fbpx

Inclure le soleil dans ses photos (et comprendre la mesure d’exposition)

En faisant la rétro­spec­tive des voy­ages que j’ai racon­té sur le blog en 2013, je me suis ren­due compte qu’un grand nom­bre de mes pho­tos avaient un point com­mun : j’in­tè­gre très sou­vent le soleil dans mes cadres. C’est cer­taine­ment le fait du 16–35, l’ob­jec­tif qui ne quitte qua­si­ment jamais mon reflex depuis que j’en ai fait l’acquisition, il y a un an et demi.

Mon­tr­er le soleil, jouer avec lui dans ses com­po­si­tions, c’est un bon moyen pour don­ner une dynamique ou du relief à la pho­to, alors que l’heure n’est pas la plus jolie pour la lumière, puisque typ­ique­ment, on fera ça lorsque le soleil est encore assez haut ! (Si on attend qu’il se couche, les prob­lé­ma­tiques ren­con­trées sont alors dif­férentes : voir cet arti­cle !)

Donc, aujour­d’hui, petit arti­cle tech­nique sur com­ment on peut pho­togra­phi­er le soleil !

Alors, avant toute chose, ici je vais par­ler du fait d’in­clure le soleil. C’est une nuance impor­tante : n’u­tilisez pas ces con­seils pour aller pho­togra­phi­er le soleil au téléob­jec­tif ! C’est une très mau­vaise idée !

Ostende_IMG_1834 copieOstende

Ce n’est pas possible avec tous les appareils photos

Inclure le soleil sans avoir une grosse boule blanche qui crame tout (ou un paysage tout noir) n’est pas pos­si­ble avec tous les appareils pho­to. Il est néces­saire d’avoir un cap­teur qui offre une dynamique suff­isam­ment impor­tante pour garder de l’in­for­ma­tion dans tous les extrêmes, sans obtenir une image trop con­trastée. Le matériel influ­ence égale­ment le ren­du du soleil et du flare : la forme des pointes, et les « reflets », ces aber­ra­tions chro­ma­tiques qui appa­raîtront peut-être dans les coins.

A titre d’ex­em­ple, voici deux images, brutes (sans retouche), pris­es au même endroit, à quelques sec­on­des de décalage. La pre­mière est prise au 5dII (16–35, donc !) et la deux­ième avec un iPhone. Les gros ronds ros­es sont le flare clas­sique des smart­phones...

soleil_turin_brutesoleil_iphone

Si je voulais être hon­nête, je pré­cis­erai que le 5DII par­tait avec un avan­tage très net, qui sera un acces­soire très utile dans ces sit­u­a­tions : un fil­tre polar­isant sur l’ob­jec­tif. En effet, celui-ci va den­si­fi­er le ciel et ren­forcer le con­traste avec le soleil.

Autre acces­soire qui sera sou­vent utile : les fil­tres dégradés. Mais je vais les laiss­er de côté pour cet arti­cle, ça reste du matériel spé­cial­isé et cou­teux.

La clef est dans l’exposition

Lorsque vous prenez une pho­to, l’ap­pareil décide des réglages en se calant sur ce que devrait être une bonne expo­si­tion selon lui (une image ni trop claire ni trop fon­cée). Par exem­ple, vous êtes en mode Pri­or­ité à l’Ou­ver­ture, vous choi­sis­sez un diaphragme de 2.8, et le reflex va cal­culer qu’il faut une vitesse de 1/500ème de sec­onde pour que l’im­age soit exposée cor­recte­ment. Si vous êtes en Pri­or­ité à la Vitesse, le boiti­er se basera sur cette même mesure de l’ex­po­si­tion pour choisir l’ou­ver­ture néces­saire, et si vous êtes dans un mode automa­tique, il choisira lui même les deux valeurs.

La mesure d’ex­po­si­tion est un truc auquel on fait rarement atten­tion. Il en existe trois dif­férentes :

  • La mesure éval­u­a­tive ou matricielle est cer­taine­ment celle sur laque­lle votre appareil est réglé. L’ap­pareil analyse l’ensem­ble de la scène et déter­mine l’ex­po­si­tion en fonc­tion de la lumi­nosité glob­ale. C’est sim­ple à utilis­er, et poly­va­lent.
  • La mesure sélec­tive à prépondérance cen­trale fonc­tionne un petit peu de la même manière, mais priv­ilégie le cen­tre de l’image.
  • La mesure spot est assez rarement util­isée car l’analyse est faite sur un point très pré­cis de l’im­age (chez Canon, il s’a­gi­ra du col­li­ma­teur cen­tral, et chez Nikon ce sera le même col­li­ma­teur que celui de l’au­to-focus).

Il n’y en a pas une meilleure qu’une autre : c’est à vous de choisir selon votre façon de tra­vailler.
A titre per­son­nel, j’aime beau­coup utilis­er la mesure spot : je fais la mise au point et la mesure d’ex­po­si­tion avec le col­li­ma­teur cen­tral, je ver­rouille les deux puis je fais mon cadrage et déclenche. Le plus com­pli­quer sera de déter­min­er la par­tie de l’im­age qui sera, donc, cor­recte­ment exposée. Ce ne sera pas le soleil, sinon le reste de l’im­age sera trop som­bre. Ce ne sera pas les ombres, sinon le soleil sera trop blanc. Générale­ment, vous choisirez donc un entre deux, et si jamais c’est loupé, hé bien vous la ref­er­ez en changeant vos réglages !

