Photographier l’automne : astuces pour la prise de vue et conseils de post-traitement

Impossible de dire qu’une saison est plus belle qu’une autre, chacune offrant des opportunités différentes. Mais l’automne se prête bien à la photo, évidement. La lumière y est douce, les couleurs chatoyantes. Voici donc quelques idées et astuces pour profiter au mieux de cette saison.

Voyager en automne

Le hasard fait que j’ai assez rarement voyagé dans l’hémisphère nord en automne, et finalement assez peu photographié l’automne en dehors de nos frontières. Il faut dire que prévoir un voyage pour photographier l’automne est compliqué : d’une année à l’autre les feuilles jauniront plus ou moins tard dans l’année, voire seront tombées encore vertes. Bref, si vous tenez à photographier l’automne à un endroit précis, essayez de vous renseigner auprès des habitants pour connaître la période idéale et surtout, prévoyez des voyages assez longs, avec de la marge (ou partez à la dernière minute, quand vous êtes sûrs de vous !). En effet, à une semaine près on peut se retrouver sans feuille aux arbres, par exemple…

La question de la météo

On pourrait être tentés de ne sortir que par beau temps, mais ce serait dommage. Certes, s’il tombe des cordes, la motivation risque de ne pas être au rendez-vous. Mais les ciels couverts peuvent aussi donner de beaux résultats, et la météo peut vous offrir des surprises. Bref : faîtes avec ce que la météo vous offre, soyez créatifs, amusez-vous. S’il a plu, photographiez les gouttes d’eau, s’il y a du brouillard, immortalisez-le.

La question de l’horaire

En temps normal, je conseille toujours de privilégier les golden hours. Ces moments qui suivent le lever du soleil et précèdent son coucher sont parfaites pour les photographes, offrant des lumières rasantes et dorées, faisant ressortir les reliefs et les couleurs. Pourtant, en automne, je vous conseillerais de ne pas vous focaliser sur les golden hours, voir de les éviter si vous allez en forêt.

La photo ci-dessous a été prise à 14h, soit presque 3h avant le début des golden hours ce jour-là (pour cette latitude-là, les golden hours changeant en fonction des jours de l’année et positions géographiques). On voit bien que le soleil est déjà bas dans le ciel. Deux heures plus tard, la forêt sera plongée dans l’obscurité, le soleil étant trop bas pour pénétrer les feuillages.

IMG_9434 copie
Photo prise dans les Yvelines

Que photographier en automne ?

Oui, parce que les arbres c’est joli, mais au bout de quinze photos, on se lasse un peu. Il va donc falloir trouver des idées pour profiter des jolies couleurs sans avoir l’impression de faire tout le temps la même photo : l’automne est un contexte, ça ne suffit pas ! Voici donc quelques idées.
L’automne, ce sont des feuilles aux 50 nuances d’oranges partout, des champignons, et une multitude de détails à capturer. Regardez où vous mettez les pieds, vous pourriez trouver de l’inspiration !
Cherchez les plus meilleurs endroits où saisir les lumières. Les jeux d’ombres dans les feuilles sont parfois très beaux et donnent des résultats intéressants en photographie (si on retravaille un peu la photo au post-traitement).

L’automne est aussi pour moi une très belle saison pour se lancer dans quelques portraits. La lumière plus douce et chaude donne de jolies peaux.

Ci-dessous, voici deux photos tirées de mes sorties avec ma fille :

Photo prise dans les Yvelines.

Sur cette première photo, mon but était d’isoler ma fille (dis comme ça, ça sonne bizarre !). J’ai joué avec une profondeur de champs très réduite pour qu’elle se détache (un 50mm 1.4 ouvert à 1.6, une focale plus longue aurait donné un meilleur résultat, avec un cadre plus resserré) mais aussi avec la couleur, son manteau jaune étant en harmonie avec les tonalités de la végétation mais permettant également un beau contraste avec l’arrière-plan immédiat.

Sur la seconde photo, ci-dessous, j’ai également joué avec une profondeur de champs réduite (ouverture à 4.5 en l’occurrence) pour créer un cadre dans le cadre en passant mon objectif au milieu des feuilles.

IMG_9552 copie

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous savez que j’aime jouer avec le soleil et l’inclure dans mes cadres… et ce n’est pas parce que c’est l’automne que je ne vais plus le faire, il n’y a pas de raison de limiter cette obsession aux soleils d’été ! En automne, le ciel est plus clair, les bleus moins denses. Photographier le soleil en gardant une exposition correcte sur le reste de la photo est donc moins aisé. Mais comme toute difficulté doit être transformée en avantage, on peut jour à photographier le soleil en le plaçant entre les arbres, et utiliser les forts contrastes dans la composition de sa photo. Si dessous, par exemple, j’ai donc fermé le diaphragme pour essayer d’avoir un soleil en étoile aussi joli que possible, et me suis placée avec ma fille dans le « trou de lumière », le but étant de venir dessiner ainsi les personnages tout en leur donnant un petit côté ombres chinoises

 

Photo prise dans les Deux-Sèvres, lors d’une promenade avec ma fille et mon père qui a joué les trépieds humains !

Utilisez un filtre polarisant !

Je suis une fan du filtre polarisant. C’est simple, sur mon 16-35 fétiche, il y a un polarisant vissé en permanence (que je change tous les ans, car il me permet aussi de protéger ma lentille frontale).
Je ne vais pas vous refaire un laïus sur le filtre polarisant, ceux que ça intéresse peuvent retrouver un article entièrement consacré à cet accessoire ici. (écrit il y a quelques années, ça ne me rajeunit pas…)

Sous-exposez pour faire ressortir les couleurs

Si votre sujet est immobile, faîtes plusieurs essais et regardez dans votre écran LCD, vous constaterez vite que vos images perdent leurs couleurs dans leur luminosité. Ce n’est pas vraiment spécifique à l’automne, mais n’hésitez pas à sous-exposer légèrement pour garder des ciels bleus et des feuilles aux couleurs vives !

IMG_9356 copie

Shootez en RAW et post-traitez vos images

Shooter en RAW est le meilleur moyen de maîtriser le rendu de ses images. Voici un exemple avant / après d’un simple développement RAW :

IMG_9445_V1 IMG_9445 copie

Vous conviendrez, j’espère, que l’après est plus agréable à l’œil (la photo n’a aucun intérêt, c’est juste pour la démonstration). Sur le moment, l’appareil ne sait pas régler la balance des blancs, par exemple. Il va refroidir systématiquement toutes les images prises en automne, considérant les proportions de tons jaunes et oranges trop importantes. Or, lorsqu’on photographie l’automne, on veut justement ces tons chauds ! Il faudra donc, soit régler son appareil à la prise de vue, soit, et c’est ce que je vous conseille, post-traiter ses images.

Je vais prendre deux images pour vous expliquer quelques grandes étapes.Voici donc ce à quoi ressemblent les RAW bruts, avant tout réglages :

IMG_9591_V1 copie IMG_9592_V1 copie

Je travaille avec Camera Raw (plugin Photoshop), mais vous trouverez les réglages dont je vais parler dans tous les logiciels de développement.
La première étape consiste donc à ouvrir les fichiers puis à modifier la balance des blancs. Je le fais l’œil, le but étant d’obtenir un résultat qui me plaise.

IMG_9591_V2_balancedesblancs copie IMG_9592_V2_balancedesblancs copie

Ensuite, je modifie tous les réglages classiques : rajouter du contraste, désaturer légèrement pour éviter que ce soit trop criard…

IMG_9591_V3_contrastes-et-desaturation copie IMG_9592_V3_contrastes-et-desaturation copie

Pour réchauffer encore un peu plus l’image, je vais modifier certaines tonalités. la capture d’écran vous montre ce que j’ai fait pour l’image sélectionnée, mais vous vous doutez que c’est du cas par cas. L’idée est de décaler l’ensemble des tons chauds : des verts plus jaunes, des jaunes plus oranges, des oranges plus rouges. C’est que qui va rendre l’ambiance plus chatoyante.

decalerlestonschauds copie

IMG_9591_V4_decaler-les-tons copie IMG_9592_V4_decaler-les-tons copie

Ensuite, je termine pas une série petits réglages locaux sur Photoshop. Ce n’est pas du tout nécessaire, mais j’aime bien le faire !

IMG_9591 copie IMG_9592

Et quand je parle de réglages locaux, je ne veux pas dire bourrinner pour rendre l’image toute rouge (comme je le vois beaucoup sur Instagram ces jours-ci…), c’est vraiment pas beau !

NEPASTOUTROUGIRBEURK

Non, je veux dire utiliser des réglages plus fins, comme la correction sélective, que je vais utiliser pour renforcer certaines teintes…

rougiraveclesreglagesselectifs

… mais ne surtout pas appliquer à la totalité de l’image ! Le but est d’utiliser des calques de réglages (je vous en ai expliqué les bases ici) pour appliquer ces modifications par zones. On ne veut pas d’une forêt toute unie, mais au contraire, d’un camaïeu de couleurs chaudes.

camaieuxorangesok

Voici l’avant (RAW brut tout froid et fade) / après de cette dernière photo, en espérant vous avoir convaincu de l’utilité du RAW pour les photos d’automne (et pour toutes vos photos, par extension !).

IMG_9590_V1 copie

IMG_9590 copie

Articles qui pourraient vous plaire

48 Commentaires

Cô Ralie 2 novembre 2015 à 20:02

J’ai enfin osé me lancer ce week end… j’ai fait le grand saut vers le sacro-saint Raw ! Lors d’un séjour breton (Cancale, StMalo, Mont St Michel) et avec les lumières qui vont bien, un régal ! Il n’y a plus qu’à expérimenter le développement ! Serez-vous au salon de la photo ce week-end ?

Répondre
Oreille 3 novembre 2015 à 21:58

Je n’y vais jamais le week-end, uniquement en semaine (jeudi matin je pense), beaucoup trop de monde pour moi ^^

Répondre
Fay de Mon petit fourbi 2 novembre 2015 à 20:06

Wahou, cet article m’a trop plu ! Je l’ai trouvé très intéressant et vraiment instructif. J’utilise Photoshop aussi pour retoucher mes photos (j’ai essayé lightroom mais je n’ai pas adoré…) mais pas Camera raw et j’avoue que tu m’as séduite, je vais y jeter un oeil ! En tout cas, tes photos sont très belles.

Bonne soirée.

Répondre
Oreille 3 novembre 2015 à 21:58

Merci à toi 🙂

Répondre
carla 2 novembre 2015 à 20:17

une excellente leçon, pleine d’astuces et d’idées… merci! ici en Guadeloupe l’automne me manque un peu, enfin les couleurs surtout car l’été sans fin a des nombreux avantages aussi! alors je me régale à voir les couleurs chatoyantes et tes photos sont toujours un vrai plaisir pour les yeux… l’avant/après et les différentes étapes du post-traitement sont très intéressantes! merci 😉

Répondre
Oreille 3 novembre 2015 à 22:47

Ça peut être un chalenge amusant pour le 1er avril prochain : retoucher des photos de Guadeloupe pour faire croire à l’automne !

Répondre
Aunisien 2 novembre 2015 à 20:49

Oh le pigeonnier de Béceleuf !

Jolies photos et tutoriel intéressant, merci.

Répondre
Oreille 3 novembre 2015 à 22:48

Vu le pseudo, j’en déduis que tu es du coin 😉

Répondre
Tribulations d'une quinqua 2 novembre 2015 à 22:18

Superbes clichés, je me suis amusée aussi à photographier ce bel automne ce week-end, mais je me sens bien nulle face à toutes ces explications techniques 🙂

Répondre
Oreille 6 novembre 2015 à 9:07

Mais non ! Et puis tout le monde n’est pas obligé de se mettre à font là-dedans, le but reste de s’éclater à faire des photos, et de faire des photos qui vous plaisent !

Répondre
Kelly 3 novembre 2015 à 12:23

Je vais suivre tes conseilles et utiliser le RAW même si c’est un fichier vraiment lourd le résultat m’a convaincu !

Répondre
Oreille 6 novembre 2015 à 9:08

Super, c’est le but 🙂

Répondre
Anne 3 novembre 2015 à 12:30

Je viens de faire l’expérience des golden hours d’automne, et oui, ce n’est pas une bonne idée. J’ai voulu aller en forêt samedi soir avec mon fils, le soleil descendait si vite que les ombres étaient bien trop grandes et je ne trouvais pas l’ambiance dorée orangée recherchée. Et en prime, on s’est retrouvés nez-à-nez avec 3 sangliers, autant te dire qu’on a fait demi-tour fissa!

Répondre
Ophélie G. 3 novembre 2015 à 12:34

Merci pour ce tutoriel, qui est super intéressant ! J’ai quelques photos de Hyde Park à modifier, ça va beaucoup m’aider. 🙂 xx

Répondre
marion 3 novembre 2015 à 13:39

Hello!
Superbes, ces photos! (comme d’habitude! :-))
Et je trouve tes explications très intéressantes.
Par contre, quand je vois le avant/après de la dernière photo, je m’interroge un peu: à quoi ressemblait la réalité? plutôt à la première photo, ou à la deuxième photo? Finalement, ces retouches te permettent-elles de mieux retranscrire ce que tu voyais vraiment, ou bien te sers-tu de la retouche photo pour « créer » de nouveaux paysages? Et donc: à quoi sert vraiment la retouche photo? J’aimerais bien avoir ton avis là-dessus.
(Je retouche moi-même beaucoup mes photos, mais c’est juste pour connaître ton avis).
Merci!

Répondre
Oreille 3 novembre 2015 à 22:00

Le cas présent, l’atmosphère était beaucoup plus proche de la photo finale, l’appareil ne gérant pas bien la balance des blancs en automne. Mais je n’aurais aucun complexe à retoucher une photo pour obtenir un résultat qui me plaise quitte à m’éloigner de la réalité !

Répondre
Audrey 3 novembre 2015 à 16:04

Cette article est très intéressant et les photos sont superbes !!
bisous

Répondre
Sarah 3 novembre 2015 à 16:06

Wow quel régal pour les yeux et merci pour ces conseils!!
Ton blog est vraiment super, je le connais depuis un moment et j’adore y revenir!! (merci la une d’HC^^)
Très bonne continuation 🙂
Sarah

Répondre
lovetrotters.net 3 novembre 2015 à 15:19

Très intéressant merci 🙂

Répondre
Coralie Jaunet 3 novembre 2015 à 15:31

Ca me rappelle la balade en forêt pour photographier les chiens de traîneaux, un super souvenir avec toutes ces couleurs magnifiques comme ici. (Mais c’était déjà il y a un an du coup ! oO)

Répondre
Madame Oreille, photos de voyage 3 novembre 2015 à 16:01

« Ça nous rajeunit pas » !

Répondre
Coralie Jaunet 3 novembre 2015 à 16:14

Madame Oreille, photos de voyage Oui, je vois qu’elle marche même maintenant… on a pas fini de se prendre des coups de vieux 😉

Répondre
Magali C. 3 novembre 2015 à 17:58

Merci pour cet article très intéressant. Je suis enfin passée au RAW depuis l’été dernier et je ne sais pas pourquoi je ne m’y suis pas mise plus tôt.
Concernant la retouche (puisque je vois que cela fait débat ;-)) je pense qu’il n’y a pas une seule façon de l’appliquer: parfois en effet on peut l’utiliser pour retranscrire au mieux la réalité, d’autres fois on peut avoir une démarche pus créative et s’en éloigner, dans les deux cas le résultat recherché n’est pas le même.
Au final c’est le résultat qui compte, hors démarche créative, tant que cela FAIT naturel, et que l’on ne se doute pas qu’il y a du post-traitement….. Personnellement je préfère afficher dans mon salon une photographie que je trouve belle pour ses couleurs, sa lumière, etc. et qui a été post-traitée, plutôt qu’une photo aux couleurs fades mais en me disant « au moins c’est la réalité… ».

Répondre
Oreille 6 novembre 2015 à 13:10

Surtout qu’en général, les couleurs d’automne sont justement plus belles « en vrai » que sur la photo brute non traitée !
Mais il y aura toujours des anti-retouches !

Répondre
Violaine Malié 3 novembre 2015 à 18:34

Ohhhh ça tombe bien je rentre d’Estonie avec de super photos d’automne à traiter!!! 😀

Répondre
Eleonore 4 novembre 2015 à 0:32

Merci pour cet article très instructif! Tes photos sont superbes!

Répondre
Mélanie 4 novembre 2015 à 11:30

Je viens de découvrir ton blog, et j’adore, pile ce que je recherchais!
Cet article sur les photos d’automne tombe à pic, j’en ai justement fait ce week-end et je suis preneuse de ces bons conseils.

Répondre
Alicia Aime 4 novembre 2015 à 11:26

Cette année c’était un festival inédit ! beau temps + feuilles jaune façon été indien canadien… merci pour ces tips bien utiles… top comme toujours !

Répondre
Tristelune 4 novembre 2015 à 16:49

Quelque chose me turlupine : qu’est-ce qu’un développement de RAW permet de plus que les mêmes modifications (du moins ont-elles le même nom) sur Photoshop d’une photo en JPEG ?
J’ai à cœur de me perfectionner en photographie et j’ai beau lire de nombreuses apologies du RAW, je n’arrive pas à saisir… (ça me fait penser à certains problèmes mathématiques : tout le monde a compris le truc, c’est clair comme de l’eau de roche, mais non, décidément, je ne comprends pas, c’est abominablement frustrant)

Répondre
marion 4 novembre 2015 à 20:27

Tiens, ça m’intéresse aussi, ça!
Je sais qu’avec RAW, vu qu’il y a beaucoup plus de données qu’un JPEG qui est un fichier déjà développé et compressé, on peut récupérer des zones bouchées ou cramées. Partant de là, je me dis qu’il vaut donc mieux shooter en RAW dans des situations « compliquées ».
Mais sinon, quand il n’y a ni l’un ni l’autre à sauver, c’est vrai que je me pose la question. Voudrais bien qu’on m’explique aussi 🙂

Répondre
Oreille 6 novembre 2015 à 8:59

Le RAW ne permet pas de miracles : on prend la main sur un certain nombre de réglages, on a plus de latitude dans les corrections, mais il faut partir des meilleures photos possibles.

Répondre
Tristelune 5 novembre 2015 à 21:17

Commentaire inutile.
J’ai testé le RAW ; j’ai photographié, j’ai développé.
Ça y est j’ai compris le potentiel de l’image brute en ce qui concerne le post-traitement. Et en fait, je crois que je ne vais plus photographier qu’en RAW à partir de maintenant…
Merci pour la révélation 🙂

Répondre
Tristelune 6 novembre 2015 à 8:07

Et pardon Marion, ce n’est pas pour votre commentaire que je parlais de « commentaire inutile », je viens de me dire que ç’aurait pu vous vexer. J’ai l’impression que grâce au RAW, même des photos « réussies » pourraient être encore améliorées comme on ne pourrait pas forcément le faire avec Photoshop. Comme si le RAW permettait une certaine recherche de la perfection (et peut-être sur le plus long terme de la dénaturation tellement on pourrait se prendre au jeu).

Répondre
Oreille 6 novembre 2015 à 9:01

C’est exactement comme cela que je conçois le post-traitement, et pourquoi je conseille le RAW systématique. Le but n’est pas de rattraper des photos loupées, mais de « sublimer » cette qu’on estime réussies.

Répondre
marion 6 novembre 2015 à 22:06

Pas d’inquiétude, j’avais bien compris que cela ne concernait pas mon commentaire 🙂
Bon, bah avec tout ça, je vais peut-être me repencher un peu plus sur les RAW… 🙂

Répondre
David 5 novembre 2015 à 18:30

Je viens de découvrir ton site par un tweet de Nikon. Bel article, et je viens de comprendre un problème récurrent concernant mes photos d’automne.
Je vais tâcher de lire tes articles.
Au fait, quel rapport entre oreille et photo ?

Répondre
Em'otion Photo 5 novembre 2015 à 21:02

Elle est très belle cette photo du pigeonnier 🙂 merci pour cet article qui permet de s’améliorer!

Répondre
Fabienne Bgn 5 novembre 2015 à 22:38

il est super cet article!! Moi qui doit justement faire des photos automnales 😀
je decouvre en même temps un super blog que je m’empresse de suivre 😉

Répondre
Oreille 6 novembre 2015 à 8:57

Merci et bienvenue, alors 🙂

Répondre
Uhaina 6 novembre 2015 à 19:57

Article très intéressant !! moi aussi j’aime intégrer le soleil dans mes photos. Pour que le soleil soit en étoile tu dis que tu fermes le diaphragme? Tu le fermes au maximum?
Merci d’avance !!

Répondre
Anne 13 novembre 2015 à 16:11

Je suis une grande fan de l’automne pour faire des photos, justement parce que la golden hour c’est à peu près toute la journée 😀 C’est aussi une saison où le temps est changeant alors j’arrive à capter des rayons de soleil entre les nuages aisément, c’est beau.
Et en montagne, je peux jouer sur les couleurs chaudes de la forêt et aussi les teintes vertes des sapins ou le blanc des premières neiges, un régal.
Je ne connaissais pas la correction sélective, je vais me pencher là dessus, merci du tuyau.

Répondre
Mikael 4 janvier 2016 à 18:31

Hé ben, le moins que l’on puisse dire c’est que tes photos sont splendides. C’est jamais facile de gérer la lumière, je mets souvent une plombe avant d’avoir une photo qui me va. Merci pour ton boulot et toutes les astuces 🙂

Répondre
Adrien 13 janvier 2016 à 16:45

Salut,
Merci pour ces conseils. Je les mettrais en pratique, car j’aime aussi donner des effets à mes photos. Je vais aussi en profiter pour consulter le lien sur le filtre polarisant. 🙂

Répondre
Warren 5 février 2016 à 12:08

Bonjour et merci. Article très intéressant et je suis toujours impressionné de tes post traitements qui sont vraiment superbes. Par rapport au avant après, personnellement je trouve un peu dommage de montrer un fichier raw brut plutôt qu’un jpeg sorti de boitier. On utilisera soit un jpeg soit un raw traité mais jamais un raw brut et l’appareil photo aussi fait un traitement d’image. Je trouverai intéressant de voir ce que le post traitement peu apporter de plus qu’un jpeg traité par l’appareil.

Répondre
Katzeyes 9 février 2016 à 12:05

Hello Mme Oreille,
Merci pour ces articles, ils sont vraiment top ! De belles photos, des explications claires, simples et faciles à appliquer.
Depuis que je suis tombée dessus, j’y revient souvent 🙂
Certains thèmes sont plus faciles à aborder que d’autres. Je bloc pas mal sur les photos de forêt justement. ( avec beaucoup de rochers, de petites cascades, de mousse..). Mes photos sont beaucoup trop bleutés d’origine.
J’aimerais retrouver les couleurs plus naturelles. Le vert de la mousse, le marron des troncs.. mais que nenni !!
J’ai du mal à distinguer les tons chaud des tons froid sur la même photo.
Peut être as-tu déjà été confronté à cet exercice? S c’est le cas, ou si tu a des idées, je veux bien des conseils d’experte !
merci d’avance 🙂

Répondre
Achille 23 août 2016 à 18:41

bonjour !
C’est super de pouvoir retoucher/modifier ses photos, mais lorsque que nous ne sommes pas professionnel, les prix des logiciels sont souvent hors de (mon) budget…
Je n’ai pas trouvé d’article concernant les logiciels de développement gratuits et payant, or je penser qu’une mise au clair pourrait être utile à plus d’un !
si non merci pour tous ces articles qui restent d’une incroyable qualité ! 🙂

Répondre
devin olivier 16 septembre 2016 à 16:14

bonjour,
merci pour ce tuto,Votre article donne envie de vite arriver à cette saison.Cette année j’ai vraiment envie de consacré une grande partie l’automne.
Possédant déjà un filtre polarisant lee filter ,qui est vraiment génial,Je me pose la question sur des filtres dégradé de couleur pour shooter les paysages automnale.Il y en existe plusieurs variétés et est-ce vraiment une arme supplémentaire pour le poste traitement.
Continuer à nous régaler de votre savoir.

Répondre
JC 16 janvier 2017 à 13:56

Formidable !
Franchement, je suis épaté par ta maîtrise. Tu expliques ici tout ce pourquoi je fais de la photos: sublimer chaque moment.
Je pense que tu es une grande photographe par tes compétences d’une part mais aussi par ta facilité à transmettre ton savoir.
J’avais encore quelques doutes à cause de mauvaises personnes sur mon savoir mais là tu m’as remis dans le droit chemin.
Je me sens libéré d’un p.. de poids.
En espérant que tout le monde suivent tes conseils ! Car avec ce seul article, tu viens d’expliquer toute la technique photo en numérique.
Je ne te dirais pas continues dans cette voix là, parce que ca sent l’aboutissements. Mais plutôt reste telle que tu es !
Et Merci encore.

Répondre

Laisser un commentaire