Faire sa propre carte géographique sur Photoshop

vignette_realiser_une_carte

Aujourd’hui, je continue le dossier scrapbooking numérique pour carnets de voyage avec un petit tuto Photoshop concernant les cartes.

C’est, à mon sens, un élément indispensable : vous allez probablement évoquer des lieux que personne ne sait placer sur une carte, et quand bien même ce ne serait pas le cas, c’est toujours sympa d’avoir une idée des distances entre votre lieu de résidence et les endroits du Monde que vous avez visités.

Vous allez, grosso modo, avoir deux possibilités : faire un croquis simple mais juste, ou partir dans un truc un peu plus chiadé. Personnellement, j’aime bien les vieillir et les salir un peu, mais rien ne vous empêche d’imaginer quelque chose de différent, bien au contraire !

Ci-dessus, vous avez donc une carte d’ex-Yougoslavie pour un petit périple de Belgrade à Dubrovnik, et une carte plus large pour visualiser les distances d’un voyage en transsibérien. Forcément, une carte a été plus rapide à faire que l’autre, mais c’est avant tout une question de choix graphique (et d’humeur, aussi, avouons-le).
 

Prendre une référence

La première étape est d’ouvrir un nouveau document dans Photoshop (bah oui). Prenez un format A4, ce sera plus facile de réduire la carte au besoin que de l’agrandir. Ensuite, il va falloir coller dedans une carte de référence (à moins de savoir dessiner les frontières terrestres et océaniques de tête ?). Personnellement, j’utilise tout simplement Google Maps, que je sais globalement fiable sur ce point, et qui reste très pratique. Quelques copies d’écran plus tard, on obtient un patchwork moche mais à l’échelle.

Astuce : faire plusieurs capture d’écran et les recoller dans Photoshop pour une carte plus lisible et moins pixelisée.
 

La carte crayonnée

C’est donc la plus simple. Le but étant d’insister sur un côté fait-main et de ne pas hésiter à déborder. Créez un nouveau calque, au dessus de votre carte de référence, et baissez-en l’opacité : vous allez « décalquer » !
Prenez le pinceau, assez fin, et c’est parti. Jouez avec le flux et/ou l’opacité pour plus de réalisme.

Si vous n’avez pas de tablette graphique, j’aurais envie de vous conseiller de la faire sur papier pour la scanner, ce sera sans doute plus simple que de s’arracher les cheveux à la souris.
Dans un premier temps, vous obtenez un truc simple, sur fond blanc. Essayez dès cette étape d’y mettre votre patte : votre propre écriture ou une écriture qu’on retrouvera dans le carnet, et tout ce qui peut rappeler que ça n’est pas un simple scan de livre de géographie.

Ensuite, il va falloir rajouter l’aspect froissé, sali taché ou tout ce que vous voulez pour qu’on sente le papier, mais ça, je vous l’explique après, car c’est commun aux deux types de cartes !
 

La carte plus « chiadée »

Bah ouais, comment définir ces cartes ?

Donc, une fois la carte de référence posée, créez un nouveau calque. Essayez de bien les nommer dès le départ, car ça risque de vite devenir compliqué. Cette fois-ci, pas de pinceau, il va falloir être plus précis : vous allez créer une série de tracés avec la plume, et à chaque fois faire un clic droit > « contour du tracé… » puis choisir « forme ». Pour faire ce trait, Photoshop va se baser sur la taille de votre pinceau, donc réglez-le avant. Pour la couleur, vous pourrez toujours la changer plus tard.
Sur un calque inférieur, apposez la couleur (profitez des tracés pour cliquer sur « fond du tracé… » et remplir ainsi vos sélections)
 

 
C’est une étape qui prend du temps mais n’est pas compliquée en soi. Vous pourrez ensuite ajouter des lettrages, une échelle, une rose des vents… Bref, tout ce que peut vous inspirer un carte.

Puis vient le « vieillissage ». Vous allez avoir deux choses à connaître : les calques de réglages, et le filtre nuage. Pour la première, souvenez-vous, je vous en avais parlé il y a longtemps lorsque je vous donnais quelques astuces pour rendre un ciel plus bleu. Pour la seconde, le filtre nuage (filtre > rendu >nuages)  se base sur les deux couleurs de votre nuancier pour créer une texture cotonneuse aléatoire. Ainsi, si vous créez un calque de réglage (ci-dessous entouré d’orange) désaturant l’image et appliquez le filtre nuage sur le masque de celui-ci, l’image se retrouve désaturée à certains endroits. Si vous créez en plus des calques niveaux pour éclaircir par endroits, en foncer ailleurs, en superposant tout ça, vous obtenez une usure irrégulière sur la carte.

 


 
A vous de jouer sur les différents réglages, plus ou moins forts.
Ce même filtre « nuages » peut également s’appliquer sur les tracés (titrages, etc.), en appliquant un masque de fusion à vos calques. N’hésitez pas à multiplier les calques.
 

 
Pour la touche finale, placez tous vos calques dans un groupe : c’est à lui que vous appliquerez un masque pour simuler le papier. Essayez de tracer le contour de votre carte avec le lasso (le normal, pas le polygonal) : en tremblant, vous allez créer les irrégularités qui rendront l’ensemble réaliste. Une fois satisfait, créez un nouveau calque vide à l’intérieur du groupe, tout en haut : vous allez peindre en blanc dessus. Longez le bord, de façon complétement irrégulière, pour simuler le papier déchiré. Une petite ombre, et voilà !

(Le Belge n’a pas tout compris, et il fait office de cobaye… N’hésitez donc pas à poser vos questions ; à vous, j’expliquerai !)

Et bientôt, dans le Supermarché de Madame Oreille, des salissures et autres taches pour vieillir vos cartes !

Articles qui pourraient vous plaire

33 Comments

Pyrros 30 mars 2012 at 8:45

ça me semble compliqué .. perso j’utilise des fonds de carte que j’ai piqué à des profs de Géographie …

un peu de torture sur PS et c’est bon …

Il y en a dispo en faisant des recherche sur google et sur les site de prof …

Reply
Cynthia 30 mars 2012 at 9:56

J’ai toujours utilisé illustrator pour faire des cartes mais dans un contexte plutôt académique. J’essaierai d’en dessiner une sur photoshop juste pour voir 🙂

Reply
Emeline 30 mars 2012 at 11:45

Je n’aurais jamais pensé à faire ça, en tout cas, pas comme ça. Je ne voyage pas assez (bon, pas du tout) pour faire des cartes de mes périples, mais ça peut quand-même servir pour d’autres choses : un photo-montage quelconque.
Je compte bien faire quelque chose de tout ça, en tout cas. Quelque chose lié à mon amour pour mon pays d’adoption (la Finlande), certainement.

Merci beaucoup pour ce tutoriel, et à bientôt pour le suivant 🙂

Reply
Oreille 30 mars 2012 at 11:48

Pyrros : c’est long que compliqué, en fait, mais c’est sûr que ça demande de la motivation ! Pour les cartes prises ailleurs, j’ai suffisamment râlé auprès de blogueurs me piquant les miennes, pour ne pas encourager à la copie. Mais je ne sais pas ce qu’il en est quant au droit des cartes de géo basiques comme on en voit chez les profs…

Cynthia : c’est sûr que pour des cartes propres, c’est encore la meilleures façon de bosser. Au moins, pas d’histoires de taille et de pixelisation. A la limite, au pourrait imaginer faire la carte sur illustrator pour les tracés puis passer sous photoshop pour la simulation papier, et autres petits détails censés lui conférer un « charme ».

Reply
Oreille 30 mars 2012 at 13:12

Emeline : désolée, je tapais ma réponse quand tu écrivais.. Donc, mine de rien, une carte d’Europe pour situer le pays, ou une carte plus précise pour montrer les villes. Florent Chavouet en avait fait une superbe dans un style bien à lui : http://florentchavouet.blogspot.fr/2010/11/secrets-de-fabrication.html
C’est plus de l’illustration que de la cartographie, pour le coup, mais ça montre qu’on peut vraiment partir dans toutes les directions avec une simple carte (oui, ceci est un jeu de mot assumé)

Reply
Emeline 30 mars 2012 at 13:30

Ca m’a vraiment fait penser que je n’ai pas touché ma tablette graphique depuis bien trop longtemps, par manque d’inspiration, et que je ferais bien un petit truc sympa dans ce style. J’ai déjà tenté le décalquage avec, mais rien de palpitant, là je suis déjà plus inspirée !
(C’est bien, faut toujours assumer ses jeux de mots :))

Reply
Pyrros 31 mars 2012 at 9:13

Celui a qui je les ai prise ma dit qu’il n’y avait aucun soucis …
Certaines sont dispo sur wikimedia

ce ne sont que des fonds de cartes les frontières d’une cartes à une autres doivent rester les même tout comme les fleuve ou l’emplacement des villes qu’il est difficile de déplacer sauf à mal les placer.