Sous-exposer son image

Une solu­tion pour obtenir de beaux soleils en étoile con­siste à sous-expos­er volon­taire­ment son image. Cela con­siste à dire à l’ap­pareil « je veux ce réglage, mais je veux que mon image soit glob­ale­ment plus som­bre qu’avec l’ex­po­si­tion nor­male ». Sur mon 5DII, il me suf­fit de tourn­er la deux­ième molette (celle de la face arrière du boiti­er), sur d’autres appareils il fau­dra main­tenir un bou­ton enfon­cé en tour­nant l’u­nique molette. N’allez pas trop loin dans la sous-expo­si­tion, le but n’est pas d’avoir une image som­bre, mais de com­penser un peu l’ex­cès de lumi­nosité qui gâche un peu le ciel.

IMG_1466 copieSuisse

Notons tout de même que ça n’est pas pos­si­ble partout ni tout les jours : il faut avant tout une belle journée avec un beau ciel bleu !

De l’importance du RAW

J’ai sou­vent, sur ce blog, par­lé de l’im­por­tance d’u­tilis­er le for­mat RAW, même en voy­age. C’est un for­mat qui, certes, deman­dera quelques min­utes de développe­ment au retour, mais qui per­met de garder toutes les infor­ma­tions de la pho­to, ou tout du moins beau­coup plus qu’en jpeg.
C’est au développe­ment qu’on va en prof­iter pour pouss­er quelques curseurs : don­ner un peu de lumière dans les tons som­bres, un peu de matière dans les tons clairs. Il est impos­si­ble de vous don­ner des réglages types, tant tout dépen­dra de la pho­to, mais voici celle de Turin avant et après :

soleil_turin_brute IMG_2956

18 Commentaires

  1. Mer­ci pour ces infos, j’a­jouterais que la qual­ité et le type d’op­tique jouent aus­si pas mal dans le ren­du final. Cer­taines optiques ren­dent mieux le soleil de face en créant un belle forme étoilée plutôt qu’une grosse boule blanche.
    L’u­til­i­sa­tion d’un pare soleil peut aus­si aider à lim­iter les reflets par­a­sites sur l’im­age – qui peu­vent aus­si être intéres­sants à garder -

    1. C’est vrai oui, c’est là qu’on voit la dif­férence de prix entre deux optiques ! Mais même avec un bon objec­tif (j’ai le 16–35 de Canon) ça reste dif­fi­cile d’avoir des belles étoiles en toutes cir­con­stances. On reste dépen­dant de la météo (etc.) mal­heureuse­ment.

  2. C’est vrai que la mesure d’ex­po­si­tion est un élé­ment que l’on ne mod­i­fie que trop rarement (enfin dans mon cas).

    Une mise en garde toute­fois, pren­dre ce genre de pho­to néces­site des pré­cau­tions car il est dan­gereux de regarder le soleil dans le viseur. Quand je prends ce genre de pho­to, j’es­saye de cadr­er sans fix­er le soleil, presque à l’aveu­gle.

  3. Plein de bons trucs pour réaus­sir l’ex­po­si­tion de ses pho­tos, mer­ci. Juste une petite pré­ci­sion, on obtient de beaux soleils en étoile en fer­mant beau­coup le diaphragme, soit en choi­sis­sant une valeur f élevée (f22 par exem­ple).

    1. J’au­rais dû le pré­cis­er, effec­tive­ment. Par con­tre, je décon­seille les diaphragmes trop fer­més car on perd beau­coup en piqué. Il vaut tou­jours mieux éviter les valeurs extrêmes des objec­tifs pour une qual­ité opti­males.

  4. Hier je cher­chais des infos sur inter­net suite à des flares gênants sur mes dernières pho­tos ; j’ai lu ce post... et j’ai com­mandé aus­si sec un fil­tre et un pare-soleil !! Mer­ci donc !

  5. mer­ci pour cette tech­nique, je prends aus­si de nom­breuses pho­tos et je n’avais pas eu jusque là l’idée de jouer avec le soleil... mais en voy­ant le résul­tat par­ti­c­ulière­ment réus­si sur ton site, je me dis que cela vaut le coup d’es­say­er de l’in­clure dans la com­po­si­tion ! Mer­ci pour les con­seils !

  6. Ces tech­niques peu­vent être très utiles en effet, je me suis tou­jours demandé com­ment faire pour inté­gr­er le soleil sur une pho­togra­phie sans qu’il ne l’éblouisse totale­ment ! Tes astuces me per­me­t­tront de m’en sor­tir la prochaine fois que je fais une ses­sion pho­togra­phie de paysages. Mer­ci à toi, j’en­reg­istre ton arti­cle dans mon dossier tech­niques de pho­togra­phies, à bien­tôt !

  7. J’ai décou­vert ton blog récem­ment par hasard et je dois dire que je bois tes arti­cles. Le blog est vrai­ment chou­ette, joli tem­plate et tes pho­tos sont mag­nifiques. Je pen­sais juste­ment pren­dre des cours de pho­tos bien­tôt mais je vais décaller un peu et aller fouiller ton blog. Ce n’est pas si sou­vent que l’on tombe sur de vrais beaux blogs alors c’est tou­jours bien de le men­tion­ner 🙂
    Bonne con­tin­u­a­tion !

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest