fbpx

Chasse au fantôme dans les terres ancestrales d’Irlande de l’est

A par­tir de Dublin, j’ai exploré le sud-est de l’Irlande, les Ter­res Ances­trales, chargées d’Histoire... et de fan­tômes !

Je ne crois pas aux fan­tômes. Si je n’aime pas cass­er un miroir, c’est parce que je n’aime pas cass­er des choses tout court. Et si je ne passe pas sous une échelle, c’est sim­ple­ment par bon sens. Bref, je ne suis pas super­sti­tieuse. Mais il y a des endroits qui vous font douter. D’une part pour le plaisir de l’adrénaline, et d’autre part, parce qu’à force de ren­con­tr­er des gens qui y croient, on finit par se pos­er des ques­tions.

Étrange rencontre à Waterford

Je suis à Water­ford. Il pleut. J’ai sym­pa­thisé avec une jeune néer­landaise et nous sil­lon­nons les rues à la recherche d’œuvres de street art. Soudain, nous sommes inter­pel­lées par un jeune homme. Il a envie de papot­er. Et comme c’est le cas depuis le début de mon séjour en Irlande, il nous racon­te une his­toire de fan­tôme avant même de nous dire son nom. Il n’a pas vrai­ment vu le fan­tôme, il l’a surtout sen­ti et enten­du. C’était un chien fan­tôme qui s’est mis à grogn­er en sa présence. Le chien a frôlé ses mol­lets, menaçant. Une sil­hou­ette floue et som­bre, raz-du-sol. Notre homme lui a dit de s’en aller. La sil­hou­ette a grogné. Quelqu’un est arrivé. Le chien a dis­paru. Il ne l’a jamais revu.
C’était dans une rue du cen­tre-ville, à quelque mètres de l’endroit où nous dis­cu­tons, en ren­trant de soirée.
J’ai demandé à Robin Luke si c’était arrivé en ren­trant du pub. Il m’a répon­du oui, très sérieuse­ment. Les his­toires de fan­tômes irlandais com­men­cent sou­vent par je ren­trais du pub et...

IRLANDE-terresAncestrales_023Robin Luke Sky­walk­er (ses par­ents étaient fans...) s’éloignant dans les rues de Water­ford, sous son para­pluie mul­ti­col­ore.

Les fantômes de Jerpoint Park

Je ren­con­tre Joe O’Connor, un matin, chez lui. Il vit au milieu des mou­tons et des fan­tômes mais rien n’était prémédité. Nous sommes à côté de Thomas­town, dans le comté de Kilken­ny. On devine l’Abbaye de Jer­point au loin.

IRLANDE-terresAncestrales_028

Revenons 11 ans en arrière. Joe est éleveur de porcs. Il s’apprête à par­tir en retraite et cherche un lopin de terre où s’installer au calme avec son épouse. Un pan­neau annonçait « à ven­dre » sur le por­tail. Joe est tombé amoureux de cette vieille mai­son, cernée par un immense ter­rain au fond duquel coule une riv­ière. Il a tout de suite su qu’il devait acheter la pro­priété. Il igno­rait alors qu’il allait devenir le gar­di­en de Jer­point Park...

Nous sommes devant une grand corps de ferme. Joe me présente son chien, fidèle com­pagnon, dressé à regrouper les mou­tons en quelques sec­on­des. Il sif­fle, le chien s’aplatit au sol, à l’arrêt. Il re-sif­fle, le chien part en courant à droite. Sif­fle­ment. A gauche. Les mou­tons suiv­ent le mou­ve­ment. Le chien garde ses dis­tances, eux aus­si. Le chien n’a pas peur des fan­tômes.

IRLANDE-terresAncestrales_027 IRLANDE-terresAncestrales_026

En emmé­nageant, Joe a décou­vert un vieux mur en pier­res, alors recou­vert par la végé­ta­tion. Quelques fouilles plus tard, il met­tait au jour les ruines d’une église et pre­nait con­science de la valeur et de l’importance du lieu.