Tout le reste : titrage, colorisation etc
c’est moi qui le fait …

Reply
lyse 1 avril 2012 at 15:26

épatant… merci et bravo pour nous donner tes « trucs » et « astuces », c’est vraiment sympa…
et je sens que je vais devoir investir dans une tablette (?) en as-tu une ? ça doit être très utile
dans certains cas ?
je vais de ce pas m’essayer à la cartographie –

bon dimanche et bonne semaine

Reply
Oreille 1 avril 2012 at 17:13

Emeline : hé bien envoie un lien ici, quand tu auras fini 🙂

Pyrros : ah, ok ! Je ne pensais pas à des fonds de cartes complètement vierges, où ça va être difficile de clamer des droits d’auteurs en effet ^^

Lyse : personnellement, je touche rarement une souris ! Les tablettes ont pas mal d’avantage : c’est meilleur pour le poignet (quand on passe ses journées sur ordi, c’est important), ça offre beaucoup plus de finesse en retouche photo avec la pression du stylet (chose qui n’existe pas avec une souris) et c’est parfait pour dessiner, écrire… J’ai une A5 (intuos 3, wacom, une vieille !), et c’est pile la taille parfaite !

Reply
Conseils aux voyageurs 1 avril 2012 at 18:39

Perso, pour trouver une carte, je tape le nom de la ville sur google section « image » puis récupérer la meilleur carte selon le type d’utilisation ou je prend celle de googlemap

Après j’utilise paint et trace la route que j’ai parcouru, ça reste très amateur mais l’idée est la 😀

ça a l’air plus complique ce que tu proposes mais plus « pro »

Reply
lyse 1 avril 2012 at 18:45

ton conseil pour les tablettes m’interpelle (quelque part…) et je viens de faire un tour chez Wacom ; évidement trop d’information tue l’information, j’ai vu que la fabrication en est maintenant à intuos 5… bon on peut trouver des intuos 3 chez pixmania ou ailleurs, mais ma question est intuos ou bamboo ou… ? certains privilégient la bamboo pour débuter ! quid !

merci de ton avis
bonne soirée

Reply
tunimaal @ Blog Japon d'un Gaijin 2 avril 2012 at 5:31

Wouah c’est juste énorme ce que l’on peut faire. plus je te lis et plus je me dis que j’ai encore beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses à apprendre. Il va vraiment falloir que je m’y mette très rapidement surtout que mon blog est à jour maintenant. Je vais pouvoir commencer à appliquer tes conseils, notamment sur les photos et bientôt les cartes. Merci en tout cas.

Reply
Donlope 2 avril 2012 at 7:11

Très instructif tout ça. Après, est ce que ça s’applique aux cartes urbaines? Là j’imagine que c’est un peu plus galère 🙂

Reply
Bastien 2 avril 2012 at 16:45

Tiens c’est marrant, en lisant un de tes derniers articles (celui sur le scrapbooking), je me suis demandé comment tu faisais ces cartes qui ont de la gueule comme ça.
Maintenant je le sais, et ça m’a l’air bien compliqué pour moi ^^
En tous cas, ça en jette, j’essaierai de le faire un de ces jours.

Reply
Bastien 2 avril 2012 at 16:55

PS : Je viens de tester, je VEUX une tablette graphique. Grrrr

Reply
Oreille 2 avril 2012 at 21:36

Conseils aux voyageurs : google images n’est pas une banque d’images libres de droits…

lyse : oui, la mienne date un peu, mais l’avantage c’est que la durée de vie d’une tablette est longue : si tu investis dans une intuos 5, tu peux compter sur elle pendant quelques années. Personnellement, je n’aime pas trop l’idée de dépenser peu sous prétexte qu’on débute : on se retrouve à acheter mieux plus tard, et ça revient plus cher. Cela étant, j’ai une bamboo A6 de voyage, et c’est quand même franchement pas mal. Moins de finesse, certes, mais en photo c’est pas si grave (c’est plus pour les illustrateurs). A toi de voir ce à quoi tu destines ta tablette !

Tunimaals : et c’est simple, en plus 🙂

Donlope : je n’ai jamais essayé, mais on doit pouvoir inventer des styles qui seraient mieux adaptés aux cartes urbaines. Je citais le travail de Florent Chavouet, un peu plus haut..

Bastien : ahaha ! T’as trouvé quelqu’un pour t’en prêter une ? J’adore regarder les gens qui essaient pour la première fois ^^

Reply
Bastien 3 avril 2012 at 8:37

Non je n’ai trouvé personne qui en a une. Je vais peut-être lorgner du côté du bon coin ou de la baie voir si ça se trouve …

Reply
lyse 4 avril 2012 at 11:00

je suis entièrement autodidacte, donc je me limite volontairement (pour ne pas passer trop de temps derrière l’ordi) déjà apprendre photoshop-lightroom-première… avec les tutos … !
je ne fais que de la retouche photo, des albums, du scrapbooking (rien que pour le scrap. ça va bien m’aider !), etc… j’hésite entre la bamboo fun pen touch (medium) ou intuos 4 (S) … ce n’est pas une question de dépense, simplement je ne voudrais pas me tromper de modèle et de taille.

Reply
Mélissa 4 avril 2012 at 23:36

Wow…Ca, c’est du tuyau, merci!
Même si je suis comme le Belge… Je n’ai pas tout compris. ;D mais tu as piqué ma curiosité et je vais tenter la chose ce week-end! 😉

Reply
Oreille 6 avril 2012 at 9:04

Bastien : au pire, en prenant une version précédente, ça ne doit pas être trop cher

lyse : pour le modèle, intuos est forcément mieux : beaucoup plus sensible. Pour la taille, ça dépend de toi : est-ce que tu aimes donner de grands coups de stylo ? je trouve que A5 est vraiment le parfait compromis : pas trop grand sur le bureau (on peut encore atteindre le clavier), ni trop petit.

Mélissa : si t’es bloquée, reviens poser tes questions ici 🙂 (faut être devant le logiciel pour suivre, je pense)

Reply
oreli 6 avril 2012 at 19:35

chouette ce tuto, même si j’ai bien peur que ça ne soit un peu compliqué pour moi… mais bon, je garde l’idée du calque « nuage »…et au fait, comment fais-tu pour donner l’effet « page pliée »??

Reply
Oreille 6 avril 2012 at 21:23

Oreli : je trouvais ça un peu trop compliqué à expliquer à l’écrit, mais en gros tu crées deux calques de réglages de niveaux (un qui éclaircit, un qui assombrit), et tu dessines les ombres et les zones plus lumineuses pour former les volumes. Il faudrait que je fasses des tutos vidéos ^^

Reply
Charline 11 avril 2012 at 8:30

J’ai réussi!!
Bon, j’ai mis du temps à maîtriser la plume, j’ai laissé tomber l’effet « papier plié » et l’échelle, mais le résultat me convient! Merci beaucoup!!

Reply
Oreille 11 avril 2012 at 16:59

Charline : ah, je veux voir le résultat, alors !

Reply
@nomad_artist 11 avril 2012 at 17:38

Merci pour cet excellent tuto! Bon j’y ai passé l’après-midi mais je suis bloquée à la dernière étape: rendre l’effet papier déchiré… Alors c’est ma tablette qui prend!! Je m’y remets!

Reply
Oreille 12 avril 2012 at 8:10

Nomad_artist : bon, je vais essayer de préparer un tuto complet sur l’effet plié / déchiré !

Reply
Cuisine 13 avril 2012 at 9:51

Le rendu est vraiment sympa !
Merci pour les explications!

Reply
Sam 5 mai 2012 at 6:56

Sur wikipedia on trouve pas mal de cartes sous licence Creatice Common et au format svg. Il est donc possible de les retravailler directement dans un logiciel de dessin vectoriel ou même d’importer certains tracés sous Gimp (pour éviter de les refaire à la main).

Reply
Mael 13 mai 2012 at 21:30

Bonjour,

Après un voyage au Royaume-Uni, j’ai souhaité réaliser un carnet de voyage mais sur ordinateur. Je me suis un peu renseigné sur internet et je suis tombé sur ton site. Formidable! C’est exactement ce que je voulais. Bravo pour ce blog et vos oeuvres!
Mais malheuresement je ne suis que débutant dans ce domaine et tout cela me parait bien compliqué. Photoshop et un logiciel que je ne possède pas, il est trop cher de toute façon. Ce n’est pas avec un budget d’adolescent que l’on peut se le procurer.
Alors je me demandais s’il était possible de réaliser tout cela sur d’autres logiciels que photoshop. Je possède Corel paintshop photo pro x3. Je ne le connais pas encore très bien (mais ça, ça peut changer…). Serai-ce possible d’en faire de même ?

Reply
Oreille 15 mai 2012 at 8:16

Mael : en fait, il faut juste un logiciel qui permette d’avoir plusieurs calques, après, tout est déclinable ! Bon courage !

Reply
Alcaline 10 novembre 2012 at 10:27

Bonjour,
J’ai trouvé ce site de cartes gratuites et proposant différents niveaux d’information qui est une bonne alternative aux cartes google.
http://d-maps.com/index.php?lang=fr

Reply
Ali12 7 janvier 2013 at 19:44

Très sympa ces cartes !! Je vais essayer de ce pas. Mais j’ai une question, quel est la police d’écriture que tu as utilisé pour les villes des USA ?

Reply
Emmanuelle 3 novembre 2014 at 4:23

Bonjour Madame Oreille,

Je sais que le post date un peu mais les tutos sont toujours d’actualité !! J’ai deux petites questions (dont une qui avait été posée mais pas de réponses de ta part, je sais que tu as maintenant beaucoup de sollicitations; mais au cas où je redemande) quelle(s) police(s) d’écriture(s) utilise-tu pour les cartes ? Et où est ce que tu trouves « nord et échelle  » type vieilles cartes.

Belle continuation.

Emma

Reply

Leave a Comment