a un ensem­ble de règles à respecter. On par­don­nera ces quelques erreurs aux touristes que nous sommes mais, à titre per­son­nel, j’aime essay­er de respecter les cou­tumes locales.

Au petit matin, je me rends sur les falais­es de Tojin­bo. Face à moi, l’é­ten­due de la mer du Japon. Un mil­li­er de kilo­mètres en face, c’est la Corée du Nord. Je con­tem­ple l’eau à perte de vue, les vagues qui se fra­cassent sur les rochers. Le lieu est aus­si celui d’une légende, celle de Tojin­bo. Il en existe plusieurs vari­antes. Dans cer­taines his­toires, ce sont les habi­tants du vil­lage qui se sont fait ain­si jus­tice ; dans d’autres, c’est un règle­ment de comptes amoureux. Mais la fin est tou­jours la même : un moine du nom de Tojin­bo est mort jeté de ces falais­es, et son fan­tôme hante les lieux, provo­quant tem­pêtes et vents violents.

Japon hors des sentiers battus
Japon hors des sentiers battus

Le temps se gâte. Peut-être est-ce la faute de ce satané fan­tôme : me voilà oblig­ée de quit­ter ces reposantes falais­es de basalte pour trou­ver un abri.
La région de Fukui est célèbre pour ses dinosaures. Ils ont un site de fouilles (qui se vis­ite en été), et un musée dont ils sont assez fiers, réu­nis­sant des squelettes du monde entier et pro­posant des mis­es en scènes assez amu­santes. Cer­taine­ment un des rares musées où il est facile de venir avec un enfant !

carnet_japon_2c-dinoOK

Le Japon est un pays d’ex­trêmes, de grands écarts per­pétuels. C’est le dépayse­ment le plus com­plet. J’ai été sur­prise, amusée, enchan­tée, mille fois par mille et un détails. Et par­mi ces petites choses qui m’ont mar­quée, il y a l’om­niprésence des mas­cottes, ces petits êtres sor­tis d’un car­toon (ou man­ga, plutôt) qui ser­vent d’ef­fi­gies à chaque lieu, même le plus sérieux du monde. Ain­si, chaque pré­fec­ture, entre­prise, site touris­tique, a sa pro­pre mas­cotte : les yuru-chara. Fukui, for­cé­ment, a donc décliné les dinosaures, qu’on retrou­ve à toutes les sauces. Le petit dino vert est la mas­cotte d’o­rig­ine, qui s’est retrou­vé affublé de copains. Et, un peu partout, vous retrou­vez des dinosaures, même sur des choses très sérieuses et officielles.

Ain­si, aux ruines du clan Asaku­ra, je décou­vre la mas­cotte du site, un petit samouraï. Les touristes japon­ais se pressent autour du per­son­nage cos­tumé, et le directeur affiche car­ré­ment une cra­vate décorée de sa mas­cotte ! C’est si impor­tant qu’il existe désor­mais une école pour devenir yuru-chara, oui oui oui ! (Dois-je pré­cis­er qu’il existe tout un tas de pro­duits dérivés à l’effigie de chaque mas­cotte dans chaque gare ?)

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus

Dans un sur­saut sar­cas­tique, vous pour­riez vous dire « donc ce mec, dans le cos­tume, là, il a fait des études pour faire ça ? ». Mais en fait, après l’avoir regardé tra­vailler pen­dant un bon moment, on se rend compte de la dif­fi­culté du boulot. Il a tout un pan­el de mim­iques à ressor­tir pour trou­ver de la var­iété dans ses expres­sions, et il ne peut s’ex­primer que par son corps, sans par­ler. Et je ne par­le même pas de la dif­fi­culté pour voir quelque chose ou se mou­voir dans ce costume.

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus

Après une dernière prom­e­nade dans le brouil­lard des mon­tagnes japon­ais­es, je ter­mine mon voy­age à Osa­ka. Le retour à la foule est éton­nement aisé ici, avec ce métro rose bon­bon, ces gens polis et courtois.

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus

Je passe la soirée à arpen­ter les rues du quarti­er de Shin Ume­da. Je décou­vre que Har­ry Pot­ter fait de la pub pour de la bière, et je déguste mon pre­mier okonomiya­ki dans un minus­cule restau­rant plan­qué à l’é­tage d’un immeu­ble. Les murs sont cou­verts de pho­tos de joueurs et joueuses de foot­ball, la télé dif­fuse un match de base­ball, l’am­biance est étonnante.

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus
Et for­cé­ment, je ter­mine la soirée à l’Ume­da Sky Build­ing, une tour de 173m de haut qui se ter­mine par un obser­va­toire. On y a une vue à 360°C sur toute la ville. J’ob­serve les jeunes japon­ais qui se tirent le por­trait entre eux. Le lieu est surtout con­nu des jeunes cou­ples qui peu­vent s’im­mor­talis­er après avoir attaché leur cade­nas. Un petit promon­toire est prévu pour pos­er le télé­phone et avoir une forme de cœur sur sa photo...

Japon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battusJapon hors des sentiers battus

Mon matériel photo sur ce voyage

20151119_072657Sac Nation­al Geo­graph­ic Africa – Appareil reflex Canon 5d mark II
Objec­tif Canon 16–35 II – Objec­tif Canon 50 1.4 – Fil­tres dégradés LEE

Poursuivre la lecture vers un autre article..

15 commentaires

Virginie B / Fais-toi la Belle 21 décembre 2015 - 15:57

mer­ci pour ce mag­nifique reportage, voici un pays qui m’at­tire beaucoup

Répondre
Mathilde - Voyager en photos 21 décembre 2015 - 19:01

Je suis restée 4 jours à Takaya­ma mais j’ai pas fait le fameux musée incon­tourn­able... j’avais peur que ce soit bien kitsch. Sinon j’ai adorée cette ville et je ne sais pas pourquoi elle n’est pas très con­nu à l’é­tranger, il y a vrai­ment beau­coup de choses à décou­vrir et c’est un bon point de base pour explor­er les Alpes Japonaises !
Bref sinon tout ça me donne envie de retourn­er au Japon. Je pen­sais avoir fait le tour du cen­tre de Hon­shu après 2 voy­ages, mais grâce à ton arti­cle je me rends compte que non.
Petit coup de coeur en par­ti­c­uli­er pour le musée d’art con­tem­po­rain que tu présentes en début d’article ... 🙂

Répondre
Renaud 21 décembre 2015 - 20:27

Bon­soir,
Superbe arti­cle comme d habitude.

Répondre
Sido de Errancesimmobiles 21 décembre 2015 - 20:39

J’adore cette façon de présen­ter ton arti­cle, comme un car­net de voy­age. C’est très très beau. Tes pho­tos sont de toutes façons somptueuses mais cette présen­ta­tion les mets vrai­ment en valeurs. Mer­ci de ce voy­age immobile !

Répondre
Eugenie 22 décembre 2015 - 13:22

Comme le précé­dent arti­cle, tou­jours aus­si mer­veilleux. Je note la ville des dinosaures que tu m’as fait décou­vrir et que j’ai très envie de vis­iter. Les falais­es aussi !
Les japon­ais ne sont effec­tive­ment pas friands de tatouages, mais finale­ment tu trou­ves quand meme le moyen de faire plusieurs onsens, notam­ment ceux dans la nature, les pri­vat­ifs ou encore les bains publics des villes (sen­tô) qui accueil­lent tout le monde. J’ai fait un arti­cle à ce sujet, partageant plusieurs adress­es ou le tatouage n’a jamais posé prob­lème : http://cocoyuyu.blogspot.fr/2013/12/quid-du-tatouage-au-japon.html

Répondre
Madeleine à bicyclette 22 décembre 2015 - 19:12

Le vil­lage de Toka­machi et ses riz­ières ont l’air sub­limes ! Et c’est avec beau­coup d’é­mo­tion que je prof­ite de tes jolis clichés à Shi­rakawa, c’est telle­ment dif­férent de ce que j’ai vu ce print­emps ! As-tu goûté leur spé­cial­ité alcoolisée nom­mée doburoku ? Un régal !

Répondre
Lunie 30 décembre 2015 - 15:34

Superbe arti­cle!! Bon, je suis déjà une grande pas­sion­née du Japon (bien­tôt mon 5ème voy­age qui sera en juin *o*) mais là vrai­ment j’ai un gros coup de coeur. J’adore tes pho­tos, la façon dont tu les montes et les agences pour don­ner un look vrai­ment unique à ton arti­cle ! Et j’ai adoré décou­vrir des endroits que je n’ai pas encore vis­ité ! Je pense retenir cer­tains coins pour de prochains séjours là bas *o*
Sinon moi aus­si j’adore le brouil­lard et cette atmo­sphère toute spé­ciale lorsque je voy­age (prin­ci­pale­ment au Japon en fait)... ça fait des pho­tos uniques et avec par­fois bien plus d’im­pact que s’il avait fait plein soleil 😉

Lunie Chan – Le Blog

Répondre
Coup 17 janvier 2016 - 15:45

Mag­nifique car­net de route !
Mille bravos

Répondre
Florence 24 février 2016 - 9:33

Ton arti­cle est superbe ! Les pho­tos retran­scrivent par­faite­ment l’am­biance que l’on peut ressen­tir au Japon !

J’adore ce pays, je suis par­tie 2 fois 3 semaines et d’après ce que je vois de ton car­net de voy­age, il me reste encore pas mal de choses à décou­vrir !!! J’ai moi aus­si bcp aimé Takaya­ma (et son musée comme tu le dis est impres­sion­nant) et Shi­rakawa, n’en par­lons pas, c’est une vrai mer­veille ce petit vil­lage ! Surtout quand on se bal­lade au petit matin quand il n’y a aucun touriste !

Répondre
Sam 23 mars 2016 - 3:28

Juste pour soulign­er que j’adore aus­si le style des pho­tos, l’ar­ti­cle est vrai­ment agréable à par­courir et à lire !

Répondre
Julie 3 mai 2016 - 13:12

Superbe arti­cle ! Nous ren­trons d’un voy­age de 20 jours au Japon avec notre bébé de 6 mois, et avons prof­ité du San­no mat­suri (le fes­ti­val avec pro­ces­sion des yatai) à Takaya­ma, c’é­tait mag­ique ! Je n’ai qu’une envie : y retourner !
Mer­ci de nous faire voy­ager à tra­vers ces beaux articles.

Répondre
Michaël 16 octobre 2016 - 14:43

Bon­jour Aurélie,

Je cher­chais des lieux où me ren­dre pour admir­er le momi­ji en Novem­bre. On peut dire que j’ai fait le stock grâce à toi. Ce mois de Novem­bre sera donc l’oc­ca­sion ou jamais de faire un tour dans la pré­fec­ture mécon­nue de Fukui.

Bonne journée et merci !

Répondre
Alex le mec qui a 1 million d'abonnés instagram 27 avril 2017 - 16:47

Salut salut ! 🙂
Le Japon sous la pluie, sacré défi ! Per­so mon humeur est majori­taire­ment liée au soleil qu’il y a dehors. Mais tu t’es plutôt bien débrouil­lée ! J’ai fait Shi­rakawa-Go sous la pluie aus­si donc j’ai eu le même ren­du. Les falais­es ont l’air très belles et le ren­du des pho­tos de nuit est vrai­ment quali. J’adore l’ef­fet « car­net de voy­age » que tu donnes aux arti­cles genre je mets 3 pho­tos, des baguettes, un jour­nal. Enfin bref, bel arti­cle, mer­ci de nous faire voy­ager et à bientôt !

Répondre
Thomas 7 décembre 2017 - 2:50

Je décou­vre ton blog pour la pre­mière fois aujour­d’hui et je suis très impres­sion­né. D’une part par tes pho­togra­phies où rien n’est lais­sé au haz­ard mais égale­ment par les mon­tages façon scrap­book que tu fais. C’est vrai­ment sym­pa. Je suis arrivé au Japon il y a peu et j’ai hate de décou­vrir toutes les mer­veilles que ce pays a a pro­posé. Mer­ci beau­coup pour ton travail.

Répondre
Caps 8 décembre 2017 - 0:05

Un petit com­men­taire car j’ai souri à la lec­ture de cet arti­cle : moi aus­si je changeais de sens mon lit dès que le per­son­nel de l’hô­tel était par­ti (tête face à la fenêtre dont les rideaux ne sont pas assez occul­tants ça ne m’al­lait pas :p )

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.