Il sourit en me racon­tant une anec­dote. Lui et sa femme se sont mar­iés le 6 décem­bre, jour de la Saint Nico­las, détail déjà amu­sant puisque leur fils s’appelle juste­ment Nico­las (en hom­mage au grand-père). Ce fut donc une sacrée coïn­ci­dence quand ils ont décou­vert que ça n’était pas n’importe quelle église qui était là, cachée sous les feuilles, et que quelqu’un de spé­cial se trou­vait dans le cimetière...

IRLANDE-terresAncestrales_029

Il s’appuie sur son bâton de marche, prend des airs mi-amusé mi-mys­térieux. Joe sait racon­ter les his­toires. Il se tient devant une grande tombe, anci­enne. C’est celle de Saint Nico­las, celui qui inspir­era le Père Noël. Sa famille a décidé­ment un grand lien avec les Nico­las !

Nous par­courons le petit cimetière. Joe s’est telle­ment pas­sion­né pour cet endroit, que sa femme et lui seront enter­rés ici, c’est décidé. Et l’histoire ne s’arrête pas là...

IRLANDE-terresAncestrales_032

Nous tra­ver­sons le champ, au milieu des mou­tons. Joe me par­le d’un groupe de touristes chi­nois venus le voir, quelques années plus tôt. Il y avait par­mi eux un gamin de 12 ans. Celui-ci avait demandé au tra­duc­teur qui les accom­pa­g­nait de faire en sorte que tout le monde arrête de le fix­er. Mais il n’y avait per­son­ne d’autre que ses com­pagnons de voy­age, le gamin voy­ait les fan­tômes. Et les fan­tômes étaient intrigués par les pre­miers asi­a­tiques qu’ils voy­aient.
Joe ne les a jamais vus lui, les fan­tômes, mais il est per­suadé de deux choses : ils sont là et ils sont paci­fiques. Ils vivent en har­monie tous ensem­ble, en somme.

Joe pointe les mon­tic­ules de ter­res. Il faut imag­in­er que la terre recou­vre en fait les fon­da­tions des maisons de New­town Jer­point, que les rues étaient pavées entre chaque mai­son. La ville a dis­paru en 1600 sans qu’on sache vrai­ment pourquoi, prob­a­ble­ment son développe­ment économique s’est-il stop­pé.

IRLANDE-terresAncestrales_033
New­town Jer­point était une petite ville d’une trentaine de maisons et d’une quin­zaine de tav­ernes (un ratio tout à fait nor­mal en Irlande, sou­venez-vous de Kilken­ny !). On y trou­vait une tan­ner­ie, une brasserie, une fila­ture de laine, un palais de jus­tice, et l’église qui con­tient le tombeau de Saint Nico­las. C’était autre­fois un grand lieu de pèleri­nage (et des gens con­tin­u­ent de venir vis­iter la tombe, de temps en temps).

IRLANDE-terresAncestrales_030

IRLANDE-terresAncestrales_031

The Rock of Cashel et la silencieuse abbaye de Hore

Imag­inez un gros rocher. Au som­met de celui-ci, des bâti­ments con­stru­its au fil des épo­ques. La tour ronde, typ­ique­ment irlandaise, date du début du XIIème siè­cle. Elle côtoie une chapelle romane, une cathé­drale goth­ique (du XII­Ième), ain­si que les restes du pas­sage des Rois de Mun­ster, qui s’établirent ici au Vème siè­cle, époque à laque­lle Saint Patrick bap­ti­sa l’un d’eux. Saint Patrick, vous savez, le fon­da­teur du chris­tian­isme irlandais, celui qui a chas­sé tous les ser­pents de l’île ! C’est juste­ment au Rock of Cashel qu’il a pro­posé que le trèfle devi­enne un sym­bole irlandais (représen­tant la trinité).

IRLANDE-terresAncestrales_013

Avec tout ça, Rock of Cashel est bien sûr devenu l’un des mon­u­ments les plus vis­ités d’Irlande ! Dif­fi­cile d’entendre le moin­dre mur­mure fan­tômesque au milieu des foules mais, depuis le rocher, j’aperçois une petite ruine qui m’intrigue. Isolée au milieu d’un champ, c’est un petit monastère cis­ter­cien du XII­Ième siè­cle, l’abbaye de Hore. Un petit chemin la rejoint.

IRLANDE-terresAncestrales_014

Ici, le silence règne. Cette abbaye a autre­fois cristallisé les ten­sions des habi­tants de Cashel, la ville voi­sine. Au XII­Ième siè­cle, l’archevêque a fait un rêve dans lequel il était assas­s­iné par des moines béné­dictins. Du coup, il a don­né l’abbaye à des moins cis­ter­ciens, accom­pa­g­née des ter­res alen­tour. Inter­férant beau­coup dans les com­merces locaux, l’archevêque n’était déjà pas très appré­cié, et cette affaire n’arrangera pas son image auprès des habi­tants... il sera effec­tive­ment assas­s­iné.

IRLANDE-terresAncestrales_015

The Rock of Dunamase

Con­stru­it sur une colline rocheuse, un fort dom­i­nait autre­fois la région, juste à côté de Port­laoise. Les pre­mières références his­toriques au Rock of Duna­mase remon­tent à la fin du IXème siè­cle. En 845, les Vikings pil­lent les lieux. De cette époque, il ne reste pas grand chose, les ruines actuelles datant du XIIème siè­cle.

IRLANDE-terresAncestrales_007 IRLANDE-terresAncestrales_008 IRLANDE-terresAncestrales_009

Le château a un côté un peu sauvage. Le vent souf­fle entre les pier­res, fait chanter les murs. Les nuages et le soleil jouent à créer des ombres qui se dérobent devant les yeux. L’endroit est isolé, char­mant, mag­nifique, et le cadre lui con­fère un aspect vivant. C’est donc cela, un château han­té ?

Castle Durrow, dormir dans un manoir hanté

A ce moment de l’article, vous savez qu’en Irlande tout ou presque est han­té dès lors que le bâti­ment a plus de 50 ans ! Cas­tle Dur­row est un joli manoir qui date du début du XVI­I­Ième siè­cle, c’est dire s’il a eu le temps de voir pass­er de nom­breux fan­tômes ! De jour, tout va bien. Les habi­tants de Dur­row racon­tent les tra­di­tion­nelles his­toires de dame blanche qui appa­raît pour ter­ri­fi­er qui bon lui sem­ble, ou des anec­dotes liées à une bande de crim­inels qui, autre­fois, s’en pre­naient aux vil­la­geois et qui hantent main­tenant les bois des alen­tours.

Le prob­lème, c’est quand vous vous retrou­vez seule dans votre cham­bre. Les pla­fonds sont hauts, d’origine. Tout résonne. Les par­quets craque­nt. Bref, vous ne croyez pas aux fan­tômes, mais quand même...

IRLANDE-terresAncestrales_010 IRLANDE-terresAncestrales_012

Mal­heureuse­ment, aucune de mes pho­tos de nuit dans les couloirs du château ne révèlera quoi que ce soit !

Dormir au Cas­tle Dur­row
Cas­tle Dur­row Demesne
Dur­row, Co. Laois
Leur site web.

Irlande de l’Est : Carnet pratique

Quelques petites infos pour vis­iter les lieux men­tion­nés dans l’article !

Waterford

Water­ford est une jolie ville, avec des influ­ences vikings et du street art partout !

IRLANDE-terresAncestrales_022
IRLANDE-terresAncestrales_024

Que faire à Water­ford ?
Hé bien se promen­er le long du Canal, bien sûr, puis en cen­tre-ville, au milieu des bâti­ments chargés d’Histoire. La ville est aus­si con­nue pour son cristal. Le Water­ford Crys­tal Vis­i­tor Cen­tre se vis­ite et per­met d’avoir une petite idée du tra­vail der­rière chaque verre ! A titre per­son­nel, je reste surtout bluffée par la capac­ité de con­cen­tra­tion des dif­férents arti­sans, le geste pré­cis, sans cligne­ment d’œil, avec inter­dic­tion de dérap­er sous peine de, sinon gâch­er la pièce, per­dre un doigt !

IRLANDE-terresAncestrales_017
IRLANDE-terresAncestrales_018
IRLANDE-terresAncestrales_021
IRLANDE-terresAncestrales_020
IRLANDE-terresAncestrales_019
Water­ford Crys­tal Vis­i­tor Cen­tre
Où manger à Water­ford : The Reg
2 The Mall
(à côté de la tour Regi­nald)
Nour­ri­t­ure sim­ple dans un cadre con­vivial.
Leur site
Où manger à Water­ford : La Bohème
2 George’s St
Très bon restau­rant, avec une carte soignée.
Leur site
Où dormir à Water­ford : Tow­er Hotel
The Mall
(à côté de la tour)
Pour la local­i­sa­tion et la vue !
Réserv­er directe­ment.

IRLANDE-terresAncestrales_016

A visiter en route : Tullamore

IRLANDE-terresAncestrales_005

Saviez-vous que ce sont les moines irlandais qui ont importé le whiskey en Écosse ?
Saviez-vous qu’on écrit whisky en Écosse mais whiskey en Irlande ?

Le Tul­lam­ore DEW est un whiskey réputé. On y apprend un brin d’histoire, et tout ce qu’il faut savoir sur la fab­ri­ca­tion. Mais si, comme moi, vous trou­vez que tous les whiskeys/whiskys ont le même goût, et que ce goût vous dégoûte un peu, sachez qu’ils ont aus­si (et surtout) un bon restau­rant au rez-de-chaussée !

Tul­lam­ore D.E.W. Vis­i­tor Cen­tre
Tul­lam­ore D.E.W. Vis­i­tor Cen­tre
Bury Quay
Tul­lam­ore
Leur site

 

IRLANDE-terresAncestrales_004

IRLANDE-terresAncestrales_003
IRLANDE-terresAncestrales_001
IRLANDE-terresAncestrales_002

Ce voy­age a été réal­isé dans le cadre de la cam­pagne #Ire­land­sAn­cien­tEast, créée et gérée par iambas­sador en parte­nar­i­at avec Tourism Ire­land. Comme d’habitude, je reste libre de mes choix édi­to­ri­aux !

15 Commentaires

  1. Mais que c’est beau, mais que c’est beau !!!
    Je me répéte, pas que je suis vieille, mais parce que je trou­ve pas de mots assez forts et puis­sants pour dire com­bi­en tes pho­tos, ton arti­cle dans sa glob­a­blité est ... beau .

  2. Beau­coup de poésie dans les pho­tos. Je suis allée en Ecosse cet été et je retrou­ve un peu de cette magie dans votre reportage sur l’Irlande.

  3. Ahlala, ils sont vrai­ment attachés encore à leurs fan­tômes !? C’est pas grave, ça fait par­ti du charme des lieux et des habi­tants ! 😀
    La cam­pagne est superbe et cette his­toire avec plein de Nico­las est impres­sion­nante !

  4. Quel plaisir que de vous lire, tout autant que de décou­vrir vos pho­tos. L’oeil & la plume, Artiste com­plète !

  5. Oh làlà j’adore ces his­toires ! En plus j’y crois même si ça me ferait mourir de peur de voir / sen­tir quelque chose (pas du tout cohérente je sais !)
    Je ne sais pas si j’aurais pu dormir dans un manoir han­té 😛
    Tes pho­tos sont mag­nifiques comme d’habitude, et ton réc­it m’a trans­portée !

  6. Entre les paysages incroy­ables et ces légen­des, j’ai envie de par­tir en Irlande afin de décou­vrir ce qu’il se cachent der­rière tout ceci...

  7. Excel­lent réc­it ! Je me sou­viens, quand j’étais petit et qu’on vis­i­tait de vieux châteaux en Angleterre avec mes par­ents, j’espérais tou­jours enten­dre une his­toire de fan­tôme pour accom­pa­g­n­er les vis­ites. Le top du top, c’est que sou­vent, c’était le cas 🙂

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest